AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bêêê...[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Bêêê...[TERMINE]   Mer 15 Juil - 21:59


[Été.]



Plusieurs plumes noires traînaient ici et là sur l'herbe fraîche du matin,au pied de la chaîne Boréal.Un chien gris et un petit garçon couraient dans tous les sens pour regrouper un troupeau de moutons affolés.

J'ai dit "petit garçon"? en réalité,même si il est petit,le berger avait déjà 23 ans.Et malgré ses 40 kilos tout mouillés,il courait très vite et sautait avec une agilité remarquable par dessus les buissons.

Le chien gris aboyait après un mouton portant une clochette.C'était le plus gros de tous.Ismaël le coinça et l'attrapa par le collier.Shasta se contenta ensuite de regrouper tout le reste du troupeau dans l'enclos.

Il faut noter ce détail inutile: le plus gros mouton était la proie favorite des loups,mais aussi le plus important de tout le troupeau.En effet,Ismaël avait le devoir de le livrer à la reine en fin de semaine.Cette idée attristait le pauvre berger,mais si il refusait de donner 5 moutons par semaine,il serait exécuté.

L'esprit,après avoir fermé l'enclos,s'allongea sur l'herbe,attendant que la meute de loup s'éloigne.

Lorsqu'elle se sera éloignée,Ismaël pourra relâcher son troupeau pour qu'ils puissent brouter en paix.

En attendant,le garçon cala une brindille entre ses dents,s'installa confortablement sur ses ailes noires et contempla les nuages qui défilaient devant ses yeux.Shasta s'allongea aux côtés de son compagnon.


-Regarde ce nuage Shasta,tu as vu comme il ressemble à un mouton? remarqua le jeune.

Le chien lui répondit par un joyeux aboiement et remua ses trois queues touffues.

Ismaël sourit et vérifia que les loups étaient à assez bonne distance.


-Allez mon chien,on peut libérer les moutons maintenant.

L'esprit se releva et ouvrit l'enclos.Les bêtes sortirent en file indienne et s'arrêtèrent quelques mètres plus loin,où l'herbe n'avait pas encore été broutée.

Mais un léger bruit retint son attention.Ce n'était pas un bruit qu'il entendait habituellement.On aurait dit un bruit métallique.Shasta replia ses oreilles contre son crâne et commença à grogner.


-Qui va là?
Revenir en haut Aller en bas


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Dim 19 Juil - 3:17

Un stupide cailloux.

A défaut d'avoir sous la main quelqu'un sur qui reporter son agacement, le jeune Neko avait décidé de faire payer ce pauver petit morceau de roche inanimé. Il y avait dans ce choix plusieurs avantages, et bien sûr quelques inconvénients. Le plus gros des inconvénients et le plus important des avantages était qu'il était inanimé, justement. Le jeune homme pouvait donc le frapper à loisir sans rien craindre de sa part, c'était l'évidence même. Cela étant..., le fait qu'il ne puisse pas se défendre incluait qu'il ne souffre pas, et en soit c'était terriblement moins drôle quand la victime se fichait comme d'une guigne des mauvais traitement qu'on lui faisait subir. Hm, il était vrai que Jensen préferait nettement infliger des mauvais traitement aux personnes en chair et en os, mais le but actuel n'étant que de passer sa haine sur quoi que ce fut ça n'avait pas une grande importance. Du côté Ouest de la frontière, il n'y avait pas lieu de tuer qui que ce soit. Non, il n'y avait..., que des Nekos, des Esprits et quelques rares déchus. Qui, en passant, pouvaient très bien se faire tuer que ça ne le dérangerait pas plus que ça. Les traîtres étaient tous voués à une mort atroce, de son point de vue. Ils devaient tous mourir. Peu importait qu'ils aient trahi l'ennemi pour les rejoindre. Ca, ça ne justifiait rien.

Jensen poussa un soupir bruyant, et jeta un bref regard circulaire autour de lui. La chaîne Boréal..., à dire vrai, il n'avait aucune réelle raison de traîner dans les parages. Simplement que quand il n'était pas dans les meilleurs dispositions, le jeune Neko preferait aller se dégourdir les jambes. Bien sûr il était rarement d'humeur joviale dans le sens où la majorité des gens l'entendait, mais quand il était réellement énervé ça se sentait clairement. Comme tout adolescent de seize ans, il avait de régulières sautes d'humeur. Et le fait qu'il fasse parti de la Brigade Noire, qu'il soit le hâchelier de la Brigade de l'Ouest, n'avait vraisemblablement pas arrangé son caractère déjà bien affirmé. Et c'était normal, après tout ; toute personne à qui on donnait un tant soit peu de pouvoir devait s'en sentir un peu particulier, non? Et de savoir que techniquement, nul dans ce pays ne pouvait manier la hâche mieux que lui lui donnait un certain sentiment de fierté, quelque part. Et du fait de son statut un peu spécial, il se fichait bien de réspécter la plupart des personnes ici-bas. Qui trait-il avec déférence, au fond? Samyra, la chef des Nekos, et Annahita, la princesse de cette partie du Pays. Peut-être d'autres personnes n'étaient-elles pas trop bas dans son estime, mais rien n'était moins sûr. Pour avoir la chance d'être un tant soit peu considéré par le garçon aux yeux azures, il fallait soit jouir d'un certain rang social, soit être-de son point de vue-intéréssant. Et ça, ça ne se commandait pas, ça ne se prévoyait pas. Dans tout les cas, Jensen trouvait tellement peu de gens dignes d'intérêt que ceux qui avaient ce privilège pouvaient s'éstimer heureux. Ou pas, après tout...

Le Neko s'arrêta soudainement, tendant l'oreille. Le bruit qu'il avait entendu n'avait rien de profondément habituel ; il ne l'avait pas entendu, avant de n'arriver ici. C'était peut-être..., des animaux? Oui, peut-être. Mais que diable des animaux feraient-ils ici? A bien y réfléchir, ça pouvait bien être un quelconque troupeau, ça n'aurait rien d'étonnant. Seulement ça agaçait Jensen, ce genre de choses. Bha, comme s'ils ne pouvaient pas amener leurs stupides bêtes dans des endroits où il ne passerait jamais..., le jeune garçon n'avait jamais été quelqu'un de particulièrement attaché aux animaux, quoi qu'il en soit. Et étant déjà un brin sur les nerfs, savoir qu'il y en avait sans doute dans les parages n'arrangea pas son humeur, loin de là. Il aurait très bien faire demi-tour, oui, mais..., c'était Jensen Vycilinski, après tout. Et lui ne faisait jamais demi-tour ; c'était les autres qui bougeaient, certainement pas le contraire. Si Jensen était agacé, il était aussi très fier. Et quoi que ce soit pouvant atteindre à sa fierté personnelle, jamais. Plutôt mourir que de fuir, sans nul doute. Quel que soit le degré que pouvait bien avoir la situation, ça n'y changeait rien. La fuite n'était valable que dans le cas où elle avait plus de sens que le combat en lui-même. Peut-être était-il fier, mais pas suicidaire. Loin de là.

Quand le jeune homme aux cheveux en bataille se rapprocha doucement de l'endroit d'où provenait les bruits, restant à bonne distance tout d'abord par reflexe, il se rendit compte qu'en effet, c'était bien des animaux. Des moutons, sans nul doute. De stupides bêtes pleines de poils, en sommes. Rien de franchement dangereux où intéréssant à un quelconque point de vue. Et près d'eux, ce qui ressemblait à un esprit, et un drôle de chien. Oui, parce que malgré le fait qu'il semble quelque peu..., étrange, ça avait tout l'air d'un chien. Or, Jensen détestait les chiens. Il se fichait bien d'avoir une raison, il les détestait, un point c'est tout. Ce qui finit de l'agacer, d'ailleurs. Quelle idée, d'être ami avec un chien..., quelle idée d'avoir des amis tout court.

Jensen-qui s'était rapproché entre-temps, aussi discrètement que devait l'être un Nek membre de la Brigade noire, fit crisser ses griffes, doucement, sur sa hache. Il aurait pu annoncer sa présence à vive moi, mais c'était aussi intéréssant de cette façon là. Après tout, le 'Qui va-là?' qu'il avait lancé prouvait bien qu'il l'avait entendu, vrai?


"Quelqu'un, répondit le jeune homme évasivement, s'appuyant sur sa hache, l'air amusé. C'est dangereux de rester ici tout seul, hmm? Et imagine, si quelqu'un..., de mal intentionné s'en prenait à toi où à tes petites bêtes, tu ferais comment?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mer 29 Juil - 17:42

Le crissement métallique fit frissonner les plumes noires du jeune Esprit.Il tentait de se rapprocher de l'origine du bruit,mais Shasta tenait fermement le pantalon rapiécé d'Ismaël entre ses crocs.

L'Esprit ne voyait rien,puisqu'il était aveugle par nature.Mais il pouvait ressentir facilement la présence d'un être qu'il n'avait jamais rencontré jusqu'à ce jour.

Quelqu'un.C'est dangereux de rester ici tout seul, hmm? Et imagine, si quelqu'un..., de mal intentionné s'en prenait à toi où à tes petites bêtes, tu ferais comment?

C'était clairement une menace !
Ismaël n'avait pas d'arme,mais sa magie noire présentait un parfait atout contre les intrus qui lui en voulaient.Et Shasta était un parfait compagnon d'arme.L'Esprit ordonna à voix basse:


-Shasta,remet le troupeau dans l'enclos.Je me charge de l'étranger.

Le chien s'exécuta,tête baissée.Il lorgnait en direction de la cachette de l'intrus,s'assurant que ce dernier ne fasse aucun mouvement brusque,rien qui ne puisse montrer qu'il allait attaquer Ismaël.

-J'ai l'habitude d'être seul,répondit l'aveugle en levant les yeux au ciel.Et puis,Shasta me tient compagnie.Je n'ai pas peur d'être attaqué.Malgré les apparences,je sais me défendre.

Il déploya ses ailes en signe de défi,ou plutôt de défense.

-Tu vois,je suis un Esprit.Et comme tout Esprit,moi je ne vois pas.On a tous une faiblesse,un point mort.Et on a tous quelque chose ou quelqu'un à défendre,que ce soit notre honneur,ou un être cher.Moi,je protège mon troupeau,car il me fait survivre.La laine me tient chaud en Hiver,et la reine me protège en échange de quelques bêtes.Si tu viens pour me tuer,je pense que ce n'est pas la reine qui t'envoit.Car je suis le seul à pouvoir gérer son bétail.Sans cela,elle aurait quelques difficultés pour se nourrir de viande...enfin,si c'est la querelle que tu cherches,tu ne la trouveras poins ici,car je ne suis qu'un piètre éleveur de moutons,qui n'a jamais appris à se battre,qui n'a jamais appris à voler.Je suis faible,et attaquer un faible serait une preuve de votre propre faiblesse.

Après cette tirade,Ismaël attendit.Il était doué de patience depuis son plus jeune âge.Il ne pouvait prévoir la réaction de l'étranger.Que ferait-il s'il se faisait attaquer? il ne savait pas se battre correctement et succomberait certainement au combat.Ou peut-être que Shasta mourrait sous les yeux pas si aveugles de l'Esprit.En attendant que l'intrus se montre,le garçon replia doucement ses ailes et croisa les bras.
Revenir en haut Aller en bas


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Jeu 6 Aoû - 18:52

Jensen Vycilinski n'aimait pas grand monde. A vrai dire, il n'aimait même presque personne. Ce n'était pas parce qu'il n'arrivait pas à se faire d'amis, ni parce qu'il était trop timide ou qu'il avait peur des autres. C'était juste qu'il ne voyait pas l'intérêt d'apprécier les autres, encore moins d'en faire de potentiels amis. Un ami, c'était quoi après tout? Quelqu'un avec qui on pouvait rire? Le jeune Neko n'avait pas besoin de rire pour se sentir bien. Quelqu'un avec qui discuter? Il parlait déjà avec les autres, pas besoin de bien les connaître pour ça. Quelqu'un qui vous aide? Le jeune homme était bien trop fier pour demander de l'aide, à moins que ce ne soit vraiment critique. En bref, le membre de la brigade noire ne voyait pas l'intérêt d'être proche réellement de quelqu'un, sur un plan comme celui de l'amitié. Il pouvait comprendre que certaine personnes ne supportent pas la solitude, mais ce n'était pas un motif à ses yeux pour se socialiser plus que ce qu'il faisait déjà. Il avait du respect envers Samyra Alcantha et Annahita Della'Morte, et supportait pour des raisons évidentes les autres membres de la brigade et les personnes haut placées dans la hiérarchie. Il était certain que s'il n'y avait aucune cohésion entre les différents membres de la brigade, les généraux et les stratèges ou ce genre de choses, alors l'ouest de ce Pays n'irait guère loin. Seulement être en cohésion ne signifiait pas pour autant devenir amis. Il fallait seulement pouvoir être efficace en cas d'attaque, pouvoir coordonner leurs mouvements s'ils étaient plusieurs dans la même situation, réussir à s'entendre voir à s'entraider si besoin était. Mais de toute façon, le Neko aux cheveux en bataille partait généralement seul, et ne voyait aucun intérêt à informer les autres de là où il allait. Non, les amis..., les amis, ça ne servait à rien. Être trop proche de quelqu'un, ça ne servait à rien. Ça rendait faible, voilà tout. Il suffisait de menacer cette personne pour pouvoir obtenir quelque chose de son interlocuteur, à ce moment là. Alors non. Rester seul, c'était bien mieux.

En théorie. Il réussissait à se contredire tout seul, à l'évidence..., enfin, une personne, ce n'était pas comme s'il avait des dizaines de proches.

Le garçon poussa un soupir agacé, gardant un œil sur son interlocuteur. Il doutait fort qu'il soit dangereux, mais prudence oblige il ne comptait pas détourner son regard ne serait-ce qu'une seconde avant d'en être totalement certain. C'était un Esprit, pas bien grand-même si il était mal placé pour juger quelqu'un à sa taille-et surtout, un éleveur de mouton sans nul doute. Non pas que les éleveur de moutons ne pouvaient pas être de très bons combattants, il n'y avait pas de gêne pour ça. Seulement les meilleurs guerriers étaient dans la brigade, et les autres travaillaient souvent au château. Ils en faisaient leur métier, tout simplement ; comme Jensen, qui maniait la hache avec une dextérité impressionnante pour quelqu'un de son gabarit et de son âge. Alors il savait par expérience qu'il n'avait pas grand chose à craindre de ce garçon. A moins que ce ne soit un génie guerrier, auquel cas il aurait pu avoir des craintes. Mais enfin, une fois de plus, il ne pensait pas qu'un éleveur de mouton puisse surpasser un membre de la brigade noire. Le surpasser lui, non.

-J'ai l'habitude d'être seul. Et puis, Shasta me tient compagnie. Je n'ai pas peur d'être attaqué. Malgré les apparences,je sais me défendre.

Le jeune homme resta appuyé sur sa hache, écoutant distraitement ce qu'il disait. Shasta, ce devait être la sorte de chien étrange qui venait de s'éloigner. Un chien. Jensen n'appréciait pas vraiment ce genre d'animal, et il ne s'en cachait pas. Tuer cette sale bête lui aurait beaucoup plus sur le moment, mais il ne le ferait sans doute pas. Quoi que. Il y avait tout de même un risque, tout allait dépendre de ce que dirait cet Esprit, de ce qu'il ferait. S'il lui semblait qu'il n'agissait pas correctement envers lui, alors il aviserait. Le Neko avait une assez haute opinion de lui-même, assez pour sans doute énerver les gens à cause de ça. Il était fort, et il le savait. Il savait pertinemment que ça agaçait un grand nombre, et il s'en réjouissait. Ennuyer le reste du monde, c'était une occupation en soi.

-Tu vois,je suis un Esprit. Et comme tout Esprit,moi je ne vois pas. On a tous une faiblesse, un point mort. Et on a tous quelque chose ou quelqu'un à défendre,que ce soit notre honneur,ou un être cher. Moi, je protège mon troupeau, car il me fait survivre. La laine me tient chaud en Hiver, et la reine me protège en échange de quelques bêtes. Si tu viens pour me tuer, je pense que ce n'est pas la reine qui t'envoie. Car je suis le seul à pouvoir gérer son bétail. Sans cela, elle aurait quelques difficultés pour se nourrir de viande...enfin,si c'est la querelle que tu cherches,tu ne la trouveras poins ici,car je ne suis qu'un piètre éleveur de moutons, qui n'a jamais appris à se battre, qui n'a jamais appris à voler. Je suis faible, et attaquer un faible serait une preuve de votre propre faiblesse.

En entendant ça, Jensen ne put retenir un léger rire. Oui, il se doutait bien que ce n'était pas la Princesse qui l'avait envoyé. N'importe qui s'en serait douté. Où aurait été l'intérêt de l'envoyer tuer quelqu'un qui était de leur côté? Si c'eût été un déchu, il aurait eu un semblant d'excuse. Les rares humains et Elfes qui passaient du côté Ouest de la frontière savaient très bien à quoi s'en tenir, après tout. Ils étaient bien plus en danger que les autres, et qui plus est ils n'étaient bien souvent guère appréciés. Jensen, lui, les exécrait. Tout simplement. Il ne voulait pas entendre un traître mot de la bouche de gens comme eux, qu'ils soient avec eux ou contre eux. Ce n'était que des traître, des personnes à qui on ne pourrait plus jamais faire confiance. Il avait trahi une fois, au nom de quoi pouvait-on jurer qu'il ne le referait pas de nouveau? Qu'est-ce qui leur prouvait qu'ils méritaient ne serait-ce que de pouvoir vivre sur leur terres? Les Neko ou Esprits déchus ne méritaient pas de vivre, ils étaient juste bons à pourrir en enfer. Les Humains et les Elfes déchus, il les ignorait. Il n'avait pas le choix : une fois de plus, tuer des alliés aurait été stupide. Mais il n'aurait pas été en aider un s'il s'était fait attaquer. Qu'ils se débrouille.

Le jeune homme aux yeux très bleus sauta prestement, puis marcha vers l'esprit, l'air narquois.


«Je ne doute pas que tu sois faible, aucun problème là-dessus. Seulement je n'attaque jamais les faibles, vois-tu. J'attaque les forts uniquement. Les faibles...»

Jensen se rapprocha encore de son interlocuteur, et se pencha vers lui.

«…, les faibles, je les abats.»

Le Neko recula quelque peu, pour avoir une vue d'ensemble de l'Esprit et respecter une hypothétique distance de sécurité réflexe. Il est vrai que du haut de son mètre soixante-cinq, Jensen ne devait pas avoir l'air bien impressionnant. Plutôt petit, mince, et relativement jeune..., oui, sans doute qu'on aurait pu croire qu'il n'était pas si fort qu'il le prétendait. Impression mise à mal par la présence de sa hache-de nouveau accrochée dans son dos-et du fait que ce soit un Neko. Un Neko nyctalope, et aux griffes acérées. Qui plus est il n'avait jamais l'air gentil, ce qui renforçait cette idée de méchanceté qu'on pouvait lui attribuer en le voyant. Et méchant, il l'était clairement. Loin de donner une fausse-impression de ce qu'il était vraiment, Jensen renvoyait très bien l'image qu'il voulait donner de lui.

«Et je n'ai jamais dit que je voulais te tuer enfin, je te posais une simple question..., dit-il avec un air qui prouvait nettement le contraire. Quant-à moi..., je ne suis envoyé par personne, je suis encore libre d'aller où je veux, que je sache. Et la Princesse n'aurait certainement pas envoyé quelqu'un comme moi pour tuer quelqu'un comme toi...»

Rien qu'au ton de voix du jeune homme, n'importe qui aurait su dire qu'il se mettait largement au-dessus de son interlocuteur. Parce que lui était fort, l'autre pas. Parce qu'il avait un rang assez élevé, l'autre pas. Parce qu'il était Jensen, et que l'autre était ce qu'il était.

«Et tiens ton truc loin de moi, où je le coupe en deux...», siffla-t-il, faisant allusion au chien de l'Esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Jeu 6 Aoû - 21:28

L'Esprit avait senti l'étranger se rapprocher.Les battements de coeur d'Ismaël se faisaient de plus en plus rapides,et pourtant,il ne tremblait pas.Shasta venait de revenir aux pieds de son maître,il soutenait son regard sur le neko.Car seul Shasta pouvait voir l'intrus.Et ne pouvant pas communiquer avec Ismaël,ce dernier restait dans l'ignorance de l'origine du jeune homme.

Je ne doute pas que tu sois faible, aucun problème là-dessus. Seulement je n'attaque jamais les faibles, vois-tu. J'attaque les forts uniquement. Les faibles...

Ismaël sentit la présence se rapprocher encore,le souffle de l'inconnu glisser dans l'air.

…, les faibles, je les abats.

Les yeux au regard vide de l'Esprit s'écarquillèrent.Il savait très bien comment prendre cet argument.
L'étranger recula.Shasta avait très bien compris les propos du neko,et replia ses oreilles en signe de méfiance.


Et je n'ai jamais dit que je voulais te tuer enfin, je te posais une simple question....

Donc,à priori,Ismaël n'avait pas à s'inquiéter,mais prudence est mère de sûreté.On avait toujours appris au garçon de se méfier des étrangers.Après tout,on n'est à l'abri de personne quand on vit seul dans les montagnes.

Quant-à moi..., je ne suis envoyé par personne, je suis encore libre d'aller où je veux, que je sache. Et la Princesse n'aurait certainement pas envoyé quelqu'un comme moi pour tuer quelqu'un comme toi...

Le neko avait beaucoup appuyé sur les mots "moi" et "toi".Certainement pour se comparer à l'Esprit,et montrer qu'il était supérieur.Ismaël eut une réaction normale dans ce genre de situation: il haussa un sourcil.Shasta aussi réagit à sa façon: il s'assit et pencha la tête sur le côté.

Et tiens ton truc loin de moi, où je le coupe en deux...

Le "truc" en question sursauta,se releva et grogna contre le neko.Pour Shasta,cet étranger ne représentait qu'un ennemi à repousser du territoire.Bien évidemment,Ismaël ne voulait pas chercher la querelle,et préferait rester vigilant,car la simple "vue" de la hache suscitait l'inquiètude chez l'Esprit.En effet,celui-ci ne maniait aucune arme,il ne le voulait pas.Et il savait qu'un chien,même aussi morphologiquement étrange et imposant que Shasta,n'était pas de taille contre une arme blanche d'une telle envergure.
Bref,si Ismaël savait que son interlocuteur maniait une hache,c'était grâce à quatre facteurs: le premier étant le poids de l'instrument.Lorsque l'étranger posait son arme au sol pour s'appuyer dessus,on pouvait remarquer,par les vibrations du sol,qu'elle pesait étonnement lourd.Ensuite,le bruit métallique qui s'était fait entendre à l'arrivée du neko indiquait bien que l'arme était en métal,chose tout à fait logique.Troisième facteur: l'odeur du bois.Ismaël a vécu toute sa vie dans la nature,et il pouvait reconnaitre l'odeur de chaque arbre différent.Le manche de l'arme s'évèrerait donc être en bois.Et enfin,l'odeur de sang qui restait sur l'arme,indiquait clairement qu'elle avait servi de nombreuses fois,et de façon...brutale.L'Esprit ne pouvait peut-être pas voir,mais il avait de très bonnes capacités de détection et de suppositions.
Il s'assura tout de même que sa supposition était bonne:


-Dis moi si je me trompe,mais ton arme,c'est bien une hache?

Se rendant compte du hors-sujet de sa question,il ordonna à Shasta de se calmer et fit frissoner les plumes de ses ailes.Cela lui permit de se ventiler un peu,car il avait horriblement chaud.Peut-être la tension,ou bien le climat...
Pris d'un soudain élan de courage,il rétorqua au neko:


-Essaye donc de nous abattre.Même si tu ne comptes peut-être pas nous tuer,tu es libre,comme tu dis.Alors si l'envie te prenait de nous tuer? je me méfie de tout et de tout le monde,c'est dans ma nature.De plus,je ne te laisserai jamais toucher à Shasta.

Ne voulant ni susciter la pitié ou raconter son passé,il ne dit pas au neko qu'il avait perdu un être cher et que ce chien était tout ce qui lui restait.Ismaël pouvait défendre seul ce qui comptait pour lui.Il n'avait pas besoin de s'expliquer.
Pour finir,l'Esprit était très curieux de savoir d'où venait l'étranger.Après tout,si il ne s'avèrait pas être une menace,pourquoi était-il venu ici?


-Et puis d'abord,qui es-tu? Et d'où viens-tu? demanda l'Esprit en croisant les bras.Si tu prétends être trop supérieur à moi pour me défier,pourquoi restes-tu à discuter avec un être faible comme moi?

Beaucoup de questions que se posait Ismaël.Mais il restait à savoir si l'intrus allait y répondre.
Revenir en haut Aller en bas


Humaine déchue, Villageoise

Féminin Nombre de messages  : 23

Localisation  : Près de toi.^^
Emploi/loisirs  : Astrid joue, elle aimerait bien jouer avec toi.^^
Humeur  : Astrid est heureuse...~

Inscrit depuis le   : 28/07/2009
avatar
Humaine déchue, Villageoise


Feuille de personnage
Age: Astrid a 15 ans. 16 en Octobre 1562.~♫
Race: Astrid est une humaine, humaine. Juste humaine.^^
Arme / Pouvoir  : Astrid manie un fouet, qui fait très très très...Mal.^^-

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Dim 23 Aoû - 22:04

Du bruit. Des paroles. Des grognements. Un crissement.

Tous ces bruits relativement inhabituels en ce coin éloigné de la civilisation, plongé au coeur de la végétation de la chaîne Boréal, attirèrent l'attention d'Astrid, alors qu'elle se promenait tout simplement loin du village où elle habitait. La petite déchue avait l'habitude de se ballader en ce coin reculé, car justement, du fait qu'il était éloigné de pratiquement tous les villages qui composaient la partie Ouest du royaume d'Illea, peut de personnes s'y rendaient, et elle avait par conséquent aussi peu de chances de croiser du monde en y venant. Ce n'était pas qu'Astrid n'aimait pas croiser du monde. Ce n'était pas qu'Astrid n'aimait pas parler avec les autres. C'était juste qu'Astrid était une déchue, et de par son rang, elle ne pouvait tout simplement pas se permettre de parler ainsi avec les autres habitants de l'Ouest. Parcequ'à l'Ouest, tout le monde détesterait Astrid s'il la voyait dans la rue. Parcequ'elle était humaine, elle n'était pas du bon côté du royaume. Même si sa maison, même si sa vie étaient ici, jamais elle ne serait chez elle ici. Mais Astrid le savait, ça, et elle le comprenait. Elle comprenait quand on lui lançait des insultes au visage, ou même quand on la frappait. Elle comprenait. C'était une réactio normale, ici, alors pourquoi n'aurait-elle pas compris? Elle n'était pas bête, pas plus qu'elle n'était une innocente victime. Elle avait choisit de rester là, sa grand-mère avait choisit. Elle savait ce qu'on lui ferait, une fois que les tensions se seraient presque complêtement effacées. Elle savait ce qu'on lui faisait, à elle comme à tous les autres, qu'ils soient d'ici ou là-bas. à l'Est, on frappait aussi ceux qui ne devaient pas être là. On leur crachait sûrement dessus aussi. Mais ce n'était pas grave, au fond. Parceque c'était compréhensible et normal, et que...

Et que de toutes façons, ils payeraient pour ce qu'ils faisaient un jour ou l'autre, tout n'était qu'une question de temps, de temps, de temps.
Tous les pêcheurs sont jugés un jour ou l'autre. Il suffit juste d'attendre le jour du Jugement, qui viendrait sans faute.

Pour en revenir aux bruits étranges que la fillette aux grands yeux dorés avait entendu, ils lui semblaient venir d'une plaine déboisée, près de l'endroit où elle se trouvait en ce moment même. Etrange. Qui se trouvait là? Il n'y avait personne, normalement, Astrid connaissait bien l'endroit. La seule qui aurait du être là en ce moment même était elle. Qui donc s'était introduit dans son endroit préféré?
La jeune déchue monta habilement sur une grosse pierre bordant le sentier qu'elle suivait depuis quelques minutes déjà, et s'amusa à ainsi passer de pierres en pierres, un petit sourire étirant ses lèvres fines. Il y avait des invités, il y avait des invités. Il fallait acceuillir les invités. Astrid ne savait pas du tout de quel genre d'invité il s'agissait, mais cela n'était pas très grave, vu qu'elle allait très vite le savoir, si elle continuait de marcher dans cette direction. Un léger vent tiède agitait doucement les cheveux blonds presque blancs de la jeune fille, alors qu'elle continuait sa drôle de marche en silence, vers l'endroit d'où provenait le voix, de plus en plus nettes et distinctes. Deux vois, des bêlement, le chant des oiseaux. Le chant des oiseaux était partout, les bêlements et les voix étaient droit devant elle, là où le soleil recommenceait à faire son apparition, tout au bout du sentier. Un peut plus loin peut-être. En tout cas, peut importe la distance qui la séparait de ces voix, c'était tout droit.

Deux voix, des voix de garçons. Les mpoutons devaient être près des deux garçons, car leurs bêlements s'intensifiaient en même temps que les voix. C'était étrange. Un éléveur de moutons, ici? Bizarre. Et qui était celui qui lui parlait? Un autre éleveur, un ami? Non. Il y avait trop d'agréssivité dans la voix la plus aigüe pour qu'elle est pu être amicale d'une quelconque sorte. La première voix était posée, la deuxième voix était agréssive. Dangereuse. Peut-être bien que l'un de ces invités était dangereux? peut-être bien qu'elle représentait un danger pour Astrid, qui ferait mieux de faire demi-tour et rentrer chez elle? Si Astrid n'allait pas voir ces deux invités, jamais elle ne saurait cela. Peut-être qu'elle rentrerait pour rien.

Astrid n'avait pas envie de rentrer, pas plus que faire demi-tour. Elle voulait juste voir ces deux garçons qui s'étaient invités là où elle avait l'habitude de se promener.
La jeune humaine aux yeux jaunes fut bientôt sortie du sentier, et marcha encore quelques mètres durant, seul le léger bruissement que provoquait ses chaussures blanches brisant un silence étrange qui s'était installé. Même les oiseaux ne chantaient plus.

Aaaah...ils devaient être effrayés.

Astrid écarta doucement les branches du buisson qui lui bloquait le passage, et sans autres pensées, en sortit, arrivant alors près des deux invités, maintenant plus proches que ce qu'elle aurait cru. Elle n'avait pas voulu se montrer si soudainement à découvert, mais c'était trop tard, maintenant. Et puis, ça pouvait être drôle, peut-être.
Un bref regard aux deux autres personnes lui suffit pour approuver ses dires: Deux garçons. Un plus vieux, un plus jeune. Un plus grand, un plus petit. Un Esprit, un Neko. Ah, avec elle, cela faisait trois personnes, trois races doifférentes réunies en un seul lieu. Peut-être allaient-ils pouvoir s'amuser tous ensembles?

"Que faites vous là? Astrid voudrait savoir." demanda Astrid, utilisant l'habituelle troisième personne pour parler, son regard passant alternativement du plus grand au plus petit, attendant une réponse de leur part.

L'un était armé. L'autre utilisait la magie, il l'était aussi. Elle, elle avait son fouet, soigneusement rangé à ses côtés. Pourquoi le Neko était-il là et armé?

Que faisaient-ils là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mar 25 Aoû - 3:21

Jensen n'aimait pas les étrangers. Il n'aimait pas forcément les têtes connues non plus, d'ailleurs. Mais les étrangers au moins, c'était une constante. C'était logique, d'ailleurs ; s'il avait appris à connaître les étrangers, alors ce serait devenues des têtes connues. Or quand il rencontrait quelqu'un comme ce type, là, cet Esprit, il n'avait pas la moindre envie, aussi minime soit-elle, de le connaître. Il n'était ni fort ni même intéressant, alors non, ça n'avait aucun intérêt. Beaucoup de personnes pourtant aimaient se faire des amis, apprendre à connaître plus ou moins bien les gens pour pouvoir leur reparler plus tard. Le jeune Neko lui, ne le faisait jamais. Il parlait quand il avait besoin de parler ou quand il avait envie de parler, et ce qu'il disait était rarement du goût de ses interlocuteurs. Des remarques blessantes, des répliques cinglantes, des phrases qui auraient réussi à énerver la plus calme des personne, des piques qui n'avaient pas lieu d'être puisque l'autre était courtois. Jensen n'aimait pas les autres, il ne les avait jamais aimé. Son clan était arrivé à Illea, et certes, il avait du s'adapter. Ce qui était moins facile qu'on pouvait bien le penser, quand on avait vécu plus de quatorze ans dans un même lieu, pour soudain partir quelque part dont il ne connaissait rien. Tout ce qu'il savait, c'était qu'ils étaient sensés vivre mieux, ici. Et en effet, il vivait mieux. Il lui arrivait encore de faire des erreurs de langage, puisque cette langue il l'avait apprise par obligation, à cause de son poste dans le Brigade Noire. Mais ça, très honnêtement, il n'en avait que faire. Tant qu'un idiot ne s'amusait pas à le reprendre, il n'en avait rien à faire, oui. On le comprenait bien, c'était la seule chose qui importait. Qu'il se trompe ou ait un accent, ça ne comptait pas. Et si quelqu'un s'amusait à se moquer de lui pour ça, et bien il se serait énervé contre lui. Oh, tout dépendait de qui c'était, bien sûr. Mais comme il n'appréciait guère grand monde, il n'y avait que peu de personnes qui étaient à l'abri d'une crise de colère du Neko à la hache. Si c'était Annahita, ou Samyra, il n'aurait rien dit. Si c'était un membre de la Brigade, ce serait sans doute resté au verbal, ou ça ne serait pas allé tellement plus loin. Si c'était un stratège, un général ou quoi que ce soit dans ce goût là, il l'aurait envoyé paître bien gentiment. Si c'était un villageois ou qui que ce fut d'autre, il valait mieux se méfier. Le garçon est nerveux, et il n'est pas si rare que ça finalement qu'il frappe quelqu'un. Oui, mieux valait se méfier.

Jensen reposa son regard sur l'Esprit auquel il faisait face, et lança un regard noir à son 'chien' en corollaire.

-Dis moi si je me trompe,mais ton arme,c'est bien une hache?

Le jeune Neko haussa un sourcil, s'attendant peu à ce genre de propos hors du sujet. En guise se de réponse il eut un léger rire, tout sauf doux et de bon présage, et attrapa le manche de sa hache, accrochée dans son dos. Après s'en être saisi, il la posa brutalement sur le sol, et posa son pied sur le creux de la lame. Oui, Jensen se battait avec une hache. C'était peut-être une arme peu banale, pour ce qu'il en savait. En tout cas, il la trouvait parfaite pour se battre. Certes, certes..., c'était une grosse arme. Et lui n'était en soit pas très grand et n'avait pas l'air très fort. Ce qui était une fausse impression, finalement ; personne de ce côté-ci du monde n'aurait pu le battre une hache en main, non? Il faisait parti de la brigade Noire, après tout. Et ce, malgré sa carrure et le fait qu'il n'ai que seize ans. Un parfait exemple de la phrase disant qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

«Oui. Une hache, tout à fait.», dit-il avec un sourire moqueur.

Il ne se moquait pas à proprement parler de l'Esprit parce que c'était un Esprit, justement, mais juste pour se moquer. Le sujet importait peu, tant que son interlocuteur ne pouvait pas retourner l'argument contre lui. Oui, parce que ça il le détestait. C'était la principale raison pour laquelle il ne dirait jamais rien sur la taille des gens. Parce que la sienne pouvait très bien être prise à défaut aussi, et que ça il ne l'aurait pas supporté. Tout ce qui aurait pu lui porter atteinte, il évitait de s'en servir contre les autres. Et s'il n'avait plus le moindre argument, alors il se serait énervé, tout bonnement. La violence ne l'avait jamais gêné ou dérangé, il avait vécu en plein dedans. Il avait été très largement éclaboussé d'ailleurs.


-Essaye donc de nous abattre. Même si tu ne comptes peut-être pas nous tuer, tu es libre, comme tu dis. Alors si l'envie te prenait de nous tuer? Je me méfie de tout et de tout le monde, c'est dans ma nature. De plus,je ne te laisserai jamais toucher à Shasta.

Jensen eut un nouveau rictus. Le Neko aux yeux bleus ne savait pas s'il le faisait exprès, s'il s'en rendait compte ou pas, mais il se mettait en danger en disant cela. Même principe que précédemment ; ça ne dérangeait pas Jensen de frapper ou tuer quelqu'un sans motif. Mais ça, la majorité des gens ne le comprenaient pas. Provoquer quelqu'un comme Jensen, c'est être complètement et profondément masochiste. Parce qu'il n'attend que ça, que vous lui donniez un prétexte. Alors lui en donner à tout va de la sorte, oui, c'était dangereux. Surtout quand la différence de niveau était si flagrante. 'Essaye donc de nous abattre'. S'il n'avait pas été de leur côté, il serait déjà mort. Parce que quelqu'un qui ose le demander, et bien Jensen leur accorde sans plus de cérémonie. S'amuser avec des gens comme ça..., tss, aucun intérêt. Vraiment aucun. Comme il l'avait dit, il ne combattait que les forts. Les faibles, il les abattait. Comme des animaux. Comme des choses indignes de porter la vie. Il s'en fichait royalement, des faibles. Or il avait catalogué ce jeune homme comme étant faible, et il ne lui avait pas donné de raisons de douter de son jugement, bien au contraire.

«Ne me dis pas ce que je dois faire, répondit-il sur un ton agressif. Si je veux te tuer, je te tue, je m'en balance. Et ton truc, c'est exactement la même chose. La seule chose qui me retient de te tuer c'est que tu es du bon côté, c'est absolument tout. Et c'est mince, crois moi, alors tire pas sur la corde...»

De ce qu'il en avait compris, il devait être aveugle. Il savait juste de lui qu'il avait une hache, et peut-être que c'était un Neko à cause de son accent. Le reste..., il devait l'ignorer. Ce qui ne faisait pas une si grande différence en soit, finalement. Son nom, son rang, tout ça avait une importance purement secondaire. Cet Esprit savait qu'il était dangereux, non? Ça aurait du lui suffire pour être plus sur ses gardes que ça. Parce que ce que venait de dire Jensen, il le pensait. Il le ferait, s'il continuait. Ou au moins le blesserait-il. Il n'aurait absolument aucun remord à ce faire, même si visiblement ça ne rentrait pas dans tout les cerveaux.

-Et puis d'abord,qui es-tu? Et d'où viens-tu? Si tu prétends être trop supérieur à moi pour me défier,pourquoi restes-tu à discuter avec un être faible comme moi?

Jensen le dévisagea un instant, et haussa les épaules après un vague soupir de dépit. Pourquoi parlait-il avec lui? C'était bien simple, en fait. Parce que. Il n'avait pas besoin de raisons pour lui parler. Tant que ça le contrariait lui, le reste lui était complètement égale. La souffrance des autres était un plaisir en soit, quelque part. Ça pouvait choquer certains, comme mode de pensée ; mais finalement, Jensen n'était qu'un adolescent. La guerre, les morts, pour lui ça n'avait rien de choquant. C'était..., normal, et amusant. Voilà, c'était ça. Tuer était normal, et puis après tout tout le monde mourrait un jour ou l'autre, il ne faisait qu'aider le destin. Et c'était amusant quand il y avait un minimum de challenge. Oui, se battre contre quelqu'un de fort était plus intéressant en soit. Pas plus fort bien entendu. De force équivalente, ça se valait. Parce qu'au final, un des deux finissait toujours par gagner d'une façon ou d'une autre. Ça n'existait pas, la force équivalente pure. A moins de se battre contre son double, et encore.

«Vycilinski Prochazkova Novotny Jensen, répondit-il laconiquement, un demi-sourire peint sur son visage fin. Je parle à qui je veux si je veux..., et je suis un membre de la Brigade. Donc je loge au cha-»

Le Neko s'arrêta brutalement, et pointa brusquement sa hache sous le nez d'une jeune fille, qui venait de sortir d'un buisson. Ce n'était visiblement pas son jour. Il y avait plein de monde, dans ce bout du monde. Alors qu'à l'évidence, il n'y avait jamais personne là à l'accoutumée. Il la dévisagea un moment, gardant tout de même un œil sur l'Esprit près de lui. Il n'était pas dangereux, mais les erreurs d'inattention étaient trop vite arrivées, et elles ne pardonnaient généralement pas. Il la fixa encore quelques secondes, le temps de se rendre compte de quelque chose de crucial. Pas d'oreilles sur le haut du crâne, pas de queue. Pas d'yeux vides. Il émit un léger sifflement et grimaça, la regardant avec toute la gentillesse dont il pouvait faire preuve face à quelqu'un comme elle. Quelqu'un dont l'existence même le rebutait, donc.

"Que faites vous là? Astrid voudrait savoir."

Il fit une nouvelle grimace, jetant un bref coup d'œil au garçon. Lui il ne l'aimait pas particulièrement, mais c'était un Esprit. Ce simple fait lui valait d'avoir la vie sauve, il pouvait s'en estimer heureux. Elle, il aurait vraiment aimer pouvoir la tuer. Seulement vu d'où elle venait, il y avait peu de risques qu'elle se soit simplement égaré du mauvais côté de la frontière. Elle devait donc habiter ici. Une humaine, ici. Une déchue. La seule humaine dont la présence était loin de le déranger était la Princesse, et c'était tout. Les autres étaient plus bas que tout dans son estime. Et ce, même s'ils avaient trahis-ou quoi que ce fut les portant à être là-pour être de leur côté, pour être à l'Ouest. Ils n'en restaient pas moins des traitres à ses yeux, des personnes en qui on ne pourrait jamais avoir vraiment confiance.

Bon à abattre.

«Et qu'est-ce qu'elle fait là, Astrid, hmm? Elle s'est perdue? Demanda-t-il en la foudroyant du regard et en faisant onduler sa queue derrière lui, trahissant son agacement actuel. Tu ferais mieux de rester chez toi, humaine, c'est vraiment dangereux de se promener seul pour les gens de ta race...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mar 25 Aoû - 19:13

L'Esprit pouvait entendre les ricanements de son interlocuteur.

Oui. Une hache, tout à fait.

Ismaël fronça les sourcils.L'ennemi avait un avantage matériel.Mais l'Esprit avait un avantage spirituel,va t-on dire.L'esprit de l'Esprit était assez développé pour contracter une forte intelligence,et une puissance magique suffisante pour le protéger,lui et son "chien".

Mais une autre présence,beaucoup plus lointaine et inconnue,se rapprochait.

Lorsqu'Ismaël avait prévenu l'intrus de ne pas toucher à Shasta,il avait ri,une fois de plus.Cela n'énerva pas l'Esprit,qui était d'un calme sans faille.La sérénité pouvait se lire sur son visage au regard vide.


Ne me dis pas ce que je dois faire. Si je veux te tuer, je te tue, je m'en balance. Et ton truc, c'est exactement la même chose. La seule chose qui me retient de te tuer c'est que tu es du bon côté, c'est absolument tout. Et c'est mince, crois moi, alors tire pas sur la corde...

Donc,à en juger par ses paroles,le simple fait d'être du côté de la Princesse empêchait en quelque sorte l'ennemi de s'en prendre à Ismaël.Mais ce dernier sentait bien que si il cherchait trop le Neko,il se mettrait en danger.Se mettre en danger lui,cela lui importait peu,mais mettre en danger son seul ami -c'est-à-dire Shasta- serait très imprudent.
Bref,l'Esprit était assez intelligent et prudent pour arrêter de questionner son interlocuteur.

La présence se rapprochait encore.


Vycilinski Prochazkova Novotny Jensen. Je parle à qui je veux si je veux..., et je suis un membre de la Brigade. Donc je loge au cha-

D'accord,un prénom fort sympathique pour un personnage fort...sympathique !
L'interlocuteur n'eut pas le temps de finir sa phrase: il venait de menacer une jeune nouvelle arrivante avec sa hache.La nouvelle arrivante...la présence...Ismaël l'avait prévu,grâce à ses sens.


Que faites vous là? Astrid voudrait savoir.

Ismaël écarquilla ses yeux vides.Il voulut poser la même question à la fille.L'Esprit ressentait en elle une âme pure et innocente.Rien de menaçant.Le plus menaçant,au contraire,n'était autre que ce Vyclisikin machin chose....Jensen.

Et qu'est-ce qu'elle fait là, Astrid, hmm? Elle s'est perdue? Tu ferais mieux de rester chez toi, humaine, c'est vraiment dangereux de se promener seul pour les gens de ta race...

Ismaël fronça les sourcils.Ici n'était pas le territoire du Neko.De plus,la petite n'avait rien à craindre,car seuls les loups et les Nekos égarés représentaient un réel danger dans cette plaine.

Shasta se rapprocha de la fille prénommée Astrid,ignorant le Neko furax.L'étrange chien renifla la robe d'Astrid,et remua la queue.On pouvait lire de la joie dans ses yeux brillants: il n'avait jamais vu de fille dans sa vie.

Ismaël,pour sa part,ressentant la joie de son compagnon,s'adressa au Neko:


-Même si vous faites partie de la Brigade de la princesse,vous n'avez pas à dire ce qu'elle doit faire u_u et je ne tolère pas la discrimination des races...veuillez m'excuser,mademoiselle,je ne le connais que depuis quelques minutes.Et tout ce que je sais de lui,c'est qu'il a un caractère de mouton malade !

Puis,pour répondre à la question d'Astrid:

-Je suis éleveur de moutons,j'habite dans cette montagne depuis de nombreuses années...
Revenir en haut Aller en bas


Humaine déchue, Villageoise

Féminin Nombre de messages  : 23

Localisation  : Près de toi.^^
Emploi/loisirs  : Astrid joue, elle aimerait bien jouer avec toi.^^
Humeur  : Astrid est heureuse...~

Inscrit depuis le   : 28/07/2009
avatar
Humaine déchue, Villageoise


Feuille de personnage
Age: Astrid a 15 ans. 16 en Octobre 1562.~♫
Race: Astrid est une humaine, humaine. Juste humaine.^^
Arme / Pouvoir  : Astrid manie un fouet, qui fait très très très...Mal.^^-

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Dim 30 Aoû - 3:26

Un Neko a l'air agréssif et un Esprit qui semblait très calme. Voilà à quoi ressemblaient les invités qui étaient venus s'amuser dans la montagne Boréal. Dès qu'elle avait posé le pied sur l'herbe douce qui constituait la plaine ou l'éleveur avait lâché ses moutons, la jeune fille s'était retrouvée avec une hache sous le nez, avant même qu'elle ai pu parler. N'importe qui aurait au moins eu un léger mouvement de recul face à une réaction pareille, mais pas Astrid. Parceque l'humaine déchue avait plus ou moins deviné que le Neko ferait ça. S'il avait été armé comme elle l'avait pensé, il aurait forcément fait ça, dont son regard totalement neutre pour la hache qu'il avait pointée dans sa direction. Agréssif...il en avait l'air, et sa voix avait l'intonation des gens perpétuellement énervés et constament sur leurs gardes. Il était dangereux, elle le savait. Les membres de la Brigade Noire étaient les cinq meilleurs guerriers de tout l'Ouest, après tout. Ils ne s'étaient pas éléver à ce poste si important et convoîté par les Maîtres d'Armes avec des capacités médiocres, c'était tellement évident que même le dernier des idiots aurait deviné que rester ici était très dangereux, surtout pour un Déchu comme elle. Malgré tout, Astrid ne bougea pas d'un milimètre après avoir posé sa question, penchant légèrement sa tête sur le côté à l'entente de la phrase du Neko aux yeux bleus:

«Et qu'est-ce qu'elle fait là, Astrid, hmm? Elle s'est perdue? Tu ferais mieux de rester chez toi, humaine, c'est vraiment dangereux de se promener seul pour les gens de ta race...»

Le regard du Neko à la hache était clairement irrité, et peut-être méprisant aussi. Ce n'était pas étonnant non plus, Astrid c'était attendue à ce genre de réaction. De ce côté-ci du royaume, les humains n'étaient pas mieux lôtis que les animaux, et ils étaient même chassés de certains villages à coups de fourches et de bâtons. Tabassés, humiliés, rejetés, tués, chassés. Tellement d'adjectifs tous plus horribles les uns que les autres pour désigner le sort de certains Déchus dans le Royaume de l'Ouest. Mais à l'Est ils n'étaient pas mieux vus, elle en était persuadée. Traîtres, méprisables, fous, repoussants, ingrats. Pourquoi étaient-ils restés ici, au juste, ces Humains et ces Elfes, au lieu de rejoindre la partie du Royaume qui leur était destiné? C'était vraiment stupide, de rester là où personne ne voulait d'eux. Pourquoi avoir choisit cette vie difficile au lieu de celle qui vous tendait les bras de l'autre côté? En général, l'homme choisissait la solution la moins douloureuse et difficile possible, mais pourquoi, alors? La réponse était dans la phrase, justement. De l'autre côté, de l'autre côté. Un Royaume coupé en deux, c'était des familles, des vies coupées en deux. L'homme ne voulait pas avoir mal, mais restait stupidement et fermement accroché à ses souvenirs. J'ai passé toute ma vie ici, alors je ne bougerais pas, pas même pour tout l'or du monde. Je n'en ai pas les moyens, de toutes façons. J'aime mon village. J'aime, j'aime, j'aime...L'homme devenait incroyablement courageux et fort lorsqu'il s'agissait de protéger ces fragiles mémoires. S'il était trop attaché à un lieu, alors il ne partirait pas. Astrid comprenait cela. Elle avait passé toute sa vie à l'Ouest. Elle ne bougerait pas. Les Neko et les Esprits se trompaient, elle n'était pas juste une invitée dans une vaste demeure.

Elle était l'hôte, et eux étaient les invités qu'elle recevait dans sa maison. Ils étaient les intrus, pas elle. Pas elle. Elle, elle était chez elle.

Astrid regarda le Neko de ses grands yeux dorés sans dire un mot, le vent agitant parfois ses cheveux blonds. L'Esprit, resté jusque là en retrait s'approcha d'eux, et Astrid le savait, sans intentions violentes à son égard ou celui de l'autre. Il ne devait pas aimer se battre. Son drôle de chien s'était approché d'elle, et avait reniflé la robe qu'elle portait avec un petit jappement heureux. Elle lui donna une petite caresse sur la tête, avant de reporter son regard sur Jensen. L'Esprit avait parlé courageusement, ou peut-être inconsciement. Astrid savait que le jeune homme connaissait l'dentité du Neko à ses côtés. Il aurait du rester en retrait et ne rien dire, ça aurait été plus prudent. Le Neko allait être violent avec lui, c'était certain. Il allait le frapper, sans doute avec ses poings. Il ne le tuerait pas, elle en était certaine. Parceque c'était un Esprit, et qu'il avait sa place en ces montagnes. Elle, peut-être qu'il voudrait la tuer. Astrid ne pensait pas que le fait qu'elle soit une fille change les choses, car tout ce qu'il voyait en elle, c'était une humine. Une humaine qui n'avait rien à faire ici, une Humaine qui n'avait pas sa place, un pion au milieu des Tours.

A l'Ouest, elle n'avait plus d'identité, elle était juste...une Humaine.

-Je suis éleveur de moutons,j'habite dans cette montagne depuis de nombreuses années...

Le regard aux couleur de l'or de la fillette passa du Neko aux cheveux gris à l'Esprit, qui s'était cette fois adressé à elle. Un éleveur de moutons, elle le savait. Ces bêtes appartenaient forcément à quelqu'un, et ce n'était sûrement pas les animaux du Neko de la Brigade Noire. Il ne restait que le jeune Esprit, alors. La façon dont-il était habillé et le chien qui l'accompagnait venait renforcer cette hypothèse devenue affirmation dans l'esprit de l'humaine Déchue. Moutons, montagnes, éleveur, chien...Elle n'en avait jamais vu ici. C'était bizarre, elle se promenait souvent par ici, pourtant.

"Bizarre, fit-elle, ses yeux toujours plongés dans ceux entièrement vide de l'Esprit, Astrid ne t'as jamais vu ici avant."

Astrid secoua doucement sa tête blonde avec un petit sourire, rompant brusquement le contact visuel. Puis elle se dirigea d'un pas léger vers le Neko et sa hache, pour se retrouver uniquement à quelques centimètres de cette dernière. Elle remonta la tête vers le le jeune garçon aux oreilles de chat, et son sourire s'agrandit considérablement pour en devenir quasiment effrayant. Un rictus qui n'avait rien à faire sur le visage d'une jeune fille de 15 ans à peine. Elle lui dit ensuite, d'une voix légèrement traînante et chantante:

"Astrid ne s'est pas perdue, elle est chez elle, ici. C'est toi qui n'as rien à faire ici, Jensen. Astrid est chez elle, ici..."

Elle continua de regarder le Neko dans les yeux, sans perdre pour autant son étrange sourire. Oui, il n'était qu'un invité, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mer 16 Sep - 20:31

Bien sûr que Jensen avait une haute opinion de lui-même. Il avait une haute opinion de sa propre personne et de sa race, et avait la fâcheuse tendance de dénigrer les autres, parfois même sans s'en rendre compte. Pour être honnête, il le faisait plus que souvent à déssein, et sans éprouver la moindre sorte de gêne, même infime. Les Neko étaient à ses yeux la race la plus valable de quoi que ce soit, loin devant les Elfes te les humains, loin aussi devant les Esprits. Il avait toujours vécu entouré de gens de sa race, dans un climat assez tensif, difficile à vivre. Et même si à présent il ne vivait plus là-bas mais du côté Ouest d'Illea, ça ne changeait rien. On ne pouvait pas changer du tout au tout ainsi, en claquant des doigts, après tant d'années passées au même endroit. Il y avait fort à parier que Jensen ne changerait pas, qu'il ne changerait plus. Il resterait quelqu'un d'assez nerveux, de violent et se mefiant d'à peu près tout et tout le monde. Ce n'était pas des traits de caractère qu'il aurait qualifié de dérangeants ou même de mauvais, pour sa part ; c'était plutôt pour ceux qui l'énervaient que c'était des caractéristiques dangereuses. Il n'était aps rentré dans la brigade pour rien, et il pensait mériter sa place à juste titre, même s'il n'avait que seize ans. Tout ce qu'il savait était qu'ils devaient gagner cette guerre, ce conflit, et qu'il n'y avait pas d'autres alternatives possibles. Le jeune Neko aux yeux bleus n'avait pas été habitué à perdre, et il ne comptait pas s'y mettre à présent, certainement pas. Que ce soit lors d'un stupide jeu, lors d'une bataille ou lors d'une dispute, il détestait ne pas avoir le dernier mot. Et quand il ne l'avait pas, frapper pour mettre un terme au débat ne l'avait jamais embarassé d'une quelconque manière que ce soit. Endosser le rôle du 'méchant' ou de celui qui réfléchissait avec ses poings, ça lui était égal. Ce n'était pas un arriéré, pas plus qu'un incapable. Il tenait à être réspécté, et ce pour quelque motif que ce fut. Qu'on le haïsse, il ne formalisait pas. Au contraire, il trouvait même cela distrayant, qu'on le déteste. Si cette haine s'accompagnait d'une certaine crainte, c'était encore mieux. Alors se retrouver là, à parler avec un vulgaire éleveur de mouton et une pauvre humaine déchue..., ce n'était pas qu'il se croyait superieur : il était superieur. Tant objectivement d'un point de vue rapport de force, tant subjectivement de par son propre point de vue sur les personnes lambda et sans importances qui foulaient ce sol en sa compagnie. Il savait pertinnement qu'il avait l'avantage sur ces deux personnes, et qu'il aurait pu les tuer s'il en avait eu envie. Avec plus ou moins de difficulté, avec plus ou moins d'amusement, masi il aurait pu le faire. Il le savait, et il était persuadé que les deux autres le savaient aussi. Est-ce qu'ils en tenaient compte, jusque là il ne pouvait pas le dire.

Mais pour être clair, il était totalement en position de force, et il adorait ça.

Le jeune Neko darda de nouveau son regard clair sur l'esprit quand celui-ci se rapprocha de l'humaine, d'Astrid, ne prêtant visiblement pas une attention soutenue à Jensen et sa hache qui ne demandait qu'à servir. Le problème avec Jensen était qu'il supportait difficilement qu'on lui oppose quoi que ce soit, mis à part quand il se battait contre un ennemi de sa propre envergure. Alors dès que quelqu'un d'un peu sûr de lui, de facilement irritable et avec la langue trop bien pendue ne faisait que mine de le remettre à sa place, il avait juste envie de lui refaire le visage. Ou quoi que ce soit d'autre, pourvu que ce soit douloureux. Parler et insulter marchait, mais c'était fastidieux et les chances de réussites amoindries. Alors qu'avec un bon coup bien placé, le resultat était garanti. Les bleus à l'âme ne s'en vont parfois jamais, mais les douleurs physiques peuvent être aussi dévastatrice. Mieux vaut-il être humilié, ou perdre un bras? La plupart des personnes préfereraient largement être humiliées, pacre qu'au moins ainsi elles preserveraient cette vie qui bien que douloureuse leur était si chère. L'instinct de survie dictait à tout à chacun la conduite à suivre, et elle primait sur tout le reste. Personne ne devrait vouloir mourir, que ce soit parce que la vie n'a plus d'intérêt ou pour quelqu'un, quelque chose, des idées. Mais enfin, il arrivait régulièrement que des personnes transgresse cette règle universelle. Jensen lui-même, pour une stupide question de fierté, ne savait pas ce qu'il aurait fait s'il avait eu le choix entre le déshonneur et la mort. Pour éviter ce genre de conflits, il fallait tout simplement ne pas se mettre en danger. Et être parmi les plus forts était un bon moyen de se mettre hors de danger, même en se battant régulièrement. Jensen faisait parti des plus forts, et il voulait qu'on le sache.

Sinon, ça n'aurait eu aucun intérêt.

-Même si vous faites partie de la Brigade de la princesse,vous n'avez pas à dire ce qu'elle doit faire et je ne tolère pas la discrimination des races...veuillez m'excuser,mademoiselle,je ne le connais que depuis quelques minutes.Et tout ce que je sais de lui,c'est qu'il a un caractère de mouton malade !

Jensen fronça les sourcils et fit une grimace significative en diréction de l'éleveur qui venait de prendre la parole. Paroles oh combien naïves et stupides de sa part. Il ne tolérait pas la discrimination des races? Comme c'était mignon..., mais il n'en avait ab-so-lu-ment rien à faire, à vrai dire ça l'intéréssait autant que de savoir que sa mère habitait à dix kilomètres de là et qu'elle ressemblait à son fils-donc à rien. Qu'il ne la tolère pas, le Neko aux cheveux en bataille discriminait qui il voulait, où il voulait, quand il voulait. Et ce n'était pas un Esprit plus qu'à moitié inutile qui allait lui dicter sa loi, il pouvait en être sûr. Quand au caractère de mouton malade, il laissa une trace amère à son passage dans l'esprit de Jensen. Pour lui, c'était plus ou moins que quelqu'un qui n'était rien, qui n'était qu'un pathétique éleveur de mouton sans la moindre envergure, venait de l'insulter. De l'insulter, de porter atteinte à sa fierté et à son amour propre. Quant-à prendre cette pitoyable humaine à témoin, c'était encore plus stupide. Il devait être un peu arriéré. Ou stupide. Inconscient? Peut-être un peu des trois, et d'autres qualificatifs tout aussi sympathiques que le membre de la brigade aurait eut très envie de lui attribuer. Il laissa fuser un soupir énervé et clairement menaçant, sifflant, avant de ne se retourner vers la jeune humaine aux cheveux blonds. Ils s'étaient parlés un instant, mais Jensen n'en avait cure. Qu'ils se parlent, ils étaient faits du même bois, après tout. Quand ça l'arrangeait, Jensen considérait que les personnes qui aimaient bien les déchus comme d'aussi inutiles êtres que ceux qu'ils protégeaient. Et à l'inverse, quand ça l'arrangeait il s'en moquait. Tout dépendant de la personne, finalement. Toujours ets-il que l'humaine s'était approchée, se plaçant volontairement très près de sa hache. Le sourire qu'elle eut ensuite, Jensen ne l'aima pas. Il était trop..., bizarre, trop étrange pour quelqu'un qui avait l'air stupidement naïve. De même que cette fâcheuse manie de dire Astrid, Astrid, Astrid à tout bout de champ alors qu'elle parlait d'elle-même, et ce sans nul doute possible. C'était dérangeant, elle était dérangeante. Et ça n'arrangeait en rien l'opinion que Jensen avait de cette fille. Ce qui le dérangeait, il le jettait plus loin pour ne pas le voir, en général.

"Astrid ne s'est pas perdue, elle est chez elle, ici. C'est toi qui n'as rien à faire ici, Jensen. Astrid est chez elle, ici..."

Le Neko grimaça de nouveau, et sans prendre le temps de répondre quoi que ce soit il poussa assez violemment la jeune fille avec le bout de sa hache, appuyant entre ses clavicules.

«Astrid va aller voir ailleurs, je me fiche bien de savoir ce que tu penses. Et je vais où je veux, tu ferais mieux de surveiller ce que tu dis si tu veux rentrer 'chez toi' ce soir...», siffla-t-il, agacé.

Après quoi il se retourna vers l'Esprit et atrappa son col, le serrant entre ses doigts fins. Il détestait par dessus tout que l'on se fiche de lui d'une quelconque manière que ce soit. Il n'aurait rien pu dire si la Princesse, ou Samyra Alcantha avait dit quoi que ce soit sur son caractère ou quoi que ce fut à propos de sa personne. Mais eux, il pouvait. Et il ne comptait pas se priver de leur remettre les idées en place, à ces deux guignols.

«Tu sais quoi? Je m'en fiche que tu sois contre la discrimination, sussura-t-il d'une voix étonnamment douce en comparaison avec la dureté de ses propos. Et si tu t'avises de dire ne serait-ce qu'un mot de plus d'insultant à mon égard, tu seras bon pour manger de la soupe toute ta vie et ne plus bouger de ton lit. Et je suis on ne peut plus serieux, au cas où tu en douterais...», finit-il en le repoussant brutalement.

Le brigadier leur lança un regard circulaire, et poussa un petit soupir dédaigneux, histoire de bien clarifier les choses. S'il restait ici c'étai uniquement par esprit de contradiction et parce qu'il savait que sa présence ne réjouissaient aucun des deux protagonistes qui étaient près de lui. Et ce qui faisait le malheur des uns faisait le bonheur des autres, pas vrai?

«Maintenant vous écoutez. Si vous dites encore un seul truc de ce style, je commence par tuer celui-là, dit-il en désignant le chien à trois queue du menton. Ensuite je tue l'humaine, et après..., je te laisse vivre, histoire qu'il y ai quelqu'un pour s'en souvenir et culpabiliser.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Sam 3 Oct - 19:11

L'atmosphère s'agitait à vue d'oeil.La petite arrivante se défendait contre le Neko enragé.

Astrid ne s'est pas perdue, elle est chez elle, ici. C'est toi qui n'as rien à faire ici, Jensen. Astrid est chez elle, ici...

L'autre la menaçait de sa hache.

Astrid va aller voir ailleurs, je me fiche bien de savoir ce que tu penses. Et je vais où je veux, tu ferais mieux de surveiller ce que tu dis si tu veux rentrer 'chez toi' ce soir...

Ce comportement,cette scène que seuls les sens d'Ismaël pouvaient perçevoir,l'outraient au plus haut point.

Tu sais quoi? Je m'en fiche que tu sois contre la discrimination. Et si tu t'avises de dire ne serait-ce qu'un mot de plus d'insultant à mon égard, tu seras bon pour manger de la soupe toute ta vie et ne plus bouger de ton lit. Et je suis on ne peut plus serieux, au cas où tu en douterais...

Ismaël eut un haut-le-coeur.Comment ce chaton pouvait...

Maintenant vous écoutez. Si vous dites encore un seul truc de ce style, je commence par tuer celui-là, dit-il en désignant le chien à trois queue du menton. Ensuite je tue l'humaine, et après..., je te laisse vivre, histoire qu'il y ai quelqu'un pour s'en souvenir et culpabiliser.

Il était difficile de mettre l'Esprit en colère.Mais lorsque cela arrivait,il valait mieux savoir parer des attaques de puissante magie noire.
Il protesta d'abord:

-Vous navez pas honte de vous en prendre à nous?!

Puis,il s'adressa à Astrid:

-Vous avez parfaitement raison,mademoiselle,ici c'est chez nous !

Il tendit sa main gauche vers le Neko,mais avant d'avoir pu formuler une incantation,Shasta aboya à pleins poumons.

Une brebis effrayée venait de se sauver.

Le chien mutant se lança à la poursuite de l'animal.Ismaël le suivit,en battant des ailes pour courir plus vite.
En quelques secondes,ils étaient déjà loin,et le troupeau lui-même suivait les deux acolytes à la poursuite de la brebis.



[Une fin stupide,comme la narratrice qui l'a inventée xD c'était le dernier post d'Isma' et Shasta -^^-
A vous de continuer à vous amuser.Adieu !]

______________________
santa
:noel:
Revenir en haut Aller en bas


Humaine déchue, Villageoise

Féminin Nombre de messages  : 23

Localisation  : Près de toi.^^
Emploi/loisirs  : Astrid joue, elle aimerait bien jouer avec toi.^^
Humeur  : Astrid est heureuse...~

Inscrit depuis le   : 28/07/2009
avatar
Humaine déchue, Villageoise


Feuille de personnage
Age: Astrid a 15 ans. 16 en Octobre 1562.~♫
Race: Astrid est une humaine, humaine. Juste humaine.^^
Arme / Pouvoir  : Astrid manie un fouet, qui fait très très très...Mal.^^-

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mer 16 Déc - 20:22

Astrid ne savait pas ce que ce Neko faisait ici, et à vrai dire, elle aurait bien voulu le savoir. S'invitait-on chez les gens sans une bonne raison ou sans qu'on leur permette? Non, c'était malpoli. Alors si ce garçon était ici, il devait avoir une bonne raison d'y être. Sans quoi, Astrid se devrait de sévèrement le réprimander. On ne faisait pas ce qu'on voulait car on se croyait tout permis sans conséquences. Jensen pensait-il qu'il pouvait aller où bon lui semblait sans autorisation et terroriser ceux qu'il croisait? Qui use de l'épée mourra par l'épée. Le jour où le petit chaton tomberait sur un chien féroce, il subirait le même sort que les oiseaux qu'il torturait par le passé. On se sentait tout puissant face aux plus faibles, mais immanquablement, on tombait un jour sur quelqu'un de plus fort que soit, et on regrettait ce jour-là d'avoir croisé la route de cette personne. On se sentait bien misérable à ce moment-là, et si l'on n'osait implorer le pardon ou la pitié par honneur, on n'en pensait pas moins. Astrid pensait qu'il était impossible pour quelqu'un, même un fort guerrier, d'accepter la mort sans regrets. On avait toujours des regrets, on laissait toujours derrière soit quelque chose en ce monde auquel on tenait, et auquel être séparé nous faisait mal. On évitait la douleur, tout êtrre vivant le faisait, et par conséquent, mourir sans regrets, on en était incapable. Puis de toutes façons, mourir sans regrets, n'était-ce pas horrible? Astrid trouvait cela horrible, elle. Le Neko, qu'en pensait-il? Astrid aurait bien voulu savoir quels auraient été ses regrets s'il avait eut à mourir aujourd'hui même, en ce lieu éloigné et ensoleillé de la Chaîne Boréal.

D'un mouvement brusque, Jensen avait appuyé sa hache contre elle, la faisant reculer de quelques pas de lui. Cela dfit mal à Astrid. Il l'avait poussé fort, elle qui ne lui avait rien fait et paraissait si fragile...Néammoins, les lèvres de la jeune blonde ne quittèrent pas cet étrange sourire alors qu'elle récupérait son équilibre et, droite sur ses deux jambes, regardait l'échange entre le Neko et l'Esprit. L'Esprit semblait énervé d'ainsi avoir été traité, tout autant que le Neko. Le pacifisme et la violence, c'était un drôle de contraste. Ils semblaient tous deux en colère, et elle entendit l'Esprit parler à Jensen, visiblement outré. Il sembla à la jeune fille qu'il allait lancer à l'encontre du Brigadier une attaque, mais le chien aboya, stoppant on geste. Astrid regarda partir à toute vitesse les deux acolytes, visiblement à la recherche d'une brebis égarée en montagne. D'un geste qui paraissait purement innocent, et aussi totalement incongru dans une pareille situation, elle agita sa main dans leur direction, pour leur dire aurevoir. Simplement aurevoir, rien d'autre. Beaucoup de personnes lui aurait crié de revenir, mortes de peur à l'idée de rester seules avec le Neko en colère. Astrid n'avait pas peur, elle. Pourquoi, elle ne le savait pas, mais elle savait en revanche qu'elle n'avait pas peur. C'était bizarre, peut-être. Mais ça ne changeait pas de d'habitude, elle entendait ce mot tellement souvent, il était devenu si banal et commun à ses oreilles qu'elle ne s'étonnait plus de l'entendre. Peut-être Jensen trouvait-il aussi? Qu'elle était bizarre...Il l'avait regardé d'une drôle de manière, quelques minutes auparavant.

Cesssant d'agiter sa main, Astrid retourna sa tête vers Jensen, le fixant de ses deux grands yeux dorés. Il avait toujours l'air enervé. Mais de son avis, il ne devait jamais avoir l'air bien aimable. Elle lui sourit, un peu plus normalement cette fois, repoussant une mèche de cheveux venue se mettre dans son champ de vision:

"Il ne reste plus qu'Astrid et toi, maintenant. fit-elle, son sourire s'agrandissant sensiblement. C'est bien qu'il soit parti, Astrid n'aurait pas voulu que tu fasses du mal au chien, il n'avait rien fait."

C'était inutile à préciser, elle savait bien qu'il aurait pu l'éventrer vivant que cela n'aurait fait ni chaud ni froid au brigadier en question. C'était normal, il devait être habitué à tuer, habitué à se battre, habitué aux armes, habitué au sang, comme tous les autres Neko ayant trouvé refuge à Illea. Astrid savait bien qu'il aurait pu la tuer ici-même sans gêne, personne n'aurait su qui l'avait tuée, si un jour on savait qu'elle avait été tuée, bien entendu. Et personne n'irait lu reprocher le meurtre d'une Humain Déchue. Peut-être lui dirait-on même que c'était bien. C'était dangereux de rester là et lui parler, elle n'était pas idiote. Mais le fait qu'elle n'avait pas peur l'empêchait de courir se réfugier entre les bosquets et à toute vitesse rentrer chez elle. Astrid ne fuyait que lorsqu'elle avait peur, c'était comme ça. Si elle n'avait pas peur, elle restait et voyait ce qui se passait, même si elle savait bien que sa vie était en danger. C'était tordu, il n'était pas étonnant qu'on l'apelle Bizarre. Mais qu'importe. Elle n'allait pas changer pour paraître correcte aux yeux d'une société qui laissait mourir ses sujets.

Ce n'était pas comme si elle pouvait, de toutes façons.

"Tu devrais partir aussi. Astrid risque de se fâcher sinon. Tu es quelque part où tu n'as pas été invité."

Toujours avec un sourire. Il devait partir, il n'était pas chez lui. Et s'il pouvait claquer la porte derrière lui, le plus rapidement possible, ce serait bien. Astrid n'aimait pas les intrus, surtout lorsqu'ils étaient aussi grossiers et violents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Lun 28 Déc - 0:21

La notion de gentillesse était assez abstraite, aux yeux de Jensen. Non pas qu'il n'ait jamais été gentil ni qu'il ne connaisse personne qui fasse preuve de gentillesse : simplement qu'il n'en voyait généralement pas l'intérêt. Dire ou faire quelque chose que l'on pouvait qualifier de gentil était principalement quelque chose d'intéressé, selon le jeune Neko aux yeux bleus. Celui qui vous offre un cadeau à votre anniversaire, que ce soit conscient ou pas, espère que vous lui rendrez son geste au sien. Quelqu'un qui vous protège espère que vous pourrez faire de même pour lui si un jour il lui arrive quelque chose. C'est une histoire de donnant-donnant : si je fais ça, tu feras ça. De vrais gestes généreux et désintéressé, Jensen n'en avait vu que très peu dans sa vie, en plus de trouver cela complètement stupide. La violence amène peut-être la violence, mais la gentillesse n'amenait ni la gentillesse, ni le bonheur. Quelqu'un de terriblement gentil finirait bien souvent par se faire frapper par plus fort que lui, c'est ainsi que les choses étaient faites. Et dans le fond, c'était tout à fait normal qu'il en soit ainsi. Jensen savait pertinemment que la plupart des personnes de ce monde n'avaient pas bon fond, tout tenait à si oui ou non ça se voyait sur cette personne. Lui-même n'aurait jamais laissé la vie sauve à quelqu'un si ça ne lui apportait rien, à moins que ce ne soit par pur caprice. Si la vie de cette personne l'importunait, il s'en débarrassait. Si elle lui apportait quelque chose, il la laissait vivre. Pour autant si elle ne lui apportait rien il na la tuait pas, bien sûr ; il l'ignorait. C'était exactement ça, pour ces deux personnes devant lui : l'Esprit il s'en moquait éperdument. L'humaine ne lui avait rien fait, mais elle l'importunait. La seule personne qui craignait vraiment quelque chose ici était la jeune fille aux cheveux blonds, l'autre il ne lui aurait probablement rien fait. A moins qu'il ne fasse quelque chose de stupide, soit-entendu. L'auto-défense était cautionné pour tout le monde, n'est-ce pas? Et le hâchelier n'était pas de ceux qui se laissaient frapper sans rien faire. A vrai dire, le moindre geste suspect de la part de quelqu'un qu'il n'aimait pas pouvait très mal finir, tout simplement. Il pouvait dire de source sûre qu'aussi gentil paraisse cet Esprit, s'il s'en prenait à ce à quoi il tenait il pouvait très vite devenir beaucoup moins agréable et pacifique. C'était comme ça : se dire gentil ne servait à rien. Et se souviendrait-on de celui qui a bravement tenu contre un terrible ennemi, refusant de se défendre? Non. Il serait mort, mais ce serait tout. Tout le monde l'oublierait, et son geste n'aurait servi qu'à être profondément stupide et idéaliste. Or Jensen pouvait dire avec certitude que celui qui aura tué des centaines de personnes de sang-froid, lui on s'en souviendra. Qu'est-ce qu'on dira de cette personne? Ça n'a que peu d'importance, dans les faits. La seule chose à en retenir était que les méchants étaient bien plus connus que les gentils. Et les personnes connues ne peuvent que faire des adeptes.

Non, ça n'avait jamais effleuré l'esprit de Jensen de devenir quelqu'un de 'gentil'. Ça ne servait vraiment à rien.

Quand l'Esprit à la tresse lui demanda s'il n'avait pas honte de s'en prendre à eux, il haussa simplement un sourcil, l'air de se demander s'il était sérieux. Honte? Bien sûr, mais pourquoi aurait-il honte? S'en prendre à eux était aussi honteux que s'en prendre à n'importe qui, et Jensen se fichait bien de ce genre de sentiment. Ça ne l'effleurait même pas. Torturer l'amusait comme promener ses moutons l'amusait, lui : il ne voyait pas où était le problème. Quand à cette histoire de chez eux..., il ne releva même pas. Cette Montagne n'appartenait certainement pas à un pauvre berger et à une déchue, il se sentait bien plus chez lui qu'eux chez eux. Et de toute façon, la notion de propriété, il s'en fichait comme d'une guigne. Chez moi, pas chez toi..., tant qu'il n'y avait pas de verrous ni d'interdiction, pour lui il avait tout à fait le droit d'être là. De plus la petite n'avait pas l'air d'habiter là, alors elle n'était pas plus chez elle que lui chez lui. Point.

Jensen lança un regard ennuyé à l'Esprit un instant, avant qu'il ne se mette à..., courir. Oui, à courir. Après une brebis, apparemment. Le Neko le regarda, perplexe, se demandant un instant si c'était une blague. Mais à l'évidence ça n'en était pas une, il était réellement parti courir la brebis à travers champ. Son regard bleu se leva au ciel l'espace d'un instant, poussant un soupir. C'était pas croyable, il était tombé sur deux malades. C'était bien sa chance..., c'était certain qu'à force de se promener à travers le Royaume de la Princesse il allait finir par trouver les quelques cas sociaux qui se promenaient de-ci de-là, mais il ne pensait pas en trouver deux en une fois. Le jeune Neko accrocha sa hache dans son dos, et se retourna face à la jeune humaine déchue, qui agitait sa main vers l'Esprit en guise d'au-revoir. Pas d'oreilles sur le haut de son crâne, pas de queue, pas d'yeux vides ni d'ailes..., c'était bien une humaine. Rien qu'une humaine. Il détestait cette race et tout ses représentants-si l'on exceptait la Princesse, bien sûr. Ils étaient faibles, inutiles, et pourtant ils osaient encore se dresser contre eux. Il trouvait ça tout à fait pitoyable. Mais pire encore, il détestait les traîtres : tout humain trouvé sur ces Terres, il le considérait comme un traitre. Il savait pourtant bien que certains n'avaient pas pu partir, ou étaient tout simplement restés chez ce qu'ils considéraient comme étant 'chez eux' ; mais il ne faisait pas le tri. Ils auraient pu partir, maintenant qu'ils étaient là c'était leur problème. Ils devaient assumer leur race.

"Il ne reste plus qu'Astrid et toi, maintenant. C'est bien qu'il soit parti, Astrid n'aurait pas voulu que tu fasses du mal au chien, il n'avait rien fait."

Jensen fit une légère grimace en l'entendant dire de nouveau son prénom au lieu de 'Je'. Astrid, Astrid, Astrid..., il trouvait cette manie de s'appeler par son propre prénom profondément stressante. Et pourtant, il n'y pouvait rien ; ce genre de choses, il les détestaient. Elle devait avoir un léger problème, c'était certain, et à vrai dire il ne tenait pas à savoir lequel précisément. Pour l'instant il se contentait d'admirer son sens de l'observation à l'évidence très élevé et sa gentillesse à toute épreuve. Gentille, gentille..., les gens gentils l'énervaient. Plus encore ceux qui se disaient gentils, parce que ce n'étaient généralement que des hypocrites sans nom.

«Bien Astrid, tu es très intelligente..., répondit-il avec un sourire clairement hypocrite, s'appuyant de nouveau sur sa hache. Et ne t'en fais pas pour le chien, j'irais le rattraper tout-à-l'heure. Je n'aime pas lancer des menaces en l'air, après on croit que je ne suis qu'un beau-parleur.»

Jensen ne comptait pas vraiment aller rattraper le chien, ça aurait été une perte de temps inutile. Ce n'était qu'un animal. Il n'était même pas doté d'une conscience, tout au plus avait-il des bribes de cerveau et quelque chose ressemblant vaguement à une existence. Tuer un animal ne lui faisait rien, et très honnêtement il trouvait ça d'un ennui mortel. Tuer un être humain ou un Elfe, il trouvait ça bien plus amusant. Pour autant, il aurait bien aimé tuer cette bête ; Jensen était intimement persuadé que ça aurait énervé les deux personnes qui étaient encore là à ce moment là, et ça c'était plus amusant encore qu'ôter la vie à quelqu'un. La peine de ceux qui restaient valait bien qu'on laisse quelques survivants. Mais pas trop, juste assez pour que chaque mort soit pleuré. Trop de personnes seules au monde ensemble, c'était dangereux. Rien à perdre n'était pas un adversaire que Jensen appréciait, il était beaucoup plus difficile à éradiquer. Et s'il voulait mourir, c'était encore moins drôle...

Tant qu'à tuer, autant que ce soit divertissant n'est-il pas?

"Tu devrais partir aussi. Astrid risque de se fâcher sinon. Tu es quelque part où tu n'as pas été invité."

Jensen fit mine de réfléchir à ce qu'elle avait dit, puis s'avança vers elle, lentement. Avant de ne l'attraper par le col et de la tirer violemment vers lui, exactement comme il l'avait fait pour l'Esprit avant qu'il ne parte. Mais cette fois il avait un grand sourire inquiétant sur le visage, même s'il était sans doute aussi agressif que l'aurait été un froncement de sourcil de la part du Neko. Tu devrais partir? Ça sonnait comme un ordre. Et même si ça n'en était pas un, ça s'en rapprochait. Or recevoir un ordre d'un villageois, il refusait. Recevoir un ordre d'un déchu ou d'un humain aussi, il le refusait. Alors de ce qui lui semblait être une humaine, déchue, villageoise et de plus sans doute à moitié folle, il ne l'acceptait pas et ne l'accepterait jamais. Il n'était pas chez elle, pas le moins du monde. S'il l'avait voulu il aurait pu la tuer, et très honnêtement il se demandait ce qui le retenait de la décapiter dans la seconde. Parce qu'à partir du moment où elle avait élevé la voix, ce n'était pas l'envie qui lui en avait manqué, loin de là. Et une petite humaine déchue, un peu étrange, qui disparaît après être parte dans la montagne..., il savait très bien que personne ne lui dirait rien, même s'il avait déposé un mot à la porte de ses parents, frères, sœurs, oncles ou il ne savait qui pour leur expliquer que la dénommée Astrid lui avait manqué de respect et qu'il avait jugé bon de la punir pour ça. Il aurait pu lui couper la langue, aussi. Mais pour l'instant il préférait la secouer. Une chance pour elle, sans doute.


«Oh, Astrid risque de se fâcher? Effrayant, j'en ai la chair de poule, Astrid. Et tu comptes faire quoi au juste, Astrid? Me tuer?demanda-t-il en lâchant son col pour plutôt tirer ses cheveux blonds. Je n'ai pas besoin d'invitation pour aller où que ce soit, déchue. Je n'ai pas d'ordres à recevoir de toi.»

Jensen tira plus fort sur ses cheveux, et la fit se retourner vers la Chaîne Boréal, tendant son bras dans cette même direction, l'air à présent clairement énervé.

«Tu vois, là-bas c'est chez toi. A l'Est, derrière les montagnes. Je pourrais considérer que tu viens de là-bas et t'exécuter sur le champ, tu devrais éviter d'être si insolente. Déchue.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine déchue, Villageoise

Féminin Nombre de messages  : 23

Localisation  : Près de toi.^^
Emploi/loisirs  : Astrid joue, elle aimerait bien jouer avec toi.^^
Humeur  : Astrid est heureuse...~

Inscrit depuis le   : 28/07/2009
avatar
Humaine déchue, Villageoise


Feuille de personnage
Age: Astrid a 15 ans. 16 en Octobre 1562.~♫
Race: Astrid est une humaine, humaine. Juste humaine.^^
Arme / Pouvoir  : Astrid manie un fouet, qui fait très très très...Mal.^^-

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Mar 19 Jan - 1:09

Elle n'aimait pas ce garçon. Elle ne lui avait parlé que quelques minutes et cependant, elle le haïssait déjà. Cet air suffisant, cet air de savoir tout, il pensait certainement qu'il était le dominant, et se croyait tout permis de ce fait. Avait-il le droit de la traiter ainsi, tout comme ce gentil élever de moutons et son chien? C'était détestable, ces gens qui frappaient les autres pour le plaisir, juste car ils avaient besoin de dominer et régner pour se sentir exister. Astrid n'avait guère fait attention à la première remarque de Jensen, ayant acquit le fait qu'il ne partirais sûrement pas à la poursuite de ce chien après simplement pour mettre fin à ses jours. Pourquoi l'aurait-il fait? Outre le fait qu'il ne l'aurait peut-être pas retrouvé, personne à part elle et l'éleveur ne s'en seraient inquiétés. A ses yeux, un animal ne devait sans doute pas valoir le déplacement. Un humain, un Elfe ou un Esprit l'aurait valu, un être vivant capable d'éprouver de la peur et de la tristesse, et non un simple instinct de survie qui le poussait à fuir aussi loin qu'il le pouvait sans qu'il sache vraiment pourquoi. Attention, attention, situation dangereuse, il faut tout de suite fuir. Pourquoi? Parceque sinon, c'est la mort. Mais pour un animal, ça ne voulait rien dire. Ils ne comprenaient pas 'la mort', ils ne voulaient pas mourir, mais c'était un réflexe. Un Humain, par exemple, avait des choses, des personnes, auxquelles il tenait en ce monde, et la peur de mourir, de perdre, de laisser derrière lui tous ceux qui tenaient à lui, devait rendre la traque bien plus intéréssante. Parcequ'un Humain comprenait la mort, il était plus intéréssant à tuer qu'un simple chien ou une simple chèvre. Astrid pensait que c'était exactement ce que le Neko en face d'elle pensait. S'il devait tuer quelqu'un ici et maintenant, sous ce soleil à la chaîne Boréal, ce serait elle, pas ce chien. C'était elle qui était dans une position extrémement délicate, pas ce chien. Et pourtant, elle ne fuyait pas. Pourquoi? Peut-être parceque son mécanisme de survie ne marchait pas correctement. Peut-être parcequ'elle était étrange.

Penser à la mort ne lui avait jamais fait peur. Pourtant, elle ne voulait pas mourir.

Le Neko aux yeux bleus s'était avancé vers elle sans qu'elle trouva bon de bouger, avant de violement la saisir par le col et la secouer. Elle avait perdu son sourire, les traits fins de son visage à présent étirés en une neutre expression alors qu'elle continuait de regarder Jensen de ses grands yeux d'or. Il arborait un sourire inquiétant, qui ne laissait aucun doute quant à ses intentions. Il comptait la tuer, peut-être? Après ce qu'elle lui avait dit, ça n'aurait rien eu d'étonnant. Beaucoup de personnes répondaient à la provocation par la violence, mais la provocation n'avait-elle pas pour but d'engendrer la violence? Astrid n'avait pas parlé de cette manière au Neko pour le provoquer. Elle voulait juste qu'il rentre chez lui, quittes cet endroit où il n'avait pas été invité, cette terre qui ne lui appartenait pas. Pourquoi était-il si violent avec quelqu'un qui ne lui avait rien fait? Astrid allait commencer à s'énerver, s'il continuait à la maltraiter ainsi...


«Oh, Astrid risque de se fâcher? Effrayant, j'en ai la chair de poule, Astrid. Et tu comptes faire quoi au juste, Astrid? Me tuer? Je n'ai pas besoin d'invitation pour aller où que ce soit, déchue. Je n'ai pas d'ordres à recevoir de toi.»

Astrid ferma ses yeux sous le coup de la douleur lorsque Jensen lâcha son col pour tirer ses cheveux. Elle ne chercha pas à lui faire lâcher prise, jugeant cela inutile: Il était bien plus fort qu'elle, n'importe quel idiot l'aurait vu, et se débattre n'aurait fait qu'empirer la situation. Elle resta silencieuse, se contentant de légèrement grimacer, même lorsqu'il la fit se tourner de force vers la Chaîne Boréal, son bras tendu vers les silhouettes des immenses montagnes. Astrid réouvrit ses yeux, regardant les Montagnes sans un bruit. Qu'esperait-il en la tournant ainsi dans cette direction? Qu'elle se rende compte qu'elle n'était pas à sa place ici? Si c'était ça, Astrid s'en moquait bien, elle était à sa place. Tout ce qu'il pourrait dire ou faire pour lui faire penser le contraire s'avérait vain.

«Tu vois, là-bas c'est chez toi. A l'Est, derrière les montagnes. Je pourrais considérer que tu viens de là-bas et t'exécuter sur le champ, tu devrais éviter d'être si insolente. Déchue.»

Déchue, déchue. A l'Est, c'est chez toi. Astrid fronça ses sourcils, une lueur de colère animant l'espace d'un instant ses grands yeux. De quoi parlait-il, de quoi parlait-il? Elle venait de l'Ouest, c'était chez elle, l'Ouest. Si elle n'était pas chez elle, alors lui non plus n'était pas chez lui. D'où venait-il, ce Neko aux yeux bleus? D'un continent plus au nord du monde. Il n'était pas né à Illea, alors qu'elle, elle y était née. Elle avait foulé ces terres avant lui, bien avant lui, elle avait contemplé le ciel bleu avant que lui ne pose ses yeux dessus. Si elle n'appartenait pas à cet endroit, il en allait de même pour lui. La politique n'avait pas d'importance, l'Est ou l'Ouest, il n'y avait pas de différences, il y avait juste Illea. Et lui, il n'était pas né ici. Elle si. Astrid tendit son bras, plantant soudainement ses ongles dans le bras de Jensen, celui qui tenait ses cheveux, serrant le plus qu'elle pouvait. Elle voulait lui faire mal, elle voulait qu'il souffre, il était tellement injuste. Elle voulait le punir, il ne méritait pas...d'être ici.

Il n'avait pas été invité, il ne le serait jamais.

"Astrid ne t'aimes pas, fit-elle avec une voix menaçante, Astrid est chez-elle, ici. C'est toi qui n'es pas chez toi."

Elle continua de serrer, serrer, pour être bien sûre qu'il avait eu mal. Ensuite, elle reprit, sur le même ton, ses sourcils toujours froncés:

"Tu ne viens pas d'ici."

[Mon poste est nul, mais...Il est posté.x'D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses

Masculin Nombre de messages  : 86

Localisation  : Quelque part dehors.
Emploi/loisirs  : Tabasser les autres.
Humeur  : Mauvaise.

Inscrit depuis le   : 21/12/2008
avatar
Neko chouchou de la Princesse, et amateur de noeuds roses


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Neko.
Arme / Pouvoir  : Une hache.

MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   Lun 22 Fév - 5:46

A quoi bon, au final?

Ce genre de réflexions ne venaient que rarement parasiter l'esprit de Jensen. Il n'était pas du genre à réfléchir pendant des heures sur quelque chose avant de le faire, il n'évaluait que rapidement les possibles conséquences de ses actes avant de les commettre. Il vivait là, maintenant, dans l'instant. Parce qu'il ne savait que trop bien que la vie était quelque chose de fragile et éphémère, qu'on pouvait la perdre à tout instant. Qui mieux que celui qui tuait pouvait savoir ça? Tant qu'on avait pas vu la vie quitter quelqu'un on ne pouvait pas réellement apprécier celle qu'on nous avait donné. C'était du moins l'idée que le jeune Neko aux yeux bleus se faisait de la chose, bien qu'il ne pouvait en être complètement certain. Alors non, il n'avait pas le temps de se poser de stupides questions moralisatrices pour savoir si ce qu'il faisait servirait à quelque chose ou pas. Est-ce que c'était mal, ce qu'il faisait? Certainement, plus que certainement même. Il était sûr que les familles de ceux qu'il avait tués le détestaient, et il était tout aussi certain que d'un point de vue moral ses actes pouvaient être considérés comme monstrueux. Et pourtant, il avait beau en être parfaitement conscient, il ne prenait pas le temps d'essayer de savoir s'il ne pourrait pas devenir quelqu'un de meilleur, quelqu'un qui ferait des choses bien. Bien, bien..., quel mot insupportable! Jensen se fichait complètement de savoir s'il était quelqu'un de bien, et il savait, il savait qu'il ne changerait jamais. A quoi bon, justement? Il aimait tuer, il aimait voir les gens pleurer, il aimait leur faire du mal. Est-ce que c'était normal? Aucun intérêt de le savoir. Vraiment, absolument aucun intérêt. Cet attrait pour la violence ne datait de toute façon pas de la veille, et cette sorte de colère qui l'accompagnait où qu'il aille non plus. C'était des compagnons de voyage fidèle, qu'il devait côtoyer depuis des années et des années maintenant. Et, oui, il aimait voir le sang couler comme un enfant aurait aimé les glaces, ou un autre aurait adoré les couleurs claires. C'était un goût comme un autre, et il ne s'en débarrasserait jamais. De toute façon, un brigadier ayant peur de la mort ou de la violence n'aurait servi strictement à rien, dans les faits ; il n'était pas là pour faire joli il était là pour tuer ceux qu'il devait tuer, aller là où on lui demandait d'aller, détruire ce qui devait être détruit. Et il avait une certaine liberté d'action, dans le fond ; il ne devait pas rendre compte de la moindre des choses qu'il faisait. Cette jeune déchue, par exemple, ne manquerait sans doute pas à grand monde. Quel gâchis..., Jensen n'était pas partisan des massacres irréfléchis, vraiment. La moitié du plaisir qu'il pouvait ressentir en tuant venait de l'expression de l'autre au moment précis où il mourrait, et l'autre de celle de ses proches. Quelqu'un qui meurt sans laisser personne derrière lui pour le pleurer, c'était horriblement ennuyant. C'était bien sûr quelque chose contre lequel on ne pouvait rien quand on devait tuer en masse, mais le Neko aux cheveux en bataille ne pouvait pas s'empêcher de penser que ça perdait de son charme. Alors il osait espérer que s'il devait arriver malheur à cette pauvre demoiselle égarée, il y aurait quelqu'un pour pleurer sa disparition.

Si elle avait un accident, par exemple..., ou faisait une rencontre malheureuse, un jour, dans la montagne...

Jensen dévisagea Astrid un moment, se demandant bien ce qui pouvait lui passer par la tête. Elle était à moitié cinglée, ça il l'avait bien compris en l'entendant parler d'elle comme d'une autre personne ; mais même sans cela, il pensait bien qu'il l'aurait remarqué. Il lui arrivait assez régulièrement de 'faire peur' aux déchus qu'il croisait, que ce soit dans une rue ou dans un lieu plus isolé et propice à ce genre de choses. En général, s'il se contentait d'insultes ils l'ignoraient et poursuivait leur chemin, tête basse ou pas. Et s'il décidait dans un élan d'affection d'en venir à s'en prendre à eux physiquement-que ce soit simplement en leur tirant les cheveux ou en leur tordant le bras, par exemple-ils ne disaient rien. Ou s'excusaient. De quoi? Est-ce qu'ils le savaient seulement, il en doutait. Ils s'excusaient pour qu'il les laisse, pour qu'il arrête de leur faire mal. Ils baissaient la tête parce qu'ils étaient plus faibles que lui, et qu'il ne résulterait rien de bon pour eux s'ils lui manquaient de respect. C'était lassant, pas amusant le moins du monde ; mais qu'y pouvait-il? C'était l'instinct de survie, les trois-quarts du monde laissaient absolument tout de côté quand leur vie était en jeu. Leurs possessions, leur corps, leur moral, leur honneur, leurs proches..., tout. Et quand Jensen en entendait un crier haut et fort qu'il mourrait pour une-telle ou untel, il avait envie de menacer de l'égorger sur le champ. Parce que quand on était au bord du précipice, bien peu avaient assez de courage pour persister à vouloir sauver quelqu'un. Le Neko aux yeux saphirs, lui, n'avait jamais songé pouvoir mourir pour quelqu'un. Pour son honneur en revanche, complètement. Était-ce déplacé et stupide de vouloir mourir plutôt que de se rendre, par exemple? Il ne savait pas, mais c'était son choix. Le déshonneur, jamais. Plutôt mourir. Et en cela, peut-être faisait-il parti de cette catégorie de personnes qui ne laissaient pas tout de côté. Cette déchue aux cheveux très clairs aussi, semblait différente en ce sens. Il n'avait pas l'impression qu'elle avait peur, elle ne pleurait ni ne cherchait à s'échapper en aucune façon. Elle restait là, à le regarder, sans vraiment bouger. Une grimace de temps en temps tout au plus. C'était intriguant, mais pas détestable du point de vue de Jensen. Elle n'était pas normale, ça n'avait rien de forcément très étonnant qu'elle ne le soit pas non plus sur ce point là. Peu importe ce qu'il devait faire pour faire mal aux autres, il le faisait. Pour certains c'était plus rapide et ennuyeux que d'autre, voilà tout. Alors s'il fallait plus que tirer les cheveux de cette fille pour lui faire mal, il le ferait. Le Neko n'aimait pas ceux qui souffraient en silence. Ce qu'ils pouvaient être énervant! Jensen aimait les voir souffrir, et prier pour que ça s'arrête. Il aimait les voir ravaler leur fierté et se soumettre. S'ils restaient là, à ne rien faire, aussi neutre que le permettait leur condition..., ce n'était pas drôle.

Et Jensen était encore un adolescent, après tout ; il avait besoin de s'amuser, non?

Jensen leva légèrement le regard vers son bras, fronçant les sourcils et retenant une grimace : les ongles d'Astrid venaient de s'enfoncer douloureusement dans son bras. Tiens donc..., le brigadier posa son regard sur Astrid, la foudroyant littéralement du regard avec ses fins yeux bleus. Si elle voulait jouer à la plus forte avec lui, il était au moins certain qu'elle ne gagnerait pas. Elle pouvait bien faire ce qui lui chantait si ça l'amusait, mais ce n'était pas planter ses ongles dans son bras, aussi fort pouvait-elle le faire, qui le ferait la lâcher et partir. Non, non..., IL décidait quand il partait, quand il venait, ce qu'il faisait et même ce que l'autre devait faire. Il avait toute autorité sur tout être n'ayant aucune réelle existence pour ce monde. Et elle, elle ne devait avoir d'existence que pour ses proches, et encore ; alors il en faisait ce qu'il voulait. S'il n'aimait pas ces cheveux, il pouvait très bien les couper. S'il n'aimait pas cet œil là, il pouvait très bien décider de le crever. Et l'idée qu'elle puisse se moquer de cela l'énervait au plus haut point.

"Astrid ne t'aimes pas. Astrid est chez-elle, ici. C'est toi qui n'es pas chez toi."

Jensen fronça à son tour ses sourcils, laissant une grimace déformer ses traits un instant. Elle continuait de serrer ses ongles autour de son bras, les sourcils froncés.Mais plus que cela, ce fut ce qu'elle dit qui avait arraché une grimace au jeune homme . Astrid est chez elle, mais pas toi. Bien sûr, tellement évident. Jensen pouvait aisément imaginer qu'elle habitait ici depuis plus longtemps que lui, et de même il avait toujours dit qu'ici, ce n'était pas tout-à-fait chez lui. Mais maintenant il resterait ici, et s'y était installé ; c'était la Terre, la partie des Neko et des Esprits. Celle de la princesse Della'Morte. Pas des humains. Eux auraient du tous sans exception rejoindre l'Est, même s'ils habitaient à l'ouest avant et depuis des temps immémoriaux. Alors il se moquait bien qu'elle pense qu'elle était chez elle ici. Cette Astrid avait eu la possibilité de s'en aller, et elle ne l'avait pas saisi ; maintenant elle n'était plus ici qu'une déchue, c'était comme ça. Une exception au milieu de tout, une tâche dans un tableau. Jensen détestait ces personnes, il les détestait puisque les rangeant au rang de traître. Et les traîtres ne méritaient pas d'avoir la vie sauve, ils auraient tous du mourir. Tous.

"Tu ne viens pas d'ici."

Jensen tira plus violemment sur les cheveux blonds de la jeune fille, se moquant de ses ongles enfoncés dans sa peau. C'était douloureux bien sûr, mais il ne le laisserait jamais, jamais paraître ; ce n'étaient que des ongles, il avait déjà du endurer bien pire durant sa courte vie. Comme il l'avait déjà dit il était un brigadier, et un brigadier qui hurlait de douleur pour quelque chose d'aussi bénin..., ç'aurait été ridicule. C'était tout du moins l'idée qu'il s'en faisait et à laquelle il s'accrochait constamment. C'était un guerrier, voilà tout : sil n'était pas capable de maitriser quoi que ce soit alors c'était autant démissionner sur le champ. Gardant sa main gauche serrée autour de ses cheveux, il sortit les griffes de la droite et en passa une sur la joue de la fille aux yeux dorés, se remettant à sourire.

«JE suis chez moi, dit-il lentement, menaçant. Toi, tu n'es pas chez toi. Tu n'es qu'une sale déchue, et crois moi j'adorerais purger cette terre de ton existence. Ce serait faire une bonne action, tu ne crois pas? Te tuer. Plus d'Astrid.Pa~rtie...»

Il fit mine d'hésiter et lâcha brutalement ses cheveux, dégageant avec tout autant de douceur son bras de l'étreinte de la jeune fille avant de ne la saisir par le cou. Il détestait qu'on lui parle sur ce ton, il détestait cela au plus haut point. Surtout venant d'une déchue pas tout-à-fait normale. C'était insupportable, insupportable. Le brigadier aux cheveux en bataille serra ses doigts autour du cou de la jeune fille aux cheveux blonds, souriant de plus bel.

«Pour l'instant je n'ai pas décidé de te tuer, ajouta-t-il en continuant de serrer ses doigts autour de sa gorge-pas assez fort cependant pour l'empêcher de respirer-s'amusant à appuyer la griffe de son index sur sa joue. Mais je peux te faire une jolie marque, qu'est-ce que tu en dis? Histoire que tu ne m'oublies pas. Je n'aime pas que les gens m'oublient, ça me rend vraiment, vraiment, vraiment..., très triste.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bêêê...[TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bêêê...[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été
» Un vent d'aventure (termine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Ouest :: Les Montagnes :: La chaîne Boréal-