AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seek and Find?-{Alline Senri}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Seek and Find?-{Alline Senri}   Lun 7 Fév - 1:59

{Parce que je suis la meilleure, c'est tout.-.-

Her, 1 minutes before time~! Je suis trop une ouf.}

Ohlalala, il allait avoir des problèmes...

Coleen poussa un bref soupir, et passa sa main droite dans ses cheveux blonds. Il n'y avait rien à faire ; il ne retrouvait pas ce fichu bracelet. Quelle idée, aussi, faire d'aussi petits bijoux! Et encore, ce n'était pas une boucle d'oreille, se dit-il en fronçant les sourcils, scrutant le sol autour de lui. Là, ça aurait été catastrophique, vraiment. Il n'était même pas sûr que ce soit physiquement possible d'avoir une vision suffisamment bonne pour repérer d'aussi petits choses sur le sol. En tout cas, à l'évidence, il n'en était pas capable, lui. Ses yeux bleus se plissaient et s'ouvraient à mesure qu'il avançait, sans grand succès jusqu'à présent. Pourtant, il était sûr qu'il avait dû tomber par là..., il devait être par là, c'était obligé. Enfin non, il pouvait être n'importe où, malheureusement. Il n'était pas fichu de se souvenir du moment où le petit bracelet argenté avait glissé de sa main pour tomber au sol. Il n'avait pas dû se briser, il l'aurait entendu ; et si lui ne l'avait pas entendu, Celian l'aurait entendu. Et si lui ne l'avait pas entendu, en tout cas, Jeany l'aurait parfaitement entendu, il en était certain. Elle aurait crié et ramassé son précieux bijoux, et les aurait traité de tous les noms. Mais en l'occurrence, aussi tentante soit l'idée d'embêter sa jeune sœur à nouveau, il devait d'abord réparer cette bêtise là. Ensuite seulement il pourrait lui voler autre chose pour la faire courir un peu. C'était incroyable, tout de même..., il devait bien être par là. Ah, et puis comment aurait-il pu savoir que c'était un cadeau d'une de ses amies? Elle en avait des tas, des trucs idiots comme celui-ci. Il n'était pas censé savoir lequel avait de la valeur à ses yeux et lequel n'en avait pas. Et puis d'ailleurs, ce n'était même pas lui qui s'était emparé de l'objet le premier, pour une fois. C'était ce crétin de Celian qui avait lancé l'idée, pour se venger d'il-ne-savait-trop-quoi qu'elle lui avait soit-disant fait ; En vérité, il le soupçonnait de simplement s'ennuyer. Il lui aurait bien proposé n'importe quoi d'autre qui n'aurait pas impliqué de faire hurler leur sœur, mais à peine lui avait-il proposé l'idée qu'il était parti fouiller dans ses affaires. Enfin, bref. Ce n'était pas vraiment le soucis. Il finirait bien par le retrouver, ce maudit bracelet. Il n'avait pas pu disparaître. Restait à espérer que personne ne s'en était emparé, bien entendu..., là, il n'en était pas aussi sûr en revanche. Il restait persuadé que si une servante tombait sur un objet de valeur perdu entre deux coussins, par exemple, elle devait le garder. C'était normal, quelque part, d'ailleurs : il s'en serait sûrement moqué, si on ne l'avait pas forcé à parcourir les couloirs à la recherche des affaires de Jeany. Ce que ça pouvait être agaçant..., et son frère qui s'était défilé, évidemment, avec tout ça. Oh, peu importe. Ça l'occupait, au moins, il ne pouvait pas le nier.


Coleen-dont la capacité de concentration restait extrêmement limité-leva les yeux du sol en voyant passer une jeune femme près de lui. Ah, maintenant qu'il y pensait, il y avait moins de monde que dans l'après-midi. C'était sans doute parce que la soirée commençait à tomber, il ne savait pas trop. Il n'était pas encore tard, ou en tout cas pas assez pour qu'on considère qu'il doive aller se coucher, donc ça n'avait que peu d'importance. Et il croisait encore trop de monde pour pouvoir se permettre de faire l'imbécile dans les couloirs. Le pire était peut-être que, finalement, il n'était pas obligé de faire ce qu'il était en train de faire. Quand ils s'étaient rendus compte, tous trois, que l'objet du conflit avait disparu, il s'était proposé pour aller le chercher. En vérité, c'était simplement un prétexte pour ne pas avoir à rentrer dans ses appartements, dans lesquels il n'y avait rien à faire à part attraper une migraine. Se promener, c'était tout de même beaucoup mieux! Et au moins, sa sœur ne serait pas triste à en mourir pour le restant de ses jours-bien qu'il était sûr qu'elle devait déjà avoir oublié sa triste perte, à l'heure qu'il était. Ses yeux clairs se posèrent autour de lui, légèrement absent, et un sourire se dessina sur son visage. C'était tout de même fou ce qu'il y avait comme couloirs, dans ce château. Il ne les avait pas comptés, mais il était sûr que le nombre devait être assez affolant. Enfin, tout dépendait de comment on comptait un couloir, bien entendu..., parce qu'ils n'avaient pas vraiment de début ni de fin, non? Peut-être qu'un coude signifiait la fin d'un couloir et le début d'un autre, alors..., oui, il pensait que ça devait être ça. Ou en tout cas, il avait décidé que ce serait comme ça. Un couloir, ce serait avant le tournant. Et après le tournant, un autre couloir. Satisfait de cet état de fait, il reprit sa marche, refaisant le chemin inverse de celui qu'il avait emprunté en courant dans l'espoir de retrouver le bijoux argenté. Il allait le retrouver, il se faisait une totale confiance. Et s'il ne le retrouvait pas, eh bien, il aurait marché. Ses pas le conduisirent jusque devant le Salon, devant lequel il s'arrêta quelques secondes, tentant de rassembler ses pensées. Ils étaient entrés là, et avaient dû en ressortir au bout de quelques minutes, quand il avait trouvé un moyen de s'échapper. Ouais. Peut-être était-il tombé à ce moment là? Il se souvenait avoir levé le bras pour le mettre hors de portée, c'était bien possible. Sait-on jamais, hein. Dans le doute, mieux valait tout essayer.


Il poussa doucement la porte en bois, et jeta un bref coup d'œil à l'intérieur. Constatant avec bonheur qu'il n'y avait personne-il adorait les pièces vides-il rentra tout à fait dans la pièce rouge et dorée. Elle était grande et spacieuse, richement décoré ; il avait toujours trouvé que, de son avis, c'était une très belle pièce. Enfin, il préférait aller dans les Jardins, mais ça ne l'empêchait pas d'apprécier la décoration intérieure aussi, tout de même. Il laissa la porte entrouverte et se mit à chantonner, jetant de vagues regards autour de lui. Ses bottes se posaient au sol sans un bruit tandis qu'il réfléchissait à l'endroit où aurait pu rouler cet objet de malheur. Il fit un rapide tour des lieux, puis tapa sa main droite dans la paume de la gauche, comme s'il venait de se souvenir de quelque chose. Ah! Il l'avait peut-être perdu en se levant, maintenant qu'il y pensait. Le jeune Elfe se souvenait s'être assis sur ce canapé précisément, et avait d'ailleurs joué à faire glisser le bracelet sur la table basse qui était en face, donc..., euhm..., peut-être avait-il glissé? Il était à court d'idée, là. Comment c'était possible de ne pas se souvenir du moment où il avait lâché quelque chose? Il devait avoir un vrai problème, franchement. Il s'agenouilla devant le fauteuil et approcha son visage du sol, cherchant à distinguer s'il y avait quelque chose dessous. Ne parvenant pas à voir correctement, il passa sa main dessous. Rien. Il se retourna, posant ses avant-bras au sol, et jeta un coup d'œil sous la table basse. De là il pouvait voir la porte, tiens-bien que sous un angle un peu bizarre, pour le coup. C'est à peu près à ce moment là qu'il vit arriver quelqu'un dans l'angle de ladite porte. Enfin, il vit ses jambes, ce qui ne pouvait guère beaucoup le renseigner en l'occurrence. Mis à part que ce n'était pas un homme d'un mètre quatre-vingt, ça allait de soit.


Se rendant compte que rester à quatre pattes par terre n'était pas la position la plus sympathique du monde il se releva, époussetant sa veste orange foncée. Oui, et bien on ne change pas les bonnes habitudes comme ça.


«Je cherchais quelque chose, hein.»

On ne sait jamais. Il ne savait pas très bien ce qu'il aurait pu faire d'autre dans cette position, mais bon..., il avait connu des gens qui avaient connu des gens qui disaient que d'autres leur avait dit que, alors, hein, vraiment, on ne sait jamais.


Dernière édition par Coleen Tyrell le Mar 1 Mar - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Mar 8 Fév - 0:31

Alline se rendait bien compte qu’elle aurait plutôt dût se rendre dans ses appartements pour y attendre Axel. Malgré le fait qu’elle n’avait plus de leçons pour aujourd’hui, son adorable mais trop présent grand frère lui aurait sûrement ordonné de se réfugier dans sa chambre afin de patienter jusqu'à l’heure convenable pour sortir. Ou pour y attendre quelqu’un de confiance qui pourrait l’accompagner. Elle ne pouvait pas sortir toute seule après tout, ça aurait été bien trop dangereux ! Du moins, c’est ce que disait Axel avec beaucoup de conviction. Elle aurait été bien trop en danger, si elle était sortie toute seule. Elle devait attendre quelqu’un pour l’accompagner. Quelqu’un de confiance bien évidemment ! Pas un inconnu. Jamais Alline n’aurait suivit un inconnu louche. Même pas louche. Ou peut être que si, remarque. Si cet inconnu avait besoin d’aide, Alline, dans sa grande gentillesse et sa bien trop grande naïveté, l’aurait sûrement suivit. Mais bon, elle avait tout de même parfaitement compris le point de vue d’Axel : pas le droit de sortir des appartements seules. Il fallait attendre quelqu’un de confiance. Le problème, c’était qu’Alline n’avait pas envie d’attendre. S’ennuyant fermement dans sa chambre à simplement s’amuser à compter les fautes qu’elle avait put faire à sa précédente dictée, la jeune blondinette a alors décidé de sortir des appartements de la famille, dans l’optique de partir au salon. La bas, il y’avait souvent du monde, non ? Peu de gens capables de lui faire du mal. Et sûrement parmi ces gens, il y’avait quelqu’un de confiance qui pourrait venir avec elle. A dire vrai, la petite fille espérait surtout retrouver Ankou dans le salon. C’était bien la personne qu’elle avait le plus envie de voir dans l’immédiat, Axel exclu bien évidemment. Mais elle ne se faisait pas trop d’illusions. Ankou était le prince du pays après tout, il n’y avait que peu de chance pour qu’il ait assez de temps libre à flâner au salon. Et à supposer qu’Ankou ait du temps libre, il était encore moins probable qu’il décide de le passer au salon. Alline le comprenait, elle aussi aurait eu envie de passer son temps libre d’une autre manière, mais elle avait trop peur. Pas nécessairement peur des gens que Axel redoutait, mais plus d’Axel en lui-même. Pas vraiment peur de sa réaction, non. Axel était quelqu’un de tellement gentil ! Alline ne l’imaginait même pas faire du mal à qui que ce soit, du moins pas à quelqu’un d’innocent. Après si c’était quelqu’un de méchant, oui elle voyait très bien son frère, son grand et fort frère aîné, montrer qu’il était quelqu’un de puissant et de sévère parfois. Mais avec elle, sa petite sœur, il n’était jamais bien dur. Il n’était jamais sévère, jamais vraiment colérique. Oh bien sûr, il lui arrivait parfois de hausser le ton, mais elle aurait été bien étonnée si jamais Axel s’était mit à lui crier réellement dessus. Elle n’avait pas le souvenir que ce soit un jour arrivé. Il faut dire aussi qu’elle s’appliquait contentieusement à suivre les directives de son grand frère à la lettre. Encore une fois, ce n’était pas tant parce qu’elle avait peur de sa réaction, mais plus parce qu’elle n’avait aucune envie de l’inquiéter de quelque manière que ce soit. Car ce que Alline ne voulait surtout pas, c’était être un fardeau pour son frère. Il avait déjà sûrement assez de problèmes comme ça, non ? Après tout, c’était le Conseiller d’Ankou, il était toujours très occupé. Parfois même, il ne dormait pas de la nuit ! Alline se souvenait voir Axel parfois arriver devant elle en titubant et avec des cernes sous les yeux. Il avait beau sourire, il était visiblement très fatigué… La jeune fille n’aimait pas du tout ça, elle ne supportait pas de voir son frère dans un mauvais état. Bien qu’il était trop protecteur et parfois d’une stupidité sans bornes, c’était son grand frère, et elle l’aimait énormément. Elle s’inquiétait souvent pour lui, elle n’avait pas envie qu’il le fasse pour elle. Il devait s’occuper de son travail et de ses responsabilités. Elle, elle devait faire ce qu’elle pouvait pour être une petite sœur modèle. Bien qu’elle n’aime pas du tout qu’on l’associe automatiquement à son grand frère, elle n’était pas non plus quelqu’un qui en avait honte, et qui voudrait causer la déchéance de la réputation de ce dernier. Non, bien sûr que non. Alline avait bien conscience qu’elle était une Senri, et que donc chacune de ses actions pouvait être ralliée à Axel. Ce qui l’enervait d’ailleurs, mais elle n’y pouvait pas grand-chose. Alors elle se devait de ne pas faire de problèmes, de ne pas désobéir. De désobéir le moins possible. Attendre dans le salon était donc un compromis efficace. Ce n’était pas loin de l’endroit où devait se trouver Axel, peut être qu’Ankou y serait, sans doute quelqu’un de confiance s’y trouverait également, il s’agissait d’un endroit fréquenté surtout par des Nobles et des gens habitants au château, et donc par déduction de braves gens. Car oui, le danger était en dehors des remparts du château, Axel le lui avait souvent répété.

Elle entra donc dans le salon, un petit sourire aux lèvres, comme à son habitude, ses pas légers symboles de la pureté qu’on aurait presque dit fictive tant la jeune fille semblait vivre dans son monde. N’importe qui l’aurait vu marcher aurait sans doute dit que cette petite fille ne connaissait rien à la véritable vie, aux dangers que pouvait entraîner le fait de vivre à la cour du Roi. Et n’importe qui aurait bien raison, Alline ne connaissait effectivement rien de tout cela. C’était sans doute la principale raison pour laquelle elle fredonna une petite chanson en entrant dans le salon. Persuadée qu’il serait rempli de monde. Constatant qu’il était totalement vide, le sourire de la cadette Senri s’effaça quelque peu. Oh, alors il n’y avait personne… La petite blondinette pencha sa tête sur le coté, un peu déçue de ne pas avoir trouvé Ankou, Axel, ou qui que ce soit d’autre avec qui elle aurait put s’amuser. Est-ce qu’elle allait finalement devoir retourner dans sa chambre pour attendre son grand frère ? Elle l’aurait sans doute fait oui, si une forme orange et jaune ne s’était pas soudainement levée du dessous d’un canapé pour épousseter sa veste et la regarder. Alline cligna des yeux, puis recula d’un pas, un peu effrayée par cette soudaine apparition. Ce garçon, d’où diable sortait t-il ? D’après ce qu’elle avait compris, il devait être à quatre pattes, dissimulé par le canapé avant qu’elle n’entre. C’était pour ça qu’il avait surgit de derrière. Il n’empêche qu’il était un peu étrange, voire effrayant. Cette veste orange, cette… Attitude un peu désinvolte ? Alline ne savait pas trop. Le fait est que dans l’immédiat, ce garçon venait de se relever d’une position à quatre pattes, et cela ne la rassurait pas du tout.

«Je cherchais quelque chose, hein.»

La petite blonde pencha doucement sa tête sur le coté, avant de cligner trois fois des yeux, puis de faire un pas dans la direction du jeune garçon. Axel lui avait apprit à ne jamais parler aux inconnus, et ce garçon là, c’était un inconnu. Le salon était vide, il aurait put lui faire du mal si elle s’approchait trop de lui. Mais il semblait réellement avoir perdu quelque chose… et puis, il ne souriait pas, il avait juste un visage normal. Il n’avait pas l’air avenant. Sa couleur de cheveux était plutôt jolie, ses yeux aussi d’ailleurs, mais il… Avait quelque chose qui ne poussait pas Alline à lui accorder sa confiance. Elle s’arrêta à quelques mètres de lui, son visage témoignant du fait qu’elle était un peu effrayée par cet inconnu. Pour autant, elle était aussi d’une gentillesse exemplaire. C’est sans doute pour cela qu’en dépit de son attitude un peu méfiante, elle déclara :

« Ah… Et… Vous l’avez trouvé ? »

Elle espérait de tout cœur que oui, ainsi il pourrait partir immédiatement. Ce n’était pas qu’il avait une sale tête ce garçon, c’était simplement qu’être seule dans une pièce avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas aurait donné des cheveux blancs à Axel. Alors autant être prudente. Elle n’avait pas envie d’inquiéter son frère, mais pas plus envie que les inquiétudes de ce dernier ne se réalisent.



[Je viens juste de me rendre compte à quel point RP avec Alline est une aventure.XDDD]
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Mar 1 Mar - 19:26

{Ils parlent tous les deux en jaune, c'est stressant. Et puis que veux-tu que je te dise, il y a des personnages avec lesquels poster est une..., aventure, ouais. Disons ça comme ça.XD}

La dernière des choses que Coleen, voulait, pour sûr, était d'effrayer qui que ce soit. Après tout, qui aurait aimé ça? A part quand c'était recherché, soit entendu..., comme par exemple quand il se cachait quelque part et sortait brusquement, quand untel ou unetelle passait. Mais c'était totalement différent, alors il ne comptait pas ce cas de figure dans sa réflexion. S'il prenait en compte toutes les exceptions, il était sûr qu'il n'allait plus s'en sortir, et on ne pouvait pas vraiment l'en blâmer. L'Elfe aux cheveux blonds, donc, n'aimait pas effrayer les autres-quand c'était involontaire, il tenait tout de même à la préciser. Or, précisément, quand il vit le visage de la jeune fille à qui appartenaient les jambes qu'il avait aperçues, c'est l'impression qu'il eut. Qu'il lui avait fait peur. Ou tout du moins que quelque chose lui avait inspiré un quelconque sentiment de crainte, mais..., pour être honnête, il doutait que ce soit le canapé ou un des fauteuils disposés dans la pièce qui lui ait semblé effrayant. A moins qu'elle n'ait vraiment beaucoup d'imagination et ne voit dans les dossiers aux multiples décorations des monstres, ou quoi que ce soit de ce genre? Mais il n'y croyait pas trop. Ce qui la ramenait à son idée première-et pour une fois une des plus logiques, à savoir qu'il lui avait fait peur. Ce qui le poussa à écourter l'époussetage-hm, il n'était pas sûr que ça existait, ça...-de sa veste foncée pour lui sourire gentiment. Parfois, le jeune homme se félicitait de ne pas avoir un visage carré et froid, des cheveux sombres et des yeux si fins qu'on aurait simplement dit deux fentes dans un visage. Comment aurait-il fait, s'il n'avait pas eu l'air avenant? Ça aurait été un cauchemar, il en était intimement persuadé. Parce que, premièrement, il n'était pas toujours simple de gagner la sympathique, et plus encore la confiance des autres. Il y avait des personnes extrêmement méfiantes, d'autres très timides, et d'autres encore qui tout simplement semblaient récalcitrantes à l'idée de se faire de nouveaux amis. Et deuxièmement, plus on avait l'air méchant, moins on avait envie de nous parler. Ou en tout cas, de ce qu'il en avait compris en chipant des informations de ci et de là, ça marchait pour les enfants et les adolescents. Peut-être était-ce différent pour les adultes? Difficile à dire, il n'en était pas un. Mais une chose était sûre : tout le monde jugeait au physique. Hm, ou tout du moins un minimum. Lui par exemple ne triait pas les gens selon leur couleur de cheveux, leur taille ou la forme de leurs yeux ; il y en avaient qui le faisaient. Mais d'une manière assez large et générale, quand quelqu'un était habillé tout de noir et vous regardait d'un air peu aimable, on osait pas trop aller lui parler. Lui, en tout cas, aurait montré plus de réticence à adresser la parole à quelqu'un de ce genre plutôt qu'à quelqu'un qui vous fait un grand sourire et vous invite du regard à expliquer ce que vous voulez dire. Tout à fait normal. Tiens, le Prince, par exemple! Coleen n'avait pas eu l'occasion de le voir de vraiment près ou de lui parler en personne, mais il trouvait qu'il dégageait quelque chose d'assez..., sympathique. Doux, peut-être, aussi? En tout cas, il ne lui inspirait rien de violent ou de dangereux. Peut-être était-ce dû à ses cheveux longs ou à son visage assez avenant, il ne savait pas trop. D'autres personnes de la coure, en revanche, avaient la tête des parfaits conspirateurs, et ce aussi gentils puissent-ils être en réalité. Ça devait être pesant. Devoir prouver, sans cesse, qu'on était pas ce dont on avait l'air..., ah. Oui, le jeune Elfe était bien content de ne pas avoir l'air particulièrement cruel et sanguinaire. Les cheveux clairs, les grands yeux bleus et le sourire qu'il arborait la plupart du temps y étaient sans doute pour quelque chose, maintenant qu'il y pensait. Quelle chance, n'est-ce pas!

Enfin, apparemment il avait tout de même l'air de quelqu'un de dangereux, présentement. Ce qui ne l'étonnait curieusement pas particulièrement, étant donné qu'il était par terre en train de scruter le sol quelques instants auparavant. Moins d'une seconde lui fut nécessaire pour constater que c'était bel et bien une fille qui se tenait devant lui, à présent qu'il était debout face à elle. Une petite jeune fille, d'ailleurs. Pas dans le sens jeune, puisqu'il pensait qu'elle devait avoir approximativement son âge, mais petite par la taille, le plus simplement du monde. A côté de son mètre soixante-treize, en tout cas, elle lui semblait petite. Pas un mètre soixante, à priori. Du même acabit que sa fiancée, peut-être? Quelque chose comme ça. Voir des filles, et parfois même des femmes, faire ce genre de taille, ça le laissait toujours assez perplexe. Sans doute une question de race : les Elfes étaient connus pour être plus grands que les Humains, après tout, et il l'avait immédiatement remarqué en se promenant dans les couloirs du château ou les rues de la capitale. C'était mignon, aucun doute là-dessus, mais ça lui semblait toujours un peu étrange. Enfin, sans doute que la réciproque était toute aussi valable et qu'ils regardaient ces Elfes de deux mètres de travers quand ils en voyaient! Mais, bref. Elle était petite, voilà. Pas de quoi faire un arrêt cardiaque. Cheveux blonds, pas très longs, de grands yeux bleus. Ah, ça, au moins, ça ne le dépaysait pas. Quand il n'y avait que des blonds aux yeux bleus dans votre famille, les bruns et autres couleurs semblaient presque être des légendes vivantes. Le blond lui semblait familier, le bleu aussi. En somme, d'une vue d'ensemble, la petite demoiselle qui lui faisait face n'était pas laide-mais honnêtement, il n'y en avait pas tant que ça dans le château, des laiderons. Tout dépendait des goûts, peut-être. Il avait tendance à trouver, objectivement, les Elfes plus jolies que les Humaines. Mais les habitantes d'Illea avaient un côté exotique évident, de par le simple fait qu'il n'avait jamais vu de personnes avec des oreilles rondes avant que son île ne soit emportée par la colère d'Alänkateïa. Et, comme tout ce qui était différent et nouveau, cela lui semblait d'un goût extrême. Après tout, on avait toujours tendance à plus regarder ce qui nous semblait rare, ce n'était pas nouveau.


« Ah… Et… Vous l’avez trouvé ? »

Coleen sourit de nouveau, fit une moue désolée et secoua sa tête de gauche à droite, ne remarquant vraiment qu'à présent que la jeune fille avait fait quelques pas dans sa direction depuis qu'il avait parlé. Mais avait toujours l'air d'avoir aussi peur. C'était fou, ça, tout de même ; avait-il vraiment l'air effrayant? Il n'en avait pas l'impression, mais n'ayant pas de miroir sous la main il n'aurait pu en être certain. Au moins, se dit-il, il était habillé correctement. Une chemise blanche, une veste orange foncée, tout sauf criarde et d'une coupe très simple, un pantalon de toile brune, des bottes noires..., hm, oui, il était tout à fait présentable. Heureusement, d'ailleurs! Sa mère ne l'aurait jamais laissé sortir s'il avait eu la brillante idée de s'habiller contre tout bon goût. Ou de manière trop voyante, tout simplement. Elle lui disait souvent que ses sœurs pouvaient s'habiller de manière plus voyante parce que l'une passait inaperçue de par son caractère, et que l'autre était petite et que cela renforçait l'idée qu'elle était vive et pleine de vie. Lui et Celian, apparemment, devaient porter des couleurs assez chaudes mais classiques. Ne pas se faire remarquer par leur tenue parce que, d'après elle, ils se faisaient suffisamment remarquer comme ça en faisant les imbéciles toute la journée. Il poussa un léger soupir, observant rapidement autour de lui. Non, il ne l'avait pas trouvé. Judicieuse question en effet.


«Hm, non, pas encore. Je ne sais pas vraiment où j'ai pu la laisser tomber. C'est embêtant...»

Il avait répondu sur le ton de l'excuse, ayant la très nette impression qu'il dérangeait, pour une raison X ou Y, la jeune fille en face de lui. Ce n'était pas comme si le Salon était réservé à qui que ce soit, et il savait pertinemment qu'il avait le droit d'y être, mais, comment dire..., c'était assez difficile à expliquer. C'était sans doute dû à la tête qu'elle avait fait en le voyant. Peut-être qu'elle avait peur des Elfes? Ou des garçons? Ou de se retrouver seule avec un inconnu dans une pièce? Enfin, là..., il y avait pas mal de passage dans les couloirs, et tout le monde connaissait tout le monde dans ce château, de toute façon. Lui faire du mal aurait été une bien drôle d'idée. Mais peut-être que cela aurait fait plus qu'effleurer l'esprit d'autres personnes, moins bien intentionnées que lui. Mieux valait être méfiant? Peut-être. Difficile à dire. Entre être trop méfiant et ne pas l'être assez, il ne tenait guère à choisir. Trop compliqué. Et quand quelque chose était trop compliqué, comme bien d'autres personnes, le jeune homme trouvait cela agaçant. En parfait hédoniste qu'il était, se laisser agacer par des pensées inutiles et de toute façon sans importance, ce n'était pas son but dans la vie, loin de là. Tant qu'à faire, autant aller à l'essentiel sans se prendre la tête. Bon, il ne dirait peut-être pas ça le jour où il se ferait agresser ou enlever, mais pour l'instant il ne comptait pas changer de discours.


«Ah, excuse-moi si je t'ai fait peur, ajouta-t-il sans cesser de sourire, passant distraitement sa main dans ses cheveux à défaut de savoir qu'en faire d'autre. Comme il n'y avait personne..., je ne voulais pas t'effrayer, en tout cas, désolé.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Mar 1 Mar - 20:20

Mais qui diable pouvait bien être ce jeune homme ? Alline ne se souvenait pas l’avoir vu une seule fois dans sa courte vie. Oh bien sûr, sa vie était, elle venait de le souligner, courte. Mais le fait est que dans l’immédiat, elle avait passé tout son temps entre les murs du château, et que par définition elle pensait pouvoir ainsi dire connaître beaucoup de monde. Elle savait plus ou moins quel nom mettre sur quel visage quand elle en croisait un, tant que c’était dans l’enceinte de la bâtisse royale. Mais ce jeune garçon à la veste orange, non elle n’en était pas capable. Elle ne savait même pas si il était humain ou… Ou autre chose. Avec cette capuche difficile de dire si il était un Neko déchu, ou quelque chose comme ça. Il pouvait aussi être un Elfe, la taille qu’il avait penchait visiblement pour cette hypothèse. Mais impossible de le vérifier, de l’endroit où elle se trouvait et comme il était habillé, ça n’était pas possible de le déterminer…Il avait beaucoup trop de cheveux pour qu’elle parvienne à mesurer la longueur des oreilles du garçon. Mais après coup, il ne semblait pas avoir d’oreilles de Neko, ce qui la rendit quelque peu plus heureuse. En effet, les Nekos étaient réputés pour être des personnes violentes et sans pitié, et même si ceux qui vivaient de ce coté de la frontière étaient censément beaucoup plus pacifiques que ceux qui vivaient du coté d’Annahita, Alline avait apprit par son grand frère à ne pas faire confiance aux Nekos sauf preuve formelle du fait qu’ils étaient bien des personnes gentilles. Mais… Mais Alline n’était pas sûre de pouvoir appliquer ce conseil fourni par son aîné. Elle n’était pas le genre de fille à tourner le dos aux gens, à ne plus leur adresser la parole. En clair, elle n’était pas le genre de fille à se faire des ennemis. Elle n’était pas le genre, et elle n’en avait pas envie non plus d’ailleurs. Pour une fille comme elle, le monde devait être rose et gentil. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, chacun se soutient les uns les autres et les conflits ne seraient plus qu’un lointain souvenir… Voilà le monde dont Alline rêvait, et elle était plus ou moins persuadée que le monde actuel y ressemblait. Oh, elle n’était pas idiote au point de croire que la société actuelle était totalement parfaite, mais elle était bien assez naïve pour ne pas saisir toute l’horreur et le malheur que le pays pouvait endurer actuellement, et même à différentes époques. Elle ne pouvait pas comprendre la famine des pauvres, la detresse que pouvait ressentir une famille qui avait perdu un père à la guerre ou quelque chose comme ça. Même si elle avait perdu son propre père, elle avait toujours Axel de présent, et il remplaçait la figure paternelle tellement bien que parfois elle se sentait obligée de lui rappeler qu’ils étaient frère et sœur, et non père et fille. Mais bon, elle se sentait bien avec lui malgré tout. Elle avait encore son grand frère pour la soutenir. Alors que dehors, dans le froid et la faim, il y’avait des gens qui n’avaient plus personne pour les soutenir. Des gens qu’elle ne connaissait pas, et qu’elle ne connaîtrait sans doute jamais. Des gens qu’elle aurait sans doute voulut aider, si tant est qu’elle était en mesure de le faire. Si tant est qu’elle était en mesure de l’imaginer. Et ce n’était malheureusement pas le cas. Alline Senri voyait le monde comme une image quasi utopique, qui n’avait besoin que de la compassion de ses habitants pour devenir un paradis inaltérable. Elle se trompait, mais n’était pas capable de voir son erreur. Peut être parce qu’Axel lui avait trop montré les joies du monde, tout en essayant de la préserver au mieux des cotés pervertis de l’existence. Résultat, elle n’avait pas la moindre idée de la nature de ces fameux cotés pervertis, allant même jusqu'à douter de leur existence.

Mais malgré tout, ce n’était pas pour autant qu’elle en venait à être sans cesse imprudente. Axel n’avait pas été inutile dans ses mises en garde, loin de là, et elle continuait à se méfier quand elle se retrouvait dans une situation que son grand frère aurait sûrement qualifié de louche. Ou quelque chose comme ça en tout cas. Le fait est qu’Alline n’estimait peut être pas être dans une situation qu’Axel aurait jugé dangereuse, mais elle n’était pas non plus en totale sécurité. Elle était pourtant sûre de trouver Ankou à cet endroit. Ou Axel. Ou quelqu’un d’amical, en fait. Quelqu’un avec qui elle pourrait parler, s’amuser un peu. Un ami, en quelque sortes. Et si elle ne trouverait personne de ce genre là, elle pouvait toujours tenter de nouer un nouveau lien amical avec une personne jusque là inconnue ? Elle aurait put penser à cela en voyant le garçon en orange en face d’elle, si seulement il n’avait pas cette espèce d’elle ne savait trop quoi qui la poussait à ne pas lui accorder pleinement sa confiance. Elle n’avait guère envie de se retrouver en train de parler avec quelqu’un qu’Axel méprisait profondément. Oh, cela pouvait arriver qu’Axel méprise des gens, il suffisait en fait justement que ces derniers s’en prennent à la petite sœur Senri. Elle faillit faire une grimace en employant ce terme pour la décrire, elle ne l’aimait pas vraiment. Elle avait beau être fière d’être la sœur d’Axel, elle n’avait pas envie qu’on la reconnaisse uniquement pour ça. Elle voulait qu’on l’appelle Alline Senri, et pas la fille Senri, la sœur d’Axel Senri, ou elle ne savait trop quoi encore… Non, Alline Senri, et puis c’était un joli nom trouvait-elle. Il lui allait bien. Elle le pensait vraiment. Mais le jeune garçon en face là, il ne semblait pas l’avoir reconnue elle, ce qui ne l’étonna pas vraiment même si Axel était assez populaire en tant que sa petite sœur elle ne l’était pas autant, mais en revanche elle était bien plus perturbée par le fait qu’il… Et bien justement elle ne savait pas du tout. Ce garçon là, il n’avait finalement rien de très inquiétant, non ? Mais… C’était un inconnu encore et toujours. Et la pièce était suffisamment grande et largement assez déserte pour qu’elle se méfie d’un seul jeune homme présent ici. Elle ne le connaissait pas, il ne la connaissait pas. Elle n’avait pas envie que ce malaise perdure, elle aurait vraiment aimé qu’Axel soit avec elle cette fois ci.

«Hm, non, pas encore. Je ne sais pas vraiment où j'ai pu la laisser tomber. C'est embêtant...»

Ah, alors il n’avait pas trouvé ce qu’il avait perdu, ou ce qu’il cherchait. Est-ce que ce qu’il cherchait était déjà seulement quelque chose qu’il avait perdu, tiens ? Est-ce qu’il ne cherchait pas quelque chose qu’il avait volé à quelqu’un ? Oh, elle n’en savait rien du tout. Elle était à peu près sûre que si ce jeune homme était un voleur, elle ferait mieux de s’enfuir prestement, mais elle n’en eu pas vraiment la force, et trouvait cela impoli. Elle était partagée. Partagée entre l’idée d’aller l’aider, cédant à sa gentillesse naturelle et à son altruisme envers les gens nécessiteux, soit de partir dans la direction opposée, de le laisser se débrouiller seul et d’aller vite rejoindre Axel pour lui demander avec précision des renseignements sur l’identité de ce jeune homme.

«Ah, excuse-moi si je t'ai fait peur. Comme il n'y avait personne..., je ne voulais pas t'effrayer, en tout cas, désolé.»

La petite blondinette placa sa main devant sa bouche, affichant un regard aux yeux grands ouverts. Ah… Elle avait donc vraiment l’air d’avoir peur alors. Zut. Même si ce garçon était dangereux, prendre une expression pareille n’était pas la meilleure des choses à faire. Ca n’était pas poli, et en plus ça révélait immédiatement le sentiment qu’on éprouvait envers notre interlocuteur. Là en l’occurrence, le jeune garçon en orange devait avoir vite compris qu’Alline avait adoptée une attitude méfiante. Elle avala doucement sa salive, ôta sa petite main de son visage pour essayer de lui faire un sourire poli, mais sans plus ne sachant toujours pas vraiment que penser de ce garçon. D’accord, il y’avait beaucoup de chances pour que tout ce qu’il avait dit depuis le début était une stricte vérité, mais elle devait aussi avouer que c’était pile le genre de discours que dirait quelqu’un de mal intentionné, cherchant à la surprendre. Un sourire poli sur ses fines lèvres, ses mains quelque peu serrées au niveau de ses hanches, la petite fille s’approcha d’un pas supplémentaire toujours un peu méfiante mais relâchant légèrement sa vigilance.

« Et… Qu’est ce que c’est au juste ? C’est important ? »

Oui, elle devait savoir si ce qu’il avait perdu était important ou pas, auquel cas elle déciderait sûrement de l’aider. Elle avait beau être très méfiante envers ce jeune garçon, elle était avant tout quelqu’un de gentil et de naïf. Elle avait un mauvais pressentiment, pour une fois, mais rien n’indiquait qu’il était fondé. Et puis si il avait vraiment besoin d’aider, alors elle lui en apporterait. Parce qu’avant tout, Alline Senri était une fille fondamentalement gentille et généreuse.




[Je trouve ça plutôt fun moi qu’ils soient jaunes tout les deux. 8D

Coleeeen… Qu’est ce que tu compte faire à ma douce et pure petite fille ?ç__ç]
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 13 Mar - 18:06

{Genre c'est un prédateur, quoi! Bande de paranos. Et puis si j'avais voulu qu'il la viole j'aurais posté dans la Bibliothèque, pas dans le salon. La Bibliothèque m'inspire des idées pas nettes, mais pas le Salon. Mwahahaha. Plus tu le traite de pervers plus je vais répondre vite, saleté.è___é

Et oserais-je te rappeller que mon petit Colchique aussi est tout doux et tout pur?~}

Oooh..., il fallait absolument qu'il retrouve ce collier, se dit-il en arquant les sourcils. Puis il se gifla mentalement (parce que s'il l'avait réellement fait il aurait vraiment eu l'air bizarre, n'est-ce pas...?) en se répétant, détachant bien les lettres, que c'était un bracelet qu'il cherchait. Et non un collier. De quelle couleur, déjà? Il était argenté, il lui semblait. A moins qu'il ne soit doré? Oh, la couleur importait peu, finalement, mieux valait se concentrer sur son apparence extérieur. C'était un co-un bracelet en perles, et..., à moins que ce ne soit une chainette? Une gourmette? Plus Coleen tentait de se rappeler l'allure du bijoux, plus l'image se brouillait et s'effaçait, se mélangeait à d'autres situations semblables qu'il avait vécu dans sa courte vie. Impossible de se faire une image précise du bijoux, à présent. Pourtant quelques secondes encore auparavant il avait l'image en tête, parfaitement claire et définie! Ce que ça pouvait être frustrant, de se faire lâcher par sa propre mémoire, celle qu'il avait fidèlement entrainé jour après jour en lisant et relisant sans cesse des listes compliquées de vocabulaires et de règles de grammaire humaine, par exemple. Celle qu'il avait mise à rude épreuve tant de fois, quand en cachant quelque chose pour le mettre en sécurité il s'était rendu compte que la cachette avait surpassé le maître. Mais rien à faire, sa vieille amie le boudait. Dans un réflexe purement infantile il se prit à l'implorer de fonctionner correctement et de l'aider à retrouver ce collier, et il ne savait même pas pourquoi il parlait d'un collier puisque c'était un bracelet qu'il cherchait. Il n'était pas près de le retrouver, parti comme il était. A la rigueur, si ça n'avait été qu'un vulgaire bracelet, ça n'aurait pas été embêtant. Il s'en serait fichu et Jeany aurait demandé à sa mère de lui en racheter un, en pleurnichant qu'on lui avait perdu l'autre. Mais au regard qu'elle leur avait lancé en constatant qu'ils avaient perdu l'objet dans la bataille, pas difficile de deviner qu'elle ne mentait pas en disant y tenir. Et faire pleurer sa petite sœur n'était pas son but ultime dans la vie, jusque là. L'embêter oui, mais la faire souffrir, non. La famille était une notion profondément ancrée en lui, et n'importe qui aurait pu le remarquer à sa manière d'évoquer ses frères et sœurs et de jouer avec eux dès qu'il en avait l'occasion. Il n'en avait qu'une, et s'il les perdait ils ne reviendraient jamais, c'était certain. Il ne pourrait pas s'en refaire d'autres comme on se refaisait des amis après s'être brouillé avec untel. Il avait suffisamment perdu de personnes qu'il aimait pour les six prochains siècles, en toute honnêteté. Le jeune Elfe comptait bien s'accrocher à sa famille, aux amis qu'il avait et qu'il se ferait encore, quitte à les étouffer s'il fallait ça pour qu'ils comprennent à quel point il les aimait. Coleen n'avait jamais été un méchant garçon, après tout. Il n'était simplement pas toujours capable d'opter pour les meilleurs solutions quand on lui laissait le choix. Défaut commun à bien des personnes, malheureusement, et il n'y pouvait pas grand chose.

Ses yeux bleus restaient sagement posés sur la jeune fille en face de lui, en surface, ne tenant pas à se faire trop insistant. Se faire dévisager par un inconnu était loin d'être agréable, ça, il le savait! Il avait tendance à vouloir sortir directement de la pièce quand le regard de quelqu'un se faisait trop pesant sur lui. Il imaginait que la petite demoiselle, là, devait ressentir la même chose. C'était un peu universel comme sentiment, de son avis! Surtout si, comme il le pensait, il ne lui inspirait pas confiance. Uh..., ça ne l'arrangeait vraiment pas, tout ça. Et si jamais il ne parvenait pas à retrouver le bijoux perdu? Ou qu'il n'avait pas le temps de le faire parce qu'il avait été trop lent dans ses recherches jusque là? Ou que quelqu'un était déjà passé par là et l'avait emporté avec lui? Quelle horreur! Elle n'allait jamais lui pardonner, ni à lui ni à Celian. Quelque part, il aurait aimé raconter tout cela à la jeune fille aux cheveux blonds en face de lui, parce qu'elle avait quelque chose qui lui inspirait de la sympathie. Son visage, peut-être. Ou ses cheveux. Ou juste son ensemble, il ne savait pas trop. Elle dégageait une impression de gentillesse et de douceur. Voilà, c'était ça : elle ressemblait à une petite poupée. Pas celles qui étaient rigides et froides, très belles et hautaines, et que l'on posait sur une étagère : celles que l'on serrait contre soi pour dormir, la nuit, et à qui on racontait ses secrets et ses chagrins. Pas des œuvres d'arts, mais quelque chose que l'on faisait avec son cœur, et qui ne s'en éloignait jamais vraiment ensuite. L'image lui plût, et son sourire s'élargit sensiblement. Si elle avait pu avoir une capacité spéciale qui lui aurait permis de voir à travers les meubles et de lui dire si elle voyait le bijoux de sa sœur, en plus, ça l'aurait drôlement aidé. Mais il avait cru comprendre que ce n'étaient pas les humains, qui avaient ce genre de pouvoirs. Dommage. Tomber sur un Esprit, là tout de suite, lui aurait été d'une grande aide, il ne le niait pas.

La petite demoiselle plaça sa main devant sa bouche après qu'il ait parlé, et il lui sourit doucement, comme pour lui dire que ce n'était pas grave. Ah, il comprenait qu'elle se méfie! Il avait croisé des personnes dans ce château, parfois, qui lui avaient laissé une impression tout sauf agréable. Il n'aurait pas aimé se retrouver avec des pervers notoires dans une pièce vide, hm hm! Mais quelque chose lui dit que confirmer l'existence de dangereux malades n'était pas la meilleure façon de gagner sa confiance, aussi réussit-il à garder sa bouche fermée quelques secondes de plus. Le temps d'oublier cette idée et de penser à autre chose, donc. Temps qui chez quelqu'un comme Coleen était particulièrement faible.


« Et… Qu’est ce que c’est au juste ? C’est important ? »

Ah! Le bracelet! Les paroles que prononça la petite blonde semblèrent rappeler à l'Elfe aux yeux bleus qu'il n'était pas là pour discourir sur les agresseurs sexuels marchant à côté de lui dans les couloirs, mais bel et bien pour retrouver le bijoux perdu de Jeany. Et dire que c'était Celian, à la base, qui s'était emparé du petit objet..., c'était lui qui aurait dû être à quatre pattes sous la table en train de chercher, hun! Mais puisqu'il s'était si prestement déclaré absent et indisponible, il n'avait pas tellement eu le choix. Pas que ça le dérangeait outre mesure, mais se promener tout seul n'avait rien d'amusant, à part pour un solitaire ou un dépressif. Oh, il trouverait un moyen de lui faire regretter de l'avoir lâchement abandonné aux mains de leur sorcière de soeur, aucun doute là-dessus. Il ne savait pas encore comment, mais le jeune garçon avait l'imagination fertile de tout adolescent de quinze ans ; il trouverait. Ça ne faisait pas un pli.

Il acquiesça vivement à la question de la petite demoiselle, une grimace gênée et inquiète venant éclairer son visage habituellement si souriant.


«Oui, plutôt, répondit-il immédiatement. Ma petite sœur a perdu son bracelet, elle va m'en vouloir si je ne le retrouve pas. Elle y tient beaucoup, je crois. J'ai cherché un peu partout, mais...»

Il haussa légèrement les épaules dans un signe de dépit, l'air de dire qu'il était bredouille jusque là. Ce qui était exactement vrai, par ailleurs. Il était bredouille. Et pourtant il avait marché, hein! Depuis les appartements appartenant à sa famille jusqu'au salon, en passant par les autres pièces dans lesquelles ils étaient entrées..., s'il n'était pas là, il ne voyait vraiment, mais alors vraiment pas où il pouvait être. L'Elfe aux cheveux blonds se remit néanmoins à sourire, habitué à chercher le positif dans le négatif-et toujours décidé à le trouver, quitte à le débusquer s'il le fallait. Rester à se lamenter sur quelque chose n'était pas son genre, et en plus de ne pas aimer ça il n'y avait jamais vu un quelconque intérêt. A le voir, on n'avait généralement pas l'impression qu'il se soit passé quoi que ce soit de grave dans sa vie. Pourtant il s'en était passé, des choses, dans la vie du jeune homme, et pas des choses des plus joyeuses. Mais à chaque fois qu'il était tombé, il s'était relevé. Tout simplement. Il fallait avancer, de toute façon ; il n'y avait guère d'autre choix. Mieux valait sourire que pleurer, non?

«Je m'appelle Coleen Tyrell, ajouta-t-il finalement, pensant que se présenter serait une bonne idée, avant de ne passer pour le pire des impoli. Et to-»

Il s'arrêta brusquement, ouvrant de grands yeux, et se mordit la langue. Oups?

«Ah, désolé, je dois vous vouvoyer, se corrigea-t-il en lui jetant un regard interrogateur, venant tout juste de se souvenir de ce détail. Je ne suis pas tout à fait habitué à votre langue, pardon. C'était un peu, différent, chez moi, euhm...»

Coleen laissa s'écouler une seconde, peut-être deux, puis enchaina :

«Enfin, moi c'est Coleen en tout cas. Je peux savoir votre nom?»

{SHAME SHAME SHAME j'avais posté avec Lorelei. Personne a rien vu, lalala.=D}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 13 Mar - 19:26

[Mouais, c'est pas le fait de dire qu'il l'aurait violée dans la Bibliothèque qui va me rassurer, tu sais....XD

Tes menaces n'ont pas d'effet sur moi! Tu réponds, je répondrais encore plus vite! et avec une qualité largement inférieure, mais bon on a l'habitude.u__u']

En fin de compte, peut être que ce garçon n’était pas si méchant que ça, non ? Alline avait apprit à se méfier des inconnus, surtout quand ces derniers avaient un je-ne-sais-quoi de louche, mais ce garçon, même si il avait… Un je-ne-sais-quoi d’étrange, rien de manière objective ne poussait Alline à le considérer comme un danger potentiel. Enfin, elle n’allait pas non plus se mettre à craindre chaque personne qu’elle ne connaissait pas, non plus ! Ca n’était pas dans sa nature de toutes manières. Axel le lui avait pourtant très souvent répété, et elle l’avait bien compris, elle ne devait pas accorder sa confiance aux inconnus, seulement voilà : c’était plus fort qu’elle. La majeure partie du temps, Alline Senri se sentait obligée de venir en aide aux personnes qui croisaient son chemin. Par chance, elle n’avait jamais croisé le chemin de quelqu’un de dangereux, mais personne ne pouvait prédire si un tel moment venait à arriver, et mieux valait prévenir que guérir. Alline n’aurait vraiment pas voulut que les pires craintes de son frère viennent à se réaliser. Mais… Au fond, elle était persuadée de pouvoir se débrouiller toute seule, ah mais ! Ce n’était pas parce qu’elle était douce et gentille qu’il fallait automatiquement la considérer comme une petite et fragile fillette sans défense. Elle savait se débrouiller toute seule. Du moins, elle pensait en être capable. En réalité elle serait totalement démunie rien qu’en face d’un magasin présent dans la capitale, sans aucune idée de comment elle allait s’y prendre pour acheter quelque chose, mais ca n’était pas important, parce que pour elle, elle savait se débrouiller sans problèmes. Et donc, les craintes d’Axel, même si elles étaient bien évidemment justifiées, pouvaient être considérées comme largement sur exagérées. Ankou le disait lui-même d’ailleurs lors des conversations dont le sujet principal était la petite blondinette : Axel surprotégeait beaucoup trop sa petite sœur. Elle n’était pas stupide, elle avait bien compris qu’elle avait droit à une attention plus particulière que la normale de la part d’Axel. Elle était peut être incapable de se rendre compte à quel point elle avait conservé son innocence par rapport à d’autres personnes, mais en tout cas elle savait qu’Axel la sur couvait. Et même si elle ne trouvait rien à y redire la plupart du temps, dans certains cas elle admettait volontiers que ce n’était pas la meilleure idée que son frère ai jamais eu. Par exemple, ce garçon là, elle avait beau s’en méfier, il n’était pas logiquement possible qu’il tente quoi que ce soit contre elle. Non ? Après tout ils étaient en plein milieu du château, des gardes étaient présents dans des pièces voisines, la journée était entamée et le soleil brillait encore… Non, vraiment. Les conditions de sécurité étaient réunies, elle ne voyait pas trop pourquoi elle devrait craindre ce garçon aux cheveux blonds. Et puis, il disait avoir perdu quelque chose, non ? Et puis aussi, il avait compris qu’elle se méfiait de lui. Et malgré ça, il continuait d’avoir cette attitude charmante. Peut être qu’au final c’était juste elle qui se faisait des idées. C’était même plus que probable. Voilà ce qu’on récoltait avec les sermons d’Axel, on finissait par se méfier de gens qui avaient besoin d’aider de toute urgence ! Alline sentit une petite vague de colère monter contre son aîné, et elle se promit intérieurement d’aller le voir pour le frapper doucement avec ses petits poings dès qu’elle le retrouverait. Pas méchamment bien sûr. En fait, elle agirait comme à son habitude. Alline était soi extrêmement gentille avec son grand frère, soit au contraire reconnaissait qu’il était bien la seule personne à pouvoir la mettre hors d’elle. C’était d’ailleurs assez incroyable qu’elle agisse ainsi, même envers son grand frère. Cela étonnait souvent son entourage de la voir s’emporter contre Axel, elle qui ne perds jamais son calme olympien et son sourire angélique. Bon, là elle devait bien avouer que son visage devait avoir l’air plus inquiet qu’autre chose, aussi elle se força à sourire, ne serait-ce que parce que c’était la moindre des politesses envers son interlocuteur. Allons, est ce que c’était vraiment dangereux de lui accorder sa confiance ? Ne pouvait-elle pas agir comme elle le faisait avec tout le monde ? Avec sa gentillesse et sa bonne humeur qui la caractérise ? Elle savait que oui, mais elle savait aussi que pour la première fois, ou au moins pour une fois parmi des rares occasions, elle avait eu un mauvais pressentiment. Elle avouait sans problème qu’a chaque fois que ce mauvais pressentiment s’était manifesté dans de telles occasions, il avait finit par s’avérer faux en conclusion. Enfin, dans ces conditions sous entendait quand elle hésitait à accorder sa confiance envers quelqu’un. A chaque fois, elle ne regrettait pas de l’avoir fait, mais au contraire d’avoir hésité à le faire. Si des mauvais pressentiments d’Alline étaient justifiés parfois, c’était surtout quand ils concernaient Axel et ses petites escapades. A chaque fois qu’elle avait un pressentiment le concernant, lui et ses idées de jeu, ce pressentiment s’avérait justifié. Et autant dire que cela arrivait bien plus souvent que l’hésitation à accorder sa confiance.

Il lui fit un sourire, comme pour la rassurer de la situation. Comme si il devinait exactement ce qu’elle était en train de penser. Ce qui très franchement était loin de la rassurer en fait. Si vraiment il pensait la même chose qu’elle, alors la probabilité pour qu’il soit vraiment dangereux n’en devenait que plus grande ! Si il pensait qu’il y’avait effectivement des risques pour que le château ne soit pas sûr, si il pensait de cette manière…. Ca serait exactement la manière de penser d’un prédateur, non ? Un prédateur cherche toujours à amadouer sa proie avant de la dévorer… Du moins elle imaginait ça comme ça, elle n’avait jamais assisté personnellement à une scène de ce type. Et à dire vrai, elle ne tenait pas le moins du monde à y assister, d’ailleurs. Enfin, si cet homme avait réussi à deviner ce à quoi Alline pensait, c’était qu’il y’avait plusieurs possibilités. Soi c’était vraiment un homme dangereux, et il essayait juste de la convaincre que ce qu’elle pensait était faux dans l’espoir de l’amadouer, soit il était fichtrement très doué pour interpréter le langage du corps, soit c’était elle qui en avait trop dit par ses gestes et son attitude. Hum, la troisième option paraissait largement plus crédible, elle ne le niait pas. Le jeune garçon en orange éleva alors la voix, comme pour répondre à la précédente question d’Alline.

«Oui, plutôt. Ma petite sœur a perdu son bracelet, elle va m'en vouloir si je ne le retrouve pas. Elle y tient beaucoup, je crois. J'ai cherché un peu partout, mais...»

Ce furent les mots qui provoquèrent un déclic chez Alline. Sa petite sœur ? Elle avait perdu un bracelet ? Alors il était grand frère ? Et il cherchait à retrouver un objet perdu pour sa sœur ? Comme c’était adorable ! Et elle disait ça en toute sincérité. Elle fit plusieurs pas en avant, toute méfiance envolée pour laisser place à une inquiétude toute autre, mêlée d’une motivation sur son visage. Soudainement, ce garçon n’avait plus l’air dangereux. Il avait simplement l’air en difficulté, il cherchait quelque chose pour sa petite sœur ! Et si quelqu’un pouvait bien comprendre la douleur d’une petite sœur qui perdait quelque chose, c’était elle. Elle comprenait encore plus la confiance qu’elle avait dut placer en son adorable grand frère pour le retrouver. Pas question qu’il rentre les mains vides ! Elle allait l’aider ! Après que le jeune garçon ai parlé, Alline se retrouva bien plus proche de lui, pour ensuite lui sourire en lui tendant la main. Finalement, elle était ravie de le connaître ce jeune homme. Il acheva sa phrase après une hésitation, laissant Alline quelque peu perplexe sur ce qu’il allait dire. Hum, il hésitait ? Pourquoi diable ?

«Ah, désolé, je dois vous vouvoyer. Je ne suis pas tout à fait habitué à votre langue, pardon. C'était un peu, différent, chez moi, euhm...»

Alline pencha doucement sa petite tête dorée sur le coté, avant de sourire de nouveau, lui tendant résolument la main tandis qu’il se représentait en demandant le nom de son interlocutrice. Ah, alors il s’appelait Coleen ? C’était un joli nom. En tout cas, ce n’était pas un nom terrifiant. Et puis, ça ressemblait un peu à Alline. Alline, Coleen… Ca se prononçait presque pareil, elle trouvait. Il avait des cheveux et des yeux un peu comme les siens aussi. Finalement, ils étaient bien plus proche qu’elle ne l’aurait cru à la base. L’évocation sur la langue d’Alline la renseigna immédiatement sur le fait qu’il n’était pas humain. Bon, il n’avait pas spécialement l’air d’un Neko, sinon il aurait des oreilles et une queue… Peut être qu’il était un Esprit, alors ? Il avait très bien put dissimuler ses ailes dans son dos…Mais un Esprit avait un regard plus expressif, non ? Après tout ils n’avaient pas de pupille, c’était ce qu’Axel lui disait souvent. Et Alline avait déjà put constater la véracité de ces faits alors… Il devait être un Elfe. Ses oreilles devaient sûrement être dissimulés par cette touffe de cheveux, voilà tout. Ah, alors comme ça c’était un Elfe ? Charmant. Elle n’avait encore jamais vraiment eu de conversation avec un Elfe masculin, seulement quelques amies de cette race. Cela pouvait être enrichissant.

« Je m’appelle Alline Senri ! déclara t’elle avec enthousiasme. Je suis ravi de vous connaître Coleen, si c’est votre petite sœur qui a perdu ce bracelet, il faut rapidement le retrouver ! »

Elle fit mine de retrousser ses manches, avant de regarder autour d’elle dans l’espoir d’y apercevoir un quelconque indice. Bon, maintenant il fallait retrouver ce bracelet. Oh, c’était assez excitant, comme dans les enquêtes que menaient parfois Ankou et Axel ! Elle allait pouvoir montrer qu’elle avait de la logique, elle aussi !

« Alors ? A quoi est ce qu’il ressemble ? Ou est ce que vous l’avez vu pour la dernière fois ? Il est de quelle couleur ? Plutôt grand, ou petit ? Vous ne sauriez pas avec précision où il pourrait se trouver, non ? »

Son énergie nouvelle pouvait certes, déstabiliser son interlocuteur, aucun doute là-dessus. Simplement, Alline était toujours prête à se plier en quatre pour aider quelqu’un dans le besoin, du moment qu’elle était convaincue qu’il n’était pas dangereux. Et puis, c’était pour une petite sœur ! Elle ne pourrait sûrement pas résister à une histoire concernant une petite sœur.
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 20 Mar - 18:06

{Uuuuh, me fais pas dire ce que j'ai pas dis! 'Si j'avais voulu que', pas 'il l'aurait'. Non mais oh, quoi. En plus il violerait personne, demande à Never. Elle le sait, la preuve, elle croit plus à mes menaces.T__T

Ah, mais si tu joues à ça, à un moment on va être bloqué parce qu'on pourra pas aller plus vite...8D}

La jeune fille, qui avait avancé de manière à se retrouver à son niveau, tendit sa main dans sa direction. Il l'interrogea du regard un court instant, puis sourit à son tour et serra sa main dans la sienne. De près, la différence de taille qui les séparait le frappa encore plus, sans qu'il n'en laisse paraître quoi que ce soit pour autant. Politesse, habitude. Elle semblait avoir quelques années de plus que sa sœur, mais devait être relativement plus petite tout de même. Pour lui, Jeany faisait une taille raisonnable ; mais il n'y avait pas besoin d'être un génie pour se rendre compte qu'entre Elfes et Humains, la moyenne était largement différente. Preuve en était que les amies humaines de sa cadette avaient généralement quelques années de plus, sans que cela ne se remarque quand on les voyait ensemble. Enfin, peu importe. Il ne comptait pas lui demander sa taille précise, là, tout de suite, et ne comptait pas plus lui demander son âge. Des approximations seraient bien suffisantes, franchement! Ce n'était pas comme s'il risquait de se tromper gravement, hein, le contraire l'aurait étonné. En tout cas, elle avait l'air contente, tout à coup. Ou autre chose? Il aurait eu bien du mal à le dire. Parfois, il était extrêmement simple de deviner dans quel état d'esprit se trouvait la personne en face de nous. D'autre fois, comme là, plusieurs émotions pouvaient convenir. Heureusement pour lui et le reste du monde, il n'était pas constamment plongé au cœur d'un questionnaire dont il devait cocher les bonnes cases sous peine d'avoir des ennuis. Tant qu'on ne lui demandait pas de savoir ceci ou cela, il ne voyait pas en quoi ne pas le savoir, justement, était grave d'une quelconque manière. Or il aurait bien rit, si quelqu'un était venu le voir en lui demandant de quelle humeur il était, là, tout de suite. Uh..., quoi qu'à la réflexion, ça aurait été effrayant plutôt qu'autre chose, d'avoir ce genre de conversation. Il ne devait guère y avoir que les déséquilibrés pour dire ce genre de choses, il en était persuadé. Ou quelqu'un d'un peu bizarre, alors. Peu importe, dans tous les cas il était à peu près certain (sait-on jamais) que personne n'allait faire irruption dans la pièce pour leur poser des questions sans queue ni tête auxquelles ils n'auraient pas trouvé la moindre réponse. Tout ce sur quoi il avait besoin de se concentrer, s'il ne voulait pas avoir l'air d'un parfait imbécile ou d'un arriéré ne suivant pas la conversation, c'était la conversation, justement. Ce que disait la petite demoiselle, ses gestes aussi. Il aurait eu l'air malin, par exemple, s'il l'avait laissé tendre sa main dans le vide sans la serrer. L'Elfe aux cheveux blonds n'était peut-être pas brillant et ne réagissait pas toujours au quart de tour, mais il n'était pas non plus complètement demeuré ou tête en l'air. Ca aurait été drôlement embêtant, tout de même, de rêvasser sans cesse au point d'en oublier ce que l'on était en train de faire. Il connaissait des personnes comme ça, qui 'déconnectaient' régulièrement. Ca n'avait pas l'air très pratique, non.

En tout les cas, l'humaine aux grands yeux bleus avait l'air contente, oui, à défaut de trouver le mot exact. Ce qui le surpris légèrement, étant donné que quelques secondes encore auparavant elle avait l'air assez gênée, ou ennuyée, ou apeurée, bref. Pas contente, en tout cas. Est-ce qu'il avait dit quelque chose pour la faire changer d'attitude de la sorte? Il refit brièvement le tour de ce qu'il avait dit, sans grand succès cependant. A moins qu'elle ne se moque de lui, il ne voyait pas très bien. Or elle n'avait pas non plus l'air de se moquer de lui. Donc elle ne se moquait pas de lui, sûrement. Mais alors si elle ne se moquait pas de lui, pourquoi sourire? Parce qu'il n'avait rien dit qui pouvait la rendre contente, ou heureuse, mais les deux mots étaient synonymes de toute façon, et il ne voyait pas bien pourquoi elle souriait, alors. Oula. Il allait se perdre dans ce qu'il pensait, s'il continuait comme ça. Mais il n'empêchait qu'il ne voyait pas très bien ce qui avait pu provoquer ce changement. Parce que ça, il le maintenant, il y avait eu changement! Elle souriait, là, et quoi que ce soit bien plus agréable d'observer un visage souriant, cela le questionnait tout de même. Bah..., ça ne devait pas être si important, après tout. Si elle avait eu l'air souriante et que, d'un coup, son visage s'était décomposé et qu'elle était presque partie en courant, là il aurait eu le droit de se poser des questions de cet ordre. Mais le jeune homme aux yeux clairs avait dans l'idée que si vous aviez le droit de demander 'pourquoi' quand on vous punissait, c'était absolument hors de question quand on vous faisait un cadeau. On ne sait jamais, l'autre voudrait peut-être le reprendre, alors mieux valait se taire. Même s'il savait très bien que, généralement, quand on vous offre quelque chose sans raison ce n'est pas particulièrement un bon présage. Enfin, il ne fallait pas être si pessimiste! Lui-même aimait bien offrir des choses aux personnes qu'il appréciait sans avoir besoin d'un motif précis. C'était peut-être la même chose, ici. Bien que son analogie commençait à devenir trop complexe pour lui, maintenant.

« Je m’appelle Alline Senri ! Je suis ravi de vous connaître Coleen, si c’est votre petite sœur qui a perdu ce bracelet, il faut rapidement le retrouver ! »

La jeune fille fit semblant de retrousser ses manches, et Coleen observa cette énergie nouvelle les lèvres légèrement écartées, interloqué. Elle enchaina rapidement sur une série de questions d'usage, concernant la couleur, l'allure, la dernière adresse connue et la taille de ce pauvre bracelet. Et bien, au moins elle avait l'air motivée, maintenant, se dit-il en clignant légèrement des yeux, ne sachant trop comment réagir face à ce changement d'attitude. Bon, c'était une bonne nouvelle, peu importe le sens dans lequel on prenait la chose, non? A deux ils arriveraient sûrement à le retrouver plus vite, c'était un fait. Le visage du jeune homme s'illumina de son habituel sourire, et il acquiesça.

«Ah, merci beaucoup! S'exclama-t-il avec sincérité, souriant à Alline. Ça ira plus vite à deux.»

Il regarda à son tour autour de lui, imitant son interlocutrice, et fit un effort de mémoire monumental pour tenter de se souvenir de tout ce qu'elle lui avait demandé-et surtout de se souvenir des réponses, cela allait de soi. Parce que s'il ne réussissait même pas à répondre à une toute petite question parmi celles qu'elle lui avait posé, de un il allait donner l'impression de ne pas savoir ce qu'il cherchait, de deux ils n'allaient pas aller bien loin. Et si jamais ils en trouvaient un autre, mais qui en aucune façon n'était celui de sa sœur? Il n'aurait pas eu l'air fin en le lui ramenant, pour sûr. Et elle aurait été d'une humeur encore plus exécrable qu'à l'accoutumée quand il était dans les parages, ce qui n'était vraiment pas souhaitable, et ce pour personne. Ni pour lui, ni pour ses amies, ni pour leur mère, ni pour le reste de la fratrie. Parce qu'évidemment, quand il y avait un conflit au sein de la famille, c'était toujours sur lui que ça retombait. Il ne savait pas bien pourquoi, mais il soupçonnait sa mère de ne pas vraiment chercher à savoir qui avait fait quoi, en général. Tant pis, hein. Il n'avait pas vraiment le loisir de discuter les punitions ou autres choses du genre, de toute façon. A moins qu'il ne tienne à empirer la chose, bien entendu.

«Hm..., il n'est pas très grande, dit-il, illustrant ses propos en écartant ses mains d'une petite dizaine de centimètres. Cette taille, plus ou moins. Il est, euh..., argenté, je crois, comme une gourmette. Je ne sais pas où il a pu tomber, mais j'imagine que ça pourrait être par là... (Il fit un geste assez large englobant le centre du salon) Je venais d'arriver, alors je n'ai encore pas vraiment cherché.»

En effet, il doutait fortement qu'il ait pu glisser dans un coin ou sous un des meubles adossé contre les murs richement décorés. Sous un fauteuil, sur un fauteuil, cachés par un des motifs du sol, en revanche, il n'en était pas aussi sûr. Il espérait juste qu'il était ici, dans cette pièce. Le contraire aurait signifié qu'il avait dû le rater en refaisant le chemin, auparavant. Ce qui, clairement, aurait été une totale catastrophe, cela ne faisait absolument aucun doute. Il y aurait bien mis sa tête à couper, si elle n'avait pas déjà été sur le point de l'être en cas d'échec. Et puis il ne pouvait pas passer trois heures à le chercher, d'ici là il serait un peu tard et l'heure ne le permettrait plus. Il posa ses yeux bleus autour de lui, brusquement inquiet que le bracelet puisse se trouver en évidence quelque part près de lui. Il aurait eu l'air fin, tiens, si ç'avait été le cas. Comme il l'avait dit il n'avait pas vraiment eu le temps de pousser les recherches très loin, puisqu'elle était arrivée peu de temps après lui.

«Oh! Senri, comme le Conseiller?»

Fichue spontanéité. Mais quand il se rendait brusquement compte de quelque chose, on ne pouvait pas lui en vouloir de tenir à en faire part au monde entier. Pour l'heure, le nom avait rebondi tranquillement dans sa tête jusqu'à trouver un écho quelque part dans ses souvenirs, d'où la subite prise de conscience. Mais oui, Senri, c'était pas le nom du Conseiller, aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 20 Mar - 20:02

[Her, her... Tu me feras pas dire que Coleen est quelqu'un en qui on peut totalement se fier, surtout vis à vis d'Alline! Même si son interlocuteur avait été Aleksander je me serais sûrement méfié....XD

Oh que si, on peut toujours aller plus vite. Il suffit de le vouloir et d'avoir suffisament de temps libre.8D]

Alline ne savait pas vraiment pourquoi elle ne se méfiait soudainement plus du tout du jeune homme aux cheveux dorés en face d’elle. Sans doute y’avait-il un rapport très étroit avec le fait qu’il cherchait simplement à aider sa petite sœur, mais même à ce moment là, Alline conservait en tête les conseils de son adorable grand frère. Axel lui avait toujours dit, répété, avec beaucoup d’insistance, qu’elle ne devais jamais faire confiance à qui que ce soit si elle était seule et sans personne d’autre autour pour la protéger. Or, la situation actuelle était peut être exactement ce que Axel redoutait le plus. Elle était dans une pièce, pas vraiment petite mais pas gigantesque non plus, avec un jeune garçon blond, seule et sans aucun allié réel à portée… En clair, si ce jeune homme s’avérait être quelqu’un de plus dangereux qu’il n’en avait l’air, Alline pouvait tout simplement dire adieu à tout ce qu’Axel cherchait à protéger chez elle. Oh bien sûr, elle ne savait pas très bien de quoi il s’agissait en substance, mais tout de même… Elle n’avait guère envie de faire de la peine à son grand frère chéri. C’était pour ça qu’elle avait été très prudente, jusqu’à ce qu’il se mette à parler de sa petite sœur. Et voilà, c’était sûrement là le cœur de la raison pour laquelle Alline avait soudainement perdu toute méfiance envers Coleen. Il ne cherchait pas à faire le mal, seulement à venir en aide à sa petite sœur ! Et si il y’avait quelqu’un dans ce monde qui comprenait mieux que tout les autres ce qu’une petite sœur en difficulté pouvait ressentir, c’était bien Alline Senri. Bon d’accord, son grand frère étant toujours omniprésent pour elle, elle aurait eu du mal à voir comment une petite sœur privée d’un tel protecteur devait se sentir, mais… Elle savait en tout cas la peine qu’elle pourrait ressentir si jamais son grand frère ne remplissait pas ses attentes. Et en toute honnêteté, la sœur de Coleen avait visiblement de belles chances d’être dans un cas comme celui là, à l’inverse d’Alline qui n’avait jamais été déçue par Axel. Mais le problème venait peut être de là aussi. Alline n’avait jamais été trahie par Axel, mais Coleen ne vaudrait jamais Axel non plus. Oh, ce n’était pas une insulte, attention ! Loin de là, c’était simplement une constatation, constatation qu’elle faisait souvent avec tout le monde. Pour Alline, son grand frère était un peu une sorte d’idole, quelqu’un de presque parfait, qui avait juste besoin d’elle pour se sortir de la plupart des situations… C’était son grand frère, quoi ! Le grand frère dont toute petite sœur peut rêver, même si parfois il se révèle extrêmement pénible. Et Coleen ne pourrait sûrement jamais égaler le grand Axel Senri dans l’esprit de la petite blondinette. Axel était en quelque sorte… Et bien, il était quasiment indétrônable. Coleen était sans aucun doute un grand frère exemplaire, mais Alline connaissait le meilleur frère qui soit, et donc de ce fait, elle n’avait pas à rougir. En plus, Coleen avait besoin d’aide, Axel aurait sûrement remué ciel et terre si jamais sa petite sœur avait perdu quelque chose dans le salon. Coleen lui, cherchait. Visiblement avec assiduité, mais Allien connaissait Axel, et si il avait été dans la même situation que le jeune blond, et bien nul doute que les canapés du salon seraient tête à l’envers dans l’état actuel des choses. Coleen cherchait en tout cas, et ça même si c’était normal pour un grand frère, ça restait une attitude plus que louable aux yeux d’Alline. Et c’était pour ça qu’elle s’apprêtait à l’aider sans aucune concession. L’hypothèse comme quoi Coleen était peut être un jeune homme très dangereux avait complètement disparu de l’esprit de la blondine. Elle voulait juste aider la petite sœur du jeune homme, et donc aider le dit jeune homme.

Elle avança donc d’un pas décidé dans sa direction, avec la ferme intention de l’aider. Il lui sembla un temps surpris, ce qui ne l’étonna pas trop. Après tout elle venait d’effectuer un changement assez radical de comportement à la suite d’une simple phrase. Elle était passée de l’état de petite fille craintive à celui de jeune demoiselle prête à aider son prochain en toutes circonstances. Et des deux, elle savait très bien que c’était la deuxième option qui la caractérisait le mieux. Elle était une gentille fille, qui aimait venir en aide aux autres quand ils en avaient besoin. C’était dans sa nature. Elle savait que c’était fondamentalement naïf, que c’était même parfois idiot, qu’elle accorde ainsi sa confiance sans vraiment réfléchir, qu’elle aidait les autres sans prendre le temps de songer aux conséquences que cela pourrait avoir sur elle-même. Mais c’était surtout parce que jusque là, Alline avait constamment aidé les autres sans jamais essuyer de véritable problème elle-même. Axel la surprotégeait, et dans ce sens là elle n’était jamais agressée d’une quelconque manière. Ce qui la preservait extrêmement bien, certes, mais aussi l’empêchait de vraiment prendre conscience des risque encourus en accordant sa confiance trop facilement. Elle n’avait jamais compris à quel point les inquiétudes de son frère peuvent être justifiées, pas plus qu’elle n’avait jamais saisit toute la portée des risques que sortir seule de sa chambre pouvait amener. Elle était une petite fille, fragile et innocente. N’importe quel homme un tant soi peu fort qui passait pouvait lui faire du mal. Et parce que ce n’était jamais arrivé, elle n’arrivait pas à se représenter à quel point elle le risquait. Ce qui était une mauvaise chose, assurément. Mais pourtant, cela avait aussi des bons cotés. Parce que dans la perspective opposé de la question, c’était parce que Axel la preservait de ce genre de chose qu’elle était aussi naïve. C’était une simple conséquence de quelque chose qui était une bonne chose. Et c’était comme ça que Alline préférait le prendre. Optimiste à souhait, certes, ce qui n’était peut être pas quelque chose de bien dans ces temps agités. Néanmoins, Alline Senri était Alline Senri. Et en tant que telle, elle était une jeune fille d’une naïveté touchante… Et bien plus réelle qu’on ne saurait l’imaginer. Être pessimiste ne lui ressemblait pas. Mais alors pas du tout.

«Ah, merci beaucoup! Ça ira plus vite à deux.»

Il souriait, visiblement très content que la petite blonde ait prit sa décision vis-à-vis de la marche à suivre. Heureuse d’avoir rendu le sourire au moins une fois à ce jeune garçon, Alline lui fit un petite courbette de politesse, qui n’avait rien de moqueur, c’était simplement ce qu’on lui avait toujours dit de faire. Quand quelqu’un te remercie, fait une courbette polie afin de souligner que tu le fait naturellement, pas pour les remerciements. Son geste n’avait donc rien de moqueur, bien au contraire, il était très naturel et sincére. Et puis, ce n’était pas comme si elle s’était carrément inclinée devant lui, ou avait effectué une quelconque révérence. Juste une courbette, comme Alline Senri saît parfaitement faire les courbettes. Elle lui souria à son tour, avant d’écouter ce que Coleen avait à dire au sujet de l’objet que sa sœur avait perdu. Elle ne pouvait pas chercher sans le savoir un minimum tout de même…

«Hm..., il n'est pas très grande, cette taille, plus ou moins. Il est, euh..., argenté, je crois, comme une gourmette. Je ne sais pas où il a pu tomber, mais j'imagine que ça pourrait être par là... Je venais d'arriver, alors je n'ai encore pas vraiment cherché.»

Tout en parlant il avait effectué une série de gestes pour appuyer ses dires. La petite faute de prononciation qu’il avait faite en qualifiant le bracelet de ‘grande’ assura à Alline qu’il s’agissait bien d’un Elfe. Ou tout du moins d’un Etranger au genre humain, appartenant à une autre race que les Nekos et les Esprits. Donc à moins que Coleen ne soit d’une race non repertoriée en Illea, c’était bien un Elfe, puisqu’il avait quelques difficultés avec la langue. Elle ne releva pas la faute, estimant que cela serait peut être lui faire du tort d’une certaine manière et se contenta d’hocher la tête d’un air plus que motivé au fur et à mesure des explications de l’elfe sur l’objet de leurs recherches. Alline serra ses deux petits poings après la courte description de l’Elfe sur le bracelet, puis elle commenca à regarder autour d’elle. Alors, un bracelet argenté, pas très grand mesurant environ… Une dizaine de centimètres si elle en jugeait par ses capacités de mesure. Et donc, il pensait l’avoir perdu du coté du centre du salon… La petite fille commença à regarder les coussins des fauteuils autour d’elle, histoire de voir si il n’était pas déjà quelque part par là. En général, ce qu’on cherchait se trouvait parfois juste sous notre nez….

«Oh! Senri, comme le Conseiller?»

Alline reposa son grand regard bleu sur Coleen, un peu perturbée par ce qu’il venait de dire. Oh, alors il avait deviné… Bon, et bien ce n’était pas comme si ça la surprenait après tout. Axel était plutôt célèbre dans le château, après Ankou c’était lui qui devait être la figure la plus importante du pays. Rien d’étonnant à ce que le nom de Senri soit familier à un habitant du château, alors. Alline hocha la tête dans sa direction, un petit sourire sur son visage. Bon, elle n’était pas très contente du fait qu’on l’associe automatique à Axel, elle n’aimait pas vraiment ça, mais… Après tout, elle était fière de son frère. Et puis, c’était elle la sœur du conseiller au fond. Elle n’y pouvait pas grand-chose. Ses sentiments à ce sujet étaient un peu mittigés, en effet. Elle eu donc un petit sourire, vaguement crispé sur les bords, en répondant à Coleen.

« Oui. C’est mon grand frère, Axel Senri. Bon, alors vous avez déjà cherché par là ? »

Elle désigna d’un geste moins ample que celui de Coleen en raison de la courte longueur de ses bras, l’espace qu’il avait montré tout à l’heure en disant que le bracelet se trouvait par là. Elle voulait savoir si cela valait la peine de vraiment y chercher, si il avait juste regardé, ou… Si cela faisait plusieurs fois qu’il regardait par là. Et bien évidemment, elle n’avait pas vraiment envie de s’attarder sur le fait qu’elle était la petite sœur d’Axel. Ce n’était pas quelque chose de honteux, c’était juste agaçant d’être constamment associée à lui. Elle était Alline Senri, la jeune fille gentille prête à aider les autres, c’est comme ça qu’elle voulait que Coleen la voit. Pas comme Alline Senri, la petite sœur du conseiller et la dernière née de la famille Senri.
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 10 Avr - 20:21

{T'as de la chance, j'ai perdu le rythme à cause de la panne de Wifi.u___u

Tu as raison, il faut toujours se méfier des autres. Surtout de moi, parce que j'ai des projets pour tout et tout le monde, et que je suis tordu et que voilà. Cool}

Ce qu'il était bête! C'était vrai qu'il..., euh..., bon, en fait, non. Il n'y avait pas tant de ressemblance que ça entre le peu qu'il avait vu du Conseiller et ce qu'il voyait de sa probable sœur. C'était surtout le nom de famille qui avait trouvé un écho dans son esprit, jusqu'à ce qu'il se rappelle où il l'avait déjà entendu. Senri, comme le Conseiller, oui. Alex, non? Ou Axel. Alexandre. Alix. Alvin? Oui, bon, ça ressemblait à ça. Il n'était plus sûr exactement, mais ayant déjà du mal avec les noms à la base, ce n'était pas pour retenir avec précision celui des personnes qu'il ne connaissait que très mal, voire pas. D'ailleurs, il n'aimait pas particulièrement cet homme. Non pas qu'il ait l'air d'un criminel recherché ou d'un tueur, ou même d'un pervers dangereux, non..., simplement qu'il avait l'air trop normal pour être honnête. Ou trop gentil. Enfin, dans tout les cas, il ne savait pas pourquoi, il tenait absolument à ce qu'il ait quelque chose à cacher. Allez savoir. Les personnes importantes de ce château devaient avoir au moins des milliers de secrets qui ne devaient pas sortir d'entre les murs des salles de réunions, et il aimait à se les imaginer. Avec plus ou moins de véracité et d'imagination, certes, mais ça l'occupait au moins. Il aurait donc pu se mettre à s'imaginer dans quelle mesure Alline pouvait être mêlée aux secrets d'état, mais il avait l'esprit occupé à autre chose, présentement. A savoir : le bracelet. Difficile de ne pas laisser ses pensées divaguer, mais il tenait vraiment à le retrouver. Et puis, aussi amusant était-ce de se laisser son esprit vagabonder où bon lui semblait, il lui manquait quelqu'un à qui faire part de ses hypothèses, aussi farfelues soient-elles. Ce n'était pas comme s'il y croyait vraiment, c'était juste une occupation comme une autre. De la même façon que les jeunes enfants aiment à penser qu'ils sont des princes ou des princesses dans un autre royaume, très lointain, Coleen aimait rendre son monde plus vivant. Tant qu'on ne lui prouvait pas qu'untel n'était pas un espion, il avait le droit d'enquêter sur lui, non? La vie de Noble était tranquille et agréable, mais c'était aussi très ennuyeux. Que faire, quand il avait épuisé toutes ses idées et que les autres personnes dont il était proches étaient occupées? Rien. Rien du tout. Avant il pouvait aller sur la plage, ou courir d'une maison à l'autre sans s'inquiéter de grand chose. Il était peut-être très riche, mais ce n'était pas le même fonctionnement qu'ici, pour sûr. Ce n'était pas aussi..., cloisonné. Sa famille était respectée, dans une certaine mesure, mais pas enfermée dans un château à regarder le monde par les fenêtres. Ça lui manquait, de pouvoir faire plus ou moins ce qu'il voulait. Il regrettait l'endroit où il avait habité si longtemps, qu'il n'avait pas à partager avec d'autres personnes. L'intimité était drôlement réduite, ici. Ça aussi, ça l'ennuyait. Et puis, comme il l'avait déjà dit, il lui manquait quelqu'un à qui parler de tout ça. Celian et lui étaient très proches, mais il n'était pas aussi vif et insouciant que son ainé ; les deux plus jeunes étaient trop petits, et Owen avait d'autres soucis. Jules avait beaucoup à faire et il ne le voyait pas tout le temps. Si Anelise avait été là, elle aurait été la première à courir dans les couloirs pour interroger les serviteurs sur tout et n'importe quoi. Ses sœurs lui manquaient, oui. Vraiment.

Il esquissa un sourire maladroit à l'attention de la jeune fille quand elle releva les yeux vers lui, se demandant s'il avait dit une bêtise. Ça ne l'aurait pas étonné qu'il se soit trompé, honnêtement : il avait lancé sa question sur un coup de tête, un souvenir incertain. Peut-être que ça n'avait rien à voir, peut-être que c'était juste un nom ressemblant. Et peut-être qu'il s'était trompé de mot pour désigner le Conseiller, aussi. Il lui semblait bien qu'on disait et prononçait comme ça, mais rien n'était moins sûr. Il avait voulu l'appeler le Conseilleur pendant un long moment, et avait eu du mal à comprendre pourquoi ça ne se disait pas comme ça, dans la mesure où il conseillait, et que quelqu'un qui prodiguait des conseils devait bien s'appeler le Conseilleur. Apparemment pas, aussi bizarre cela ait-il pu lui sembler. Il y avait au moins un millions de choses aussi étranges dans la langue d'Illea, et il lui arrivait souvent de se tromper sur de petites choses comme le genre des mots, qu'il échangeait parfois sans s'en rendre compte, ou les conjugaisons les plus compliquées. Ou bien les expressions, ça allait de soit : il les avait apprises bêtement, pour pouvoir peut-être les replacer un jour dans la conversation. Mais il ne comprenait absolument pas en quoi un jeu pouvait valoir une chandelle, par exemple. Ça n'avait rien à voir, un jeu et une chandelle. Et puis un jeu de quoi? C'était compliqué, de son avis. Sa mère avait voulu qu'ils apprennent vite la langue, pour pouvoir s'adapter et communiquer sans problème dès que possible : et s'il arrivait à parler une langue plus que correcte, et avait su le faire en très peu de temps, la technique n'avait pas été des plus intelligente pour autant. Il n'avait fait qu'apprendre et répéter à longueur de temps, et n'avait aucune idée de la raison pour laquelle ça se disait comme ça, ou pourquoi on mettait ça là. Il aurait été capable de répéter mot pour mot des phrases d'une grande complexité auxquelles il n'aurait pour autant pas compris la plus petite chose. L'idée, oui. Mais ce que voulait dire les mots qu'il répétait bêtement, non. 'J'imagine que l'on peut voir les choses comme ça, certes, mais pour ma part' voulait dire 'oui, mais'. Il ne cherchait pas plus loin que ça, quand il parlait avec des personnes plus âgées que lui. Sa mère lui avait dit de faire bonne impression, et il essayait. En ville ou avec ses amis, en revanche, le discours devenait bien plus prosaïque.

« Oui. C’est mon grand frère, Axel Senri. Bon, alors vous avez déjà cherché par là ? »

Coleen releva ses yeux, qu'il avait posé dans le vide de la salle, sur la jeune fille aux jolis cheveux blonds. Oh. Alors il ne s'était pas trompé, tant mieux! Il ne releva pas son sourire un peu crispé, et se remit à sourire lui-même. Est-ce qu'il avait déjà cherché par là, hein? Il se retourna complètement dans la direction qu'indiquait la demoiselle, et l'étudia l'espace d'une seconde. Est-ce qu'il pouvait considérer avoir déjà cherché par là? Il avait regardé, mais regarder ce n'était pas chercher. Il avait à peine eu le temps de vraiment s'y mettre, avant qu'elle n'entre dans la pièce. Raison pour laquelle il s'était dit qu'il pouvait être dans un endroit tout bête, ce bracelet. Peut-être était-il juste à portée de main, et qu'ils le trouveraient très vite ; ça n'aurait pas été plus étonnant que ça. Ça n'aurait pas non plus été étonnant qu'ils ne le retrouvent pas du tout. Ou qu'ils le retrouvent au bout d'un long moment. C'était ça, qui était embêtant : Coleen n'avait pas la moindre idée de l'endroit où il pouvait être, et il en était franchement désolé. Il était certes content d'avoir de l'aide, et de la compagnie par la même occasion, mais il ne tenait pas non plus à l'embêter durant une heure pour au final ne rien trouver ressemblant de près ou de loin au bracelet de sa petite sœur. Enfin, bon. Ils verraient bien, comme on dit. Ce n'était pas en restant planté là qu'ils arriveraient à quelque chose.

«Pas vraiment, répondit-il en secouant sa tête de droite à gauche. J'ai un peu eu le temps de regarder, mais c'est tout. Je venais de commencer quand vous êtes arrivée.»

Il réfléchit un court instant, cherchant la manière la plus efficace de chercher. Seul, c'était facile : regarder partout en partant de la gauche vers la droite, par exemple. De toute façon, à part tout retourner, il ne connaissait pas de moyen efficace de retrouver un objet perdu. Il désigna de la main la partie gauche du salon, puis sourit à Alline.

«Si vous voulez, vous pouvez chercher par là. Et moi, je vais chercher par là, ajouta-t-il en désignant l'autre côté cette fois. Je ne pense pas qu'il soit sous les coussins, normalement, mais, euh..., normalement.»

Normalement, parce qu'on ne sait jamais. Mais il ne voyait pas bien pourquoi quelqu'un serait venu, l'aurait ramassé et coincé sous un coussin. En revanche, il était possible qu'il soit tombé sur un fauteuil et que quelqu'un, en s'asseyant dessus par mégarde, ne le fasse glisser derrière le coussin. Donc, comme il l'avait dit, 'normalement'.

L'Elfe aux yeux bleus s'accroupit pour vérifier qu'il n'était pas sous le fauteuil sur sa droite, obligé de poser un coude à terre pour ce faire. Il passa son bras dessous, au cas où sa vue ne soit pas suffisante, sans succès. Heureusement, remarqua-t-il avec un sourire amusé, que le sol était parfaitement propre ; il aurait eu l'air fin, sinon. Ça aurait peut-être réveillé de vieilles allergies, tiens.

Il s'assit sur ses talons et se retourna vers la jeune fille, comme s'il venait subitement de se rappeler de quelque chose.

«D'ailleurs, vous veniez faire quoi ici? Vous cherchiez quelqu'un, ou vous marchiez par hasard? Au hasard, se corrigea-t-il en hochant de la tête, soulevant le coussin de ce maudit fauteuil (parce que 'normalement', donc mieux valait parer à toute éventualité). Oh, si vous voulez je peux chercher par terre, si vous avez peur d'abimer votre robe.»

Sa sœur, elle, n'aurait jamais mis un genoux par terre, alors on ne sait jamais. Elle aurait dit, sur le ton approprié, que sa robe allait être froissée, que ses bas étaient fins et fragiles et que ses cheveux allaient trainer dans la poussière si elle se penchait trop sur le sol. Et ça, oulala, la catastrophe! C'est vrai, après tout elle n'avait jamais que cent millions de robes et vingt millions de bas, et encore plus de cheveux. Et tous pouvaient être lavés, et voilà, problème réglé. Enfin, ça, c'était les filles. Il ne cherchait pas trop à comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 10 Avr - 23:03

[Bwahaha! Je sais, ma veine ne connaît aucune limite.8D

Ma pauvre petite Alline toute pure et innocente, Coleen la touche pas! Il peut aller pervertir Caleb si il veut. Cool ]



Alline savait qu’elle ne pouvait pas y couper de toutes manières. Dès qu’elle disait son nom de famille, automatiquement on lui répondait quelque chose du genre « Ah, comme le conseiller ? » ou encore « Vous êtes de la famille d’Axel Senri ? » ce genre de choses qu’elle n’appréciait que très moyennement. Pour ainsi dire elle n’appréciait pas du tout en fait. Être la petite sœur d’Axel la ravissait au plus haut point, mais n’être que cela elle n’acceptait pas. C’était comme si elle n’existait qu’à travers lui, comme si elle n’avait pas d’identité propre. Les gens en général se fichaient bien ‘d’Alline’ tant qu’ils connaissaient ‘Senri’. Son prénom n’avait absolument aucune importance pour la quasi-totalité des personnes qu’elle rencontrait au cours de sa vie. Pour ainsi dire, tout le monde s’en fichait bien qu’elle s’appelait Alline, du moment qu’elle s’appelait Senri. Se faire bien voir de la fille Senri était une bonne chose pour les gens de la société, car cette famille n’était pas seulement une famille puissante et riche. Elle faisait également parti de la Noblesse d’Illea, avait de très grands liens amicaux avec les Della’Morte, ou au moins un d’entre eux, et en plus de tout cela, le chef actuel de la famille, le fils aîné Axel, était en position de conseiller du Prince, ce qui se trouvait être le poste le plus haut gradé dans tout le pays après dirigeant du royaume. Et elle, elle était la petite sœur du dit conseiller. C’était aussi pour cela qu’Alline n’aimait pas beaucoup que son frère s’absente. Elle savait que lorsque c’était le cas, il était soit en réunion d’affaire importante, soit tout simplement en train de flâner, de faire sa vie de son coté, de s’amuser. Elle préférait qu’il s’amuse très honnêtement. Même si cela ternissait quelque peu l’image de la famille, au moins il ne s’absentait pas pour briller encore plus par son intelligence et ses conseils avisés, ce qui le rendait d’autant plus populaire. Mais dans un autre sens, ses petites escapades avec des demoiselles, ses divers jeux aux goûts douteux, tout cela faisait jaser de nombreuses rumeurs au sujet de son grand frère dans le château. Des rumeurs parfois plutôt fondées mêmes. Et cela non plus elle n’aimait pas. Les rumeurs ne faisaient pas que rendre Axel encore plus connu qu’il n’était censé l’être, elle nuisaient également à son image générale. Le faisaient passer pour… Quelqu’un qu’il n’était pas. Alline connaissait son frère, elle savait que ce n’était pas un coureur de jupons invétér…. Oui bon peut être que si, mais elle savait en tout cas que son grand frère était quelqu’un de bien ! Il n’était pas le garçon dragueur et frivole que certaines personnes décrivaient comme tel. Elle voyait en Axel quelqu’un de grand, fort et intelligent. Elle voyait en Axel quelqu’un qu’elle pourrait soutenir et qui pourrait la soutenir constamment. Oh bien sûr, il aurait besoin d’être aidé de nombreuses fois selon elle… Elle ne comptait pas le nombre de fois où elle avait dût le reprendre en main elle-même pour qu’il se mette enfin au travail. C’est qu’il était parfois tellement paresseux qu’elle se demandait si vraiment ils étaient de la même famille. Elle qui était toujours si motivée, si énergique à la tâche ! Lui elle ne pensait pas l’avoir vu une seule fois faire preuve de motivation, excepté dans le domaine de l’amusement. Ah ça… Pour trouver un nouveau jeu étrange ou pour aller courtiser une jeune femme, il en avait soudainement beaucoup de la motivation… ! C’était ce qu’Alline n’aimait pas vraiment chez son frère, ce coté joueur et immature. Elle n’aimait pas trop cela, mais cela faisait parti de la personnalité d’Axel, personnalité qu’elle aimait décidément beaucoup. Grand frère qu’elle aimait décidément beaucoup. Peut être que c’était parce que justement, elle aimait beaucoup son grand frère qu’elle ne voulait pas qu’on la considère uniquement comme la petite fille Senri. Peut être que c’était justement parce qu’elle avait beaucoup d’admiration pour Axel qu’elle n’aimait pas qu’on lui dise « Ah, vous êtes la petite sœur du conseiller alors ! » Elle-même n’avait pas la réponse à cette question. Elle savait qu’elle était Alline Senri, qu’elle avait sa propre identité, et que Axel était son grand frère, qu’il était quelqu’un d’important. Mais ne voulait pas vraiment être un fardeau pour lui. Malgré tout, Alline avait conscience qu’Axel la surprotégeait un peu trop parfois, au détriment même d’autres choses qu’elle jugerait sûrement bien plus importantes. Elle n’avait pas envie qu’Axel sacrifie toute sa vie pour elle, aussi avait-elle besoin d’être quelqu’un qui existait par elle-même, d’être quelqu’un avec une identité propre et pas seulement un blason portant le nom d’une grande famille. Elle voulait vraiment que les gens la regarde comme ils regarderaient Alline Senri, tout simplement. Et non pas comme ils regarderaient la petite sœur d’Axel Senri. Oh elle savait qu’il y’aurait du chemin à faire, qu’elle n’y arriverait peut être jamais d’ailleurs. Mais elle devait bien essayer pourtant. Après tout, c’était aussi pour Axel qu’elle faisait cela.

Coleen serait peut être la première étape de ce grand projet d’être enfin reconnue comme Alline et non pas comme la petite sœur Senri. Après tout, il avait beau l’avoir identifiée comme étant bel et bien la petite sœur du conseiller, elle avait une chance de lui prouver qu’elle pouvait être utile par elle-même. Qu’elle pouvait résoudre des problèmes sans l’aide de son grand frère. Et retrouver le bracelet que sa sœur avait perdu semblait être une bonne opportunité pour faire cela. En plus, elle aiderait un grand frère à secourir sa petite sœur ! Peut être que cela était une façon détournée qu’elle avait trouvé pour se comporter elle-même en tant que grande sœur. Aider une petite sœur, elle n’avait jamais eu l’occasion de le faire. Elle aidait son grand frère parfois, en fait elle le faisait même tout le temps selon son propre point de vue, elle aidait aussi sa mère et Ankou quand ils avaient besoin d’une paire de bras, aussi fins soient-ils, supplémentaire… Mais elle n’avait jamais aidé quelqu’un de plus jeune qu’elle. Enfin, une petite sœur, quoi. Elle n’était pas sûre que la petite sœur de Coleen soit plus jeune qu’elle, loin de là même, mais vu que Coleen semblait avoir à peu près le même âge qu’elle, sûrement un peu plus vieux tout de même, elle s’imaginait que sa sœur devait être bien plus jeune. Après tout, Axel et elle avaient tout de même 5 ans d’écart, ce n’était pas rien. Coleen et sa sœur pouvaient très bien avoir le même écart de différence d’âge, 5 ans ce n’était tout de même pas si rare que cela. Donc, la sœur de Coleen devait avoir… Un peu plus de dix ans peut être. Quelque chose comme ça. C’était plus jeune qu’Alline. Et puis à dix ans on peut très bien porter des bracelets. L’inconvénient, c’était qu’ils étaient beaucoup plus petits et moins coûteux que les accessoires portés par les personnes un peu plus grandes. Donc censément, plus durs à retrouver du fait de leur taille et qu’ils ne devaient pas briller des masses. Enfin, Alline imaginait cela comme ça de toute façon. Elle n’avait jamais rien perdu qui ne soit ensuite retrouvé quelques temps plus tard. Axel veillait toujours à ce qu’elle ne pleure jamais. Un grand frère vraiment exemplaire. Coleen devrait suivre son exemple. N’était-ce pas ce qu’il faisait dans un sens, d’ailleurs ? Il cherchait un objet que sa sœur avait perdu, donc il cherchait à faire en sorte que sa sœur ne pleure pas. Un comportement naturel et à la fois admirable chez un grand frère. C’était aussi pour cela qu’Alline était aussi motivée pour l’aider. Elle voulait lui montrer qu’un grand frère devait tout faire pour préserver les larmes de sa petite sœur ! Elle avait une grande expérience dans le domaine en plus. Dans le domaine de préserver les larmes de petite sœur. Pas dans le domaine de retrouver des bracelets perdus.

«Pas vraiment, répondit Coleen à sa précédente question, tout en effectuant un signe négatif de la tête. J'ai un peu eu le temps de regarder, mais c'est tout. Je venais de commencer quand vous êtes arrivée.»

Alline eut une petite moue ennuyée après la réponse de Coleen. Ah, alors il n’avait pas regardé partout… Elle avait pensé qu’il avait déjà couvert une bonne partie du terrain à chercher, ce qui aurait considérablement facilité les recherches. Mais si il venait de commencer alors qu’elle était arrivée dans le salon… Et bien il n’avait dût regarder que sous le meuble à coté duquel elle l’avait trouvé à quatre pattes en entrant dans la pièce. Ce qui limitait grandement le nombre d’endroits où il avait bien put chercher pour l’instant.

«Si vous voulez, vous pouvez chercher par là. Et moi, je vais chercher par là,dit-il en désignant successivement les deux cotés, gauche et droit, de la pièce. Je ne pense pas qu'il soit sous les coussins, normalement, mais, euh..., normalement.»

Alline reposa son regard azuré sur lui, en lui rendant son sourire. Oui, c’était une bonne idée de se séparer pour couvrir plus de distance ! Cela coulait même de source en fait, elle se demanda brièvement pourquoi elle n’avait pas suggéré cela plus tôt. Sans doute Axel avait-il hérité d’une grande partie du savoir stratégique de la famille. Alline n’était pas faite pour élaborer des plans de bataille ou même de recherche de bracelets. Quoi qu’elle n’était pas mauvaise aux échecs… Allons, son cas n’était peut être pas totalement désespéré ? Elle hocha la tête, toujours en souriant avant de se diriger d’un pas décidé vers la partie gauche du salon qu’il lui avait assigné. Puis elle se retourna afin de délimiter précisément où elle devait arrêter ses recherches, afin de ne pas venir empiéter sur la zone où Coleen devrait chercher lui-même. L’Elfe aux cheveux blonds avait déjà commencé à chercher sous un fauteuil en envoyant son bras en dessous. Elle s’accroupit donc à son tour, hésitant un court instant à chercher de cette manière, puis décidant finalement qu’elle pourrait bien enfiler d’autres vêtements une fois rentrée, elle regarda au sol en s’agenouillant sur celui-ci. Elle constata rapidement qu’il n’y avait bel et bien rien sous ce fauteuil. Même si l’ombre lui empêchait de voir clairement en dessous, aucune forme ne semblait surgir du sol pour s’élever légerement, ce qui serait le signe que quelque chose se trouvait bien sous ce meuble. Elle se releva un court instant, se trouvant à quatre pattes pour ensuite se remettre debout et regarder un peu autour d’elle pour vérifier si déjà, le bracelet n’était pas sur un des coussins.


«D'ailleurs, vous veniez faire quoi ici? Vous cherchiez quelqu'un, ou vous marchiez par hasard? Au hasard…Oh, si vous voulez je peux chercher par terre, si vous avez peur d'abimer votre robe.»

Alline se tourna vers Coleen avec un nouveau sourire de petit ange sur son visage enfantin pour lui répondre d’une voix parfaitement mélangée entre la motivation de retrouver l’objet perdu, et la politesse dont elle faisait preuve en toutes circonstances.


« Oh, je me promenais tout simplement. Et ne vous en faîtes pas, je pourrais toujours changer de vêtements après ! »

Elle épousseta tout de même sa robe quelque peu, constatant qu’elle était déjà légérement salie par son petit moment passé au sol, avant de regarder Coleen de nouveau, cette fois ci d’un air intrigué.

« Mais dîtes moi, à quoi ressemble ce bracelet au juste ? »
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Sam 23 Avr - 17:57

{Mais oui, bien sûr! Ca parait pas bizarre du tout que Coleen, 15 ans, 1.73m, 58Kg, pur, puisse pervertir Caleb, 19 ans, 1.85m, 79Kg, pur aussi. OUI OUI. Cool

Ca lui passerait même pas par la tête...X'DDD

Me saoûle pas, je peux toujours faire un poste par jour si je le décide ainsi.u___u}

Et s'il ne le retrouvait jamais, hein? Qu'est-ce qui se passerait? Bon, mis à part que Jeany allait pleurer et le maudire lui et son frère pour les trente prochaines années, évidemment. Ça, c'était la partie prévisible des choses. Il trouvait cela fascinant, tout de même, dans un sens, qu'on puisse ne jamais retrouver quelque chose. Parce que c'était forcément quelque part, ça ne pouvait pas avoir disparu comme ça. Et en supposant que personne ne l'avait pris alors il était obligatoirement tombé quelque part au sol, ou sur un fauteuil, et l'attendait sagement là où il avait chuté. Rien d'autre n'était possible, ça, il était formel. Pourtant, tout le monde au moins une fois dans sa vie posait quelque chose quelque part un jour, et ne remettait jamais la main dessus par la suite. Ce qui était hallucinant, vraiment! Si vous posiez votre bague sur la table de chevet près de votre lit, même en glissant elle se trouvait toujours dans la chambre. Pourtant pas moyen de mettre la main dessus. Ça aurait été intéressant, de pouvoir être un petit animal qui suivrait le trajet de ces petites choses qui se perdaient dans la nature, et étaient ramassées par une main hasardeuse des mois après , ou qui parfois se perdaient à tout jamais dans un quelconque recoin. C'était triste, dans un sens. Aussi triste que la façon qu'avait sa sœur de punir ses jouets, par exemple. Il trouvait toujours particulier de voir une poupée installée dans un coin de la chambre, visage contre le mur, parce qu'apparemment elle s'était mal comportée en prenant le thé. Bon. Emelyne n'avait que cinq ans, elle ne devait pas comprendre à quel point il était cruel et inadmissible de laisser dormir une poupée debout toute seule alors que les autres avaient le droit de dormir dans son lit. Enfin, ce n'était que son avis personnel, et ça ne regardait que lui. Il gardait beaucoup de choses pour lui de toute façon, malgré le fait qu'il en dise déjà bien trop selon beaucoup : question de pudeur. Ses yeux bleus scrutèrent longuement, minutieusement le dessous du fauteuil avant qu'il ne décide de se redresser pour s'adresser à la jeune fille. Alline, hein? Alline. Il fallait qu'il retienne ce prénom, s'il voulait l'interpeller. On avait beau dire, Coleen trouvait que les prénoms en disaient long sur les personnalités, tout de même. Ça ne voulait pas dire grand chose bien sûr, mais c'était tout de même ce qui nous désignait, et il fallait pouvoir le porter toute notre vie durant. Par exemple, Coleen, il trouvait que ça avait une consonance légère et joyeuse, et que ça lui correspondait tout à fait. Pas comme Gustave, par exemple, qui était l'un des prénoms les plus laids qu'il connaisse. Gustave ça sonnait comme 'vieux dépressif rigide', selon lui. Alline, de la même façon que Coleen, était un prénom léger et aérien, qui allait assez bien avec l'attitude et le caractère de sa propriétaire. Si elle s'était appelée Sarah, par exemple, ça lui serait moins allé. Ce n'était pas un prénom pour une petite blonde aux grands yeux bleus, Sarah, ça faisait plus..., douce et calme, plus timide. Pour ce que ça valait. Tout ce qu'il savait avec certitude, c'était que Jeany rimait avec 'gros ennuis', et aussi avec 'si tu retrouves pas mon bracelet tu vas manger la tête de lit'. L'oreiller encore, passe, mais la tête de lit... 'Non merci'.

Amusé par sa rime intérieur (il en fallait peu pour l'amuser, de toute façon) il laissa son sourire s'élargir légèrement alors qu'il observait le visage de la sauveuse du jour. Elle lui laissait toujours cette drôle d'impression de poupée de chiffon, avec son joli sourire, mais il ne pensait pas qu'elle l'aurait pris avec un sens aussi élogieux qu'il donnait lui-même à cette comparaison, aussi n'en dit-il rien. Non, parce que mine de rien, il réussissait trop souvent à son goût à ne pas se faire comprendre ; et si c'était frustrant pour beaucoup, pour lui c'était juste royalement embêtant. Après s'en suivait des quiproquos sans fin, et il n'était pas très doué à ce jeu là. Il préférait de loin les paroles claires et précises dans lesquelles tout le monde voyaient la même chose, les images simples mais belles que l'on pouvait peindre sans crainte. Une poupée de chiffon, ça aurait dû avoir un sens positif pour tout le monde. Les poupées en porcelaines étaient juste jolies, et on ne pouvait ni jouer, ni rire avec. Juste les contempler. Et elles, elles étaient condamnées à juste regarder. Quelle tristesse, encore une fois.


« Oh, je me promenais tout simplement. Et ne vous en faîtes pas, je pourrais toujours changer de vêtements après ! »

Ah? Bon. Bien! Si elle prenait les choses comme ça, il ne restait plus qu'à les prendre ainsi de même. Bien que, honnêtement, il restait partagé sur ce point. Il était agréable, bien sûr, qu'une fille (ou un garçon) ne s'exclame pas bruyamment dès qu'un grain de poussière venait tâcher son habit ; mais il ne tenait pas plus à ce qu'elle abime sa robe ou n'ait de quelconques problèmes par sa faute. Peut-être que son frère ou ses parents ne seraient pas enchantés, si elle revenait salie. Et peut-être qu'elle ne voudrait pas marcher dans les couloirs avec une robe qui n'était pas impeccable. Certainement qu'une fois sorti de la pièce il aurait totalement oublié ces considérations, et de fait ne s'en inquiéterait plus : mais pour l'instant il s'en souciait, et c'était bien là le problème. Il se releva tout à fait, passant brièvement ses mains sur son pantalon, et acquiesça légèrement de biais, réservé. Il n'aimait pas insister ; c'était autant ordonner, si on répétait trente-six fois un conseil. Or il aimait laisser leur libre-arbitre aux autres, question de principe. Si ça ne la dérangeait pas, ça ne la dérangeait pas. L'Elfe aux cheveux blonds ne pensait pas qu'elle était trop stupide pour penser par elle-même, et ne pensait pas non plus qu'elle était trop timide et effacée pour clairement donner son point de vue, donc il s'en remettrait à sa décision.

« Mais dîtes moi, à quoi ressemble ce bracelet au juste ? »

Coleen posa son regard sur le sol pour réfléchir correctement, tout en tirant vaguement sur le bout de la manche de sa chemise, sous sa veste, pour la remettre correctement en place sur son poignet. Ou pour s'occuper les mains, tout simplement.

«Il est..., eh bien, pas très grande, dit-il en souriant, ayant la curieuse impression d'avoir déjà dit cela quelques minutes auparavant. Je crois qu'il est..., ah, oui! Argenté, et rigide. Hm, il y a de petites pierres incrustées dedans. Vous savez, bleues. Je crois que c'est tout.»

Maintenant, au moins, il s'en rappelait tout à fait. Il se revoyait même très clairement le tenir dans ses mains, et faire une remarque sur l'inutilité des bijoux en général. Sauf les boucles d'oreilles, pour ça, il voulait bien croire que ça faisait joli. Ou les colliers, suivant les tenues. Mais les bracelets, là... Les femmes avaient le don de se mettre plusieurs kilos de choses inutiles sur le dos, c'était certain. Non pas que c'était particulièrement pour lui déplaire ; une jolie femme était toujours plus agréable à regarder qu'une autre. Beauté simple ou accoutrements complexes, tout dépendait des goûts.
«Et puis je ne doute pas que vous pourrez vous changer ensuite, ajouta-t-il en souriant à Alline, je ne veux simplement pas que vous ayez des ennuis par ma faute. Vous êtes déjà assez gentille de m'aider.»

Il soupira, et tenta un nouvel effort de mémoire alors qu'il se retournait pour aller voir s'il n'était pas tombé derrière le fauteuil sous lequel il venait de regarder, ou derrière celui qui était juste à côté. Ses yeux bleus rencontrèrent le sol, les pieds joliment sculptés des fauteuils, les coussins colorés, et il vit même un meuble brun quand il releva les yeux ; mais pas trace de collier. Hm, de bracelet. Il se retourna un instant vers le côté d'Alline-il allait l'appeler comme ça, tiens-tentant de se rappeler s'il avait plutôt été de ce côté là ou du sien. Difficile à dire. Il était sûr, sûr de ne pas l'avoir entendu tomber, pourtant..., dans ce cas, peut-être était-il bien sur un des fauteuils, finalement.

«Je ne crois pas qu'il ait fait de bruit, dit-il en fronçant légèrement les sourcils, à demi tourné vers son interlocutrice, en écho à ses pensées, en tombant.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Sam 23 Avr - 20:44

[Je suis sûr que si Coleen voit Caleb de dos, il va y songer. Cool

Fort bien, dans ce cas je m'incline devant ta grâce subliminale, ô Votre sainte Patateté.XDDD]




Oh, ce qu’elle pouvait être tarte, parfois ! Elle venait de se souvenir que Coleen lui avait déjà dit à quoi ressemblait grosso modo le bracelet qu’ils étaient en train de chercher… Pour le coup elle se sentit particulièrement bête. Elle avait demandé cela de une, parce qu’elle ne se souvenait pas sur le moment de ce que Coleen avait dit, et de deux parce qu’elle préférait ne pas rester dans cette pièce sans parler au moins un peu. Elle avait assez honte d’avoir posé une question à laquelle Coleen avait déjà répondu auparavant. Sincèrement, elle devrait être plus vigilante à l’avenir ! A oublier ainsi ce qu’on disait sans trop y faire attention, on n’allait jamais bien loin dans la vie. Enfin, il faut dire qu’Alline n’avait pas vraiment ‘oublié’ ce que Coleen avait déclaré, puisqu’elle venait de s’en souvenir là, à l’instant. Mais elle l’avait tout de même oublié au moins de manière temporaire. Et ça, ca n’était pas poli, pas gentil non plus. Elle se sentait toute penaude d’avoir commis cette erreur. Sans doute, se disait-elle, qu’elle était trop motivée et trop obnubilée par le fait de retrouver ce bracelet qu’elle n’avait pas trop fait attention à la réaction de Coleen alors qu’elle avait décidé de l’aider. Peut être qu’elle pensait que Coleen serait simplement heureux qu’elle lui prête main forte et qu’elle n’avait entendu que cela. Ou qu’elle avait oublié. Dans tout les cas, elle venait de montrer qu’elle n’avait parfois pas toute sa tête. Et cela la rendait confuse. Elle n’aimait pas passer pour quelqu’un de distrait, de gourde, de pas franchement maligne. Alors que c’était le contraire… ! Non ? Alline voulait bien que ce soit le contraire. Elle voulait croire qu’elle n’était pas aussi gourde que ce qu’elle pouvait laisser paraître parfois. Mais est ce que c’était vraiment le cas ? La petite fille avait beau avoir un grand frère très intelligent, est ce qu’elle l’était elle-même pour autant ? Elle ne savait pas trop comment répondre à ce genre de question. L’intelligence pouvait difficilement se mesurer, a plus forte raison de manière autonome. On ne pouvait pas dire de soi qu’on était intelligent, surtout quand nos actions apportaient parfois la preuve du contraire. Encore, on pouvait peut être se dire qu’on l’était, si il y’avait des actions qui prouvaient cet état de fait ? Axel, par exemple, faisait souvent des bêtises et des jeux d’une maturité douteuse pour un jeune homme de 19 ans qui devrait bientôt se fiancer. Et pourtant, il était le conseiller du Prince, il était considéré comme étant la deuxième figure la plus importante de tout l’Est du pays, et était unanimement considéré par les personnages importants comme un jeune garçon intelligent avec des décisions souvent très réfléchies. Axel avait fait ses preuves, il était évident que son grand frère était quelqu’un d’intelligent. Elle, ne l’était peut être pas autant. Peut être pas du tout en fait. Ce n’était pourtant qu’une simple erreur d’inattention, mais pourtant Alline complexait assez dessus. Parce qu’elle voulait qu’on la reconnaisse en tant qu’Alline Senri, en tant que la jeune fille qu’elle était vraiment, et non pas en tant que la petite sœur d’Axel Senri ou la dernière née de la prestigieuse famille. Mais est ce qu’elle avait le comportement adéquat pour ça ? Peut être que si les gens autour d’elle la considérait plus comme la sœur d’Axel, c’était parce qu’elle n’avait pas réussi à prouver qu’elle était Alline. Peut être que si elle avait réussi, ça serait elle qui serait appelée Alline Senri, et Axel serait le grand frère d’Alline. Quoi que… Non, pour le coup même elle trouvait ça un peu tiré par les cheveux. Axel était l’aîné de la famille. C’était pour ça que c’était lui qu’on plaçait au dessus d’elle. C’était bien plus logique, même pour Alline. Elle comprenait plus facilement cela. Et puis surtout, ça lui prouvait que quoi qu’elle puisse faire, Axel serait toujours supérieur à elle. Mais c’était bien normal, non ? Après tout il était… Son grand frère. L’être qui veillait sur elle. Elle aussi veillait sur lui, mais elle savait bien au fond que c’était elle qui avait besoin de protection. Axel lui, il n’avait besoin de quasiment rien. Peut être d’une bride de temps en temps, rôle qu’elle et Ankou assumaient la plupart du temps, mais ça s’arrêtait là. Axel et Ankou étaient tout deux des hommes vraiment exceptionnels, elle aurait aimé pouvoir leur ressembler un peu plus, elle qui n’était au final qu’une Noble parmi tant d’autres…

«Il est..., eh bien, pas très grande. Je crois qu'il est..., ah, oui! Argenté, et rigide. Hm, il y a de petites pierres incrustées dedans. Vous savez, bleues. Je crois que c'est tout.»

Elle eu un léger rougissement en l’entendant répéter quasiment mot pour mot ce qu’il avait dit quelques minutes plus tôt, et fit suivre sa moue génée par un petit sourire timide. Elle se sentait confuse, honteuse d’avoir commis cette petite erreur. C’était la preuve qu’elle resterait la sœur du conseiller pour elle. Cela pouvait aussi être vu comme la preuve qu’elle était Alline justement, et que Alline faisait des erreurs parce qu’elle n’était pas parfaite, comme chaque être humain dans ce monde. Mais dans l’immédiat, elle complexait assez sur cette petite bourde qu’elle avait commise. Elle s’inclina donc poliment, avant de lui répondre sur un ton de gêne, encore une fois.

« Ah, je suis désolée… Vous m’aviez déjà dis ça il y’a quelques minutes, je… Je suis confuse. Je n’aurais pas dût vous le redemander… »

Après quoi elle se remit à farfouiller un peu autour d’elle, se demandant où diable il pouvait bien avoir fait tombé ce bracelet. Un court instant elle songea à demander à Coleen l’endroit où il pensait avoir perdu ce précieux accessoire, mais elle fit rapidement fi de cette idée complètement stupide selon elle. Non, c’est vrai, quel interêt de demander à quelqu’un ‘où tu as perdu ton bracelet ?’ ? C’était assez idiot selon elle. Si il savait où il avait perdu l’objet en question, il ne serait pas là en train de dire qu’il l’a perdu, justement. Ouf, elle venait d’éviter de faire une autre bêtise aux yeux de l’Elfe aux cheveux blonds. Elle s’en félicitait intérieurement, tout en se maudissant d’avoir eu la pensée de cette bêtise justement. Elle aurait put s’abstenir de l’avoir. Cela n’était qu’une preuve supplémentaire que parfois, elle pouvait se montrer vraiment tête en l’air. Mais qu’a cela ne tienne ! Elle finirait bien un jour, par retrouver ce bracelet ! Et tant qu’à faire, autant que ce jour soit aujourd’hui ! Alors qu’elle continuait de chercher en se baissant pour regarder sous les meubles, Coleen poursuivit la conversation.

«Et puis je ne doute pas que vous pourrez vous changer ensuite , je ne veux simplement pas que vous ayez des ennuis par ma faute. Vous êtes déjà assez gentille de m'aider.»

Des ennuis ? Que voulait-il dire par là ? Elle savait se changer toute seule, tout comme elle savait que si elle salissait quelques uns de ses vêtements, ce n’était pas particulièrement grave de toute façon. Après tout, elle en avait tellement dans sa chambre des vêtements qu’elle pouvait bien en salir quelques uns de temps en temps ! Elle ne serait jamais aussi sale que certains habits d’Axel, aussi. Son grand frère avait parfois le don de salir ses vêtements de telle manière qu’Alline se demandait parfois où diable il se rendait pour revenir dans un état pareil. Elle, elle ne devrait pas trop se salir en cherchant un bracelet au salon après tout… Elle répondit donc à Coleen par un simple sourire et un geste de la main signifiant ‘mais non, ce n’est rien’ dans un langage de signes unanimement connu de la population. Puis elle se remit à chercher, constatant qu’au final, il n’y avait rien de brillant de son coté sous les meubles. Il se pouvait que l’obscurité masque vraiment bien le reflet de l’argent du bracelet, mais Alline doutait un peu de cette hypothèse. D’ailleurs maintenant qu’elle y pensait, pourquoi se trouverait-il sous les meubles ? N’était-ce pas plus logique de penser que Coleen était assis et que ce bracelet était tombé de sa poche ? Dans ce cas, il valait mieux chercher sur les fauteuils. Ou entre les fauteuils, parce que si il était dessus, elle pensait qu’ils l’auraient déjà trouvé….

«Je ne crois pas qu'il ait fait de bruit, en tombant.»

Alline se retourna vers Coleen, qui venait de lui confirmer, en gros, ce qu’elle pensait. Le Bracelet devait donc se trouver entre des coussins. Il avait put glisser de la poche de Coleen, puis glisser de nouveau vers ce petit espace entre le coussin et l’accoudoir du fauteuil proprement dit.

« Ah, oui… Alors il doit être entre des coussins ! »

Histoire de faire part à l’Elfe de ses déductions hautement sophistiquées. Puis elle se mit à énumérer doucement le nombre de coussins et de fauteuils qui se trouvaient de son coté du salon. Hum, il y’en avait beaucoup… Raison de plus pour commencer maintenant. Doucement, Alline souleva le premier coussin du fauteuil, et ne vit aucun bracelet. Elle reposa le dit coussin, avant de se pencher vers le second fauteuil. Allez, on y met du cœur !
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Sam 28 Mai - 21:38

{T'as de drôles de certitudes, franchement. Il voit Caleb de dos, il pense à strictement rien. Encore moins quelque chose de déplacé. En fait, il pense pas tout le temps à des trucs déplacés. C'est fou, hein? Mon Colchique est adorable.XD

J'ai pris du retard, va falloir que je ratrappe. .___.}


Coleen était un amoureux des évidences et des constatations sans intérêt. Et si lui trouvait que la raison pour laquelle il avait dit que 'le ciel est bleu' était évidente, ce n'était généralement pas le cas de ses interlocuteurs. C'était un peu comme s'il parlait à lui-même, ou qu'il se faisait des remarques à voix haute en réponse aux questions qu'il se posait en silence. Certes, il aurait pu monologuer sans la compagnie de qui que ce soit, ce genre de choses ne nécessitaient pas d'interlocuteur. Seulement si le jeune homme adorait dire des choses inutiles, il adorait tout autant parler avec d'autres personnes. Ou plutôt, il n'aimait que peu la solitude. Quand on est seul, on réfléchit. Ou on dort. Mais à supposer qu'il ne dormait pas, alors il réfléchissait sûrement. Et à force de penser, il finissait toujours par revenir sur des sujets déplaisant qui le mettaient de mauvaise humeur. Or ça, c'était tout sauf conseillé. Il n'aimait pas se sentir triste, abattu ou en colère, ce n'étaient en aucun cas des sentiments agréables. Donc pour ne pas saturer son esprits de pensées désagréables, il se contentait de constamment rechercher la compagnie : simple et efficace. Il passait ses journées à courir après son frère ou son cousin, un de ses amis ou même sa fiancée, à faire strictement tout et n'importe quoi. Que ce soit faire l'idiot, parler plus ou moins sérieusement, débattre sur des sujets tout à fait déplacés ou donner une note aux jeunes filles qui passaient dans les couloirs, tout était bon pour ne pas s'ennuyer. Et s'il était dans la même pièce qu'une personne, alors il ne pouvait que lui parler. Comment certains faisaient pour rester assis à quelques mètres seulement l'un de l'autre sans s'adresser la parole, au juste? C'était bien trop compliqué! Lui ne pouvait s'empêcher d'engager la conversation avec quiconque se trouverait à proximité, qu'il connaisse ou non cette personne, et peu importe l'air ou l'allure de ladite personne. En cela sa mère lui avait souvent dit qu'il continuait d'agir comme les jeunes enfants, qui adressaient sans la moindre gêne la parole à des parfaits inconnus. Personnellement, il prenait ça pour un compliment. Être timide, il lui semblait, devait être affreusement contraignant ; lui, en tout cas, aurait trouvé cela tout bonnement horrible. Raison pour laquelle, même s'il y avait tenu, il aurait été incapable de laisser le silence planer plus de quelques secondes au-dessus de sa tête. Quand il n'y avait plus rien à dire, il trouvait autre chose à ajouter ; s'il était à court d'inspiration ou d'argument, il changeait de conversation. Aussi simple que ça. Il était globalement avenant et conciliant, et il n'était de fait pas bien difficile de s'entendre avec lui. Aussi vrai que son débit de parole pouvait agacer, il avait le mérite de l'aider à se faire des amis sans trop de problèmes. Et tant mieux, d'ailleurs! Il n'aimait pas être détesté de quelqu'un que lui-même ne détestait pas, naturellement. Quoi que suivant les cas, ça devait pouvoir se discuter...

« Ah, je suis désolée… Vous m’aviez déjà dis ça il y a quelques minutes, je… Je suis confuse. Je n’aurais pas dût vous le redemander… »

Coleen releva immédiatement les yeux vers Alline en l'entendant s'excuser, et répondit presque immédiatement par un 'Aucun problème!' amusé. De toute façon, le fait qu'elle lui repose la question l'avait aidé à se souvenir d'un plus grand nombre de détails, alors ça n'avait pas été inutile, loin de là. Et puis en quoi était-ce problématique, si elle avait posé deux fois la même question? Lui, il le faisait tout le temps. Soit parce qu'il n'avait pas entendu la réponse la première fois, soit parce que tout simplement il était tête en l'air et ne se rendait pas compte qu'il se répétait et forçait l'autre à faire de même. Enfin, depuis que sa mère avait décrété qu'elle ne dirait plus les choses qu'une fois, il était tout de même un peu plus attentif. C'était tout bonnement insupportable, d'entendre quelqu'un vous répéter 'tu n'avais qu'à écouter' au lieu de gentiment répéter. En tout cas, lui détestait ça. Sa curiosité le rattrapait immanquablement, et il finissait toujours par en faire une obsession. En général, cela dit, on finissait par lui répéter ce qu'il n'avait pas compris ou entendu, tout simplement parce que c'était quelque chose qu'il avait besoin de savoir. Quoi que malgré tout, il y avait des choses qu'on avait jamais accepté de lui répéter... Ce que c'était horrible, de se dire qu'il était passé à côté de choses peut-être très importantes par faute d'inattention! En tout cas, il trouvait amusant que la jeune fille semble si gêné à propos de si peu. Il n'avait plus qu'à placer ça sur le dos des 'réactions de filles totalement incompréhensibles'. Une vie n'aurait pas suffit à apprendre leur mode de fonctionnement, il en était réellement persuadé.

Il détourna ses yeux bleus vers Alline après avoir parlé, et croisa son regard alors qu'elle faisait de même.

« Ah, oui… Alors il doit être entre des coussins ! »

Si Coleen n'avait pas été Coleen, vraiment, il aurait pu rire d'une remarque aussi profondément intelligente. Seulement son amour des évidences le rattrapa, et il se contenta de hocher la tête d'un air satisfait, heureux de voir qu'elle avait eu la même idée que lui. En effet, lui aussi pensait bien que s'il n'avait pas fait de bruit en tombant, c'était qu'il devait être entre les coussins. Pour un peu il se serait bien mis à chantonner, histoire de signifier au monde entier qu'ils avançaient bien dans leurs recherches. Parce que si c'était sur un fauteuil, entre des coussins, alors ça réduisait considérablement la surface de recherches. Ce bracelet n'avait qu'à bien se tenir, il allait revenir illico-presto dans les mains de sa gentille petite sœur, qui allait donc elle-même le laisser tranquille. Et puis il n'avait pas envie de la voir pleurer toute la soirée parce qu'elle ne verrait plus ce bracelet auquel elle tenait visiblement tant. Ne pas avoir de cœur, dans certains cas, devait être franchement pratique. Le jeune Elfe aux cheveux blonds jeta un coup d'œil à Alline, qui avait visiblement commencé à regarder sous les coussins, et se dirigea nonchalamment vers un autre fauteuil se trouvant de son côté, se penchant pour pouvoir correctement soulever le coussins. Rien ici, visiblement.

«J'espère qu'on ne l'a pas ramassé, dit-il avec une moue ennuyée. Sinon, on ne va jamais le retrouver...»

Ou l'art d'exposer les évidences. Néanmoins, c'était un fait. Il remit le fauteuil bien en place, et souleva un autre coussin. S'il était bien coincé sous un coussin, ou entre les accoudoirs et le coussin, il espérait tout de même que le collier-hm, le bracelet n'allait pas se trouver dans le dernier qu'ils allaient explorer. A cette pensée, Coleen ne put s'empêcher de sourire et se redressa, allant près d'un fauteuil un peu plus loin. Voilà, comme ça, s'il était là, il le trouverait plus vite. Quoi qu'à la réflexion, s'il était bel et bien là-bas, il allait se sentir encore plus stupide de ne pas avoir cherché dans l'autre sens... Quel dilemme! Il se décida finalement à s'accroupir et à passer sa main dans le creux du fauteuil, là où le bracelet aurait pu se glisser si quelqu'un s'était assis dessus. Sentant quelque chose sous ses doigts, il poussa une petite exclamation.

«Ah! J'ai trouvé quelque chose! Hm... Ça a l'air un peu petit...»

Ce qui n'en restait pas moins merveilleux. Pour un peu, il en aurait oublié qu'il ne faisait pas une chasse au trésor mais cherchait bel et bien le bijoux de sa cadette. Il souleva légèrement le coussin et s'empara de ce qu'il avait trouvé, remettant tout en place ensuite. Le jeune homme se releva légèrement et s'assit sur le fauteuil, observant le petit objet posé à plat sur sa main.

«C'est une bague, s'exclama-t-il en souriant à Alline, en face de lui. Quelqu'un a dû la faire tomber, comme mon bracelet.»

Il resta la regarder encore quelques instants, comme s'il essayait de deviner à qui elle pouvait bien appartenir, puis releva les yeux vers la jeune fille aux cheveux blonds.

«Tu-Enfin, vous avez trouvé quelque chose?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Dim 29 Mai - 1:09

Alline Charlotte Mathilde Constance Senri Grionfli Wionselle était une jeune fille qui n’aimait pas se compliquer la vie avec des choses trop encombrantes. Encore trop jeune pour appréhender le monde des adultes avec les connaissances requises, elle s’imaginait que la vie de plus tard serait comme celle qu’elle menait maintenant…. Elle n’avait que très peu envie que sa vie actuelle change du tout au tout en tout cas. Parce qu’elle était très bien comme ça maintenant. Sans personne pour vraiment la brider… Elle avait des règles à suivre mais devait avouer que sa liberté de mouvement était particulièrement grande par rapport à d’autres filles qu’elle connaissait. Cela était bien souvent dût au fait qu’Alline n’avait pas de fiancée. Elle n’avait personne de lié à son destin profondément. Axel était celui qui déciderait de l’identité du futur époux d’Alline maintenant… Elle mettait sa petite main au feu qu’il prendrait tout son temps pour choisir ! Et cela valait sans doute aussi bien pour lui que pour elle, ce qu’elle trouvait très bien pour l’instant d’ailleurs. Elle préférait rester avec son grand frère le plus longtemps possible, sans que celui-ci ne soit soudainement totalement occupé par une quelconque fiancée qu’il aurait sorti de nulle part… D’autant que Axel aimait trop les filles en général pour se fixer, se disait Alline. Elle n’aimait vraiment pas cette facette de la personnalité de son aîné, mais pourtant elle avait apprit à faire avec depuis le temps. Ce n’était pas comme si elle n’était pas habituée depuis qu’Axel était devenu ce charmeur que toutes les demoiselles semblaient trouver irrésistible… Elle savait qu’Axel était très beau. Elle était bien placée pour le savoir, Axel était un bel homme, même objectivement si elle n’était pas sa petite sœur elle l’aurait quand même avoué. Il était beau, et c’était naturel que toutes les jeunes filles qu’il croisait tombaient autant sous son charme. Elle n’aimait pas ça, qu’il soit aussi… Populaire, mais d’un autre coté ça avait un avantage que son grand frère soit aussi beau. Ca la faisait penser que plus tard, elle-même pourrait devenir une belle jeune femme à la hauteur de son frère. Elle l’espérait tout du moins, même si au fond elle se trouvait déjà relativement correcte. D’accord ce n’était pas la plus jolie des jeunes filles de son âge à la cour, elle avait déjà vu des Elfes bien plus belles qu’elle et des humaines très jolies, mais elle pensait tout de même… Ne pas être repoussante. Être assez jolie. Axel le lui disait souvent d’ailleurs, et si on pouvait penser qu’il disait cela parce qu’il tenait beaucoup à sa sœur, Alline savait que son frère aîné ne lui mentirait jamais. Jamais. Axel n’était déjà pas un menteur de nature, alors en plus avec sa petite sœur qu’il appréciait autant ! Il ne lui aurait jamais menti, non. Jamais, elle en était certaine. Elle avait plus que confiance en Axel de toutes façons. Axel était la dernière personne sur terre en qui elle cesserait d’avoir confiance. Ankou était probablement le deuxième. Il avait beau être avant tout l’ami d’Axel, Alline restait très attaché au prince du pays. Ankou… Ah, si seulement il pouvait être là, avec elle ! Il aurait vite fait de retrouver ce bracelet lui. Il était si intelligent…

«J'espère qu'on ne l'a pas ramassé, déclara Coleen quelques minutes après leurs recherches, l’air visiblement ennuyé. Sinon, on ne va jamais le retrouver...»

Alline le regarda un court instant, affichant à son tour une mine ennuyée. Hum, en effet si quelqu’un l’avait déjà retrouvé à leur place, ils n’étaient pas près de retrouver ce bracelet… Mais n’était-il pas venu là il y’a à peine quelques minutes ? Une personne aurait-elle vraiment eu le temps de rentrer ici pour récupérer ce bracelet ? En attendant si ca avait vraiment été le cas, il pouvait le dire qu’ils ne le retrouveraient jamais… Cette personne devait probablement avoir déjà placé le bracelet dans un endroit inconnu de tous. Dans son appartement. Jamais personne ne mettrait dans les couloirs un avis de recherche concernant un simple bracelet… ‘Trouvé, bracelet en or brillant assez grand dans le salon, recherche propriétaire…’… Même pour Alline, ça faisait un peu étrange comme vision. En tout cas, elle n’en voulait clairement pas à Coleen d’avoir fait cette remarque. Parce que de son coté, elle n’avait pas du tout pensé à cette éventualité. Alline avait beau être une jeune fille plutôt futée pour son âge, elle restait néanmoins crédule, naïve et donc pas forcément très intelligente sur certains points. C’était assez étrange d’ailleurs comment elle pouvait se montrer parfois aussi brillante que son grand frère, et parfois aussi crédule qu’un paysan sans éducation. Enfin, elle exagérait peut être, mais l’idée était bien là au moins. Elle devait tenir ça d’Axel, se disait-elle souvent. En voyant son grand frère, il était difficile d’imaginer que derrière cet aspect calme et réfléchi se dissimulait un jeune homme plein de vie et toujours rempli d’entrain. Et une fois qu’on savait que ce jeune homme était plutôt porté sur le comportement d’imbécile, il était encore plus difficile d’imaginer qu’il était le Conseiller du Prince, et qu’il remplissait son rôle à merveille, faisant preuve d’une intelligence largement supérieure à de nombreux ministres et autres consulaires du Roi. Alline en était particulièrement fière de son frère. Sans doute que c’était pour ça qu’elle se disait qu’elle héritait cette ‘pseudo crédulité’ de lui. Sauf que ce n’était pas tout à fait vrai… Après tout, Axel était intelligent quasiment en permanence. Lui, quand il faisait l’imbécile, c’était pour jouer, c’était feint. Elle, elle n’avait vraiment pas pensé à l’éventualité que quelqu’un eût déjà retrouvé le bracelet. Et de ce fait, elle avouait qu’elle était loin d’être pseudo crédule. En fait, elle était simplement crédule, cela dépendait des moments où il y’avait des fois qu’elle pouvait se montrer intelligente. Des fois, oui…

«Ah! J'ai trouvé quelque chose! Hm... Ça a l'air un peu petit...»

Alline se tourna vers son partenaire de chasse pour le voir en train d’insister sur l’intérieur d’un fauteuil. Ce qui semblait être l’entre espace entre le coussin et le dit fauteuil posé par-dessus, soit exactement les espaces qu’Alline vérifiait minutieusement les uns après les autres de son coté du salon… si elle osait s’exprimer ainsi en tout cas. Elle le regarda un instant farfouiller, il semblait vraiment avoir trouvé quelque chose. Ce qui n’était pas pour déplaire à la fillette qui devait bien admettre que retrouver cet objet serait plutôt une bonne chose. De une, ça permettrait à la petite sœur de Coleen de ravoir son précieux bracelet, de deux elle pourrait s’en aller car elle commençait à songer qu’elle allait peut être se mettre en retard à ses prochaines heures. Ce n’était qu’une pause actuellement, elle avait encore des leçons après. Selon ses calculs personnels, elle aurait encore le temps de rentrer chez elle pour se changer et se débarbouiller si ils trouvaient l’objet de leur quête d’ici quelques minutes. Elle avait encore le temps, mais mieux valait se dépêcher… Si Coleen retrouvait le bracelet peut être que… !

«C'est une bague, finit par dire Coleen en sortant de sa fouille et en souriant à la jeune blondinette. Quelqu'un a dû la faire tomber, comme mon bracelet.»

Alline regarda la bague un moment, souriante certes, mais quelque peu déçue. Elle espérait qu’il venait de retrouver l’objet de leur recherche, et cet objet était un bracelet selon ses propres souvenirs. Et là, il venait de trouver une bague… Ce n’était pas leurs affaires. Elle se rendit compte que la situation s’était peut être déjà produite quelques temps auparavant… Mais elle venait de parvenir à une conclusion plutôt intéressante pour eux. Alors qu’elle jetait un coup d’œil, ou plutôt un coup de main entre le fauteuil et son coussin pour la énième fois, elle se tourna vers Coleen qui venait de lui demander si elle avait trouvé quelque chose. Elle fit un signe de tête négatif, puis parla à son tour.

« Non, je n’ai rien trouvé mais… Si quelqu’un a perdu une bague et que personne ne l’a trouvé avant nous, peut être que le bracelet est encore là ? Que personne ne l’a retrouvé ? Il faut continuer à chercher, je suis sûre qu’on va finir par le trouver ! »

Elle fit un signe d’encouragement à son jeune ‘ami’ aux cheveux aussi dorés que les siens, avant de retourner à sa propre recherche… Alors toujours rien mis à part quelques miettes de nourritures, probablement laissés là par divers Nobles ou serviteurs qui n’avaient pas envie de manger debout. Elle les comprenait dans un sens, même si maintenant c’était elle qui avait les mains sales. Oh, hors de question qu’elle aille en cours avec des mains pareilles. Il fallait retrouver ce bracelet, et très vite ! Elle redoubla d’efforts et de vitesse lors de la fouille de la seconde rangée de fauteuils du salon. Jamais elle n’aurait cru que cette pièce était aussi… Remplie de fauteuils !
Revenir en haut Aller en bas


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   Ven 8 Juil - 18:07

{Alors, faisons bref et aussi concis et clair que possible. Concernant ce sujet : de un, fais attention à ce que tu dis d'Axel si tu n'en es pas sûr, tu vas finir par dire une énormité (si ce n'est pas déjà le cas). Deuxièmement, fais attention à ce que toi-même tu marques, tu n'es pas cohérent. Premier poste : 'Malgré le fait qu’elle n’avait plus de leçons pour aujourd’hui' Dernier poste : 'Ce n’était qu’une pause actuellement, elle avait encore des leçons après'. Alors à moins que tu ne veuille que Coleen soit brusquement habillé en rose vert et jaune vif et qu'Alline ne l'ait pas encore remarqué, fais attention.-_____-

Ensuite, concernant tous les autres postes : Sache que, personellement, je n'ai aucune obligation de faire le moindre poste avec toi. Et je trouve extrêmement insultant que tu répètes à plusieurs reprises (ou fasse comprendre très clairement...) que tu te fiches royalement de certains postes, voire plus simplement qu'ils t'ennuient profondément et que tu veux qu'ils se terminent le plus vite possible. Sache que, contrairement à toi, tout le monde ne pense pas que le but unique et concret du RP est de mettre ses personnages en couple le plus vite et le moins logiquement possible -et je fais partie de ces personnes, tout comme Never, MCDM ou même Ayu. Ensuite, si on n'ouvrait pas de postes avec tes personnages, la plupart ne Rplayeraient tout simplement PAS. Je peux citer Jing, Ovan, Logan, Ezio, Loic et bien d'autres. Tu ne veux RPlayer qu'avec les copines de tes persos? Aucun problème, fonce ; s'ils ne veulent pas avoir de vie sociale, libre à eux. Moi je vais continuer à leur faire des amis et des ennemis, à les faire se disputer ou se rabibocher et à les mettre dans des situations drôles ou dangereuses parce que c'est là tout l'intérêt du RP. C'est clair que les tiens n'ont aucune conversation étant donnée que la seule chose qu'ils veulent faire c'est embrasser quelqu'un d'autre. Alors si tu veux terminer ces postes le plus vite possible, fais sauter Alline par la fenêtre et fait s'enfuir en courant Illona, histoire qu'elle se fasse écraser par une calèche, je m'en porterais aussi bien. Et ne me dit pas que c'est faux, si tu voulais RP avec quelqu'un d'autre que l'amour de leur vie bla bla bla tu proposerais des postes, ce que tu ne fais absolument jamais. Tu vas vite t'ennuyer, quand tes personnages auront fait capoter leur histoire d'amour à être trop pressés ou trop stupides et qu'ils n'auront tout simplement personne qu'eux-même avec qui parler. BIEN FAIT.==*

A part ça, j'ai rien de special à dire.^^-}

Sûrement qu'elle avait une histoire à raconter, se dit Coleen en faisant tourner la bague entre ses doigts d'un air distrait. Elle pouvait appartenir à un homme, à une femme, à un enfant ou à un vieillard. Peut-être que la personne qui l'avait perdue y tenait beaucoup, peut-être au contraire qu'il s'en fichait totalement. Peut-être même que c'était un cadeau très important? Et que donc, dans quelques temps, quelqu'un allait venir dans ce Salon exactement comme lui le faisait en ce moment, pour retrouver un objet précieux malheureusement égaré. Eh bien, avec un peu de chance il retrouverait son ou sa propriétaire! Après tout, l'Elfe aux cheveux blonds aimait bien faire plaisir aux autres. Ne serait-ce que parce que ça lui donnait l'impression de maitriser la situation, d'avoir fait quelque chose de bien - et donc d'être quelqu'un de bien par la même occasion. Il fit la moue quand Alline secoua sa tête de gauche à droite, confirmant ses doutes. Il pensait bien que si elle avait trouvé quelque chose elle l'aurait prévenu, mais ça valait tout de même le coup de demander. Et puis on ne sait jamais. Lui qui était si motivé quelques secondes auparavant, il était en train de se rendre compte que les chances qu'il retrouve un bijoux aussi petit étaient assez minces. Ou trop à son goût, en tout cas. Il aurait aimé en être tout à fait sûr, avoir la certitude sans faille qu'il allait le retrouver sous peu : mais zéro doutes, c'était assez rare. Bon ; s'il avait été capable de retrouver une bague qui ne lui appartenait même pas, cela voulait sans doute dire qu'il pouvait retrouver un bracelet qu'il cherchait ardemment. S'il était là, bien sûr. S'il n'était pas là il ne le retrouverait pas, il en avait bien peur. Il avait déjà fait tout le chemin dans le sens inverse et n'avait absolument rien vu ressemblant de près ou de loin à un bijoux, donc cette pièce était sa dernière chance. Et sa dernière idée, aussi. Sinon tant pis, Jeany allait piquer une crise et sa mère allait encore s'énerver contre eux parce qu'ils 'faisaient définitivement trop de bruit, étaient trop immatures et stupides et incapables de rester tranquille plus de cinq minutes d'affilée, et encore, cinq minutes c'était être généreux quand ils peinaient à rester silencieux plus d'une'. Non merci, il préférait éviter la crise! Ça la stressait, sa mère, cette ambiance. Ils auraient mieux fait de s'installer dans une grande maison à la capitale, au lieu de s'embêter à aller ici. Tout le monde parlait de tout le monde, il fallait rester sage et en plus ils n'avaient pas le droit d'aller comme bon leur semblait où bon leur semblait. C'était presque une prison! Lui qui aimait tellement courir et crier à tout bout de champ, ça ne lui convenait pas vraiment.

« Non, je n’ai rien trouvé mais… Si quelqu’un a perdu une bague et que personne ne l’a trouvé avant nous, peut être que le bracelet est encore là ? Que personne ne l’a retrouvé ? Il faut continuer à chercher, je suis sûre qu’on va finir par le trouver ! »

Coleen avait déjà détourné son regard de la jeune fille quand elle prit la parole, préférait essayer de passer la bague à un de ses doigts. Impossible de la passer à son majeur ; pourtant, ses doigts étaient relativement fins, pour ce qu'il en savait. Ça devait être à une fille, alors! Ou un jeune garçon. Sûrement, oui. Il finit par la mettre à son annulaire gauche, se demandant dans quelle mesure ça ne pouvait pas être une alliance, et l'observa un instant avant de ne cligner des yeux en direction de la petit blonde. Uhm? Ah, euh, oui. Peut-être que le bracelet était encore là, en effet. Il acquiesça bêtement, peu sûr de ce qu'il avait plus ou moins écouté, et la regarda se remettre à chercher d'un air distrait. Chercher, oui, chercher... Il fallait chercher. Même si maintenant il n'avait plus du tout envie de le faire (étant donné que son intérêt était passé de 'collier/bracelet/truc à Jeany' à 'bague inconnue trouvée dans le fauteuil') il n'avait pas tellement le choix. Il resta encore quelques secondes sans rien faire, assis sur le fauteuil à essayer la bague à chacun de ses doigts, avant de ne se relever avec la lenteur caractéristique aux personnes en train de faire quelque chose nécessitant leur pleine et entière attention. Décidant que c'était plus prudent pour ne pas la perdre il la passa à sa main droite, et tapota le coussin sur lequel il était assis pour le remettre parfaitement en place. Pas question de mettre tout sens-dessus-dessous, non plus... Ça allait encore lui retomber dessus dans le cas contraire, il en était persuadé. Comme si quelqu'un dans ce château avait la capacité de savoir immédiatement qui avait fait quoi. Ou peut-être tout simplement que les murs avaient des yeux, à défaut d'avoir des oreilles. Non parce que, franchement, il n'avait jamais compris cette drôle d'expression... Comme si un objet pouvait entendre quelque chose! De toute façon, les humains avaient définitivement de drôles de façons de parler et de faire.

«Ou peut-être que je ne l'ai pas perdue là, répondit-il distraitement, assis sur ses talons pour soulever un nouveau coussin. Mais il me semble bien, pourtant.»

Enfin, entre ce qu'il pensait et la vérité, parfois, il y avait un gouffre sans fond. Non pas qu'il soit complètement stupide - quoi que, parfois, il se posait la question – mais tout simplement qu'entre sa mémoire et son imagination, c'était le grand amour. A tel point que, souvent, les deux se mélangeaient et le laissaient complètement perdu au milieu de tout ça. Le jeune Noble ne faisait pas assez la différence entre ce qu'il pensait et ce qu'il savait, et prenait parfois pour acquis des choses dont il avait seulement 'imaginé que'. Alors il avait très bien pu se convaincre, inconsciemment, qu'il avait fait tomber ce bracelet ici : ça n'aurait pas été franchement étonnant. Un léger soupir traversa ses lèvres et il se retourna vers la jeune fille qui avait gentiment accepté de l'aider, se redressant bien droit dans ses bottes noires. Il fronça les sourcils, ses yeux bleus posés sur son dos, et toussota.

«Hm, Mademoiselle Alline? Je pense que je ne suis pas allé aussi loin que là-bas, ça m'étonnerait qu'elle y soit.»

C'était déjà une bonne chose à savoir, en effet. Enfin, il allait se sentir bête si c'était par là-bas, mais il aurait mis sa main à couper qu'il n'était pas allé là. A moins que l'objet n'ait carrément..., volé, mais il en doutait fort. Quoi que ça aurait été mignon, un petit bracelet avec des ailes, qui vole de-ci de-là sans bien savoir où il va. Il aurait bien aimé voir ça! Même si ce n'était pas exactement le propos, pour l'heure. Il fit demi-tour sur son pied droit, s'aidant de ses bras pour maintenir son équilibre, et poussa un soupir à fendre l'âme, questionnant la bague du regard. Elle n'aurait pas pu lui dire où était son ami, non? A l'évidence non. Il aurait essayé, au moins.

Il se laissa à nouveau tomber sur un fauteuil -c'était fatiguant, de chercher, si si – et leva les yeux vers le plafond. Oh, un lustre. Très joli. Mais pas de bracelet. Quoi qu'il aurait pu s'accrocher au lustre, s'il l'avait lancé sans faire exprès. Ça n'aurait vraiment pas été amusant, pour le coup. Puis, puisque rester sans rien faire n'était pas dans ses habitudes, il retira la bague de son doigt et s'amusa à la lancer en l'air, l'attrapant dans sa main droite pour la relancer, la rattraper, la relancer. Il aurait pu faire ça pendant des heures.

«Peut-être que si je lui donne la bague, songea-t-il un instant, elle sera contente quand même. Elle oubliera peut-être qu'elle a perdu son bracelet.»

… Noooon. Ça ne marcherait jamais. Elle la prendrait et crierait pour avoir son bracelet. Il en était persuadé, et il connaissait sa sœur par cœur, malheureusement.

«Si je fais une offrande, ajouta-t-il très sérieusement, peut-être que je le retrouverais plus vite? Ou alors il a disparu à tout jamais. J'ai dû faire quelque chose de mal.»

Triste vérité. Il avait une longue liste de ce qui pouvait l'empêcher de retrouver son bracelet, mais ça n'allait pas l'aider à le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Seek and Find?-{Alline Senri}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seek and Find?-{Alline Senri}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» The cave you fear to enter holds the treasure you seek. (23/07, 16h00)
» (akhésa) ✚ those who don't believe in magic will never find it.
» Glorfindel • Mornie utúlië... believe and you will find your way
» I've been dreaming for so long, to find a meaning to understand.
» (AGADRIEL) i'm gonna stand by you even if we can't find heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Est :: Château royal :: Le Salon-