AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Humain déchu, Villageois

Féminin Nombre de messages  : 32

Localisation  : NULLE PART.
Emploi/loisirs  : Rien qui te concerne.
Humeur  : A t'en mettre une ou deux.

Inscrit depuis le   : 17/08/2009
avatar
Humain déchu, Villageois


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain déchu.
Arme / Pouvoir  : Ses petites mains et ses petits bras.

MessageSujet: Re: Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]   Mer 8 Fév - 1:57

Ah ah. Alexandre eut une petite pensée pour sa mère, songeant soudain qu'il allait lui faire avoir des cheveux blancs avant l'heure. Et pas seulement à cause de son retard d'où résulteraient les cris de Florian, mais aussi à cause de son attitude et ses projets. Alexandre, aussi loin qu'il puisse s'en souvenir, avait toujours été un garçon remuant et peu conciliant. Il pouvait être aimable et serviable quand il le voulait (la preuve, pour le bien de tous, il était aller chercher ce maudit pain, et sans réveiller Leandre ou Josh au passage), seulement voilà, il fallait être honnête; Il le voulait rarement. Être bougon, c'était un état d'esprit perpétuel chez lui. Il était naturellement plus agressif que ses frères, et il n'y pouvait strictement rien. On pouvait perdre son temps à le lui reprocher des centaine de fois, ça ne changerait rien à sa manière d'agir. Chassez le naturel, il revient au galop, se plaisait-on à dire. En cela, Alexandre était tout à fait d'accord avec ce vieil adage. Faire semblant ou faire des efforts était dans les cordes des êtres vivants, mais changer de personnalité, c'était impossible. Enfin, il s'en fichait que les autres ne l'aiment pas. Il n'était pas là pour leur plaire. Seule l'idée que sa famille s'inquiète de ses agissements l'embêtait. A part Florian, trop insouciant pour se rendre compte des choses, tous lui avaient déjà fait une ou plusieurs remarques: Sa mère, Leandre, Josh, et même Jack... C'était peut-être le seul inconvénient à ce qu'il voulait faire. Il devrait se détacher de sa famille et jouer les solitaires, sans ça... En plus de mourir d'inquiétude, ils pourraient avoir des problèmes.

Eh, si un garde avait lu ses pensées, il se serait fait arrêter sur le champ, certainement. Ce n'étaient pas des desseins qu'un gentil citoyen était censé nourrir, que de vouloir attaquer son gouvernement. A bien y penser, lui et Illona pouvaient se parler face à face aujourd'hui, mais dans quelques années, leurs vies respectives seraient à des années lumières l'une de l'autre. Ils habitaient la même ville, continueraient peut-être d'habiter la même ville, mais ne se reparleraient plus. Dans quelques temps, ils oublieraient cette rencontre et cette rapide discussion, elle serait enfouie sous le poids de nouveaux souvenirs et de nouvelles expériences. A voir son allure et son caractère, elle deviendrait une femme au foyer soumise et heureuse. Lui... La vie de famille n'était pas faite pour lui. Ça semblait aussi évident qu'une pierre ne pouvait pas flotter sur l'eau.

« Hmm… Tu as une passion, toi ? Quelque chose que tu comprends très facilement, et que les autres ont du mal à comprendre… ? »

Illona avait le regard fuyant, et parlait si bas qu'il du tendre l'oreille pour saisir le sens de ses paroles. Une passion ? Alexandre fronça les sourcils dans sa réflexion, pensif. Est-ce qu'il avait une passion... Ah, ça, c'était une bonne question, à laquelle il avait envie de répondre immédiatement 'non'. Il n'aimait pas les animaux comme Illona les aimait, et bien qu'il avait grandit entouré de fleurs, il n'aimait pas plus que ça s'en occuper. Il ne peignait pas, ne sculptait pas, n'était pas un artiste. Il n'était pas intelligent, et n'avait que de vagues bases en calcul et en géographie. De son avis, lire était une perte considérable de temps, et il ne connaissait pas le moindre auteur célèbre. Il aimait se battre, pensa-t-il, mais jeta cette idée comme les précédentes. Il aimait ça, mais ce n'était pas une passion, pas à ce point là. Il n'avait pas de talent particulier. Alors une passion, quelque chose qu'il savait mieux faire ou comprendre que les autres...

« …. Je t’ennuie… »

Alexandre haussa les sourcils en une mimique surprise. Hein ? Qu'est-ce qu'elle avait dit ? Il n'était pas sûr d'avoir bien compris. Il attendit un peu, pour voir si elle allait répéter, mais comme elle semblait attendre sa réponse, il haussa les épaules. Elle était vraiment timide, cette Illona. Le jeune homme aux cheveux verts n'avait pas l'habitude de côtoyer, hormis Leandre (mais c'était son frère, ce n'était pas pareil), des personnes de cette trempe, et ne savait par conséquent pas trop comment réagir. Il avait peur de la faire pleurer en parlant trop brusquement, mais avait du mal à atténuer la dureté de sa voix. Et Alexandre n'étant pas un cœur de pierre, malgré son apparente indifférence, faire de la peine à la petite demoiselle aux cheveux roses et aux grands yeux effrayés ne le tentait pas plus que ça. Hm... Bha, il devait répondre de toute façon. Il doutait qu'Illona soit satisfaite d'un long et gênant silence.

« Une passion ? Je crois pas. Enfin, je sais rien faire en particulier, pas mieux que les autres... Ou alors je le sais pas encore. Mais j'ai comme un doute. »

A part pour s'attirer des emmerdes... Certaines personnes étaient ainsi, sans talent particulier, sans passion. Ça ne voulait pas dire pour autant que sa vie était nulle. Il aimait faire des trucs, savait faire pleins de choses, juste rien super bien. Et ça lui plaisait comme ça, quand on était trop doué dans un domaine, on attirait l'attention sur soi, ce qui pouvait ne pas être une bonne chose, en particulier dans sa condition de Déchu. Mais il ne niait pas que ça pouvait être agréable: Pour preuve, Illona avait l'air heureuse, entourée d'animaux.

[Je vais me faire opérer demain... Nooooooon... ç___ç]

_________________


******

Who wants to separate the world we know from our beliefs?
And who sees only black and white,
Distinguish loss from sacrifice.
Some day we may come to peace with the world within ourselves,
And I will await you, until I close my eyes.

When your time has come,
You know you'll be lonely once again.
And the final winter comes to us all,
Life is treacherous,
But you're not the only who must pretend.

I am the god in my own history, the master of the game.

When you close your eyes,
Mementos of summer retrieves your mind.
Like a drizzled afternoon cleans the air,
When the winter blows, you're glad you remember you really tried.


******

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]   Mer 8 Fév - 3:17

Illona savait bien qu’elle devait ennuyer Alexandre. Elle ennuyait tout le monde, au final. Les rares personnes qui l’appréciaient, outre les animaux, étaient sa famille. Ou plus généralement, les gens ayant un bon contact avec la race animalière. La raison lui paraissait assez simple : Illona était très proche d’une jeune animale. Elle était plus ou moins sauvage quand on y repensait. Elle était timide, n’osait pas parler avec les gens, préférait s’enfermer dans sa chambre lorsque des gens qu’elle ne connaissait pas venaient d’entrer dans la maison où elle logeait…. Sauvageonne était le terme exact pour la décrire. Comme une jeune animale, oui. Peut être que c’était pour ça qu’elle se sentait aussi bien en leur compagnie. Elle était comme eux, elle aimait être avec ses semblables. Et peut être que c’était aussi pour ça que les gens qui aimaient les animaux aimaient bien être avec Illona. La plupart du temps, on pensait que, qui se ressemble s’assemble, naturellement et que c’était parce qu’Illona partageait cet amour des bêtes avec ces gens qu’elle s’entendait bien avec eux. Mais peut être, se disait-elle parfois, que c’était juste parce qu’elle ressemblait elle-même à un animal. Et que, parce que ces gens aimaient les animaux, ils appréciaient Illona qui y ressemblait autant qu’un humain pouvait ressembler à un animal. Du moins, un humain civilisé. Il ne fallait pas non plus exagérer la chose, la petite fille n’avait pas été élevée par des bêtes sauvages dans la forêt et ne connaissait pas tout de leurs rudiments…. Encore moins des bêtes sauvages. Pour elle, la plupart des animaux étaient encore domestiqués. Elle connaissait quelques animaux sauvages, la preuve ici avec les oiseaux, mais il s’agissait de bestioles inoffensives. En l’occurrence ici, des oiseaux. Elle connaissait bien ces animaux. Après tout, elle venait régulièrement les nourrir, comme elle l’avait fait aujourd’hui. Mais aujourd’hui, quelque chose était différent. Il y’avait quelqu’un en plus sur la scène. Un jeune homme avec des cheveux verts. Un jeune homme assez intéressant, trouvait Illona. Il l’intriguait beaucoup. Et elle avait envie d’en savoir plus sur lui. Cette espèce de forteresse qu’il se construisait attirait la jeune fille. D’une certaine manière, elle était à la fois curieuse et fascinée par ce jeune homme. Et en même temps, elle était très stressée par sa propre attitude. Elle était persuadée d’ennuyer Alexandre. Après tout, elle n’était pas douée pour faire la conversation, loin de là. Elle était douée pour rester là, à être en compagnie de ceux qu’elle aime. Mais maintenant, elle devrait faire un effort.

« Une passion ? Je crois pas. Enfin, je sais rien faire en particulier, pas mieux que les autres... Ou alors je le sais pas encore. Mais j'ai comme un doute. »

Alexandre semblait un peu gênée par la tournure de la situation. Peut être vivait-il mal ce fait ? Ne pas avoir de passion… Ne pas savoir faire quelque chose en particulier de mieux que les autres… Illona connaissait ce sentiment, dans un sens. Elle-même ne se savait pas douée en quoi que ce soit. Oh bien sur, elle était douée avec les animaux et pouvait s’entendre avec eux de manière à devenir leur amie, mais… Etait ce vraiment un don ? Etait elle véritablement plus douée que les autres ? Elle en doutait fortement. Pour elle, ça n’était qu’une compensation. Alexandre pouvait parler avec des humains, devenir ami avec eux et leur demander des petits services si jamais il en avait l’envie. Illona faisait la même chose, simplement elle le faisait avec des animaux au lieu des humains. C’était juste une inversion des choses, pas un talent quelconque. C’était aussi naturel que de marcher. Si jamais Illona n’avait pas été capable d’entendre, mais si en retour elle aurait gagné la possibilité de communiquer par gestes aussi facilement que par la parole, elle ne considérait pas ça comme un don. Juste comme une compensation naturelle. Concernant la passion en revanche, la petite fille aux cheveux roses pouvait affirmer être passionnée par les animaux. Elle aimait ces bêtes très fort, encore plus fort que l’habitude et le bon sens le permettaient pour une petite fille de son âge. Il était certain que son avenir se construirait autour d’eux. Mais Alexandre, lui… N’avait rien qui le passionnait. Il n’avait pas d’animaux avec qui passer le temps. Il n’avait pas …. A vrai dire elle n’avait pas d’autre exemple que les animaux vu que dans sa famille, la passion de tous était la même : les animaux. Mais elle se doutait bien qu’il en existait d’autres ! Des passions ! Comme… Euh… Les fleurs sans doute ! Il était le fils de la fleuriste alors… Peut être que chez lui il y’avait quelqu’un qui aimait ça… Les fleurs….

Cette révélation rendit Illona triste, dans tout les cas. Elle regarda Alexandre avec un air plus insistant qu’avant, mais plutôt compatissant. Il ne semblait pas mal prendre le fait de ne pas avoir de passion… Ou en tout cas, il ne le montrait pas plus. Pas plus que d’habitude. Il n’était pas extrêmement expressif comme garçon… Mais Illona trouvait ça intéressant. Cette face stoïque lui faisait peur, mais elle l’impressionnait aussi dans un sens. Elle voulait se rapprocher un peu plus de lui. C’est pourquoi la petite demoiselle se tourna véritablement dans sa direction, s’asseyant à califourchon sur le banc. Ce faisant, elle prit soin de vérifier si sa jupe masquait bien ce qu’elle devait masquer, mais celle-ci étant d’une longueur très respectable, un simple coup d’œil lui assura qu’elle n’avait rien fait de vulgaire. Elle ne faisait que se tenir sur un banc, pour faire face à un jeune garçon du même âge qu’elle.

« Tu n’aime rien, alors ? Tu dois bien aimer quelque chose ! Ou quelqu’un… »

Elle pencha sa tête sur le coté. Sa timidité s’effacant pour l’instant, laissant place à sa curiosité et à son envie d’aider Alexandre. Elle voulait lui venir en aide. Voir si son destin était vraiment de vivre sans quelque chose à aimer. Si c’était le cas, il devait être bien triste. Illona n’imaginait même pas la vie sans ses animaux.

« Ca serait trop triste sinon…. »

Elle ne voulait pas qu’il soit triste. Et dans un cas général, elle ne voulait pas que quiconque le soit. Même si dans un certain sens, Alexandre était, en cet instant, plus important que quiconque. N’exagérons rien, mais il était en tout cas prioritaire, ça c’était sur. Illona le regarda, son visage toujours reflétant son expression habituelle, mais manifestement plus détendue qu’auparavant. Elle voulait l’aider, faisait passer cela avait sa peur de le déranger. Elle le regretterait plus tard. Ca avait toujours été ainsi.



[Bonne chance ! Je suis avec toi, tu va y arriver ! N’oublie pas, pense à un truc heureux ! DU VIOL !>o<]
Revenir en haut Aller en bas


Humain déchu, Villageois

Féminin Nombre de messages  : 32

Localisation  : NULLE PART.
Emploi/loisirs  : Rien qui te concerne.
Humeur  : A t'en mettre une ou deux.

Inscrit depuis le   : 17/08/2009
avatar
Humain déchu, Villageois


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain déchu.
Arme / Pouvoir  : Ses petites mains et ses petits bras.

MessageSujet: Re: Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]   Mer 21 Mar - 21:38

Maintenant, Alexandre était persuadé d'être un monstre. Ou à défaut d'être un monstre, un égoïste qui ne faisait aucun effort. C'était faux, en plus, il en faisait; Sinon, il aurait déjà tourné les talons en emportant son pain, simplement car parler à une personne timide lui donnait l'impression d'être un enfoiré. Ça et les enfants, franchement, il devait avouer que ce n'était pas son fort. Il n'avait pas une patience à toute épreuve, et qu'on ne lui réponde pas du tac au tac le faisait soupirer. Sa mère lui répétait souvent d'être plus calme avec les autres, car tout le monde n'avait pas sa spontanéité ou sa... Brusquerie, elle pour commencer. Alexandre le comprenait bien, mais le comprendre n'allait pas changer sa personnalité, il en avait peur. Il ne savait pas où son éducation avait cloché, mais voilà, il n'était pas comme Leandre. Il n'était pas gentil, timide, respectueux et naïf. Était-ce mal ? Il ne pensait pas. Il fallait bien quelqu'un dans la famille pour voir les choses sous un angle réaliste -voir pessimiste. Parce que clairement, ce n'était pas sa mère qui le ferait, ni son père qui s'était barré, et encore moins Jack. Alexandre se considérant un peu comme l'homme de la famille depuis quelques temps, il s'efforçait de faire de son mieux pour agir comme tel. Fort et distant, mais tout de même à l'écoute. Quand il le pouvait.

Or, là, eh bien il avait juste l'impression d'être un adolescent maladroit qui ne savait pas comment parler aux filles. C'était assez frustrant. Il aurait aimé pouvoir s'asseoir à côté d'Illona avec un air détendu, et lui causer comme s'il la connaissait depuis toujours. Si elle avait été plus vive, ça ne l'aurait sûrement pas dérangé. Mais là, elle était timide, et rougissait, balbutiait pour un rien. Il avait peur de la faire pleurer, comme il avait peur de faire pleurer un tout petit enfant. Alexandre avait l'impression de marcher sur des œufs, et avec sa délicatesse, il allait les briser en faisant un faux pas. Il en était certain ! Et après, Illona le détesterait, parce que forcément, c'était un monstre sans cœur qui parlait comme s'il était sur un champ de bataille. Et le jeune Callandra avait beau clamer haut et fort que l'avis des autres, il se le mettait là où il pensait, ça ne lui aurait tout de même pas plu. Preuve donc qu'il avait encore un cœur, ce qui était rassurant.

Perdu dans ses pensées, Ses yeux fixés sur le sol comme s'ils avaient pu y percer un trou, Alexandre ne remarqua qu'Illona s'était mise à califourchon sur le banc que lorsqu'elle éleva la voix. Et là, il eut l'impression d'avoir loupé un épisode, ce qui lui fit froncer les sourcils. Olà, il était temps qu'il se réveille, s'il ne voulait pas donner l'impression à la fille aux cheveux roses de se foutre de ce qu'elle lui disait.

« Tu n’aime rien, alors ? Tu dois bien aimer quelque chose ! Ou quelqu’un… »

Voilà qu'elle semblait prendre la chose très à cœur. Alexandre ne su pas quoi dire ni quoi faire, à part hausser ses épaules dans un geste d'ignorance. Il aimait bien plusieurs choses, il aimait bien plusieurs personnes, mais pas au point d'en faire... Une passion. Dans l'esprit du jeune homme aux cheveux en bataille, une passion, c'était quelque chose de très fort, de très vrai. Un peintre qui passait sa journée entouré de tableaux, et qui trouvait son bonheur à faire courir le pinceau sur la toile vierge. Un homme qui aimait tellement les chevaux qu'il en faisait son métier et sa raison de vivre. Lui n'avait rien de tout ça, rien qui lui soit aussi vital. A part ses rêves, peut-être... Mais ce n'étaient que des rêves, pour l'heure. Et pas les meilleurs rêves qu'un adolescent pouvait avoir, en plus de ça.

« Ça serait trop triste sinon…. »

Hun, non, il allait bien. Ça allait. La vie n'était pas toute rose, mais il faisait avec, il n'avait pas le choix, de toute manière. Il y avait bien pire conditions de vie que les siennes, alors il ne pensait pas avoir le droit de se plaindre -même s'il le faisait quand même de temps en temps, personne n'était parfait. Pour la rassurer, Alexandre secoua sa tête de gauche à droite, en une réponse négative. Il ne fallait pas penser ça, il était fort. Du moins se jugeait-il assez fort pour vivre bien quand bien même rien ne l'attirait en particulier. Il vivait ainsi depuis qu'il était jeune, il avait prit l'habitude. En plus... Oui, il vivait bien comme ça, c'était tout.

« Je suis pas triste, pourtant. Enfin, je pense que si j'avais eu une passion et qu'on me l'avait enlevée, je l'aurais été. Mais là non... Ça va. Ma vie est pas trop nulle, tu sais. J'aime des trucs, juste rien en particulier. »

Et Dieu savait que pourtant, avec sa condition d'Humain Déchu, ce n'était pas facile tous les jours. Il fallait savoir composer avec ses choix, et les bonheurs et les malheurs qui en découlaient. Ceux qui fuyaient la réalité qu'ils s'étaient choisis étaient des lâches, et Alexandre méprisaient les lâches. Reste debout sans te plaindre, et tu seras un homme bien. Il y aura toujours de quoi te rendre heureux si tu cherches bien.

[Her her. Inquiétant que quand on pense à des trucs que j'aime bien on cite le viol... Mais je l'ai mérité.8DDD]

_________________


******

Who wants to separate the world we know from our beliefs?
And who sees only black and white,
Distinguish loss from sacrifice.
Some day we may come to peace with the world within ourselves,
And I will await you, until I close my eyes.

When your time has come,
You know you'll be lonely once again.
And the final winter comes to us all,
Life is treacherous,
But you're not the only who must pretend.

I am the god in my own history, the master of the game.

When you close your eyes,
Mementos of summer retrieves your mind.
Like a drizzled afternoon cleans the air,
When the winter blows, you're glad you remember you really tried.


******

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]   Jeu 22 Mar - 1:55

Illona trouvait ça vraiment triste qu'Alexandre ne semble pas avoir de passion. Et le pire dans cette déclaration, c'est que la petite fille aux cheveux roses avait la certitude qu'il ne racontait pas un mensonge. Il avait l'air tellement convaincu de ne rien adorer au point d'en faire une passion, tellement nonchalant lorsqu'il évoquait les choses qu'il 'appréciait' tellement... Tout cela avait convaincu Illona que le jeune homme n'était pas le passionné de quoi que ce soit. Pas comme elle, qui aimait les animaux au point de vouloir passer sa vie avec eux, de vouloir s'occupper d'eux toute sa vie, de se consacrer dès maintenant à leur entretien, et de prévoir à reprendre l'animalerie familiale plus tard. Elle, elle avait une passion, à défaut de pouvoir avoir une véritable vie normale. Alexandre, lui, il était un humain déchu comme elle. Et comme elle, il devait avoir vécu son lot de tristesse. Alors n'étaient ils pas similaires ? Elle se sentait bien parce qu'elle avait cette passion pour la faune animale. Elle se sentait bien grâce à ses amis à plumes, à poils et à écailles. Mais lui ? Qu'avait-il pour se consoler de son statut ? Peut être qu'il n'en avait pas besoin... Peut être qu'il était extrêmement bien comme il était. Simple humain déchu, avec ses peines en lui... et qu'il arrivait à tenir sans rien de plus. Peut être. Après tout, certaines personnes étaient assez forte pour cela, sans doute. Ce qui n'était pas le cas d'Illona, elle en était sûre. Niveau force, elle se situait tout à fait en bas de l'échelle, et c'était compréhensible. Elle n'était pas vraiment capable d'adresser la parole à un être humain sans bégayer ou rougir, alors avoir assez de mental et de force pour soutenir des moqueries et un statut défavorisant... Çà n'était vraiment pas de son ressort. Alexandre l'écouta de nouveau, alors qu'il semblait sortir d'une quelconque rêverie. Illona esquissa un faible sourire. Il avait le droit de rêver dans un cadre comme celui ci. Avec les oiseaux qui émettaient leurs petits cris, assez ténus pour ne déranger personne, le soleil qui s'était maintenant levé assez haut pour que l'on se croit en début de journée, mais qui malgré tout restait assez diffus pour bien montrer qu'il était encore tôt le matin, l'odeur de la végétation et de la terre humide, probablement à cause d'une pluie qu'il y avait eu pendant la nuit....Toute cette atmosphère était propice à l'égarement. Elle ne lui en voulait pas de s'être absenté dans ses rêves pendant quelques minutes, non. Bien au contraire, elle trouvait ça assez amusant.

« Je suis pas triste, pourtant. Enfin, je pense que si j'avais eu une passion et qu'on me l'avait enlevée, je l'aurais été. Mais là non... Ça va. Ma vie est pas trop nulle, tu sais. J'aime des trucs, juste rien en particulier. »

La petite fille fit une moue assez désolée à l'entente de cette phrase qui confirmait ce qu'elle pensait déjà. Alexandre n'avait aucune réelle passion dans sa vie... Et cela était bien triste de son opinion. Elle aurait vraiment voulu qu'il en ait une, ainsi elle et lui auraient passé des heures à en parler. Elle était capable de tenir pendant toute une année à parler des animaux de son coté. Elle se doutait que ce devait être pareil pour n'importe qui avec une passion, d'ailleurs. Mais ce n'était pas le cas d'Alexandre, car il n'avait rien à aimer en particulier. Elle se sentait assez triste pour lui, mais il avait l'air de faire avec malgré tout. Comme il le disait, sa vie n'était pas trop nulle. Mais pas trop nulle, c'était tout de même assez nulle quand même.... Elle n'aimait pas vraiment cela. Maintenant qu'elle avait fait connaissance avec lui, maintenant qu'ils s'étaient parlé pendant plusieurs minutes, elle s'était attachée à Alexandre. Elle voulait le considérer comme un ami. Et avoir un ami qui avait une vie assez nulle, ça n'était pas très joyeux selon Illona.

« Et qu'est ce que tu aimes, alors ? Tu aime ta famille, je suppose ? Moi j'adore ma famille... Nous passons beaucoup de temps ensembles. Et toi ? Tu passe du temps avec... Huuh, je crois que tu as deux frères jumeaux, non ? C'est bien d'avoir des frères jumeaux.... J'aurais bien aimé en avoir, moi... »

Elle sourit doucement en regardant Alexandre, un peu plus détendue qu'auparavant. Oui, des frères jumeaux, cela devait être amusant, non ? Illona s'était toujours imaginé que des jumeaux étaient des parties indissociables les uns des autres. Un peu comme des cotés d'une pièce de monnaie. Alexandre devait être heureux d'avoir quelqu'un qui lui ressemblait à ses cotés. Un peu comme Illona avec sa mère, mais à une autre échelle... C'était ce que la petite fille se disait en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Συνάντηση με τον πρίγκιπα των ονείρων της [PV: Alexandre Callandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Dossier Corruption: Alexandre/Latortue
» Bienvenue à Pierre-Alexandre ...
» Alexandre Tirésias, jeune Jedi gris
» ITW Alexandre Astier : un film Goldorak ?
» Alexandre Giroux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Ouest :: Jiang Zemin :: Les alentours de la ville-