AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Dim 27 Mar - 19:12

Maxence du mettre ses deux mains sur son chapeau afin qu'il ne s'envole, lâchant un petit juron à voix basse, qu'on eu frissonné de trouver dans la bouche d'une jeune femme comme elle. Pour une fois qu'elle se décidait à mettre un chapeau, évidemment, il fallait que le vent soit au rendez-vous! Et puis où avait bien pu passer Lamie? La jeune femme aux yeux verts inspecta rapidement les alentours, poussant un soupir atterré lorsqu'elle ne trouva aucune trace de son amie. Elle détestait se promener seule dans Jiang-Zemin, pour la simple et bonne raison qu'à chaque fois qu'elle le faisait, elle parvenait à se perdre, ce qui n'était pas très agréable, n'importe qui aurait pu le confirmer pour elle. Alors quand Lamie, sa meilleure amie, lui avait proposé de l'accompagner en ville car elle devait acheter elle ne savait plus trop quoi pour son frère, qui allait se marier, Maxence avait sauté sur l'occasion, et enfilé sa plus belle tenue, celle qu'elle n'avait presque plus l'occasion de mettre, ayant de plus en plus de travail ces temps-ci. Elle se demandait bien pourquoi, d'ailleurs, mais passons. Elle avançait au hasard des grandes rues animées de Jiang-Zemin, se maudissant de ne pas avoir demandé à son amie ce qu'elle comptait acheter pour son frère; Elle aurait pu de cette façon restreindre grandement sa zone de recherche, et ça l'aurait bien arrangée. Qu'est-ce qu'une jeune femme de 20 ans pouvait diable vouloir acheter pour son frère de 23 ans, qui comptait se marier dans deux semaines? A ce propos, d'ailleurs, Maxence espérait que l'invitation était parvenue jusqu'à chez elle, sans quoi elle allait devoir expliquer à sa mère et son frère pourquoi ils devaient sur le champ aller trouver de beaux habits et se rendre à une cérémonie à 20 kilomètres de chez eux. Lamie et son frère étaient deux grands amis de Maxence, que Terrence et sa mère n'avaient malheureusement pas eu l'occasion de beaucoup voir. Elle avait fait la connaissance de Lamie alors que son père venait de mourir, et qu'elle avait été obligée de quitter les bancs de l'école pour aller travailler en ville, si loin de chez elle. Lamie, c'était une jeune femme gentille, petite, timide, et avec de gros problèmes d'argent. Heureusement, depuis la coupure en deux des Royaumes, son père avait retrouvé un travail, et ils s'en sortaient bien mieux qu'auparavant. Comme quoi cette décision n'avait pas fait que des malheureux, et Maxence ne pouvait que s'en réjouir. Il fallait dire qu'avec cinq enfants, ses parents n'avaient pas beaucoup de temps à eux. Mais elle les avait rencontrés plusieurs fois, et c'étaient de braves gens, très aimables. Ils voulaient rencontrer sa famille, et c'est pour cette raison qu'elle avait été convié, avec son frère et sa mère, à la cérémonie de mariage.

Il allait falloir qu'elle pense à acheter un cadeau, elle aussi, se dit soudainement Maxence, passant devant la vitrine d'un bijoutier. Elle connaissait bien Adrian, le frère de Lamie; Il faisait de la peinture, et était assez doué. Sa future femme, elle s'appelait Madeleina, faisait une fixation sur les vases, sans qu'elle sache trop pourquoi. Au moins, ce ne serait pas difficile de trouver quoi leur acheter! Tiens, peut-être y avait-il un potier quelque part? Si Lamie avait eu la même idée qu'elle, elle la retrouverait sûrement là-bas. Et c'est sur cette brillante conclusion que Maxence continua sa marche, sifflotant un petit air qu'elle avait apprit étant enfant. Il ne faisait pas si froid que cela, dehors. Pas au point de sortir en manches courtes, mais la jeune blonde avait connu pires températures, pour la saison! De toute façon, elle avait passé un châle sur ses épaules, et sa robe était plutôt longue, avec des manches longues. Elle ne craignait pas, accoutrée ainsi, le froid. Son chapeau, lui, ne trônait pas juste sur sa tête en guise de décoration. Il n'y avait pas de nuages dans le ciel de l'après-midi, et le soleil était présent. Sa mère lui avait toujours dit que le soleil était dangereux en cette saison, et étant petite, elle n'avait jamais eu le droit de sortir ans chapeau. Que de souvenirs! Elle n'était plus une enfant, à présent. Dans un sens, ça la rendait triste, tout était bien plus facile avant, et son père était toujours en vie. Il lui manquait atrocement, bien qu'elle ne se laissait jamais aller à ce genre de réflexion devant sa famille. Elle était l'aînée, elle devait montrer l'exemple. Puis de toute manière, elle le voulait. Pour sa mère, qui était paralysée depuis l'accident, et pour son petit frère, qu'elle aimait plus que tout. Ce n'était pas en déprimant qu'elle allait les rendre heureux.

Sans trop le remarquer, Maxence avait emprunté une petite ruelle, peu fréquentée. Trop plongée dans ses pensées, elle ne le remarque qu'à mi-chemin, s'arrêtant, ses chaussures cessant de claquer contre le pavé. Oups, où était-elle, à présent? Que ce soit à sa gauche ou sa droite, il n'y avaient que des maisons, pas la moindre trace d'une boutique. Fronçant ses fins sourcils, elle faillit jurer de nouveau, se retenant au dernier moment, poussant à la place un soupir agacé. Et voilà, elle s'était ENCORE perdue. Il fallait que ça arrive, elle aurait du s'en douter. Jiang-Zemin, ce n'était pas Hererra. C'était...Au moins dix, vingt fois plus grand que son petit village perdu au milieu de la campagne. On aurait pu penser, à voir Maxence, qu'elle était une fille des villes, que toutes ces grandes avenues lui plaisaient. Et l'on se serait bien trompé en pensant cela. Elle préférait de loin le calme de la campagne aux bruits des fers des chevaux sur les routes pavées de la capitale. C'était tellement désagréable! A Hererra, au moins, il n'y avait pas de bruit. Et elle ne s'y perdait, pas évidemment. Foutues ruelles.

Au moment où elle se demandait quoi faire entre avancer et rebrousser chemin, un coup de vent plus fort que les autres fit s'envoler son chapeau, et elle poussa une exclamation indignée en le voyant voleter à travers la petite ruelle. Eh mais! Le vent était en train de lui voler son chapeau, là!

« Mon chapeau! » S'écria-t-elle, comme si elle avait été le témoin d'un vol, ce qui était de son avis exactement le cas ici. Mais bon, au lieu de lui courir après, elle préférait hurler qu'on lui volait son chapeau.

Très fin, Maxence. Très fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Dim 27 Mar - 20:41

Ses longs cheveux blonds, ses magnifiques yeux verts, dont l’expression ne pouvait être déchiffrée, cette silhouette délicieusement menue, cette voix tellement pure et fraîche qu’il aurait eu l’envie irrésistible de la boire si jamais elle prenait une forme liquide… Ah dieu du ciel, ce que ça pouvait le rendre heureux, que d’être amoureux !

C’était en pensant fermement à l’élue de son cœur que Scott poursuivait son chemin dans les rues de Jiang Zenmin. L’amour pouvait changer un homme du tout au tout, lui il ne changeait pas réellement, du moins pas extérieurement. Il était toujours le même Scott, jeune Neko au visage charmant et sans oreilles de chat qui pointe sur le sommet de son crâne, mais avec une queue dorée plutôt longue qui sortait de l’arrière de son pantalon pour s’agiter doucement derrière lui, cela en guise de preuve que non, il n’est pas humain nom de dieu ! Quoi que… Devait-il dire nom de Samyra Alcantha ? Après tout, il n’avait pas de religion particulière, lui. L’épée qu’il portait à sa ceinture faisait directement de lui quelqu’un ne pouvait plus pratiquer la religion des Esprits, et le fait d’habiter à l’Ouest le rendait automatiquement sataniste si jamais il venait à adopter la religion humaine. Quand à celle des Elfes… Bah ! Scott n’avait jamais trouvé les croyances très intéressantes, mais la religion Elfique, il devait bien avouer que cela ne l’intéressait réellement pas. Enfin, pas plus que le reste tout du moins. Niveau religieux, Scott McCloud était tout simplement quelqu’un de libre comme le vent. Il n’aimait pas croire, respecter des principes divers, écrits par des gens dont il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Tout ce qui l’importait pour vivre, c’était de croire en lui-même et en la chance qu’il pourrait avoir avec cette si jolie servante aux cheveux dorés. Aaah… Pourquoi à chaque fois qu’il se mettait à penser à elle, il souriait stupidement et se sentait plus léger ? Il ne savait pas, mais la sensation qu’il retirait de cet état était fort loin d’être désagréable. En temps normal, un Neko n’aurait sûrement pas apprécié le fait d’avoir un sourire niais plaqué sur son visage, mais Scott n’était pas vraiment le stéréotype du Neko de base qu’on s’attends à trouver à tout les coins de rues. Un Neko était réputé froid, impitoyable, amateur de sang et de tranchant, un guerrier né. Lui , il n’était pas vraiment comme ça. Oh bien sûr qu’il savait se battre, et il le savait même très bien puisqu’il était l’épéiste de la Brigade noire de l’Ouest, mais de là à apprécier la vue du sang et d’aimer en verser encore plus… Hum, ça n’était pas vraiment son style. Il avait beaucoup souffert dans sa jeune vie jusque là, avait vu ce que la mort pouvait causer à des familles… et avait aussi compris à quel point la mort pouvait soulager certaines familles parfois. La mort de la sienne l’aurait bien arrangé en tout cas, mais son cas à lui ne devait pas être une généralité, loin de là. Et d’ailleurs, il ne le souhaitait pas. Scott était un jeune homme souriant, plein de vie et d’énergie. Pour lui, le mieux restait que tout le monde prenne les choses avec légèreté et insouciance. Après tout, c’était beaucoup plus marrant comme ça, non ? Pas la peine de se compliquer la vie avec des problèmes familiaux de ce genre. Il allait oublier tout ce que son père lui avait fait subir, tout ce que sa mère n’avait pas sût faire quand elle était encore présente dans sa vie, et mener sa propre existence, libre et sans aucune autre attache que celles que son cœur choisirait. En d’autres termes, la jolie servante. Le jeune Neko sans oreilles repensa un court instant au dernier moment durant lequel il avait vu cette fille. Aux portes des appartements de la Princesse, rien que ça ! Oh, d’ailleurs il n’avait rien appris de spécial durant ce soir là, tiens… Il avait juste eu la confirmation que l’élue de son cœur ne serait pas tuée, puis il avait attendu quelques instants. Avant de se rendre compte qu’elle passerait sûrement par l’autre coté pour partir de sa captivité. Et maintenant, il avait gâché lamentablement une occasion de briller aux yeux émeraudes de cette fille. Il s’en voulait, tiens. Beaucoup plus que ce qu’on pourrait le croire. Le simple fait d’y repenser faisait disparaître de manière quasi instantanée le sourire qu’il avait encore sur le visage. Il poussa un petit soupir de dépit, songeant que cette fois ci, il ne la reverrait peut être jamais. Qu’elle s’était peut être envolée avec les deux ailes qu’elle devait posséder, vu que c’était une Esprit après tout, et ne redescendrait plus jamais sur le sol où lui il était cloué. Ah, qu’est ce qu’il aurait aimé avoir des ailes pour la rejoindre…

Mais ca ne lui ressemblait pas de se morfondre ainsi. Scott n’était pas quelqu’un qui abandonnait devant un si petit obstacle. Elle s’était envolée ? Et bien il allait grimper à un arbre assez haut pour la rejoindre. Elle montait par delà la cime des arbres ? Il grimperait au sommet de la plus haute montagne de l’Illea pour la rejoindre. Elle décidait de franchir les limites du ciel ? Bon euh là si elle prenait cette décision, c’était qu’elle ne voulait vraiment pas de lui… Ca serait extrêmement dommage d’ailleurs. En fait, il n’était pas certain d’envisager ce que se prendre un râteau pouvait enclencher chez lui. Il était… Pas vraiment certain de la séduire, mais persuadé que sa vie devait se faire avec elle, et pas avec une autre. De ce fait, il ne parvenait pas à envisager le fait qu’elle ne veuille jamais de lui. Si cela s’avérait être le cas, il n’avait aucune idée de la marche à suivre. Il ne voulait même pas y penser à vrai dire. Ca serait comme envisager ce qu’on ferait si jamais on devait mourir demain de son point de vue. Oh, il exagère ? A peine, à peine. Visiblement, si quelqu’un trouve qu’il était en train d’éxagérer, c’est que ce quelqu’un n’avait pas compris à quel point cette blonde aux yeux verts comptait pour lui. Etrange, non ? Que quelqu’un qu’il n’avait jamais rencontré pour de bon, quelqu’un dont il ne connaissait même pas le nom et avec qui il n’avait jamais parlé directement… Soit la personne la plus chère à son cœur ? Etrange peut être pour quelqu’un de totalement normal, mais pas vraiment pour lui. Tout ses proches, toutes ses conquêtes… N’étaient pas très souvent des gens à l’amitié durable. Il avait des amis, depuis plusieurs années qu’il s’était engagé dans l’armée, certes, mais pas d’amitié durable de l’enfance. Aucun de ses amis n’était son ami depuis plus de deux ans. Et cela, mine de rien, influait beaucoup sur sa manière de voire les choses. Des amis… Il aurait aimé en avoir depuis plus longtemps. Il n’en avait jamais vraiment eu avant de partir de chez lui, c’était après sa fugue que sa vie sociale avait vraiment commencée. Mais malgré tout, malgré tout il tenait plus à cette fille qu’a quiconque. Ah, que c’était… Etrange. Même lui il trouvait ça étrange. Mais un rien héroïque en même temps. Il pourrait tout faire pour elle c’était… beau, non ? Lui il trouvait ça plutôt pas mal tant de détermination de sa part. Enfin, il faudrait qu’elle serve à quelque chose un jour, cette fameuse détermination…

« Mon chapeau! »

Une voix venait de retentir de sa droite, une voix qu’il… Connaissait peut être ? Oui c’était… C’était elle ! Ah, cette voix si mélodieuse, si radieuse, qui était pour lui comme la plus douce des musiques… Les paroles qu’elle prononça étaient… Mon chapeau ? Elle venait de… Au vu de comment elle venait de crier, quelqu’un lui avait volé son chapeau. Or le problème venait du fait qu’il était le seul dans la rue, et qu’il se trouvait à une bonne centaine de mètres devant l’origine de la voix, qu’il ne tarda pas à identifier rapidement comme étant la nymphe de ses nuits. Par conséquent, soit c’était lui le voleur, ce dont il doutait fortement, soit… Le chapeau qui volait au vent vaguement dans sa direction le renseigna automatiquement sur la marche à suivre. Le couvre chef de la jeune fille prit de l’altitude, sans rien demander à personne, menaçant de s’envoler définitivement vers le haut. Scott savait quoi faire, ça n’était pas un problème pour lui. D’un bond à la détente formidable, témoignage de nombreuses années à pratiquer les enchaînements aériens à l’épée, Scott se propulsa en l’air, tendit ses deux mains, et en douceur, récupéras le chapeau tout en prenant bien soin de ne pas sortir ses griffes ce qui pourrait abîmer le précieux vêtement. Il appartenait à la fille… Cette fille. Il ne devait pas le déchirer, ni même le salir ou quoi que ce soit. Aha, il faudrait maintenant qu’il songe à l’atterrissage…

Ce dernier se passa sans trop de soucis pour le Brigadier, qui se receptionna en souplesse sur les pavés de la ruelle, alors que le chapeau se trouvait bien à l’abri entre ses bras, comme si il portait un nouveau né. Il releva la tête, aperçu à quelques mètres celle qui habitait son cœur depuis maintenant… Oh cela devait bien faire six mois non ? Quelque chose comme ça. Affichant un sourire, essayant de vaincre la petite once de timidité et d’intimidation qui lui venait à l’esprit, Scott s’avança vers la jeune fille, en lui tendant le chapeau, bien à l’abri entre ses doigts. Il ne portait absolument aucune trace de salissures ou de déchirure. Tout juste était il un peu froissé suite à sa mésaventure dans les airs…

« Ah, tenez.. ! J’espère que je ne l’ai pas trop abîmé, je… M’en voudrais pour ça. »

Il plissa rapidement un œil, ce qui aurait put trahir sa nervosité d’adresser directement la parole pour la première fois à l’élue de son cœur. Oh mon dieu, vite trouve quelque chose à dire, trouve quelque chose à dire, trouve quelque chose à…

« Un aussi beau chapeau devrait rester sur votre jolie tête. Ce vent, c’est un vrai goujat ! »

Il faillit se mordre la lèvre, mais se contenta d’un sourire qu’il espérait pas vraiment crispé. D’ordinaire, ce genre de blague lui paraissait extrêmement drôle, mais pour le coup il trouvait qu’il se comportait comme le dernier des loosers. Oh, il faudrait vraiment qu’il fasse bonne impression… Pourquoi c’était dans ce genre de moment qu’il ne savait plus quoi dire ? Ou qu'il manquait cruellement de délicatesse? Parce que là, elle devait l'avoir vu venir à trois cent kilomètres. Qu'il ressentait quelque chose pour elle, il voulait dire. Ou pas, c'était peut être juste lui qui était parano...
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Dim 3 Avr - 18:17

Maxence n'était pas vraiment une empotée, mais n'était pas un monstre d'agilité ou de réactivité non plus. Et par dessus cela, elle n'était pas très intelligente...Oh, c'était un super constat, ça! Ne put-elle s'empêcher de penser avec ironie, alors que son chapeau allait irrémédiablement s'envoler dans les airs, sans qu'elle puisse rien faire pour le sauver. Et le pire, c'est qu'elle aurait pu le rattraper sans mal, elle avait des ailes, mais surtout des jambes, avec lesquelles elle aurait pu prestement courir jusqu'à lui. Et si son tour de magie préféré restait de jouer les passe-murailles, elle aurait pu, sans doute, avec assez de concentration, commander au vent afin qu'il lui ramène son précieux bien. C'était pratique, d'être un Esprit. Maxence, sans aucune once de racisme dans ses pensées, avait toujours trouvé les Esprits plus forts, mieux. Elle n'avait jamais connu que les Humains jusqu'ici, contre qui même à présent elle n'avait trop rien, mais même après voir vu des Elfes et des Neko, elle restait persuadée que les Esprits étaient les meilleurs. Son étude n'était certainement pas objective, en étant une elle-même, mais elle donnait tout de même à réfléchir. Leur point fort, c'était la magie, et leur vision, qui leur permettait de ne pas stupidement se faire prendre par surprise par l'arrière, piège qu'elle aurait détesté subir pour sa part, c'était très humiliant, de son modeste point de vue. Un Esprit qui naissait avec un bon potentiel magique et s'entraînait dur afin de pouvoir entièrement le maîtriser devenait un adversaire redoutable! Et ce n'étaient pas ces épées et ces haches qu'elle avait en horreur qui pourraient faire quoi que ce soit face à une puissante attaque magique envoyée par un Esprit la maitrisant parfaitement. Bon, pour elle, elle pensait que c'était mort, elle ne serait jamais une super guerrière admirée de tous, et dont les talents magiques seraient enviés. Ça la décevait, dans le fond, elle aurait bien aimée naître un peu plus forte, mais on ne pouvait pas tout avoir, n'est-ce pas? Son père lui disait, lorsqu'elle était petite, que ce n'était pas le potentiel magique de base mais la manière dont on l'utilisait qui faisait la différence. Elle n'y croyait qu'à moitié, cependant; Sans bon potentiel, on ne pouvait guère faire de miracle. Cette vexation qu'elle ressentait de ne pas être plus forte que la moyenne était accrue de par le fait que cette peste de Sophia montrait des dons indéniables dans ce domaine, et ce bien qu'elle n'ait que douze ans seulement. Elle se plaisait à montrer les tours que son père lui apprenait à tous, et Maxence ne pouvait s'empêcher dans ces moments là de la railler, méchamment encore. Qu'aucun homme ne voudrait d'elle, qu'elle allait faire peur à tout le monde, ou encore que trop de magie dans son corps allait la faire exploser. Très fin, elle le savait, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Elle n'aurait pas tant été gênée par le fait que sa jeune cousine était riche, très belle, et douée en magie si ses parents ne l'avaient indécemment favorisée à cause de ces deux derniers paramètres. Elle en avait parlé à Loe, que cela ne gênait nullement; Elle aimait trop sa 'charmante' petite sœur pour lui en tenir rigueur. Maximilian, lui, s'en fichait royalement. Il n'avait jamais été très proche de ses deux parents, il le savait bien, qu'il n'était qu'un 'accident'.

Tsss. Que d'injustices chez les siens, se disait Maxence, qui ne pouvait pas le supporter. Il allait falloir faire une réunion de cousins sous peu, se dit-elle soudainement, en omettant bien entendu d'y inviter Sophia. Et Manuel, il pourrait venir, à condition qu'il ne le lui lance pas de la boue dessus comme la dernière fois. Ça prétend avoir dix-sept ans, et ça agit comme un gamin de sept. Au final, il n'était pas plus mature que sa petite sœur Léane, qui se mettait à pleurer pour un rien. Heureusement que Tristin était là pour calmer le tout, sans lui, elle aurait eu bien du mal à tous les faire se tenir en place, ces cousins indignes et ingrats. Maxence bien évidemment disait cela pour plaisanter; Elle aimait sa famille plus que tout au monde. Et étant l'aînée, elle se sentait le besoin de 'régner' sur ses cousins comme l'aurait fait une grande sœur avec son petit frère. D'ailleurs, en parlant de Terrence, il allait falloir qu'elle termine l'écharpe qu'elle lui tricotait, diantre. Sans ça, les mauvais jours passeraient avant qu'elle ne l'ait terminée, et il ne pourrait pas la porter avant l'hiver prochain. Ce qui aurait été dommage, avouons le, aux vues de la qualité de l'œuvre en question. Mais après tout, la jeune fille aux longs cheveux blonds n'avait jamais prétendue être un tricoteuse hors paire non plus.

Donc, son chapeau. Maxence le regardait dériver, à moitié dans ses pensées, et ceci expliqua le cri qu'elle faillit laisse s'échapper en voyant quelqu'un bondir et le rattraper au vol. Wha, quel saut! Fixant la personne qui venait de sauver la vie de son chapeau, elle vit la queue de chat qui ondulait derrière lui, et ses yeux se fixèrent automatiquement convenablement vers lui. Ayant vécu entourée d'humains, elle avait apprit à fixer son regard pour ne pas les perturber, mais parfois, il s'égarait, et elle devait se faire violence pour ne pas oublier de le fixer lorsqu'elle parlait à un humain, bien qu'ils se soient fait bien rares ces temps-ci, ou à un Neko, ce que le garçon devant elle semblait de toute évidence être. Elle ne pensait pas avoir confondu une queue avec un bout de tissus s'agitant au vent, et elle en eu la confirmation lorsqu'il s'approcha d'elle pour lui rendre son précieux chapeau. C'était bel et bien un Neko, avec une queue et des yeux fendus, mais...Sans oreilles? Maxence pouvait fixer le haut du crâne du garçon sans avoir peur de paraître malpolie: Il n'y verrait rien de toute manière, elle n'ayant pas besoin de bouger son regard pour le faire. Un Neko sans oreilles...Tiens, ça lui rappelait vaguement quelque chose. Ah, il avait une épée, aussi. Les lèvres de Maxence s'étirèrent en une petite moue, qui disparue cependant immédiatement après que le garçon aux cheveux blonds commença à parler. Elle ne voulait pas courir le risque de lui faire penser que sa présence l'indisposait d'une quelconque façon, c'était loin d'être le cas.

« Ah, tenez.. ! J’espère que je ne l’ai pas trop abîmé, je… M’en voudrais pour ça. »

Maxence récupéra son bien avec un petit sourire, le remettant correctement sur sa tête. Cette fois, elle n'allait pas le laisser s'échapper, certainement pas! Elle s'apprêtait à sermonner à voix haute son chapeau de s'être laissé ainsi prendre au piège par le vent, lorsqu'elle se rendit compte que ce ne serait sans doute pas du meilleur effet envers le Neko qui lui faisait face. Une pauvre folle qui parle à son chapeau...Voilà ce qu'il aurait pu en penser! Pauvre d'elle.

« Un aussi beau chapeau devrait rester sur votre jolie tête. Ce vent, c’est un vrai goujat ! »

La jeune Esprit aux yeux verts senti son sourire s'agrandir sensiblement, et elle laissa s'échapper un petit rire de ses lèvres entrouvertes. Nullement moqueur, seulement amusé. Elle ne se serait jamais permit de se moquer de l'homme qui, véritable héros, lui avait ramené son chapeau! Elle n'était pas grossière, connaissait un minium la politesse, ce n'était pas un concept inconnu de sa modeste personne. Quoi que des fois l'on eu pu sérieusement se poser la question.

« Ah ça, c'est certain! Je ne sais pas combien de chapeaux il m'a fait perdre. Merci de me l'avoir ramené, je ne sais comment vous remercier. »

Hésitante, elle marqua une petite pause. Paraitrait-elle malpolie, si elle lui posait la question, elle se demandait? Se décidant finalement à se jeter à l'eau, elle fit, l'air intriguée:

« Excusez moi, mais j'ai l'impression de vous avoir déjà croisé par le passé. Mais je suis peut-être folle... »

Elle ponctua la fin de sa phrase d'un petit rire gêné. Ah, ça n'aurait pas été étonnant. Elle commençait sérieusement à se poser des questions sur sa santé mentale, ces derniers temps. Et l'épisode des appartements de la Princesse ne l'avait fait que plus encore se remettre en question....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Dim 3 Avr - 19:39

Dans le fond, Scott s’était demandé si il aurait vraiment dut en faire autant pour récupérer ce chapeau. Le saut qu’il avait effectué était, certes très efficace, mais également… Hum, un rien frimeur ? Oui, on pouvait dire ça comme ça. Il avait un peu frimé en montrant qu’il avait une sacrée détente pour sauter dans les airs. Alors que cela n’était pas forcément nécessaire, le chapeau avait beau avoir prit de l’altitude, Scott aurait sûrement put le récupérer d’une manière plus humble. Seulement voilà : l’humilité et Scott ça ne faisait jamais bon ménage très longtemps. Et surtout pas quand il rendait service à la personne dont il rêvait depuis déjà pas mal de temps. Il avait ressenti le besoin complètement irrépressible de faire le beau, de montrer qu’il était athlétique. Et qu’il savait plaisanter aussi. Parce que cet instant là, qui pouvait paraître très anodin pour n’importe qui qui passait par là, était d’une importance capitale pour le jeune Neko sans oreilles. Ce n’était pas qu’une simple remise de chapeau qui venait de se faire voler par le vent, c’était sa première approche, et donc une approche décisive, avec la personne qu’il voulait à ses cotés. Par conséquent, c’était autrement plus important qu’une banale remise de chapeau perdu. Bien que ce chapeau était un véritable trésor en soi, il avait été porté par cette fille ! Pour Scott, cela faisait de l’objet une véritable relique sacrée. Oh, il éxagère ? Hum, peut être c’est vrai. Après tout, il ne connaissait même pas son nom à cette fille. Pourtant, il sentait, il avait… Un pressentiment tellement fort que cette fille, là devant lui, c’était la bonne. La superbe jeune fille, jolie et drôle, qu’il avait toujours voulut épouser. L’exact opposé de sa mère, en quelques sortes. La femme faible et dépressive n’avait… Rien à voir avec celle que Scott regardait dans l’état actuel des choses. Et c’était bien ainsi. Scott détestait sa mère. Il n’avait pas prit un tout nouveau nom de famille pour rien. En changeant de nom, il aurait très bien put choisir celui de sa mère. Ce n’était pas un nom très humiliant, bien au contraire c’était même une appellation assez prestigieuse dans le clan Alcantha. Mais il ne voulait pas, il ne voulait aucunement, être associée à cette… Personne qui se trouvait être sa mère. Aucunement. Tout ce qu’il souhaitait, c’était vivre sa vie, sans avoir à se soucier des problèmes que son père et sa mère lui avaient légués. Il voulait avoir une vie amusante, facile, mais tout de même assez normale. Donc, avoir une petite amie à laquelle il tenait était un objectif tout à fait naturel dans son cas. Et sans vraiment savoir pourquoi, sans vraiment avoir compris pourquoi, Scott McCloud était tombé éperdument amoureux de cette servante. Il avait suffit d’un simple choc… Et de là, sa vie avait en quelques sortes basculée. Et non, il n’exagérait pas. Coup de foudre ou non, amour instantané ou non, peu importait ! Scott savait une chose : Il aimait cette fille et il comptait bien être en mesure de le lui prouver ! Et puis, comme première approche, ce n’était pas mal du tout ce qu’il venait de faire, non ? Il avait un peu joué les héros… Elle avait l’air d’y tenir à son chapeau, vu comment elle avait crié à l’aide il y’a quelques instants. Peut être que c’était aussi pour cela qu’il n’avait pas put s’empêcher d’en prendre extrêmement soin au moment de le lui rapporter. Il ne voulait pas, vraiment pas, qu’elle se fasse une mauvaise image de lui pour le coup. Après, il y’avait des à priori, des préjugés de la part des gens. Les Esprits étaient en règle générale beaucoup moins belliqueux que les Nekos à ce niveau là. Les Nekos… Ils n’aimaient guère les humains, ou même les Esprits parfois. Scott savait bien que sa race n’était pas très à même de discuter avec les représentants des autres races, du moins pas en règle générale. Ce n’était, certes, pas une caractéristique obligatoire, mais… Il n’avait que très rarement vu un Neko adresser la parole aussi facilement à un Esprit qu’à un autre Neko. Et il ne parlait même pas des humains… ! Ces derniers temps, les humains étaient tous des déchus de ce coté de la frontière de toutes façons. N’importe qui ne devrait pas les traiter avec un tant soi peu de respect. Pour eux, la vie devait être bien dure, au même niveau que pour les Elfes, tout aussi discriminés de ce coté du pays d’ailleurs. Scott, pour sa part, n’avait rien de raciste dans ses pensées. Ses oreilles coupées n’étaient pas vraiment étrangères à cet état d’esprit. Du fait qu’il n’avait pas une paire dorée sur le haut de son crâne, il n’était pas rare qu’on le confonde avec un humain, malgré le fait que sa queue battait souvent derrière lui. Il comprenait bien le regard qu’on pouvait jeter aux déchus. Un Neko sans oreilles n’était pas non plus très bien vu parmi ses semblables. C’était un peu comme regarder quelqu’un à qui on aurait coupé une jambe ou un bras. Un Esprit sans ailes en quelques sortes.

Après que la si jolie créature aux cheveux blonds eut remit son chapeau sur sa tête, Scott eu le loisir de la détailler, enfin, d’un peu plus près. Il dut se faire violence pour ne pas la serrer dans ses bras immédiatement, tant elle avait un physique qui l’attirait. Ah, peut être que le fait qu’il était amoureux d’elle influait pas mal sur cet état d’esprit, mais il n’empêche qu’il trouvait, en toute objectivité, que la jeune Esprit en face de lui était très belle. Il avait déjà put la voir d’assez près lorsqu’elle l’avait croisé dans les couloirs du château, mais elle était repartie si vite qu’il n’avait guère put la détailler un peu plus précisément. Maintenant, c’était déjà plus possible. Oh, il ne baladait pas son regard n’ importe où non plus. Il regardait simplement l’apparence de la personne en face de lui, comme il était coutume de le faire lors d’une première rencontre. Logiquement, elle ne devrait pas le trouver un tant soi peu impolie. Surtout que elle, elle devait pouvoir le détailler sans avoir besoin de bouger les pupilles. Ah, ca aurait été bien pratique d’être un Esprit, se disait Scott parfois. Il aurait vécu bien plus longtemps, aurait eu de belles ailes, personne le lui aurait fait de remarques à propos du fait qu’il n’avait rien au sommet du crâne, et il n’aurait pas eu le droit d’approcher des armes. Mine de rien, être un Esprit aurait été une véritable bénédiction pour lui. Si les armes lui permettaient de vivre, il avait aussi vécu d’atroces souffrances à cause d’elles. Peut être la magie, si il avait été un membre de la race aux yeux vides, aurait remplacé les armes dans sa vie. Peut être, il ne savait pas. Mais au fond, il devait bien avouer que son épée, si il ne l’aimait pas particulièrement, elle restait une très bonne source de revenu. Dans un monde comme celui-ci, tant qu’on savait se battre comme lui, on aurait jamais un gros problème au niveau argent. On trouverait toujours quelqu’un qui aurait besoin d’aptitudes martiales. Même si Scott n’aimait pas vraiment les armes, de part le fait qu’elles lui avaient volé une grande partie de son enfance, il recconnaissait volontiers qu’elles s’avéraient de précieuses alliées parfois. Enfin, dans le cas présent, cela n’aurait peut être pas été le cas. La fille en face de lui étant une Esprit, les armes, elle devait les avoir en horreur. Il devrait peut être apprendre à sortir sans son épée de temps en temps. Surtout si, comme il l’espérait et en rêvait, il commençait une relation avec cette si adorable jeune fille.

« Ah ça, c'est certain! Je ne sais pas combien de chapeaux il m'a fait perdre. Merci de me l'avoir ramené, je ne sais comment vous remercier. »

‘Oh, peut être en acceptant un rendez-vous avez moi…’ ce fut la réponse que Scott s’apprêtait à dire immédiatement après ce qu’elle venait de déclarer, mais il se contint au prix d’un gros effort de volonté. Il n’avait, encore une fois, guère envie que cette si jolie fille voit en lui une sorte de pervers qui invite les filles qu’il croise dans la rue à tour de bras. Même si il ressentait quelque chose de fort pour elle, il devait faire en sorte de se comporter tout à fait normalement avec elle. Comme un… Gentleman, voilà ! Oui, si il se comportait avec beaucoup de politesse et de galanterie, elle serait peut être un peu plus conquise. L’air intrigué qu’elle arbora ensuite lui fit légèrement hausser les sourcils, son sourire toujours flottant sur ses lèvres. Même si le stress était très présent en lui, il était tellement content d’être enfin en train de parler avec l’élue de son cœur qu’il n’arrivait pas à ressentir une quelconque envie de partir.

« Excusez moi, mais j'ai l'impression de vous avoir déjà croisé par le passé. Mais je suis peut-être folle... »

Le jeune homme faillit laisser échapper un petit cri de joie. Aha ! Elle s’en souvenait, alors ! Oh dieu merci, oui ! Bien sûr qu’ils s’étaient déjà croisés par le passé, comment lui aurait-il put l’oublier ? C’était justement par ces ‘croisements’ qu’il était tombé aussi amoureux d’elle. Bon, maintenant restait à voir de quel moment il devait lui parler, car il était évident qu’il allait devoir répondre maintenant. Oh, et bien autant lui parler de l’épisode aux portes des appartements de la princesse Della’Morte. Ce n’était pas un épisode dont il était très fier, mais dissimuler une vérité aussi évidente aux yeux de la femme qu’il aime était une très très mauvaise idée.

« Ah, je suis ravi de voir que vous vous en souvenez. Oui, nous nous sommes déjà croisés auparavant. Devant les appartements de la princesse en fait. »

Il se frotta l’arrière de la nuque, un peu gêné par l’évocation de cet épisode où il n’avait pas le souvenir d’avoir véritablement assuré son rôle pour le coup. Ah, il aurait peut être dût évoquer l’autre rencontre… Oh non. Mauvaise idée de dissimuler ça, il le pensait sincèrement.

« D’ailleurs je suis vraiment content de voir que vous vous en êtes sortie sans dommages ! J’étais très inquiet à ce moment là… »

Il ne mentait pas, non. En fait, il était tellement sincère qu’elle aurait peut être put deviner qu’il avait des sentiments pour elle en écoutant attentivement sa voix. Oh, mais deviner si quelqu’un mentait n’était pas possible, même pour un Esprit, non ? Scott ne savait pas. Il n’était pas un Esprit. Et encore une fois, il trouvait cela bien dommage. Si il avait été un Esprit, il aurait put mieux détailler le visage en face de lui sans paraître malpoli pour autant. Dieu sait qu’il en mourrait d’envie.
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mer 20 Avr - 19:06

Maxence savait bien que des accidents, ça arrivait tous les jours. On en entendait parler, on les imaginait, on se représentait le malheur des familles endeuillées, sans parvenir pour autant à complètement se le représenter. Heureuses que les familles qui n'avaient subies aucune perte! Avec la guerre civile, il n'en restait plus beaucoup, car à ce désastre s'ajoutaient les maladies et accidents de la vie quotidienne. C'était dur, de vivre, se dit Maxence non sans une pointe d'ironie, mais il faut bien savoir surmonter nos difficultés, si l'on veut pouvoir s'en sortir. Lorsque son père avait trouvé la mort, Maxence n'avait alors que treize ans, et son frère à peine huit. Terrence n'avait pas très bien compris à l'époque, bien que, garçon éveillé pour son âge, il avait vite intégré le fait que leur père ne passerait plus jamais la porte de leur maison. Ils vivaient encore à Esidir à l'époque, leur père ayant trouvé un travail convenablement payé dans cette grande aux mille couleurs et aux grands bruits. La jeune Esprit aux cheveux blonds n'avait vécu jusque là que dans un petit village aux alentours d'une ville de taille modeste, alors la grande ville, pour elle, ça avait été une sacrée découverte! Et elle n'avait pas aimé. Elle n'avait pas aimé le fait qu'il y aient tant de calèches dans la rue, que des gens bien habillés passent dans les grandes avenues, que les marchands soient si nombreux sur la place du marché. Dans son ancienne maison, tout était calme, et tout le monde se connaissait. Il n'y avait qu'une seule petite épicerie, et il était aisé de se retrouver dans les rues au sol fait de terre. Mais si c'était pour avoir plus d'argent et pour que son père puisse travailler, alors elle avait accepté de faire ce sacrifice, qui à en voir les sourires de sa mère lorsqu'elle accueillait des clients intéressés par ses poteries dans la boutique, n'en était pas vraiment un. Tout ceci avait duré trois ans environ, trois ans avant que l'accident ne se produise. Maxence allait toujours à l'école alors, ou du moins occasionnellement, car elle espérait plus que tout pouvoir aider sa mère à la boutique. Les cours, ça ne l'intéressait pas trop, même si elle se forçait à les suivre, pour avoir un minimum de culture. Elle se souvenait encore très bien des gardes venus frapper à sa porte, alors que la rumeur d'un accident avait fait frissonné la rue quelques instants plus tôt. Vous êtes bien Mademoiselle Baumgartner? Une certaine considération dans la voix de ce très grand homme, alors qu'il lui avait exposé les faits. Le cheval d'une diligence s'était emballé dans une des rues principales d'Esidir, et avait fauché un groupe de personnes sur le trottoir d'en face, ainsi qu'une boutique de céramique. Groupe de personnes dans lequel se trouvaient son père et sa mère. Son père avait été tué sur le coup, et sa mère avait été transportée à l'hôpital, dans un sale état. Heureusement, elle n'avait pas perdu la vie dans cet accident, mais son bras paralysé l'empêchait de faire la poterie qu'elle avait toujours tant adoré. Mais cet accident, ce n'était pas seulement la vie de son père et le bras de sa mère. C'était ces parents qui avaient perdus leur fils de cinq ans, ce couple qui venait de se demander en mariage, elle l'avait su plus tard, car on avait retrouvé une bague neuve à leur doigt, cette fille qui avait perdu son frère et sa mère. La vieille dame qui tenait la boutique de céramique, et trois autres clients qui avaient trouvés la mort.

Parfois, Maxence avait peur en se promenant dans la rue. Même toute à l'heure, en compagnie de Lamie, elle avait scruté à droite, à gauche, effrayée de voir une diligence perdre le contrôle et foncer droit sur elles. Elle avait peur, car elle savait que le danger était partout. Ce jeune homme, en face d'elle, aurait pu être un tueur qu'elle n'en aurait rien su! Mais bon. Comme elle l'avait déjà dit, si on s'interdisait de vivre à cause de la peur, on n'allait nulle part, on ne pouvait pas être heureux. Arborant un petit sourire tranquille, elle continuait de se demander où diable avait-elle bien pu voir ce garçon. C'est vrai, quoi, un Neko aux oreilles coupés, ça ne courrait pas les rues! Enfin, elle n'en avait jamais vu jusqu'ici. Ça avait du faire mal de se les faire couper, non? Pensa-t-elle soudain. A moins qu'il ne se les soient coupées lui même, mais ça aurait été un peu bizarre, parce que bon...Ça aurait toujours fait aussi mal, et puis ça ne servait à rien, sinon à l'handicaper, non? Maxence avait toujours trouvé très mignons ces petits êtres aux oreilles de chats qui étaient arrivés à Illea durant la Guerre, et ce malgré leur réputation. Sa mère lui avait souvent dit de faire attention, de ne pas les approcher, et elle lui obéissait, ce n'était pas elle qui serait aller adresser la parole à un Neko d'elle-même, ça lui aurait fait trop peur. Mais si c'était le Neko qui venait lui parler, elle pouvait bien discuter avec lui, non? Tant que le sujet de conversation n'était pas le temps que mettrait son corps pourrir au soleil...Songeant à cela, le visage du Neko aux cheveux gris et aux yeux bleus lui revint en mémoire, et elle du réprimer un frisson. Lui, il était effrayant. Ce n'était pas tant par son apparence, il était mignon et petit, mais par son regard, la manière qu'il avait eu de la fixer, comme si elle n'avait rien été de plus qu'un vulgaire objet de bois qu'on pouvait se permettre de casser, car de toute façon, du bois, il y en avait bien assez dans ce monde pour refaire un objet comme elle si elle se cassait. Il avait de très beaux yeux, mais...Ils étaient froids, remplis de haine, ça lui avait fait peur. Mais peur, comme...Vraiment peur! Pas qu'un peu. Elle avait bien cru qu'elle allait mourir. La Princesse était effrayante aussi, mais sa beauté la rendait sympathique, dans le sens où l'on avait pas l'impression qu'une aussi belle jeune fille puisse saisir une épée et trancher les tête des importuns. Ses bras étaient ridiculement fins et blancs, ça paraissait...Oui, impossible.

Mais bon, elle ne l'aimait pas quand même, la Princesse. Quelle...Hum. Le Neko, au moins, était mignon, même s'il était effrayant. Ce qui est mignon a forcément un côté malsain toute façon, elle en était intimement persuadée. Oh tiens! Soudaine pensée. Le garçon qui lui faisait face avait les yeux et les cheveux verts! Comme elle.

Bon point. Il lui paraissait d'un coup bien plus aimable et armé de bonnes intentions. C'était la magie des cheveux blonds et des yeux verts, elle imaginait...

« Ah, je suis ravi de voir que vous vous en souvenez. Oui, nous nous sommes déjà croisés auparavant. Devant les appartements de la princesse en fait. »

Oh, quand on parle du loup...Maxence ouvrit sensiblement ses yeux, hochant doucement la tête suite à la réponse du Neko aux cheveux clairs. Oui, c'est vrai, elle s'en rappelait, à présent. Il avait tenté de lui venir en aide, ou du moins c'est ce qu'il lui avait semblé sur le moment, et il s'était fait méchamment renvoyé par la jolie Princesse aux yeux rouges. Un peu stupide, de s'en prendre ainsi à la Princesse et chercher à discuter ses ordres, mais elle n'aurait pu le critiquer, ne s'était-elle pas mise volontairement dans une sale situation elle-même? Enfin, elle avait promis de garder le secret, et elle le garderait, elle tenait trop à son travail pour ça, bien que ses lèvres la démangeaient parfois tant elle avait envie de le raconter. Enfin, une promesse est une promesse, hein? Elle ne se permettrait pas de mettre sa famille sur la paille juste à cause d'une rumeur balancée au hasard des couloirs. Bien qu'on eu pu penser le contraire, elle était tout de même un minimum responsable.

« D’ailleurs je suis vraiment content de voir que vous vous en êtes sortie sans dommages ! J’étais très inquiet à ce moment là… »

Maxence vint raccrocher un sourire à ses lèvres, légèrement amusée. S'inquiétait-il ainsi de toutes les servantes qui pouvaient avoir des problèmes dans le château? Il existait des personnes aussi gentilles et prévenantes, qui s'inquiétaient du sort des étrangers, mais un Neko, ça lui paraissait bizarre. Encore ces saletés d'aprioris. Elle espérait qu'il n'allait pas lui en vouloir si elle laissait s'échapper une idée préconçue au sujet des Neko, elle s'en serait voulue de le blesser. Pauvre garçon, elle le jugeait sans même le connaître! Quelle fille mal élevée elle pouvait être, décidément. Il lui avait rapporté son chapeau, en plus. Ce qu'elle pensait ne se faisait pas.

« Oh, je vous remercie de vous être inquiété pour moi, mais c'était trois fois rien, je vous assure. (Elle jeta un coup d'œil derrière elle, et c'est dans ces moments là qu'elle se félicitait d'être une Esprit, elle pouvait le faire sans se détourner de son interlocuteur) J'ai eu un peu peur aussi, mais bon, il faut dire que j'ai un peu exagéré, je suis la seule fautive. »

Fautive de quoi? D'un mensonge qu'elle allait inventer si on lui demandait, pardi. Elle n'allait pas dire la vérité, non plus.

« Par contre, je ne me souviens plus si vous aviez dit votre nom à ce moment-là. Parce que, je dois avouer que si c'est le cas, je ne m'en souviens plus. Je suis confuse. »

Elle ne se souvenait plus s'il avait dit, en effet. Si c'était le cas, comme elle l'avait dit, honnête pour une fois, elle ne s'en rappelait plus. Mais franchement, elle espérait que ce n'était pas le cas...Il n'aurait plus manqué qu'elle passe pour une courge amnésique! C'était dans ces moments là qu'elle enviait son petit frère, qui retenait tellement de choses, même le plus insignifiant des détails, sans même faire d'efforts...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mer 20 Avr - 20:47

Imbécile ! Neko sans cervelle et sans oreilles ! C’était ce que se disait Scott à cet instant précis alors que malgré son sourire et son air parfaitement détendu, il était relativement stressé et anxieux à l’idée qu’elle puisse avoir une mauvaise impression de lui. Il fallait bien qu’il l’intéresse d’une quelconque manière, enfin… ! Il aurait bien aimé pouvoir lire dans les pensées des jeunes demoiselles. Ou plutôt, uniquement dans celles de cette demoiselle là. Les autres, ce n’était pas pour être malpoli ou quelque chose, mais il devait bien avouer qu’il s’en fichait un peu. En fait, même si il était souriant et sympathique, Scott se fichait un peu de tout le monde. Peu de gens comptaient vraiment à ses yeux, il n’existait pas grand monde pour qui Scott McCloud serait prêt à tout donner, uniquement pour les voir s’en sortir. En fait, à sa connaissance il n’existait quasiment personne qui avait cette importance pour lui. Lui-même s’aimait bien, ce qui était un peu la moindre des choses remarques. Et il aimait cette fille si belle et si souriante. Et puis… Ca s’arrêtait là en fait. Les autres n’étaient que ses amis ou ses collègues et aucun d’entre eux n’était tellement important à ses yeux. De part le fait que Scott avait fuit de sa maison très tôt, il n’avait put retrouver aucun ami d’enfance quelconque. Les amis d’enfance sont souvent le genre de personnes qui nous suivent toute notre vie. On rencontre quelqu’un assez tôt, on s’en fait un ami, et voilà que ce quelqu’un deviendra important pour nous des années plus tard. Scott n’avait pas eu cette chance. Petit, ses seuls amis étaient les armes et les techniques que son père lui forçait à apprendre. Et quand il avait grandi, cela ne s’était pas arrangé. Même après sa fuite de son domicile, Scott ne s’était pas fait de réels amis. Tout juste avait-il des connaissances ou des amis simples croisés dans le château, avec qui il s’entendait bien. Mais personne à qui il tenait réellement mis à part lui-même. Et elle… Cette fille. Il ignorait un peu pourquoi elle l’attirait autant. C’était assez étrange, non ? Il avait passé quelques années à Jiang-Zenmin en tant que Scott McCloud, avait eu le temps de se faire des amis, et pourtant il tenait bien plus à une fille qu’il n’avait croisé que deux fois au cours de sa vie. Trois maintenant, remarque. Et il ne connaissait même pas encore son nom, d’ailleurs. Il aurait bien voulut qu’elle le lui donne. Ou même mieux encore, qu’elle lui fasse comprendre qu’elle aussi avait ressenti quelque chose de spécial en le voyant. Quoi qu’il en doutait, remarque. Scott se savait beau garçon, mais pas au point de faire chavirer le cœur d’une demoiselle croisée à peine une fois au détour d’un couloir… Ce qu’elle avait fait de son coté à elle, pourtant. Elle, elle l’avait bousculé, s’était rapidement excusé, puis après elle était repartie en riant doucement. Et lui, il n’avait jamais put oublier cette vision. Cette fille et ses cheveux si dorés, ses yeux si verts, cette silhouette si exceptionnelle et ce rire si miraculeux… Ah oui. Il savait qu’il était amoureux. Coup de foudre ou pas, il ne savait pas. S’en fichait un peu, parce que seul le résultat comptait. Il était amoureux et prêt à tout pour que cette jeune fille l’approche. Et qu’il puisse l’intéresser, par ailleurs. Parce qu’il voulait qu’elle tombe amoureuse de lui, elle aussi. La relation qu’il envisageait ne pouvait décemment se faire sans son consentement… C’était un peu une base normale, non ? En tout cas il s’était promis de ne pas imiter son père dans la séduction de cette demoiselle. Il s’était même promis de ne pas imiter son père dans quelque domaine que ce soit, même si parfois il ne s’en rendait pas tout à fait compte. Scott ressemblait à son père sur certains points. Il avait hérité du même corps athlétique, de la même force et résistance physique, des mêmes reflexes félins et du même talent pour l’érotisme. De sa mère, il avait hérité la couleur de ses yeux et de ses cheveux. Et dieu sait qu’il ne voulait avoir rien d’autre en guise d’héritage de ces deux horribles personnes qui se trouvaient être ses parents. Scott avait souvent entendu dire que la guerre civile avait ôté aux gens des proches, des personnes avaient été brutalement enlevées de leurs familles. Et pendant ces moments où il avait tenté de compatir pour les pauvres fils qui pleuraient leur père mort, pour les sœurs qui pleuraient leurs frères tués au combat, pour les parents qui ne reverraient jamais leur descendance, Scott méprisait d’autant plus son paternel pour avoir survécu à toutes ces horreurs le sourire aux lèvres. Pourquoi la guerre civile épargnait-elle des ordures comme son père, alors qu’elle prenait la vie de personnes qui avaient encore leur place dans ce monde ? Pourquoi cette guerre avait-elle permis à Norrin Aerrow de subvenir à ses besoins personnels, de pouvoir mener une vie débauchée et facile, de maltraiter d’autant plus sa femme et son fils ? Pourquoi est-ce qu’elle avait préféré enlever à ce petit garçon son rêve d’un jour travailler aux cotés de son père dans sa boutique ? Scott n’avait pas de réponses à cela. Il ne souhaitait pas que la guerre recommence. Elle avait beau lui fournir de quoi vivre personnellement, il ne savait que trop bien que ceux qui survivaient à la guerre étaient soit chanceux, soit des ordures.

Alors que la jeune fille en face de lui semblait enfin se souvenir de l’endroit où ils s’étaient vu, Scott de son coté faisait de son mieux pour ne pas ouvrir la bouche béat d’admiration devant ce visage si parfait et cette mine souriante qui lui faisait face. Il exagérait, il le savait très bien. Mais quand même, il était fou amoureux, et quand on est fou amoureux de quelqu’un on préfère toujours faire en sorte que cette personne paraisse bien plus que ce qu’elle n’était en réalité. On préfère toujours embellir bien plus que ce qui était vrai autour de nous. Scott savait bien que cette fille n’était objectivement pas aussi belle que la Princesse Della’Morte par exemple. Mais il s’en fichait ! L’objectivité pouvait aller se faire voir là où il le pensait bien fort, parce que pour lui, cette jeune fille aux cheveux dorés resterait la plus belle créature de tout le pays d’Illea. Voire du monde tout entier, puisque Scott avait déjà vu à quoi ressemblait les terres froides du Nord. Et jamais il n’avait connu quelqu’un qu’il trouvait aussi beau. Cette fille était pour lui la personnification de la beauté, la sensualité incarnée. Et il pensait ça alors qu’il ne connaissait même pas son nom…. Hum décidément il avait peut être un problème. Enfin, il s’en fichait aussi. Son problème était justement le sien, et c’était à lui de voir si il voulait le régler ou pas. Et si régler ce problème voulait dire ne plus aimer cette fille, il ne voulait pas.

« Oh, je vous remercie de vous être inquiété pour moi, mais c'était trois fois rien, je vous assure. J'ai eu un peu peur aussi, mais bon, il faut dire que j'ai un peu exagéré, je suis la seule fautive. »

Scott haussa un sourcil en l’entendant dire. Ah, c’était trois fois rien ? Hum elle était quand même visiblement en mauvaise posture la dernière fois qu’il l’avait vue… Il avait même tenté de lui venir en aide. Sans succès tout ce qu’il avait récolté c’était sûrement une mauvaise image auprès de la Princesse Della’Morte. Mais encore une fois, ce n’était pas vraiment son problème pour le coup. Il avait simplement fait ce qu’il voulait faire : protéger et aider cette fille. Il aurait vraiment tout fait pour qu’elle n’ait pas d’ennuis. Il voulait qu’elle soit heureuse et que ce bonheur soit présent grâce à lui. C’était tout. Il n’avait pas besoin de plus. Il lui adressa donc un sourire radieux accompagné d’un air compatissant tandis qu’elle disait cela. Il était de son coté, si elle trouvait être la seule fautive, il ne creuserait pas plus loin. Et puis il faut dire qu’il s’était comporté un peu stupidement ce soir là aussi. Il avait beau avoir agit comme il l’entendait, il avait démontré que savoir réfléchir n’était pas sa principale qualité.

« Par contre, je ne me souviens plus si vous aviez dit votre nom à ce moment-là. Parce que, je dois avouer que si c'est le cas, je ne m'en souviens plus. Je suis confuse. »

Aha, là par contre il pouvait la renseigner sans aucun problème. Scott ne lui dirait pas une vérité totale bien évidemment… Du moins pas pour l’instant. En tout cas il considérait que ‘cette’ vérité n’était pas quelque chose à dire pour le moment. Et puis ce n’était pas comme si il allait lui dire un mensonge, non ? Même si Scott McCloud n’était pas son vrai nom, il n’en restait pas moins que c’était le sien. Il refusait qu’on lui donne le même nom que son père, voilà tout. Il détestait cordialement cet homme et la faible qui lui servait d’épouse. Il ne voulait être associé ni à l’un ni à l’autre. C’est donc avec toujours un sourire sur son visage, sourire qu’il espérait sympathique tout en étant attirant, que Scott répondit de prime abord à la phrase de la jeune femme.

« Il n’y a pas de quoi, je ne l’avais même pas dis moi-même. En fait c’est notre très chère princesse (il prononça ces mots de manière tellement exagérée que l’ironie était d’une évidence monstre) qui a prononcé mon nom ce soir là. »

Il effectua ensuite une petite pirouette sur lui-même, avant de lever la main bien haut à la manière des nobles de la cour, puis se baissa bien bas dans un signe parodiant les révérences de ces personnages hautement aristocratiques qu’il avait put voir maintes et maintes fois dans les réunions importantes ou les fêtes auxquelles il était parfois lui-même convié en tant que garde. Bien sûr, maintenant qu’il était brigadier ses missions était d’un tout autre accabit, mais il n’empêche que pendant un temps, il avait fréquenté les sphères les plus basses de l’armée. L’occasion de s’en fendre une bonne poire en voyant tout ces pontificaux se faire des révérences ridicules. Toujours moins ridicules que celle que Scott venait de faire car celle-ci était présente clairement dans le but de se moquer, et non de véritablement saluer.

« Je me nomme Scott McCloud. Vous n’avez pas à être confuse, bien que si c’est là le visage que vous avez lorsque vous l’êtes, je dois avouer que je ne vous empêcherais pas de le rester…. Enchanté vraiment. »

Autant sa présentation avait été faite limite en fanfare avec un ton clairement humoristique, autant il avait placé tellement de sincérité en déclarant qu’il était enchanté et qu’il adorait le visage de cette jeune fille qu’on aurait put se demander si il était totalement indifférent aux charmes de la demoiselle si on ne pouvait pas lire dans son esprit. Si c’était le cas, la question se posant était toute autre. Elle tenait plus du ‘Est-ce que sincèrement c’est possible d’être aussi amoureux en si peu de temps ?’ Et il fournirait la réponse facilement.

Ouaip. C’était possible, la preuve.
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Jeu 2 Juin - 16:25

Bon, d'accord, Maxence l'avouait, peut-être qu'elle était un peu jalouse d'Annahita Della'Morte. Mais quelle jeune fille ne l'était pas, dans ce fichu pays? Et même ailleurs, au delà des frontières, ça n'aurait pas étonné Maxence qu'elle fasse des envieux. Parfois, la jeune Esprit aux cheveux blonds se disait, se détaillant sur n'importe quelle surface reflétant son image, qu'elle n'avait décemment pas grand chose dont elle pouvait se plaindre sans paraître de mauvaise foie. Les sept Dieux ne l'avaient pas créée magnifique, mais assez jolie pour qu'elle ne fasse pas mille grimaces devant son image. Parfois, le matin, elle se trouvait bien, d'autres fois elle se trouvait plutôt laide: C'était le lot de toutes les jeunes filles dont le visage ne semblait pas avoir été taillé dans la plus pure des pierres précieuses. Mais évidemment, quand on croisait la Princesse, on ne pouvait que remettre en doute cette once de beauté qu'on pensait jusque là posséder. Laide? Honnêtement, c'était tout ce qu'elle se sentait, à côté de sa très chère Dirigeante aux longs cheveux blancs. Il fallait dire que la beauté, c'était un don qu'on avait du lui faire trois fois à la naissance! Et pas seulement la beauté, tant qu'on y était, autant continuer, n'est-ce pas? Elle était intelligente et riche, en plus de cela, et même ne haillons, Maxence restait persuadée qu'elle aurait toujours eut l'air aussi gracieuse. Forcément, tant de perfection en un seul être agaçait prodigieusement l'Esprit aux cheveux blonds, qui s'efforçait de s'acharner sur les défauts de personnalité qu'elle lui trouvait-puisqu'en trouver dans son physique relevait de l'impossible. D'accord, d'accord. Elle était peut-être belle, riche, intelligente, gracieuse, avec une superbe couleur d'yeux et des cheveux longs et brillants, mais cette beauté n'était que de glace. Entendre sa voix donner des ordres faisait frisonner Maxence, qui devinait l'inflexion d'une femme habituée à agir promptement mais jamais de manière irréfléchie. Mais tout ceci semblait tellement impersonnel qu'il était aisé de penser qu'Annahita Della'Morte était une statue dépourvue de sentiments. Pour sa part, Maxence la trouvait simplement hautaine, indifférente et prétentieuse. Quand on était tout ce qu'une femme pouvait désirer être, difficile de ne pas être prétentieuse, n'est-ce pas?

Maxence espérait qu'elle n'était pas heureuse dans sa vie, tiens. C'était peut-être gratuit et méchant, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Elle était parfaite? Allons, il fallait bien que quelque chose cloche, dans sa fichue vie! A chacun son lot de problèmes, ce n'était pas juste sinon. Le Neko devant elle aussi, devait avoir des problèmes, et ça même s'il souriait, personne n'était jamais complètement heureux. Sauf peut-être lorsque l'on est enfant, mais cela faisait longtemps que Maxence Baumgartner n'était plus une enfant. Quel malheur. Elle aurait bien voulu rester à jamais cette petite fille vive et souriante aux grands yeux verts courant dans les étroites ruelles de son village natale pour aller chercher du pain ou puiser de l'eau au puits. C'était le bon vieux temps; Et les anciens, elle trouvait, avaient raison de le regretter.

« Il n’y a pas de quoi, je ne l’avais même pas dis moi-même. En fait c’est notre très chère princesse qui a prononcé mon nom ce soir là. »

Si Annahita Della'Morte avait prononcé son nom, se fit remarquer Maxence, alors non, elle ne s'en souvenait carrément plus. Dans la mesure où cela n'avait toutefois pas l'air de déranger son interlocuteur, elle se contenta de maintenir sur ses lèvres un sourire et ne pas se répandre en vaines et inutiles excuses. Comme si c'était un crime que d'oublier un nom! Elle n'avait pas une mémoire à toute épreuve, elle, et n'était pas en mesure de retenir tous ceux qu'elle entendait au fil de la journée, encore moins lorsqu'elle ne les avait entendu qu'une seule fois, et dans de telles conditions de surcroit. Hmmm...Notre très chère Princesse? A la vue de la révérence grotesque que le jeune homme venait d'effectuer, Maxence en conclut qu'il ne devait pas apprécier la Princesse en question. Elle trouva cela bizarre, sur le coup, mais n'en fit rien paraitre. Dans son imaginaire déjà fertile, tous les Neko appréciaient la Dirigeante de la partie Ouest d'Illea, qui leur avait permit de rester sur ses terres-rien que ça! Mais bon, il pouvait avoir des idées différentes, ce n'était pas impossible.

Même si personnellement, elle ne se serait pas aventurée à se moquer de la Princesse Della'Morte ouvertement comme il le faisait, ni à lui répondre comme il l'avait fait la dernière fois. Soit il était sacrément inconscient, soit il était sacrément courageux, au choix. L'un dans l'autre, Maxence espérait que ça ne lui attirerait pas trop de problèmes.

« Je me nomme Scott McCloud. Vous n’avez pas à être confuse, bien que si c’est là le visage que vous avez lorsque vous l’êtes, je dois avouer que je ne vous empêcherais pas de le rester…. Enchanté vraiment. »

Les yeux de Maxence s'agrandirent sensiblement, alors qu'elle réprimait un petit éclat de rire. Oh, elle voyait où il venait en venir, celui-là! Il aurait fallut être aveugle pour ne pas le voir, et sans mauvais jeu de mots. Ainsi, il était enchanté? Scott McCloud...Ce nom avait beau prendre une drôle de sonorité avec l'accent du Neko aux yeux verts, il lui disait tout de même quelque chose. Ce fut comme une petite clochette qui vint tinter dans la mémoire de Maxence, qui n'arrivait pas, malgré tous ses efforts, à déterminer d'où provenait le tintement de la clochette. C'était agaçant et plaisant à la fois, agaçant car elle n'arrivait pas à se rappeler où diable elle avait pu entendre ce nom, et plaisant de se rendre compte que sa mémoire n'était pas encore assez trouée pour complètement la lâcher. Une sorte de petite victoire, que la demoiselle aux longs cheveux se garda bien de manifester à voix haute cependant: Au lieu de cela, elle hocha la tête, toujours souriante.

Sourire, c'était vraiment facile, et ça permettait de berner tant de monde...! Surtout quand nos yeux, au contraire de ceux des autres races, ne reflétaient rien qu'un immense vide. Celui qui avait dit que les yeux étaient le miroir de l'âme n'avait jamais connu les Esprits, c'était sûr.

« Scott McCloud? (Et Maxence espéra sur le coup l'avoir prononcé correctement) Je suis Maxence Baumgartner. Enchantée de faire votre connaissance également, cette fois-ci dans de meilleures conditions que la dernière fois que nous nous sommes vus. »

Comme quoi le hasard nous jouait parfois de bien drôles de tours, songea la jeune femme. Si elle avait pensé revoir cet homme un jour! D'ailleurs, elle ne savait pas s'il avait eut des ennuis suite à sa petite 'altercation'. La Princesse ne semblait pas être du genre à tolérer ce genre de débordements, tout devait filer droit avec elle, et Maxence le comprenait et l'acceptait. En matière de façon de régner, Annahita Della'Morte était certainement la meilleure, elle ne pouvait pas lui enlever cette immense qualité.

[J'avais posté avec Slanisa, le délire.X'D]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Jeu 2 Juin - 18:09

Respecter Annahita Della’Morte n’était pas vraiment quelque chose qui tenait Scott McCloud particulièrement à cœur. Ce n’était pas qu’il ne devait pas le faire, attention. Loin s’en faut, on a beau devenir Brigadier principalement pour ses compétences martiales, personne ne peux caresser l’espoir d’un jour devenir un des soldats les plus importants du royaume sans respecter la Princesse de ce dernier ! Scott savait qu’il était doué à l’épée, tout comme il savait qu’envers Annahita Della’Morte, il n’éprouvait pas de véritable respect. Mais mentir, jouer la comédie était un peu son lot quotidien. Sa personnalité enjouée était à la fois un masque social et quelque chose qui venait du plus profond de son cœur. En étant honnête quelques secondes, comment un jeune garçon avec une vie et un passé comme le sien, où il avait vu ses parents à la limite de la rupture aussi bien conjugale que vitale, où il avait perdu ses oreilles par la faute de son paternel bien plus tyrannique que dix Princesses Della’Morte, où il avait été forcé de se débrouiller seul pendant une période de temps dont lui-même n’arrivait plus très bien à déterminer l’origine… Un passé comme celui-ci laisse des marques. Deux marques sur sa tête qui avaient remplacé ses deux oreilles de chat, oreilles qui lui manquaient trop souvent. Il était sûr que si il avait encore ces deux choses sur le haut de son crâne, il serait bien plus crédible à parler avec cette jeune fille. Les Nekos n’avaient véritablement que cela pour se faire remarquer, peu de gens font en général attention à leur queue. Une queue de chat, Scott en avait toujours une, elle ondulait doucement derrière lui en ce moment même. Sa couleur dorée qui se reflétait au soleil indiquait bien que ses oreilles auraient été du même pelage si elles étaient encore présentes. Si elles étaient encore présentes, justement. Il n’avait plus ses oreilles. Et outre l’énorme handicap que cela avait déclenché chez lui, la difficulté de s’équilibrer, son ouïe qui avait drastiquement régressé… En plus de tout cela, il venait de comprendre que ce devait être à cause de ces deux membres en moins qu’il n’avait vraisemblablement pas marqué l’esprit de cette femme. Elle devait se souvenir de cette soirée avec la Princesse et l’autre brigadier noir. Elle devait se souvenir de cette nuit où il était apparut pour tenter de l’aider, comme il le pouvait sans être vraiment en mesure de réussir son coup. Elle devait s’en souvenir, même si elle n’avait vraisemblablement pas retenu son nom. Elle se souvenait au moins forcément de son échange avec la princesse. Oh oui, Scott s’en rappelait très bien. Il se souvenait avec beaucoup de précision chacune de ses altercations avec la belle de son cœur. Il aurait même été capable de dire le nombre de nuages dans le ciel lors de leur première rencontre, rencontre qu’elle avait oublié visiblement mais il ne lui en voulait pas. Ca n’était qu’une bousculade de couloir. Et si lui avait eu le coup de foudre, impossible qu’elle soit également de ce bord là. Elle n’était pas tombée amoureuse de lui à ce moment là. Dommage, oui il le regrettait amèrement. Mais cela lui donnait l’occasion de pouvoir la connaître un peu mieux. Enfin, autant que possible. Ne surtout pas laisser cette chance accordée par le destin maintenant. Au vu de tous les compliments qu’il avait fait à cette fille, elle devait bien avoir compris qu’elle lui plaisait énormément. Ou tout du moins qu’elle lui plaisait beaucoup. Il doutait qu’elle soit encore à même de bien comprendre à quel point il la trouvait magnifique. Parce que lui-même n’était pas en mesure de trouver des mots pour ça. Il devrait peut être en inventer spécialement pour l’occasion ? Ca serait sympa.

Enfin, en tout cas, le brigadier à l’épée sans oreilles de chat devait avouer qu’il n’était pas vraiment de ceux qui adulent la princesse du pays en la plaçant sur un piédestal. Oui elle était très belle et forcément très intelligente, sinon elle ne serait pas là actuellement. Oui elle était très forte, il se souvint un jour l’avoir vu s’entraîner au terrain où lui-même passait beaucoup de temps, elle avait tout simplement une technique incroyable. Plus forte que lui, aucun doute là-dessus, et plus forte encore que n’importe quel brigadier. Même un Esprit maître de la magie, Scott ne doutait pas qu’elle serait à même de le vaincre sans réels problèmes. Annahita Della’Morte combinait toutes ces qualités avec une compétence de reine à toute épreuve. Il suffisait de voir avec quelle main de fer elle régnait sur le royaume qui prospérait. Au moins pour lui et sa race, ainsi que pour les Esprits. Voire même encore plus pour ces derniers. Mais ce n’était pas parce qu’elle avait autant de qualités qu’elle méritait un vrai respect de la part de Scott. Elle avait, certes, laissé le clan Alcantha, dont le jeune homme faisait parti, s’installer en Illea. Et pour cela, elle méritait vraiment un respect de sa part. Pour autant, elle était une femme tellement hautaine et prétentieuse que Scott ne parvenait tout simplement pas à la supporter. Il l’évitait au possible, et essayait de ne jamais vraiment recevoir ses ordres d’elle. Pour être tout à fait honnête ce n’était pas Annahita Della’Morte qu’il respectait pour les avoir laissé s’installer en Illea, mais bien plus Samyra Alcantha qui était parvenu à conclure cet accord avec la Princesse. Oui, Scott respectait la chef de son clan, il l’admirait beaucoup. Elle était peut être la seule personne qu’il connaissait à pouvoir faire jeu égal avec Annahita Della’Morte. Bien qu’au final elle soit peut être moins envoûtante en beauté que cette dernière, la chef des Nekos était une personne qui avait mérité le respect de Scott, ce qu’il lui livrait avec une grande sincérité. Quand à la princesse Della’Morte eh bien… Disons que le statut quo était bien plus actif ici que dans les autres relations de Scott.

« Scott McCloud? Je suis Maxence Baumgartner. Enchantée de faire votre connaissance également, cette fois-ci dans de meilleures conditions que la dernière fois que nous nous sommes vus. »

Oui bon, c’est vrai que McCloud n’est pas son vrai nom et que Scott était en fait une version plus prononçable de son nom en langue neko. Après tout c’était le lot de tout les membres de sa race, d’adopter une sorte de pseudonyme en ces terres. Personne n’était capable de prononcer leurs noms de manière adaptée. Voilà pourquoi Scott s’appelait désormais ainsi. Il n’avait rien contre. D’ailleurs la jeune servante en face de lui avait parfaitement prononcé son nom, c'est-à-dire de la même manière que lui-même l’avait prononcé il y’a quelques instants. Avec un accent totalement humain, car c’était la langue populaire, même de ce coté du pays. Enfin bref, tout ça pour dire qu’il était plutôt content qu’elle soit en mesure de retenir son nom pour cette fois. Du moins il l’espérait. Avoir joué le héros du chapeau était une bonne chose pour lui, restait à marquer encore des points ! Et peut être qu’en partant, il réussirait au moins une fois à l’avoir à son bras. Hum non il s’emballait peut être un peu trop là…

Maxence Baumgartner… Il écouta son nom avec attention. En fait, à partir du moment où elle avait prononcé les mots ‘Je suis’ il avait levé ses oreilles le plus haut possible. Si ses deux oreilles de chat avaient encore été présentes, nul doute qu’elles se seraient soudainement misent dans une activité d’écoute attentive. Je suis… Maxence Baumgartner. Entendre ce nom était comme l’accomplissement d’une quête personnelle en quelque sorte. Depuis le temps qu’il rêvait de savoir comment elle s’appelait… Il avait souvent tenté de le deviner. Christina ? Camélia ? Adeline ? Un nom magnifique en tout cas. Forcément, même si son nom n’était pas magnifique en soi, elle l’était elle. Et donc son nom l’était aussi, CQFD. Maxence Baumgartner. Si Scott avait été un tant soi peu honnête il aurait reconnu intérieurement que ce nom n’était au final, pas si merveilleux que ça. Il était original, certes. Même assez masculin dans le corps d’une fille. Et il sonnait un peu étrangement. Baumgartner était déjà un peu plus féminin et plus harmonieux, mais conservait une sorte d’accent bizarre. Enfin, en tout cas ce nom n’était pas aussi mirifique que tout ce que Scott avait put imaginer jusque là. Oui, il se serait dit cela si il était honnête envers lui-même. Et si ca n’avait pas été son nom à elle. Maintenant, Maxence Baumgartner lui paraissait être le plus beau patronyme du monde. Maxence c’était original, et à la fois superbe comme nom. Et Baumgartner, c’était psychédélique, attirant ! Comme une sorte de soleil éblouissant, un soleil aussi brillant et doré que la cascade blonde si belle que Maxence avait dans son dos. Maxence… Ah, Maxence ! Scott aime Maxence. Ca sonne bien, non ? Lui il trouvait ça miraculeux que leurs deux noms soient aussi bien accordés. Et encore une fois il est dans un état où son mental analyse les choses de manière totalement subjective. On aurait put lui dire que Maxence était moins belle qu’Annahita Della’Morte et faire porter des haillons à Maxence, il n’aurait jamais cru cela. Pour lui, Maxence était presque tout. L’amour, l’amour… C’est un sentiment merveilleux quand même. Quoi que ça le rendait un peu niais maintenant. Mais il s’en fichait ! Après tout il avait enfin réussi à savoir son nom ! Rien que cette quête intérieure accompli le plongea dans un état d’euphorie particulièrement relaxant. Maxence Baumgartner… Ce soir avant de s’endormir, ce serait le nom qu’il murmurerait sur son oreiller, à coup sûr.

« Maxence Baumgartner alors, déclara le jeune Neko en le prononçant de la même manière que la jeune fille un peu plus tôt, donc d’une manière qu’il jugeait correcte. C’est un bien joli nom je trouve. Il vous va comme un gant. »

Il pencha sa tête sur le coté un court instant, avant d’afficher un air un peu plus soucieux, quoi que conservant son sourire. Rien ne pourrait entamer sa bonne humeur aujourd’hui. Il avait apprit le nom de sa dulcinée et en plus, il parlait avec elle dans de bonnes conditions. Oui, la journée était forcément bonne alors.

« Vous savez, je me suis souvent demandé si vous aviez eu des problèmes suite à ce fameux soir. J’ai essayé comme j’ai pu de vous aider, mais je crois que je n’ai réussi qu’a empirer les choses… Hum, je ne suis pas très fier de mon attitude ce soir là. Enfin, non si ! Je suis fier d’avoir essayé de vous défendre, mais pas de l’avoir fait d’une manière aussi… Hum, peu maîtrisée ? Enfin vous voyez j’aurais put essayer de faire quelque chose d’autre et en plus j’ai menti en prétendant être proche de vous, donc en prenant mes rêves pour la réalité et….euh... »

Il s’arrêta un court instant, ses yeux s’agrandissant au fur et à mesure de ses paroles. Oui, au cas où quelqu’un ne l’aurait pas compris, là il est dans un énorme état de stress. Son cœur bat un peu trop fort, comme si il était sur le point de sortir de sa poitrine et de hurler à Maxence ‘Je t’appartiens entièrement ma jolie !’. Enfin, si tant est qu’un cœur puisse parler, bien évidemment. Le jeune homme blond se mordit la lèvre inférieure avant de baisser doucement la tête et de se voûter le dos pour adopter une posture d’excuse.

« Hum je… suis désolé… ? »




[Moi je suis aussi stressé que Scott. Là je prends un gros risque, elle va peut être le prendre pour un stalker.O__O]
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Ven 5 Aoû - 4:20

Maxence n'était pas une femme qui se laissait aller à se plaindre souvent. Si, se plaindre des petites choses du quotidien, exagérément, pour faire rire son entourage, ça ne la dérangeait pas. Mais étaler sa vie privée en en faisant des tas et des tas pour que les autres s'apitoient sur son sort, ce n'était pas son genre. Les regards de pitié posés sur elle la gênaient plus qu'ils ne la satisfaisaient; Elle avait peut-être vécu des choses difficiles par le passé, mais elle n'était pas la seule à avoir pleuré à cause de mauvais coups du sort. Puis, le passé était le passé. Aujourd'hui, Maxence Baumgartner avait dix-huit ans, n'était plus une enfant perdue errant au hasard des rues, dans l'espoir de trouver un petit travail afin de faire vivre sa famille. Elle était une adulte (presque) responsable qui travaillait durement mais avec plaisir au beau et grand château de l'Ouest, ce qu'elle considérait pas ailleurs comme un honneur. Depuis toujours, Maxence avait rêvé de Princes et de Princesses, à plus forte raison car les enfants du Roi avaient son âge. Elle s'était parfois imaginé ce que ça serait, que de vivre entourée de richesses, avec des robes tellement belles qu'on ne pouvait pas se les représenter avant de les avoir vues. Toutes ces illusions s'étaient brisée le jour où elle avait parlé à cet homme dans cette ruelle trop sombre-Mais ça lui convenait. Il faut bien laisser s'envoler nos rêves à un moment, n'est-ce pas? Les Grands-enfants sont les plus à plaindre en ce monde, coincés dans un corps qui ne cesse de vieillir, indifférent à la joie de leur esprit. Elle avait souffert, oui. Beaucoup, sans doute. Mais ce n'étaient maintenant plus que de mauvais souvenirs, qu'il fallait oublier. La vie s'offrait à elle, et elle comptait bien en profiter! D'autres avaient vécus des choses bien pires, il fallait cesser de se plaindre. Même si elle avait été une Princesse, elle n'aurait pas été à l'abri du malheur. Pour preuve: Le Prince et la Princesse avaient perdus leurs parents. Elle, elle n'avait perdu que son père. Que les sept Dieux puissent garder sa mère, et ce pour longtemps encore!

Non, vraiment. Pourquoi pleurer quand on peut sourire? Sa vie n'était pas atroce, loin s'en faut. Elle avait même envie de chanter, sur le coup, tiens! Repensant à sa famille, Maxence se sentie l'envie irrépressible d'aller lui rendre visite. Mais ils habitaient loin, elle ne pouvait pas aller les voir tous les jours. Fixant Scott sans en avoir l'air, elle ne pu s'empêcher de se demander à quoi pouvaient ressembler ses parents. Auquel il ressemblait, elle se demandait? Sa mère, son père? Elle, elle avait les cheveux de sa mère, et les yeux de son grand-père maternel. Un joli mélange de son père et sa mère, bien que tout le monde s'accordait à dire qu'elle ressemblait plus à sa mère qu'à son père. Son frère, lui, ressemblait plus à leur oncle, qui même si elle ne l'avait pas connu, d'après les dires de sa mère, était très beau. La loterie génétique, on y gagnait pas tous. Mais son frère était vraiment beau, Maxence le jurait! Sinon, les passants, quand il était petit, ne se seraient pas arrêtés pour le complimenter sur son joli visage.

Mais elle s'égarait, hum. Ce n'était pas sa faute; Chaque tête blonde de ce monde lui rappelait sa famille, elle en avait peur.

« Maxence Baumgartner alors. C’est un bien joli nom je trouve. Il vous va comme un gant. »

Maxence hocha doucement la tête avec un sourire pour le remercier, concentrant toute son attention sur le visage de son interlocuteur. Il était plutôt beau, bien qu'un peu petit, mais c'était là le lot de tous les Neko, de ce qu'elle en savait. Alors finalement, il devait même être grand pour un Neko, donc elle n'aurait pas du se faire la remarque qu'il était petit, tout compte fait, puisque ce n'était pas le cas. Woh, c'était compliqué, ces histoires de tailles! Maxence se savait d'une taille moyenne, et en était tout à fait satisfaite, quoi que ça ne l'aurait pas dérangé' d'être un peu plus grande. Comme ça, elle aurait eu de magnifiques jambes longues et fines! Aaaah...Tiens, elle avait trouvé ce qui l'amusait dans le visage de Scott! Il faisait un parfait prince charmant. Comme dans les contes pour enfants, avec un costume blanc et parsemé de coutures dorées. Il aurait du faite du théâtre! Ça aurait été drôle.
« Vous savez, je me suis souvent demandé si vous aviez eu des problèmes suite à ce fameux soir. J’ai essayé comme j’ai pu de vous aider, mais je crois que je n’ai réussi qu’a empirer les choses… Hum, je ne suis pas très fier de mon attitude ce soir là. Enfin, non si ! Je suis fier d’avoir essayé de vous défendre, mais pas de l’avoir fait d’une manière aussi… Hum, peu maîtrisée ? Enfin vous voyez j’aurais put essayer de faire quelque chose d’autre et en plus j’ai menti en prétendant être proche de vous, donc en prenant mes rêves pour la réalité et….euh... »

Maxence afficha un air intrigué, puis ses lèvres s'étirèrent de nouveau en un sourire amusé. Ah...Ses rêves pour des réalités? Il devait sérieusement bien l'aimer, alors! Continuant de le détailler, Maxence senti que ce jeune homme était anxieux, aussi réprima-t-elle le petit rire qui menaçait de passer le cap de ses lèvres. A quoi bon l'embarrasser encore plus? Lorsqu'il baissa la tête, avec un mot d'excuse, elle secoua sa propre tête de gauche à droite en une petite négation. C'est bon, elle n'avait rien eu de plus qu'un avertissement de la part de la Princesse-quoi que rien que ça était effrayant, dans un sens. Enfin, comme elle n'avait pas perdu son travail, tout allait bien!

« Ça va. Vous avez essayer de m'aider, et je vous en suis reconnaissante, c'était courageux de votre part, tout de même. C'est plutôt vous qui auriez pu vous attirer de graves ennuis. »

Elle poussa un petit soupir, avant de reprendre, sur un ton léger et poli à la fois:

« Vous n'avez pas à vous inquiéter pour moi, vraiment. Je suis plus coriace que j'en ai l'air! »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Ven 5 Aoû - 13:08

‘Est-ce qu’elle me trouve beau ?’

C’était une phrase simple qui résumait pourtant assez bien les pensées actuelles du brigadier noir en cet instant. Sa pire crainte était qu’elle le trouve laid, qu’elle ne le trouve pas à son goût. Si c’était le cas, il était vraiment malchanceux quand même ! Parce qu’en toute honnêteté, Scott ne se trouvait pas laid, loin s’en faut. D’ailleurs il prenait souvent soin de son apparence, on est un joli cœur ou on ne l’est pas. Et lui, il l’était. Ou tout du moins, il pensait l’être. En tout cas, à moins que toutes ses conquêtes jusqu’à présent ne lui aient menti effrontément sur son apparence physique, il avait eu la confirmation qu’il était en règle générale plus beau que la moyenne. Assez pour plaire à la servante de ses rêves ? Maxence Baumgartner… Il ne savait pas quels étaient ses goûts en matière d’hommes. Il s’estimait beau, mais peut être qu’elle n’aimait pas son apparence globale ? A titre purement personnel, Scott se souvint d’une de ses précédentes conquêtes. Une Esprit, aux cheveux de couleur roux et portant des lunettes lui donnait l’air d’une intellectuelle. Sauf qu’elle était proprement insupportable. Et stupide. Il n’était sorti avec que parce qu’elle avait l’air de le trouver attirant, d’ailleurs c’était bien le cas, et que lui-même avait à ce moment là besoin d’affection. Bien évidemment, ça n’avait pas duré longtemps, elle était un peu trop insupportable à son goût. Elle devait s’être trouvé quelqu’un d’autre maintenant. Il n’en savait strictement rien, vu qu’elle avait déménagé, bonne chose d’ailleurs. Enfin, tout ça pour dire que depuis cette demoiselle, Scott McCloud n’aimait vraiment pas sortir avec des filles aux cheveux de la couleur du feu, et portant d’horribles lunettes rondes. Un peu comme la plupart des hommes d’ailleurs, il estimait. Peut être que, de la même manière, Maxence Baumgartner n’envisageait aucunement sa vie avec un jeune garçon blond aux yeux verts ? Si c’était le cas, il était fortement embêté. Changer la couleur de ses cheveux et de ses yeux était relativement difficile… Mais il le ferait tout de même. Il était amoureux après tout, totalement amoureux d’elle. Oh, mais et si elle n’était pas… Hétérosexuelle ? Ah oui, partant de là ça serait beaucoup, BEAUCOUP plus dur de lui plaire. Il ne pouvait pas vraiment changer de sexe après tout, sinon il y’aurait pas mal de gens qui seraient tentés par l’expérience. Peut être que les Esprits le pouvaient, grâce à leur magie ? Il n’en savait strictement rien. Pour lui la magie, c’était un domaine pratiquement inconnu. Du moins inconnu pour lui. Il avait parfois tué des magiciens, parfois fais face à la magie, comme tout bon brigadier qui se respecte après tout, mais à titre purement personnel, il ignorait si cet art avait de réelles limites. D’accord, ils peuvent lancer des boules de feu et de la glace, okay ils peuvent faire du vent et des bourrasques…. Mais encore ? Ca s’arrête là ? Maxence était une Esprit, pas vrai ? Elle pouvait peut être faire autre chose de son coté ? Quelque chose du genre, changer d’apparence à volonté ? Ou peut être même qu’elle pouvait voler…. Quoi que, les Esprits avaient tous des ailes. Ils devaient tous êtres à même de voler quand on y réfléchissait bien. Rha, c’est compliqué ! Bon, eh bien si il venait à devenir l’amant et le petit ami de la demoiselle Baumgartner, il espérait bien qu’elle lui donnerait quelques petits cours là-dessus. Aucune chance qu’il parvienne à maîtriser une quelconque forme de magie, mais au moins il aurait la curiosité satisfaite !

Alors, elle le trouvait beau ou pas ? Bonne question, oui franchement. Scott la trouvait magnifique, elle. Elle avait un air un peu comme lui. Des yeux verts, plus foncés que les siens, et de superbes cheveux blonds qui étaient aussi un peu plus sombres que les épis de blé présents sur la tête du Neko. Elle était vraiment sublime, et en plus elle lui ressemblait un peu ! Que demander de plus, sincèrement. Est-ce qu’elle était d’accord avec ça, elle ? Est-ce qu’elle n’aimait vraiment pas entretenir une relation avec quelqu’un qui se rapprochait d’elle, physiquement ? Peut être que si c’était le cas, il n’avait dès lors plus aucune chance de la séduire…. Ah, qu’est ce que tout cela était embêtant ! Pourquoi ne pouvait-il pas tout simplement lui dire qu’il était fou d’elle, et la courtiser jusqu’à ce qu’il obtienne une vraie réponse ? Et si cette dernière était négative, eh bien… Il la courtiserait encore ! Il se battrait jusqu’au bout pour conquérir l’amour de sa vie ! C’était débile, et ça il le savait. Après tout, il ne la connaissait pas tant que ça… Il ne l’avait croisée qu’une seule fois au détour d’un couloir, une bousculade un petit rire et mot d’excuse, puis une disparition furtive. Et depuis ce jour, le cœur de Scott McCloud ne bat que pour la demoiselle dont il venait juste d’apprendre le nom. C’était vraiment stupide. Mais peut être que c’était justement parce que c’était stupide qu’il adorait ça.

« Ça va. Vous avez essayé de m'aider, et je vous en suis reconnaissante, c'était courageux de votre part, tout de même. C'est plutôt vous qui auriez pu vous attirer de graves ennuis. »

Scott but ses paroles en toute discrétion, savourant les compliments qu’elle prononçait à l’égard du brigadier. Ah, quelle voix magnifique…. Espiègle, douce, amusante, amusée… Tout pour plaire ! Il ne comprenait pas qu’on puisse préférer la voix de la princesse. Qui était une femme magnifique, en toute honnêteté, mais qui lui paraissait si froide par moment qu’il n’envisageait même pas de lui parler comme il était en train de le faire avec Maxence. La froideur, la rigidité glacée… Tout ça, Scott le trouvait relativement affreux. Il préférait la vie, la gaité. La chaleur d’un sourire et d’une voix qui respirait la joie de vivre. Pouvait-on vraiment lui reprocher de préférer le bonheur au malheur ? Du moins, c’était son point de vue personnel.

« Vous n'avez pas à vous inquiéter pour moi, vraiment. Je suis plus coriace que j'en ai l'air! »

…. Wuoooups. Ca y’est, maintenant elle avait réveillé ses pulsions masculines. ‘Je suis plus coriace que j’en ai l’air !’ C’était la phrase qui venait de le faire décoller, si on pouvait parler ainsi. Réfrénant au possible son envie assez puissante d’embrasser passionnément la jeune fille aux cheveux blonds, Scott lui renvoya un sourire avant de regarder un temps autour de lui, pour reposer son regard sur ce visage aux traits si magnifiques. Ah, l’amour, l’amour…. Ca rendait vraiment débile, hein ?

« Peut être, mais c’est mon devoir de protéger la populace ! Car en fait, je suis un justicier masqué. Mais chut, faut pas l’dire. »

Il avait dit ça d’un ton très sérieux, baissant quelque peu la voix au moment de la révélation de son ‘identité secrète.’ Bien évidemment, après l’avoir dit, il la regarda droit dans les yeux, puis il rigola un bref instant avant de prendre une petite inspiration. Ca l’avait un peu calmé au niveau du bas ventre de prétendre être Nekoman. De ce fait, il put lui poser une question un peu moins tendancieuse que ‘Vous n’avez pas envie que je vous enlace tendrement ? Hein, s’il vous plaît ?’

« D’ailleurs, je me dois de ce fait de vous escorter jusqu’à votre destination. Où donc vous rendiez vous avant que je ne sauve la vie précieuse de votre couvre chef ? »

La précieuse vie, plutôt. Pas la vie précieuse. Il avait parfois quelques lacunes quand il voulait imiter la façon de parler de la cour, dans l’optique de se moquer d’eux. Même si il était très sérieux quand au fait de l’accompagner. Maintenant qu’il l’avait trouvée, hors de question de la laisser partir sans obtenir un rendez vous supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mar 27 Sep - 3:20

Maxence n'était pas très douée en amour. On aurait pu croire, comme ça, à voir tous ses petits-amis, qu'elle avait de la chance auprès des garçons, mais ça n'aurait pas été tout à fait vrai. Certes, elle avait eut de nombreux petits-amis au cours de sa vie. Des garçons auxquels elle avait prit le bras, qui l'avaient accompagnée quelque fois faire les boutiques, et qu'elle avait mit dans son lit. Mais ce n'était jamais par amour qu'elle les avait abordé, ni pour commencer une relation tendre et pleine de sentiments. Non. Si elle et ce garçon étaient ensemble, c'était juste pour passer le temps, pour se prouver qu'ils étaient vivants, et qu'ils faisaient ce que bon leur semblait de leur petite vie. C'était pour se prouver qu'ils pouvaient se rencontrer et se quitter sans verser des torrents de larmes, pour se dire que la vie à deux n'existait pas uniquement dans les livres. Pour prendre du plaisir le soir, et se féliciter de pouvoir ressentir ce plaisir. Maxence n'aimait pas être dépendante de quelqu'un, et quand elle allait avec un homme, c'était uniquement pour débuter une relation superficielle qui finirait plus dans le lit qu'ailleurs. Elle détestait penser qu'elle pourrait un jour pleurer le départ d'un homme, car c'était vraiment trop stupide. L'amour, de ce qu'elle en avait vu, existait bel et bien. Sa mère et son père s'aimaient, aucun doute là-dessus, et sans doute sa mère aimait-elle encore son père. Les couples s'aimaient et se séparaient, mais quand on s'attachait émotionellement, quand on se disait que cette relation n'était pas uniquement basée sur le sexe, alors ça faisait mal. On avait déjà assez à faire avec notre famille et nos amis, l'amour n'était qu'une pierre en plus sur le chemin, augmentant nos chances de tomber à terre et nous faire mal.

Les âmes sœurs existaient, Maxence le savait. Mais combien parvenaient à trouver la leur, dans ce vaste monde? Elle aussi en avait sûrement une, mais comment savoir si elle ne se trouvait pas par-delà les océans? C'était un pari perdu d'avance que d'essayer de la chercher. Le monde était trop vaste et contrairement à certains, elle n'avait jamais eut de chance. Certains la trouvaient, oui, mais ils étaient rares. C'est pour cette raison que, scrutant les traits du visage de Scott, elle espéra qu'il essayait juste de la mettre dans son lit. Elle accepterait volontiers, et cette liaison sans lendemain serait satisfaisante, pour l'un comme pour l'autre. Essayer de s'attacher, c'était montrer ses faiblesses à un inconnu. Maxence ne le voulait pas.

Passion ne rimait pas avec amour. La jeune Esprit aux yeux verts préférait de loin la passion; C'était plus facile, et au moins, on se prenait moins la tête!

« Peut être, mais c’est mon devoir de protéger la populace ! Car en fait, je suis un justicier masqué. Mais chut, faut pas l’dire. »

Un justicier masqué? Maxence pouffa légèrement à cette réplique. Ça, elle n'en doutait pas, qu'il se faisait un devoir de protéger la populace. Toutefois, il aurait mieux valu qu'il la protège des assassins et des criminels en tout genre plutôt que de la Dirigeante de leur beau pays? Si Maxence avait des ennuis ou se faisait renvoyer, elle savait que ce serait justifié. Elle serait allée trop loin, aurait désobéit, et mériterait sa sanction. Quand la Princesse ordonnait, on se devait d'obéir, car elle représentait la loi et la justice de ce morceau du pays. En allant à l'encontre de ses souhaits, on portait atteinte aux lois, on se dégageait de la masse, et pas en bien. Et honnêtement, ça aurait chagriné Maxence que Scott finisse ses jours au fond d'un cachot humide pour avoir agit sans réfléchir. Il était mignon, qu'on le laisse à l'air libre et aux femmes. Ou aux hommes, hein, elle n'avait rien contre. A bien y penser, c'était même adorable. (YAOISTE.8D)

« D’ailleurs, je me dois de ce fait de vous escorter jusqu’à votre destination. Où donc vous rendiez vous avant que je ne sauve la vie précieuse de votre couvre chef ? »

Hum. Maxence ne savait pas si c'était la manière naturelle de parler de Scott, ou s'il essayait encore de singer quelqu'un ou quelque chose, mais ça lui fit froid dans le dos. Qu'il arrête, elle ne voulait pas être mêlée à elle ne savait trop quoi, elle était déjà dans le colimateur de la Princesse et d'un Brigadier, en plus. Du respect, que diable...! Néanmoins, elle ne montra pas son trouble, se contentant de sourire, encore et encore. Où se rendait-elle avant qu'il ne sauve la vie précieuse de son couvre-chef? Eh bien...

« J'étais à la recherche d'une amie. On devait acheter des cadeaux pour le mariage de son frère, mais je l'ai perdu de vue. (Elle haussa les épaules, l'air comme désolée) Alors je cherchais un peu au hasard. »

Oui, c'était franchement pathétique. Où avait bien pu passer Lamie? C'était encore sa faute si elles s'étaient séparées, Maxence n'arrêtait pas de regarder à gauche et à droite, alors forcément, elle l'avait perdu de vue. Enfin, elle doutait que ce garçon puisse l'aider, dans tous les cas. Elle ne se rendait pas à un lieu précis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mar 27 Sep - 14:03

En matière de sentiments amoureux, Scott Mc Cloud était légèrement mal parti. Car c’était bien simple, il n’était que très rarement tombé vraiment amoureux. S’étant enfui de chez lui relativement tard et n’étant arrivé dans la capitale qu’à l’âge de 15 à 16 ans, Scott devait avouer pour le coup que questions amour, il avait fait pas mal le tour en si peu de temps. Des petites amies, des jeunes filles consentantes ou même des filles qu’il appréciait un peu plus que physiquement parlant. Il avait déjà connu des demoiselles superficielles, qui préféraient avoir une simple relation sexuelle plutôt qu’une véritable histoire. Lui-même n’avait rien contre, attention ! Il préférait même le coup du soir à une relation durable dans un sens, puisqu’elle lui avait permit de devenir aussi expérimenté qu’il l’était à présent. Mais pour avoir également connu le bonheur d’être en couple, il savait bien que maintenant il avait besoin de se stabiliser. Ses précédentes tentatives avaient toutes lamentablement échouées. Il se souvenait plus particulièrement de Fanny, cette jeune fille avec laquelle il avait eu sa première véritable histoire sérieuse. En fait, il était même sorti avec avant de commencer à procéder aux plusieurs coups d’un soir. Leur histoire était assez stable. Il avait même cru pendant longtemps qu’ils finiraient mariés avec des enfants ! Mais elle l’avait jeté, lamentablement. Si sur le coup, il n’avait pas vraiment compris pourquoi, maintenant il voyait déjà plus la raison pour laquelle Fanny l’avait aussi méchamment plaqué. Ils ne s’entendaient juste pas du tout. Ils étaient ensembles, couchaient ensembles, c’était même ensembles qu’ils avaient perdu leur virginité. Mais ils ne se parlaient quasiment jamais. C’était assez vexant dans un sens, d’arriver à pareil constat pour le jeune Neko. Et depuis cette histoire, il avait enchaîné quelques coups d’un soir, quelques filles avec lesquelles il était resté un petit moment mais sans jamais s’engager au-delà de la simple relation charnelle. Ce qui arrangeait bien mesdemoiselles d’ailleurs, car ainsi, elles pouvaient également aller voir ailleurs ! Sa dernière ‘véritable’ petite amie n’avait malheureusement pas non plus été la bonne. En plus, elle était Humaine, leur histoire était déjà mal partie à la base. Ils n’étaient plus ensembles maintenant. Il avait même entendu dire qu’elle s’était fiancée à un autre Humain. Tant mieux pour elle. Lui, ça ne le regardait plus. Une fois le cœur brisé, la deuxième fois avait été plus douce, surtout qu’il avait compris le pourquoi de leur rupture. Et c’est ainsi qu’il en était maintenant. Des coups du soir, quelques véritables amourettes… C’était ainsi que se présentait sa vie sentimentale de manière concrète.

Pourtant, maintenant qu’il faisait face à Maxence et qu’elle le regardait en souriant, il s’accordait une ultime chance. Elle était magnifique. Elle était vraiment splendide dans sa tenue de simple jeune fille. Pas une fille comme il en avait connu certaines, superficielle et couverte d’argent. Même si il était sans doute le cas que Maxence aimait le luxe, Scott ne voyait pas cette partie d’elle dans son apparence. Tout commence avec l’apparence qu’on disait. Et lui, il trouvait cette apparence si merveilleuse qu’il ne l’envisageait même pas comme le coup de ce soir. Non, Scott n’avait fichtrement aucune intention de mettre Maxence dans son lit. Il voulait l’avoir à son bras. Et heureuse. Pas simplement parce qu’il la comblait sexuellement, mais bien parce qu’ils étaient amoureux. Lui, l’était. Etrange qu’il n’aurait pas vraiment sût dire pourquoi d’ailleurs. Il l’aimait, du plus profond de son être. Pour une raison assez floue en plus. Il ne l’avait pourtant que très peu connue, non ? Croisés au détour d’un couloir, près des appartements de la Princesse, et maintenant… Ca faisait trois fois en tout. Et dès la première fois, Scott était tombé amoureux de Maxence. Est-ce que c’était normal de ressentir une telle passion pour un être croisé aussi peu souvent ? Le brigadier ne savait pas. Il devait avouer que c’était la première fois que son cœur battait plus fort que son sexe en aussi peu de temps ! Pour le coup il aurait même pu se contenter de simplement rester à coté d’elle. Coucher avec ? Non, ça ne l’intéressait pas. Pas encore tout du moins. IL ne voulait avoir ce genre de rapport avec elle que si ils étaient vraiment ensembles. Ca perdait tout son charme sinon. Il voulait être avec elle. Et pas que pour la nuit qui arrivait, mais bien pour tout le reste de son existence. On aurait put le croire fou, à voir comment il pensait. Mais il s’en fichait. Il voulait bien être fou mille fois si cela lui permettait de sortir officiellement avec Maxence.

« J'étais à la recherche d'une amie. On devait acheter des cadeaux pour le mariage de son frère, mais je l'ai perdu de vue. Alors je cherchais un peu au hasard. »

A l’écoute du mot ‘mariage’, Scott tiqua soudainement, l’air bien plus intéressé qu’avant. Oh, alors comme ça elle cherchait à acheter un cadeau de mariage ? Est-ce que c’était un signe qu’elle aille assister à la cérémonie de quelqu’un d’autre alors qu’en chemin, elle croisait quelqu’un qui nourrissait l’espoir de l’épouser ? Il ne savait pas, mais pour le coup il trouvait ça cocasse et mignon à la fois…. ! Il se détendit un peu plus, souriant de manière plus bienveillante. L’humour d’imiter la cour, ça allait bien deux minutes, mais maintenant il fallait être un peu plus sérieux de son propre avis. Alors, continuer la conversation. Maintenant et tout de suite, le plus important c’était d’avoir une saine relation avec son interlocutrice.

« Ah, je vois. Effectivement, ça doit être assez problématique comme situation… Vous n’avez aucune idée précise d’où chercher… ? »

Il avait dit ça sur un ton un peu hésitant, comme si il avait peur de la blesser en avançant ce type d’hypothèse. A ses yeux, Maxence était un peu comme un trophée vivant qu’il désirait obtenir et chérir jusqu’à la fin de sa vie. Quoi que non… Comparé un être aussi magnifique à un objet aussi dérisoire qu’un trophée lui parut soudainement très déplacé. Il eu un petit sourire gêné, avant de poursuivre.

« Si vous voulez, je peux vous aider, hein ! Je veux dire, sérieusement. Et pas parce que j’ai sauvé votre chapeau ou quoi, hein… Mais je n’aurais pas la conscience tranquille d’avoir laissé une si jolie demoiselle dans le besoin. »

Il eut un très, trèèèès léger rire qui ne dura pas plus d’une seconde ou deux, avant de la regarder de nouveau en penchant sa tête sur le coté, l’air plus sérieux mais malgré tout souriant et sympathique. Oui, il était prêt à l’aider. Elle pouvait utiliser sa magie ou voir dans son cœur comme elle le voulait, Scott McCloud était tout à fait sincère quand au fait d’apporter son aide à Maxence. Il était amoureux d’elle. Transi amoureux d’elle. Il fallait juste le cacher assez longtemps, il ne voulait pas non plus lui faire peur… Mais était-ce sa faute ? Il l’aimait. Il voulait être avec elle. Elle devrait déjà s’estimer heureuse qu’il ne lui sorte pas une déclaration d’amour brûlante sur la minute qui suivait, parce que ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Il ne le fit pas. Il continuait de sourire, faisant de son mieux pour avoir l’air intelligent, et gardant son visage sympathique. S’il vous plaît, mademoiselle Maxence… Vous ne voudriez pas lui accorder sa chance ?

Oh, ça rime. Il aurait peut être dut lui faire un poème tout compte fait.
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mar 8 Nov - 3:51

Maxence décevait beaucoup sa mère, elle devait l'avouer. Enfin, décevoir, c'était peut-être un peu exagéré, comme terme! Disons qu'elle faisait tout ce que sa mère jugeait nuisible à la bonne vie d'une jeune fille respectable. Il fallait dire que Caralia Baumgartner, ayant perdu très jeune ses parents et ayant du s'occuper de ses jeunes frères et sœurs, avait une vision plutôt pragmatique et juste de la vie. Une vision de vieille dame qui serait déjà passée par maintes et maintes épreuves. Apparemment, flirter sans but avec divers garçons sans songer sérieusement au mariage n'était pas quelque chose de bon pour sa santé. De un, car elle risquait d'attraper une maladie un jour ou l'autre, et de deux, car elle risquait non pas cette fois-ci de tomber malade, mais de tomber enceinte, et ce serait encore plus embêtant que de devoir rester au lit avec la fièvre. Maxence le concédait, ce qu'elle faisait n'était pas recommandable, et à long terme, ne la mènerait nulle part. Devenir une fille-mère était la pire chose qui puisse arriver à une jeune femme, la plus honteuse surtout. C'était la raison pour laquelle sa mère ne cessait de lui répéter qu'il fallait attende le mariage pour se livrer à ces nécessités, et arrêter de papillonner comme le ferait un homme. Eux n'avaient pas ce genre de problèmes, Maxence le savait bien. Elle savait aussi que si une de ses conquêtes l'engrossait sans le vouloir, il ne s'occuperait ni d'elle ni de l'enfant. L'inquiétude constante de sa mère à son égard était totalement justifiée: Elle faisait tout ce qu'il ne fallait pas faire pour avoir une belle vie sans soucis. Mais cesser de le faire, c'était dire Adieu à ce semblant de liberté qu'elle s'octroyait chaque fois qu'elle mettait un homme dans son lit; Elle ne pouvait pas s'en passer.

Pas après ce qui s'était passé, elle voulait dire. On lui avait imposé des hommes qu'elle n'avait jamais voulu toucher et qui l'avaient profondément dégoûtée. S'ils pensaient qu'ils étaient les seuls à décider de ce genre de choses, ils se trompaient! Plus personne ne l'obligerait à aller dans un lit dans lequel elle ne désirait pas aller. Puis, elle ne désirait pas se marier... Pas tout de suite, en tout cas. Pas avant une bonne trentaine d'année, si elle ne changeait pas d'avis avant, bien entendu. Elle ne se sentait pas prête à devenir une mère ou une épouse, elle était encore bien trop jeune pour ça. Elle avait besoin de s'amuser et prendre les choses à la légère avant de devoir endosser de lourdes responsabilités. Parce que, mine de rien, une fois la bague au doigt et le ventre rond, elle devrait faire preuve d'une attitude exemplaire. Et ce n'était pas pour elle, pas tout de suite.

Peut-être que cette vie avait convenu très tôt à sa mère... Mais elle, elle était jeune et voulait agir comme telle. Wouhou! A bas les responsabilités! Elle voulait pouvoir gambader dans la campagne, et...

« Ah, je vois. Effectivement, ça doit être assez problématique comme situation… Vous n’avez aucune idée précise d’où chercher… ? »

La voix de Scott la sortie brutalement de ses pensées, et Maxence élargit son sourire pour couvrir son léger sursaut. Ah oui, c'était vrai, elle avait perdu Lamie! Et elles cherchaient des cadeaux de mariage, d'ailleurs. Il n'allait pas falloir qu'elle sorte une chose pareille le jour venu, elle n'était pas certaine que les invités apprécieraient. Quand on se sentait prêt à fonder une famille, à quelque âge que ce soit, alors on était libre de le faire. Ce n'était pas parce que Maxence trouvait tout ça ennuyant et inutile que le frère de Lamie et sa future épouse en pensaient autant. C'était censé être le plus beau jour de leur vie, elle n'allait pas leur gâcher ce moment de bonheur, non plus, n'est-ce pas? Maxence savait se montrer respectueuse et compréhensive.

« Si vous voulez, je peux vous aider, hein ! Je veux dire, sérieusement. Et pas parce que j’ai sauvé votre chapeau ou quoi, hein… Mais je n’aurais pas la conscience tranquille d’avoir laissé une si jolie demoiselle dans le besoin. »

Oh? Il était bien aimable, ce Neko aux cheveux blonds, alors, pensa Maxence. Pourtant, il devait y en avoir beaucoup d'autres, des demoiselles dans le besoin en ville, et plus jolies et convenables qu'elle. Mais s'il voulait l'aider, alors elle n'allait pas le repousser, non plus! Toute seule, elle était certaine de se perdre encore plus et ne jamais retrouver Lamie. Inutile de préciser que cette perspective n'enchantait pas vraiment l'Esprit aux yeux verts. Bien, bien, bien... Tant qu'il n'avait pas de gestes déplacés, elle voulait bien marcher à côté de lui!

Elle plaisantait, évidemment, en disant cela. Uh uh.~

« Oh, je veux bien que vous m'aidiez, en effet! Sinon, je ne la retrouverais jamais, et ce serait plutôt embêtant, hein... Je ne suis pas très dégourdie, parfois. Elle a du aller dans le centre ville, ou n'importe où il y a des boutiques. »

Elle s'arrêta de parler un instant, les sourcils froncés. Puis elle mit sa main à hauteur de ses yeux.

« Mon amie est assez petite, comme ça, vous voyez? Elle a les cheveux bleus foncés, longs, et les yeux marrons. Elle s'appelle Lamie. Si vous la voyez, de toute façon, vous allez la reconnaître! Elle a un gros bouquet de fleurs dans les bras. Enfin, elle en avait, la dernière fois que je l'ai vu. »


Suite à cela, Maxence adressa un immense sourire à Scott. Au moins, avec cette description, s'il pensait voir Lamie, il lui dirait. Et ils iraient bien plus vite dans leurs recherches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Mar 8 Nov - 4:43

Si Scott aurait put dire quelque chose à Maxence sans se préoccuper de ce qu’elle pourrait penser de lui après, par un coup très étrange du sort, sans doute lui aurait-il demandé comment elle envisageait la suite de sa vie. Parce qu’au final, c’était ça qu’il voulait. Scott McCloud avait vécu les passions amoureuses, un peu trop à son goût d’ailleurs. Son arrivée dans l’armée à un âge aussi jeune lui avait fait vivre tout ce qui fait grandir un jeune garçon en un temps accéléré. Il avait dût avoir des relations avec bien plus de filles en trois ans que beaucoup d’autres soldats de sa connaissance. Enfin, ça dépendait… Parce qu’en effet, beaucoup de ses conquêtes étaient des soldats au même rang que lui. Soldats… Soldates ? Tiens, il n’était pas sur que le mot avait un féminin en fait. Mais ça ne le dérangeait pas de penser que c’était soldates. Après tout, il était totalement hétérosexuel, de ce fait il aurait difficilement put avoir ce genre de relations avec une personne du même sexe que lui. Non pas qu’il détestait la compagnie des hommes, loin de là, mais celle des femmes avait des avantages tellement plus… Eh bien, avantageux ! Le fait d’être plus confortable d’abord… Une femme, c’était confortable, trouvait Scott. Ca avait un corps si beau et si doux qu’on avait envie de le serrer contre soi, comme une peluche mais en plus chaud et plus affectueux. Et puis avec une femme, on pouvait faire des choses que Scott appréciait vraiment beaucoup. Il aurait été mentir de dire que Scott McCloud n’aimait pas le sexe. C’était idiot même, de raisonner ainsi. D’accord, maintenant il était bien plus sage qu’avant, maintenant il était totalement amoureux de la personne en face de lui, maintenant il allait brider ses instincts de prédateur de la chair… D’accord pour tout cela. Mais ça ne voulait pas dire qu’il était devenu un saint n’y touche pas depuis quelque temps. Loin s’en faut. Scott avait été, et reste encore, quelqu’un pour qui le sexe était quelque chose de très important. L’amour pour lui, c’était comme la construction d’un palais somptueux. Le mariage était les plans. L’amour réciproque était les fondations de la maison. Les enfants représentaient les chambres dans le bâtiment. Quand au sexe, eh bien c’était le salon et la salle à manger ! Aussi indispensables dans une relation que ces pièces dans un palais. Tel était son point de vue. D’ailleurs, sans vouloir se vanter, il était à peu près sur que ses partenaires adoraient l’acte tout autant, si ce n’est plus, que lui. Parce qu’il était doué. Très doué même, selon certaines. Et puis, il arrivait à en juger lui-même. Il n’avait jamais pu comparer son organe et ses performances avec d’autres mâles, mais selon les dires de ces derniers et le comportement des demoiselles, Scott McCloud pouvait affirmer sans trop se tromper qu’il était bel et bien ce qu’on pouvait appeler un ‘bon coup’.

Regardant Maxence, il se demandait si elle le jugerait ‘doué’ si jamais leur relation arriverait jusque là. Et il en avait bien l’intention. Il ne comptait pas encore la mettre dans son lit, puisque ce qu’il ressentait pour elle était de l’amour et non de l’attirance sexuelle pure, mais l’acte viendrait tôt ou tard. Comme il le disait plus tôt, le sexe était une partie très importante d’une relation selon lui. Sans sexe dans le couple, on devait vite s’ennuyer… Surtout la nuit en fait. Et puis, si il n’y avait pas de sexe, la différence entre amour et amitié était immédiatement plus vague ! Seuls restaient les étreintes et les baisers… Ce qui pouvait être considéré comme amical aussi, d’ailleurs. Bon, après, Scott ne pensait pas qu’au sexe, loin de là. En regardant Maxence il pensait à cela quelques instants oui, mais imaginait surtout la jolie blonde à son bras, alors qu’eux deux parcouraient les rues de la ville à la recherche de quelque chose à acheter pour s’amuser. Ou bien à eux deux en train de courir dans une plaine en dehors de la ville, cherchant à se rattraper l’un l’autre… Ou même tout simplement, assis à coté d’elle sur un fauteuil, la prendre sur ses genoux pour se reposer sur son épaule. Ce genre de pensées, c’était vraiment ce qui caractérisait l’amour de Scott pour Maxence. Un amour sincère et véritable. Il voulait non pas coucher avec elle, mais bel et bien sortir avec. L’aimer. Et peut être un jour même, l’épouser. On ne sait jamais… ? En tout cas, même si il n’avait que 18 ans pour l’instant et encore une relativement longue vie devant lui, il ne voyait que Maxence comme mère de ses enfants. Stupide, non ? Il ne la connaissait pas tant que ça en fait… mais malgré ça, l’aimait. C’était parfois idiot comment la vie pouvait jouer des tours…

« Oh, je veux bien que vous m'aidiez, en effet! Sinon, je ne la retrouverais jamais, et ce serait plutôt embêtant, hein... Je ne suis pas très dégourdie, parfois. Elle a du aller dans le centre ville, ou n'importe où il y a des boutiques. »

Scott hocha la tête, souriant à Maxence et l’air visiblement ravi qu’elle accepte qu’il l’aide. Oui, il voulait vraiment l’aider ! Et bon, l’excuse fournie un peu plus tôt pour ‘la jolie demoiselle’ n’était qu’à moitié vraie. Après tout, il voulait surtout lui montrer qu’il était utile et sympathique… Et devenir plus proche d’elle. Le plus proche possible. Aussi proche qu’un petit ami. Aussi proche qu’un fiancé. Aussi proche qu’un mari.

« Mon amie est assez petite, comme ça, vous voyez? (elle mima une taille à la hauteur de ses yeux) Elle a les cheveux bleus foncés, longs, et les yeux marrons. Elle s'appelle Lamie. Si vous la voyez, de toute façon, vous allez la reconnaître! Elle a un gros bouquet de fleurs dans les bras. Enfin, elle en avait, la dernière fois que je l'ai vu. »

Elle adressa ensuite un sourire si grand, si beau et si magnifique que le Neko en eu presque envie de l’embrasser sur le chant. Ah, elle semblait avoir des lèvre si douces… Et son visage était si amusant, si parfait, si souriant, si éclatant…. L’amour lui donnant des ailes, Scott leva le bras avec énergie, tendit l’index bien droit dans la direction du centre ville vis-à-vis de leur position actuelle, puis leva la jambe dans un mouvement militaire surexagéré.

« Très bien ! Alors restons bien groupés, et en avaaaant… Marche ! »

Puis il entama sa petite (ou grande) marche comique mais toutefois dans la bonne direction. Après trois pas, il stoppa toutefois sa petite parodie pour se tourner vers l’élue de son cœur, statut qu’elle ignorait encore.

« Hem… Heu, vous me suivez ou je vous suis ? Enfin… D’ailleurs je peux vous tutoyer ? »
Revenir en haut Aller en bas


Esprit, Servante au château royal

Féminin Nombre de messages  : 33

Localisation  : Dans le brouillard~ BOUH.
Emploi/loisirs  : Passer le balais sans balais, eheh.
Humeur  : Très bonne.

Inscrit depuis le   : 21/01/2009
avatar
Esprit, Servante au château royal


Feuille de personnage
Age: 18, bientôt 19. Je ne vois pas le temps passer, c'est dingue!O_O
Race: Je suis une Esprit, une jolie Esprit! Purée, c'est trop cool!XD
Arme / Pouvoir  : J'utilise la magie. Je rentre dans votre chambre sans passer par la porte, oh oh oh.~♥

MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   Jeu 15 Déc - 3:10

« Très bien ! Alors restons bien groupés, et en avaaaant… Marche ! »

Maxence suivit du regard tous les gestes délibérément exagérés de Scott, réprimant un petit rire amusé. Ce garçon ne semblait décidément pas manquer de répartie, à en juger par l'aisance avec laquelle il enchainait les plaisanteries et les pitreries. Une sorte d'amuseur publique ? Ça n'aurait guère étonné Maxence, qui était, quand elle s'en sentait l'envie, de la même trempe que le Neko aux cheveux blonds. Mais bon, heureusement qu'elle savait se retenir de sortir les pires idioties, quand la situation l'exigeait, n'est-ce pas ? Repensant au savon phénoménal que lui avait passé la Princesse il y avait quelques temps et qui avait faillit lui coûter son métier (que disait-elle, sa vie), la jeune femme se fit la réflexion qu'après tout, elle n'était peut-être pas aussi prudente qu'elle se vantait de l'être. Scott non plus, il avait la langue bien pendue, elle avait pu le constater à plusieurs reprises. Bien pendue au point que ça pouvait en devenir dangereux pour lui. Mais on pouvait lui pardonner ces petits faux pas, non ? Maxence était née à Illea, avait grandie à Illea et mourrait à Illea, car de toute façon jamais elle ne voudrait quitter ce pays si cher à son cœur. Elle connaissait bien le pouvoir en place, les interdits et tout ce que l'on pouvait dire et ne pouvait pas dire. Scott, lui, était un Neko, il n'était à Illea que depuis peu de temps. Il ne connaissait sûrement pas tout ce qu'il y avait à savoir sur le pouvoir et tout ce qui s'en suivait. Même si, bon, en tant que Brigadier, elle imaginait qu'il devait faire preuve d'une attitude exemplaire, et donc qu'il avait du potasser tout ça.

Si seulement, pensa la jeune Esprit aux yeux verts, il avait existé une journée consacrée durant laquelle les habitants auraient pu dire aux Dirigeants tout ce qu'ils pensaient d'eux ! Ça aurait été vraiment très drôle, Maxence en était sûre. Elle aurait pu dire à la Princesse tout ce qu'elle avait sur le cœur, et ça faisait un paquet de choses. Elle ne lui avait rien fait à titre personnel, mais elle ne l'aimait pas, c'était comme ça. En plus, elle n'avait jamais prétendu être un modèle de vertu et de gentillesse ! Ça lui laissait le droit d'insulter arbitrairement les gens. Ou presque. Disons qu'elle allait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Si au moins être passée à deux doigt du renvoi pouvait la faire réfléchir un peu plus à l'avenir...

« Hem… Heu, vous me suivez ou je vous suis ? Enfin… D’ailleurs je peux vous tutoyer ? »

Un nouveau sourire fleurit sur les lèvres de la jeune Baumgartner, alors qu'elle arborait une mine exagérément pensive. La tutoyer ? Que cet homme pouvait être insolent ! Qui donc sur terre était autorisé à la tutoyer, si ce n'étaient les plus hautes sphères de la société ? Cette imitation grossière du milieu de la Noblesse et de la Bourgeoisie amusa Maxence autant qu'elle lui fit honte. Elle caricaturait sans connaître, et ça lui laissait un goût amer dans la bouche. Au fond, elle aurait pu être de ces gens. Les Sept Dieux avaient jugés bon de la faire naître dans un milieu modeste et simple, ça ne voulait pas pour autant dire qu'ils avaient voulu la voir se moquer de ses semblables. Hm. Parfois, la blonde se trouvait horrible et égoïste. Ce n'était qu'un sentiment passager, qui partirait aussi vite qu'il était venu, elle le savait. Mais tout de même. Tout de même.

« Bien sûr, répondit la demoiselle en avançant jusqu'à Scott, qui avait eut la bonté de s'arrêter pour l'attendre, mais seulement si je peux vous tutoyer aussi. C'est pas drôle, sinon. »

Ben oui. S'il fallait se montrer sympathique, autant que ça vienne des deux côtés. Maxence se voyait mal parler à Scott en le vouvoyant pendant que lui la tutoierait. Quand on demandait ça, en général, on s'attendait à ce que notre interlocuteur nous retourne la question, ou bien prenne directement la liberté de faire de même. Il lui arrivait parfois de tutoyer quelqu'un sans se poser plus de question, comme les enfants, par exemple. Les personnes plus jeunes. Par contre, les anciens, elle les respectait trop pour ne pas les vouvoyer ! Mais elle s'égarait, encore. Scott n'avait rien d'un ancêtre à barbe blanche. Il était jeune et plutôt pas mal. Elle pourrait toujours le traiter avec déférence dans soixante ans. Cette pensée fit sensiblement diminuer le sourire de Maxence. C'était vrai...

Ce jeune homme qu'elle avait croisé dans les ruelles de Jiang Zemin mourrait bien avant elle. C'était dur de s'imaginer que ce visage jeune et agréable serait ridé et éteint quand le sien n'aurait pas tant changé. Elle laissa s'échapper un petit rire pour masquer son trouble.

« Je vous suis. Avec moi, on va juste se perdre encore plus. »

En cela, la servante aux yeux verts ne plaisantait pas. Loin d'être une boussole vivante, elle entrainait les promeneurs vers leur perte.

[Scott est un psychopathe. Voilà.8DDD]


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]   

Revenir en haut Aller en bas
 

'Bring it back, please!'[Scott, et qui veut.~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bring me back in time, when life was so simple + Morwen
» [ FLASHBACK ] Bring me back - [Saf Jahaal ]
» Back to Hogwarts...
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Ouest :: Jiang Zemin :: Les ruelles-