AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage


Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est

Féminin Nombre de messages  : 56

Localisation  : Dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : S'entraîner.
Humeur  : Reflexive.

Inscrit depuis le   : 28/03/2009
avatar
Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est


Feuille de personnage
Age: 17 ans.
Race: Humaine.
Arme / Pouvoir  : Une épée.

MessageSujet: Re: Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]   Sam 28 Mai - 19:45

{Même dans le HS de mon dernier poste j'ai réussi à faire une faute. Quelle pauvre naze je fais...XDDDDD

Et ça veut rien dire! Regarde, j'aime bien Aurora et pourtant.8D}

Ça, Jalynn n'était pas une tire-au-flanc. Personne ne pouvait dire une telle chose à moins de ne pas la connaître ou de ne faire preuve d'une mauvaise-foi totale. Elle avait bien des défauts qu'il lui fallait corriger, mais on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas travailler suffisamment. Elle était motivée et déterminée, et ne se plaignait jamais de rien. S'il fallait aller courir, elle allait courir. S'il fallait s'entrainer, elle s'entrainait. Si on lui disait de recommencer quelque chose, elle le recommençait jusqu'à y arriver. Si elle pensait ne pas avoir un niveau suffisant en ceci ou en cela, elle faisait tout ce qu'il fallait pour changer ça. Pour prouver qu'elle avait sa place, pour se prouver à elle-même qu'elle pouvait y arriver et parce que, dans un sens, elle aimait se donner à fond. Elle aimait vivre rapidement, elle aimait être sans cesse occupée et être morte de fatigue le soir. Ça prouvait qu'elle avait bien travaillé et donné tout ce qu'elle pouvait, et elle trouvait que c'était plutôt bon signe. Ce dont la jeune fille avait besoin, dans les faits, c'était de reconnaissance. Elle avait trop été sous-estimée par tout le monde au cours de sa vie, et son assurance en avait pris un coup. Que ce soit son père, ses frères ou même les autres garçons avec qui elle s'entrainait à présent, tout le monde avait émis de grosses réserves quant-à ses capacités. De fait, maintenant qu'elle faisait parti de l'armée, maintenant qu'elle avait prouvé qu'elle savait se battre et avait sa place ici, elle avait besoin qu'on la félicite. Qu'on lui tapote l'épaule, qu'on lui dise qu'on était fier d'elle. Alors que le Général lui dise qu'il pensait qu'elle était un bon élément, qu'il le pense ou non, lui avait fait plus plaisir qu'il ne pourrait l'imaginer. Le fait de lui parler, de pouvoir dire ce qu'elle pensait tout en se sentant écoutée, c'était un sentiment plaisant. Elle ne savait pas vraiment si elle se faisait des idées ou non, mais elle voulait vraiment croire qu'il prêtait au moins un peu d'attention à ses réponses. Eh bien, au moins, cette discussion avec Sasha Valerian lui aurait appris que l'on peut être très Haut placé sans pour autant être désagréable et égocentrique. Il avait l'air d'être quelqu'un de gentil, en tout cas. Et si ce n'était peut-être pas le cas, la cavalière n'était pas assez méfiante pour remettre en question tout et n'importe quoi. Elle ne pensait pas que tout le monde était aimable et sympathique, mais elle ne pensait pas non plus que quiconque lui souriait avait une faveur à lui demander ou était un hypocrite sans nom. Pour sa part, elle pensait tout ce qu'elle lui avait dit. C'était ce qui lui convenait, la vie qu'elle voulait mener. Si ça ne plaisait pas aux autres, alors ils pouvaient aller se faire voir. Elle n'était pas du genre à se laisser faire, et se fichait bien de savoir que sa présence dans l'armée ne plaisait pas à tout le monde. Elle resterait, quoi qu'il en soit.

Son cheval fit un mouvement de tête sur sa droite, et après lui avoir gentiment tapoté le museau elle s'écarta légèrement sur la gauche, histoire de ne pas être constamment être dérangée par ce dernier. Si elle n'entendait pas ce que lui disait le jeune homme en face d'elle parce qu'elle était occupée à repousser cette brave bête, elle se serait sentie bien stupide. Non, quitte à ne pas comprendre quelque chose, autant écouter attentivement. Elle tenait à faire attention à ce qu'il disait parce que, simplement, elle craignait qu'il n'utilise des termes lui étant inconnus. Ça pouvait sembler ridicule, dit comme ça, mais pour avoir entendu bien des fois des Nobles parler entre eux, elle pouvait jurer qu'elle ne comprenait pas toujours ce qu'ils se disaient. Le vocabulaire des classes moyennes et celui des habitants du château était bien différent, et créait un nouveau fossé entre ces deux mondes. Ils parlaient bien, de manière fluide, et avec un vocabulaire bien plus riche que le sien et celui de tous les autres cavaliers, soldats ou même serviteurs qui arpentaient ces couloirs au même titre qu'eux. Et s'il lui avait posé une question qu'elle n'avait pas compris, elle se serait sentie horriblement mal et stupide. Vraiment. Or elle voulait faire bonne impression auprès du Général, pas passer pour une arriérée et donner une mauvaise image de tous les autres cavaliers par la même occasion. Elle concédait que la grande majorité n'étaient pas aussi éduqués que les personnes haut-gradés, mais ça ne faisait pas d'eux de parfaits imbéciles pour autant! Elle ne se considérait pas comme complètement stupide et incapable, en tout cas. Personne ne le faisait. Ou bien ces personnes avaient une estime d'eux-même frôlant le zéro, mais..., dans les faits, ces personnes n'étaient en général même pas réellement stupides. Quoi qu'il en soit...

« Si chacun savait à quoi s’attendre, croyez-moi, le nombre de démissions ne serait pas si élevé ! Comme au combat, ils font les fiers puis ils désertent une poignée de jours plus tard. C’est désolant, mais inéluctable.»

Jalynn acquiesça de nouveau, craignant peut-être que si elle restait à le regarder sans rien dire il penserait qu'elle n'avait pas compris. Hm, il n'avait pas tort, dans un sens. Sans doute que certains ne mesuraient pas vraiment l'ampleur du travail à fournir avant de ne s'engager, et pensaient simplement qu'il fallait 's'entrainer et se battre'. En omettant que les entrainements étaient intensifs et parfois très difficiles, qu'il fallait être dans une bonne forme physique et être tout de même un minimum déterminé. Pour sûr, on avait beau dire, tout le monde ne pouvait pas faire une bonne recrue. Quant-aux déserteurs... Son cœur se serra en entendant cela, et son sourire disparut sans qu'elle s'en rende vraiment compte. Elle était bien d'accord, c'était désolant de déserter. Elle n'aimait pas les déserteurs, et c'était après tout bien normal. Il était interdit de fuir au cours d'un combat, voilà tout. Malgré tout, elle espérait que son frère pouvait avoir été assez intelligent ou assez lâche pour simplement partir de l'autre côté. Elle pensait préférer, confusément, avoir à le tabasser pour ce qu'il avait fait un jour plutôt que de devoir déposer des fleurs sur sa tombe. Et s'il était bel et bien mort, alors elle aurait aimé pouvoir en être sûre. C'était trop difficile, de faire le deuil de quelqu'un sans avoir de corps à enterrer, sans avoir la certitude qu'il ne reviendrait plus. Bien trop difficile. Tout le monde le considérait comme mort, tout le monde semblait en être certain ; mais elle, elle n'y arrivait pas.

« Et ne perdez pas courage, les mentalités, comme vous dites, finissent toujours par changer si on leur donne une bonne raison de le faire. Cela prend du temps, c’est tout. »

La jeune fille aux courts cheveux bleus ouvrit sa bouche, comme pour répondre quelque chose, encore plongée dans ses pensées. Puis elle releva les yeux vers son interlocuteur et se remit à sourire franchement, son air décidé de nouveau imprimé sur son visage clair. Il avait raison, après tout. Les mentalités finiraient bien par changer, pour peu qu'elle y mette suffisamment du sien. Peut-être que pour elle c'était trop tôt, peut-être qu'elle serait toujours sous-estimée et qu'on la regarderait toujours de haut, mais au moins elle aurait aidé à ouvrir la voix. Elle ne pensait pas être la seule fille de ce royaume à avoir ce genre d'ambitions, et était persuadée pour peu qu'on prenne sa vie en main, tout pouvait changer. Idéaliste, sans doute, mais au moins optimiste. Elle resterait dans l'armée malgré la pression et les difficultés, et on serait bien obligé d'admettre qu'elle avait autant sa place que les autres ici. Si elle réussissait, d'autres personnes voudraient faire comme elle. Il suffisait que quelqu'un élève la voix pour que d'autres osent enfin faire de même, voilà tout. Oui, les mentalités finiraient bien par changer, un jour. Un jour.

«Et bien moi je ne compte pas démissionner, en tout cas, répondit-elle en souriant. Je vais rester, et prouver que j'ai ma place ici. Les mentalités finiront bien par changer, vous avez sûrement raison. Je vais faire de mon mieux pour ça!»

Jalynn lissa l'extrémité de sa chemise du bout des doigts, et son sourire se résorba sensiblement. Elle détourna un instant ses yeux du jeune homme, gênée, puis chercha de nouveau son regard.

«Hm, et, merci beaucoup, ajouta-t-elle en s'inclinant légèrement en avant, un sourire sincèrement reconnaissant éclairant son visage. De ne pas me sous-estimer. J'avoue que, en général, j'ai tendance à penser que les personnes importantes sont..., eh, désagréables, mais vous ne l'êtes pas du tout. J'aurais au moins appris quelque chose aujourd'hui, hm.»

_________________

« I am afraid ; afraid of losing time.
You are the race, and I'll be racing your mind.
But if we don't stop now, instead of living in this old horse town -
I want you back in again, let you devour my skin,
But we won't start now.
If we could only be quicker, and be quick to be kind -
If we could only be faster, then we could outsmart time.

So hold me as I hold you. »

I'm not giving up :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humain, Général des Armées

Nombre de messages  : 22

Emploi/loisirs  : Dépoter les plantes du château.XD -C'est n'importe quoi!!!è___é
Humeur  : D'humeur merveilleuse...-^^-

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humain, Général des Armées


Feuille de personnage
Age: 20 ans
Race: Humain
Arme / Pouvoir  : Une épée

MessageSujet: Re: Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]   Ven 1 Juil - 14:05

[OUI MAIS BON, me saoûle pas, okay ? Sinon je te cogne.XD
Eeeeeeeeeet je suis un peu en retard. Aha. Tant pis...?XD
Posté. clown ]
Tout comme certains retardaient, le matin, le moment fatidique de se lever, Sasha n’avait de cesse de remettre celui de partir à plus tard. Une minute, trente seconde, peut-être un peu plus, se disait-il. Après cela, oui, il ferait bien évidemment demi-tour pour se concentrer sur le travail de la journée –qui ne s’annonçait pas si simple, très honnêtement, il pouvait presque voir une foule de problèmes se profiler à un horizon terriblement proche, ou entendre les voix de quelque militaire à sa poursuite. D’âpres discussions l’attendaient à coup sûr, et il se sentait à mille lieux de l’autorité et de l’agacement nécessaires pour se faire prestement obéir sans plus de palabres ; auprès de Jalynn, le havre de paix, ou bouillie de guimauve trop molle, qu’était son cœur n’était apte qu’à contempler et acquiescer à tout et n’importe quoi. Alors, songea-t-il, ce serait un service rendu au pays que de ne pas s’en aller de suite. Ainsi, il ne commettrait aucune des erreurs qu’il ne manquerait pas de faire, étourdi comme il l’était cette belle matinée. Si ses responsabilités ne s’étaient pas rappelées à lui aussi fortement, et que son sens du devoir avait été vaguement plus émoussé que ce qu’il était présentement, il se serait fait porter pâle. Personne ne lui aurait rien reproché ou mis sa parole en doute : les longs soupirs à fendre l’âme et le regard perdu dans le vide, l’esprit ailleurs et risquant de buter dans le mur à la moitié des croisements dans les couloirs du palais, le général s’avançait même à dire que son malaise n’aurait pas fait de pli aux yeux de quiconque. De toute façon, se dit-il dans une pathétique tentative de déculpabilisation, était-ce de sa faute, à lui, si la simple idée de quitter des yeux la splendide cavalière suffisait à lui donner envie de s’enterrer dans le parc, de recouvrir la terre d’une pierre et de n’en sortir que pour lui sourire à nouveau ? Ou, à défaut de mesures aussi extrêmes, qui auraient laissé interdite la cour du Prince à n’en point douter, et avec raison, à se terrer sous ses couvertures sans mot dire. Enfin, toujours était-il que le résultat était bel et bien là : il ne bougeait pas d’un iota et ne comptait absolument pas le faire avant que cela ne devienne particulièrement urgent. Ou que l’on vienne le quérir ici mais, très honnêtement, il trouvait cette option aussi déplaisante que peu plausible. Eh bien quoi ? S’il décidait de…, de s’enquérir de la place des femmes dans la cavalerie avec cette jeune fille, dans le but certain de faire son possible pour améliorer l’égalité et la qualité de l’entrainement demandé, s’il désirait savoir ce que le soldat type pensait de ses actions, et vérifier que les recrues étaient volontaires, il le pouvait. Oui, bien sûr, c’était même son devoir ! Ce nouvel essai de se justifier à ses propres yeux se solda d’une manière similaire au précédant : à savoir, moyennement. En théorie, tout cela fonctionnait, mais il n’était pas dupe.

Ce n’étaient que des prétextes pour rester en si charmante compagnie. Et s’il était certes le seul à en avoir connaissance, il était aussi le seul à qui il devait rendre des comptes –ou presque. Chassant ces quelques pensées peu réjouissantes, il les envoya paître plus loin, au moins le temps d’écouter les paroles magnifiques de la tout aussi belle Jalynn
:

« Et bien moi je ne compte pas démissionner, en tout cas. Je vais rester, et prouver que j'ai ma place ici. Les mentalités finiront bien par changer, vous avez sûrement raison. Je vais faire de mon mieux pour ça!»

Sasha sourit à son tour devant l’inébranlable volonté dont la jeune femme faisait preuve : il ne doutait pas qu’elle reste, cela non ! Du courage et beaucoup de conviction l’animaient, aussi jugeait-il qu’à moins d’un cas de force majeur qu’il ne parvenait à se représenter, elle resterait ici, en bon et fiable élément. Il ne la connaissait pas depuis bien longtemps, parlons par euphémisme –bienvenu d’ailleurs après cette multitude d’exagérations dont le jeune homme ne semblait pas même avoir réellement conscience– mais il lui semblait pouvoir au moins dire cela à son propos. Il lui trouvait à vrai dire tant de qualités, il en devenait difficile de démêler ce qu’il avait déduit, entendu ou tout bonnement imaginé.
Autre explication, cette fois-ci bien plus puérile, à cet accès de bonne humeur : Jalynn s’était, vaguement, écartée de ce fichu cheval mal embouché. Ce qui signifiait qu’il l’avait emporté sur lui ! L’animal pouvait toujours courir et renâcler, c’était peine perdue : lui, Sasha Valerian, n’était pas prêt à lui laisser la fantastique chimère qu’était la douce et volontaire demoiselle Kaliyah. Il le jurait sur son amour et son honneur !

«Hm, et, merci beaucoup. De ne pas me sous-estimer. J'avoue que, en général, j'ai tendance à penser que les personnes importantes sont..., eh, désagréables, mais vous ne l'êtes pas du tout. J'aurais au moins appris quelque chose aujourd'hui, hm.»

Les sourcils de Sasha s’arquèrent sous le coup de la surprise : désagréables ? Il en convenait, certaines n’avaient pas une discussion franchement plaisante mais, dans l’ensemble, il ne les trouvait pas si détestables. Arrogants pour certains, outrageusement pompeux pour d’autres. Les hauts dignitaires dans l’armée étaient par exemple parfois trop attachés au protocole et usages divers, quoique de l’avis du général ce défaut était plutôt imputable à leurs nobles origines. Et encore, il comptait quelques bons amis parmi les sang-bleu également. En accédant aux hautes sphères, leurs us et coutumes jugés au préalable byzantins et barbants nous paraissaient-ils soudain plus utiles, moins ennuyeux, nécessaires presque. Il ne savait pas trop.

Son cœur se remit à battre la chamade après ce compliment tout à fait inespéré : le trouver aimable était un excellent début, le commencement d’une histoire d’amour comme le monde n’en avait encore jamais connu ! Digne des plus beaux romans, que disait-il, les supplantant de loin ! Etrangement, il lui était difficile de se représenter la jeune fille aux yeux plus bleus que le ciel lire un de ces ouvrages. Sa tenue décontractée, son franc-parler qu’il devinait à la limite de l’insolence envers ses supérieurs et son envie de se faire reconnaitre l’amenaient à cette conclusion, il n’y avait pour une fois rien de plus qu’une pure logique là-dedans. Logique qui, apparemment, était aux abonnés absents dès lors qu’il s’agissait de trouver le moindre défaut à l’élue du cœur du jeune général. Si l’on ajoutait à cela la courbette qu’elle avait exécuté, il pouvait mourir heureux. Que le trépas vienne le cueillir, il s’en contre-fichait ! Au moins aurait-il connu un immense bonheur avant sa mort…

« Mais je vous en prie, commença-t-il avec un sourire. Ce compliment me va droit au cœur. Rassurez-vous : le beau-monde n’est pas si insupportable que cela. »

Puis, il baissa un court instant les yeux, avant de prononcer ces mots qui lui arrachaient pourtant la gorge :

« Je ne pense pouvoir rester beaucoup plus longtemps en votre si charmante compagnie, toutefois. Les journées sont courtes et le travail fastidieux, continua-t-il comme à regret, aussi devrais-je ne pas tarder à m'y mettre. Cela me ferait très plaisir si nos chemins venaient à se croiser à nouveau, sachez-le. »

Si le ton employé devait être trop dépité pour être naturel, elle pouvait toujours l'imputer à une atroce envie de farniente. Après tout, jamais le général n'aurait été jusqu'à lui expliquer que si une telle rencontre ne se produisait pas les plus brefs délais, il comptait la déclencher en personne ! Il esquissa un pas en arrière, s'apprêta à partir puis se ravisa. Il tenait à ajouter au moins une petite chose parmi tous les mots que son cœur lui hurlait de lui murmurer.

« Je vous assure que la personne qui vous sous-estime le plus ici, c'est vous-même. Vous..., Hm, oubliez, j'en perds mes mots. Sur ce, je vous souhaite une agréable journée. »

Puis, cette fois-ci, après avoir joint à ses paroles un hochement de tête respectueux, il fit bel et bien demi-tour, le cœur à la fois en miettes et joyeux. La quitter, oui. Mais pas pour bien longtemps, il s'en assurerait ! Ces fleurs dont ils avaient parlé, par exemple, seraient un moyen romantique et éloquent de lui déclarer son amour. Elle ne pourrait que les accepter, pas vrai ? Il s'arma de courage, tentant de ne pas jeter de regard en arrière; s'il le faisait, il le savait, il ne pourrait définitivement pas se détourner de la silhouette si parfaite, si belle qu'il devait se résoudre à laisser, au moins pour un temps, derrière lui. Et que le général et une cavalière passent leur journée à discuter ou à se regarder dans le blanc des yeux, ce ne serait à coup sûr pas au goût de tout le monde. Pas plus que le général regarde la cavalière travailler toute la sainte journée sans rien faire d'autre, par ailleurs. Il n'avait pas le choix..., mais ne manquerait pas de la revoir. N'était-elle pas sa raison de vivre, après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est

Féminin Nombre de messages  : 56

Localisation  : Dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : S'entraîner.
Humeur  : Reflexive.

Inscrit depuis le   : 28/03/2009
avatar
Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est


Feuille de personnage
Age: 17 ans.
Race: Humaine.
Arme / Pouvoir  : Une épée.

MessageSujet: Re: Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]   Jeu 7 Juil - 20:19

{Ca s'appelle un petit poste pour finir. Je suis géniale, hein? Je commence à m'habituer à faire des postes plus courts sans me sentir archi-nulle, c'est marvelous.Toi t'as fait trop long par contre, saleté.8DD

Et là Jalynn sort un couteau de sa manche et poignarde Sasha dans le dos. Ca, c'est fait...~♪

Allez Never, lock moi ça...@___@ 'tain on a fait 3 pages!8D}

Jalynn acquiesça doucement à la réponse du Général, ne tenant pas plus que cela à faire part d'un quelconque scepticisme. Non pas qu'elle doutait que le 'beau-monde' soit merveilleusement aimable, mais elle gardait ses préjugés et aprioris malgré tout. C'était un milieu dans lequel elle ne tenait pas à évoluer, et moins elle les croisait, mieux elle se portait. Bien entendu, elle avait conscience qu'à trop généraliser on en oublie que le tout est composé de personnes aux personnalités diverse et variées : mais tout de même. C'était ainsi, et on ne se défait pas de genre d'impressions seulement avec les paroles de quelqu'un qui a l'occasion de côtoyer ces personnes régulièrement. Que lui soit sympathique ne voulait strictement rien dire : c'était peut-être une des rares exceptions à la règle, voilà tout. Ou peut-être qu'elle n'avait vu de lui que ce qui était agréable, justement ; elle ne lui avait pas parlé assez longtemps pour pouvoir en juger. Et puis de toute façon, se dit-elle comme à regret, il n'y avait presque aucune chance qu'elle monte suffisamment en grade pour pouvoir les observer de plus près. Non pas que c'était à ce point chagrinant, bien sûr, mais bon..., c'était triste à dire. Le pire dans tout ça était peut-être de ne pas savoir si elle était jugée sur ses capacités ou bien sur le fait qu'elle était une femme. Elle verrait bien dans quelques années. Elle n'était pas là depuis assez longtemps pour pouvoir savoir si oui ou non elle aurait l'occasion de se démarquer ne serait-ce qu'un peu. Il fallait rester positive, si elle voulait un jour y arriver! Se mettre elle-même des bâtons dans les roues, ce n'était pas son genre. Ça n'aurait dû être celui de personne, d'ailleurs. C'était à priori toujours mieux de voir le verre à moitié plein, ne serait-ce que pour se rendre compte qu'à toute mauvaise chose il y avait un point positif. En général, en tout cas.

« Je ne pense pouvoir rester beaucoup plus longtemps en votre si charmante compagnie, toutefois. Les journées sont courtes et le travail fastidieux, aussi devrais-je ne pas tarder à m'y mettre. Cela me ferait très plaisir si nos chemins venaient à se croiser à nouveau, sachez-le. »

La jeune fille acquiesça de nouveau, cette fois un sourire aux lèvres. Eh bien, il avait l'air pressé de se mettre au travail, en tout cas! Il aurait eu une chaine au cou et un boulet au pied qu'il n'aurait pas eu l'air moins dépité. Cela étant, elle pouvait le comprendre. Il y avait des jours où elle avait tout simplement envie de s'allonger sur son lit, le visage dans les couvertures, et oublier qu'elle devrait se lever dans quelques minutes pour aller s'entrainer. Mais c'était ainsi, et ils n'avaient pas vraiment d'autre choix. Elle ne savait pas exactement en quoi consistaient les journées de Sasha Valerian, mais aucun doute qu'elles devaient être autant si ce n'était plus fatigantes que les siennes. Peut-être qu'il passait moins de temps qu'elle à courir dans tous les sens et à se dépenser, mais il avait plus de responsabilités et des choix bien plus compliqués à prendre. Gérer autant de choses ne devait pas être facile ; pas étonnant qu'il préfère discuter plutôt qu'aller travailler. Mais comme il l'avait dit, les journées étaient courtes et il y avait beaucoup de choses à faire : perdre du temps n'était pas tellement conseillé si on ne voulait pas avoir à courir et tout faire plus vite que prévu. Or, c'était bien connu, on n'arrivait à rien de bien quand on bâclait le travail. Il fallait le soigner un minimum, bien au contraire.

Elle répondit à ce qu'elle prit pour une formule de politesse par un signe de tête poli, ne sachant trop que répondre à cela. C'était sûrement un peu comme dire qu'on souhaitait à l'autre une bonne journée : on ne le pensait pas vraiment, mais c'était plus poli que de l'admettre. Elle ne pensait pas que leurs chemins allaient se recroiser, sous peu ou non, mais ça ne l'aurait de toute façon pas dérangée plus que ça. Elle n'avait pas trouvé cette discussion désagréable : au contraire, ça avait quelque peu égayé sa matinée qui avait pourtant si mal commencée. Elle en avait presque oublié sa fatigue et sa mésaventure avec le seau, après ces quelques minutes. Maintenant elle se sentait remotivée et prête à affronter la journée, et c'était certainement une bonne chose ; mieux valait sauter sur place que trainer des pieds, de toute façon. Et si ce n'était pas l'avis de tout le monde, c'était le sien et elle s'en contentait largement. La jeune fille fut pour le saluer, mais s'arrêta dans son geste en remarquant que, visiblement, il comptait ajouter quelque chose avant de partir. Elle ne bougea donc pas, attendant sagement un au-revoir quelconque de sa part.

« Je vous assure que la personne qui vous sous-estime le plus ici, c'est vous-même. Vous..., Hm, oubliez, j'en perds mes mots. Sur ce, je vous souhaite une agréable journée. »

...Hem? Ne sachant trop que répondre à cela et légèrement décontenancée par ses paroles, la cavalière décida de s'en tenir au minimum de la politesse, qui l'empêcherait à coup sûr de commettre un quelconque impair : elle répondit à son hochement de tête par un saut des plus réglementaires, et attendit qu'il se soit quelque peu éloigné pour reprendre sa position initiale. Elle resta un moment sans rien dire, réfléchissant aux quelques mots qu'il lui avait adressé avant de partir. Se sous-estimer, hein? Difficile à dire. Peut-être bien. Hm... Oh, et puis elle verrait bien. Pas la peine de se prendre la tête pour quelques paroles, n'est-ce pas? Elle poussa un soupir résigné et retroussa ses manches. Elle ferait peut-être mieux de retourner chercher ses affaires dans sa chambre, maintenant ; se réveiller plus tôt était une bonne chose, mais il ne fallait pas que ça la mette en retard pour autant. Elle aurait eu l'air fine, si elle était arrivée après tout le monde tout ça parce qu'elle avait voulu faire quelque chose qu'elle n'avait même pas à faire. Elle tapota gentiment l'encolure de son cheval, et jeta un dernier coup d'œil circulaire à la salle.

Tiens. Elle n'avait pas remarqué à quel point c'était silencieux en rentrant ici, ce matin-là.

_________________

« I am afraid ; afraid of losing time.
You are the race, and I'll be racing your mind.
But if we don't stop now, instead of living in this old horse town -
I want you back in again, let you devour my skin,
But we won't start now.
If we could only be quicker, and be quick to be kind -
If we could only be faster, then we could outsmart time.

So hold me as I hold you. »

I'm not giving up :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wake Up~♪♫ {Sasha}-[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Wake me up...
» Langley K. Jewel ♣ Sasha Pieterse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Est :: Château royal :: Les écuries-