AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 9 Aoû - 2:28

Le temps était sincèrement magnifique.

Un temps qui semblait incité à aller se balader dehors. Le soleil brillait haut dans le ciel, qui lui même était d'un magnifique bleu totalement pur, dégager de nuages. Une légère brise soufflait de temps en temps, comme pour faire se sentir bien, malgré la chaleur étouffante de l'été. Par un temps si parfait, peu de monde restait enfermé entre quatre mur. C'était totalement stupide en réalité, si l'on pouvait sortir par ce temps magnifique, de rester dans le château...

Pourtant, les jardins étaient pratiquement déserts. Totalement illogique.

Mais la logique de Axel n'était pas aussi terre-à-terre. Effectivement, le garçon qui marchait, avec un air joyeux, dans les jardins en direction du magnifique lac de ces lieux comprenait parfaitement pourquoi il y avait aussi peu de monde ici. Peut être avait-il l'esprit torturé pour sortir lui même, mais c'était tout simplement à cause du temps. Parce que malgré le fait que la brise soufflait... Ce n'était bien que de temps à autres... Environ toute les demi-heures... De ce fait, la chaleur était totalement étouffante en ce début d'après-midi.
Alors forcément, il était compréhensible que rester à l'ombre dans le chateau frais était bien plus appréciable.

Mais alors... Pourquoi, mais pourquoi était-il sorti maintenant?

Un besoin urgent d'air, certainement... Parfois, le château devenait étouffant tout de même. Alors, il sortait pour se détendre. Et son endroit favori n'était pas auprès des fleurs, mais auprès de l'eau. L'eau azuré du lac non-loin des grands jardins. C'est pour cela que ses enjambées ce faisait grande. Déjà qu'il avait de grande jambes... mais là, le chemin était mangé en un rien de temps... Le brun était vétu d'une chemise totalement débrayé, froissé, en vrac en gros et d'un short noir avec des chausses hautes tout de même et une paire de chaussure noir quelconques. Une poignée de bracelet plus étrange les uns que les autres attaché à ses poignets. Clairement visible entre tous un bracelet d'un orange brillant, réveillant toute la tenue.

En tout cas, il avait chaud. Malgré la finesse de sa tenue, il avait chaud. La jeune garçon passa un main dans ses cheveux bruns, déjà pas mal en bataille. Même comme cela, il était mignon. Peut être même surtout. Ses yeux animés d'une lueur avide fixés la tendre couleur azuré qui se dévoilait peu à peu devant lui. Le soleil se reflétait d'une boule lumineuse sur la surface plane, à peine agité de remous, normal, vu le manque de vent. Le jeune Senri grignota les derniers mètres qui le séparait de son paradis. Finalement arrivé au bord, il afficha un grand sourire et se laissa tomber sur l'herbe verte, en contemplant un instant l'étendu bleu devant lui.
Soudainement, prit d'une envie... Soudaine, il se pencha au dessus de l'eau et y plongea sa tête. L'eau était excellente et très rafraichissante. Il releva la tête brusquement, éjectant en même temps que ses cheveux, une ligne d'eau. Et il fini par agiter sa tête de droite a gauche en lâchant un magnifique:

"Pouah! Ça fait du bien ça!..."


Tout en continuant de sourire, cela va de soit. Il ébouriffat de nouveau sa tignasse et étendit ses jambes en s'assayant de nouveau tranquillement en posant ses mains en arrière pour le soutenir. Quel magnifique temps... Cette endroit était le meilleur endroit pour ce détendre, il en était certain. Surtout lorsqu'il n'y avait personne. Depuis qu'il vivait dans ce chateau, il passait beaucoup de temps à réfléchir ici. Il y emmenait aussi parfois sa soeur. Celle ci adorait jeter des pièces dorées dans l'eau en demandant le rétablissement de sa mère. Peine perdue, certainement. Mais c'était beau de la voir croire... A chaque fois qu'elle se retournait vers lui avec un grand sourire en lui disant "Maman ira mieux, n'est-ce pas, grand frère?".
A chaque fois, il ne pouvait pas lui répondre. Il ne pouvait que la laisser dans le doute en lui ébouriffant les cheveux. Pauvre fille...

Il leva sa main gauche. D'abord pour regarder le bracelet orange qui scintillait à son poignet, ensuite pour mettre sa main devant ses yeux pour mieux regarder le ciel. Le beau ciel bleu... Maintenant, il se sentait parfaitement détendu.
En partant de cette position, il s'allongea en remontant sa jambe droite légèrement. Il passa le bras droit sous sa tête et garda son gauche sur le front, tranquillement. Il faisait tellement bon maintenant... Et la brise qui soufflait. Il aurait pu s'en endormir avec ça! D'ailleurs, il ferma ses beaux yeux d'un étrange bleu-gris hypnotique, ne pensant plus qu'au bruit des oiseaux et à la nature. La guerre, la maladie, les disputes, la mort... Tout semblait bien loin... Le cadre idéal pour l'oubli!

Mais au moment ou tout semblait parfait, quelque chose vint troubler son calme intérieur. Un bruissement d'herbe, un bruit de pas en soit même. La garçon ouvrit les yeux, légèrement dérangé par se bruit et se redressa, reprenant sa position d'avant, en penchant la tête en arrière, laissant dégouliner encore un peu d'eau qui lui restait sur les cheveux.
Visiblement, il avait bien entendu, quelqu'un approchait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Lun 24 Aoû - 17:56

Le temps était toujours aussi chaud que la veille. C'était réellement énervant.

Annabelle Windgrad donna un petit coup dans une pierre qui se trouvait devant-elle, laissant cette dernière rouler devant elle avec un petit bruit sourd, heurtant d'autres pierres au pasage, puis s'arrêtant finalement à quelques mètres de là où elle se trouvait précédement. La jeune fille poussa un soupir frustré, jouant presque nerveusement avec le manche de son ombrelle alors qu'elle continuait de doucement avancer à travers les jardins du château royal de l'Est. Le temps était toujours infernal, à la limite de l'insupportable pour la Noble, mais elle continuait malgré tout de se promener, refusant de plier devant quelques degrés en trop. Elle n'était pas en sucre ni en chocolat, et même si elle avait cette désagréable impression, elle ne risquait pas de fondre en s'exposant au soleil de ce début d'après-midi. En somme, elle ne risquait absolument rien de grave, l'insolation subtilement évitée par un chapeau et son ombrelle, qu'elle emportait quasiment toujours avec elle. Oui, tout ce qu'elle risquait ici, c'était d'avoir trop chaud et s'énerver davantage, mais rien qui pourrait nuire à sa vie, en principe tout du moins. Il pouvait toujours y avoir des imprévus, bien que la jeune femme n'y croyait que très peu. Quoique...Ce genre de choses arrivait toujours quand vous n'en vouliez vraiment pas, et jamais le contraire. Et comme elle n'en voulait en l'occurence pas, il y avait une infime chance que quelque chose dont-elle pourrait largement se passer se produise alors qu'elle se promenait. Cela restait tout de même dans le domaine du presque impossible dans l'esprit d'Annabelle, qui n'avait pas la moindre envie qu'un rat lui passe entre les jambes, de tomber dans un massif de fleurs ou encore qu'un oiseau choisisse sa robe comme toilette provisoire. Toutes ces choses lui étaient déjà arrivées, et elle savait donc par expérience, bien qu'un idiot l'aurait aisément deviné, que c'était le genre de choses qu'on ne voulait surtout pas revivre une seconde fois dans sa vie. Une fois dans toute une existence, c'était suffisant, voir trop.

Annabelle se dirigea sans vraiment le voir vers le Lac qui se trouvaient à l'intérieur du parc, le Lac aux voeux. Sa robe longue et rose provoquait un léger 'frou-frou' sur l'herbe sèche sur laquelle elle marchait, mais ça, elle s'en occupait guère peu. Ses cheveux, pour une fois attachés en une queue de cheval et non en deux couettes, battaient la cadence à l'arrière de sa tête. Le Lac aux Voeux...Rien que son nom était évocateur, et il n'y avait pas besoins de donner d'explications pour savoir ce que ce dit Lac avait de spécial. On racontait que quiconque jetait une pièce d'or ou d'argent dans ses eaux verrait son voeu se réaliser. Les enfants aimaient en général beaucoup ce genre d'histoire, et ce n'était pas rare qu'Annabelle en voit plusieurs à cet endroit, jeter chacun une pièce dans l'eau et faire silencieusement un voeu. Certains adultes faisaient parfois de même, mais plus particulièrement les croyants. Annabelle, pour sa part, même si croyante, bien que non partiquante, ne croyait pas en ces racontards idiots. Elle ne croyait pas qu'une simple pièce pouvait excauser des voeux, pas plus que des prières pouvaient atteindre Dieu, d'ailleurs. Si on croyait en Dieu, il n'y avait pas besoins de le montrer par des prières. Enfin...Si des gens croyaient que les voeux se réaliseraient de cette manière, ils pouvaient bien y croire. Après tout, on croyait à ce que l'on voulait, même si c'était faux. Elle n'allait rien leur dire, chacun ses opinions, même s'ils étaient érronés ou faux.

Une fois que la jeune fille fut arrivée aux abors du lac, elle faillit bien avoir une crise cardiaque. Elle avait aperçue quelque chose de sombre dans l'herbe, qui s'était vivement redressé avant même qu'elle ai pu s'en approcher, causant un léger sursaute de la demoiselle aux clairs yeux bleus. Elle qui av ait cru au début, de loin, qu'il s'agissait d'un manteau oublié dans l'herbe par quelqu'un, ou alors d'un animal mort...Et bien non, ce ,n'était rien des deux, juste un idiot endormi qui venait de se réveiller, ou en tout cas, de se redresser. Il avait tourné sa tête vers elle, et elle pu voir qu'il s'agissait d'un jeune homme. Rien à voir cependant avec celui qu'elle avait rencontré hier près du massif de fleurs. Celui-ci avait d'étranges cheveux foncés, et des yeux gris-bleus, tout aussi étranges. Cependant, Annabelle ne trouva rien d'étrange en eux. Les yeux de ce garçon étaient normaux, des yeux d'humains. C'était un humain. Curieusement, elle s'en sentie légèrement soulagée.

"Je ne pense pas que ce soit un endroit correcte pour dormir, fit Annabelle en s'approchant du garçon, avec une mine légèrement perplexe, j'espère que si vous refaites ça un jour, quelqu'un vous marchera dessus. Je pourrais savoir qui vous êtes?"

C'était aimable, vraiment. C'était Annabelle. La jeune fille blonde n'aurait pas été surprise que l'autre garçon ne s'énerve, d'ailleurs. Mais bon, elle cautionnerait toute réaction quelle qu'elle soit, elle avait l'habitude, après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Lun 31 Aoû - 0:29

  • L’été. Une bien sèche saison.

    L’avis que l’on pouvait avoir sur cette saison variait de personne à personne. Beaucoup d’enfant adore cette saison, parce qu’il fait chaud et qu’ils peuvent jouer avec l’eau. Beaucoup de dame et de demoiselle ne l’apprécie pas plus que cela parce qu’il fait trop chaud et que jouer avec l’eau n’est pas génial. En revanche, chez les hommes, tout est très différent. Chacun à bien un avis particulier sur cette saison. De son côté, Axel aimait beaucoup celle-ci. Parce qu’il aimait bien le soleil et s’accommodait bien avec la chaleur. En plus, il adorait l’eau, comme un vrai gamin. Et puis, sa sœur aimait aussi cette saison. En réalité, il ne détestait aucune saison. Que ce soit le printemps, l’hiver, l’automne ou l’été, il les aimait toutes. L’hiver, surtout à cause de la neige. Parce qu’il appréciait beaucoup jouer dans la neige blanche et pure. L’automne pour sauter dans les tas de feuille. D’ailleurs, il s’était souvent fait gronder pour cela, plus jeune. A présent, il aidait plus les enfants à le faire que lui-même ne le faisait. Et le printemps, pour cueillir des fleurs avec sa sœur, les offrir à sa mère… La plus magnifique saison qu’il soit dans l’année en tout cas. Bien qu’il ne la préfère pas particulièrement, bien entendu. Il avait des avis assez laxistes, parce qu’il n’en avait pas de bien précis. C’était bien ainsi. Si dieu-si il y avait bien quelqu’un là haut- avait fait comme cela, alors, il n’y avait pas de quoi s’en plaindre. Il n’en voyait pas la raison.
    Le grand frère des enfants avait beau être farfelu, il était assez réfléchi pour avoir un point de vu lucide sur tout. Oui, parce que Axel était très apprécier des enfants du château. Parce qu’il était « cool » et sympathique, pas comme tout ces adultes dit barbants et rabat-joie. Il était réellement un bon grand frère, comme pourrait si bien le dire sa petite sœur, de 5 ans sa cadette. A vrai dire, il passait tellement de temps avec elle qu’elle se demandait bien souvent si il allait réellement travailler pour aider le Prince à prendre des décisions. Et elle avait même parfois peur de savoir ce qu’il pouvait bien raconter au prince… Oui, parce qu’avec le jeune homme, on était jamais trop sûr. On pouvait même se demander si il avait bien grandi normalement. Axel avait peut-être un peu trop bien conservé son attitude d’adolescent. Peu de gens l’avaient déjà vu sérieux. Le Prince, sa mère à l’occasion, quelques nobles et hauts gradés dans l’armé… Oui, c’était sans doute tout. On s’étonnait souvent de savoir si ce gosse d’a peine 19 ans savait réellement ce qu’il faisait et si il n’avait pas obtenu son poste dû à sa proximité avec le Prince. Mais quiconque l’avait déjà vu dans des conditions de travail savait parfaitement qu’il n’avait pas eu son poste dans une pochette surprise.
    Car malgré tout, il avait de la réflexion, il était calme, sérieux, attentif et il savait bien faire la différence entre vie privé et professionnel, ce qui était bien plaisant. Reconnaître des problèmes importants et peu important était aussi bien. Et la plupart du temps, il donnait des bons conseils. Après, c’était selon les points des vu, encore une fois. Mais il n’y pouvait pas grand-chose.

    Après-tout, si les êtres vivants étaient toujours d’accord, la guerre et les conflits n’existerait pas. Sans doute que ce serait un monde utopique et rêver par les plus grands… rêveurs justement. Mais il fallait aussi avoir une once de réalité. Ce monde là n’existait pas. Et peut-être n’existerait-il jamais. Il fallait espérer. L’espoir fait vivre, comme on dit…

    Quand Axel avait basculer la tête en arrière, la première chose qu’il avait vu, c’était de l’ombre. Ensuite, une couleur rose. « L’invité » était une fille apparemment, en vu de la longue robe qui trainait par terre, déclenchant un bruit d’herbe qui frottait. Et puis, tout se confirma quand il pu voir son visage, à l’envers, très féminin avec des beaux cheveux blonds. Il avait là une jolie demoiselle, enfin, il pensait qu’elle était une demoiselle et pas une dame, qui sursauta quand elle pu le voir clairement. Oh ? Il lui avait fait peur ? Il en était désolé. Mais il ne savait pas qu’il pouvait effrayer quelqu’un ainsi positionner. Enfin, le monde était fou, n’est ce pas ? Et les femmes étaient étranges, il l’avait toujours su. Ou tout du moins, il l’avait appris, assez douloureusement, malheureusement.
    Tiens, la demoiselle ouvrait la bouche. Pour parler, il n’en doutait pas.


    « Je ne pense pas que ce soit un endroit correcte pour dormir. »

    Dormir ? Il ne se souvenait pas qu’il dormait. Bon, on pouvait facilement le croire en déduisant cela de sa position. Une déduction rapide, mais pas toujours très efficace. Et c’était pourtant toujours comme cela que beaucoup de gens pensait. Ils voyaient quelque chose et hop ! Il l’interprétait à leur façon. Pas qu’il ne le faisait pas lui-même, mais cela arrivait tellement souvent…

    « J'espère que si vous refaites ça un jour, quelqu'un vous marchera dessus. Je pourrais savoir qui vous êtes? »

    Pendant un instant, il resta bloqué, bouge bé, à partir de la première phrase. Cette jeune fille était l’amabilité même, mais au moins, disait ce qu’elle pensait. Une qualité qu’il trouvait admirable, mais que peu de personne appréciait sincèrement. Cela pouvait causer pas mal de problème. Mais cela déclencha un petit rire d’Axel. Oui, il riait. Cette jeune fille le faisait rire. Ca façon de parler et sa franchise, il appréciait cela. Qu’on lui parle ainsi lui allait bien en fait. Il se redressa doucement, pivotant légèrement vers elle, achevant son petit rire léger pour afficher un grand sourire accueillant.

    « Je vous assure que je ferais bien plus attention la prochaine fois dans ce cas. Vos espérances seront vaines si je fais cela, n’est ce pas ? »


    Il continua de sourire. Cette jeune fille lui disait absolument quelque chose. Il l’avait certainement déjà croisé ou vu dans le château. Donc, ce devait être une noble, parce qu’une demoiselle guerrière comme elle… Il ne lui semblait pas avoir vu une fille comme elle dans l’armée. Axel retenait facilement les visages et les noms des gens du château. Même les servants et servantes, il retenait. C’était aussi une bonne qualité, et c’était souvent agréable qu’on n’aille pas à lui rappeler son nom. Mais cela pouvait aussi surprendre, moins agréablement. C’était déplaisant de ne pas connaître le nom de l’autre alors qu’il connaît le votre…
    Quoi qu’il en soit, cette jeune demoiselle lui rappelait bien quelqu’un. Il fouina un peu plus dans sa mémoire. Hum… Quelque chose comme Windra… Windgra… Wingrad… Windgrad ! Voila, c’était ça. Il avait déjà vu cette demoiselle à une reception, un bal ou quelque chose du genre. Et comme elle était agréable à regarder, il avait du demander son nom à quelqu’un autour de lui. Il faisait souvent cela. Alors ce devait être Annabelle Windgrad.
    Son sourire s’élargit encore un peu et il se leva doucement. Parce que pour se présenter, mieux valait être debout, c’était plus poli. Surtout envers une noble.


    « Mlle.Windgrad, si je ne me trompe pas. Je m’appelle Senri Axel, peut-être avait vous déjà entendu mon nom, en mal ou en bien, il n’y a que l’embarra du choix ! »

    Il lâcha de nouveau un petit rire. Il n’était pas sans savoir que l’on pouvait parler de lui des deux manières, alors…
    Et puis, il lui tendit la main. Il avait hésiter un instant. De un, parce que c’était une demoiselle, et de deux, parce qu’elle ne semblait pas avoir non plus envie de sympathiser avec le premier venu. Tant pis. Si elle l’ignorait, il n’avait rien à perdre.


    « Enchanté Mlle. ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 13 Sep - 22:31

Il fallait vraiment être idiot pour entammer une sieste ou elle ne savait trop quoi à l'extérieur, de l'avis d'Annabelle. Certes, si le bruit des oiseaux qui chantaient en cette saison et qui mêlait au souffle du vent qui passait, invisible entre les branches des arbres était agréable à l'oreille, comme une douce berceuse, ce n'était tout de même pas un endroit où se reposer de cette manière. Le soleil dardait encore avec trop de force ses rayons sur le parc décoré de vert, et allongé ici sans protection contre le soleil que cette eau dont-il s'était aspergé le visage, le jeune homme risquait d'atrapper une insolation ou d'atroces coups de soleil. Hmm, ce n'était pas comme si la demoiselle Windgrad se préoccupait de l'état de santé de cet homme aux yeux clairs, non. C'était là juste une simple déduction qu'elle avait fait de la situation dans laquelle elle avait trouvé ce dernier. Il pouvait s'allonger là s'il le voulait, elle espérait juste alors que s'il recommenceait ceci, il atrapperait des coups de soleil et souffrirait des jours durant. Annabelle n'était pas une sadique, loin de là, même, mais était quelqu'un qui était persuadé qu'il avait toujours et toujours raison. Par conséquent, si elle avait conclut que faire ceci était stupide, alors c'était forcément et indubitablement stupide. Et si lui ne la croyait pas, alors il devait bien être puni. A s'amuser à faire passer sa main au dessus de la flamme de la bougie, on finissait forcément par se brûler, non? C'était ce genre de principe qu'on apprenait aux jeunes enfants, après tout.

Annabelle fit de nouveau tourner son ombrelle sur elle même, son pâle et fin visage protégé de la lumière du soleil par le tissu d'un rose pâle et les dentelles blanches qui le parcourait. Le jeune homme aux cheveux foncés s'était correctement retourné vers elle, un grand sourire étirant ses fines lèvres. La jeune Noble ne répondit à ce sourire chaleureux et acceuillant qu'un air neutre, accompagné d'un petit froncement de sourcils. Ce visage lui disait quelque chose. Lorsqu'il s'était retourné vers elle la première fois, elle n'avait pas eu le loisir de bien pouvoir le détailler à cause de la position dans laquelle il s'était mis alors. Mais maintenant qu'elle le voyait bien et dans la lumière, il lui disait définitivement quelque chose. Cette forme de visage, cette étrange couleur d'yeux, ces cheveux en bataille...Plus elle les regardaient, plus ils lui disaient quelque chose. Et si ce garçon lui disait quelque chose, alors il devait être quelqu'un de particulièrement important. Socialement, elle voulait dire, pas important pour elle. S'il avait été important à ses yeux, elle l'aurait immédiatement reconnu, cela allait de soit. Non, socialement, ce garçon devait avoir un statut assez élevé. Mais son identité exacte, avec seulement son visage, elle n'aurait pu s'en souvenir. Annabelle était quelqu'un qui retenait assez bien les noms, mais moins les visages. Elle avait une excellente mémoire, mais de ce côté là, c'était plus la mémoire auditive qui jouait. Les noms qu'elle avait entendus lors de soirées, elle pourrait immédiatement coller sur eux un visage si elle les réentendaient. Cependant, les visages qu'elle revoyaient, elle avait plus de mal à coller un nom dessus. Enfin, si le jeune homme lui faisait part de son nom, elle saurait alors qui il était, il était inutile de se torturer l'esprit pour cela.

D'ailleurs, il lui sembla bien qu'il s'apprêtait à parler, justement.

« Je vous assure que je ferais bien plus attention la prochaine fois dans ce cas. Vos espérances seront vaines si je fais cela, n’est ce pas ? »

Un semblant de sourire étira les lèvres d'Annabelle, en un rictus plus moqueur qu'aimable à l'entente de cette phrase. Il allait le refaire, mais ferait plus attention, c'était bien ça? Quelle contradiction à ce qu'elle aurait voulu entendre. S'il l'avait approuvé et dit que jamais il ne le referait, alors la demoiselle en rose aurait été parfaitement satisfaite. Seulement, elle avait apprit au bout de 17 ans d'existence que les gens faisaient rarement ce qu'on leur intimait de faire lorsque cela n'était pas dans le cadre de leur travail. Beaucoup de personnes avait ce fâcheux esprit de contradiction qui les poussaient à contredire toutes les idées de leur interlocuteur, pour défendre leurs propres idées ou juste par contradiction, justement. Une véritable réaction d'enfant, qui énervait en général beaucoup les autres. Bien que ce jeune homme ne lui ai pas dit ce qu'elle voulait entendre, et même laissé filtrer un petit rire qu'elle aurait pu mal interprêter, Annabelle n'était pas pour autant fâchée. Ce garçon semblait avoir de la répartie, hm. Ce serait encore plus drôle de rabaisser toutes ses idées et encore les rabaisser plus il la contredirait. Le jeu était toujours tellement plus amusant quand la difficulté s'en emparait. La victoire n'était que plus esquise à savourer, et la fierté d'avoir gagné encore plus grande.

« Mlle.Windgrad, si je ne me trompe pas. Je m’appelle Senri Axel, peut-être avait vous déjà entendu mon nom, en mal ou en bien, il n’y a que l’embarra du choix ! »

Oh. Le garçon s'était totalement redressé vers elle en prononçant cette phrase, lui faisant à présent face. Sa phrase réussit à arracher une petite mine surprise à la jeune fille aux cheveux blonds, et ce poiur deux raisons: La première raison était qu'il venait de lui sortir son nom de famille, il se souvenait donc de son visage, qu'il avait du croiser à un quelconque bal. Cela l'étonna un peu, elle ne rencontrait pas beaucoup de personnes capables de retenir le nom d'une Noble tout ce qu'il y avait de plus commune. Mais ce qui surpris le plus la jeune femme fut l'identité de celui qui se trouvait devant elle. Axel Senri. Voilà donc le nom de ce jeune garçon qu'elle était sur de connaître. Et en effet, elle le connaissait bel et bien; Mais qui n'aurait pas reconnu le nom du très 'célèbre' conseiller du Prince Della'Morte? Plus encore qu'un Stratège ou un Général, il était très connu au sein du château. Moins que le Prince, certes, mais il jouissait tout de même d'une notoriété assez impressionante. Après, en bien ou en mal, comme il l'avait dit...Annabelle en avait entendu parler dans les deux sens. Le Sir Senri passait pour quelqu'un de très intelligent-Elle devait admettre qu'il devait l'être aussi, foircément-, qui remplissait bien son travail, mais également pour un garçon à la personnalité assez vive et brusque, parfois même un peu lourd sur les bords. Elle n'avait jamais eu l'occasion de lui parler jusqu'à présent, mais à le voir ainsi, elle pouvait déjà dire que tout ce qu'on disait sur lui du côté de sa personnalité devait malheureusement être assez vrai. Enfin, elle verrait bien.

"Si vous le refaites, je me ferais un plaisir de personnellement venir vous écraser avec mes plus belles chaussures, Mr.Senri, lui dit-elle avec un grand sourire et une voix qui sonnait clairement moqueuse. Simplement pour vous prouver que vous allonger là est une très mauvaise idée."

La jeune femme à l'ombrelle jeta un rapide coup d'oeil vers la main tendue du garçon, qui venait de nouveau de la saluer. Ses grands yeux bleus repassèrent cependant rapidement au visage du garçon, et elle ajouta, ignorant royalement le geste qu'il avait eu envers elle:

"Et pour ce qui est de votre réputation, je dois dire que les rumeurs sont bien mitigées."

Elle souriait toujours de la même manière lorsque, refaisant tourner la manche de son ombrelle dans sa main blanche, elle éleva une troisième fois sa voix, avançant d'un pas en direction d'Axel afin de pouvoir lui parler plus commodément:

"Mais pourrais-je savoir ce qu'une personne de votre rang fait en ces jardins à s'allonger dans l'herbe comme un enfant du peuple?"

Simple question de politesse, pas vraiment de curiosité. Ce qu'il faisait là ne la concernait pas le moins du monde, comme elle l'avait pensé plus tôt. Mais en tout cas...il faisait toujours vraiment trop chaud

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Sam 10 Oct - 0:01

[Hs(Parce que j'aime les Hs xD):Tadam, tadam^^. Mais tu peux pas savoir à quel point Annabelle me fait rire xD.
Sans compter la différence de caractère des deux, c'est impressionnant 8D]

  • Pour Axel, la stupidité était quelque chose de très amusant. Lui-même s’en jouait très bien. Après tout, quelqu’un d’intelligent peut facilement se faire passer pour un imbécile, mais le contraire semble difficile.

    Et parfois, on pourrait ce demander de quel côté le jeune homme était. Beaucoup de gens pensait qu’il était un parfait imbécile et qu’il avait obtenu son poste par l’intermédiaire de son amitié avec le prince. Ils en étaient même convaincus. Ce genre de préjugés, Axel leurs riaient au nez. Dès qu’il entendait quelque chose du même genre que cela, il riait. C’était inexplicable. Il n’avait jamais cru à ce genre de choses, du à son expérience personnelle. Justement, peut-être était-ce à cause de son rire qu’il abordait si souvent et son sourire qui ne disparaissait quasiment jamais qu’on disait qu’il était un parfait exemple de stupidité. Et à cela, le jeune conseiller y répondait par un sourire énigmatique, et parfois même, il tirait la langue. Cela dépendait du statut, bien entendu. Comme si il voulait renforcer cette opinion du parfait idiot. Mais Axel est quelqu’un de très joueur, et qui possède un esprit de contradiction très présent. Généralement, il fait le contraire de ce qu’il veut qu’il fasse. Et surtout, le fait de passer pour un imbécile lui donne en quelque sorte plus d’avantage. La surprise est toujours quelque chose d’intéressant. Axel étant un grand enfant, il aime jouer et surprendre. Et globalement, tout semble bien fonctionner pour lui. Lorsqu’il a bien embobiné les gens dans son affaire et fait croire à tout le monde qu’il est le modèle exemplaire des imbéciles, il aime énormément leur donner tord. D’une manière ou une autre, c’est ainsi. C’est un peu sa manière de faire, de prévenir les autres de ce méfier des apparences. Un peu comme si il voulait incorporer un écriteau dans la tête des autres. « Attention, ne vous arrêtez pas au premier jugement ! ». C’est ainsi que l’on évite beaucoup d’incident, d’ailleurs. Ceux qui semble gentil ne le sont pas toujours, et inversement. Ceux qui semblent riche non plus. Il y a tellement de chose comme cela… en quelque sorte, Axel donne un apprentissage assez particulier. Oh, pas à tout le monde, juste sur certaines personnes qui lui semblent trop naïve et qui pourrait facilement se faire attraper. Mais il reste prudent, l’habit ne fait pas le moine.

    Mais enfin, il est bon de savoir que le conseiller du roi n’est pas un parfait abruti. Il est même plutôt intelligent, sans vouloir s’en vanter. Et il a aussi une mémoire assez… développée, oui. Etant conseiller, parfois, il faut bien se souvenir de certaines personnes douteuses et autres choses. Il est bien utile la plupart du temps. Mais pour cet adulte -voir encore adolescent- à peine sorti de l’enfance, le travail peut sembler rude et long. En tant que jeune homme responsable, Axel fait toujours son travail. Et il profite pleinement de son temps de pause … Et du temps de paix aussi.
    Pour l’instant, une paix relative plane. Il y a des morts, certes. Et quelques batailles aussi. Mais pour l’instant, tout va pour le mieux. Cependant, si une offensive venait à être décider d’un côté ou de l’autre, il serait temps pour lui de fonctionner à plein temps. Ainsi que l’armée, le stratège, les villageois… Et le prince, bien entendu.

    Cependant, il n’était pas le temps de penser à la guerre, puisqu’il avait un moment de pause. Pas le meilleur moment, parce que le soleil tapait abruptement sur le pays, mais un moment agréable tout de même. Le ciel était bleu, sans nuage, presque parfait… Un vrai délice. Mais il fallait avouer que attraper un coup de soleil ou/et une insolation, il valait mieux éviter. Peut-être était-ce la raison de la désertassions de ce bel endroit. Et aussi de son étonnement de rencontrer une aussi jolie demoiselle devant le lac. Avec un teint aussi blanc qui lui donnait un air de poupée fragile, sa silhouette relativement chétive et ses fins cheveux blonds, Axel aurait bien eu du mal à s’imaginer pouvoir tomber sur une noble ainsi par cette chaleur.
    D’habitude, ce genre de personne restait plutôt cloîtré chez elles par ce temps. De peur de sentir la transpiration, de prendre un coup de soleil, et tout plein d’autre choses du même genre. Du coup, cela avait étonné le jeune homme. Pas non plus qu’il lui en faille beaucoup pour, mais bon. Ce n’était pas le genre de personne qu’il s’attendait à voir en pleine après-midi d’été. Mais il avait décidé de ne pas faire de préjugé. Alors … Pourquoi pas ?

    Et d’une certaine manière, la suite lui avait donné raison.

    En effet, lorsque la jeune demoiselle, dont il estimait l’âge à 16, 17 ans, avait parlé, il avait été lui-même surpris. Cette jeune fille qui lui semblait si douce ne mâchait pas ses mots. Il appréciait ce genre de personne franches, même si il fallait avouer que la façon dont elle l’avait dit aurait facilement pu jeter un froid. Mais le caractère naturellement enjoué d’Axel l’avait mis sur un autre chemin. Celui de la bonne humeur et… Et voila^^. Il fallait avouer que cela n’avait pas forcément l’air de fonctionner avec la noble. Et bien… Il allait devoir faire preuve d’un certain répondant. Mais il savait aussi que ce genre de comportement pouvait facilement énerver du à son sourire qu’on pouvait prendre pour arrogant, moqueur. Mais il n’y pouvait pas grand-chose à vraie dire. Les gens prenaient cela comme ils voulaient, Axel n’était pas quelqu’un de très compliqué.
    Il fut tout de même assez réjoui d’avoir pu arracher à ce visage qui semblait fait de glace, une sorte de mimique surprise. Ah oui, il avait retenu son nom, bonne chose, visiblement… Mais enfin. Déjà la Windgrad ré-enchainait, ignorant royalement la main qu’il lui avait tendu, par la même occasion^^.

    "Si vous le refaites, je me ferais un plaisir de personnellement venir vous écraser avec mes plus belles chaussures, Mr.Senri. Simplement pour vous prouver que vous allonger là est une très mauvaise idée."

    Elle arborait un grand sourire moqueur qui fit sourire encore plus le jeune conseiller. Cette fille lui faisait passer un agréable moment, même si elle pouvait être convaincue du contraire. Il eu un petit rire à l’énoncer de ces paroles. Mais Axel ne répliqua pas, attendant patiemment la deuxième réplique qui allait venir, il le savait. Il fixa un instant l’ombrelle rose que la jeune noble faisait tournoyer entre ces fins doigts. Simple pulsion. Pas qu’il aille envie d’une ombrelle rose, bien entendu ! Oh, tiens, Annabelle Windgrad reprenait la parole. Il en était tout ouï.

    "Et pour ce qui est de votre réputation, je dois dire que les rumeurs sont bien mitigées."

    Ça pour être mitigées, elles l’étaient ! Mais Axel ne s’en souciait guère. Il avait d’autres choses plus intéressantes à faire, justement. Comme… Flâner dehors et parler à une noble avec une façon de parler et d’agir relativement peu sympathique. Que la vie était belle, n’est-ce pas ? La jeune blonde fit un pas en avant, certainement pour ne pas être obligé de parler trop fort. C’était bien plus commode ainsi. D’ailleurs, le garçon pu remarquer qu’il était plutôt grand à coté de la frêle demoiselle. Pas étonnant au final. Et hop, elle reparlait à nouveau !

    "Mais pourrais-je savoir ce qu'une personne de votre rang fait en ces jardins à s'allonger dans l'herbe comme un enfant du peuple?"

    Axel eu de nouveau un sourire. Il doutait fortement que cette question lui soit posée par curiosité et intéressement réel par rapport à lui. Plus comme une sorte d’automatisme, de formalité. Il était noble, il comprenait donc complètement ce genre de chose. Mais il préférait largement jouer, rebondir joliment dessus. Voyant que la jeune femme avait épuisé toutes ces belles paroles, il fit appel à sa voix, prenant son ton habituellement doux et enjoué à la fois. On ressentait tout de suite de la gaieté dans sa voix. Mais il était plus compliqué de décrypter le reste.


    « Et bien, ma chère Demoiselle, je serais flatter que vous usiez de vos plus belles chaussures pour venir m’enseigner quelque chose que j’ai malheureusement mal compris. Je penserais donc à vous la prochaine fois qu’il me reprendra cette envie, je vous l’assure. »


    Il fit une légère pause, étirant encore un peu son sourire. C’était un sourire sincère, quoi que un peu moqueur sur les bords. Axel était totalement enclin à « plaisanter » aujourd’hui. Rien de mieux qu’une bonne discussion avec quelqu’un qui sache réellement argumenter et possédant du répondant pour se remettre d’aplomb. Étrangement, il sentait déjà beaucoup moins la chaleur, trop occupé à autre chose, certainement. Il reprit la parole doucement, comme pesant chacun de ces mots avec une lueur amusé dans les yeux.

    « Voici là une bien bonne question. Je doute fortement que mes activités puissent sincèrement intéresser une demoiselle aussi distinguée que vous, dit-il en souriant toujours, les yeux rivés sur la Windgrad. Je pourrais reformuler la question afin de vous la poser. Que fait donc une aussi belle demoiselle de votre rang sous ce soleil agressant en ce début d’après-midi ? »

    Il souriait toujours. En réalité, il ne cesserait pas de sourire pour le moment. Et il se doutait bien aussi de la raison de la présence de la jeune demoiselle. Mais engager une conversation avec rien était sa spécialité. Il avait d’ailleurs fait de son mieux pour éviter la question, pour astucieusement avoir une chance d’argumenter encore un peu. Il ne comptait pas passer son après-midi à lui parler non plus. Même quelques 5 minutes lui suffiraient. Et il ne serait pas non plus mécontent que la conversation se termine de suite, juste un peu déçu, sans doute…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Sam 14 Nov - 19:03

Le garçon en face d'elle continuait de sourire, pas avec un sourire moqueur, mais qui semblait venir du coeur. Il riait et souriait, sans s'énerver, visiblement hanté par la bonne humeur malgré le soleil de plomb qui devait fortement lui tapper sur la tête et la jeune femme moqueuse avec qui il parlait. En entendant le rire du jeune conseiller et à la vue de ce sourire si brillant, Annabelle eu envie de frapper le jeune homme en question, envie qui se traduisit par un léger pincement des lèvres et un petit froncement de sourcils. Bien, bien, il semblait de bonne humeur, cet energumène aux cheveux cuivrés, cela se voyait et s'entendait. Annabelle ne pu s'empêcher de se demander ce qui pouvait le mettre de si bonne humeur, d'ailleurs, car sur l'instant, elle devait admettre que c'était une grande inconnue à son tableau. Oh, comme elle détestait les inconnues. Etait-ce le soleil qui le faisait sourire ainsi? Peut-être que le Conseiller du Prince trouvait hilarant de transpirer et avoir beaucoup trop chaud, elle n'en savait rien, après tout. Mais cela ne l'aurait pas étonné, il semblait faire parti de ce genre de personnes qui s'amusaient de choses qui étaient tout sauf drôles aux yeux des autres, ces personnes qui riaient sans que l'on sache bien pourquoi. A moins que ce ne soit le fait de voir quelqu'un qui le rende souriant? S'il souriait dès qu'il croisait une personne, il allait vite atrapper une crampe de la bouche, de l'avis de la demoiselle en rose. A moins que ce ne soit encore le fait d'avoir croisé quelqu'un près d'un lac? Non, cela devenait trop tordu, à ce niveau là...Ou peut-être était-ce ces trois conditions réunies? Penchant légèrement sa tête sur le côté, ses doigts se resserant sensiblement sur la poignée de son ombrelle, Annabelle pensa qu'il pouvait aussi tout simplement être profondément idiot et ne sourire pour rien en particulier. Ah, ça devait être ça. Il avait bien l'air d'un idiot qui ne souiriait pour rien, avec son grand...sourire, justement. D'ailleurs, voilà qu'après quelques secondes de silence, il semblait vouloir ouvrir la bouche, sûrement pour répliquer quelque chose à son petit discours:

« Et bien, ma chère Demoiselle, je serais flatter que vous usiez de vos plus belles chaussures pour venir m’enseigner quelque chose que j’ai malheureusement mal compris. Je penserais donc à vous la prochaine fois qu’il me reprendra cette envie, je vous l’assure. »

Elle éspéra qu'il ne penserait plus jamais à elle, alors. Qu'il ne recommence jamais ceci, qu'elle n'ai pas à venir l'écraser réellement si elle le reprenait allongé ici même, près du lac, ou même en travers d'une allée pavée un jour où elle aurait décidé de se dégourdir les jambes. Elle imaginait qu'entre l'herbe ou une allée, il ne verrait pas la différence. Remarque, il atrapperait des coups de soleil dans les deux cas, et au ire, une insolation. Bien méritée, cependant. Ca plus la marque de ses talons sur son ventre ferait une assez bonne punition, de son avis. Sûrement ne recommencerait-il pas après avoir subuit pareil traitement. Ou alors, c'est qu'il était masochiste, et là, Annabelle n'y pouvait rien, ce n'était plus de son ressort: Les idiots, elle savait comment leur parler, mais les malades mentaux et les détraqués, c'était autre chose, elle devait l'admettre.

« Voici là une bien bonne question. Je doute fortement que mes activités puissent sincèrement intéresser une demoiselle aussi distinguée que vous. Je pourrais reformuler la question afin de vous la poser. Que fait donc une aussi belle demoiselle de votre rang sous ce soleil agressant en ce début d’après-midi ? »

Si Annabelle avait pour un instant quitté ce sourire moqueur qu'elle arborait souvent pour parler aux autres, et le récupéra immédiatement lorsqu'Axel eu finit de parler. Tiens donc, voilà qu'il se mettait également à faire le curieux hyprocrite, amusant. Elle aurait du se douter pourtant qu'il lui retournerait la question sans y répondre, c'était typique, tant de gens le faisait pour éviter d'avoir à répondre et détourner le sujet de la conversation par la même occasion. Son regard n'avait pas quitté Axel depuis qu'elle avait commencé à lui parler, et elle continua à le regarder en souriant sans rien dire une bonne minute encore. Il était plus grand qu'elle, tiens. Ce n'était pas étonnant en soit, la plupart des hommes du château la dépassait de quelques bons centimètres. Les hommes étaient censés être plus grands que les femmes, et si ce n'était pas le cas de tous, c'était le cas de la plus grande majorité. Elle, elle était dans la moyenne, elle avait une taille parfaite pour une demoiselle de 17 ans qui ne grandirait plus dans les années à venir. Axel Senri, qui devait mesurer aux alentours du mètre 80, peut-être un peu plus un peu moins, avait lui aussi une taille satisfaisante pour un homme de soin âge. Enfin, même s'il était très beau et grand, il était loin d'atteindre la perfection qu'elle avait atteint, bien évidemment. Il était strictement inférieur à elle niveau perfection, cela allait de soit, et le serait toute sa vie, à moins qu'il ne devienne quelqu'un de très particulier à ses yeux, ce dont-elle doutait fort. Au mieux, il pourrait devenir une personne qui lui donnerait de l'urticaire à chaque fois qu'elle le verrait, mais c'était bien tout.

"Exactement, je me fiche complètement de ce que vous faites, du moment que cela ne me touche pas directement ou indirectement, fit Annabelle, toujours moqueuse et toute sourire, Toutefois, j'aimerais tout de même savoir ce que vous faites là, je ne vous fais pas confiance, et vous pourriez tout aussi bien être dangereux. Rassurez moi et dites moi que vous ne cherchiez pas en vous allongeant là un moyen de renverser notre actuelle monarchie."

La jeune Noble aux cheveux blonds laissa s'échapper un petit rire, toujours moqueur évidemment, à la fin de cette phrase. Sans quitter des yeux Axel, juste à quelques pas devant elle, elle ajouta, sans laisser le temps à Axel de rétorquer quelque chose s'il l'avait voulu:

"En ce qui concerne la raison de ma présence ici, je ne vous la donnerais que lorsque j'aurais la certitude que vous ne comptez pas m'assassiner, bien que je me doute que vous devez avoir une raison du pourquoi malgré tout."

Annabelle laissa son regard dériver sur l'eau bleue du lac pour quelques secondes, avant de ne regarder de nouveau Axel, sans perdre son charmant mais hyprocrite et moqueur sourire. Tout de même, sans elle, ce garçon aurait eu bien des problèmes, non? Si un enfant était passé et lui avait marché dessus...Le spectacle aurait été plaisant, certes, mais la question n'était pas là. N'avait pas-t-elle fait une bonne action en lui conseillant de ne plus s'allonger dans l'herbe ainsi sous peine d'être écrasé? Vraiment, elle était bien bonne et généreuse d'ainsi donner gratuitement des conseils aux enfants inconscients. Heureusement qu'elle était là, n'est-ce pas?

"Vous devriez me remercier d'exister, Mr.Senri, fit finalement Annabelle avec un petit soupir et une mine faussement désolée, sans moi, qui sait ce qui aurait pu vous arriver, si on ne vous avait pas vu et qu'un enfant vous avait marché dessus ou lancé des pierres en vous prenant pour un cadavre de chien."

Dite avec ce ton éxagérément désolé, la phrase d'Annabelle aurait pu faire rire bon nombre de personne, bien que ce ne soit là pas son but initial. Elle voulait vexer et dominer l'homme dans cette conversation entre deux personnes très différentes, être la gagnante, celle qui s'en irait en souriant à la fin. C'était amusant, de se battre, surtout lorsque l'on pensait que l'avantage nous revenait et que la partie était gagnée d'avance.

[Moi, c'est Axel qui me fait rire...J'étais super inspirée, je devrais poster plus avec Annabelle.XDDDDDD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Sam 5 Déc - 3:17

Axel n’était pas quelqu’un de foncièrement méchant, hypocrite ou encore misogyne.

Au contraire, il était plutôt gentil, sincère et sociable avec n’importe qui. C’est simple, plus sociable que lui ici, ce doit être assez compliqué à trouver. C’est toujours trouvable, mais… Faites le lui rencontrer un jour ? On est certain que la conversation sera pratiquement impossible à arrêter. Et aujourd’hui, il aurait pu parler avec la pire des pestes, il aurait continué d’être d’aussi bonne humeur. Il aurait pu parler avec un petit copain a sa sœur, il ne l’aurait pas envoyé balader… Hors, en ce moment même, il parlait avec une jeune demoiselle. Enfin, parler… Disons qu’ils se renvoyaient comme une sorte de balle, de parole. C’était assez jouissant. Cela rebondissait, sur l’un comme sur l’autre, avec une facilité déconcertante. Enfin, du moins, pour lui, c’était un jeu d’enfant. Il s’amusait beaucoup. Cela pouvait paraitre totalement fou et hypocrite de s’amuser sur le dos des autres, mais il ne lui semblait pas que la jeune demoiselle peinait ou soit peinée un seul instant. Sinon, ce n’aurait pas été ainsi, pas aussi amusant. Elle pouvait être la pire des pestes, il aurait eu le même sourire satisfait et joyeux. Oh, elle devait probablement le prendre pour un diminué mental malgré son statut, mais il n’empêchait pas qu’il s’amusait follement. Il ne cessait de sourire à pleines dents à la jeune fille. Celle-ci affichait un sourire moqueur. Elle était moqueuse et probablement obstiné. Peut-être voulait-elle obtenir la ‘victoire’… Sincèrement, il la lui donnerait volontiers. S’il n’avait pas eu l’envie imperturbable de continuer cette heureuse conversation. Ce n’était pas la première fois qu’il était aussi motivé pour une ‘conversation’. Juste qu’aujourd’hui était un beau jour. Et puis… Il fallait bien dire que la jeune Windgrad n’était pas désagréable à regarder. De beaux yeux d’une belle couleur, de beaux cheveux blonds à l’air soyeux, un jolie visage, un jolie sourire, une taille normale… Non, sincèrement, elle était séduisante, tout ce qu’il y avait de plus « mignon ». C’était ainsi qu’Axel appelait les jolies filles qu’il voyait. Une manière plus jolie que dire « canon ». Cela faisait moins vulgaire, plus doux. Parce qu’il avait beau être assez furtif avec les femmes, il n’empêchait pas qu’il était sensible. Et puis, cette fille là n’était pas comme d’autres qui lui fonçait dessus pour son statut ou autre. Au contraire, elle « l’attaquait », si ce mot pouvait être utilisé. Et il ne pouvait qu’apprécier sa résistance. Oh, peut-être qu’après cela, il ne la verrait plus. Elle ne serait sans doute jamais très importante dans sa vie… Enfin, l’avenir nous le dira, n’est-ce-pas ? Axel ne pouvait pas aisément ce qu’il pouvait bien arriver. Si cela se trouve, en se levant le lendemain, le château serait en feu, sa sœur se serait fait enlever, ou alors, sa mère serait guérie, pour un peu de gaieté. Mais il en doutait sincèrement. Il y avait effectivement peu de malheurs et d’espoir que cela arrive…

Pour l’instant, il continuait de regarder avec ses yeux d’une étrange couleur bleuâtre la jeune demoiselle aux cheveux blonds, qui lui souriait toujours avec un certain mépris, moquerie.


"Exactement, je me fiche complètement de ce que vous faites, du moment que cela ne me touche pas directement ou indirectement. Toutefois, j'aimerais tout de même savoir ce que vous faites là, je ne vous fais pas confiance, et vous pourriez tout aussi bien être dangereux. Rassurez moi et dites moi que vous ne cherchiez pas en vous allongeant là un moyen de renverser notre actuelle monarchie."


Axel l’écouta rire, agrandissant encore un peu son sourire qu’il avait légèrement effacé en l’écoutant parler. Et elle évitait avec aisance sa question. Enfin, pour être plus précis, la question qu’elle-même avez posé. Axel riait avec son sourire, parce qu’il ne pouvait pas rire ouvertement à présent. Il attendait ce qu’elle avait à dire d’autre. Hey, il était poli, on lui avait toujours rabâché de ne pas couper la parole ! Et il eu raison, puisque peu après, la Windgrad repris la parole, un sourire moqueur toujours accroché aux lèvres. D’ailleurs, même la moquerie s’entendait dans sa voix.

"En ce qui concerne la raison de ma présence ici, je ne vous la donnerais que lorsque j'aurais la certitude que vous ne comptez pas m'assassiner, bien que je me doute que vous devez avoir une raison du pourquoi malgré tout."

Hum… C’était bien ce qu’il lui semblait, elle trouverait bien une solution pour se défiler. Oh, mais sans doute qu’il trouverait bien quelque chose pour arranger cela. Il n’avait pas réellement envie de la laisser gagner sur cette partie là. Axel vit le regard de la jeune fille dériver un instant avant de revenir sur lui. Lui ne la quittait pas des yeux. C’était la chose la plus passionnant à voir, vu qu’il connaissait déjà cette vue par cœur, bien qu’il était certain que c’était toujours aussi magnifique, bien entendu. Mais le paysage éphémère de Annabelle était plus intéressant, sans doute… Et bien, il était un homme, avant tout…

"Vous devriez me remercier d'exister, Mr.Senri, sans moi, qui sait ce qui aurait pu vous arriver, si on ne vous avait pas vu et qu'un enfant vous avait marché dessus ou lancé des pierres en vous prenant pour un cadavre de chien."


Pendant un instant, Axel hésita entre le rire et l’incrédulité. Il cligna des yeux deux ou trois fois avant de finalement choisir le milieu, avec un sublime sourire en coin, moqueur, exclusivement. Le ton faussement et exagérément désolé qu’elle avait utilisé ainsi que la même mine qui allait avec aurait fait bel et bien rire bon nombre de personne. Et il fallait avouer qu’il l’aurait bien fait. Cependant, le fait qu’il aille a la remercier d’exister le faisait tout aussi rire. En même temps, il était… « Éblouie ». Elle semblait en même temps un peu sérieuse. Personne ne l’avait jamais « affronté », si l’on pouvait dire. Et il s’amusait bien. Il avait beau paraitre stupide, il ne fallait pas y croire. En tout cas, si elle le pensait, il pensait qu’elle avait pas mal de répondant… Mais il serait déçu si elle le sous-estimer. Mais après tout, il n’avait rien à voir ensemble, tout les deux. Ce serait juste… Une rencontre enrichissante qu’il oublierait…

Le Senri continuait de sourire moqueusement. Et finalement, après quelques secondes de silence, il reprit, de sa belle voie toujours aussi joyeuse et légèrement moqueuse, la parole.


« Et bien… Je crains de ne point pouvoir répondre à votre requête. Je ne répondrais que lorsque j’aurais la certitude que vous ne montez pas un coup pour tenter de m’assassiner dès que je baisserais ma garde. Ainsi, si nous continuons, nous allons bien finir par se méfier comme de la peste de l’un et de l’autre… »

Ironique, n’est ce pas ? Il pouvait effectivement retourner les mêmes conditions. Il aimait bien se servir de ce que disaient les autres pour leur servir sur un plateau. Il était ainsi. Pour son métier, il devait bien se servir de tout ce qu’il se disait et ce qui courait. Il savait se servir de sa tête, tout de même !

« En revanche, je peux vous assurer que je crois en moi et que je crois donc que je ne vais rien attenter contre votre vie, soyez en tranquille. »

Il continuait de sourire assurément, ses yeux dérivant un instant sur le jardin avant de se reporter sur Annabelle. Finalement, il allait en arriver au moment ou elle affirmait lui avoir sauvé la vie. Il leva légèrement les yeux, de façons à ne voir que le haut de sa tête, ses cheveux blonds. Il eu comme un léger soupir et prit un air gâteux, reconnaissant, avec de grands yeux et un sourire béa. C’est ainsi qu’il reprit la parole d’une voie exagérément enthousiasme, en rabaissant son visage et son regard sur Annabelle.

« Oh, je ne vous remercierais jamais assez, Mlle.Windgrad. Vous avez, pour sûr, sauver ma vie ! Je vous suis tellement reconnaissant ! Il est vrai que ce serait malheureux que je finisse blesser par une pierre et que j’en meurs. Merci, sincèrement ! Que les enfants sont ingrat de notre temps, s'acharner sur un pauvre cadavre... »

Voila qu’il faisait son hypocrite ! [Quoi qu'il pensa sincèrement que s'acharner sur un chien fut horrible xD] Mais c’était amusant. Il ne faisait cela que pour s’amuser au final. Passer un bon moment, tourner la situation à son avantage. Si la jeune fille prenait l’avantage sur lui, et bien… Qu’il en soit ainsi. Il ne cherchait pas à « gagner » quoi que ce soit. Sa satisfaction serait qu’il ce soit bien amuser, que la balle aille bien rebondie !

[Ces deux là sont hyper inspirant, c'est affolant xDDD. Moi je continue à dire que c'est Annabelle qui me fait le plus rire, contre son gré XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Mar 22 Déc - 20:23

Axel ne cessait de sourire depuis qu'il lui avait adréssé la parole, et cela commenceait à réellement énerver Annabelle, qui avait l'étrange sentiment qu'il se fichait complètement d'elle. Autant au début, elle avait cru qu'il n'était qu'un masochiste ou un imbécile heureux que la chaleur rendait particulièrement de bonne humeur, autant maintenant elle était intimiment persuadée qu'il se payait ouvertement sa tête. Ce sourire qu'il arborait ne faisait que la conforter dans cette idée déplaisante, ce sourire moqueur qu'elle connaissait si bien pour l'avoir plusieurs fois vu sur son propre visage alors qu'elle s'admirait dans une glace. Elle ne pouvait se tromper, c'était quelque chose qu'elle ne connaissait que trop bien, les expressions du visage des personnes auxquelles elle avait parlé, toutes ces mimiques, elle avait apprit avec le temps à coller un adjectif dessus. Annabelle Windgrad était une sale peste hypocrite qui se délectait du malheur des autres et se trouvait supérieure. Et jamais la jeune Noble n'avait trouvé cette attitude handicapante ou dérangeante. Sûrement que les autres si, ces personnes qu'elle avait critiqué et bléssé, ces personnes qui avaient sans doute du la maudire une bonne centaine de fois. Mais était-ce sa faute si elle était meilleure que les autres? Ils n'avaient qu'à critiquer leur propre médiocrité, elle, elle n'avait fait que dire une vérité qui dérangeait. Enfin, cet imbécile aux cheveux cuivrés se payait sa tête, et elle détestait cela. Elle avait l'impression de perdre à ce petit jeu, ou du moins de perdre l'avantage qu'elle avait eu l'impression d'avoir au début. Cela ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Si elle s'était écoutée, elle aurait de ce pas donné un coup d'ombrelle sur la tête du Conseiller afin de lui apprendre le respect qu'il se devait de lui donner. Mais fort heureusement, elle parvint à se contenir, et continua de sourire à Axel, d'un sourir pincé où l'énervement pointait somptueusement. Enervée, certes, fâchée, oui, mais toujours avec un sourire. Il fallait être agréable en toutes circonstances, et un joli sourire était la meilleure manière de le paraître, Annabelle était bien placée pour le savoir. Axel également, d'ailleurs. Ils avaient du évoluer dans un contexte similaire où les apparences primaient sur tout, et lui aussi devait être habitué à faire semblant, lorsque cela s'avérait nécéssaire. Quelle chance il avait qu'elle puisse se retenir, tout de même. Sinon, la conversation aurait rapidement prit une tournure physiquement violente. Enfin...de sa part, en tout cas.

« Et bien… Je crains de ne point pouvoir répondre à votre requête. Je ne répondrais que lorsque j’aurais la certitude que vous ne montez pas un coup pour tenter de m’assassiner dès que je baisserais ma garde. Ainsi, si nous continuons, nous allons bien finir par se méfier comme de la peste de l’un et de l’autre… »

Annabelle élargit son sourire, baissant légèrement son ombrelle en avant. C'était sûr, à continuer de se renvoyer la même balle, ils finiraient par se trouver aussi suspect l'un que l'autre, impliqués dans des coups d'états imaginaires et meurtres chimériques en tout genre. La demoiselle Windgrad poussa un discret soupir, attendant la suite. Il était clair que le sir Senri allait encore éléver la voix, et elle ne voulait pas le couper dans un tel élan. Elle n'avait pas vu beaucoup de personnes rester aussi calmes à ses sarcasmes, et cela faisait très longtemps que quelqu'un n'avait pas réussi à l'énerver de cette façon. Alors même si elle aurait volontiers eu envie de lui fracasser la tête à l'aide de son ombrelle, elle continuerait de l'écouter jusqu'à ce que ce soit son tour de parler. De cette manière, ils pourraient pleinement apprécier ce petit combat de mots dont-elle éspérait bien sortir vainqueur à la fin. Rabaisser cet homme plus bas que terre se faisait de plus tentant de minute en minute.

« En revanche, je peux vous assurer que je crois en moi et que je crois donc que je ne vais rien attenter contre votre vie, soyez en tranquille. »

Le regard d'Axel s'était détourné d'elle l'espace d'une demi-seconde, mais elle s'en aperçu aisément. Après tout, dès toute petite, elle avait apprit à observer pour mieux réagir, pour pouvoir atrapper le petit défaut de l'autre, de façon à ce que même s'il ne se montrait presque pas, elle pouvait en tirer bénéfice et l'exacerber autant qu'elle le voulait. C'était le moyen le plus éfficace de terrasser quelqu'un, exploiter ses faiblesse et ses défauts, la Noble aux couettes le savait. Celui qui en savait plus sur l'autre partait avec un très net avantage, c'est pourquoi la jeune femme n'avait que moyennement aimé le fait qu'il se soit souvenu de son prénom. Ce n'était pas très grave en soit, mais cela l'avait tout de même perturbée. Elle s'était demandée, elle n'avait pas pu s'en empêcher, ce qu'il savait sur elle. Pas grand chose de plus que son nom, sûrement, mais tout de même...Elle n'avait pas aimé ça. Malgré la diversité des émotions qu'Annabelle ressentait en ce moment même, son sourire resta comme figé, ses yeux posés sur l'homme en face d'elle. Faire sembmlant, oui, prétendre et se cacher derrière une toile de mensonge était le meilleur moyen de se protéger. Et c'était ce qu'elle faisait, bien qu'elle se demanda si cela serait suffisant cette fois-ci.

Mais pourquoi ça ne le serait pas? Il n'y avait aucune raison, aucune...Alors elle pouvait être tranquille. Rien ne lui arriverait.


« Oh, je ne vous remercierais jamais assez, Mlle.Windgrad. Vous avez, pour sûr, sauver ma vie ! Je vous suis tellement reconnaissant ! Il est vrai que ce serait malheureux que je finisse blesser par une pierre et que j’en meurs. Merci, sincèrement ! Que les enfants sont ingrat de notre temps, s'acharner sur un pauvre cadavre... »

A la vue de l'expression d'Axel, Annabelle eu réellement, réellement envie de lui mettre un coup d'ombrelle en plein milieu de ce visage niais et souriant. Il jouait la carte de l'hypocrisie, il rentrait dans son jeu. Pour Annabelle, c'était littéralement une déclaration de guerre. Il avait l'air d'apprécier le jeu, plus qu'Annabelle l'aurait voulu. De plus, il ne semblait pas vouloir lâcher prise, elle allait devoir se surpasser. Cette phrase à l'accent de défit fit monter un sourire satisfait jusqu'aux lèvres d'Annabelle, un large sourire qui aurait pu paraître inquiétant sur le moment. Mais elle s'en souciait peu. Elle n'avait plus qu'une idée en tête, c'était battre cet imbécile de Conseiller. Et allait le faire, elle avait toujours su battre ses adversaires à petit jeu, aujourd'hui ne serait pas différent des autres jours, et ce garçon ne serait pas différent de ceux à qui elle avait déjà cloué le bec en beauté. Annabelle se mordit légèrement la lèvre à cette pensée. Pourquoi le mot différent ne cessait de lui venir à l'esprit durant cette conversation? C'était assez perturbant, elle n'aimait pas cela.

Laissant de côté ces pensées inutiles, Annabelle remit correctement son ombrelle, adressant un sourire éclatant mais d'une hypocrisie tellement voyante que ça en devenait ridicule:

"Certes, vous avez le droit de douter de moi. Mais franchement, Mr.Senri...Pensez vous qu'une jeune femme aussi frêle que moi aurait la force de tuer quelqu'un d'aussi fort que vous? Ais-je la figure d'une femme guerrière? Faites attention à votre réponse, elle pourrait bien me vexer. Quant à ma vie, je la sens perpétuellement en danger. Ce monde est rempli de dangers, et vous en êtes un, potentiellement. Si la confiance ne tenait qu'à de simples paroles, nous serions tous bien en péril."

Elle laissa fuser un petit rire suite à cette phrase. C'était amusant et énervant à la fois, comme petit jeu. Mais elle ne s'arrêterait que lorsqu'elle aurait totalement gagné et lui totalement perdu. Une demi-victoire ne l'intéréssait pas, elle n'apportait aucun prestige ni satisfaction. Elle, ce qu'elle désirait, c'était l'entière victoire, la victoire exclusive. Et elle l'obtiendrait, elle l'obtenait toujours.

"J'espère bien que vous me remerciez d'exsiter, fit-elle, toujours souriante, vous n'en méneriez pas large en ce moment même, sinon. La place d'un cadavre n'est pas fort enviable. Avouez que j'ai illuminé votre journée par ma présence."

C'était exagéré, elle le savait. Mais cela faisait parti du jeu, Axel le comprendrait parfaitement. Il n'avait que l'air bête, après tout, même s'il était toujours moins intelligent qu'elle.

['Tention, Belle prend la grosse tête! Faut l'arrêter, là.XDDDD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Ven 22 Jan - 2:53

Si Axel souriait perpétuellement depuis le début de la conversation avec la jolie Windgrad, ce n’était pas parce que ce qu’il se fichait continuellement d’elle.

Pas réellement. Certes, il se payait légèrement la tête de la demoiselle, car il savait bien que cela l’énerverait de le voir sourire ainsi. Cela énervait tout le monde de toute manière. Axel savait comment s’y prendre pour énerver les autres, c’était certain. Pas qu’il y prenait réellement plaisir, mais plutôt que c’était très amusant de voir les autres s’énerver devant vous alors que vous êtes parfaitement calme. Cela donnait tout de suite l’impression d’avoir le contrôle de la situation. Enfin, il ne souriait pas uniquement pour ennuyer la Windgrad, mais aussi parce qu’il était tout simplement très heureux d’avoir trouvé quelqu’un à qui parler. Encore mieux si ce quelqu’un était une fille agréable à regarder. Oui, puisqu’elle avait beau avoir un caractère assez… Disons, dominant, la jeune fille n’en restait pas moins jolie. En tout cas, il y avait pas mal de personnes avec qui il a plus parlé qui avait tout à lui envié. Même ce qu’il y a l’intérieur de la tête, d’ailleurs. Parce qu’Annabelle Windgrad n’avait pas l’air si stupide que cela. Et elle semblait aussi avoir les pieds sur terre. Que de qualités agréables… Malheureusement, ou heureusement, elle semblait avoir aussi un caractère fort et particulier. Depuis le début de la rencontre, si il avait du trouver trois mot pour décrire ses impressions… Têtue, moqueuse et orgueilleuse. Et il était aussi évident qu’elle détestait perdre, en vu de l’ardeur qu’elle mettait dans ses réponses cinglantes… Et malgré tout, Axel aimait beaucoup avoir un adversaire ainsi devant lui. Elle n’avait pas l’air dangereuse du tout à l’extérieur et toute frêle, mais… Elle devait certainement faire plus de dégât dans une conversation s’attaquant à l’autre qu’un grand benêt de soldat… Non, elle était très forte, il devait l’avouer. Mais Axel ne se laisserait pas démonter ainsi. Il s’amusait tellement… Il avait du coup une réelle raison de remercier la jeune demoiselle. A vrai dire, on pouvait dire ce que l’on voulait, Axel avait pas mal travaillé ces temps ci. Si, si, réellement, Axel travaillait ! Il ne passait pas son temps à flâner ci et là… Son métier était très sérieux et il ne tolérait pas de prendre du retard. Aider Ankou n’était pas de tout repos en réalité. Mais il n’avait pas à se plaindre non plus, comparer au travail de tout ces artisans… Il les admirait d’ailleurs.

Mais pour l’instant, il avait le loisir d’avoir quelques instants de répit. Et quels instants ! Cette conversation tournait légèrement au vinaigre, pour n’importe qui qui les auraient vu se « chamailler » ainsi. Et pourtant, du côté d’Axel, du moins, cela allait de mieux en mieux. Cette conversation ne faisait que l’intéressée de plus en plus ! Il était vrai qu’il pouvait sembler à n’importe qui que Axel s’intéressait à tout et n’importe quoi et qu’il était un simple d’esprit, c’était obligatoirement ce qui ressortait en priorité de lui. Mais les apparences ne sont-elles pas trompeuses ?
En réalité, peut-être que seulement la moitié, ou le quart même, des choses qui semblaient l’intéressées, et bien… C’en était tout le contraire ! Il y portait une attention moyenne, voir basse. Juste pour ne pas être impoli… Mais sincèrement, un récit de grand père sur l’ancien temps… Qu’est ce qu’il pouvait bien en tirer ? Il connaissait déjà toute son histoire par cœur, il avait été un bon élève... Pas forcément très sage et concentré en permanence, mais un bon élève… Et avec le nombre de leçon de moral qu’il avait reçu, il avait bien là de quoi écrire un livre d’au moins quelques centaines de pages !

Une petite centaine, si on écrivait petit… Mais mieux valait-il qu’il n’écrive rien, pour le plus grand bien de la société !

Ses yeux bleus-gris ensorcelants ne cessait de regarder la demoiselle depuis un bon moment, son grand sourire toujours scotché sur son visage. Qu’il devait l’énerver ! Mais c’était quelque chose de légèrement stratégique, il devait bien l’avouer. Mais afin de ne pas replonger dans les détailles de la conversation sur son sourire, passons. En tout cas, lui ne s’énervait pas. Il ne prenait absolument pas cette conversation au sérieux. Ce n’était qu’un jeu et il n’était pas mauvais joueur, après tout. Mais il ne pouvait pas affirmer que de gagner ne le remplissait pas d’une certaine joie et fierté. Mais la perte n’avait rien d’humiliant selon lui. C’était juste naturel, normal. On lui avait pas mal enseigné ce genre de chose, que gagner était primordial dans cette société, et toutes les paroles qui vont bien… Et à chaque fois, il avait répliqué avec un grand sourire-ce qui lui avait valut pas mal de punition, d’ailleurs-que l’important était de participer.

Axel intercepta ce qui semblait être un sourire satisfait sur le petit visage de la Windgrad. Elle semblait être très contente qu’il rentre dans « son » jeu. Mais ce n’était pas réellement son jeu en réalité, il s’agissait de « leur » jeu ! Il gonfla très légèrement les joues, pour aucune raison apparente. A la suite de quoi, la demoiselle repris la parole avec un sourire tellement hypocrite que cela lui aurait fait mal au cœur.
[…Je ne sais pas pourquoi j’ai mis ça XD]

"Certes, vous avez le droit de douter de moi. Mais franchement, Mr.Senri...Pensez vous qu'une jeune femme aussi frêle que moi aurait la force de tuer quelqu'un d'aussi fort que vous? Ais-je la figure d'une femme guerrière? Faites attention à votre réponse, elle pourrait bien me vexer. Quant à ma vie, je la sens perpétuellement en danger. Ce monde est rempli de dangers, et vous en êtes un, potentiellement. Si la confiance ne tenait qu'à de simples paroles, nous serions tous bien en péril."


Suite à cela, la jeune femme laissa fuser un rire. Lui ne rit pas, mais continua de sourire. Il aimait beaucoup les réponses bien construites de la Windgrad. Elle était douée, certes. Mais il n’était pas non plus né de la dernière pluie ! En revanche, la question qu’elle avait posée le fit intérieurement rire. Il en avait déjà la réponse. Mais il préféra sagement attendre la suite, qui vint rapidement, comme il s’y attendait.

"J'espère bien que vous me remerciez d'exister. Vous n'en mèneriez pas large en ce moment même, sinon. La place d'un cadavre n'est pas fort enviable. Avouez que j'ai illuminé votre journée par ma présence."

Cette fois ci, il y eu un petit rire doux et cadencé. Décidément, la modestie était quelque chose de génial ! Bien qu’il sache qu’elle était dans l’hypocrisie et le jeu, il était intimement persuadé que la demoiselle avait une très haute opinion d’elle. C’était fou et peut-être faux, mais le fait qu’elle se jette ainsi dans la bataille avec une telle envie de l’écraser- puisque c’était ni plus, ni moins cela- sa posture et son air assuré, il le pensait. Il avait toujours observé les autres et s’en été occupé. Il pouvait se tromper, tout cela pouvait faire parti de l’hypocrisie et du mensonge, mais il s’agissait là de son avis. Ensuite…

Il éloigna ces pensés un instant et fini par répondre, n’éloignant, en revanche, pas son regard du visage de la jeune noble.

« Dois-je répondre très honnêtement ? Il eu un sourire un peu plus moqueur et doux. Dans ce cas, je vous dirais que je me méfie des apparences. Elles sont parfois trompeuses. Et je ne saurais que trop vous le conseillez ! »

Sa question n’en était pas une, elle était juste ici pour la structure de sa phrase et éloigner légèrement l’hypocrisie. Celle-ci revint plus vite que jamais.


« Effectivement, je suis un grand danger ! Vous savez, je pourrais même tenter de vous tuer en vous jetant dans le lac… Loin de moi cette idée, bien entendu. Mais je tenais à vous le dire. Faites moi confiance, je ne tiens pas à avoir le meurtre de la personne qui m’a sauvé la vie sur les épaules ! »

Il était toujours moqueur. Ce n’était pas une moquerie méchante, il était, au contraire, doux et gentil actuellement. Il jouait, comme un grand lion avec une petite lionne. Il ne modifiait pas ses paroles mais y allait plus légèrement. Oh, il ne prétendait pas être au dessus d’elle, bien entendu. Il était juste plus grand, ce qui l’avait fait penser irrésistiblement à ce genre de chose. Il ne la sous-estimait pas non plus. Le nombre de choses impressionnantes qu’une femme était capable de faire… Elles étaient surprenantes, sincèrement ! Et Axel respectait beaucoup les femmes.
Il reprit la parole une dernière fois, d’un ton totalement faux, tellement hypocrite et ahuri que, là aussi, cela en devenait totalement ridicule. Mais il fallait avouer qu’il faisait très bien l’idiot !


« Oh ! Oui, vous êtes la déesse qui à illuminer ma journée… Que dis-je… Ma vie ! Sans vous, je ne serai plus de ce monde, ou gravement injurié ! Qu’aurais-je fait si mon beau visage avait été égratigné ? Je dois encore vous remerciez mille fois ! Et même les remerciements ne seront jamais assez, belle déesse ! »

La flatterie et l’hypocrisie étaient dans le même sac, selon Axel. Le fait d’associer les deux rendait le tout irrésistiblement faux… Et hilarant. Honnêtement, s’il y avait eu un spectateur, nul doute qu’il serait écroulé de rire. Tout deux devaient former un joli duo pour une comédie, tiens ! Il aurait donné cher pour revoir cette conversation plus tard dans sa vie…

Ou même pour en ravoir une, une fois dans sa vie, avec la jolie Windgrad…



[Ce topic est ultra-inspirant XD. C'est impressionnant 8D.
Et non, Axel ne l'arrête pas dans son élan, il l'encourage! xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 31 Jan - 2:30

Le paysage était laid. C'est la conclusion à laquelle était arrivée Annabelle en posant son regard bleu sur la végétation qui l'entourait. L'été était bien présent en ces lieux, toutes les fleurs arboraient des couleurs chatoyantes, leur pétales s'agitant au gré des caprices de la brise qui portait leur parfum à travers tout le parc, pour le plus grand plaisir des promeneurs. Les arbres étaient verts et dominaient de toute leur hauteur la nature environnante, offrant un peu d'ombre à ceux désireux de ne pas prendre davantage le soleil. L'automne semblait à des années lumière de faire son entrée lorsque l'on posait les yeux sur ce spectacle naturel que tout le monde aurait qualifié de sublime et magnifique au premier coup d'œil. Pour Annabelle, tous les arrangements floraux et les allées pavées lui laissaient un goût amer dans la bouche, comme quelque chose d'inachevé. La belle Windgrad ne pouvait s'empêcher de faire en effet la grimace devant un ouvrage entamé tel qu'une écharpe que l'on aurait commencé mais que l'on n'aurait pas finit, les aiguilles toujours emmêlées dans les fils en désordre de l'objet de laine. Annabelle détestait voir quelque chose de laissé en plan ainsi, elle détestait elle-même laisser quelque chose en plan, elle s'arrangeait toujours pour finir ce qu'elle avait entreprit, quelles qu'en soient les conséquences ou les efforts qu'elle devrait fournir pour ceci. Ce parc était quelque chose qui lui laissait donc la même impression que quelque chose d'inachevé. Elle ne savait pas d'où venait cette sensation étrange, mais elle était bien présente, et c'était très désagréable. Elle laissa ses yeux dériver sur des fleurs qui poussaient non loin de l'endroit où elle se trouvait, rouges comme le sang. Ses sourcils se froncèrent sensiblement alors que ses mains se crispèrent sur le manche de son ombrelle. Encore ces fleurs rouges. Elle les détestait, et elles étaient pourtant partout. Elle en avait vu plus loin, alors qu'elle vagabondait dans les allées pavées, avant de se rendre jusqu'au lac. Ce n'était pas tant les fleurs qui la gênaient, mais plus leur couleur, rouge comme le sang frais qui coule d'une déchirure. La jeune fille aux cheveux blonds détestait cette couleur, qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs à son goût. Ce teinte revenait sans arrêt dans ses cauchemars, et elle avait parfois la très dérangeante impression que ses mains étaient tâchées de sang, ou qu'il y avait cette odeur de fer dans la pièce, cette odeur écœurante...La jeune fille n'était pas folle, elle avait vraiment subit tous ces évènements étranges, et elle avait alors été bien éveillée. Ses lèvres, pincées, elle détourna son regard de ces fleurs à la couleur si laide pour reposer son regard sur le visage d'Axel. Si ce jeune homme l'agaçait cordialement et se fichait d'elle, il avait le mérite de ne pas lui ra peller sa plus grande peur. De toutes manières, c'était à lui qu'elle parlait, et non aux fleurs, elle avait donc toutes les raisons du monde de ne regarder que lui.

Axel continuait de la regarder, ce sourire idiot peint sur ses lèvres, avec sur le coup un petit rire qui fit monter en Annabelle l'irrésistible envie de l'assommer et le jeter ensuite dans le lac aux vœux. Peut-être que si elle le faisait elle aurait le droit de formuler un vœu? En logique, comme Axel était plus gros qu'une pièce de monnaie, son vœu avait plus de chance de se réaliser, non? Cette pensée puérile qui aurait eu sa place dans la bouche d'un tout petit enfant fit sourire Annabelle, qui déssera sensiblement l'étreinte qu'elle exerçait sur le manche de son ombrelle. Bien sûr, elle ne pouvait pas décemment assommer réellement Axel pour ensuite le jeter à l'eau, ce scénario ne resterait qu'un de ses plus grands fantasmes, en compagnie de celui qui consistait à coller sa respectable aïeul à son lit afin qu'elle ne vienne plus l'embêter avec ses histoires de mariage et elle ne savait trop quoi encore. Il y avait trop de sujets que sa grand-mère abordait en sa présence qu'elle détestait. En pensant à cela, elle se demanda vaguement si Axel était fiancé. Elle avait un doute, car elle n'avait pas entendu parler du mariage du conseiller, qui aurait du pourtant faire grand bruit à travers tout le château, le jeune homme occupant une place très importante au sein de la politique du royaume Est d'Illea. Elle hésitait, ne voulant pas se prononcer trop vite, de peur de faire une erreur, mais ne lui demanda pas. Elle ne voulait pas lui demander, Axel aurait su alors qu'elle n'était pas au courant, et même si cela pouvait paraître ridicule, la demoiselle aux cheveux clairs le voyait comme une faiblesse. Face à ses 'adversaires', elle voulait paraître la plus parfaite et cultivée possible, pour ne pas dire paraître Parfaite avec un grand P, être la Perfection incarnée. Avoir la réponse à tout était primordial dans ce genre de confrontation, et ne pas pouvoir répondre, ne serait-ce qu'à une question, annonçait une défaite assurée. Annabelle n'avait pas l'intention de perdre la confrontation avec Axel, mais bien de la gagner à tout prix, de rabaisser le Conseiller plus bas que terre, lui faire admettre qu'elle avait gagnée haut la main, qu'il s'incline devant elle et reconnaisse son infériorité. Quand elle parlait de s'incliner, la belle Noble ne voulait pas évidemment dire ceci au sens propre du terme. Qu'il s'incline signifiait pour elle simplement qu'il admette qu'elle était supérieure et admette sa défaite. Elle entendait bien qu'il le fasse, d'ailleurs. Elle voulait gagner, elle n'avait jamais été aussi déterminée à gagner. Cela relevait sans doute du fait qu'Axel ne se laissait pas faire et trouvait des répliques intéressantes sur lesquelles rebondir devenait presque amusant. Oui, un adversaire intéressant, en somme. Et malgré les apparences, Annabelle devait dire que ce genre de personnes se faisait de plus en plus rare. La plupart répliquaient trop violemment, de manière inintéressante et désordonnée, ou par la violence, sans compter celles qui s'en allaient la queue entre les jambes et la tête baissée.

C'était cette dernière catégorie de personnes qui était la moins intéressante aux yeux de la Noble à la robe rose. Il fallait un minimum de combativité dans un combat, sinon ce dernier n'en avait même plus le nom. Où était l'intérêt d'un affrontement dans lequel l'adversaire déclarait forfait au bout de quelques minutes ou avant même d'avoir commencé? Nul part, ce n'était pas intéressant du tout. Il fallait de la volonté, l'envie de gagner, surtout lorsque rien n'était physique que l'on se battait uniquement avec des mots. Personne n'avait besoin d'une intelligence surdéveloppée pour pouvoir agiter une épée dans tous les sens. Mais pour pouvoir manipuler les mots de manières à ce qu'ils blessent, heurtent là où il fallait et produise l'effet désiré, il fallait être intelligent, ce n'était pas possible autrement. Axel Senri était une personne particulièrement intelligente, selon Annabelle. Il savait quoi dire pour faire réagir, c'était vraiment intéressant. Et cela ne lui donnait qu'encore plus envie de gagner, terrasser un ennemi aussi fort était forcément plus glorieux que terrasser un ennemi qui n'avait aucune réaction.

« Dois-je répondre très honnêtement ? Dans ce cas, je vous dirais que je me méfie des apparences. Elles sont parfois trompeuses. Et je ne saurais que trop vous le conseillez ! »

La jeune femme garda son sourire, se contentant de continuer à le fixer sans rien répondre. Certes, il avait raison, les apparences étaient trompeuses, et il ne fallait jamais l'oublier, surtout dans un pays dont la paix était instable et précaire. Un enfant, aussi mignon soit-il, pouvait en réalité cacher un poignard dans son dos et vous le planter dans le cœur une fois que seriez seuls car vous aviez proposé de le raccompagner à ses parents dans un élan de gentillesse. Voilà où votre bonté vous amenait, à la mort. Ce genre d'exemple ne faisait que conforter Annabelle dans son idée que la méchanceté valait mieux que la gentillesse. Au moins, elle vous faisait vivre plus longtemps. Alors, que préférez vous? Une vie plus longue ou une vie courte remplie d'actes charitables? La Noble aurait mit sa main à couper que même si les personnes se disaient gentilles et pieuses, elles auraient toutes choisies la première solution.

« Effectivement, je suis un grand danger ! Vous savez, je pourrais même tenter de vous tuer en vous jetant dans le lac… Loin de moi cette idée, bien entendu. Mais je tenais à vous le dire. Faites moi confiance, je ne tiens pas à avoir le meurtre de la personne qui m’a sauvé la vie sur les épaules ! »

Annabelle élargit son sourire, penchant sa tête sur le côté, son ombrelle suivant le mouvement afin de ne pas laisser une seule partie de sa blanche peau exposée aux chauds rayons du soleil qui continuait de régner impitoyablement sur les Astres. Tiens donc, la tuer pour ensuite jeter son corps sans vie dans le lac? Ils avaient eu la même pensée, visiblement, et cela l'amusa. Il n'avait pas l'air de quelqu'un capable de faire ce genre de choses, mais comme il l'avait si bien dit lui-même, les apparences n'étaient-elles pas trompeuses? Il aurait très bien pu être un meurtrier se cachant sous l'identité du Conseiller du Prince afin de pouvoir commettre ses forfaits sans être soupçonné. A plus grande échelle, on pouvait aussi penser que le Prince lui-même était un meurtrier ou quelque chose de ce genre, préparant dans l'ombre des projets dont nul n'aurait ouïe dire. Que tout dans ce pays aurait été une immense pièce de théâtre dans lequel chaque habitant était manipulé aurait été possible également. Il fallait tout prévoir, chaque éventualité qui découlait de chaque action méritait d'être étudiée. Si l'on prenait le temps de faire cela pour chaque action que l'on faisait, on pourrait avoir au final un grand nombre de chemins possibles que l'on aurait pu prendre à la place de notre chemin actuel. Évidemment, cela aurait été un travail long et fastidieux, et jamais l'on aurait pu avoir tous les chemins possibles, mais...Cela n'aurait-il pas été intéressant? Ce sujet pouvait être une véritable discussion à la fois scientifique et philosophique. Savoir que votre vie pouvait être changée d'une manière radicale par un simple geste ou un simple mot...La perspective en aurait effrayé plus d'un, elle en était sûre.

« Oh ! Oui, vous êtes la déesse qui à illuminer ma journée… Que dis-je… Ma vie ! Sans vous, je ne serai plus de ce monde, ou gravement injurié ! Qu’aurais-je fait si mon beau visage avait été égratigné ? Je dois encore vous remerciez mille fois ! Et même les remerciements ne seront jamais assez, belle déesse ! »

A chaque fois qu'il avait parlé, sa voix avait eu une intonation moqueuse et clairement hypocrite, mais cette dernière phrase avait été pire que les deux autres à ce niveau là. Son air avait suivit ses mots, et son visage avait prit une expression faciale fortement exagérée qui arracha une petite grimace à la Windgrad. Déesse, hein...Ce compliment lui aurait sans doute fait plaisir s'il en avait vraiment été un, et pas de l'ironie destinée à la faire réagir. Annabelle fit de son mieux pour ne pas montrer son mécontentement, se contentant d'un sourire pincé alors qu'elle continuait de regarder le jeune homme aux étranges cheveux. Il faisait dans l'exagération, et le but était clairement de la provoquer et l'énerver. Et bien, même si elle ne l'aurait jamais dit à voix haute, il avait gagné sur ce point là, elle était tout à fait énervée, à présent. Elle faisait de son mieux pour que sa colère ne transparaisse par sur son visage ni dans sa voix, mais elle était intimement persuadée que cela allait échouer. Tant pis, elle ne perdrait pas la face et resterait fière jusqu'au bout et ferait comme si de rien n'était.

"Je suis vexée que vous me pensiez capable du moindre mal, Monsieur Senri, fit Annabelle avec un air faussement déconfit, Une jeune fille si pure et douce que moi...Ah, rien que l'idée que je puisse faire du mal à quelqu'un ne vous choques-t-elle pas?"

C'était atrocement hypocrite, et le pire était que cela se voyait aisément, au ton de sa voix et à son visage. Annabelle récupéra un petit sourire désolé, comme si elle était toujours désolée de tant de méfiance de la part d'Axel, et ajouta, faisant de nouveau tourner son ombrelle entre ses mains:

"Comment croire que vous ne représentez aucun danger pour moi après ce que vous avez dit? Ne faut-il pas douter de tout le monde en ce bas-monde pour avoir la vie sauve? Il est vrai toutefois que vous me devez la vie, et qu'il serait donc logique que vous épargnez la mienne. Mais que sais-je....Peut-être êtes vous un monstre dépourvu de toute logique et morale. Quelle malheur, une Déesse face à un monstre..."

A ces derniers mots, elle avait eu un large sourire, clairement hypocrite et moqueur. C'était ici que la partie devenait intéréssante. Les réactions qu'ils allaient tout deux avoir allaient déterminer de l'issue de cette confrontation, et désignerait par conséquent le vainqueur, qui serait elle de toutes manières. Elle ne pouvait pas perdre, c'était impossible, elle n'envisageait même pas cette éventualité. Axel perdrait, et elle gagnerait. C'était tout, c'était la fin de l'histoire.

[2219 mots! J'AI VAINCUUUUU!XD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Mer 10 Fév - 4:11

Après plusieurs minutes d'observations et de blablatage, Axel en était venu à une conclusion: Annabelle Windgrad était une très mauvaise joueuse.

Il n'avait pas eu à délibérer très longtemps avant de parvenir à cette conclusion. En réalité, dès qu'ils avaient commencés à parler, il s'en était aperçu. C'était l'une des choses qui sautaient aux yeux directement. En la voyant arriver- si il l'avait vu, d'ailleurs- il n'aurait peut-être pas pu deviner cette partie de son caractère, peut-être. Mais toujours, elle avait une expression sur son visage qui disait assez long sur sa manière d'être. Axel adorait ce genre de chose, lire sur le visage. C'était toujours très amusant. Parfois, cela se révélait faux, comme le visage d'un vieil homme à l'air méchant, mais qui était un vrai papy gâteau, ou au contraire, un bel homme au visage aguichant qui n'était qu'un tissus de mensonge. C'était un peu son propre cas, en réalité. Dès qu'il ne souriait plus et qu'il laissait son visage naturel, n'importe qui penserait qu'il est constamment de mauvaise humeur et taciturne. Il fallait bien avouer que sa bouche tirait vers le bas assez souvent et que ses yeux et ses sourcils ne semblaient pas toujours sympathiques. Il lui était arrivé de faire peur, vous savez? Un malheureux matin ou il était sorti de mauvaise humeur parce qu'il n'avait pas pu beaucoup dormir... Même sa sœur aurait eu du mal à le reconnaître, lui qui souriait en permanence pour un oui ou pour un nom. Mais c'était ce qui était amusant, dans la lecture faciale. Ce serait bien trop simple si tout le monde était ce qu'il semblait être. Ce serait... Ennuyeux. Et comme Axel détestait s'ennuyer, il trouvait son bonheur en faisant cela. En tout cas, il ne semblait pas s'être trompé sur la belle demoiselle Windgrad. Elle était belle, vraiment belle, il ne pouvait pas le nié. De longs cils, de beaux et grands yeux bleus, un jolie visage, des cheveux fins et brillants, une belle silhouette... Non, elle était belle, il ne pouvait rien redire là dessus. Au contraire, il se serait plu à la complimentée! Oui, car le jeune conseiller aimait les belles femmes, comme tout homme censé, il pensait. Cependant, le fait qu'elle aille un caractère aussi... Rebondissant, était très intéressant et l'intriguait bien plus qu'une jeune femme avec juste un joli minois. Et de plus, il était très heureux, encore une fois, de ne pas s'être trompé dans son analyse. Dès qu'il l'avait vu, il avait pensé qu'elle serait une jeune femme très intéressante avec quelque chose à dire. Même si ce n'était que d'ironie et d'hypocrisie, Axel se plaisait dans cette conversation. Lui qui ne prenait rien au sérieux, ou presque, semblait irrémédiablement attiré par les paroles de la jeune femme. Il devait surenchérir, toujours plus haut. Il fallait juste espérer que cela n'aille pas trop haut, justement. Ce serait définitivement bien trop dommage de devoir finir cette discussion d'une mauvaise manière. Et pourtant, c'était à craindre, même fortement. Elle n'était pas prête à lâcher l'affaire et lui ne faisait que commencé à s'amuser. Alors, oui, cela pouvait durer un peu plus longtemps que prévu. Jusqu'à ce que l'un ou l'autre ne décide d'achever le 'jeu', soit, de perdre, ou que le 'jeu' aille trop loin et qu'ils décident de s'arrêter d'un commun accord... Ou que le nuit tombe. Dans ce cas, il serait réellement très tard et la faim les tirailleraient tout le deux. Et il doutait très franchement que cela durerait si longtemps. Il n'était sûr de pas grand chose. A part du fait qu'il avait plus de sang froid que la demoiselle et qu'il s'énervait beaucoup, beaucoup moins vite. Sans doute puisqu'il était déjà presque constamment énervé de nature, ou parce que ce qu'elle disait l'atteignait moins. Axel était une véritable carapace contre les insultes ou choses blessantes. Il ne montrait jamais si il était blessé. Ou rarement. Il y avait tout de même pas mal de chose qu'il ne supportait pas et qui le faisait explorer. Malgré tout, il serait plutôt du genre à calmer une bagarre plutôt qu'à la déclencher. Il était assez passif et évitait les affrontements physiques le plus possible. Il n'aimait pas beaucoup ce genre de chose. Selon lui, on pouvait toujours régler les problèmes en parlant, pas par la violence. Ils étaient tous dotés du sens de la parole et de la diplomatie, tout de même, ils n'étaient pas des sauvages! Bon, il voulait bien avouer que certaines personnes n'étaient pas capable de parler, parce qu'ils étaient muets, mais... Mais la plupart ne l'était pas! Il était plutôt pour 'faites l'amour, pas la guerre'... Mais à l'Ouest, ils n'avait pas du tout la même doctrine, visiblement. C'était bien dommage d'ailleurs. Pas mal de problèmes auraient pu être éviter si tout le monde avait suivi la même doctrine... Mais tout être vivant était différent de l'autre – du moins, il l'espérait – et ne pouvait donc aisément pas être d'accord en tout point. C'était un peu heureux et malheureux à la fois, mais on n'y pouvait rien. C'était comme pour la religion, il y en avait tellement de différentes qu'Axel ne s'y retrouvait jamais!

Il ne sait d'ailleurs pas où il a bien pu pêcher cela, d'ailleurs. Parfois il sortait des trucs de nul part, il faut croire... Mais c'était ce qui le faisait. Si il n'avait pas été connu comme étant le conseiller du roi - Prince du moins - du royaume de l'Ouest, il aurait toujours été connu comme le plus grand débiteur d'idées et de phrases stupides à la minute. Curieuse relation avec un conseiller, certes, mais c'était assez vrai. Le noble disait pas mal d'ânerie. En réalité, si l'on pouvait peser le nombre de phrase stupides qu'il avait dit et le nombre de phrase réfléchis, intelligentes et utiles – qu'il avait dit aussi, bien sûr-... Et bien, les phrases réfléchis seraient éjectés de la balance tellement qu'elles ne pesaient qu'un infime poids en rapport aux autres. Et pourtant, on ne pouvait pas dire qu'il ne disait jamais rien d'intéressant et d'intelligent, non. Juste qu'il passait plus de 80 pour cent de son temps à dire n'importe quoi à côté. Alors, si l'on est un minimum intelligent et qu'on l'on sait compté [Oui, j'ai un doute pour certains... XD], on voit tout de suite que ce n'est pas du tout proportionnel... Pourtant, il exécute un travail remarquable, mais peu de rumeurs vont dans ce sens. De toutes manières, les gens retiennent plus souvent les mauvaises actions que les bonnes, à tout les coups. Si vous sauvez une enfant et que le jour d'après, vous frappez une personne, on ne retiendra que la mauvaise action. C'était terriblement humain, mais désolant en même temps. Et cela en allait probablement de même pour toutes les autres races peuplant Illea. C'était tout comme la bonté et la gentillesse. Si l'on faisait quelque chose sans se méfier, on se faisait bien souvent avoir si il y avait quelque chose de mauvais derrière. Axel connaissait cela très bien. Malgré cela, il restait un homme d'une gentillesse presque maladive, qui faisaient pas mal cillé les nobles. Était-ce étrange d'aider une pauvre vieille paysanne à porter quelque chose? Bien qu'il n'allait pas si souvent que cela en dehors du château, dès qu'il y allait, il ne pouvait s'empêcher d'aider chaque personne qui lui semble en difficulté. Et même si l'on pourrait croire qu'il est totalement inconscient et qu'il insouciant, ceci est totalement faux. Axel est toujours sur ses gardes, en permanence. Il ne pouvait pas réellement se permettre de se relaxer. En réalité, dès que l'on était un noble haut dans la société, plus l'on montait, plus l'on devenait paranoïaque. C'était irrémédiable. C'était un peu comme si le disait le proverbe 'Noblesse oblige'. C'était quelque chose qui devait arrivé dès que l'on était noble. Être en danger constamment était comme une sorte d'honneur. Axel n'en était pas le plus atteint, néanmoins, il était touché par cela. Il ne pouvait tout bonnement pas se balader dans une rue sans risquer l'infarctus dès qu'un enfant surgit de derrière lui. Bien que la paix résonne dans le pays, elle était fragile. Alors tout le monde vivait dans la peur. Mais juste pour cela, Axel ne pouvait pas se permettre d'abandonner sa bonté. Juste pour sauver sa propre peau, il n'accepterait pas que d'autres souffres si il aurait pu les aider. Il n'était pas non plus Superman et ne pouvait pas faire de miracle. Actuellement, le pays, la partie Est du moins, allait plutôt bien. Il n'y avait absolument rien à redire là dessus. Mais même des petites choses pouvaient rendre le sourire à quelqu'un. Et Axel aimait voir des sourires, alors, pour lui même - en réalité,c'était presque de l'égoïsme - il ne pouvait pas arrêté d'être gentil avec les autres. Et même un couteau sur la gorge, il continuerait probablement de plaisanter!
Il ne pouvait pas non plus dire ne pas avoir peur de la mort. C'était entièrement faux, tout le monde en a peur, au fond. Il est naturel d'avoir peur de mourir, peur de traverser et passer dans l'inconnu. Peut-être que si l'on savait ce qu'il se passait après la mort, tout le monde voudrait mourir! Mais cela reste encore inconnu, et de son côté, Axel ne voudrait pas le savoir. La vie ne serait pas ce qu'elle était si tout le monde savait ce qu'il arrivait après. Tout le monde voudrait être à la fin, n'aurait plus d'excitation, tout le monde saurait à quoi s'attendre. Un seul mot pour qualifier tout ce qu'il ressentirait « ennuyeux ».

Axel surprit l'air et le sourire pincé de la demoiselle. Il ne mit pas bien longtemps à comprendre qu'elle était énervée. Il l'avait probablement bien énervée! Elle devait être bien remontée contre lui. Et c'était ici que ce devenait dangereux. Et curieusement intéressant aussi. C'était le meilleur moment, en réalité. Mais il était intimement persuadé que cela allait être aussi un moment très désagréable. Il avait comme l'impression qu'elle allait dire quelque chose qu'il n'allait pas du tout apprécier. Il en était tellement certain que cela le troubla lui même. Il n'avait pas l'habitude de se retrouver troublé ainsi dans une telle conversation. Mais aujourd'hui était différent, n'est-ce pas? Elle était une femme, et les femmes avaient pas mal d'armes pour énerver et blesser. Et il était presque certain aussi qu'il allait faire une action presque regrettable si elle lui disait quelque chose de déplaisant...


"Je suis vexée que vous me pensiez capable du moindre mal, Monsieur Senri. Une jeune fille si pure et douce que moi...Ah, rien que l'idée que je puisse faire du mal à quelqu'un ne vous choques-t-elle pas?"

L'hypocrisie de son interlocutrice était tellement voyante et exagéré que cela en était presque ridicule. Mais tout les deux jouaient évidemment sur le même ton de voix. Le niveau était monté d'un grand cran depuis le début de leur discussion. Et il savait que cette phrase là n'était rien. Il avait bien compris que le pire venait après. Il ne faisait que se délecter de ce qu'elle avait dit pour l'instant, qui lui faisait un magnifique argument de réponse. C'était bien, très bien. Annabelle était réellement une adversaire remarquable. Si un jour il pouvait l'avoir autrement qu'en adversaire dans sa vie, ce serait encore plus génial, bien entendu. Après cela, il aurait bien aimer recroiser la jeune fille, bien qu'il disait plutôt le contraire depuis le début. Mais il n'y avait forcément que les imbéciles qui ne changeaient pas d'avis. Hors, il changeait d'avis assez facilement, alors il devait être assez intelligent, n'est-ce pas?
Après avoir affiché un petit sourire désolé auquel Axel répondit par une triste mimique plus que fausse, la jeune noble reprit de nouveau la parole, pour une longue tirade, tout en faisant tournée son ombrelle entre ses doigts.


"Comment croire que vous ne représentez aucun danger pour moi après ce que vous avez dit? Ne faut-il pas douter de tout le monde en ce bas-monde pour avoir la vie sauve? Il est vrai toutefois que vous me devez la vie, et qu'il serait donc logique que vous épargnez la mienne. Mais que sais-je....Peut-être êtes vous un monstre dépourvu de toute logique et morale. Quelle malheur, une Déesse face à un monstre..."


Un monstre? Un monstre?! Oh, il n'appréciait pas du tout ce qualificatif. Inconsciemment, cette simple petite chose le fit bouillonner. Il ne pouvait pas supporter cela, sans savoir réellement pourquoi. Cela le mettait juste en dehors de ses chaussures. Il savait, il savait parfaitement que cela faisait parti de l'ironie continue... Mais il ne pouvait pas s'y résoudre. Lui même ne comprenait pas ce qui pouvait tant l'énerver. Le qualificatif 'monstre' était trop dur à avaler. Il était trop grand, mais pas dans le bon sens. Le reste de la phrase ne semblait pas vouloir coller dans son esprit. Sur l'instant, il envoya au diable le 'jeu'. Il n'était pas en colère après Annabelle, mais plus envers lui même. Il ne pouvait pas se permettre de se mettre dans un tel état à cause d'un seul mot. Il n'était pas très sensible dès que cela touchait à lui, depuis toujours. Mais quelque chose le dérangeait. Ce n'était pas comme si elle avait dit quelque chose sur sa précieuse famille, mais tout comme. Il n'aimait pas cela. Il ne savait pas si il fallait une raison pour qu'il n'aime pas cela, mais c'est à cet instant qu'il pensa à faire prendre une autre tournure à cette conversation. Un grand sourire satisfait étira ses lèvres, dès qu'il eu chassé son air pincé et mécontent. Il ne laisserait plus l'occasion à cette demoiselle de revoir cet air sur son visage. En espérant qu'elle en aille bien profiter dans ce cas!


« Dois-je vous avouer que l'idée que vous fassiez du mal à quelqu'un ne me choque pas du tout. Ou serait-ce trop vexant, sans doute? Ah... Quel dilemme, n'est-ce pas? Malheureusement, je me méfie de tout, dans ce bas monde... Mais voyez-vous, je ne compte pas vous laisser plus longtemps douter de moi... »

Axel étira de nouveau un grand sourire sur ses belles lèvres. Il avait de nouveau le contrôle de lui même. A la seule chose près, c'était qu'il bouillonnait littéralement sur place. Il avait chaud, en réalité. Et c'était exactement le moment pour cela. Il adorait cette période de l'année pour pouvoir faire ce genre de choses...

« Écoutez, Mlle.Windgrad, je vais vous donner une très bonne occasion de confirmer vos dires... »


Soudainement, sans prévenir, sans aucun signes avant coureur, Axel fait un grand pas en avant et saisit la jeune femme devant lui par la taille et glisse une autre de ses mains aux niveaux de ses genoux. Et finalement, purement et simplement, il la fit légèrement basculer et la souleva. Il se ficha éperdument du fait de se prendre un coup d'ombrelle - car il savait qu'il allait avoir des représailles de ce genre là avec cette action, comme des cris, aussi -et se tourna rapidement vers... Vers le Lac. Un grand sourire étirait ses lèvres, allant presque d'une oreille à une autre. Il semblait très content de lui. Il fut surpris, cependant, que la jeune femme soit aussi...Aussi légère. Il lui sembla même que la robe pesait très lourd et qu'elle devait être réellement très fine. Comme si elle pouvait se casser avec juste une pression. Alors il la porta avec beaucoup de précaution. Ce n'était pas son but, de la blesser, au contraire. Il ne lui voulait pas de mal, à cette pauvre fille. Il ne voulait rien de particulier, juste donner une raison à ses mots, peut-être... Qui sait? Il atteignit le lac en quelques enjambés et très rapidement. Il ne craignit pas un seul instant de rentrer dans l'eau, même en sachant que ses chaussures ne le supporterait probablement pas, ainsi que son pantalon. Il ne rentra pas beaucoup dans l'eau, allant jusqu'à mi-cuisse. Comme il était grand, de toute manière, la jeune Windgrad ne touchait pas l'eau. Sauf un petit pan de sa robe... Il ne savait pas pourquoi, mais sur le coup, il le sentait mal. Il n'avait aucun regret à le faire, mais il le sentait juste très mal. Il laissa son sourire sur le visage, en se disant que l'eau était plutôt bonne...

« Voyez, Mademoiselle, vous auriez du être encore plus méfiante! Je suis un monstre après tout... Maintenant, j'hésite beaucoup entre vous faire goutez la délicieuse eau, qui est à une très bonne température, je dois vous l'avouer, ou à vous laissez partir sans aucun problème. Mais ce serait malheureux, je vous l'assure. Il fait tellement chaud qu'une petite baignade ne vous ferait que le plus grand bien, belle Déesse! Et je ne serait trop vous conseillez de ne pas trop vous agité, j'ai les bras fragiles... »

Oh, qu'il adorait avoir ce genre de situation. Il ne voulait pas être méchant, ce n'était pas de la méchanceté. Il s'amusait, c'était juste cela. Il ne savait pas comment la Windgrad prendrait cela, et c'était assez inquiétant, en réalité. Mais il était aussi impatient de voir cela... Il souriait toujours, il ne se lassait pas de cela. Bien entendu, il n'avait pas les bras fragiles, mais elle comprendrait qu'il la lâcherait dès qu'elle ferait quelque chose qui ne lui plairait pas... Et il était clair qu'il n'hésiterait pas un seul instant aussi!
Il acheva sa parti avec une jolie petite phrase, d'un ton assez curieux, d'un mélange d'amusement et d'inquiétude:


« Dites-moi, savez-vous nagez? »


    [2919 mots... J'ai vaincu aussi! XDDDD. Ce fut rude u__u. Et oui, Axel est une saloperie!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Lun 22 Fév - 7:21

Il allait mourir. Si Annabelle avait une certitude quant à la tournure qu'allaient prendre les évènements, c'était que le Conseiller qui souriait juste en face d'elle allait mourir. Lui, ainsi que ce stupide sourire qu'elle avait de plus en plus de mal à supporter au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient, doucement bercées par le chant des oiseaux dans les arbres. Annabelle n'avait jamais pensé, jusque là, que c'était possible d'haïr quelqu'un à ce point. Elle détestait bon nombre de personnes, pourtant, comme chaque être peuplant ce pays et cette terre, mais jamais elle n'avait été amenée à souhaiter la mort subite de celui avec lequel elle conversait. Ses doigts douloureusement crispés sur la poignée de son ombrelle, son regard bleu clair ne cherchant même plus à masquer la colère qui les animaient braqué sur lui, Annabelle du souhaiter une bonne centaine de fois sa mort en l'espace de quelques secondes à peine. Il était odieux, il était joueur, il était hypocrite, et le pire dans tout cela était qu'il était terriblement doué. Il lui tenait tête avec une aisance qui la faisait frémir, ne perdant que très rarement ce sourire moqueur qui étirait en permanence ses lèvres. Cela l'agaçait à un point qu'il n'aurait pas pu imaginer. S'il n'avait été qu'un homme d'apparence, qui misait uniquement sur son sourire pour faire tomber les femmes et usait de son physique avantageux pour se faire écouter, un homme qui en somme, n'avait rien de bien dans ses paroles, mais seulement dans son apparence, alors elle ne l'aurait pas détesté. Elle l'aurait tout simplement méprisé. La jeune Windgrad le savait pour l'avoir expérimenté bon nombre de fois, mépriser quelqu'un était bien plus simple que le détester. Peu de personnes savaient faire la nuance entre ces deux termes pourtant diamétralement opposés aux yeux de la jeune Noble, et elle était accablée d'un tel manque d'intelligence chez la majorité du peuple. Mépriser quelqu'un signifiait le rabaisser, rire de lui, rire de ce qu'il était. On pouvait mépriser quelqu'un pour un nombre infini de raisons, qu'elles soient oui ou non valables. La race, la couleur de cheveux, l'apparence...On méprisait quelqu'un pour ce qu'il était, on méprisait sans connaître, sans savoir, seulement à partir de données prédéfinies, d'idées déjà installées dans notre esprit. La personne que l'on montrait du doigt en riant ou à laquelle on jetait un regard hautain ne nous affectait pas, ce qu'elle deviendrait, son avenir, rien de tout cela ne nous intéressait, et sa mort vous aurait laissé de marbre. Quelqu'un que l'on détestait, c'était une autre affaire. C'était une personne que l'on connaissait, à laquelle l'on avait déjà parlé, voir avec laquelle l'on s'était par le passé entendu. Une personne qu'une erreur ou une dispute vous avait amené à détester, à ne plus regarder, à ignorer, dans la mesure du possible. Mais quelqu'un que l'on déteste, l'on se soucie, à la différence de la personne méprisé, de ce qui adviendra de lui. Elle ne parlait pas à ce niveau là de la haine, qui était un sentiment absolu et beaucoup plus fort, le dernier stade, lorsque plus aucun retour en arrière ne devient possible. Ce garçon, ce Conseiller, cet homme, elle le détestait. Il l'énervait plus qu'elle ne l'aurait cru au début possible, et avait réussi à ébranler son être. Savait-il qu'il avait fait quelque chose que seulement une poignée de personnes avait réussi jusqu'ici à faire? Non, il ne pouvait s'en rendre compte, il ne pouvait pas en avoir la moindre idée, mais c'était normal. S'il l'avait su, cela aurait signifié qu'il savait lire dans esprits, capacité que, malgré son don certain pour la mettre hors d'elle-même à chacune de ses paroles, il ne devait pas posséder. Il était talentueux dans cet art qu'elle aimait à pratiquer avec ses semblables, peut-être autant qu'elle. Elle avait beaucoup de mal à admettre ce dernier point, et faillit bien laisser filtrer un petit juron en y pensant, mais elle ne voulait pas non plus faire preuve de mauvaise foi, d'un autre côté. Et la mauvaise foi aurait été évidente si elle avait nié le fait. Enfin, ce n'était pas comme s'il l'avait battu, non? Annabelle ne le laisserait jamais la battre, plus qu'une question de fierté, à présent, c'était une question de survie. Sérieusement, elle ne s'en remettrait pas s'il arrivait à lui voler la victoire qu'elle avait désignée sienne depuis le début de leur conversation. C'était SA victoire, en aucun cas il n'avait le droit de la lui voler! Ce genre d'affrontement était son terrain, son terrain à elle, il n'avait pas le droit de la battre à son propre jeu. C'était l'histoire de 'l'arroseur arrosé', ce principe que la jeune fille à la queue de cheval avait toujours trouvé profondément stupide et injuste. Elle refusait catégoriquement de prendre la place de cet arroseur bien malheureux d'être à son tour mouillé. Elle était intelligente, plus que beaucoup de jeunes filles de sa condition, et se faire battre était devenu dans son esprit inconcevable. Elle était la meilleure à ce petit jeu tordu et pervers, et ne laisserait personne, PERSONNE la détrôner et lui prendre sa place. Elle en serait alors morte de honte. Elle voulait garder ce titre que personne n'avait réussi à lui dérober depuis des années. Pourquoi aurait-il fallu qu'il le soit par un imbécile de Conseiller rencontré au hasard d'une de ses promenades? C'était impossible, totalement impossible. Et c'était le fait que dans sa tête, cette idée d'impossibilité commenceait à s'effriter qui l'inquiétait au plus haut point. Elle était en train de se demander si, inconsciemment, en se jugeant en danger, elle n'était pas déjà en train de perdre ce combat.

Elle se sentait menacée, et voilà pourquoi elle aurait souhaité qu'un poulpe géant sorte du lac et entraîne Axel à sa suite dans les noires profondeurs du grand plan d'eau. L'idée était totalement grotesque et puérile, mais elle se prit sur l'instant à la trouver séduisante. N'importe quelle chimère sortie de l'imagination débordante d'un enfant aurait fait l'affaire à partir du moment où elle aurait conduit Axel à sa perte. C'était réellement du grand n'importe quoi, et elle en était consciente, mais elle n'y pouvait rien, cet homme l'insupportait réellement énormément. Elle désirait qu'il disparaisse car, dans ce cas de figure, sans adversaire avec qui combattre, l'affrontement serait terminé et en tant que seule personne restante, elle en sortirait vainqueur. Bien entendu, un combat gagné par forfait n'avait rien de glorieux, mais elle en était rendue à ce stade où ce genre de petit détail lui importait peu, pour ne pas dire pas du tout. A partir du moment où la victoire lui appartenait, elle se fichait royalement du reste. Oui, Annabelle était une mauvaise joueuse, la petite fille qui faisait la tête et criait quand ses chevaux n'étaient pas tous sortis de l'écurie. Une attitude désagréable qui, combinée à ses caprices, n'avait jamais plu à ses précepteurs. Elle n'avait jamais cependant vu le problème, ses parents, trop heureux d'avoir leur petite fille, si belle, si polie en leur présence, ne lui avaient jamais rien dit concernant cette attitude. Quand votre entourage ne vous faisait jamais de reproches et vous offrait tout de même ce que vous désireriez sans restriction, le besoin de changer ne se faisait pas ressentir. La belle Windgrad n'avait jamais ressenti un quelconque besoin de changement, trouvant sa Noble personne parfaite telle qu'elle était. Elle était parfaite, et tous les défauts qu'elle possédait contribuaient à son charme si irrésistible. Ce n'était de toute manière pas un problème, dans la mesure où une femme dans la Noblesse n'avait qu'à sourire pour vivre. Sourire, sourire, encore et encore, être belle, bien présenter...C'était là tout ce qu'on leur demandait de faire, tous les efforts qu'elles devaient fournir afin de mener la vie la plus paisible possible. On ne demandait pas aux femmes d'être intelligentes, elles n'avaient pas leur mot à dire, que ce soit dans la politique ou la vie sociale du pays, elles étaient tenues à l'écart, jugée -à tort- de ne pas savoir s'y prendre et de ne rien y connaître. Annabelle détestait cette réclusion forcée, et c'était sans aucun doute une des raisons qui l'avaient poussée à commencer ces combats mentaux avec ses pairs, en particulier avec les hommes, réputés plus tenaces et intelligents que ces dames de la Cour. Ce n'était que plus satisfaisant de battre un homme alors, qui était automatiquement humilié de s'être fait dominer par une 'simple femme'. Ces affrontements cruels étaient les seuls moments pendant lesquels elle pouvait montrer toute son intelligence et sa perspicacité et en faire étage sans retenue aucune. Condamnée au silence car née femme? Quelle blague! Annabelle ne comptait pas se laisser faire, et le jour où elle baisserait la tête, soumise, était loin d'être arrivé. Il n'arriverait jamais, sinon au jour de son mariage, si son futur mari exigeait d'elle une telle attitude et un silence complet. Elle ne pourrait en ce cas pas faire autrement qu'obéir, tout en hurlant à l'intérieur, prise au piège dans une prison dont les barreaux jamais ne pourraient être brisés. La jeune blonde devait avouer qu'elle aurait bien aimé savoir s'arrêter à temps quand il le fallait vraiment, car si elle était tout à fait capable de voir les limites, ne pas les franchir était quelque chose de plus dur qu'elle peinait souvent à faire. Si son mari, homme qu'elle mépriserait sans aucun doute, venait à se montrer à ses yeux insupportable, exigeant et étouffant, alors la poudre blanche arriverait certainement par mégarde dans son thé un matin. Oh, ce ne serait pas de sa faute, et occupée à broder dans sa chambre comme toute femme doit passer ses journées à le faire, elle ne pourrait pas arriver à temps pour l'aider et appeler de l'aide. Ce serait catastrophique, non? Annabelle s'en rendait compte, ce serait dépasser en courant allégrement les limites. Et le pire était qu'elle était sûre qu'elle ne pourrait pas s'empêcher de le faire. A ce rythme là, elle finirait ses jours sur l'échafaud, encore toute jeune, sans avoir eu le temps de vraiment profiter de la vie. Mais à quoi rimerait une vie passée aux côtés d'un homme qu'elle mépriserait de tout son cœur? La mort était peut-être la meilleure échappatoire à cet enfer. Elle voulait vivre, pas survivre. Elle voulait rire, ne pas pleurer. Elle souhaita tellement, repensant à tout ceci, que son futur mari soit quelqu'un de compréhensif possédant un bon sens de la répartie, sympathique, et qui se ferait un plaisir de l'affronter de temps à autre dans un de ces duels qu'elle aimait tant! Un mari comme ceci, oui, un homme qui ressemblerait trait pour trait à...

Annabelle ne pu retenir une mimique surprise qu'elle s'appliqua aussitôt à cacher du mieux qu'elle le pu, usant de l'ombre crée par son ombrelle pâle pour cela. Mais à quoi pensait-elle?! Elle venait juste de décrire Axel! Et elle venait tout juste de s'en rendre compte, usant de toute sa volonté pour ne pas prendre d'indésirables couleurs qui auraient pu aisément trahir la nature de ses pensées. Il n'aurait plus manqué qu'il se moque d'elle, cet animal! Faisant nerveusement tourner la poignée de son ombrelle entre ses mains, ayant sans vraiment s'en rendre compte légèrement baissé son regard, elle attendit les répliques d'Axel, qui ne tarderaient sûrement pas à venir suite à ses propres paroles. L'énerver et lui faire perdre son si parfait 'self-control' était le but de chacun des mots qu'elle prononçait, et elle fut terriblement surprise mais ravie de voir un air pincé et mécontent étirer les traits du jeune homme après qu'elle eu prit la parole. Il fut bien vite remplacé par un large sourire, comme si Axel avait voulu effacer toute trace de son précédent trouble. Annabelle en oublia même d'être agacée par ce petit sourire satisfait, trop heureuse d'avoir réussi ne serait-ce que pour un instant à déstabiliser son adversaire. L'avantage commenceait à lui revenir, et elle eu la très nette impression d'avoir marqué un grand coup dans la conversation, cette fois-ci. Si ses autres tentatives s'étaient révélées pour la plupart bien inutiles, celle-ci semblait avoir fonctionné au delà de ses espérances initiales, et elle se sentit remonter la pente, comme si elle avait été tout de suite beaucoup moins en danger que quelques minutes auparavant. Redressant la tête, affichant elle aussi un sourire similaire à celui de son interlocuteur, c'est sans aucune crainte qu'elle écouta la voix d'Axel s'élever dans l'air de nouveau, cette voix qu'elle avait apprit à connaître au fil de leur conversation, et qui lui apparaissait étrangement plus douce sans qu'elle sache pourquoi:


« Dois-je vous avouer que l'idée que vous fassiez du mal à quelqu'un ne me choque pas du tout. Ou serait-ce trop vexant, sans doute? Ah... Quel dilemme, n'est-ce pas? Malheureusement, je me méfie de tout, dans ce bas monde... Mais voyez-vous, je ne compte pas vous laisser plus longtemps douter de moi... »

Annabelle continua de fixer Axel de ses deux grands yeux bleus, faisant de son mieux pour maintenir sur son visage ce sourire assuré et moqueur qui étirait ses lèvres. La phrase du stupide Conseiller aux cheveux cuivrés ne lui disait rien qui vaille, mais elle se refusait toutefois à laisser paraître une quelconque émotion autre que la moquerie sur son visage pâle. Elle ne flancherait pas, elle ne faiblirait pas, elle resterait debout, face à lui, aussi imperturbable qu'une statue de marbre. La moindre faiblesse signifiait la défaite, et elle ne se laisserait plus jamais aller à des pensées comme elle en avait eu plus tôt. Si elle se déconcentrait à penser à mille choses à la fois, elle perdrait à coup sûr, ou au moins lui donnerait l'avantage, ce qui n'était pas franchement mieux selon elle. Alors il fallait qu'elle reste concentrée quoi qu'il dise, aussi difficile que cela puisse être. La poignée de son ombrelle fermement coincée dans la paume de sa main, elle attendit la suite, sur ses gardes, prête à réagir au moindre problème qui se présenterait à elle avec un aplomb qu'elle espérerait irréprochable:

« Écoutez, Mlle. Windgrad, je vais vous donner une très bonne occasion de confirmer vos dires... »

Cette fois-ci, la demoiselle Windgrad en question ne pu s'empêcher de hausser un sourcils intrigué, puis de laisser s'échapper une petite exclamation surprise quand il s'approcha d'elle, qui se transforma en un cri lorsqu'il la prit sans crier gare dans ses bras. Elle en laissa sur le coup tomber son ombrelle, qui vint heurter le sol herbeux en un petit 'pouf'. Elle jeta un regard paniqué autour d'elle, se demandant ce qui pouvait bien se passer. Son regard bleuté passa de son ombrelle qui gisait à terre au visage toujours souriant d'Axel, et le sien quitta cette expression égarée, remplacée par un air outré, puis de nouveau paniqué lorsqu'il se tourna vers le Lac aux Vœux. L'eau scintillait comme une mer de diamants sous le soleil de plomb de l'été, et Annabelle du plisser ses yeux afin de ne pas se faire aveugler par la lumière qui s'y reflétait. Elle mit à peine quelques secondes à sélectionner dans son esprit le scénario le plus probable et qui correspondait le mieux aux actions entreprises par Axel qui, possédé semblait-il par le Dieu des mauvaises idées en personne, s'était mit à avancer vers le lac, sous les aiguës et sonores protestations de la demoiselle qu'il tenait entre ses bras. La jeune fille aux cheveux blonds ne cessait de se répéter dans sa tête qu'il n'allait pas le faire, qu'il n'allait pas oser le faire, qu'il voulait juste lui faire peur, lui donner une bonne leçon qu'elle ne serait pas prête d'oublier. Ah, elle savait pourquoi ses dires lui avaient parus suspicieux, maintenant! Quelle bête mal élevée, décidément, cet homme! Elle jurait, elle jurait sur sa bonne étoile que s'il osait la mouiller ne serait-ce qu'un tout petit peu, elle lui ferait payer cet affront en dix fois pire. Elle ne savait pas de quelle manière elle s'y prendrait, mais elle le jurait, elle lui ferait payer. Il avait beau la transporter très doucement et avec mille précautions, elle ne lui pardonnerait pas cette maladresse qu'il allait avoir là.

Sous le regard ébahi d'Annabelle, qui pensait que le jeune homme s'arrêterait sur la berge et menacerait seulement de la jeter dans l'eau si elle ne se tenait pas 'sage', il rentra sans grande hésitation dans l'onde claire, avançant jusqu'à ce qu'il soit immergé à mi-cuisses. Annabelle ne touchait quant à elle pas le liquide transparent, un pan de sa robe seulement trempant dans le Lac aux Vœux, ce qui était bien peu en comparaison de sa robe entière et tout le tissus dont-elle était composée. Jetant sans cesse des regards méfiants à l'eau comme si elle allait la dévorer, elle s'agrippa plus fermement à Axel quand ce dernier se remit à parler, n'osant pas tourner la tête vers lui de peur de perdre l'équilibre et joliment choir dans un élégant 'plouf':


« Voyez, Mademoiselle, vous auriez du être encore plus méfiante! Je suis un monstre après tout... Maintenant, j'hésite beaucoup entre vous faire goutez la délicieuse eau, qui est à une très bonne température, je dois vous l'avouer, ou à vous laissez partir sans aucun problème. Mais ce serait malheureux, je vous l'assure. Il fait tellement chaud qu'une petite baignade ne vous ferait que le plus grand bien, belle Déesse! Et je ne serait trop vous conseillez de ne pas trop vous agité, j'ai les bras fragiles... »

Elle ouvrit grand les yeux en entendant ces paroles, s'insurgeant intérieurement d'une telle audace. Il ne manquait décidément pas de toupet, ce type, et était aussi délicat qu'un cheval lancé au galop! Continuant de fixer l'eau dont la surface était fréquemment ridée par les légers mouvements de celui qui la tenait dans ses bras, elle faillit bien lâcher une suite d'injures toutes plus polies les unes que les autres à l'adresse d'Axel, mais se retint juste à temps, reconsidérant sa position. Elle était suspendue au dessus de l'eau, et son seul pont était un jeune homme qu'elle s'était amusée à énerver pour son propre plaisir. Un jeune homme qu'elle avait pu blesser par elle ne savait trop quelle de ses répliques, et un jeune homme qui pouvait décider de la laisser tomber à n'importe quel moment si elle prononçait un seul mot de travers. Clairement en position de dominée, donc, et cela ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Poussant un long soupir exaspéré, elle décida de tout de même jouer la carte de la prudence. Elle n'avait aucune envie de finir dans le lac, alors elle se devait d'être la plus polie et gentille possible pour que le Conseiller décide de la ramener sur la berge saine et sèche. Elle allait ouvrir la bouche, lorsqu'une dernière remarque de la part du Senri lui l'interrompit, et fini de définitivement l'inquiéter:

« Dites-moi, savez-vous nagez? »

Ce fut, si elle pouvait dire, la goutte qui fit déborder le vase. Elle passa vivement ses bras autour du cou de son agresseur, s'accrochant assez fort à lui pour, elle l'espérait, prévenir toute chute accidentelle, prononçant ces mots d'une voix accélérée et qui sonnait tout sauf assurée et moqueuse, le contraire du ton qu'elle avait employé jusqu'ici pour lui parler, bien qu'une pointe de menace y restait toujours présente:

« Vous n'oseriez pas, je sais bien que vous n'oseriez pas! Je sais bien que vous êtes un monstre qui adorez terrifier les jeunes filles, mais vous n'iriez pas jusqu'à les noyer dans le lac, n'est-ce pas? (Elle se recula légèrement pour planter ses yeux dans les siens, son visage seulement à quelques centimètres de celui d'Axel, mais elle pouvait difficilement faire mieux étant donné les circonstances) Vous n'oseriez pas, n'est-ce pas? Un Déesse telle que moi sait nager, mais n'a pas forcément envie de ruiner sa coiffure et sa toilette... »

Elle aurait peut-être du jouer la carte des sentiments avant celle des biens matériaux, mais elle n'y pensa qu'après coup. Tant pis, fais ce que tu fois, advienne que pourra, comme le disait le proverbe. Ah, pourvu qu'il ne la lâche pas...

[3357 mots...J'ai du me dopper, c'est pas possible autrement! Et oui, Axel est une vraie sal*perie! Il n'a pas honte?!XD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 18 Avr - 2:56

Axel ne haïssait pas Annabelle Windgrad. Il ne la méprisait pas non plus. Il… Il l’aimait bien.

Il était persuadé que c’était tout le contraire pour elle, d’ailleurs. Il fallait avouer qu’il n’était tout à fait tendre avec elle… Mais c’était ce qu’elle cherchait, il le savait parfaitement. Elle ne semblait pas être le genre de femme à se démonter en quelques secondes, pas le genre de femmes à se sentir inférieure. Si il était plus gentil, plus doux, il ne savait pas si elle apprécierait autant de le défier… Surement pas. Alors il continuerait à être aussi naturel qu’il était à présent. Il n’allait pas agir comme il le faisait- pourtant si bien – avec les autres jeunes demoiselles qu’il avait pu rencontrer dans sa courte vie, c'est-à-dire de manière frivole, douce et avec un grand sourire séduisant aux lèvres. Et bien non, cette fois, il s’en passerait. De toute façon, dès qu’ils avaient commencé à parler, le ton de la moquerie et de l’autodérision avait été donné, et ce n’était pas non plus pour lui déplaire. Bien qu’il ne soit pas réellement à cela, cela lui plaisait beaucoup d’avoir une petite bataille verbale, et encore plus avec une personne qui s’y connaissait bien, et qui y était très forte en plus. C’était agréable, et très libérateur. Ainsi, ils pouvaient cracher leur venin, sans même se connaitre, sans savoir si ils se reverraient plus tard, ou… Sans se blesser, hein ! Axel n’aimerait pas blesser la demoiselle, même si cela faisait qu’elle ne l’oublierait probablement pas… Mais du mauvais côté, probablement. Après, ce n’était pas réellement son problème, et de toute manière, il pensait déjà lui laisser un amer souvenir lorsqu’il la laisserait. Et cela n’allait pas réellement aller en s’arrangeant, lui semblait-il… Quoi qu’il en soit, Axel avait tout de même fini par comprendre que la demoiselle essayait réellement de le blesser, d’obtenir sa faiblesse avec malice et moquerie. Oh, il avait bien compris son petit jeu, il l’avait saisi, il l’avait acquis, s’y était frotté, y était rentré, tête la première, sans aucune crainte. Aurait-il du l’être, craintif ? Non, parce qu’il n’avait pas réellement de faiblesses, sans vouloir paraitre prétentieux. Les mots le blessaient rarement plus que les actes, en réalité. Oh, certes, il y avait bien des choses qui l’horripilaient au plus haut point, comme n’importe qui au monde –comme le fait de se faire appeler un monstre, visiblement -, mais la plupart du temps, les mots le laissaient indifférent et le faisait doucement sourire. Il n’était pas insensible, mais n’était absolument pas susceptible comme la plupart des gens l’étaient. Qu’on le traite de crétin ou d’imbécile heureux, il ne répondra qu’avec un grand sourire, comme si il voulait confirmer vos dires, ou… Se foutre ouvertement de votre gueule. Heu… De manière plus poli, se moquer de vous avec application. En tout cas, c’est souvent l’effet qu’il donne, et probablement l’effet que la demoiselle avec lui devait ressentir, il en était certain. Et c’était certainement même ce qu’il voulait faire ressortir. Odieux et totalement décalé, avec un énorme nuage d’imbécilité, voici ce que pas mal de gens pensait de lui, ou du moins, c’était à quoi il ressemblait dans leurs images. Parfois même sans cœur, dragueur invertébré, insupportable, stupide. Il en avait entendu, des belles et des pas fraîches à son sujet… C’était d’ailleurs bien pour ça qu’il ne semblait plus y réagir. Qui le croirait s’il leur disait gentiment qu’il n’était pas sang cœur et qu’il ne passait pas toute sa journée à rire et à jouer l’adolescent arrogant en manque d’amour ? Bien peu de monde. Dans ce petit monde, il y avait déjà sa petite sœur, Alline, qui savait bien qu’il n’était pas sans cœur, puisqu’il s’occupait d’elle- et l’aimait-, et du coup, il ne passait non plus sa journée à s’amuser. Et puis, bien entendu, son employeur, et aussi son meilleur ami, Ankou. Lui savait parfaitement tout cela, supportant pratiquement plus de 12 heures par jour le jeune conseiller. Et bien oui, Axel travaillait aussi, et avait beaucoup de travail d’ailleurs, malgré ce que les autres pensent. Seulement… Personne n’est jamais là pour l’y voir, puisqu’il lui arrive très souvent d’aller dans les coins les plus isolés possible dès qu’il doit remplir quelque chose. En soit, il trouvait très amusant de jouer à cache-cache en travaillant, si on faisait un résumé rapide. Le plus amusant était de faire courir Ankou, les servants et servantes, ou encore deux ou trois autres personnes, partout pour le chercher dès qu’il s’éclipsait. Et non, pas sa sœur. Bon, okay, il était aussi exceptionnellement lourd parfois, il devait bien l’avouer –toujours avec un grand sourire jusqu’aux oreilles. Même le ‘parfois’ semblait presque faible, pour dire… Mais il offrait aussi pas mal de fous rires et une ambiance plutôt détendu la plupart du temps. Il y avait aussi les fois ou sa blague sortait, suivit d’un grand silence dans la salle, faisant un magnifique flop. Combien de fois était-ce arriver ? Si il avait compté, il se serait probablement décourager en moins de deux, et ce n’était pas le principe. Il avait eu pas mal de carambolage avec quelques vannes bien pourrit, sortit du fin fond d’on-ne-sait-ou, et qui font un bidet formidable. Mais il était Axel, toujours aussi impulsif et à la recherche de la bonne ambiance. Enfin, aujourd’hui, il avait été impulsif à la recherche d’il ne savait trop quoi, il devait bien l’avouer –encore avec son grand sourire. Le jeune homme agissait toujours par pulsion, parce qu’il ne voulait pas avoir de regret. Il était du coup incroyablement franc dans ses actes, malgré, parfois, la fausseté assommante de ses douces paroles. Mais c’était tout à fait intentionnel ! Pour lui, les actes valaient bien plus que des paroles en l’air. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il disait rarement à quelqu’un qu’il l’aimait, préférant de loin le lui prouver. Bon, il y avait bien des exceptions, comme quand il hurlait à sa sœur qu’il l’aimait, mais il lui prouvait aussi en même temps, alors… Cela lui fit penser à hurler à Ankou qu’il l’aimait, un jour… En plein milieu du salon ou d’un couloir bondé, ce serait l’idéal ! Il serait très content de lui, mais elle était sur qu’Ankou serait plus furieux et gêner qu’hilare, malheureusement pour lui. Pas que son ami n’aille aucun sens de l’humour -c’était un mensonge plus gros que le monde -, mais il était tout de même un Prince, et disons que… Cela incubait pas mal d’obligations toutes plus complexes les plus que les autres, et pas mal de sérieux. Parfois, Axel le plaignait, surtout d’avoir quelqu’un d’aussi enquiquinant comme ami, qui ne manquait pas de lui faire une farce dès qu’il le pouvait et le harcelait sans arrêt. Bien heureusement, tout de même, le conseiller avait réussi à tracer une limite, afin qu’Ankou ne lui explose pas à la figure un jour. Et pour pallier à ce défaut de raillerie incessante et pas mal de moquerie, Axel était tout de même un merveilleux ami, non ? Il ne laisserait jamais son ami se faire ennuyer, le défendrait toujours –bon, si il a tord et que ça se voit à trois kilomètres, on peu s’arranger… -, serait toujours derrière lui –pas trop proche quand même, hein ! – l’aiderait à se relever si il tombe –pour le repousser après ! -, lui creuserait sa tomb-… Arrêtons-nous ici ! Il faudra juste retenir l’information principale : un bon ami toujours près pour les 400 coups…

Axel se débattit un instant avec les cris de la demoiselle tandis qu’il se dirigeait vers le lac. Il fut d’ailleurs, au passage, très heureux qu’elle aille fait tomber son ombrelle, histoire de ne pas s’en prendre un coup sur le bec. Et elle protestait, criait, s’agitait même ! D’ailleurs, le châtain avait toujours été passionné par la voix de ces dames et demoiselles. Non, mais sérieusement, comment dans un si petit corps pouvait-on avoir tant de puissance dans ce seul petit organe qu’était les cordes vocales ? C’était tout juste préoccupant et un peu effrayant, tout de même. Mais Axel avait arrêté de s’inquiéter de ce genre de petites choses depuis un moment déjà, les femmes se révélant être vraiment trop compliquées pour sa petite tête. Ah, lui qui aimait tellement faire simple ! Le jeune homme baissa ses étranges yeux sur la jeune fille qu’il tenait avec beaucoup de précautions. Honnêtement, Axel ne trouvait pas la demoiselle exceptionnelle par son physique –bien qu’il la trouvait belle, même très belle, pas de problème-, juste que son caractère l’attirait bien plus à présent. Des jolies demoiselles, il en avait vu, mais dès qu’il s’agissait du caractère ou de ce qu’il y a derrière, il n’y avait plus forcément grand monde au balcon ! Parfois il s’amusait à les comparer à de belles boîtes vides. A l’extérieur, elles avaient une magnifique apparence et donnait envie d’en voir le contenu, d’en savoir plus, de les admirer plus longtemps… C’était comme pour piéger, pour ne pas faire chercher plus loin. Mais cependant, parfois, elles étaient vides, et d’autres fois, elle n’était que remplie de chose que l’on mettait dedans, vidées de leur propre caractère, avec pour seule utilité de stocker. C’était ainsi. Et d’ailleurs, bien qu’il ne puisse pas aisément critiquer, l’éducation avait une grande part dans ce problème. Cette pensée le fit soupirer légèrement. A force de vouloir forger la fille parfaite, les parents finissaient par faire d’elles des jolies poupées… Oh, des poupées ! Oui, c’était sans doute une bien plus belle métaphore que celle de la boîte… Une jolie poupée de porcelaine qui ne sait que cligner des yeux, de ces yeux spectaculairement vides. Triste, bien triste… Mais en reposant ses yeux sur Annabelle Windgrad qui n’avait pas fini de geindre et de crier dans ses pauvres oreilles meurtris, Axel ne put que sourire en se disait que n’avait pas affecté tout le monde, avec une pointe d’humour. Heureusement d’ailleurs, ou il ce serait cruellement ennuyé, que ce soit maintenant ou dans toute sa vie !
Ah, comme la vie était longue… Surtout lorsque l’on s’ennuyait à mourir. Voici la l’une des raisons du caractère actif d’Axel. Il avait toujours détesté la solitude et qu’on ne le remarque pas, et encore plus de n’avoir rien à faire. Dès qu’il le pouvait, il allait embêter ses parents, sa sœur, voir même Ankou, surtout plus jeune. Maintenant… Il y avait les parents en moins, et il avait pas mal d’occupations en plus pour passer son temps… Bien qu’il continue d’ennuyer son monde à la perfection ! Il ne manquerait plus que ça, qu’il arrête cela ! On s’ennuierait sans lui à présent, non ? On ne pourrait pas ce passer de lui, n’est-ce pas ? Il était bien trop indispensable au fond ! C’était tout de même le conseiller du Prince, et c’était grâce à lui qu’il y avait une bonne ambiance non ?... Bon, il ne pouvait pas non plus dire qu’il était certain de ce qu’il annonçait, ce serait vraiment très prétentieux de sa part, au fond… Et il n’était pas prétentieux, il adorait juste jouer sur les mots… Et jouer en se moquant gentiment aussi. Mais il n’était pas du tout prétentieux sinon il aurait vanté tout ses mérites, sans moquerie, depuis longtemps ! Des mérites qu’il n’aurait pas bien entendu, parce que c’était la définition même de la prétention après tout… Et donc, ce qui faisait qu’il était certain de ne pas être réellement prétentieux, puisqu’il était rarement sérieux lorsqu’il parlait de lui-même… Il n’avait pas tout ces défauts qui aurait fait de lui un égocentrique et ce genre de choses, non. Il était totalement ouvert et préférait de loin complimenter les autres que lui-même. Il était très généreux, un peu trop pour son bien, parfois… mais il n’était pas non plus fou, alors il pensait que cela s’accordait bien ensemble et…

Et, mon dieu, il déraillait, encore. Ce n’était pas comme si la Windgrad n’était pas intéressante, non… C’était peut-être la chaleur qui lui faisait tourner la tête, bien qu’il soit les jambes dans l’eau, à présent. La proximité, aussi… Oh, il ne savait absolument pas, et ce n’était pas réellement ce qui le torturait. Ce qui le torturait le plus était certainement le dilemme entre réellement la mettre à l’eau ou s’il allait la garder dans ses bras et la ramené sur la terre ferme… Il en vint au point qu’il allait devoir lui lancer un petit défi. Mais il était dur, c’était un monstre, après tout ! Il sera intransigeant et ne laisserait pas filer sa petite proie aussi facilement. Il la tenait précieusement entre ses bras –musclés quand même, faut le préciser, il ne la porte pas avec ses petits doigts, quand même… XD -, donc, elle ne pourrait, logiquement, pas s’échapper que si elle réussissait le défi… Ou choisissait la voie de l’eau. Qu’il était diabolique, tout de même… Tellement que cela le surprenait lui-même. Taquiner la demoiselle à ce point là, il se demanda soudainement si il n’était pas devenu fou. Oui, car pour lui, ce n’était que taquiner, s’amuser, s’évader légèrement… A l’origine, il n’avait rien à voir avec Annabelle Windgrad, et venait juste de la rencontrer. Il n’avait aucune haine, aucun préjugés, rien. En revanche, elle aurait pu en avoir, puisque son nom était pas mal connu dans Illea, ou au moins dans le coin de l’Est. Ses yeux clairs se portèrent de nouveau sur la jeune fille alors qu’il finissait de parler, un grand sourire aux lèvres. En avait-elle, des préjugés ? Il n’aurait pas été surpris, en réalité. Il ne faisait pas tout pour rester discret, et cela ne le dérangeait pas. D’une certaine manière, cette pensée le déçu, sans vraiment comprendre pourquoi. L’idée qu’il s’était fait d’elle était celle d’une femme plutôt intelligente et qui ne s’écoutait qu’elle-même, alors… Oui, cette image le déçu, cruellement. Mais il n’afficha rien sur son visage lumineux, restant avec son air d’imbécile heureux qu’il arborait avec fierté, induisant n’importe qui en erreur ainsi. Il était doué pour induire les autres en erreur, alors… Bah oui, il s’en servait avec aisance.

Une attaque –surprise-, le sorti brusquement de ses pensés. Ses yeux, jusqu’alors perdus dans le vide, ne regardant rien de précis, s’ouvrir en grand alors qu’il baissait la tête –du plus qu’il le pouvait- vers l’objet de sa surprise. Il cligna de ses yeux bleutés plusieurs fois, avant de réaliser ce qu’il venait de se passer. Sur le coup, il faillit même lâcher la jeune demoiselle dans l’eau, ses bras se desserrant instantanément en quelques secondes, perdant son sourire pour une mimique de surprise. Mais il se reprit très vite, soufflant légèrement sur les cheveux de la noble, sans vraiment le vouloir, récupérant sa force en la ramenant de nouveau le plus proche de lui possible, histoire de ne pas la faire tomber. Cette proximité… N’était pas désagréable, pour lui, malgré la chaleur. Il ne le dirait certainement pas ouvertement – pas ainsi du moins -, mais ce contact était vraiment, vraiment plaisant en réalité. Hey, il était un homme ! Alors, lorsqu’on a le visage d’une demoiselle dans son cou, près de son oreille, et ses bras sérés autour, alors qu’elle est dans ses bras… Et bien oui, cela donnait forcément un drôle d’effet. Et Axel aimait les femmes ET les contacts, alors sur le coup, il était bien servi ! Bon, ce n’était pas non plus la situation rêvée, mais elle n’était pas atroce non plus, il avait tout entre ses bras... Heu, mains, mains ! Soudainement, la voix d’Annabelle- tout près de son oreille qui frissonna- se fit entendre, rapide, presque paniquée, dissipé… Une voix bien loin de celle qu’il avait entendu avant, celle qui était si assurée juste avant… Quel changement !


« Vous n'oseriez pas, je sais bien que vous n'oseriez pas! Je sais bien que vous êtes un monstre qui adorez terrifier les jeunes filles, mais vous n'iriez pas jusqu'à les noyer dans le lac, n'est-ce pas? (elle se recula légèrement, le regardant maintenant dans les yeux ) Vous n'oseriez pas, n'est-ce pas? Un Déesse telle que moi sait nager, mais n'a pas forcément envie de ruiner sa coiffure et sa toilette... »

Axel ne quitta pas la jeune noble des yeux, ayant retrouvé un trèèèès large sourire sur ses lèvres. Pas vraiment que la rendre aussi paniquée et désespérée le rendait heureux, juste qu’il avait enfin trouvé sa faiblesse. Annabelle Windgrad était absolument obnubilé par son apparence. En la voyant aussi élégante, il s’en serait douté, mais pas à ce point là en réalité. N’importe qu’elle noble est intéressée par son apparence, mais la jeune demoiselle dans ses bras y semblait réellement accroché, et c’est ce qui le fit le plus sourire. Encore plus que sa victoire. Mais il restait un monstre, n’est-ce pas ? Peut-être devrait-il lui prouver le contraire, en la ramenant sèche sur la terre… Mais à présent, il mourait d’envie d’embêter la jeune fille, de la garder avec lui plus longtemps, de lui parler, enfin, de se disputer à moitié encore un peu, d’argumenter… Il ne voulait pas qu’elle parte, que ce jeu se finisse. Hey, il devait perdre encore plus de temps ! Il ne voulait absolument pas retourner au travail maintenant ! Axel était comme un enfant, c’était vrai, dès qu’il s’amusait, dès qu’il appréciait quelque chose – ou quelqu’un-, il voulait rester et continuer encore et encore. Et il était aussi très pot de colle du coup ! Mais ne pouvait-on pas lui pardonner, après tout ? Il était juste un adorable enfant qui ne cherchait qu’à ce qu’on le voit, et pas forcément à ce qu’on l’aime.

Non, l’amour, c’était… Bien plus complexe que cela. Surtout le vrai amour, celui qui n’est ni de l’amitié, ni de l’amour fraternel, de famille, ou autre… Le vrai amour, avec la personne a qui l’on tient le plus au monde. Axel en avait connu une partie, mais pas tout ce qu’il fallait, apparemment. Ce qu’il avait pu gouter avait été plutôt… Douloureux et peu agréable, surtout vers sa fin. C’était fini, mais jamais complètement. Dès que cela touchait à des sentiments profonds, rien ne disparaissait entièrement. Une mort, une dispute violente, une bonne fête, un fou rire qui ne s’arrête plus, une enfance, une bêtise à deux, ou même seul… Cela ne disparaissait pas, cela restait tout juste encré dans la tête, ou dans le cœur.
Axel du secouer légèrement sa tête pour changer d’orientation ses yeux. Penser tout ce genre de choses en regardant la Windgrad… Et bien oui, cela avait de quoi être troublant. Il fit mine de toussoter au dessus de sa délicate tête, alors qu’il replongeait son regard lumineux dans les yeux emplies d’émotions mélangés –aucune bonne en réalité, ce qui lui fit légèrement mal au cœur – de la demoiselle. Tiens, elle avait des beaux yeux au passage… Oh, ne l’avait-il pas déjà dit ? Il ne s’en souvenait plus réellement actuellement. Et puis, soudainement, il se remit à parler, un grand sourire –ni moqueur, ni réellement joyeux- aux lèvres, d’une voix douce et gaie, avec un petit air mystérieux en fond.


« Et bien, et bien ! Belle Déesse, ne faites pas cette tête là ! Vous m’en pensiez capable, n’est-ce pas ? Vous l’avez avoué à demi-mots. Un monstre n’est-il pas capable de tout pour tuer sa pauvre petite proie ? Et puis… Allons Mlle, une telle beauté, même mouillée et décoiffée, doit-être toujours aussi belle ! Ne dit pas t’on qu’un corps mouillé est toujours plus beau qu’un corps sec ? Et puis, voyez-vous, j’ai très envie de voir cela, alors… »


Il ne se départi pas de son sourire d’ange, visiblement très heureux de sa tirade, ses yeux toujours rivés dans ceux de la « déesse ». Axel eu même envie de lui tirer la langue, mais s’en retint à temps, ne voulant pas ressembler autant à un gamin… Ou ne voulant pas l’outrée un peu plus. Pour sur, elle le tuerait s’il faisait ça ! Déjà qu’il n’était pas certain de s’en sortir entier à la fin de la journée… Mais il n’aurait pas de regret, il était très heureux de ce qui lui arrivait aujourd’hui. Un peu trop ? Il ne savait pas réellement, mais il était dans un petit nuage, malgré le fait qu’il n’aurait pas du. Et puis, il reprit de nouveau, un air mi-amusé, mi-sérieux sur le visage.


« Mais enfin, je suis aussi un être humain, malgré ce que vous pouvez bien penser ma chère… Alors j’ai un cœur, et j’aimerais vous donner une chance de vous en sortir avec… Disons… (il regarda le pan de la robe qui trainait dans l’eau en penchant sa tête sur le côté.) Avec des dégâts minimes ? Quoi qu’il en soit, je ne vous noierais pas, aucun problème ! Je vous sauverais, si tel était le cas… Non, si vous voulez vous en sortir sèche… Convainquez-moi. Trouver des arguments qui m’intéressent et qui me feront entendre raison. Attention, je serais intransigeant ! Et je peux dore-et-déjà vous assurer que le bien matériel ne fonctionnera pas comme un bon argument ! »


Oh, quelle longue tirade pour en dire si peu… Et c’était ce qu’il adorait. Beaucoup pour rien. Axel ne quitta pas la jeune des yeux, se redressant de nouveau un peu, faisant « sauter » la jeune fille dans ses bras pour que la jeune fille ne glisse pas, la recalant contre son torse, sans aucune gêne, un grand sourire aux lèvres, pas le moins du monde perturber. Soudainement, ses yeux se posèrent sur les lèvres de la petite blonde, en clignant des yeux. Oh… Si elle tombait réellement a l’eau et commençait à se noyer… Il serait très heureux de faire du bouche-à-bouche, au risque d’une claque monumentale, pour le coup… Non, ce n’était pas un pervers, il était juste… Gourmand, et il aimait les bonnes choses… Alors dès qu’il voyait ce genre de bonnes choses, il apprécierait de… Gouter, justement. Mais il doutait très sérieusement qu’elle boive la tasse ou se noie à moitié, même si elle tombait à l’eau… Et il n’embrassait pas les gens comme cela, il était un minimum poli ! Et, et… La question n’était pas là, cela n’arriverait –malheureusement ? XD – pas…

Il s’en serait presque gifler de penser à ça, en éloignant ses yeux, légèrement gêné, de la jeune noble qui était toujours dans ses bras, et qu’il ne lâcherait pour rien au monde –pour l’instant.



[On se doppe pour RP avec ces deux là! XD 3757 mots! O____o...
Et j'ai réussi à caser la gourmandise! XD Mouhaha... u__u.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 6 Juin - 19:13

Annabelle n'était pas une femme faible, non. N'importe qui la côtoyait aurait pu l'affirmer sans le moindre doute. Elle était loin du stéréotype de la jeune fille timorée, qui se cachait derrière son éventail à chaque fois qu'elle devait se présenter en public, tordant sa robe entre ses fines mains lorsqu'un bel homme venait lui adresser la parole. En somme, elle était loin de l'idéal de la jeune fille parfaite que tous parents auraient rêvés d'avoir. Celle qui, sans être bête, ne possédait toutefois pas l'intelligence nécessaire pour se rendre compte de l'horreur et l'absurde de sa position dans la société, celle qui savait faire la conversation, sans prendre pour autant le dessus sur ses interlocuteurs. Celle qui exécutait les ordres de ses très chers et respectés géniteurs sans émettre la moindre petite protestation. Autant on aimait qu'un homme ai de la répartie, et sache imposer son point de vue aux autres, autant on détestait qu'une femme soit pourvue de ces qualités réservées, dans leurs étroits esprits, à la gente masculine. Était-ce sa faute si elle était née avec toutes les qualités qu'un homme et une femme sensée auraient voulus avoir? Elle était belle, intelligente, rusée, gracieuse, parfaite menteuse, calculatrice, manipulatrice...Non, sérieusement, n'importe qui de sensé lui aurait envié ces dons que Dieu avait bien voulu lui donner à la naissance. Si elle avait été un homme, nul doute qu'elle serait facilement parvenue à devenir une grande figure de l'histoire d'Illea. Oh, bien évidemment, pas autant que ces deux imbéciles qui se faisaient la guerre en ce moment même, elle n'aurait jamais réussie à égaler la bêtise de ce garçon qui avait coupé le royaume en deux, mais...Elle était certaine qu'on aurait parlé d'elle dans les livres de longs siècles après sa mort. Cette pensée était plaisante et faisait sourire la demoiselle Windgrad, aussi décida-t-elle de continuer à tergiverser sur le sujet, même si c'était profondément inutile. Tiens, elle se promit que si elle réussissait à revenir vivante de sa tranquille promenade qui se changeait en Enfer plus les minutes passaient, elle commencerait à écrire une thèse sur la position de la femme dans la vie sociale et active, qui, elle en aurait mit sa main à couper, intéresserait beaucoup ces demoiselles en attente de reconnaissance de la part de ces bipèdes mal élevés appelés 'hommes'. Et puis, cela pourrait l'occuper les jours de pluie, elle avait toujours été plutôt douée une plume en mains. Enfin, pour en revenir sur son hypothétique présence dans les archives des historiens, ça ne l'aurait guère étonnée que, même en tant que femme, elle s'y retrouve un jour. Elle ne pensait pas le moins du monde exagérer en disant qu'elle était, et de loin, la personne la plus intéressante du grand château de l'Est. Personne ne lui arrivait à la cheville, que ce soit au niveau de la beauté ou de l'intelligence. Une fois une conversation engagée, Annabelle ne laissait jamais l'autre prendre le dessus, elle était toujours celle qui posait les questions, et son interlocuteur celui qui y répondait. Et si, par elle ne savait trop quel ingénieuse méthode de l'autre, elle se retrouvait à devoir répondre à des questions, elle s'arrangeait pour réussir à reprendre le dessus. Personne, personne ne pouvait la battre à ce petit jeu là, elle l'avait répété maintes et maintes fois, et y croyait plus au fur et à mesure qu'elle se le répétait en boucle dans sa tête. La meilleure, la meilleure...Pour ne pas finir écrasée par le poids des autres et celui d'une vie qu'elle abhorrait, elle devait être la meilleure, elle n'avait pas d'autres choix. Si une femme était faible et dénuée de toute personnalité, et possédait une capacité de réflexion dans la moyenne, la société en ferait ce qu'elle voudrait, et elle deviendrait un autre de ces mannequins destinés à décorer le palais des hommes. Mais mince, elles ne servaient pas uniquement à faire beau! Dès toute petite, la jeune fille aux cheveux blonds avait remarqué, l'esprit déjà vif, que ses parents attendaient beaucoup d'elle. Elle était leur unique enfant, et comble du malheur, auraient pensées bien des familles, une fille. Horrible, car une fille ne pouvait pas faire perdurer le nom de sa famille, seulement se soumettre à une autre pour lui apporter son aide. Toutefois, Annabelle n'avait jamais ressenti le moindre regret de la part de ses parents de n'avoir pas eu un fils à sa place. Ils avaient toujours semblés satisfaits de leur parfaite petite fille aux grands yeux bleus, la gâtant plus que nécessaire, lui donnant tout ce qu'elle voulait, sans aucune limite. Ils l'avaient aimés, elle n'émettait là dessus pas le moindre doute. L'amour que lui avaient portés ses parents était l'une des rares choses en laquelle elle ne plaçait aucun doute. C'était dur, dans une vie où elle avait quasiment tout perdu, de croire encore en quelque chose, et c'était une des raisons pour laquelle Annabelle ne faisait plus confiance qu'à sa propre personne depuis bientôt deux ans. Les autres...N'étaient définitivement pas dignes de confiance. Ils faisaient semblant de vous aimer et vous supporter, mais quand tout allait mal pour vous, ils vous laissaient tomber comme s'ils ne vous avaient jamais connus. Et quand tout allait mal pour eux, ils vous pointaient du doigt en hurlant que c'était là votre pleine et entière faute. Ils n'étaient qu'une bande d'imbéciles qui n'assumaient aucun de leurs choix. Si le monde avait été différent, ses parents seraient toujours en vie à l'heure qu'il était. Elle n'aurait pas à se rendre au cimetière pour leur déposer des fleurs, elle n'aurait eu qu'à aller en acheter et leur offrir avec un sourire. Mais le monde étant ce qu'il était, ces visions resteraient des chimères qui ne deviendraient jamais réalité. Ses parents étaient morts. Ils ne reviendraient pas à la vie. Et tout ça à cause d'une poignée d'intolérants suspicieux dépourvus d'intelligence. Quelle pitié...

Quelle tristesse. Si Dieu avait accordé à Annabelle un vœu, elle lui aurait demandé de doter tous les êtres vivants de ce monde de l'intelligence et de la raison. Car, visiblement, ils étaient tous très loin d'en posséder ne serait-ce qu'un centième.

Ce Conseiller, par exemple...S'il était intelligent, il ne le mettait pas du tout en valeur! Il aurait gagné à la reposer à terre et ôter de son visage ce stupide sourire qui l'inquiétait plus qu'autre chose, à présent. S'il était intelligent, il aurait gagné à ne pas la prendre tout court dans ses bras. S'il était intelligent, il aurait gagné à s'en aller et ne plus jamais recroiser son chemin! Comme Annabelle détestait cet homme, elle le détestait, elle le détestait...Elle se jura que si un jour elle le recroisait dans un des nombreux couloirs du château de l'Est, elle lui renverserait quelque chose dessus, le giflerait, que savait-elle encore! Elle lui infligerait une torture plus douloureuse qu'elle ne l'avait encore jamais fait à quelqu'un. Il devrait être fier, il l'obligeait à se surpasser, et Dieu savait que c'était rare, que la demoiselle Windgrad fasse des efforts pour quelqu'un, surtout quelqu'un qui était aussi détestable et stupide qu'Axel Senri. Mais sérieusement, comment pouvait-il être le Conseiller du Prince, avec une mentalité aussi développée que celle du fils de sa voisine, qui venait tout juste d'avoir cinq ans? Il avait du jouer de son physique ou ses relations avec le Prince pour obtenir son poste, elle ne voyait pas d'autres solutions à son équation. Dans l'esprit d'Annabelle, une personne haut placée se devait d'être sérieuse et faire un travail irréprochable, car ce travail n'était non pas seulement pour lui, mais également pour un million d'autres personnes. Quand on travaillait pour les autres, on se devait d'être sérieux et ne pas faire l'imbécile, hors, de ce qu'Annabelle pouvait en voir, le Noble aux cheveux cuivrés était loin du stéréotype que tout le monde se faisait d'une personne importante et portant sur ses épaules de lourdes responsabilités. Honnêtement, et si elle n'avait pas été suspendue par ce dernier au dessus de l'eau, elle lui aurait dit sans en avoir honte, il lui faisait à la fois peur et pitié. Quand elle le regardait, lui et son air d'avoir prit quelque chose de relativement 'planant', elle se demandait où allait le Royaume, sincèrement. Le Prince était-il aussi stupide que son Conseiller? Puisque, d'après ce qu'elle en avait entendu, ils étaient des amis d'enfance, ça ne l'aurait pas étonnée, et ça aurait même expliqué beaucoup de choses. Ah, mais qu'ils mettent quelqu'un d'autre sur le trône et choisisse un autre homme pour assister le nouveau Roi! Annabelle n'aimait vraiment pas la décision que les jumeaux avaient fait de séparer en deux le Royaume, de son point de vue, c'était uniquement une mauvaise idée, qui ne ferait, au fil des années, qu'attiser la haine qui s'était installée entre les quatre races habitant Illea. Et un jour, inévitablement, cette haine exploserait, et les deux parties se confondraient en une guerre encore plus meurtrière et sanglante que la précédente, sans espoir de retour en arrière, et ces deux personnes ne pourraient plus que pleurer sur leur erreur. Annabelle n'avait pas envie de se retrouver une nouvelle fois embarquée de force dans une seconde guerre qui lui prendrait tout ce à quoi elle tenait, encore une fois. Elle ne le voulait pas, rien que cette pensée suffisait à la faire frémir, et elle se disait que si une seconde guerre éclatait, puisqu'elle n'aurait pas le choix et serait obligée de la vivre, elle choisirait au moins de ne plus tenir à rien. Si la seule chose qui avait de la valeur à ses yeux en ce monde était sa propre personne, elle n'aurait pas à souffrir de perdre quelque chose auquel elle tenait durant cette guerre, puisque si elle mourrait elle-même, elle ne serait plus là pour pleurer sa disparition. Raisonnement tordu, non? Elle ne voulait simplement plus avoir à verser de larmes sur quelques tombes portant les noms d'êtres qui avaient autrefois comptés pour elle. Si elle était détestable, si elle n'avait aucun ami, elle n'aurait plus personne à pleurer, plus peur de perdre quelqu'un. Axel avait-il des gens auxquels il tenait, lui? Oh, à n'en point douter, c'était même plus que certain. Les 'grands crétins' qui passaient leur temps à rire, beaux et riches de surcroît, ne pouvaient qu'avoir du succès. Des amis, des petites amies à la demande...A cette pensée, elle eu vraiment envie de gifler l'homme qui la tenait. Elle le détestait, il représentait tout ce qu'elle avait toujours détesté! La bêtise humaine réunie en une seule personne. Ah! Il l'énervait vraiment. Qu'il retourne jouer avec ses petites amies et aider son Prince, et qu'il la laisse tranquille! Elle n'était rien pour lui, il n'était rien pour elle. Elle voulait qu'il s'en aille, et la laisse reprendre sa promenade, qu'elle n'avait pu continuer par sa faute. Oui, elle voulait simplement qu'il la repose sur la terre ferme et s'en aille, il n'avait pas le droit de la traiter aussi familièrement, il ne la connaissait pas avant qu'elle ne lui ai adressé la parole en ce lieu. D'ailleurs, il ne la connaissait toujours pas.

Sans qu'elle sache trop pourquoi, elle sentit comme une poigne de fer s'emparer de son cœur, et le serrer tellement fort qu'elle faillit laisser filtrer à travers ses lèvres entrouvertes une petite exclamation surprise. Pourquoi avait-elle...? Qu'avait-elle pensé qui puisse la faire se sentir aussi mal...?


« Et bien, et bien ! Belle Déesse, ne faites pas cette tête là ! Vous m’en pensiez capable, n’est-ce pas ? Vous l’avez avoué à demi-mots. Un monstre n’est-il pas capable de tout pour tuer sa pauvre petite proie ? Et puis… Allons Mlle, une telle beauté, même mouillée et décoiffée, doit-être toujours aussi belle ! Ne dit pas t’on qu’un corps mouillé est toujours plus beau qu’un corps sec ? Et puis, voyez-vous, j’ai très envie de voir cela, alors… »

En entendant cela, ses yeux plantés dans ceux du Conseiller qu'elle tenait toujours afin de ne pas glisser de ses bras, elle fronça ses sourcils, tentant de prendre l'expression la plus dure et sévère qu'elle pouvait. Ah ah, c'est vrai, elle avait presque oublié que cet homme avait un sens de l'humour particulièrement développé. Mouillée, elle serait tout simplement horrible, et elle ne lui laisserait pas le plaisir de se moquer d'elle. Annabelle Windgrad avait une fierté et un sens de l'honneur aussi développés que celui d'un homme, et le moindre petit pas de travers la faisait se sentir atrocement mal. C'était pour cette raison qu'elle se traçait une ligne blanche qu'elle suivait sans mettre un pied en dehors. De cette manière, personne ne pourrait se moquer d'elle, car tout simplement, il n'y aurait rien dont on pourrait se moquer. Elle s'était merveilleusement bien habillée ce matin, comme tous les autres jours, uniquement pour que personne ne puisse rien trouver à redire sur sa toilette. Ses cheveux étaient toujours très bien coiffés, ses robes faites du meilleur tissu et toujours plus décorées que celles des autres. En quelque sorte, Annabelle ressemblait à une Princesse, une fragile poupée de porcelaine, un Ange qui allait parfaitement avec le riche décor du château dans lequel elle vivait. Oui, si on ne le connaissait pas, on pouvait penser qu'elle était une jeune fille aussi polie et convenable qu'elle était belle. Mais n'avait-on jamais vu de Contes où la Belle-Mère ou la 'méchante' était une superbe jeune femme aux longs cheveux soyeux? Annabelle avait toujours beaucoup plus admiré celles qui faisaient le mal dans les Contes que ces stupides Princesses qui étaient juste bonnes à attendre qu'un valeureux chevalier ne vienne les sauver. Ces sorcières savaient ce qu'elles voulaient, et n'hésitaient pas à aller au bout de leurs idées pour voir leur vœu se réaliser. Alors qu'à l'inverse, que faisaient les Princesses? Elles attendaient juste, incapables de faire quoi que ce soit pour se sortir elles-mêmes de cette situation dans laquelle l'avaient mise leurs bourreaux. Annabelle ne souhaitait pas les voir s'emparer d'une épée et les voir tuer leurs ennemis, non, loin de là, mais si simplement elles pouvaient utiliser leur tête au lieu de se contenter de jouer les prisonnières soumises, les poupées sans aucune volonté. Quelle mauvaise image de la femme les Contes donnaient! Elle eu sur le coup envie de rentrer au château et tous les brûler, mais la cruelle réalité revint violemment lui claquer au visage avant même qu'elle ai pu s'en rendre compte. Ah oui, c'est vrai. Elle était immobilisée par un imbécile au dessus de l'eau, et ne pouvait par conséquent pas bouger. Mais quel stupide, cet homme...Allait-il la laisser partir, oui?

« Mais enfin, je suis aussi un être humain, malgré ce que vous pouvez bien penser ma chère… Alors j’ai un cœur, et j’aimerais vous donner une chance de vous en sortir avec… Disons… Avec des dégâts minimes ? Quoi qu’il en soit, je ne vous noierais pas, aucun problème ! Je vous sauverais, si tel était le cas… Non, si vous voulez vous en sortir sèche… Convainquez-moi. Trouver des arguments qui m’intéressent et qui me feront entendre raison. Attention, je serais intransigeant ! Et je peux dore-et-déjà vous assurer que le bien matériel ne fonctionnera pas comme un bon argument ! »

Le visage fermé et sévère d'Annabelle se changea, suit à ces paroles, en un masque de surprise, où l'on pouvait distinguer également une pointe de colère. Outrée, elle était outrée! De quel droit se permettait-il de changer cette situation dramatique-Dramatique, oui, un pan de sa robe flottait déjà dans l'onde claire du lac-, en un jeu aussi stupide que son grand sourire qui continuait d'étirer ses lèvres? Pour sûr, cette situation devait lui beaucoup l'amuser, elle aurait amusée n'importe quel idiot. Lorsqu'il la recala contre son torse, l'empêchant ainsi de glisser dans l'eau, elle émit une vive protestation sonore, et elle s'accrocha encore plus à lui, se maudissant intérieurement d'être aussi proche de ce démon déguisé en homme. Annabelle n'était pas une personne qui aimait les contacts humains, elle les fuyaient même autant que possible. Être proche de quelqu'un sur le plan physique-Morale aussi, mais ce n'était ici pas le cas- n'était pas quelque chose dont-elle avait l'habitude et qu'elle appréciait particulièrement. Elle avait bien top chaud, mais jamais de sa vie elle ne l'aurait dit à voix de haute, de peur qu'Axel ne décide qu'une petite baignade dans le lac aux vœux ne serait la meilleure solution pour la rafraîchir. Elle préférait avoir chaud qu'être mouillée, sa coiffure et sa robe seraient alors fichues! Plus les minutes passaient, plus Annabelle avait envie de tuer Axel, et seul la morale la retenait de l'étrangler, à proprement parler. Enfin, elle ne devait pas se concentrer sur lui, mais plutôt sur le défi qu'il venait de lui lancer. Qu'allait-elle bien pouvoir trouver à dire pour qu'il la lâche sans faire de caprices? Il avait précisé que le côté matériel ne marcherait pas, et cela la chagrina quelques peu, c'était tout ce qu'elle avait à lui proposer comme arguments sans avoir à trop réfléchir. Tch...Elle allait devoir trouver autre chose, maintenant. Posant son regard sur la surface de l'eau, brillante sous le soleil, elle chercha activement ce qui pourrait bien décider Axel à ne pas la mettre dans l'eau. Une allergie à l'eau? Il y avait fort à parier qu'il ne la croit pas si elle lui disait ça. Annabelle n'était pas une piètre menteuse, mais quand le mensonge était trop gros, forcément, ça ne passait pas. Hum...La gentillesse, alors? Peut-être que si elle le suppliait en faisant de grands yeux et une petite moue...Rien que cette vision la fit crisper ses poings, et elle se mordit légèrement la lèvre inférieure. Supplier, il ne manquerait plus que ça, vraiment...Il ne méritait pas qu'elle le supplie, simplement qu'elle le frappe. Mais elle doutait qu'il la laisse partie si elle le frappait, alors...

Annabelle, après une minute ou deux de réflexion, durant lesquelles seul le chant des oiseaux se fit entendre, releva son regard bleu dragée vers Axel. Bien, bien...Si elle perdait ce combat, elle en mourrait. Elle avait de toute façon d'ors et déjà décidé que cet homme aux yeux auxquels elle n'arrivait pas à coller une couleur précise serait son ennemi mortel. Ce raisonnement pouvait paraître quelque peu enfantin, mais elle s'en fichait. Personne ne l'avait autant énervée jusqu'ici, il était donc normal qu'il ai un titre spécial à ses yeux, n'est-ce pas?

« Et bien, Pour commencer....Ne pensez-vous pas que votre réputation en prendrait un coup, si l'on apprenait que vous vous amusez à noyer les jeunes filles dans les lacs lors de votre temps libre? De plus, vous avez beau être un vrai monstre, je connais plus de moyens de me venger que vous puissiez l'imaginer. Je peux être très dangereuse quand je le veux. »

Son visage était trop près de celui d'Axel, elle n'aimait pas cela. Enfin, il était beau, c'était déjà ça. Qu'aurait-elle fait si elle s'était retrouvée dans les bras d'une personne franchement laide? Elle ne l'aurait pas supporté. La proximité était déjà assez horrible comme ça, ce n'était pas pour rajouter de l'horreur avec un visage disgracieux.

« Et ne trouvez vous pas cela pervers, le fait que vous me noyez et me sauviez par la suite? C'est comme si le méchant des Contes de Fées tenait le rôle du Prince Charmant en même temps que le sien. De quel côté vous placez vous, au juste? Le Méchant ou le Prince Charmant? »

Elle, elle pensait qu'il était le démon qui enlève la Princesse. Mais peut-être avait-il une autre image de lui? Elle était curieuse, elle devait l'avouer, de connaître son point de vue. Et puis, si cela pouvait lui faire gagner de précieuses minutes pour réfléchir à d'autres arguments...Ce n'était pas négligeable.

[3292. Je ferais mieux la prochaine fois!XD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥

Masculin Nombre de messages  : 53

Localisation  : Soit il noie une jolie jeune fille dans un lac, soit il exploite un joli jeune homme dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : Faire l'éléphant dans les bains.
Humeur  : A te faire boire.

Inscrit depuis le   : 26/07/2009
avatar
Homme crapaud : embrassez le et il deviendra enfin beau~♥


Feuille de personnage
Age: 19 ans [depuis si longtemps]
Race: Humain [loque]
Arme / Pouvoir  : Une/plusieurs épées fines.

MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   Dim 15 Mai - 19:26

{... Rien à dire. Je viens de comprendre ma douleur. Axel est un pauvre type complexe et j'ai bien passé une heure de ma vie à lire vos postes, comprendre son mode de fonctionnement, sa manière de parler et de voir les choses. Et pourtant, j'ai toujours trop de mal.

Alors respect et CHUT, JE FAIS DE MON MIEUX. Bouh.ç___ç}

Honnêtement, Axel était curieux de voir quels arguments la jeune fille qu'il tenait toujours dans ses bras allait pouvoir avancer. Il s'imaginait sans mal qu'elle aurait pu lui expliquer de longues minutes durant que sa robe n'y aurait pas survécu, que ses chaussures n'étaient pas faites pour aller dans l'eau et que sa ô combien réussie coiffure aurait été fichue après avoir été mouillée... Alors non, il voulait savoir ce qu'elle pouvait lui dire d'autre. Pourquoi ne la laisserait-il pas tomber dans l'eau, selon elle? Elle devait bien avoir d'autres raisons que celles-là, allons! Elle lui avait déjà prouvé par plusieurs fois qu'elle était loin d'être stupide, c'était le moment où jamais de faire marcher ses cellules grises. De toute façon, comme il l'avait précisé, il se ferait une joie de la sauver si elle finissait sa course dans l'eau fraîche du Lac aux Vœux. Il n'aurait tout de même pas laissé une jeune fille si jolie et distinguée se noyer sans rien faire, sa conscience l'en aurait empêché à coup sûr! Clairement, son but n'était pas de lui faire croire qu'il pourrait réellement la tuer. La jeune fille aux beaux yeux bleus ne l'aurait certainement pas cru, de plus. En revanche, il tenait à ce qu'elle sache qu'il était on ne peut plus capable de la laisser tomber dans l'onde claire-ou, à défaut de la lâcher sans plus de cérémonie, de se baisser pour lui faire prendre un bon bain. Il était déjà mouillé jusqu'à mi-cuisses, tremper le bout de sa chemise dans l'eau n'aurait pas fait grande différence... Mais pour Lady Windgrad, il était sûr que la différence aurait été colossale. C'était sans doute pour cela, dans le fond, qu'elle s'accrochait à lui comme si sa vie en dépendait : si elle était entièrement trempée, elle aurait le droit à des regards étonnés en rentrant au château. Oh, lui aussi, mais ça ne l'inquiétait pas du tout ; comme il l'avait dit, tout le monde le connaissant un minimum savait qu'il était original, et l'entendre dire qu'il avait été se rafraichir près du Lac n'aurait rien de franchement étrange. Quelle chance il avait! Des deux, il était le moins à plaindre. Tiens, il était persuadé que malgré sa petite mésaventure, la demoiselle aux cheveux blonds continuerait d'user et abuser d'hypocrisie et de sarcasme à l'avenir. Quel dommage... Elle aurait pourtant dû comprendre que c'était dangereux, à présent! Elle avait bien de la chance qu'il n'existe qu'un seul Axel Senri dans le monde, sinon son sort aurait été bien incertain.

Le jeune homme bougea légèrement, faisant trembler l'eau autour de ses jambes. Autour d'eux tout était toujours aussi calme, et il ne pensait pas qui que ce soit d'autre se promène alentours en ce moment. Il y avait fort à parier que si quelqu'un était passé près du Lac et les avait vu, à moitié immergés dans l'eau, il serait venu les voir. Même de dos, on devait pouvoir distinguer leurs deux silhouettes : et voir un homme porter une jeune fille au-dessus de l'eau, ce ne devait pas être si courant! Axel en voulait pour preuve qu'avant de le faire lui-même, il n'avait jamais assisté à une telle scène. Ce qui faisait de lui la première personne à avoir eu l'idée de faire une telle chose-ou le premier à l'avoir mis en pratique, en tout cas-ce qui était très gratifiant. Ou alors cela prouvait-il qu'on faisait difficilement plus stupide que lui? Dans les deux cas, il le prenait comme un compliment. Il fallait oser, pour ne pas avoir de regrets. L'idée lui était venue, il avait sourit et l'avait immédiatement mise en pratique. Cela pouvait paraître irréfléchi et stupide, mais il ne s'en inquiétait guère. Il détestait s'ennuyer, et en cela il pouvait remercier la jeune fille de tout cœur! Elle n'était pas qu'une jeune fille jolie et bien habillée-bien qu'elle l'était, sans aucun doute-, elle avait de la conversation et du caractère, ce qui était loin d'être pour lui déplaire. Bien des Nobles de son âge ne faisaient que répéter ce qu'on leur avait appris, ou dire des choses sans intérêt ni pour elles ni pour les autres, tout ça pour être sûre d'éviter tout conflit. Et ça, c'était ennuyeux. Le jeu qu'il avait entreprit avec la Demoiselle Windgrad était bien plus amusant et instructif, et il n'avait aucune envie de la laisser partir. Il se doutait bien qu'il devrait la reposer au sol un jour ou l'autre, mais... Quitte à le faire, autant retarder le plus possible l'échéance, non? Pour l'instant, elle semblait réfléchir. Son regard sondait l'eau claire, et lui la regardait regarder l'eau. Magnifique image, quand il y pensait! Presque une mise en abîme. Le jeune homme aux cheveux bruns la garda correctement tenue contre lui, ne tenant pas à ce qu'elle glisse par mégarde, mettant ainsi fin à leur petit défi. C'était un homme de parole, et il ne comptait pas la laisser tomber dans l'eau sans raison. A moins qu'elle ne reste muette et ne trouve rien à lui proposer, peut-être?

Elle finit par relever les yeux vers lui, son visage toujours aussi près du sien, et prit la parole :

« Et bien, Pour commencer....Ne pensez-vous pas que votre réputation en prendrait un coup, si l'on apprenait que vous vous amusez à noyer les jeunes filles dans les lacs lors de votre temps libre? De plus, vous avez beau être un vrai monstre, je connais plus de moyens de me venger que vous puissiez l'imaginer. Je peux être très dangereuse quand je le veux. »

Ses lèvre s'étirèrent à nouveau en un sourire amusé à l'entente de sa réponse. Bien, bien! Un instant, il considéra l'idée qu'une telle rumeur puisse courir à son sujet. Il y aurait bien des personnes pour croire qu'en effet il s'amusait à noyer des jeunes filles dans les lacs lors de son temps libre, nul doute là-dessus. Et peut-être même aurait-il corroboré ces suppositions, pour s'amuser. Il ne lui semblait heureusement pas avoir déjà tenté de noyer qui que ce soit dans un lac quelconque, aussi ne pourrait-on pas lui incomber une tentative de meurtre. Enfin, ce n'était pas un meurtrier, tout de même! Elle avait beau dire qu'il était un monstre, cela ne faisait pas de lui un tueur. N'avait-il pas dit qu'il volerait à son secours, après l'avoir lâchée? C'était bien là la preuve qu'il était attentionné et héroïque, tout de même. Quant-aux moyens de se venger... Il ne doutait pas un seul instant qu'elle pouvait être très dangereuse, ça ne faisait aucun doute. Alors elle le menaçait pour qu'il la relâche? Ce n'était pas très aimable de sa part, vraiment. Mais Axel aimait son sens de la répartie, et sa fierté qu'il devinait à fleur de peau. Il ne s'attendait pas à autre chose de sa part, bien qu'il ne la connaisse que depuis peu de temps.

« Et ne trouvez vous pas cela pervers, le fait que vous me noyez et me sauviez par la suite? C'est comme si le méchant des Contes de Fées tenait le rôle du Prince Charmant en même temps que le sien. De quel côté vous placez vous, au juste? Le Méchant ou le Prince Charmant? »

Ah! Quelle judicieuse question. Était-il plutôt le Méchant qui enlevait la Princesse, ou le Prince Charmant qui allait sauver la Demoiselle en détresse? A le regarder, comme ça, on aurait plutôt eu tendance à dire qu'il était du mauvais côté de la ligne. Mais qu'à cela ne tienne, il avait déjà la réponse à sa question. Le soleil tapait toujours aussi fort sur eux, et il commençait à se demander si prendre un bain dans le Lac ne leur serait pas vraiment bénéfique, à tout deux, pour éviter une terrible insolation. Après tout, cette frêle Déesse qu'il tenait entre ses bras n'avait plus son ombrelle pour la protéger des rayons du soleil. Et sa peau pâle ne laissait aucun doute quant-à la fréquence de ses bains de soleil ; il aurait été dommage qu'elle brûle sa si jolie peau par mégarde.

«Je ne m'en fais pas trop quant-à ma réputation, Mademoiselle, j'ai déjà eu à démentir pires rumeurs que celle-là! Et sachez que je ne m'amuse pas à noyer les jeunes filles que je rencontre. Vous êtes exceptionnelle, n'est-il pas normal que je vous traite en exception? Répondit-il avec un large sourire amusé. Oh, et je ne doute pas un seul instant que vous soyez dangereuse. Je suis au contraire curieux de savoir de quelle manière vous pourriez me faire regretter mon geste...»

Quoi qu'il savait pertinemment que certaines femmes étaient passées maitresses en matière de fourberie. Au contraire de certains hommes, qui ne connaissaient ni subtilité ni patience, elles savaient attendre et taper les cordes sensibles ; raison pour laquelle il ne doutait pas le moins du monde que la Demoiselle Windgrad soit capable de se venger efficacement.

«Pourquoi ne pourrais-je pas être les deux à la fois? Vous êtes une Déesse, après tout, et non pas une simple Princesse en détresse! Vous êtes bien trop intelligente, belle et distinguée pour vous laisser enlever par un vulgaire monstre. Si je voulais avoir l'occasion de vous sauver, j'étais obligé de vous enlever tout d'abord. Avouez que peu de Princes auraient été jusque là pour plaire à leur Princesse!»

Il accompagna cette réponse d'un nouveau sourire, et fit un petit pas en avant. Sans glisser, sans lâcher sa 'proie'. Juste assez pour faire de nouveau trembler l'eau du Lac et s'enfoncer de quelques centimètres de plus. Trois fois rien, à peine plus qu'une seconde auparavant.

«A votre avis, combien de temps une robe comme la votre mettrait à sécher, par une telle chaleur?»

Demandé sur un ton aussi innocent, on aurait presque pu croire qu'il n'était pas en train de la menacer de la laisser tomber dans l'eau, par une belle journée ensoleillée. Songeant à la robe de la jeune fille, il baissa un instant les yeux. Ah, ses chaussures...Tant pis, il en avait d'autres. Et si elles survivaient à leur baignade-ce dont il doutait franchement-elles pourraient se vanter d'avoir vécu une experience hors du commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Calme bleeuuuu [Dérive... Libre xD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Est :: Château royal :: Les jardins :: Le lac-