AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Who's there?[Liibre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Who's there?[Liibre]   Dim 26 Juil - 4:39

Il faisait chaud. Beaucoup trop chaud. Décidement, l'été dans ce fichu pays était tout bonnement insupportable. Enfin, ce n'est pas comme s'il ne l'avait pas toujours été, après tout.

Annabelle fit tourner la poignée de son ombrelle dans sa main droite avec un long soupir mécontent, levant son regard bleutée vers l'immensité du ciel qui s'étalait de toute sa présence au dessus de sa tête. L'été régnait à présent en maître sur le pays d'Illea, avec le soleil ardent pour Roi, et aucun nuage blanc ne venait gâcher la teinte bleue qu'avait prit le ciel cet après-midi là. Seul un léger vent tiède venait agiter les branches des arbres du parc et les couettes blondes de la jeune fille alors qu'elle venait de faire un demi-tour sur elle-même, afin de pouvoir observer les fleurs rangées par taille et couleur dans le carré d'herbe prévu à cette effet. Une abeille passa en bourdonnant devant elle, pour aller se poser sur un coquelicot aussi rouge que le sang, dans l'optique certain de le butiner et ainsi nourrir toute sa petite famille. Enfin, petite, c'était une façon de parler. Les ruches étaient toujours bien trop grandes et bruyantes au goût d'Annabelle. Trop laides, trop grouillantes de vie. Elle n'aurait jamais pu vivre aussi sérrée avec d'autres personnes, rien que cette pensée la faisait frissoner malgré la chaleur. Il fallait de la place, pour pouvoir vivre correctement.

La jeune demoiselle détourna son regard du coquelicot et de l'abeille, préférant le poser sur l'allée gravillonée qui parcourait les jardins du château royal de l'Est en long et en large. Si Annabelle n'aimait pas les ruches et les abeilles, elle détestait profondément la couleur rouge. La couleur que portait la jolie fleur lui rapellait trop le sang pour qu'elle puisse s'aller à complimenter la plante sur sa beauté éphémère. Les fleurs étaient belles, elles naissaient le matin, vivaient l'après-midi et mourraient le soir au crépuscule. Elles étaient belles et éphémères, tout comme, quand on y réfléchissait bien, toute chose sur terre. Il fallait donc réctifier la chose, en disant que lEs fleurs étaient plus éphémères que certaines autres choses sur cette planête. Oui, plus. Annabelle aimait bien les fleurs, mais elle détestait la couleur du sang. Elle ne s'évanouissait pas quand elle en voyait, non, mais la vue du liquide rouge foncée réveillait en elle cet affreux souvenir qu'elle avait voulu enterrer au plus profond de son âme, et ça pour l'eternité. Et ça, c'était encore pire qu'un évanouissement du à une peur incontrôlée et irraisonée. Sa peur à ellle était tout à fait raisonnée, et pour dire vrai, elle aurait mille fois préféré que ce fut le contraire, que sa peur du sang n'ai aucune origine particulière, qu'elle soit tout à fait bête et...sans raisons. Malheureusement, ce n'était pas le cas, mais ça, elle se refuserait toujours à l'avouer.

Parceque si elle l'avouait, elle serait obligée de parler de ce qui s'était passée. Or, elle ne voulait pas qu'on lui en parle, elle voulait juste oublier. Mais personne ne le comprendrait, ça, personne, personne. Personne ne la comprenait jamais, mais elle ne s'en plaignait pas, car au final, elle était bien mieux seule.

A deux, on se déchirait forcément.

La jeune Noble aux couettes poussa un deuxième soupir frsutré, tappant légèrement le sol de ses chaussures blanches à talons. Elle détestait le soleil, elle détestait avoir chaud, et le fait était que la température ambiante ne l'arrangeait pas le moins du monde. Elle avait beau avoir mit une courte robe blanche, et prit son ombrelle de la même couleur, elle avait encore et toujours trop chaud. Même à l'intérieur du château, il faisait beaucoup trop chaud pour elle. Elle était donc sortie dans l'espoir de trouver un peu d'ombre, mais elle n'avait au final rien trouvé, et cette petite ballade improvisée avait juste réussit à l'énerver plus que de coutume. Hum, il allait vraiment falloir qu'elle trouve un endroit frais avant de finir de se mettre en colère, c'était sûr...Déjà que sa Grand-mère allait encore s'inquièter pour elle...Enfin, elle avait laissé un mot sur la table de chevet du salon avant de partir, non? Techniquement, elle n'était pas en faut, après tout...

Un bruit de gravillons se fit entendre derrière Annabelle, et la jeune fille fronça légèrement ses fins sourcils à l'entente de ce bruit parasyte. Oh non, qui cela pouvait bien être, encore?

"Qui es là?" demanda-t-elle d'une voix oscillant clairement entre la politesse et l'agacement, en détournant légèrement sa tête blonde vers la personne qui venait d'arriver derrière elle, son ombrelle toujours entre ses doigts fin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Mar 4 Aoû - 17:27

Chaleur

La chaleur etait décidement un element relativement gênant,surtout pour quelqu’un qui provenait d’un pays,a plus forte raison un pays d’une nature plus fraiche que le seul autre pays de tout ce continent un peu fantaisiste,on en ressentait facilement les effets,même au travers de la peau délicate que pouvait former les epydermes des êtres bipédes peuplant ce mystérieux continent qu’etait l’Illea.La chaleur,cela pouvait être réellement incommodant,après tout.Oui,cela s’infiltrait absolument partout,cela declenchait des réactions chez le corps humain,des réactions qu’il aurait mieux vallut ne jamais avoir.Des réactions,comme par exemple,la plus commune,ce que généralement,on appelle « sueur ».La sueur,un liquide desolement salé,qui coule de certaines parties du corps,pour se répandre un peu partout sur cette pauvre envelloppe charnelle,afin de « tenter » de le rafraîchir…Et on pouvait dire qu’il ne réussissait pas.La sueur decoulait de la chaleur,c’etait un liquide extrêment chaud,qui n’avait aucune chance de rafraîchir autre chose que de la lave en fusion.Remarque peut être légérement éxagérée,on ne peut pas nier son indéniable pertinence,du fait que la sueur est bel et bien,un liquide plutot chaud,dans l’ensemble.Salé,aussi.De plus,son odeur etait tout,sauf acceptable.Voila ce qui découlait de la chaleur,un liquide chaud,qui rendait le corps plus en fiévre qu’il ne l’etait dèja,du sel sur le corps qui ne faisait qu’accentuer le sentiment de malaise qui se répandait dant tout le corps,et une odeur puante qui se propageait si facilement dans l’air,pour finalement atteindre les narines du propre sueur,qui finissait par se degoûter lui-même.Décidement,la chaleur,sur un corps humain,cela faisait enormement de dommages.Sur le corps d’un esprit,par contre,on pouvait se rendre compte que la chaleur etait encore plus ravageuse.Pourquoi ?

Peur deux raisons tout a fait valable,du moins,c’est ce que pensait un certain stratége de l’Est.Dabord,a cause des ailes que chaque esprit porte dans son dos.Des ailes assez grandes,noires,et surtout,épaisses,que tout les Esprits retractent dans leur dos,afin de passer inapercut.Et bien,ces deux ailes,par un temps aussi radieusement chaud,etaient une vraie plaie.Quelque chose de relativement inssuportable,qui tenait chaud,comme une sorte de fourure triple epaisseur,qui donnait encore plus de chaleur au pauvre Esprit,qui en avait déjà bien assez.La deuxiéme raison,c’etait leur origine.L’Est etait un pays bien plus chaud que l’Ouest,principalement a cause de l’atmosphére ambiante.Et surtout parce que l’Ouest etait le plus proche du Pays des Nekos,le Nord….Le royaume des froids.Alors oui,sur le moment,quand il s’etait levé de son lit,avec la ferme intention d’aller se promener dans les jardins,Terrence etait plutot décidé a se proteger de la chaleur.

Il s’etait levé de son lit,puis dirigé avec fermeté vers son armoire,et il avait passé quelques bonnes heures devant,afin de choisir avec soin les vêtements qui lui permetteraient d’affronter avec fiérté ces divers appels de chaleur,pour pouvoir continuer de faire bonne figure auprés des gens du château.EN sa qualité d’Esprit déchu,il n’etait déjà pas très apprécié,ce qui le rendait encore plus soigneux au niveau de son apparence.Il se devait absolument d’être parfaitement présentable,et d’avoir toutes les cartes en main pour paraître le plus normal possible.Le plus Humain possible.Mais Terrence se refusait a nier sa nature d’Esprit.Il voulait continuer d’être un Esprit,mais simplement,l’être du coté de l’Est.Pourquoi être du coté de l’Est,cela,c’etait une toute autre histoire….A vrai dire,Terrence ne s’en souvenait plus très bien.Il voulait simplement être parmi un camp qui avait besoin de ses services,et pour lui,les Esprits etaient tout bonnements les personnages les plus intelligents.Alors comme l’Est n’avait pas de Stratéges Esprits,il s’etait senti dans le besoin de leur apporter…Son aide,dirons nous.C’etait comme ca,qu’il s’etait retrouvé en temps que stratége des armées Est.

Après avoir opté pour un ensemble de vêtements plutot legers,d’une agréable couleur argentée,le jeune Skingrad avait continué son petit bout de chemin,en direction du salon du château.La,il s’etait livré a son activité favorite.Et il avait battu a plate couture tout ceux qui avaient osé le défier lors d’une partie de jeu de société.Des stratéges,aux soldats,en passant par les bourgeois et les Nobles,il avait essuyé uniquement des victoires,ce qui flattait encore plus son ego.Puis,etait parti dans le Jardin.

Il ne savait pas trop quoi y faire,a dire vrai.Courir,peut être ?Oui,courire en ligne droite semblait être une bonne idée.Sans compter que pour un Esprit,Terrence Skingrad avait une grande force dans les membres inferieurs de son corps,ce qui faisait de lui un bon Sprinter,du moins,pour sa race.Alors oui,peut être courir pourrait t-il lui faire du bien.Seulement voila,il n’en eu pas le loisir.A peine eu il fait trois pas en avant,en se demandant comment occuper sa journée,qu’il entendit une voix,assez fine,gracieuse.Une voix qu’il aimait ecouter…Le probléme etait son ton.A mi-chemin entre la politesse et l’agacement.Mais curieusement,cela ne semblait pas le gêner.Au moins,l’auteur de cette voix n’etait pas de fausse modestie….


"Qui es là?"

A present tournée vers lui,le visage de l’inconnue ne lui apparut pas tout de suite,car Terrence avait le soleil face a lui.En revanche,il parvint a distinguer la silouette de l’auteur de la voix,au milieu de l’astre de feu qui brulait le ciel.Clairement une silouette féminine.Se rapprochant un peu,en plissant les yeux,et en se les frottant pour essayer d’y voir enfin clairement,Terrence répondit du mieux qu’il pouvait.

Juste quelqu’un qui se proméne…Tout comme vous,je pense.

Il avanca encore un petit peu,pour finalement se retrouver a distance raisonnable de la jeune fille,ni trop loin,ni trop prés,et enfin,deplisser les yeux.
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Lun 24 Aoû - 17:17

Juste quelqu’un qui se proméne…Tout comme vous,je pense.

Annabelle fronça légèrement ses fins sourcils, se détournant entièrement vers l'étranger qui l'avait importuné dans sa promenade, afin de pouvoir détailler plus en détails l'inconnu; Des cheveux aussi gris que ses yeux, qu'on aurait dit faient de métal brillant, de taille moyenne, des vêtements gris également...Elle ne le connaissait pas. Ce jeune homme, Annabelle ne le connaissait pas, voilà ce qu'elle en déduit après à peine quelques secondes à m'avoir observé de ses grands yeux bleus clair. La jeune femme poussa un petit soupir discret, détournant vaguement son regard à présent sur les fleurs qu'elle avait vu tout à l'heure, toujours à ses côtés, toujours aussi pleines de couleur et de sales bestioles pour les butiner. Les pétales multicolores s'agitaient dans le petit vent qui parcourait le parc de se rafraîchissante présence, tout comme ses cheveux blonds. Encore du vent, encore des fleurs...Décidement, ce jardin était bien monotone. Où que l'on allait, quoi que l'on faisait, on se retrouvait tout le temps confronté à la même scène sans interêt autre que sa pseudo beauté: Des fleurs agitées par du vent. C'était toujours le même tableau, et ça depuis qu'elle avait décidé de se promener dans le jardin cet après-midi là. Partout où elle avait été, elle avait vu la même chose et les mêmes actions.

Enfin...Si l'on exceptait l'arrivée de l'homme quelques secondes à peine auparavant.

Le regard d'Annabelle quitta le paysage du jardin pour venir se poser dans les yeux de Terrence. La demoiselle fronça de nouveau des sourcils; quelque chose n'allait pas chez cet homme. Elle ne voulait pas dire par là que son visage ou ses vêtements étaient étranges, quoi qu'elle aurait à coup sûr pu leur trouver beaucoup de défauts, ce n'était pas non plus quelque chose dans son attitude, non. C'était quelque chose dans ses yeux. Ils avaient quelque chose qui...Non, justement, ils leur manquait quelque chose. Quelque chose qu'Annabelle avait vu dans tous les autres yeux qu'elle avait regardé, et que ceux-ci ne possèdaient pas. Ou peut-être avait-elle déjà vu ceci avant? Elle ne savait pas trop. En tout cas, même si elle ne savait pour l'instant pas ce que cela pouvait bien être, elle pouvait d'hors et déjà dire qu'elle n'aimait pas ça du tout. Ca ne lui faisait pas peur, ça la dérangeais. Annabelle n'aimait pas les choses qui la dérangeait.

"Vous n'avez aucun mérite, dit-elle après une petite minute de silence, à entendre le bruit du vent et des oiseaux chanter dans les branches des arbres, Il n'y a rien d'autre à faire ici que se promener."

Après avoir dit cela, Annabelle se tourna légèrement, de façon à ce que seul son profil soit visible par l'homme dont-elle ignorait le nom et qui se tenait non loin d'elle. C'était vrai, il n'y avait rien d'autre à faire ici à part se ballader. Il n'avait eu aucun mérite en devinant ce qu'elle faisait en ces lieux, tellement ça paraissait évident. Mais ce n'était pas grave, car de son avis, le mérite d'avoir deviné son activité n'était pas ce qui importait le plus au mystérieux inconnu. Peut-être que cela ne lui importait pas du tout, cela n'aurait pas franchement été étonnant pour la jeune femme aux couettes et à l'ombrelle.

Annabelle resta un moment à regarder le ciel, toujours aussi bleu au dessus d'elle, intouchable et majestueux. Il recouvrait le monde de sa présence, et certains avaient même peur qu'il ne s'écroule sur eux un jour. Il gouvernait depuis son perchoir, et s'il y avait bien un vrai Souverain ici, c'était lui. Le ciel, et toutes ces choses que la volonté humain, ou autre, ne peut arrêter ni changer. Le monde était une terre naturelle, mais que l'homme avait remodellée à sa guise. Annabelle n'avait rien contre ça, après tout, c'était grâce à cela qu'elle pouvait vivre correctement aujourd'hui, ou vivre tout court, d'ailleurs. Elle trouvait juste que si le monde était gouverné par une personne qui ne soit ni Humaine, ni Elfique, ni Esprit, ni Neko, ils s'en porteraient tous mieux. La volonté de ces êtres vivants dont-elle faisait partie était facilement influençable et changeante, et elle en savait quelque chose, vu que justement, elle était comme eux. Ceux qui gouvernaient faisaient toujours ce qui leur semblait le mieux pour eux, sans demander l'avis des autres, er créeaient ainsi un chemin pavés d'erreurs, qui ne partaient pas toujours de bonnes intentions. C'était ce que faisait en ce moment même les Souverains du Royaume d'Illea, maintenant coupé en deux. Un royaume coupé en deux...Annabelle laissa s'échapper un petit rire à cette pensée. C'était tellement stupide. On ne pouvait pas couper une patrie en deux sans couper en deux le coeur de chacun de ses habitants, c'était impossible. Ou du moins, de ceux qui y étaient nés et y avait grandis. c'était tellement stupide...Si ces deux gamins qui leur servaient de Dirigeants avaient voulu faire le bien de leur Royaume, alors il se seraient décidés pour un Règne unique ou pour cohabiter. Mais le simple fait de couper en deux leur territoire montrait juste leur égoïsme. Personne n'avait plié. Et maintenant, ils faisaient encore plus de mal.

De l'avis d'Annabelle, on aurait du abattre les deux jumeaux. Ils étaient de vraies catastrophes ambulantes.

"Vous n'êtes pas humain, je me trompe?" demanda-t-elle au jeune homme en gris, se retournant vers lui avec un petit sourire moqueur, qui n'exprimait nulle gentillesse. Pendant qu'elle réfléchissait, elle avait trouvé ce qui clochait.

Ses yeux étaient complêtement vides.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Lun 24 Aoû - 23:20

Une minute.En une minute,on pouvait avoir le temps de faire bien des choses,une minute,c’etait souvent bien plus de temps qu’il n’en fallait pour faire quoi que ce soit de bref.Une action bréve éfféctuée par le corps de l’être humain,ne mettait généralement que quelques instants.Des instants regroupés formaient des secondes.Des secondes qui regroupés,fromaient des groupes de secondes,lesquels etaient bien plus que suffisant pour effectuer tout ce que l’on avait en tête sur le moment.Une minute.Une minute c’etait soixante secondes.Soixante secondes durant lesquelles un humain normalement constitué avait le temps d’effectuer mille et unes tâches.Plusieures occupations qui pouvaient toutes s’avérer utiles,sans qu’un observateur ne réagissent,lui aussi trop occuppé par ce qu’il avait a faire en cette fameuse minutes,assemblants des instants pour former des secondes,et assemblant ces secondes en soixante pour en faire une minute.Une minute c’etait une part du temps.A la fois trop,a la fois pas du tout assez,quelque chose de totalement hors concours,une portion d’existence a la fois longue et courte que l’on decoupait dans la vie de l’individu qui servait d’exemple a cette théorie.Une minute,une simple minute.En une minute,on avait le temps de tout faire,comme celui de ne rien faire.Une simple minute.


Une minute.


C’etait le temps qu’il avait fallut a Terrence pour detailler son interlocutrice,tandis que cette derniére faisait sans doute pareil de son coté,en affichant un visage légérement agacée par un quelconque détail qui l’empêchait de poser un jugement exact sur le jeune Esprit Déchu Champion de Go.La jeune fille qui lui faisait face,sa silouette entourée par un halo lumineux et doré,etait une jeune humaine,a peine de son âge visiblement.peut être un peu moins que lui.Il lui donnait 16 ans,ou 17 ans.Elle semblait de silouette menue,toute fine,assez petite,apparemment.Terrence deplissa un peu les yeux pour tenter de detailler le visage de la jeune fille en face de lui.Quand il y parvint,il ne fut pas décu.


Elle semblait tout droit sortie d’un rêve.Elle avait un visage plutot pâle avec deux yeux bleus assez fins et percant qui semblait percer dans la tête du jeune Esprit.Des cheveux dorés sur son crâne,gracieusement coiffée,sa posture noble et a la fois pure,tout en elle semblait inspiré la grâce et la pureté.Qui plus est,Terrence la pecevait depuis un endroit légérement abaissé et elle apparaissait dans la lumiére du soleil,en plein centre.Aux yeux de n’importe qui,la jeune fille serait presque apparut comme une déesse.Bien evidemment,Terrence n’etait pas dupe.Il savait pertinemment que cette jeune demoiselle n’etait ni d’origine divine,ni d’origine angélique,ou quoi que ce soit d’autres.C’etait simplement une jeune fille,véritablement Noble selon sa pose et ses vêtements,qui apparassait extremement bien pour lui,en fonction des circonstances.Il savait que cela n’etait pas lé vérité,peut être cette jeune fille serait t-elle comme les jeunes demoiselles habituelles ?Des femmes sans saveur,dont le seul but semblait de glousser quand on leur faisait des compliments sur leur evidente beauté ?Un rougissement,que certains trouvaient mignon….Le probléme,c’est que Terrence haissait la fausse modestie.Pour lui,une jeune fille belle se devait d’agir comme une jeune fille belle.Non modeste.Si on la complimentait,elle devait avoir le comportement habituel d’une jeune fille selon le jeune stratége déchu,et oublier la fausse modestie.En l’occurrence,il ne savait pas quel etait le temperament de cette jeune femme.En revanche,un indice sous forme de paroles se presenta soudainement a lui.
"Vous n'avez aucun mérite. Il n'y a rien d'autre à faire ici que se promener."


Terrence la regarda,avant de monter la marche qui le séparait d’un plan élevé par rapport a cette jeune humaine aux yeux perlés.Il la regarda de sa position,juste un peu plus prés qu’avant,mais pas prés d’elle pour autant.Juste a une distance d’environ trois métres.Puis,il put traiter les diverses infrmations qu’il recut,des paroles de la jeune demoiselle qui lui faisait face,tout en l’observant d’un peu plus prés,et de facon plus claire.De plus prés,elle ressemblait véritablement a un archétype même de princesse ou de petite Noble bien élevée en apparence.Sauf qu’au ton de sa voix,on sentait un egocentrisme et une pretention assez enorme.Honnêtement,Terrence afficha une mine plutot soulagé.Cette jeune fille,au moins,se comportait comme elle le devait.Avec grâce et suffisance.Comme une dame de son rang et de sa beauté.Certes.


Il avait simplement répondu cela pour la forme.Il aimerait simplement en savoir un peu plus sur elle,sur sa facon d’être.Peut être serait t-elle enfin celle qui pourrait le reconforter dans ses idéaux de modestie.Terrence afficha toujours un visage neutre,pour ensuite se diriger vers une roseraie a sa gauche,en quittant quelques instants la jeune fille des yeux.


Mais je suis un peu fatigué.Puis je me reposer quelques minutes ici ?


Toujours un ton très poli.Il n’avait pas envie de se montrer irrespectueux envers une dame aussi belle.Alors il croisa les mains derriere son dos,avant de laisser aller son regard,alternant doucement entre la rose rouge en face de lui,et le doux visage blanc de cette jeune fille.


"Vous n'êtes pas humain, je me trompe?"


Terrence tourna sa tête vers elle,en laissant un de ses doigt glisser sur une épine de la rose.Il leva le nez en soupirant très legerement,avant de baisser ses yeux vides d’expression vers cette jeune fille.


Non,je ne le suis pas.Félicitations.


Il reporta son attention sur la rose,puis sembla preferer regarder les yeux de la demoiselle.Il tourna donc une nouvelle fois la tête.


Et vous,je suppose que vous êtes Noble ?
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Ven 28 Mai - 18:40

Il y avait peu de gens qu'Annabelle aimait, et au contraire, beaucoup qu'elle détestait. Il était très difficile de gagner l'amitié de la jeune fille aux cheveux blonds, dans la mesure où cette dernière, dès qu'elle commençait à vous parler, était désagréable avec vous. Elle ne comptait plus le nombre de jeunes filles qui s'étaient retirées de la conversation avec un sourire crispé, et le nombre d'hommes qui lui avaient explicitement conseillés de ne pas dépasser les limites assignées à son rang et sa condition de femme. Et bien, elle avouait sans aucune gêne qu'elle se fichait bien de ce que ces personnes pouvaient penser d'elle! Annabelle ne voulait pas d'amis qui ne valaient rien, aussi se devait-elle de les 'tester', en quelque sorte, avant de choisir ce qu'elle allait faire d'eux. De toute manière, seuls ceux qui lui résistaient étaient à même de l'apprécier par la suite, ceux qui se vexaient ou se fâchaient la détestait d'emblée, et il était inutile de tenter quoi que ce soit envers des personnes qui faisaient la grimace rien qu'à voir votre visage. Non, ce qu'il fallait à la jeune Noble, c'était des personnes fortes, et qui possédaient un bon sens de la répartie. Des personnes courageuses, qui savaient ce qu'elles voulaient, et ne reculaient pas face à la première difficulté qui se présentait à eux. Vraiment, elle avait en horreur les personnes faibles, elles n'étaient pas intéressantes, se contentant juste de se terrer au fond de leurs appartements et d'attendre que le temps passe. Un très léger vent vint souffler sur le visage pâle de la demoiselle à l'ombrelle, et cette dernière poussa un discret soupir satisfait. Quelle chaleur, mais quelle chaleur! Dès toute petite, la demoiselle Windgrad avait toujours fuit la chaleur, s'asseyant à l'ombre des arbres, prenant garde toutefois à ne pas salir sa robe, se posant là un instant pour écouter la mélodie du vent et le chant des gracieux oiseaux, qui sautillaient joyeusement de branches en branches. Elle leur avait même parfois fait l'honneur de les accompagner de sa jolie voix, entamant alors une chanson que son précepteur lui avait apprise, l'histoire d'une jeune femme qui, à force d'attendre l'homme qu'elle aimait, s'était changée en Saule pleureur. Une chanson qui lui paraissait à présent stupide et dénuée de sens, surtout dénuée de sens, mais qu'elle avait adoré chanter du haut de ses huit ans. Annabelle se disait souvent que parfois, certaines personnes gagneraient à ne jamais grandir. L'enfance était bien plus heureuse et douce que ce passage forcé à l'âge adulte, où nos problèmes s'accumulaient, parfois tellement que les porter était trop dur pour nous, et que la seule manière de s'en décharger était de tout laisser tomber, et s'allonger à l'ombre d'un arbre du chemin de notre vie, et attendre que ceux que nous aimions trébuchent à leur tour et viennent nous retrouver sous cet arbre.

Quel sens de la poésie elle avait, aujourd'hui! Il fallait croire que la chaleur l'inspirait plus que le froid. Néanmoins, elle était loin de la rendre plus sympathique, et c'est pour cette raison qu'à la première question de l'Esprit aux cheveux gris, elle n'avait fait que hausser un sourcil, sans rien répondre, détournant bien vite son regard de l'homme qui se tenait non loin d'elle. Il pouvait faire ce qu'il voulait, ce n'était pas elle qui allait décider pour lui, n'est-ce pas? Ce parc n'appartenait à personne, encore moins à elle. Si ça avait été le cas, elle n'aurait autorisé personne à y pénétrer, et il n'y aurait qu'elle qui aurait pu se promener le long des grandes allées dallées qui filaient à travers le jardin multicolore. De cette façon, elle aurait été tranquille, et personne ne serait venu l'importuner. Posant son regard de la couleur des dragées bleues sur un arbre qui dominait le jardin de toute sa hauteur, elle se prit à penser, non sans une certaine surprise, qu'être un oiseau aurait été bien agréable. Libre et sans contraintes...Ces deux mots faisaient rêver quiconque les prononçaient. Deux mots qui étaient sans cesse évoqués dans les chimères d'écrivains en quête de changement et de vérité. Annabelle aussi, désirait ardemment que le monde change ses principes et que la société dans laquelle elle vivait évolue, mais elle était assez futée et intelligente pour se rendre compte que ce ne serait, de son vivant en tout cas, jamais possible. Peut-être que ses descendants, si descendants elle avait, verraient un changement des mentalités des habitants de ce monde, mais elle n'aurait jamais cette chance. Elle se contenterait de vivre le reste de sa misérable vie dans un pays coupé en deux, gouverné par deux incapables, écrasée par le poids d'une éducation qui avait dès le début eu pour but de ne pas la faire réagir face à ces injustices. Dommage, ils avaient ratés leur coup. De toute manière, lorsque l'on voyait la mort en face, à quelques centimètres de vous, la valeur de la vie vous apparaissait alors beaucoup plus claire, dans toute sa splendeur, mais également avec tous ses défauts. Et Annabelle pouvait l'affirmer, elle voyait nombre de défauts à cette vie qu'elle menait, et peu de qualités. Il était tout à fait normal qu'elle n'en soit alors pas satisfaite et veuille en changer certains aspects, non?


Non,je ne le suis pas. Félicitations. Et vous, je suppose que vous êtes Noble ?

Annabelle, en entendant la voix de l'autre briser le silence qui s'était installé, se retourna vers lui, son visage ayant retrouvé cette expression suffisante qui lui allait si bien. Tiens donc, alors comme ça, les êtres sous-évolués possédaient un semblant d'intelligence? Intéressant, elle ne l'aurait jamais cru, si elle ne l'avait pas vu. La demoiselle aux cheveux clairs fit de nouveau tourner la poignée de son ombrelle entre ses doigts, faisant de son mieux pour se mettre à l'abri des rayons du soleil, trop agressifs à son goût. Cet homme n'avait-il pas trop chaud? Pas que son état de santé l'intéressait réellement, mais s'il venait à s'évanouir là, à cause de la chaleur qui régnait dans les grands jardins du palais, ce serait à elle d'appeler des secours. Et le fait était qu'elle avait tout sauf envie d'abîmer sa jolie voix pour lui. Alors s'il se sentait mal, il avait tout intérêt à se mettre à l'ombre, s'il ne voulait pas qu'elle le tu de ses propres mains.

« Brillante déduction. Là aussi, vous n'avez aucun mérite. Mais je suppose que vous vous en fichez, n'est-ce pas? Elle se mit à rire doucement, une main blanche délicatement posée devant sa bouche. En effet, j'ai de Nobles origines. Et vous? Êtes vous quelqu'un que je devrais, en tant que femme de ma condition, respecter, ou êtes vous simplement un voyageur à la recherche de conversation? »

Il pouvait être ce qu'il voulait, elle ne changerait pas pour autant son attitude à son égard. Il pouvait s'estimer heureux qu'elle lui ai adressé la parole et ne l'ai pas ignoré, acceptant de gâcher quelques précieuses minutes de sa vie pour lui! Elle espérait au moins que, dans ces conditions, il lui offrirait une discussion animée et intéressante. La monotonie de ce jardin de fleurs et de couleurs commençait à sérieusement l'ennuyer, et elle voulait se divertir. Si cet homme, dont-elle ne connaissait pas le nom, possédait un minimum d'intelligence, alors il serait en mesure de lui offrir ce qu'elle désirait. Et puis, s'il était idiot, elle le ridiculiserait jusqu'à ce qu'il en ai tellement honte qu'il tire sa révérence et s'échappe à pas précipités. Dans tous les cas, cette conversation serait amusante. Pour elle. Et ça, c'était tout ce qui lui importait.

[Annabelle va faire travailler le Stratège, avec toute la gentillesse et la douceur qu'on lui connaît.XD]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Dim 12 Sep - 4:56

Et Annabelle, depuis le 28 Mai, attend toujours une réponse. C'est TOI qui m'a répondu, assume jusqu'au bout ce que tu fais. Sinon, moi aussi je peux arrêter un poste, sous prétexte qu'il ne me plaît pas, ou que je n'aime pas le personnage avec lequel je RP, etc etc...Ca ne me gênerais pas.

Après, on en a déjà parlé, et je vois que tu as fait la sourde oreille quant à mon désir que tu me répondes. Soit. C'est peut-être moi qui ai laissé ce poste en suspend, mais tu ne t'en ai jamais plaint. Maintenant que je le reprend, je compte bien qu'on le continue. Encore, si c'était moi qui t'avait répondu, je pourrais comprendre que ça t'ennuie d'une quelconque façon, mais...C'est toi qui m'a répondu. La conversation est censée t'interésser.

Sinon, dit clairement que tu ne veux plus de ce poste. Mais ne compte pas, dans ce cas là, que je ne t'en tiennes pas rigueur.

Le but du RP, c'est de RP, et pas seulement pour créer des liens amoureux entre les personnages. Tu te plains que rien n'avance, mais tu ne fais rien pour. L'intrigue, ce n'est pas de mettre tous ses personnages en couple.

Ta très chère Admin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Jeu 13 Jan - 14:46

Dans le domaine des relations amoureuses, Terrence Skingrad avait toujours été le genre de personne que l'on pourrait qualifier de "dominé". Bien que c'était aussi le cas de beaucoup de monde, dans celui du stratége des armées de l'Est, cela pouvait sembler un terme assez inapproprié. En fait, c'était un terme assez fade, si l'on pouvait dire cela ainsi. Un terme fade, dans le sens où Terrence n'était pas quelqu'un qui se laissait faire et courbait l'échine devant toutes les décisions de son partenaire, non... Plutôt quelqu'un qui... Admirait? Avait le besoin d'avoir en face de lui quelqu'un dont l'aura et la prestance dépassaient le quota habituel de ces qualités chez les mortels? Il ressentait quelque chose dans ce genre là en tout cas. Et autant dire que jusqu'a présent, ça n'avait pas été très bien dans sa vie sentimentale. Des abruties, des imbéciles, aucune qui se rendait compte du potentiel qu'elles pouvaient avoir. La fausse modestie, encore et toujours. C'était pire encore que la modestie de base. La modestie de base n'était là que parce qu'elle était méritée. Par exemple, Terrence savait très bien que niveau beauté corporelle, il était loin d'égaler le Prince Ankou, son conseiller où d'autres figures importantes. Il n'était pas laid, mais pas spécialement magnifique non plus. Le fait est que Terrence savait qu'il n'était pas quelqu'un d'irrésistible, et le disait volontiers. Il n'avait pas à avoir honte, ce n'était pas comme si il pouvait changer quelque chose à ça. On avait un visage et un corps, si on avait eu la chance de le voir beau, on était content. Sinon, on devait l'assumer, ça n'était pas notre faute, mais c'était notre résponsabilité. Terrence Skingrad assumait pleinement son physique. Pas comme certaines. La quasi totalité des femmes que Terrence avait put fréquenter dans sa vie rabâchaient toutes les mêmes petites excuses, les mêmes petits bruits de fausse modestie...Ces fameux "mais non, tu éxagére! Je ne suis pas aussi intelligente - belle - drôle - etc, que cela..".. Ce genre de phrases, c'était précisément ce que le stratége méprisait par dessus tout. Il avait juste... Horreur de ce genre de comportement, il ne le cautionnait pas, et était même prêt à couper tout liens avec une personne, juste parce qu'elle avait cette attitude. C'était sans doute pour cela qu'en amour, le jeune Esprit n'avait jamais eu de chance jusque là. Il n'avait jamais réussi à trouver quelqu'un qui soit à la fois tolérant avec lui, ferme, et surtout qui assumait parfaitement toutes ses qualités et ses défauts. Une jeune femme qui, en se voyant dans un miroir, était capable de dire "Dieu, je suis encore plus belle que d'habitude aujourdhui!". A condition bien sûr que ce soit la totale vérité. Si cette demoiselle était d'une laideur assez parlante, cela ne serait plus de la fausse modestie, mais Terrence refuserait quand même tout contact avec cette personne. Là encore, il ne savait pas trop pourquoi. Sans doute parce qu'au fond, c'était plus où moins le même principe que la fausse modestie, mais dans le sens inverse. Parce que cette femme voyait des qualités en elle qu'elle n'avait pas. Parce qu'elle s'imaginait belle, alors qu'elle ne l'était pas. En clair, elle n'assumait pas sa laideur. Et le fait de ne pas assumer était peut être ce que Terrence méprisait le plus dans un partenaire de relation amoureuse. C'était pour ça, oui. Pour ça que Terrence ne pourrait jamais tomber réellement amoureux de quelqu'un qui agissait avec ce genre de comportement. C'était tout simplement impensable, pour lui comme pour tout son entourage proche dailleurs. Son pére, sa mére, sa petite soeur, tous savaient très bien comment l'aîné Skingrad fonctionnait, et tous savaient pertinement que jamais il ne raménerait une fille laide à la maison. Dabord pour toutes les raisons indiquées au dessus, mais aussi et surtout parce que Terrence Skingrad, quoi qu'on en dise, accordait beaucoup d'importance à la beauté extérieure dans ce genre de liens. Quelqu'un de beau et de faux modeste sera toujours mieux que quelqu'un de laid qui se croit beau. Au moins, le premier choix avait l'avantage d'être joli à regarder. Même si en terme de beauté, Terrence recherchait aussi la majesté, dans un sens.


La fausse modestie n'était pas la seule chose que Terrence méprisait dans ce genre de relations. Il méprisait également le fait de n'avoir pas assez de domination par rapport à lui. Le fait de ne pas avoir assez de charisme pour qu'il admire son partenaire. On en revient à la premiére reflexion à ce sujet, dailleurs. Il fallait qu'il admire, que son compagnon ai assez de présence pour que le stratége soit subjugué. Et en cela, la beauté physique était un atoût des plus considérables. Pour faire simple, le jeune Esprit était quelqu'un qui recherchait une personne plus influente que lui, plus charismatique, plus présente. Quelqu'un qui pourrait lui donner des ordres. Peut être était t-il un brin sadomasochiste sur les bords. Il n'en savait rien, et n'avait dailleurs pas vraiment envie de le savoir. Si il s'était mit à penser tout cela dans les minutes qui suivérent, c'était parce que la jeune femme devant lui dégageait tout ce qu'il avait décrit comme idéal chez une femme. La jeune personne aux cheveux blonds avait dabord un visage pâle, mais d'une douceur qui semblait particuliérement agréable. Rien que le regard qui se promenait dessus sentait la grisante sensation, il n'osait imaginer ce que cela donnerait si il aurait le droit de la toucher à son tour. Il n'osait pas non plus imaginer ce qui lui arriverait si il contemplait trop longtemps ces deux magnifiques orbes bleux, d'une beauté qui faillit lui couper le souffle sur le moment. Les cheveux blonds de la jeune Noble voletaient légérement, sa coupe de cheveux en deux couettes lui donnant un peu la même forme qu'une friandise que Terrence n'osait même pas regarder, de peur qu'elle en perde un peu de son goût. Et sa voix, sa présence! Il n'y arrivait pas non plus à y croire. Elle était... L'idéal féminin qu'il se représentait chaque soir. A peut être quelques détails près. Et peut être que n'était-ce là qu'une simple vision de son imaginaire, que l'instant d'après la jeune femme se révélerait aussi potiche que ses connaissances habituelles. Mais en toute sincérité, Terrence espérait vraiment que non. Que la jeune fille soit aussi belle et aussi cassante qu'il se l'était imaginé en la voyant intégralement pour la premiére fois.


« Brillante déduction. Là aussi, vous n'avez aucun mérite. Mais je suppose que vous vous en fichez, n'est-ce pas? En effet, j'ai de Nobles origines. Et vous? Êtes vous quelqu'un que je devrais, en tant que femme de ma condition, respecter, ou êtes vous simplement un voyageur à la recherche de conversation? »

Le rire de la demoiselle acheva purement et simplement le stratége, qui se sentit fondre en voyant la jolie demoiselle placer une main d'une pureté exquise auprès de ses lévres. Oh, ce rire, ce rire! Il était tellement... Tellement pur, cristallin, et tellement froid en même temps! Et puis ce ton qu'elle employait, son air suffisant sur son visage.... Le jeune Esprit eu du mal à ne pas défaillir, autant par la chaleur que par l'effet surprenant que provoquait en lui la femme aux Nobles origines. Pour ne pas s'évanouir simplement, en espérant qu'elle le prenne dans ses bras, rêve complétement absurde qui venait de germer dans son esprit, Terrence se déplaça légérement, pour s'abriter à l'ombre d'un arbre assez imposant trônant à proximité de sa position. D'ici de plus, il avait une vue impeccable sur la belle et Noble inconnue, bien qu'il osait à peine regarder autre chose que les pieds de cette derniére. De magnifique pieds, en passant dailleurs, comme tout le reste de la personne en face de lui. Son cerveau entraîné traita rapidement la question formula une réponse, tandis que son corps continuait de réagir vis à vis de la profonde attirance qu'il ressentait maintenant envers cette femme. Un air digne, sobre et reservé sur son visage habituellement stoïque, les yeux rivés sur les petons de la blonde à l'omberelle, Terrence laissa sa voix, quelque peu tremblant au départ, mais qui prit très vite un ton assuré, s'élever dans le jardin royal.


"Je suis stratége des armées de notre pays, à vous de décider si vous devez me respecter ou non. commença t-il, d'un ton neutre pour se décrire lui même. Mais je suis à la recherche de conversation. Cela serait un grand honneur pour moi, si vous acceptiez de m'accorder quelques minutes de votre précieux temps."

Bien évidemment, Terrence était loin de se douter que la jeune femme en face de lui ne tomberait jamais son son charme si il continuait à jouer ainsi les hommes respectueux et obéissants en toutes circonstances. Pour autant, même si il l'aurait sût, il n'aurait peut être pas été capable de changer de comportement. Il avait du respect pour la beauté, le charisme et l'allure de cette femme. Et sa maniére de manifester le respect était la suivante. Elle était belle, elle avait réussi à éveiller en lui des sentiments qu'il aurait préféré taire en public. Et Terrence en train de ressentir ce genre de choses, cela donnait fréquemment une créature proche du chien. Fidéle et obéissant. Il n'aurait pas put changer, même si il avait sût. Peut être qu'il était bien, là. Dans le rôle du simple admirateur.



[Je crois que tout ce que je peux dire c'est un pitoyable "Je suis désolé". J'espére que... Tu peux me pardonner.>__<

En plus, ce poste est nul, j'ai récupéré l'ordi préhistorique alors que je m'étais enfin habitué au moderne... VDM.T_T]
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Dim 13 Fév - 23:20

Annabelle n'osait plus même compter le nombre de ses ennemis, tant ils étaient nombreux. Enfin, ennemis, c'était là un bien grand mot, si elle considérait la vingtaine de bras cassés incapables d'une bonne argumentation qui lui en voulaient. Était-ce sa faute s'ils étaient si stupides qu'elle se sentait obligée de leur rappeler leur médiocrité chaque fois qu'elle devait leur adresser la parole? Être aussi bête, ça n'aurait pas du être permis, de l'avis de la jolie blonde aux couettes. Si l'on ne savait pas tenir une conversation, alors on s'abstenait de parler, c'était tout, encore plus si l'on ouvrait sa bouche dans l'optique de dire des bêtises aussi grosses que nous. Se souvenant d'une dame à qui elle avait adressé la parole la veille, elle ne pu empêcher un petit sourire narquois de faire son chemin jusqu'à ses lèvres. Celle-ci, encore plus que les autres pimbêches enrubannées qui passaient leur journée à parler vêtements et rumeurs, avait vraiment fait preuve d'une extrême sottise. Et dire qu'elle lui avait dit se croire intelligente! Quelle blague. Si elle l'avait été, Annabelle n'aurait pas réussi à l'humilier aussi facilement, voyons. Dardant sur l'Esprit aux cheveux gris son regard clair, la Noble à l'ombrelle se demanda s'il faisait parti de cette catégorie de personnes qui savent riposter ou s'il n'était, au contraire, qu'un simple être passif dénué de tout intérêt. Aux yeux d'Annabelle, quelqu'un qui subit sans protester toutes les insultes qu'on lui lance n'a pas plus de mérite qu'un animal. Que cette personne soit Humaine, Elfe, ou tout autre chose, elle se devait de répondre, d'avoir du caractère. Elle méprisait ces femmes qui se laissaient faire par les hommes et se faisaient mener par le bout du nez. La société ne leur laissait pas le choix, paraissait-il. Elle riait bien de celles qui lui disaient ceci pour leur défense; Quand on veut, on peut. Il n'y avait qu'à voir la Princesse Annahita, bien qu'Annabelle ne la tienne pas en plus haute estime pour la guerre qu'elle et son frère avaient sciemment créée, pour savoir que l'émancipation des femmes ne tenaient qu'à la volonté de ces dernières. C'était sûr que si elle était la seule à protester, elle n'obtiendrait rien du tout. Mais Annabelle tenait bon: En attendant le jour où les femmes ne seraient plus rabaissées et assez lucides pour se défendre de leur condition de vulgaires marionnettes, elle se tiendrait droite, impassible aux rumeurs et prête à se défendre verbalement si on l'agressait.

Ce qu'elle était prête à faire sur le champ si cet Esprit se montrait peu respectueux à son égard. La jeune blonde était une demoiselle de haut rang: Ses parents avaient été de leur vivant d'honnêtes gens préoccupés par le sort de leurs voisins. Certains Nobles se souvenaient encore d'eux, et plusieurs fois on lui avait fait la remarque comme quoi elle avait le visage de son défunt père. Sa famille n'avait jamais eu à se plaindre de quelconque rumeurs désobligeantes, et Annabelle admirait ses parents pour n'avoir réussi à faire parler d'eux que dans le bon sens du terme, quoi qu'elle croyait malgré tout qu'ils ne l'avaient guère fait exprès. Ils avaient toujours été de bonnes personnes, après tout. La richesse, ils la possédaient, mais même sans, ils auraient toujours été aussi bons et sincères. Posant ses yeux sur le sol, elle se demanda ce que ça pouvait bien faire, d'être six pieds sous terre, sans autre compagnie que celle de vos étroits quatre murs. Songeant à cela, Annabelle fut prise d'un léger frisson, et serra un peu plus ses doigts sur le manche de son ombrelle. Elle ne désirait pas mourir avant un long moment. Elle détestait la mort, elle l'abhorrait, pour plusieurs raisons qu'il eut été inutile de citer à voix haute, ça ne la regardait qu'elle. Avant de rendre l'âme, l'on se devait de laisser notre empreinte sur terre, et elle sentait qu'elle ne l'avait pas encore laissée, cette fameuse empreinte.

Celle de ses parents, c'était elle, leur fille unique, et tous les sourires qu'ils avaient donnés et rendus aux autres de leur vivant. Et bien que cela puisse paraître bien superflu, c'était loin de l'être. Nous sommes tous l'empreinte de quelqu'un, en quelque sorte.

"Je suis stratège des armées de notre pays, à vous de décider si vous devez me respecter ou non. Mais je suis à la recherche de conversation. Cela serait un grand honneur pour moi, si vous acceptiez de m'accorder quelques minutes de votre précieux temps."

Annabelle haussa très légèrement ses sourcils suite à la tirade du jeune homme aux yeux gris-qui avait eu la bonne idée de se mettre à l'ombre, autant pour elle-, retrouvant toutefois bien vite cet air neutre qui la caractérisait d'ordinaire. Oh, le Stratège des armées? Mais c'est que Monsieur n'était pas n'importe qui! La jeune femme s'en voulu presque de ne pas avoir deviné qui il était avant qu'il ne le lui dise lui-même. Évidemment, était-elle sotte! Le stratège était un Esprit, tout le monde le savait, et ce n'était pas pour plaire à tous, par ailleurs. Mais comme elle n'entendait jamais parler de lui en mal, elle imaginait qu'il devait faire son travail à la perfection. Grand bien lui fasse, tout ceci ne la concernait nullement, après tout. Tant que le château ne se faisait pas assaillir par l'ennemi, elle n'avait que faire de tous ces membres quoi composaient l'armée. Armée..Ce mot avait une terrible connotation à ses yeux, et elle n'aimait pas entendre ces lettres qui, mises bout à bout, formaient quelque chose d'horrible qui sentait la mort. Toutes ces armes et ces personnes prêtes à perdre la vie au combat. Et ils le voulaient, en plus, mourir pour leur pays! Rien qu'une bande d'idiots incapables. Et ceux qui choisissaient quelle forme ils prenaient tous ensemble pour mourir n'étaient pas mieux. Peut-être étaient-ils même pire, elle n'arrivait pas à se décider. Dans tous les cas, Annabelle détestait la guerre et tout ce qui s'y rapportait de près ou de loin. Malheureusement, on pouvait rêver de la paix, mais elle ne serait jamais entièrement présente.

N'importe où, les hommes se réunissaient pour pouvoir se battre. Tss...Rien d'autre qu'un stupide instinct animal, une fois de plus. Ils ont beau tous se dire différents, ils ressemblent en bien des points à ces êtres qu'ils chassent pour se repaître de leur chair. Hmm.

« Le stratège, vraiment? Fit Annabelle en retrouvant son petit sourire moqueur, sa voix sonnant moqueuse elle aussi, mais toujours polie dans le même temps, je vois que vous n'êtes pas n'importe qui. Et vous daignez m'adresser la parole, un grand homme comme vous, c'est moi qui devrais en être honorée. Je ne suis qu'une simple Noble sans grande prétention...Pensez-vous que me parler vous apportera quoi que ce soit? »

Elle aimait toujours autant cela. C'était comme s'affronter avec des armes, mais en bien plus intéressant et civilisé. Il n'y avait rien de plus redoutable que la parole, la demoiselle aux clairs yeux bleus en était certaine.

[Nan, je te pardonne, parce que grâce à toi, je peux RP avec Annabelle. J'aime tellement RP avec elle.TT___TT]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Lun 14 Fév - 0:21

Terrence ne jugeait jamais, ô grand jamais, quelqu’un directement sur les apparences. Ou plutôt si, il ne faisait que cela, mais d’une manière tellement spécifique qu’on ne pouvait pas vraiment dire qu’il jugeait quelqu’un sur son apparence extérieure. En fait, Terrence établissait une sorte de barème et de hiérarchie dans son mental en fonction des gens qu’il rencontrait, et puis par la suite, il suivait leur évolution, leur manière de faire, vérifierait si jamais il s’était trompé à leur sujet, si jamais il avait eu une mauvaise opinion sur ces personnages rencontrés, si jamais au contraire, des gens qui lui avaient parût complètement idiots et limités pouvaient s’avérer bien plus intelligents qu’il ne l’avait prévu.. C’était le propre de la stratégie après tout. Il ne fallait jamais vraiment prendre une décision de fer. Il fallait toujours, absolument toujours, prévoir un plan de secours. Une sorte d’échappatoire si la situation l’exigeait. A vrai dire, Terrence considérait que la préparation de ce fameux échappatoire était pratiquement aussi important que la préparation du plan en lui-même. Grâce à une petite ruelle libérée au préalable durant un assaut, il devenait possible pour son armée de se replier si jamais des renforts ennemis arrivaient par là où il n’y aurait dût y’avoir qu’une retraite des troupes adverses. Oh bien sûr, cette même petite ruelle pouvait aussi signifier un couloir grand ouvert pour ces fameux renforts du coté opposé, après tout ca restait praticable par tout le monde. C’était pour ça que Terrence prenait aussi souvent bien soin de dissimuler ses intentions de préparation du plan de secours, dissimulant toujours son évasion probable sous une illusion qui faisait toujours merveilleusement son travail. Par exemple, une ruelle encombrée de diverses charettes et autres obstacles ne pourrait servir à rien en apparence, pour les troupes du stratège aux cheveux teints. Pourtant, tout dépendait de la nature des obstacles. Si c’était lui-même qui les avait déposés là, nul doute qu’il ne s’agissait pas de handicaps, mais bel et bien d’atoûts à jouer au cours de la partie. C’était comme cela que fonctionnait Terrence Skingrad, toujours à préparer un plan de secours, voire plusieurs, en plus de ses plans d’actions. C’était cela qui lui avait valut de ne pas se faire critiquer par les personnages haut plaçés du commandement militaire. Oh, il savait bien que sa condition de déchu l’handicapait plus qu’autre chose, mais il restait persuadé que c’était parce qu’il était de cette race qu’il était plus à même de réfléchir aux stratégies que les autres. Peut être n’était-ce qu’une légende ou une impression urbaine, toujours était t-il que les Esprits étaient les seuls êtres à pouvoir manipuler la magie, et à s’interdire de toucher la moindre arme que ce soit. Et bien évidemment, ce genre de comportement contribue à faire d’eux une race avec une image bien plus cérébrale que toutes les autres races peuplant Illea. C’était sans doute pour cela que les postes qui réclamaient une intelligence particulière étaient souvent reservés aux Esprits à l’Ouest. Les postes demandant une puissance et une sauvagerie de guerre, c’était bien évidemment aux Nekos qu’elles s’adressaient. A l’Est, c’était autre chose. Pour être le seul Esprit déchu réellement important de ce coté du pays, le jeune homme savait bien que le prince Ankou ne pouvait reléguer de tâches à l’image de sa sœur jumelle. Les postes necessitants rage comme intelligence, n’avaient aucune différence par rapport aux races présentes. Les humains et les Elfes étaient très similaires d’un point de vue strictement mental. Ou pas, remarque. Un général Elfique pouvait être bien plus performant qu’un général humain, et vice versa. Mais le fait est qu’aucune de ces deux races n’était aussi cérébrale que pouvait l’être les Esprits. Terrence le savait, et c’était pour ça que quand il affrontait un représentant de sa propre race dans un quelconque duel que ce soit, il se méfiait toujours un peu plus que si il avait un humain en face de lui. Mais cela dépendait aussi de la personne, il fallait le recconaître. Après tout, un Esprit pouvait être complétement idiot, et un humain pouvait être bien plus intelligent qu’un Esprit. Ca n’était pas un fait avéré que la race du jeune homme aux cheveux teintés d’argent soit plus intelligente que la moyenne. En fait, ca n’était simplement qu’une impression, une rumeur populaire qui s’était propagée suite à la révélation de leurs coutûmes et de leur capacité à maîtriser la magie. Terrence devait bien le recconaître, les humains pouvaient être beaucoup plus intelligents que les Esprits. Ca n’était pas qu’une question de race, c’était aussi une question d’intérieur. De savoir. De Logique. On pouvait être Esprit et être idiot. On pouvait être Elfe, humain, Neko, quoi que ce soit d’autre, on pouvait être intelligent. Au final, c’était comme ça que la vie était faîte, et c’était aussi pour ça que Terrence Skingrad, si il considérait souvent les Esprits comme des gens plus futés au premier abord, ne se fiait jamais qu’uniquement aux impressions. Il devait avoir plus de renseignements .

Pour autant, dans l’état actuel des choses, Terrence fut particulièrement tenté de se laisser happer par la première impression qu’il avait eu envers la jeune demoiselle aux couettes blondes. Elle rayonnait d’une prestance presque divine, d’une intelligence qui coupait presque le souffle du stratège. Il ne savait pas très bien pourquoi, mais il était sûr, complétement sûr que cette jeune femme n’était pas une imbécile. C’était même tellement loin de là qu’il s’en voulut énormément d’en avoir simplement eu l’idée. Et encore, il n’en avait même pas eu l’idée. C’est juste que… Des adjectifs péjoratifs pour qualifier cette femme, sur le moment Terrence n’était pas capable d’en trouver. Comme si il était en train de regarder la perfection en elle-même. Avec un air et un visage si purs que le cristal le plus clair aurait put se ternir de jalousie. Avec une irradiation tellement rayonnante que le soleil en personne paraîssait aussi terne qu’un camembert moisi en comparaison. Avec une telle présence, une telle aura, un tel effet sur Terrence qu’il ne put que déglutir pour espérer ne pas montrer son air trop ébahi. C’était presque trop beau pour être vrai, oui. Et voilà, voilà pourquoi maintenant il ne passerait plus jamais à l’Ouest. Après avoir remarqué qu’a l’Est, il y’avait une pareille créature, il ne pouvait décemment plus s’en aller. Il avait vraiment besoin de le savoir, de le savoir si cette jeune fille était aussi miraculeuse qu’elle le laissait paraître, où si c’était simplement l’imagination de Terrence qui s’emballait. Très sincérement, il en doutait. Il n’avait jamais été bon en imagination, les pieds sur terre et la réalité en face de lui, c’était un de ses crédos.

« Le stratège, vraiment? Je vois que vous n'êtes pas n'importe qui. Et vous daignez m'adresser la parole, un grand homme comme vous, c'est moi qui devrais en être honorée. Je ne suis qu'une simple Noble sans grande prétention...Pensez-vous que me parler vous apportera quoi que ce soit? »

Le dit stratège s’inclina poliment devant la jeune femme, hésitant sincérement à lui prendre la main pour y déposer un baiser de politesse. Il ignorait si cette main était assez clémente pour se laisser effleurer par des lèvres admiratrices de la propriétaire de la dite main. Il ignorait aussi si cette main n’allait pas plutôt partir à grande vitesse droit vers sa joue si il s’approchait trop de la créature presque éthérée qu’il y’avait en face de lui. Son ton de voix était des plus exquis. Un ton à la fois poli, pour ne pas que l’interlocuteur se blesse, mais avec clairement les accents de la moquerie pour bien souligner le fait qu’elle disait ces phrases avec une réthorique évidente. C’était ironique bien entendu, elle se savait sans doute bien supérieure à de nombreux et nombreuses Nobles. LE jeune homme se releva doucement, faisant de son mieux pour paraître assuré et souriant, mais son stress de se trouver dans une compagnie aussi perturbante pouvait se lire d’une manière ou d’une autre. Il n’arrivait simplement pas à regarder autre partie du corps de la jeune femme que les pieds de cette dernière, et ses mains ne cessaient de s’entortiller dans son dos. Se mordant quatre fois les lèvres, le jeune stratège poursuivit l’échange, espérant se montrer à la hauteur des attentes de la demoiselle. Si toutefois, attente il y’avait.

« Je vous en prie, je ne fais que mon travail. Je suis persuadé que parler avec quelqu’un comme vous sera très certainement enrichissant. Vous me semblez être bien plus intelligente qu’une ‘simple Noble sans grande prétention ‘. »

Il laissa un court instant se passer, en profita pour plisser légérement les yeux avant de prendre une profonde inspiration pour poursuivre.

« Et puis, je reste quelqu’un qui, je l’espère, se montre courtois envers ceux qui lui font bonne impression. J’ose donc espérer ne pas vous déranger, quel que soit mon statut social. Je m’en voudrais de vous importuner. »

Il avait dit cela sur un ton parfaitement poli, parfaitement respectueux, et surtout incroyablement sincére. Il n’avait vraiment aucune envie de paraître idiot ou irrespectueux, où quoi que ce soit de mal envers cette jeune femme. Et donc par définition, il ne voulait pas la déranger. Simplement, si elle lui accordait une discussion, il serait heureux. Il pourrait vérifier si cette femme était bien l’ange qu’elle semblait être, ou un simple caméléon qui recopiait un modèle croisé quelque part.




[Ah bon ? J’ai remarqué que tu adore poster avec beaucoup de monde, ces derniers temps.XD

Moi poster avec Terrence, c’est bizzare. A part parler de son masochisme et faire des conférences Fire Emblemesques….-__ô’’]
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Sam 14 Mai - 17:05

Annabelle et sa famille, c'était une drôle d'histoire. On aurait pu en faire un roman comique si on l'avait voulu, car certains diners familiaux valaient leur pesant d'or. Et en cela, Annabelle ne plaisantait pas du tout, à son plus grand dam. Ayant perdu ses parents durant la Guerre Civile, la jeune Windgrad était contrainte de vivre avec sa vénérable grand-mère, mère de sa propre mère, qui avait des idées, disons, plutôt carrées et complètement dépassées. On se serait cru sous le régime du Roi Thomas, et c'était peu dire. Aux yeux de cette femme qui malgré son âge gardait toute sa prestance et sa dignité, les femmes se devaient de posséder une tenue et un vocabulaire irréprochables, de savoir sourire et rougir quand la situation l'exige. En somme, d'être de bonnes comédiennes, totalement soumises aux ordres des hommes et de leurs parents. Cette manière de penser, exacerbée au possible chez Mina Maslow, prenait une toute autre tournure quand on savait à quel point elle était vieux jeu. Sitôt que l'originalité menaçait de pointer, elle montait sur ses grands chevaux et critiquait. Déjà quand ses parents étaient encore en vie et elle plus jeune, sa grand-mère venait souvent leur rendre visite-elle habitait un grand manoir à l'écart de la ville à l'époque, avec son mari, aujourd'hui décédé de maladie-, et reprochait de but en blanc à sa fille son manque de sévérité envers 'la petite Annabelle', qui à n'en point douter, deviendrait une horrible enfant gâtée avec le temps si on y remédiait pas au plus vite. Plutôt prévoyante, l'Ancienne, devait avouer Annabelle. Elle s'occupait d'elle à présent, mais la jeune fille aux yeux bleus n'aimait pas du tout sa manière de faire, et nombreuses étaient leurs disputes et ses fugues. Il était hors de question qu'elle fasse d'elle une poupée gentille et soumise comme sa mère. Déjà qu'elle la regardait comme si elle était un monstre quand on lui faisait remarquer qu'elle ressemblait à son père! Le père d'Annabelle avait été bel homme de son vivant, aussi la jeune femme aux couettes ne se plaignait pas de la comparaison, c'était plutôt flatteur. Mais Mina, elle, n'y voyait qu'une abomination, au sens propre du terme. Son gendre, elle l'a toujours détesté. Annabelle l'avait bien vu à la manière dont elle l'accablait de tous les maux du monde. Pourtant, son père avait toujours fait preuve d'une gentillesse exemplaire-trop peut-être-, et ne s'était jamais fâché contre sa belle-mère. Un exploit, pensait Annabelle, qui se disputait à longueur de journée avec elle. Quelle femme insupportable, sérieusement...Et quand il fallait rendre visite aux cousions, c'était encore pire. Ce n'était pas seulement son père que sa grand-mère déteste, c'était tous les Windgrad de ce château. Bon, pour parler honnêtement, Annabelle ne portait pas non plus ses cousins, son oncle et sa tante dans con cœur. Ils n'étaient pas horribles, pourtant, loin s'en faut. Ils étaient beaux et avaient une bonne réputation, mais...

Son oncle Tanguy était le portrait craché de son père, autant physiquement que mentalement. Trop gentil, trop coulant, trop heureux. Trop niais. Et sa femme ne valait guère mieux, Annabelle la détestait pour être si soumise et discrète; Son constant sourire l'horripilait. Liam n'était rien de plus qu'un homme sans prétention, peu ambitieux, et trop dans les nuages. C'était comme si rien ne l'intéressait, qu'il se fichait de tout, ce qui était peut-être le cas au fond. Annabelle se demandait même s'il était vivant, tant ses yeux ne reflétaient qu'un profond vide. Luciana était timide, hésitante, pleurait pour un rien, rougissait aussi pour un rien. Cette enfant n'avait aucun potentiel, aucun caractère, n'était rien d'autre qu'une jolie poupée aux longs cheveux blonds trop vite embarrassée. En somme, un condensé de tout ce qu'Annabelle détestait, quelle chance! Sa famille, elle en avait souvent honte. Ses parents, c'étaient ses parents, et elle les aimait. Elle avait pleuré pour les avoir perdu, et s'était juré de ne plus jamais pleurer la mort de quelqu'un, quitte à être seule toute sa vie, c'était moins dur. Mais franchement, le reste de sa famille...Elle s'en serait bien passé. Encore heureux qu'ils ne soient pas sujets aux rumeurs les plus déplaisantes; Cela faisait longtemps qu'elle en aurait eu marre, sinon.

Oh puis, sa famille n'aurait pas du être vexée d'entendre cela. Annabelle détestait la grande majorité de ses pairs, il n'y avait rien à faire, ils n'étaient jamais assez bien pour elle. Cet Esprit était peut-être différent, se dit la jeune femme en fixant l'homme aux cheveux gris de ses yeux clairs. Au moins était-il poli et savait parler, c'était déjà ça de pris. Et puis, s'il était le Stratège, elle se devait d'être plus prudente que d'ordinaire. De un, car il n'était pas n'importe qui, et devait jouir d'une certaine réputation et position. Et de deux, car qui dit Stratège dit intelligence. Bien évidemment, on ne passait pas Stratège si on était une vraie cruche, ça allait de soi. Cet homme devait impérativement savoir réfléchir, et vire encore. Elle allait vite le savoir, de toute manière, s'il était un tant soi peu intéressant. Mais pour l'heure, une seule question hantait son esprit, qu'elle allait se torturer jusqu'à ce qu'elle trouve la réponse: Quel était le nom du Stratège, déjà? Elle l'avait déjà entendu, c'était certain. Restait à s'en souvenir, à présent. Hmmm...

« Je vous en prie, je ne fais que mon travail. Je suis persuadé que parler avec quelqu’un comme vous sera très certainement enrichissant. Vous me semblez être bien plus intelligente qu’une ‘simple Noble sans grande prétention ‘. »

Eh bien, songea Annabelle avec un petit sourire en coin, cet homme y allait par la flatterie. Elle connaissait ce procédé par cœur, pour l'avoir appliqué et entendu un bon millions de fois; Si je te complimentes, tu m'aimeras forcément, n'est-ce pas? Seulement en apparences. En ce qui concernait la jeune femme aux cheveux clairs, elle ne se laissait jamais charmer par les beaux mots. Sans doute était-ce car elle savait bien que la plupart du temps, ils n'étaient que des faux-semblants, servant de bouclier à des intentions peu louables. Elle aussi, se plaisait à les utiliser. Elle devait avouer qu'elle était plutôt forte à ce petit jeu, d'ailleurs, si ce n'était quasiment imbattable. Forcément, lorsque l'on est une faible femme oppressée par une société dirigée par les hommes, qu'on se devait d'être belle et de ne rien faire d'excentrique, on apprenait à se battre autrement qu'avec des armes-qu'Annabelle méprisait au passage, bouts de fers sans la moindre dimension artistique. Alors les mots...Ils étaient une arme discrète et idéale, pour peu qu'on apprenne à s'en servir, bien évidemment. Celui qui tente de les employer sans avoir apprit à le faire au préalable n'arrivera qu'à se ridiculiser. Annabelle ne s'en plaignait pas, cependant; Le spectacle de quelqu'un en difficulté la faisait toujours rire? C'était bien plaisant, de voir les autres peiner quand elle était en sécurité.

« Et puis, je reste quelqu’un qui, je l’espère, se montre courtois envers ceux qui lui font bonne impression. J’ose donc espérer ne pas vous déranger, quel que soit mon statut social. Je m’en voudrais de vous importuner. »

Certes, il parlait et flattait bien, se dit Annabelle, mais il semblait être nerveux. Était-ce à cause de sa présence? Elle ne pensait pas que le Stratège pouvait être timide, alors ce devait être ça. Restait à savoir pourquoi. En tous les cas...Elle lui faisait bonne impression? Fort bien. Il ne l'importunait, pour peu qu'il se prête à la conversation. Il n'y avait rien d'autre à faire en cette chaude après-midi, de toute façon, et Annabelle s'ennuyait comme la pierre. La Noble avait besoin de se distraire. Elle aurait pu aller chanter plus loin, mais n'en avait pas envie. De plus, avec ce soleil qui tapait trop fort, la plupart des Nobles étaient restés au château, et elle pariait qu'il n'y avait pas le moindre couloir libre. Quelle poisse, vraiment.

« Vous ne m'importunez pas le moins du monde, fit Annabelle, sans se départir de son sourire, aux vues de nos positions sociales respectives, c'est plutôt moi qui devrait m'inquiéter de vous importuner. Vous êtes bien poli, dites moi. Mais honnêtement, je n'ai pas la moindre idée d'un sujet de conversation qui pourrait vous intéresser. »

Sa voix avait prit un ton désolé vers la fin. Au moins, il était poli. Au moins, il ne tiquait pas désagréablement à ses intonations moqueuses. Peut-être qu'elle pouvait en tirer quelque chose. Qui sait? Parfois, on trouve l'or là où on pensait ne jamais l'y voir. Puis, comme si elle venait de se souvenir de quelque chose, elle ajouta, faisant de nouveau tourner son ombrelle entre ses fines mains:

« Oh! Il semblerait que je ne me sois pas présentée. Annabelle Windgrad, enchantée de faire votre...Connaissance. »

Son sourire s'accordait avec le ton de sa voix, toujours avec cette pointe de moquerie. Sa façon de parler bien à elle. Celle qui agaçait tant de personnes de son entourage.

[AAAAAAAAAH! J'avais oublié, complètement oublié! Qu'on m'abatte, sérieusement.ç__ç]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Sam 14 Mai - 18:19

Les Nobles avaient toujours été, aux yeux de Terrence, une élite de société particulièrement attirante. Le système de monarchie qui régissait l’Illea avait beaucoup de défauts, certes, mais il n’était pas dénué de qualités. C’était un régime dur, fort, sélectif. Qui privilégiait certaines personnes au détriment d’autres. La plupart des gens s’indigneraient devant un tel constat, que personne ne pourrait nier, pas même les Nobles. Même si le système était répréhensible, personne ne songerait à tenter de le faire bouger. Ou personne ne réussirait. Un coup d’état avait déjà eu lieu par le passé dans l’histoire du pays, coup d’état qui avait d’ailleurs amené la lignée Della’Morte au pouvoir et donné à Illea son nom actuel d’ailleurs. Prendre le pouvoir et le renverser n’était pas impossible, simplement aucun idéaliste ne le ferait jamais. Terrence le savait bien, les hommes comme les femmes étaient trop faibles pour résister à la tentation du pouvoir. Une fois au sommet, il n’était pas possible de résister à la tentation de privilégier tout son entourage, tout ceux qui selon nous étaient les plus méritants, au détriment des personnes qui nous dérangeaient. Les gens qui prétendaient le contraire faisait bien rire l’Esprit aux cheveux teints. Ils étaient tous des menteurs. Des gens qui se voilaient la face. Les gens idéalistes étaient faibles, ils n’avaient aucune chance de prendre le pouvoir. Pour être à même de renverser le régime Politique, il fallait être fort, et ce n’était pas le cas des gens qui se battaient pour les autres. Romuald Della’Morte, le premier de la lignée royale, était peut être, autrefois, un idéaliste parfait. Il était peut être, avant son coup d’état, quelqu’un qui avait promis de devenir un vrai roi sans aucun problème. Peut être même qu’il avait promis de laisser le pouvoir à une sorte d’assemblée de gens que le peuple choisirait. Peut être qu’il avait promit de modifier au mieux la condition des gens. Tout cela n’avait finalement été que des mensonges. Tout cela n’était pas arrivé. Romuald Della’Morte n’avait fait que voler le trône au précédent roi, et avait ainsi instauré sa propre lignée en lieu et place de la famille royale. Tout s’arrêtait là. Un simple homme avait remplacé un autre dans son poste. Et puis c’est tout, rien n’avait changé au niveau purement politique. Oh bien sûr, les Nobles sous l’ancien régime avaient changé de noms et d’apparence, ils avaient été remplacés par de nouveaux Nobles, mais dans le fond, le système restait le même. Les Nobles d’un coté, les Pauvres de l’autre. Terrence savait l’écart incroyable qu’il y’avait entre les deux castes, pour être né dans la seconde et passer sa vie dans la première. Enfin, ce n’était pas tout à fait exact, Terrence n’avait pas de sang Noble. Néanmoins, il était le stratège des armées de l’Illea Est, et en tant que tel, la cour et le château lui étaient particulièrement familier. Les bals mondains qui étaient parfois organisés étaient également une partie de sa vie. Malgré ses origines roturières, Terrence Skingrad avait réussi à s’élever et à atteindre le lieu où se trouvait l’élite de la société. Et c’était pour ça qu’à ses yeux, même si le système politique actuel n’était en rien équitable, il restait tout à fait approprié. Il privilégiait des personnes au détriment des autres, et Terrence était quelqu’un qui n’appréciait pas particulièrement la compagnie des autres. Pour lui, il valait mieux trier le monde, ne garder que les rares personnes dont il valait la peine de s’occuper, et jeter toutes les autres dans un endroit où ils ne serviraient qu’à parfaire un peu plus le bonheur de la classe élue. C’était un système et une façon de penser extrêmement égoïste de la part de Terrence, surtout quand on savait qu’il avait passé ses jeunes années dans le milieu de la pauvreté. Mais c’était aussi une façon de penser tout à fait réaliste et crédible, selon son propre point de vue. Le monde était ainsi fait, la justice n’existe pas vraiment. Il fallait trouver les bonnes personnes et se servir des autres. Garder bien à l’abri les gens auxquels on tenait, et ne pas hésiter à sacrifier les autres si cela pouvait les aider. N’importe qui pensait comme ça au fond. Personne ne choisirait de sauver un inconnu, si jamais sa propre vie ou celle d’un proche était en danger. Des abrutis pourraient peut être, éventuellement, tenter de sauver les deux. Mais ceux là étaient faibles. Terrence l’avait dit, selon lui les idéalistes n’étaient que de simples faibles. C’est pour ça qu’on a vu réussir tout les prophètes armés et finir malheureusement tout ceux qui étaient désarmés. C’était une phrase que Terrence appréciait beaucoup pour son honnêteté et son sens du réalisme. Car Terrence était quelqu’un pour qui l’honnêteté et le réalise étaient particulièrement importants. Il ne supportait pas les personnes qui tentaient de se dissimuler derrière le masque du politiquement correct. Les femmes qui souriaient sans cesse et rougissaient quand on leur faisait des compliments… Les hommes qui étaient toujours les chefs incontestés de la société… Tout ce genre de clichés horribles derrière lesquels les gens étaient obligés de se cacher. C’était pour ça que Terrence trouvait proprement horripilant les femmes qui affichaient les joues rouges ou le sourire gêné quand on leur faisait des compliments sur leur beauté. La beauté était importante aux yeux de Terrence, c’était à elle qu’on arrêtait son jugement la plupart du temps. Même si Terrence ne jugeait pas sur les apparences, quelque chose de beau, ou quelqu’un de physiquement beau, était toujours mieux que quelqu’un de laid. C’était un avantage, quoi qu’on en dise. Et quand on était beau, on le savait, ce n’était pas quelque chose qu’on découvrait. Voilà pourquoi Terrence détestait ces femmes qui jouaient la totale fausse modestie. Il les méprisaient, et même si elles étaient belles, il s’en désintéressait aussitôt.

Cette femme, en face de lui… Etait-elle quelqu’un pratiquant cet acte ignoble ? Est-ce que, malgré sa beauté dont il ne tarissait pas d’éloges, elle se comportait comme une simple Noble, parmis tant d’autres ? Si c’était le cas, il jurait de ne plus avoir de véritables relations amoureuses. Comment quelqu’un d’aussi… Parfait, physiquement parlant, pouvait ne pas savoir qu’elle était magnifique ? C’était ridicule, oui. Totalement ridicule. Cette femme était une véritable déesse descendue sur terre. Quelqu’un de magnifique, elle irradiait d’une beauté et d’une grâce sans nom. Le stratège sentait son cœur s’emballer rien qu’en la regardant. Tomber amoureux dès le premier regard n’était pas son genre, et à dire vrai ce n’était pas ici le cas. Mais il la trouvait tellement belle qu’il aurait accepté n’importe quoi de sa part, pour un peu qu’elle le lui demande avec un ton autoritaire. Si elle rajoutait un ‘s’il vous plaît ?’ empreint de cette stupide fausse modestie, comme si elle s’attendait à ce qu’il puisse refuser, eh bien il refuserait. Tout aussi belle qu’elle était, elle devait avoir le comportement adéquat. Mine de rien, les belles femmes qui se comportaient comme des belles femmes n’étaient pas légion, surtout de ce coté du pays.


« Vous ne m'importunez pas le moins du monde, aux vues de nos positions sociales respectives, c'est plutôt moi qui devrait m'inquiéter de vous importuner. Vous êtes bien poli, dites moi. Mais honnêtement, je n'ai pas la moindre idée d'un sujet de conversation qui pourrait vous intéresser. »

Ce qu’elle venait de dire, il aurait put le détester, si il n’avait pas noté ce sourire qu’elle avait sur son visage si parfait. Un sourire insolent et un rien moqueur. Le genre de sourire qui faisait toute la différence entre la fausse modestie du politiquement correct, et celle qui était placée ici dans le but de se moquer des autres. Tout ce qui faisait la différence entre l’humilité stupide, et l’arrogance compréhensible. Cette jeune femme était arrogante et elle était aussi quelqu’un qui semblait avoir une haute estime d’elle-même. Mais Terrence ne la critiquait pas du tout en disant cela. Les gens arrogants avaient trop souvent raison de l’être, et si ils avaient une haute estime d’eux-mêmes, c’était bien souvent mérité. On ne s’appréciait pas automatiquement, il fallait se prouver que l’on était digne de son propre amour. Et cette jeune fille, cette Noble demoiselle à la silhouette magnifique, Terrence ne pouvait que la comprendre qu’elle adopte cette attitude d’arrogance et ce ton si hautain, malgré des paroles empreintes d’une humilité factice, et extrêmement facile à percer à jour. Un homme qui ne supportait pas les femmes qui ne savaient pas ‘rester à leur place’ comme on pouvait le dire dans cette société, aurait très certainement adopté une attitude hautaine avec la demoiselle, aurait sûrement tenté de la remettre là où elle était censée être. Pas lui. Il ne faisait que la regarder, d’un air particulièrement appréciateur. Enfin quelqu’un qui savait ce qu’elle valait, sans pour autant le révéler. Il n’y avait pas que son physique qui semblait extrêmement attirant.

« Oh! Il semblerait que je ne me sois pas présentée. Annabelle Windgrad, enchantée de faire votre...Connaissance. »

En faisant délicatement tourner son ombrelle entre ses doigts si fins, comme des baguettes de porcelaine qu’on rêve de caresser, elle venait de se présenter et de lui demander son nom. Annabelle Windgrad… Annabelle. Quel joli prénom. Ses parents avaient peut être prévu qu’elle deviendrait quelqu’un à même de le porter. C’était vraiment un nom magnifique selon le jeune stratège, oui. Il trouvait en tout cas. Terrence esquissa un sourire flatté aux paroles de la jeune demoiselle. Il fallait rester dans le poli, même si il devait aussi mêler l’honnêteté à ses paroles.

« Je suis ravi de ne pas vous déranger. Et je dois également vous apprendre que je ne suis poli qu’envers les personnes le méritant. Je dois dire que vous avez l’air de le mériter bien plus que toutes les personnes que j’ai pu croiser dans ce château jusque là. »

Après quoi il se rapprocha doucement, sans pour autant réduire la distance entre eux à quelque chose qu’on pouvait qualifier de proche. Ils devaient être espacés de deux à trois mètres, désormais. Peut être 4, grand maximum. Le stratège resta un court instant, à regarder la jeune Noble d’un œil à la fois nerveux et appréciateur, puis il effectua une révérence extrêmement polie et emprunte d’un respect profond. Non, il ne jouait pas avec elle, il était on ne peux plus sérieux quand il disait qu’elle méritait qu’on soit poli envers elle.

« Je me nomme Terrence Skingrad. Et je suis également enchanté de vous rencontrer, Miss Windgrad. Et ne vous inquiétez pas d’un quelconque sujet de conversation. Je suis certain que vous saurez trouver les mots qui conviennent. Absolument certain. »

Il ne le dit pas, mais il sous entendait clairement ‘parce que vous êtes une demoiselle très intelligente Miss Windgrad, n’est ce pas ?’. C’était évident qu’elle l’était. Les belles personnes qui pouvaient adopter un tel ton dans un échange verbal n’étaient jamais stupides. Annabelle Windgrad était vraiment quelqu’un de très intéressant. Vraiment, Terrence Skingrad ne regrettait pas d’être sorti dans les jardins, aujourd’hui.




[No soucy, je t'assure. Je ne vais sûrement pas t'abattre pour ça.XD

J'aime pas trop le nouvel avatar d'Annabelle.v___v'']
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Ven 7 Oct - 2:50

En étalant son savoir sans aucun discernement ni aucune limite, on se faisait vite critiquer et bousculer. Qui avait envie d'entendre quelqu'un se rengorger en parlant de ses prétendues connaissances à longueur de journée? Non, même Annabelle aurait trouvé cela agaçant. Pitoyable si cette dite personne n'était pas même capable de correctement raisonner, et fortement agacée si l'intelligence était proportionnelle aux paroles. Quelle idée que de parader, fier comme un paon, pour se faire remarquer! La discrétion était bien plus utile, et ce dans n'importe quelle situation. La jeune femme aux clairs yeux bleus n'était pas une jeune femme qui se vantait ouvertement de ses nombreux talents; Au mieux, elle pouvait dire savoir parfaitement chanter, ou coudre, ou toutes ces activités associées aux femme. Mais en ce qui concernait son intelligence et sa répartie, elle laissait à ses interlocuteurs le plaisir de les découvrir d'eux-mêmes. Bien souvent, ces derniers repartaient furieux, mais profondément troublés d'avoir trouvé une si forte adversaire. Annabelle se plaisait à les ridiculiser, ces pédants qui pensaient tout connaître du monde. Ils ne savaient pas la moitié de ce que l'on devait savoir! Serrant légèrement la poignée de son ombrelle entre ses doigts, son sourire se fit imperceptiblement plus tendu. La Noble aux cheveux blonds détestait le monde, sans trop savoir pourquoi. Elle trouvait l'humanité stupide, les hommes vaniteux, les femmes inutilement soumises. Cette terre portait en son sein un véritable poison, et Annabelle l'aurait comprise, si elle avait voulu s'en débarrasser subitement!

Mais consciente du fait que la colère n'avait nullement sa place dans cette discussion, la jolie jeune fille se calma, arborant de nouveau une expression aimable au possible, peut-être même niaise. Elle savait passer d'un masque à l'autre sans le moindre mal, et là où se trouvait auparavant la jeune fille arrogante et sûre d'elle se trouvait une demoiselle embarrassée et timide. Si elle parvenait à tester de manière satisfaisante le Stratège de leur belle moitié de pays, alors peut-être mériterait-il qu'elle s'intéresse un peu plus à lui. Il n'avait pas l'air stupide, ni demeuré, et c'était déjà là un énorme compliment de la part d'Annabelle. Mais si on lui avait bien apprit une chose, c'était de ne jamais se fier aux apparences. Elle étudia le sourire qui venait d'étirer les lèvres du stratège, puis ses gris, si vides d'expression. Au moins, il n'était pas déplaisant à regarder, c'était déjà ça de pris.

« Je suis ravi de ne pas vous déranger. Et je dois également vous apprendre que je ne suis poli qu’envers les personnes le méritant. Je dois dire que vous avez l’air de le mériter bien plus que toutes les personnes que j’ai pu croiser dans ce château jusque là. »

Annabelle accueillit le compliment avec un sourire, mais en son for intérieur, elle restait perplexe. Se jouait-il d'elle, ou bien était-il sérieux? S'il était sérieux, en tout cas, elle avait du lui faire un sacré effet. Cette pensée flatta Annabelle, qui appréciait toujours qu'on la complimente ou que l'on soit troublé par son charme. Le jeune homme aux cheveux gris se rapprocha légèrement d'elle, gardant tout de même ses distances, et effectua une révérence, comme s'il s'était incliné devant son souverain. Annabelle appréciait toutes ces attentions, mais privilégiait encore la prudence, s'empêchant de se considérer d'ores et déjà comme vainqueur. Elle n'avait aucun moyen de savoir ce qu'il pouvait avoir en tête, pour l'instant.

« Je me nomme Terrence Skingrad. Et je suis également enchanté de vous rencontrer, Miss Windgrad. Et ne vous inquiétez pas d’un quelconque sujet de conversation. Je suis certain que vous saurez trouver les mots qui conviennent. Absolument certain. »

Terrence Skingrad, voilà, songea la demoiselle Windgrad, fâchée contre elle-même d'avoir oublié le nom d'une personne importante. Aucune trace de ce fugace sentiment ne passa toutefois sur son visage clair. Annabelle réfléchissait intensément, et savait garder la tête froide, quelle que soit la situation. Un calme qui, elle devait le dire, lui était souvent d'une grande utilité, et qu'elle ne perdait jamais. Jamais. Cet homme aimait décidément beaucoup la flatterie! Seulement, la flatterie, en ce milieu, était plus un moyen de parvenir à ses fins que le reflet de réels sentiments. Aussi Annabelle se questionnait-elle sur ses véritables desseins. Cherchait-il à la mettre en confiance, ou bien...Elle ne pouvait pas encore le savoir, se dit-elle, sûre d'elle. Mais elle le saurait sous peu, elle le jurait. Personne ne pouvait lui résister, et elle le pensait, sûrement car elle n'avait encore jamais rencontré quelqu'un de plus perspicace qu'elle.

« Je me demande ce qui vous fait croire cela, fit-elle avec un sourire en coin, je ne suis qu'une femme comme les autres. On nous apprend à poursuivre une conversation, et non à la commencer. »

Son sourire se fit un peut plus grand. Si Annabelle avait été un animal, sans aucun doute aurait-elle été un chat. Un chat jouait avec ses proies, les envoyait valser de sa patte forte, les soumettaient à lui jusqu'à ce qu'elles ne puissent plus respirer. Honnêtement, cette méthode était bien plus intéressante qu'un coup porté à la nuque, qui tuait immédiatement la proie. Comment se délecter de sa prise si elle ne se débattait plus, ne criait plus?

« Vous m'avez l'air d'être un homme intelligent, ajouta Annabelle en hochant doucement la tête, J'imagine que votre métier l'exige. Plus particulièrement quand on porte les couleurs d'un clan opposé. »

Un Esprit à l'Est, ce ne devait en effet pas être facile tous les jours. Les plus complaisants parvenaient à ignorer les yeux vides, mais les plus difficiles ne cessaient de critiquer les déchus pour ce qu'ils représentaient. Et à ce niveau-là, le rang ne protégeait de rien; Certains parvenaient à déguiser leurs insultes de manière à ce qu'elles ne paraissent pas en être, blessant tout de même autant leur cible que si elles avaient été claires. Alors oui...Intelligent pour ce poste, mais deux fois plus par obligation, s'il s'agissait d'un Esprit. Intéressant, n'est-ce pas? Le pauvre...Il devait se dépasser, ici.

[C'est parce qu'il n'est pas fait pour te plaire, mon enfant.u__û]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Ven 7 Oct - 17:05

C’était vrai ça… Que cherchait-il au juste ? Pourquoi est ce qu’il s’étreignait à compliment comme un forcené cette si splendide jeune fille qui lui était apparu ? Lui-même ne savait pas vraiment quoi répondre à cette question. Peut être n’avait-il même pas de but véritablement précis. En fait, il se disait qu’il était juste en train d’agir non pas avec sa tête, mais plutôt avec son cœur. Et il fallait aussi avouer qu’il y’avait quand même un peu de son cerveau dans son activité actuelle. Mais dire qu’il était en train de flatter la jeune femme uniquement pour l’attirer dans ses filets et lui faire subir une quelconque défaite n’était absolument pas vrai. Terrence Skingrad était certes, quelqu’un pour qui la défaite n’était que peu envisageable, et ce dans n’importe quel combat que ce soit. Stratège, il savait jouer de ses atouts et de son intelligence pour se tirer des divers mauvais pas dans lesquels il lui arrivait de se mettre. Mais en l’occurrence, son intelligence était reléguée au second plan. Il n’avait pas les yeux expressifs des humains, pas plus que ces étranges oreilles de chats sur la tête, qui donnent aux Nekos un moyen de deviner leurs pensées plus facilement… Aussi, si cela s’avérait souvent très utile pour mettre le doute à un interlocuteur, le revers de la médaille venait se placer quand il devait raconter quelque chose et qu’il disait la vérité. On ne pouvait que difficilement le croire, lui qui n’avait pas de véritables yeux véhiculeurs de cette fameuse expression. Rajouter au fait qu’il était un déchu, et donc potentiellement un membre du camp adverse, et sa crédibilité en prenait forcément un gros coup. Terrence pouvait comprendre sans trop de mal que mademoiselle Windgrad ait du mal à le croire quand il se répandait en flatteries. Pourtant, ces dernières n’étaient pas factices. Bien évidemment, Terrence jouait un peu la comédie afin d’en apprendre un peu plus sur l’aristocrate en face de lui, mais ses compliments étaient réels et tout à fait fondés. Le stratège trouvait Annabelle Windgrad extrêmement charmante. Et il n’avait pas à mentir pour la complimenter.

Ca se corsait évidemment au niveau du mental de Mademoiselle Windgrad. Car là, évidemment, il n’avait aucun moyen de véritablement vérifier si elle était aussi intelligente et réaliste qu’il le voulait véritablement. Qu’elle n’était pas insoumise et qu’elle n’était pas le genre de femme à courber l’échine devant quelqu’un de plus haut placé qu’elle, ou devant son mari. Il ne pouvait pas vérifier si Annabelle Windgrad était ce genre de personne, et donc ne pouvait pas décider si elle méritait véritablement son respect. Il était clair qu’en tout cas, elle méritait son respect physiquement parlant. Car elle était véritablement magnifique. Mais par simple respect pour elle, il faisait de son mieux pour ne pas la regarder, même si théoriquement il aurait pu le faire sans qu’elle s’en aperçoive. Le fait d’être un Esprit avait du bon aussi.

« Je me demande ce qui vous fait croire cela, je ne suis qu'une femme comme les autres. On nous apprend à poursuivre une conversation, et non à la commencer. »

Le stratège prit une petite inspiration, gardant un sourie poli sur son visage et levant doucement les mains devant lui, comme un haussement d’épaules. Mais un haussement d’épaules bien au-delà de l’image qu’on en a habituellement. Un haussement d’épaules poli. Digne et tout à fait correct à sortir en pleine réception de cour. C’était un geste que répétait souvent Terrence Skingrad en présence d’une autre personne. Un moyen de se faire remarquer, sans manquer de respect à qui que ce soit pour autant. Oh, elle n’était qu’une femme comme les autres et on leur apprenait à poursuivre une conversation ? Pour le coup, il aurait bien aimé pouvoir la contredire. Lui dire qu’il n’était tout simplement pas possible qu’une femme aussi… Belle, soit ‘comme les autres’. Les femmes de la cour étaient belles, c’était un peu leur métier en quelque sortes, mais celle-ci sortait largement du lot. On aurait dit que la déesse de la beauté était passée au dessus de son berceau alors qu’elle était encore un jeune bébé. Ou non, pas la déesse de la beauté. Celle de l’art. De la magnificence. Là où se situait Annabelle Windgrad, Terrence estimait que l’on avait déjà dépassé le simple seuil de la ‘beauté’. Ce que représentait cette femme, c’était bien plus, au moins à ses propres yeux. C’était un point de vue totalement subjectif, même si Annabelle Windgrad était très belle, elle n’en restait pas moins humainement limitée. Pour lui, cela surpassait cela. Un avis subjectif, donc. Mais qui n’en restait pas moins l’avis universel pour Terrence. Car à part lui, il ne croyait en personne. En personne. Sauf si Annabelle Windgrad méritait le fait qu’il croit en elle. Dans ce cas, il croirait en elle. Et en personne d’autre. Personne.

« Vous m'avez l'air d'être un homme intelligent. J’imagine que votre métier l'exige. Plus particulièrement quand on porte les couleurs d'un clan opposé. »

… Et voilà. Elle avait mit le doigt là où il fallait… Essayait-elle de le blesser d’une quelconque manière ? En tout cas, elle devait bien savoir qu’en tant que stratège, donc personnage important, il n’avait pas à clamer porter les couleurs d’un clan opposé. Pourtant elle avait dit cela, et en parfaite connaissance de cause. Pour le blesser ? Pour lui demander de parler plus de cela ? Plus en détail ? Il ne savait pas très bien. Mais il était légèrement blessé. Pax vexé ou quoi, non… Il était… Assez triste. Qu’elle en vienne directement là plutôt que de parler de quelque chose de plus… Intéressant. Le stratège fut une nouvelle fois bien heureux d’être de la race des Esprits pour ne pas laisser sa tristesse apparaître sur son visage. Elle souriait un peu plus alors que le stratège rebaissa un court instant sa tête dans un signe de politesse tout à fait respectueux.

« Je vous remercie de votre sollicitude, Mademoiselle. Et de vos compliments. Venants de vous, ils sont une grande source de réconfort pour ma personne. »

Après quoi il repoussa une mèche de cheveux argentés venu se placer un peu trop près de son visage contre son gré. Il la replaça derrière son oreille, souriant toujours sans la moindre trace d’impolitesse ou de faux compliments. Il était ardu de définir quelle était la vérité entre un vrai et un faux compliment, mais il espérait que Mademoiselle Windgrad soit assez réaliste pour se rendre compte qu’il ne pouvait pas raconter de mensonges sur l’intelligence que dégageait la jeune femme. Elle dégageait quelque chose, quelque chose de fort. Une aura impériale en quelques sortes.

« En revanche, permettez-moi de douter du fait que vous n’êtes qu’une femme comme les autres. Je dois avouer que si c’est véritablement le cas, je serais extrêmement déçu. Pour une raison qui m’échappe encore, je suis persuadé que votre beauté n’est qu’une simple partie de vos qualités. Ai-je tort ? »

Bien sur que non, il n’avait pas tort. C’était de l’ironie parfaitement placée et sans la moindre once d’impolitesse. Si Annabelle Windgrad était vraiment la femme qu’il imaginait, elle ne se considérerait jamais comme la simple femme qu’elle semblait dépeindre depuis le début de la conversation. Elle se savait intelligente et belle. C’était forcé. Peut être se plaisait-il à simplement l’imaginer, puisqu’il n’avait aucune preuve, mais c’était forcé. Au moins pour lui.

Arh, il avait utilisé le mot 'beauté'...




[Non, mais l'actuel il est mieux je trouve.8D]
Revenir en haut Aller en bas


Humaine, Noble

Féminin Nombre de messages  : 41

Localisation  : Franchement. Vraiment. A quoi cela vous servirait-il?==
Emploi/loisirs  : Toute activité convenant à une jeune femme de mon rang, cela va de soi.^^
Humeur  : J'ai une migraine épouvantable depuis hier. Alors, à votre avis?==

Inscrit depuis le   : 05/05/2009
avatar
Humaine, Noble


Feuille de personnage
Age: 17 ans. J'en aurais 18 cette année, mais ça ne m'importe pas beaucoup.==
Race: Humaine, bien évidemment. Cela va de soi.
Arme / Pouvoir  : Je n'utilise pas d'armes, je n'y touche pas, je...C'est trop dangereux, et salissant.^^

MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Mar 15 Nov - 4:04

Annabelle n'avait aucun remord à blesser les autres. Au contraire, plus elle les rabaissait, mieux elle se sentait. Les écraser et savourer sa victoire était ce qu'elle appréciait le plus au monde, quoi qu'elle se gardait bien de le dire à voix haute. On la savait froide et sans grande pitié lorsqu'on la connaissait bien, mais elle ne tenait pas non plus à ce qu'on la pointe du doigt en la traitant de monstre. Certes, elle n'était pas un modèle de gentillesse ou même d'obéissance; Pour autant, elle était soucieuse de garder une excellente réputation, sans le moindre accroc. Et aller hurler à qui voulait l'entendre qu'elle méprisait tous les gens de ce château sans exception, le Prince y compris, ce n'était pas le meilleur moyen d'y parvenir. Il fallait mieux encore garder tout ça pour soi, sous peine d'avoir de gros ennuis par la suite. Annabelle songea que critiquer le régime, même si elle était Noble, lui apporterait de sévères avertissements et à long terme, si elle ne se calmait pas, les cachots ou la mort. Cette idée ne la révoltait pas, car élevée dans ce milieu, ceci lui paraissait naturel, comme à tous ses semblables. Mais ça ne lui plaisait pas pour autant, oh ça non. Il fallait dire que peu de choses plaisaient à la jeune femme, et Ankou Della'Morte n'en faisait pas parti, ni lui ni sa sœur. Elle avait subit leur règne, et s'était faite une idée précise de chacun d'entre eux. Illea ne pouvait pas prospérer coupé en deux, elle en était sûre. Aussi doués que puissent être les Jumeaux, ils emmenaient simplement leur pays vers une fin certaine. Le règne de leur père avait été d'une rare qualité, tout le monde en avait beaucoup attendu d'eux. Ça n'avait pas du bien les servir.

Mais sans doute que cela, Terrence Skingrad le savait. Il devait côtoyer le Prince, ne serait-ce qu'un minimum, et peut-être même avait-il connu la Princesse. Pouvoir leur adresser la parole était un immense privilège, même dans la Noblesse, et se placer dans leur cercle de privilégiés vous offrait une position sociale des plus plaisantes. Parmi ces amis intimes que comptait le Prince, Annabelle connaissait les Senri. Elle ignorait si le Stratège en était, mais dans tous les cas, il était d'ores et déjà doté d'une position satisfaisante, car il serait mit à forte contribution si une guerre se préparait. En cela, la jeune Windgrad ne pouvait que reconnaître son talent: Elle n'aimait pas son souverain, mais ne pensait pas encore qu'il mettait à de si hauts postes des incompétents. Du moins, elle l'espérait ardemment. Suivant la logique commune, Terrence devait donc être un homme diablement intelligent.

Comme c'était intéressant. La jeune femme aux yeux clairs se demandait à quel point il pouvait l'être.

« Je vous remercie de votre sollicitude, Mademoiselle. Et de vos compliments. Venants de vous, ils sont une grande source de réconfort pour ma personne. »

Vraiment? Annabelle gardait plaqué sur son visage ce sourire affable qu'elle détestait, mais portait avec une aisance que l'on ne pouvait qualifiée que d'innée. Toute petite déjà, elle trompait son entourage par ses mimiques angéliques, et tout le monde s'accordait à dire qu'elle était une des plus belle petite fille qu'on eut vu en ce monde. Seule sa grand-mère était parvenue à ne pas se faire duper, et Annabelle détestait cette incapacité qu'elle avait à lui mentir suffisamment bien. Cette vieille femme était vieux jeux, sèche et peu agréable, mais étonnamment perspicace. Elle lui ressemblait trop. Heureusement, songea Annabelle, tout le monde était loin d'être aussi clairvoyant C'était si simple, de tromper les autres! Et de plus, elle était une menteuse hors pair. Une comédienne imbattable. Personne ne pouvait la battre, personne. Cette confiance en elle qu'Annabelle avait était sans doute pour beaucoup dans ces victoires qu'elle enchainait sans le moindre mal.

« En revanche, permettez-moi de douter du fait que vous n’êtes qu’une femme comme les autres. Je dois avouer que si c’est véritablement le cas, je serais extrêmement déçu. Pour une raison qui m’échappe encore, je suis persuadé que votre beauté n’est qu’une simple partie de vos qualités. Ai-je tort ? »

Si Annabelle n'avait pas eut une parfaite maîtrise d'elle-même, elle aurait froncé les sourcils. Son sang froid lui permit heureusement de garder un visage innocent, frappé de surprise. Oh, eh bien? Il pensait que son physique n'était qu'une simple partie de ses qualités? Soit cet Esprit aux cheveux argentés était un homme intelligent, soit il était à la recherche de compliments originaux et flatteurs. L'un dans l'autre, le jeu continuait, et elle se devait de ne pas lui donner raison. S'il pensait vraiment cela, qu'il tente de faire ressortir cette partie d'elle qu'elle cachait si bien; Sans ça, elle ne lui donnerait pas raison, et continuerait son rôle de fausse ingénue, glissant de ci et de là quelques remarques peu amènes.

Tournez manèges. Quelle que soit la conclusion de cette petite discussion, elle en sortirait forcément vainqueur. Il n'y avait pas d'autres alternatives, il n'y en avait jamais eut; Et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Que ce Terrence s'estime heureux: D'ordinaire, elle était bien plus mordante et froide. Oh oui, bien plus.

« Vous êtes étrange, répondit-elle en laissant filtrer un petit rire discret, Vous tenez de bien curieux propos. Pourquoi serais-je différente? C'est le rêve de toutes les femmes. Je n'en suis qu'une parmi tant d'autres, désolée de vous décevoir. »

Tout le monde voulait être différent. Avoir ce quelque chose en plus que beaucoup n'avaient pas. Annabelle le possédait, et en était fière; Jamais elle ne laisserait quelqu'un lui marcher sur les pieds. Elle était née pour dominer, et ferait en sorte qu'on ne la domine pas. Sa fierté était tout ce qu'il lui restait au monde. Et ça, c'était une chose qu'on ne pouvait pas lui prendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   Mar 15 Nov - 21:11

[Je hais la lettre r.]

Il était vrai que cette conversation semblait maintenant devenir une sorte d’interrogatoire mené par Terrence dans le but de révéler la vraie nature de la demoiselle qui lui faisait face. Annabelle Windgrad… Personne vraiment très intéressante s’il en est. Terrence ne comprenait pas encore très bien la raison qui la poussait à ainsi refouler son véritable tempérament. Mais il était évident pour le stratège que cette demoiselle était loin du stéréotype classique de dame de la cour que l’on croise au détour du couloir du château. Comment le prouver ? Il ne savait pas très bien comment le prouver, mais cela concordait avec ses hypothèses il dirait. En tout cas, il devait reconnaître que si il avait bien raison de croire qu’elle n’agissait pas de la même manière qu’elle pensait, elle était une actrice et comédienne véritablement douée. Pour un peu, l’Esprit aux cheveux teints n’aurait pas poursuivi sa théorie et aurait engagé une simple conversation banale avec une personne banale, comme il en existe tant dans ce pays. Des femmes qui souhaitaient être les meubles que les familles souhaitaient… Il y’en avait pleins. Trop d’ailleurs. L’Esprit ne comprenait pas cet état d’esprit. Comment pouvait-on ainsi réfréner ses propres envies juste pour plaire à notre géniteur ? Lui n’aurait jamais agi de la sorte. Il voulait, certes, devenir ce qu’il était aujourd’hui lorsqu’il était petit. Son père le souhaitait également. Mais si Terrence avait fait tant d’efforts pour être le stratège d’Illea Est, c’était parce que cette position lui permettait d’entrer en quelque sortes dans de nombreuses conversations et d’avoir son nom sur bien des lèvres. Un Stratège des armées, Esprit ? Déchu, qui plus est ? Et âgé de seulement dix sept ans ? Tout cela pouvait paraître véritablement risible pour bien des gens qui n’auraient sans doute jamais imaginé pareil dénouement avant que Terrence n’endosse pour de bon le rôle qu’il occupait aujourd’hui.

Le fait est que Terrence Skingrad était persuadé, sans vraiment pouvoir le prouver, que la personne en face de lui était bien plus intelligente et intéressante qu’elle ne semblait le laisser paraître. Il était stupide de penser que son physique n’était que son seul atout. Après tout il l’avait dit lui-même quelques minutes plus tôt, l’apparence de Mademoiselle Windgrad n’était qu’un seul de ses nombreux talents. Quels étaient les autres ? Il apparaissait comme évident à Terrence qu’outre la logique et l’intelligence, la maitrise de soi et le don de comédie étaient présents chez Mademoiselle Annabelle. Terrence, au cours de la conversation qu’il avait entamée avec elle, réfléchissait. Son cerveau fonctionnait, comme tout le temps d’ailleurs, à un régime supérieur. Il avait confiance en ses capacités. Il lui suffisait juste de prouver sa théorie. Ca n’était pas la première fois qu’il devait procéder à un ‘interrogatoire’ de ce type. Après tout, en tant que stratège, sa position le mettait souvent dans des situations similaires. Il fallait juste trouver le mensonge, la faille dans les paroles de l’autre. On pourrait croire que cela était exagéré de la part de Terrence d’agir ainsi alors qu’il ne s’agissait que d’une conversation de politesse. Mais il était sûr, tellement sur, que Mademoiselle Windgrad n’était pas que la belle femme qui lui faisait face. Admettre cela, ce serait se tromper. L’intuition, peut être ? Ou alors il avait déjà eu une preuve sous les yeux et n’était pas parvenu à la retenir consciemment. En tout cas, il devait juste prouver au cours de cette conversation qu’Annabelle Windgrad n’était pas stupide. Loin s’en faut.

« Vous êtes étrange. Vous tenez de bien curieux propos. Pourquoi serais-je différente? C'est le rêve de toutes les femmes. Je n'en suis qu'une parmi tant d'autres, désolée de vous décevoir. »

Le stratège croisa ses bras, relevant une partie de la phrase qui sonnait véritablement plus intéressante que d’autres. C’était simple : elle lui demandait pourquoi ? Elle voulait véritablement qu’il lui fournisse une réponse alors qu’à l’instant, il venait de lui en donner une. Pourquoi ? Eh bien pourquoi pourquoi ? Pourquoi voulait-elle savoir pourquoi ? Quel était sa raison pour lui réclamer une argumentation ? Et puis, pourquoi ne disait-elle pas elle-même une réflexion sur son physique ? Elle ne faisait que nier le fait qu’elle puisse être une personne intelligente. Cette négation était contrôlée de sa part, et il appartenait à Terrence de lui prouvé qu’elle mentait en parlant ainsi. Alors elle n’en était qu’une parmi tant d’autres, hein ? Eh bien ils allaient voir.

« Vous n’êtes qu’une femme parmi tant d’autres… Qu’est ce cela pour vous ? Que faut-il être pour n’être qu’une parmi les autres ? Et surtout, prétendez vous n’avoir que ces qualités là pour vous ?»

Il se baissa une nouvelle fois, dans un signe respectueux pour bien lui faire comprendre qu’il ne lui manquait pas le moins du monde de respect. Puis il se releva, plaça son index contre son front avant de le frotter légèrement, histoire de réfléchir rapidement avant de prendre une décision.

« Par ailleurs, j’aimerais également vous demander de me faire part de ce que vous pensez de votre beauté de manière personnelle bien sur, Mademoiselle Windgrad. Êtes-vous d’accord avec moi à ce sujet? »

Le stratège reposa sa main, et par extension son bras, le long de son corps en attendant la réponse de son interlocutrice, laissant un petit sourire fleurir sur son visage. Un sourire poli, courtois, comme il en faisait de nombreux dans cette cour de Nobles. Mais également le sourire de quelqu’un qui s’apprête à déterrer un trésor extrêmement précieux en face de lui. Le sourire de quelqu’un qui savait qu’il avait les capacités de tenir une conversation intelligente dans un délai bien supérieur à la plupart des gens présents dans le château. Oui, il avait ces capacités là. Alors… maintenant qu’il les exploitait, autant voir si Mademoiselle Windgrad y répondait correctement. Mettons les choses au clair… Il fallait déjà préciser que la conversation avait bien pour but de montrer les qualités d’Annabelle Windgrad au grand jour. Pour ça, le premier pas était de savoir ce qu’elle en pensait personnellement.

Ou ce qu’elle voulait que les autres en pense, bien évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Who's there?[Liibre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who's there?[Liibre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» ...chaleur étouffante ! [liibre ]...
» Une Sombre Prophétie...[Liibre]
» Wàà, c'est beau *o* | Liibre |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Est :: Château royal :: Les jardins-