AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ASLHEIM Caleb {V.2}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: ASLHEIM Caleb {V.2}   Mar 21 Juil - 6:00



Aslheim
Caleb

"Feeling so distant from everyone I've known."


Nom : Aslheim

Prénom : Caleb, Maximillien, Victor

Âge : 19 ans. {01/01/1543}

Race : Humain

Camp : Est, Prince Ankou, en gros, les gentils.XD

Arme : Une épée au tranchant de couleur sombre mais a la taillade dévastatrice. Elle se prête aussi bien a l'estoc qu'a la taille, et pour le combat rapproché, ou à distance moyenne courte. Enchantée, cette lame du nom de Ragnell est liée a son sang, ce qui fait que Caleb est relié a elle, où qu'elle soit. Elle a aussi le don d'enflammer son tranchant quand Caleb éprouve de la colère.

Fonction : Il est l'épéiste de la Brigade Rouge.

Lieu de résidence : Il réside comme les autres Brigadiers dans le château du Prince Ankou.




Aime :
L'entrainement, les Esprits, l'honneur, son épée, s'imposer, Ankou pour qu'il il éprouve un énorme respect (il est pas gay, d'accord?XD)


N'aime pas :
Les Neko, en général, compréhensif après ce qu'il a vécu, tuer inutilement, les imbéciles inutiles qui ne servent a rien....(xD)


Famille :
Toute sa famille est morte, sans aucune exception. Pas de chances, hein?XD


►Description Physique.


Pour commencer,il est bon de préciser que Caleb étant d'un naturel assez peu bavard,son attitude et apparence le laisse assez facilement transparaître,de part ses vêtements et son aura bien particulière,on ne peu généralement que s'incliner devant lui,de par sa présence physique assez imposante.En résumé,il attire facilement le respect et l'admiration avec un seul regard,et il le mérite suffisamment, d'ailleurs.De par sa carrure plutôt imposante,le jeune Caleb impose facilement sa présence,même dans une assemblée de gens doués d'un profond charisme.Pour faire simple,rien qu'en le voyant,on peu d'ores et déjà se convaincre que Caleb est loin d'être quelqu'un d'ordinaire ou de commun,un effet qu'il aime imposer,et qu'il met tout en œuvre pour ce faire.Des vêtements au style de marche,tout passe dans une sorte de condensé que Caleb dissipe a tout va,en y ajoutant sa prestance naturelle.Mais cessons de nous attarder sur l'effet général que Caleb diffuse,et entamant sa description physique globale.Comme on aurait put s'en douter en lisant la plupart des lignes supérieures,le corps en général de Caleb est loin d'être laid ou repoussant.Il est assez beau,si on prends le temps de le contempler,temps qu'il ne laisse généralement a personne.Il n'aime pas trop qu'on le fixe a cause de sa beauté,et préfère se servir de cette dernière comme un atout pour imposer sa présence.

Pour commencer, si on devait choisir un adjectif, un seul pour décrire le jeune homme, se serait… Hum... " Beauté de flamme " ? Caleb est un beau jeune homme aux cheveux couleur des éléments bruleurs déchainés. Concernant le reste du visage, il possède des traits assez fins, et ses yeux pour terminer… Ses yeux, ils sont d'un beau bleu clair. Comme pour beaucoup de personne, le seul regard apprend ce qu'il y a à savoir. Il est vraisemblablement assez bien former pour son âge. Il n'a pas une musculature des plus impressionnante, mais en fin de compte il cache bien son jeu.... Cela n'est pas étonnant, vu que ce gaillard s'entraîne quelques fois par mois, histoire de développer et de faire travailler tous les muscles de son corps et de ne pas perdre trop la forme. Bien qu’il ne soit pas un "Monsieur Muscle", il aime bien se maintenir en forme. Mais lui, il n’a pas besoin d’abdominaux d’acier ou encore de Pectoraux de Fer pour se sentir aimé des autres.

Plus de dix ans de sa vie consacré à s'entrainer tout les jours pendant plusieurs heures a l'escrime, il ont permit d'obtenir un niveau bien plus élevé que le grade maximum des épéistes. Toutefois,ce niveau est bien normal puisque le bonhomme est parfaitement capable de vaincre tout homme,l'épée au poing.Il n'as pa volé sa place dans la brigade rouge,on aurait plutôt tendance a dire qu'il a été crée pour entrer dans cette escouade de guerriers d'élite,de part son extraordinaire habileté,une fois que le jeune homme aux cheveux embrasés tient en main une arme comparable a une épée longue et droite.N'ayant pas reçu d'autre enseignements que ceux de son ancien maître de combat,il combine donc son propre style,avec les techniques d'épéistes de légende qu'il a mémorisé,ainsi que celles de son maître.Tout ceci donne naissance a une combinaison spectaculaire et redoutablement efficace,qui a plus d'une fois,démontré son utilité.Pour un Humain,Caleb est un prodige,capable de rivaliser avec des créatures magiques,tels les Elfes et les Esprits,pour la plupart sans réelle difficulté.

Il n’est ni trop grand, ni trop petit puisqu’il mesure un mètre quatre vingt quatre, et ni trop gros, ni trop maigre puisqu’il pèse soixante douze kilos. L’hygiène en général,ca n'est pas qu'il s'en moque,simplement qu'elle passe largement après ses principales occupations de membre de la brigade rouge.La sueur et la transpiration sont malheureusement de mise avec l'entrainement et la rigueur,le jeune Caleb,bien qu'entretenant son corps avec soin et avec douceur,son hygiène reste tout de même d'un niveau moins élevé qu'il ne le voudrait.Toutefois,il considéré cette transpiration comme le fruit et la preuve de son labeur physique,et au final s'estime plutôt satisfait si il parvient a sortir d'un entraînement couvert de sueur,car cette sueur est le signe d'un énorme effort,et d'un constant progrès.

Car au-delà de la description physique, une personne se caractérise par ce qu'elle dégage. Le jeune homme à les cheveux qui lui arrivent au bas du dos.Ses cheveux si rouges comme la flamme de la lumière sacrée lui arrivent plutôt bas,et on peu donc supposé que Caleb a les cheveux longs.En réalité,c'est même le cas.Une longue crinière rouge lui bat dans l’arrière du dos.Même si certains le persuade de les couper, il n'en fera rien. Il les aimes comme il sont, et il ne changera pas pour que les autres le regarde d'un meilleur œil.

Il n'est certes pas le plus beau des garçons du monde, mais il n'est pas non plus le plus laid, loin de là. Il a d'ailleurs le don de n'attirer que les filles qui ne pense qu'au physique, le genre de filles que Caleb n'aime pas.Pour Terminer,attardons nous sur sa tenue vestimentaire en général.Bien qu’étant un homme plutôt simple,les vêtements de Caleb sont a l'image du reste de son apparence physique,brulants et sombres.Il porte d'amples vêtements,plutôt Luxueux dans l'ensemble,et qui restes néanmoins très simples.Cette tenue assez étudiée est plus donné pour les avantages au combat qu'autre chose.Il s'agit d'un tissu de couleur mat comme l’ébène,d'une résistance assez exceptionnelle pour un tissu aussi souple.Caleb ne porte pas vraiment d'autres vêtements en général que sa tenue noire et ample,et si il le fait,ses vêtements seront sans aucune exception,noirs.


►Description Mentale.


Caleb est une personne qui peut sembler froid au premier coup d’œil, mais c'est surtout qu'il ne sait jamais trop quoi dire, vu qu'il a presque toujours été seul. C'est pour ça qu'il a presque toujours cet air. En plus d'être d'une certaine froideur, il est aussi très difficile de le comprendre. Intelligent , calme et posé, c'est un garçon qui réfléchit énormément, pour trouver une solution, ou autres. Il évite de parler la plupart du temps, pour ne pas blesser d'une façon ou d'une autre les différentes personnes qu'il connaît. C'est justement à cause de cela que beaucoup de personnes l'identifie comme une personne froide et distante. Il parle souvent (pour le peu qu'il parle) avec un langage un peu plus
étrange que les personnes de son âge.En raison de sa solitude presque constante,Caleb a prit l'habitude d'être dur et franc avec les personnes qui parviennent a briser son armure de glace.Ceux la se heurtent alors a un mur de flamme extraordinairement puissant.En résumé,Caleb sous sa coquille de froideur,peu révélé un tempérament agressif,instable.Néanmoins,le jeune homme peut parfois se contenir,et agir comme le ferait un humain normal,en toute gentillesse.Les rares élus a en profiter se compte généralement sur les doigts d'une main.

Il a aussi une certaine sagesse, et même si il ne parle pas le plus souvent, il réconforte les personnes qui sont dans le besoin. Avec les évènements qu'il a vécu quand il était jeune, il ne ressent beaucoup moins d'émotions que le gens normaux. Mais ce qui ne veux absolument pas dire qu'il ne ressent pas des sentiments comme : la joie, la colère, ou bien même l'amour... Juste que pour la dernière option, il met un peu plus de temps que les autres, pour s'en rendre compte. Mais il voit bien quand une fille ou un garçon lui dit qu'elle l'aime, uniquement pour son physique. Dans ce cas là, il se contente simplement de rester silencieux un petit moment et d'ajouter quelque chose dans le genre : "Apprends à aimer une personne pour ce qu'elle est, au lieu de t'attarder sur son physique", puis il s'en va. Oui,le jeune homme est quelqu'un de plutôt difficile en amour si on généralise le fait,cela est également dut au fait qu'il est extrêmement timide,malgré les apparences.Si quelqu'un s’intéresse a lui,il faudra alors tenté de lui dire par moyen détourné,sans quoi le jeune homme risque fort de réagir promptement,en déversant sa colère malsaine.Il n'aime pas se mettre en colère,mais il faut avouer que jusqu’à présent,Caleb n'as pas encore trouvé de manière convenable d’exprimer ses sentiments,si ce n'est au travers de la rage.Ainsi,si il est content de vous,il ne sera pas rare qu'il vous colle un coup de pied au derrière,sans rien dire.Cela peut sembler étrange,mais on s'y habitue vite.

Il ne faut pas voir Caleb comme étant un asocial, hein ? Avec les personnes qu’il aime, il peut-être aussi doux et attentionné que sérieux et froid !Le jeune homme n’accorde tout de même pas son amitié au premier venu, en revanche il ne serait pas non plus capable de donner son cœur à la première hyène qui lui bondit dessus !


►Histoire.


Le village de Chorrol n’était pas très réputé en Illea. Malgré une population assez conséquente et une bonne installation en marge des grandes villes du pays, Chorrol n’avait jamais vraiment eu une popularité conséquente auprès des voyageurs ou des pèlerins. Sans doute parce qu’il se trouvait au milieu d’une centaine d’autres villages, tous plus inconnus les uns que les autres. Au milieu des grandes villes d’Illea, Chorrol n’était qu’une simple cellule dans un corps humain. Une petite portion totalement négligeable. Personne ne s’y rendait avec un objectif précis. La vie y suivait son cours, comme dans n’importe quel petit village de ce beau pays qu’est l’Illea.

C’est pourtant entre les murs de bois de Chorrol que Geralt Aslheim avait trouvé l’amour. Voyageur de son état, aventurier et épéiste confirmé, Geralt Aslheim s’était arrêté par simple hasard dans le village de Chorrol où il se reposa un temps dans l’auberge. Il y resta quelques jours, le temps de montrer aux jeunes enfants ce dont un guerrier était capable, pour leur raconter ses histoires et ses nombreuses conquêtes diverses. Des gens comme lui, il y’en avait beaucoup de part le monde et même dans le pays. Mais jamais aucun n’avait mit le pied à Chorrol. Sa présence était un véritable événement. Et il en était bien conscient. Mais il n’avait aucunement l’intention de rester dans ce village. Il s’y plaisait, le train de vie était calme et paisible mais pour autant, il ne trouvait pas que sa place était là. Geralt était un homme d’action, quelqu’un qui avait besoin de prouver au monde qu’il était un épéiste, un aventurier. Son rêve de devenir un jour reconnu dans tout le pays pour ses talents était encore loin d’être atteint, mais il ne comptait pas s’en détacher. Pendant les quelques jours qu’il avait prévu de rester à Chorrol, Geralt ne cachait donc pas son départ prévu d’ici fort peu de temps.

Cornelia Meridian était la fille du médecin du village. C’était elle qui avait pansé les plaines de Geralt lorsqu’il s’était présenté au bureau de son père pour se soigner de ses blessures. C’était elle qui avait veillé sur lui le temps qu’il se remette et qui lui avait trouvé une chambre à l’auberge. Jeune fille ambitieuse et calculatrice, Cornelia ne rêvait pas d’un simple avenir en tant que fille de médecin. Elle avait toujours voulu devenir une princesse, quelqu’un d’important dans le royaume. Une jeune femme que l’on respecterait. Sa rencontre avec Geralt l’avait transformée. Cet homme qui était au départ un étranger pour le village, était devenu maintenant le rendez vous préféré des nombreux enfants qui couraient et jouaient dans le petit village. Elle aussi s’y rendait dès que possible. Elle écoutait Geralt raconter ses aventures elle l’écoutait parler de la vie en ville, de la vie sauvage, des affrontements contre les bandits et contre les bêtes qu’il lui arrivait de croiser lors de ses voyages. Plus elle l’écoutait, plus ce qu’il disait lui semblait insensé. Elle finit par ne plus vraiment savoir ce qu’il disait. Elle était totalement concentrée sur sa voix, sur sa façon de faire sur l’apparence qu’il avait lorsqu’il racontait et mimait avec fidélité les moments clés de sa jeune vie. Elle le raccompagna un soir dans sa chambre de l’auberge. Ne sachant pas réellement quoi lui dire. Ce qu’elle ressentait, elle n’en était pas sûre elle-même. C’est en le sentant l’embrasser qu’elle s’abandonna totalement à lui. Elle était juste tombée amoureuse de cet homme.

L’amour était quelque chose qui frappait sans prévenir. Geralt n’aurait jamais cru qu’il s’attacherait à ce point à la jeune fille qui l’avait soigné lors de son arrivée. Qu’il s’y attacherait au point de lui promettre de l’épouser et de fonder avec elle une famille heureuse. Il n’avait que 20 ans, sa vie était encore devant lui. Pourtant pour elle, il venait de renoncer à un rêve qui l’avait motivé tout ce temps. Et elle, renonçait également à devenir la femme importante qu’elle avait toujours voulu être. Pour le couple Aslheim seul comptait leur amour maintenant. Leur mariage se déroula sur la place du village de Chorrol. Bénis par une verdure impressionnante du grand chêne qui symbolisait le cœur du village, le couple s’embrassa ainsi devant tous les habitants de leur village bien aimé. Et finirent par s’installer à Chorrol.

D’accord, cette maison était abandonnée depuis un bon moment, et il fallait y faire du nettoyage. Mais l’aide des habitants leur était fort utile. Le nouveau jeune couple qui s’était formé attirait la sympathie de la quasi-totalité des habitants. Ils aidèrent Geralt et Cornelia à s’installer dans cette maison qui, autrefois, avait été habitée par un homme parti depuis vivre à la capitale de Jiang Zemin. A présent, c’était la maison de Geralt et de Cornelia. Baignant dans un bonheur quasiment parfait, la famille s’installa définitivement à Chorrol. Et ne tarda pas à accueillir une troisième personne dans leur petit cercle familial. Caleb. Le jeune fils.

Des cheveux aussi rouges que son père et des yeux aussi bleus que sa mère, le petit Caleb commença sa vie dans le village de Chorrol, au milieu de la dizaine d’autres jeunes enfants qui étaient nés à peu près à la même année que lui. Parmi eux il y’avait la fille d’un couple d’Esprit. Luna Bénédicte. La mère de Luna avait autrefois été atteinte d’une maladie extrêmement grave et c’est grâce au père de Cornelia qu’elle avait put s’en sortir. Depuis ce jour, la famille Bénédicte et la famille Meridian avaient tissés de solides liens. Deux familles amies, qui avaient eu une descendance à peu près du même âge. Luna n’avait que deux mois de moins que Caleb. Ils s’entendirent très bien tout de suite. Leur amitié durerait fort longtemps. Caleb commença à grandir. Trois ans, il rencontrait Luna. Quatre ans, il commençait à suivre des cours avec son grand père médecin. Cinq ans il jouait avec les autres enfants dans le village, ne se priant pas pour faire étal de ses capacités physiques déjà prometteuses. A sept ans, il reçu une épée en bois fabriquée par son père, qui décida alors de commencer à lui apprendre l’escrime. Pour Geralt Aslheim, le maniement de l’épée n’était pas qu’un moyen d’autodéfense. C’était une voie pour se trouver soi même, la discipline requise pour manier une épée correctement était, selon lui, quelque chose de très sain. Caleb admirait son père et les histoires qu’il lui racontait parfois avant de s’endormir. Le fait de pouvoir peut être devenir quelqu’un d’aussi incroyable que son cher papa était une opportunité en or pour lui. Il commença à s’entraîner très sérieusement pour manier une épée.

C’est à l’âge de douze ans que Caleb se vit en mesure de porter une épée courte de métal. Offerte par ses parents pour son anniversaire, cette lame non effilée avait au moins le mérite de proposer à Caleb un véritable entraînement à l’escrime. Cette fois ci, il pouvait enfin apprendre à manier une épée véritable, et non plus l’épée de bois dont il se contentait jusque là. Douze ans, après quoi il passa encore une année aux cotés de ses parents. Heureux, sa vie n’avait rien de bien particulier en comparaison d’autres. Il passait du temps avec Luna, s’entraînait aux cotés de son père, suivait des cours auprès de sa mère et de son grand père… Certes, socialement parlant il ne se débrouillait pas aussi bien qu’il l’aurait souhaité. Le fait d’être toujours en compagnie de Luna accentuait les tensions de la part des autres jeunes enfants. Si à l’âge de cinq à huit ans, personne ne fait réellement attention à l’origine des gens, une fois dépassé la barre des dix ans un enfant devient à la fois assez mature pour comprendre de quoi on parle, et à la fois assez crédule pour ne pas se rendre compte du poids de ses actes.

Entre Esprits et Humains, la frontière n’était que celle de l’espérance de vie. Parce que Luna était une Esprit, c’était pour cela qu’elle était aussi brimée par ses camarades ? Peut être, et peut être pas. Après tout, elle n’était pas la seule à se faire brimer, mais était la seule à être de la race aux yeux vides. Ce n’était pas simplement sa race, d’autres Esprits se faisaient traiter tout à fait correctement. C’était simplement qu’il fallait quelqu’un à brimer pour les enfants, et plus tard les adolescents. Il fallait un bouc émissaire. Luna endossa ce rôle, bien malgré elle. Les brimades d’enfants. Aux yeux des adultes, elles ne paraissent pas aussi impressionnantes que des insultes bien réelles. Pour le monde entier, un enfant qui rejette un autre enfant semble tout à fait anodin. Pas pour le rejeté. Luna vécue une enfance malheureuse, sans aucun véritable autre ami que Caleb. Le jeune homme était le seul être à vouloir être aux cotés de la jeune fille. Ce qui entraîna leur déchéance sociale à tout deux. Rejetés par les enfants, ils passèrent le plus clair de leur temps ensembles, rien que tout les deux. Personne ne venait les déranger, puisque Caleb était quelqu’un de fort parmi les écoliers. Ils vécurent ainsi. Loin des autres enfants. Juste entre eux. Elle fut sa seule amie, et il fut son seul ami.
Treize ans. C’est à cet âge là que Caleb perdit ses deux parents. Morts dans un incendie qui s’était déclaré dans leur maison. La raison précise lui avait échappé. Une histoire du bois trop ancien, de la maison qui n’était pas assez entretenue… Un accident. Un simple accident qui avait coûté la vie à Geralt et à son épouse. Caleb fût sauf. Lorsque le feu s’était déclaré, il était en train de regarder Luna qui lui montrait des tours de magie. Et lui-même lui montrait ses progrès à l’épée en affrontant des ennemis imaginaires. Le feu avait ravagé la maison qui avait vu naître Caleb. Des ruines noires ne subsistaient que deux cadavres calcinés qu’on enterra dans le cimetière au fond du village. Le village était en deuil. Cédric Meridian, grand père maternel de Caleb ne supportait pas cela. Aucun père ne devrait avoir à enterré sa fille pensait-il. Il ne pouvait pas faiblir… Il devrait s’occuper de Caleb à présent. Il ne pouvait pas faiblir. Il ne devait pas. Il ne devait pas sombrer dans le désespoir.

Caleb emménagea donc dans la maison de son grand père maternel, lequel n’arrivait finalement pas à se remettre de la mort de sa fille et du mari de cette dernière. Malgré la volonté de Cédric Meridian, ce dernier n’arrivait pas à outrepasser le drame qui s’était produit. Il sombra dans la dépression. Caleb dût alors s’occuper de lui avec ce qu’il savait. Le fait que Cédric Meridian devienne ainsi incapable de se débrouiller seul mettait le village de Chorrol dans un embarras certain. Il était le seul médecin du village à l’exception de sa fille qui était morte. Plus personne ne pourrait soigner qui que ce soit à présent. En substitut de Cédric le seul capable de reprendre le post de médecin était un professeur de l’école de Chorrol. Il n’était qu’un homme basique, avec simplement des connaissances médicales. Mais il était le seul à en posséder. Le seul à savoir que si on mélangeait cette herbe là avec celle-ci, cela donnait un poison. Grâce à cette personne, le village de Chorrol ne connu aucune mort de maladie prématurée. Cédric Meridian de son coté, vivait encore, maintenu en vie par le jeune Caleb qui faisait de son mieux pour améliorer sa condition de vie.

C’est durant cette période de sa vie, alors qu’il s’occupait de son oncle devenu inapte, que Caleb apprit de très nombreuses choses par lui-même. Le ménage, la cuisine, la vaisselle notamment. Se débrouiller seul était sa seule façon de s’en sortir après tout. Luna venait l’aider de manière régulière. Mangeait souvent avec lui quand ses parents étaient d’accord avec ça. Leur amitié n’avait pas été érodée par la disparition des parents de Caleb et par la dépression de son grand père. Au contraire elle n’en fut que plus forte. Ils s’étaient promis de rester amis jusqu’à la fin. Même si Luna vivrait au final bien plus longtemps que Caleb, ils seraient amis quoi qu’il arrive. C’était ce qu’ils s’étaient dit.

S’entraîner à l’épée, s’occuper de la maison furent ses deux uniques soucis durant cette période. Il voulait devenir plus fort, comme son défunt père. En être le digne héritier. Geralt avait disparut tellement tôt pour Caleb qu’il en était devenu une sorte d’idéal inaccessible. La force de Geralt était conséquente, mais au final assez dérisoire en comparaison de guerriers émérites. Pourtant Caleb n’y croyait pas. Pour lui, son père était autrefois le meilleur. Et pour ça, il devrait atteindre son niveau. Il s’entraîna donc sans relâche, passant beaucoup de temps à pratiquer le maniement de l’épée avec la lame émoussée que ses parents lui avaient offert autrefois. S’entraîner, encore et toujours. Passer du temps avec Luna de manière occasionnelle.

En l’an 1556, Caleb eut 15 ans. C’est à cet âge là que Cédric Meridian se donna la mort, lassé de survivre pour ne rien faire. Caleb le retrouva effondré dans son fauteuil, les yeux clos et le pouls inexistant. A 15 ans, deux ans après la mort de ses parents, Caleb vit le dernier membre de sa famille s’éteindre et se faire enterrer non loin du couple Aslheim. Luna et la famille de cette dernière étaient désormais les seules personnes en qui Caleb semblait avoir confiance désormais. Ils s’amusaient encore plus souvent ensembles, devenaient chaque jour un peu plus forts, chacun de leur coté. Luna perfectionnait sa magie et Caleb sa maîtrise de l’épée. Ils s’entraînaient souvent côte à côte, Luna générant des créatures de terre et de bois grâce à ses sorts et Caleb détruisant ces derniers avec sa lame qu’il avait finit par remplacer par une nouvelle épée, affûtée cette fois ci, offerte par le forgeron comme cadeau de deuil au dernier membre de la famille Aslheim. S’entraîner et devenir fort semblait être devenu l’unique but de Caleb dans la vie. Il ne pensait plus vraiment à rien d’autre. Même si son amitié avec Luna était toujours présente, il ne parlait plus beaucoup aux autres personnes. Vivait désormais bel et bien seul.

Seize. C’est l’âge qu’avait eu Caleb alors que Luna avait décidé de lui offrir un superbe cadeau pour son anniversaire. Une épée, superbement réalisée et parfaitement adaptée au jeune homme, reliée à divers sorts que Luna avait apposé sur la lame. Une épée unique en son genre, baptisée Ragnell. Caleb se souvint avoir vivement remercié Luna ce soit là. Bien qu’elle soit la seule à lui avoir réellement souhaité un joyeux anniversaire, Caleb considère encore aujourd’hui que ce jour là fût le plus beau de sa vie. Et aussi le plus gâché.

Seize ans, Caleb avait atteint cet âge en l’an 1559. Il fêta son anniversaire le 1 Janvier avec Luna, cette dernière avait mit un point d’honneur à lui prouver qu’elle avait parfaitement retenu sa date de naissance. Quelques jours plus tard, la guerre civile avait éclaté. Et même si Chorrol s’estimait loin de tous ces conflits, elle se propagea rapidement dans tout le pays. Les Esprits contre les humains, c’était ça le nouveau mot d’ordre d’Illea. Les Esprits contre les humains, et inversement les Humains contre les Esprits. C’est un mois de Mars 1559 que les villageois prirent la décision d’éradiquer les quelques rares familles d’Esprit du village. Il n’étaient qu’un total de vingt Esprit à Chorrol, parmi eux , la famille Bénédicte. 20 Esprits contre une centaine d’humains. Caleb ne put rien faire pour empêcher cela de se produire. Il avait bien tenté de stopper la marche des villageois humains qui allaient pendre ceux qui autrefois faisaient parti intégrante de leur village. Humains contre Esprits, c’était désormais la mentalité de tous. Seuls Caleb et Luna semblaient capables de penser qu’ils pouvaient s’entendre malgré leur différence de race. Ils étaient les seuls. Caleb se fit assommer alors qu’il tentait de protéger son amie des coups de ses semblables humains. Il s’effondra, incapable de tenir tête à autant de personnes. Il ne voulait pas les tuer, non. Il ne voulait vraiment pas les tuer, il n’en tua aucun. Les seuls morts ce soir là furent les Esprits du village. Pendus par les humains car ils étaient simplement des Esprits. Voilà tout. Caleb de son coté, avait été simplement épargné parce qu’il était un humain. Mais il fut banni du village pour avoir tenté de protéger ces Esprits. A seize ans seulement Caleb se retrouva forcé de vivre en dehors de son village natal.

Il prit rapidement une décision simple. La guerre civile continuait, il devait se rendre dans un endroit sauf. L’unique endroit qu’il voyait pour cela était la ville la plus grande de ce coté du pays. Esidir, qui allait bientôt devenir la nouvelle capitale. Il se mit en route avec ses affaires rapidement emballés avec la certitude de ne plus jamais remettre les pieds dans ce village d’où il avait été banni, pour avoir simplement tenté de sauver la vie d’une Esprit. Ragnell dans son fourreau rangée à sa taille, Caleb marcha en direction de la ville. Il apprit à se battre contre des humains et des Esprits durant son voyage. Durant la guerre. Solitaire, il vivait seul et se défendait quand besoin était. Sa première victime fût un Esprit qui voulait le tuer sous le simple prétexte qu’il était un humain. Il se défendit. Le tua avec sa lame. Puis nettoya le tranchant de Ragnell avant de repartir. Tuer n’était pas un réflexe chez lui, mais il ne ressentait pas vraiment de peine pour autant. C’était lui ou l’autre. Il n’avait pas eu le choix.

La guerre civile dura deux ans. Deux ans durant lesquels Caleb fût tout juste capable de survivre et de s’installer à Esidir. Ville essentiellement peuplée d’humains, il n’eut pas réellement de difficultés à trouver logement dans l’auberge locale. Régulièrement, il participait à la défense de la ville lorsque des personnes venaient troubler l’endroit de trop près. Les Esprits se faisaient rares. Les humains commençaient à prendre leurs aises. Les amitiés entre les deux races semblaient définitivement rompues. Puis la guerre stoppa. En Avril 1561 le royaume fût coupé en deux. D’un coté, le Prince Ankou et les humains. De l’autre, la Princesse Annahita et les Esprits. Caleb se trouvait du bon coté. Du coté de sa race. Il trouvait juste triste que l’on doive en arriver là pour parvenir à une cohabitation. Faire changer les choses ? Comment un simple homme, bien que très bon épéiste, pouvait vraiment faire changer les choses ? Ankou Della’Morte méprisait les conflits. Lui aussi trouvait que cette guerre était absurde, c’était ce que Caleb avait entendu dire. Le prince se battait seulement pour faire cesser ce conflit. Travailler pour lui, c’était le seul moyen de prouver à Luna que Caleb était quelqu’un qui pourrait un jour, montrer que les Esprits et les Humains peuvent s’entendre malgré tout.

La brigade rouge était une unité spéciale que le Prince avait décidé de former. Composée de guerriers d’élites, il fallait passer plusieurs tests pour pouvoir y être admis. Caleb ne s’engagea pas dans l’armée de l’Illea. Il se présenta simplement au test pour devenir le Brigadier Rouge à l’épée. Test qu’il réussit avec brio. Pour une raison qu’il ne parvenait pas très bien à appréhender, il était devenu bien plus fort que la plupart des Soldats d’Illea. Assez fort pour porter le titre de meilleur épéiste de l’Est. Recruté en tant que bretteur de la Brigade Rouge, Caleb Aslheim vit depuis au château.


►Quelques formalités :


    ♦~Code du règlement?
    {Validé!}

    ♦~Autre chose à ajouter?
    Asssssccchhh!!!!XD

    Ouah,trop ému...T__T....C'est le premier que je dois séparer en deux messages....T__T



Dernière édition par Caleb Aslheim le Mar 21 Juil - 6:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

ASLHEIM Caleb {V.2}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au supermarché ils vendent des cerveaux ~ Caleb's Relation Ship ♥
» Caleb montre une vidéo plus que X à Cane (pv Cane)
» Caleb le sorcier au pouvoirs mysterieux [validée]
» (m) CALEB LANDRY JONES, Frère jumeau
» LoL c'est bien mais en rp, c'est mieux ! [Caleb, Juliet, Sammy, Alexandre, Sphinx, Andrew, Vara]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Hors-jeu :: Fonds de tiroirs :: Actes de décès-