AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 KALIYAH Jalynn. {V.2}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est

Féminin Nombre de messages  : 56

Localisation  : Dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : S'entraîner.
Humeur  : Reflexive.

Inscrit depuis le   : 28/03/2009
avatar
Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est


Feuille de personnage
Age: 17 ans.
Race: Humaine.
Arme / Pouvoir  : Une épée.

MessageSujet: KALIYAH Jalynn. {V.2}   Sam 28 Mar - 21:38


KALIYAH Jalynn
you're such a stubborn mess
• • •
"You can bend but never break me, 'cause it only serves to make me more determined to achieve my final goal ; and I come back even stronger, not a novice any longer"
Acte de naissance ▬
Nom : Kaliyah.
Prénom : Jalynn, Alexys ; alias Jaylin.
Âge : 17 ans. {18/07/1544}
Race : Humaine.
Camp : Ankou, Illea Est.
Arme / Pouvoir : Jalynn se bat avec une sorte de fouet assez particulier. Il se présente sous la forme d'une sorte d'épée étrangement souple, mais n'est en fait qu'un fouet surmonté de nombreuses petites lames. Lorsqu'il est détendu, les lames se collent les unes aux autres et lui donne l'apparence d'une épée disloquée. Elle la range à sa ceinture et sait parfaitement s'en servir, s'entrainant sans relâche pour la manier à la perfection. Elle sait également manier des épées standard.
Fonction : Membre de la Cavalerie.
Lieu de résidence : Château, Esidir, Est, Illea. Elle possède une résidence principale à Esidir, mais n'y habite plus depuis qu'elle a quitté le domicile familial.



Famille : Jalynn est issue d'une famille aisée, dont elle est la seule fille.
Son père, Greyson, a aujourd'hui 50 ans. Il dirige son commerce, qui est plutôt prospère, et a des amis parmi les basses-classes de la bourgeoisie.
Sa mère, Alexys, devrait avoir 47 ans si elle n'était pas morte des suite d'une terrible maladie, il y a cinq ans de cela.
Son frère ainé, Alec, devrait avoir 25 ans ; cela étant il a disparu lors de la guerre civile, il y a un an, et a été déclaré mort. Ce qui n'empêche pas sa sœur de penser, ou d'espérer au fond d'elle-même qu'il ait été retenu quelque part ou qu'il soit passé à l'Ouest pour une raison quelconque.
Son second frère, Riley, a 20 ans et une femme, Nyla, qui elle en a 23. Jalynn s'entend très bien avec eux, et passe régulièrement les voir quand elle en a le temps.
Elle a quelques cousins du côté de sa mère et de son père, mais ne les a que très peu vu.



Aime : Jalynn aime l'adrénaline, la compétition, se battre et le bruit de l'acier ; devoir se donner à cent pour cent, être remarquée, qu'on soit fier d'elle et qu'on le lui dise. Elle apprécie bien sûr les compliments, et est toujours très heureuse qu'on lui fasse confiance pour accomplir telle ou telle tâche. Elle aime profiter de sa liberté nouvelle en faisant un peu n'importe quoi, et a par conséquent prit un goût immodéré pour les insultes les plus colorées possibles. Toute personne faisant partie de l'armée gagnera automatiquement son admiration, de même que ceux ayant des valeurs et faisant preuve de respect. Elle ne jure que par l'équitation et la montée à cheval, peu importe dans quel domaine. S'occuper de ces animaux la passionne. Les vêtements amples et sombres lui plaisent mieux que ses anciennes robes trop serrées, et elle n'hésite pas à sauter dans la boue pour salir les autres - ça l'amuse d'ailleurs beaucoup, au même titre que les régulières confusions pouvant être faite au niveau de son genre. Passer pour un garçon ne la dérange pas. Du reste, elle trouve que le noir, le bleu, le violet et le blanc sont pour elle les plus belles couleurs

N'aime pas : La cavalière déteste le chocolat, le sucre, et toute autre forme de friandise ou de dessert dont seule l'odeur ou la vue réussit à la rendre malade. Elle hait également avec force tout les aliments qui l'indisposent, ce qui en fait une sacré quantité malgré tout. Les personnes qui jugent sans connaître s'attirent ses foudres, de même que les Nobles et les Bourgeois de façon très globale. Elle grimace rien qu'à l'idée de devoir remettre un jour robes, corsets et compagnie et n'aime pas avoir à se mettre en valeur - chose que, juge-t-elle, elle fait très mal de toute façon. Devoir obéir à des ordres qu'elle juge stupide l'agace, et être réprimandée ou punie lui laisse toujours un goût amer sur la langue, d'autant plus quand elle refuse d'admettre avoir été en tort. Quiconque s'affirme supérieur à elle l'irrite et qu'on ne lui fasse pas confiance la vexe. Dès qu'il s'agit de prendre de trop grandes décisions, la jeune fille panique : elle craint également beaucoup de se tromper. Niveau couleurs, le rose et le jaune lui ont toujours paru horriblement criardes.



• Description Physique •

Jalynn, déjà toute petite, n'avait rien de particulier. C'était la fillette mignonne qui rayonnait plus par sa vivacité et son grand sourire contagieux que des traits marquants ; à présent, c'est exactement le même combat. Elle n'a rien de particulier, ne fait pas partie de ces filles qui attirent les regards sans même le vouloir. Elle est juste... Banale. Complètement banale.
Tout d'abord, son corps est loin d'être idéal – et si la jeune fille ne s'en plaint pas, c'est uniquement parce qu'il est bien pratique dans sa situation actuelle. Grande du haut de son mètre soixante-dix, elle trouve agréable de ne pas avoir à sa casser la nuque pour regarder la plupart des hommes dans les yeux ; et puis être petite, ça ne lui aurait servi à rien. Elle n'a pas besoin d'être mignonne. Tant mieux, diraient les mauvaises langues, parce qu'elle ne l'est pas. Effectivement, elle n'a pas la jolie poitrine rebondie, les hanches qui laissent deviner de belles jambes et des formes à en faire pâlir le plus pieu des religieux : elle n'a rien de tout ça, rien du tout. Juste une taille fine, une petite cinquantaine de kilos à la balance quand elle est au mieux de sa forme. Une poitrine à peine marquée toujours cachée sous des vêtements trop amples, des hanches étroites et des cuisses qui se distinguent à peine de ses mollets. Jalynn est presque trop fine, oui – et ça se voit, c'est même impossible à rater. Elle n'a aucunes formes. Aucunes. C'en serait désespérant si elle cherchait à les mettre en valeur sous de belles robes, mais une fois revêtue de l'uniforme de l'armée ça n'a plus grande importance : c'est même plus pratique, non ? Une poitrine trop imposante l'aurait gênée, idem pour des hanches trop solides. Non, sa silhouette longiligne, presque androgyne, lui convient on ne peut mieux. Ressembler à un homme une fois habillée comme tel ne la dérange pas. Au moins, on ne vient pas lui faire des remarques sexistes tout les dix mètres. Être très attirante et entourée d'hommes vingt-quatre heures sur vingt-quatre n'est pas le mélange le plus souhaitable, cela semble évident.
De toute façon et quoi qu'elle fasse, la jeune femme est incapable de prendre le moindre kilos. Allergique à beaucoup d'aliments, elle ne tolère pas la moitié des autres : or si ça ne posait guère problème quand ses parents pouvaient trier et lui donner uniquement ce qui son estomac acceptait, quitte à dépenser plus pour avoir des produits convenables, il n'existe pas de tel traitement de faveur à l'armée. Elle s'efforce donc de manger ce qu'elle peut pour rester suffisamment en forme sans se rendre malade pour autant : c'est un combat perpétuel et relativement fatiguant. A la fermeté de ses bras et de ses jambes, cela dit, on peut deviner que ses efforts payent. Mince, oui, mais athlétique. Tant qu'elle l'est assez pour se tenir debout et manier son arme sans tomber dans les pommes, personne ne peut rien lui reprocher.
Son visage, sans doute, représente la partie la plus féminine de sa personne. Quoi que ses lèvres sont loin d'être pulpeuses, que son nez est assez quelconque et que son visage ovale n'aide que trop rarement à la genrer avec certitude, il reste quelque chose de féminin dans son sourire ou les fossettes qui apparaissent et disparaissent sur ses joues au rythme de ses rires. Ses yeux, d'un bleu très pâle, sont vite aveuglés par les lumières trop violentes : mis à part ce détail qu'elle juge ennuyeux, leur couleur lui a par plusieurs fois attiré des compliments. Surmontés de cils sombres, légèrement en amande, c'est la partie de son physique dont elle est la plus fière en tant que demoiselle. Du reste, on peut sûrement voir à ses mains ou sa peau pâle qu'elle n'a pas été élevée dans un milieu difficile. Vite sujette aux coups de soleil, son teint indiquera à quiconque s'y connaît un peu qu'elle n'a pas eu à arpenter les rues dans sa jeunesse. De la même façon, ses doigts longs et fins ont beau avoir été abîmés par des mois passés à ranger du matériel, s'écorcher sur des rênes de qualité moindre ou manier son arme, ils restent délicats et étonnamment préservés. Il suffirait d'un bref coup d’œil pour en conclure que soit elle ne travaille pas assez, soit elle n'a pas eu à travailler avant d'arriver dans l'armée.
Ses cheveux, pour finir, ondulent librement et s'arrêtent quelques centimètres au-dessus de ses épaules. Elle les a coupés elle-même avant de se faufiler hors de chez elle et, depuis, la jeune fille s'applique à ne pas les laisser dépasser cette longueur. C'est le compromis valable qu'elle a trouvé entre une coiffure typiquement garçonne et une coiffure trop féminine : elle n'a pas vraiment envie d'en changer. Bleus marine, ils peuvent paraître noirs dans l'obscurité et sont régulièrement attachés en une queue de cheval très basique et désordonnée quand elle a besoin d'être tranquille. Sa frange trop longue est repoussée sur le côté et, bientôt, pourra être rangée derrière son oreille.
Question habillement, Jalynn porte bien entendu l'uniforme de la cavalerie. Quand ce n'est pas le cas, elle enfile généralement un pantalon noir rentré dans des bottes brunes de bonne facture, ainsi qu'une chemise sombre à peine trop grande qui a le mérite de cacher le peu de formes qu'elle a – le tout emprunté à son frère, évidemment. Il lui arrive également d'enfiler des gants pour protéger ses mains.
Sa tenue, cumulée à sa voix un peu grave et ses manières relativement brusques, ont tendance à induire ses interlocuteurs dans l'erreur. Il n'est pas rare qu'on la prenne pour un jeune homme d'une quinzaine d'année ; il n'est pas rare qu'elle ne reprenne pas et continue à parler au masculin. Ça l'amuse, ne la dérange pas. Au contraire, il semble même qu'elle préfère être considérée comme un homme dans l'exercice de ses fonctions.
Franchement, ce genre de méprises lui évite bien des problèmes. Elle ne se fait pas appeler Jaylin pour rien.

• Description Mentale •

« Je n'étais pas faite pour être une Princesse. »
C'est ce qu'elle répond quand, en nouant les bottes de son uniforme, on lui demande comment elle a pu passer de jeune fille bien née à simple cavalière. Elle n'avait pas le bon caractère, pas la bonne allure, pas les bons goûts. Elle n'aurait pas fait une jolie jeune femme bien élevée, n'aurait pas réussi à tenir une maison et satisfaire les caprices d'un mari qui aurait gagné de l'argent pendant qu'elle s'occupait de faire la vaisselle. Ça ne lui manque pas. Elle s'en fiche.
En partie, du moins.
Jalynn aurait en effet eu du mal à se faire accepter telle qu'elle est par un homme quel qu'il soit. Brusque, honnête, elle a toujours préféré courir à travers les couloirs et jouer à la guerre avec ses frères plutôt que faire prendre le thé à ses poupées – même si elle jouait avec malgré tout. Elle est trop vive, trop têtue pour faire une épouse correcte. Elle savait parfaitement que ça lui serait reproché toute sa vie, qu'elle ne réussirait jamais à se contenir pour bien présenter et trouver un époux : son père aurait soupiré, abandonné l'idée de la marier, peut-être. Elle aurait raté. Gêné tout le monde.
Alors elle a pris le contre-pied. Maintenant qu'elle est à l'armée, ses défauts sont vus comme des qualités : son entêtement et ses exclamations vulgaires ne choquent personne, au contraire. On la critique encore quand elle fonce dans le mur sans réfléchir, et elle dit encore qu'elle essayera de réfléchir avant d'agir à partir de maintenant – seulement si elle n'a jamais réussi à tenir cette résolution, ça ne gêne pas grand monde à part elle. Dire ses quatre vérités à un collègue lui vaut au pire d'être punie et de devoir nettoyer ceci ou cela pendant tant de temps : si elle avait été chez elle, écraser le pied d'une voisine en lui disant qu'elle est bête et hypocrite aurait ruiné sa vie sociale pour les dix ans à venir – et encore. Son caractère impulsif et simpliste colle parfaitement avec ce qu'on lui demande à l'armée. Pas étonnant qu'elle se soit intégrée si facilement.
Fière et vite énervée, la jeune femme prend très mal critiques et insultes et fronce régulièrement les sourcils. Une fois en colère, elle n'écoute plus rien : pour un peu, elle se boucherait les oreilles et lalala elle ne vous entend plus. Les excuses, il faut les lui présenter une fois qu'elle est calmée. De la même façon, si elle vous en doit, attendez un peu : elle finira par revenir vers vous, s'excuser rapidement et attendre que vous la pardonniez. Ses colères sont noires et aveugles mais ne durent heureusement pas. Après tout, Jalynn n'est pas franchement rancunière. Elle apprend de ses erreurs une fois sur deux, s'en demande trop et en attend autant des autres. Têtue comme une mule et dotée d'une fâcheuse tendance à l'insubordination, ses supérieurs diraient d'elle qu'elle possède une belle énergie et beaucoup de détermination, mais que tout cela nécessite d'être mieux contrôlé. La fougue adolescente, disons.
Son avis sur elle-même passe du soleil à l'averse en quelques secondes et sitôt qu'elle se sent inférieure sur un point, elle va s'entraîner sans relâche jusqu'à se sentir à la hauteur. Elle ne voit pas ses limites et déteste qu'on lui dise qu'elle est incapable de faire quelque chose : lui dire cela revient à lui demander d'en faire dix fois plus encore. Elle court jusqu'à l'épuisement pour atteindre sa cible, tant et si bien qu'il faut régulièrement l'arrêter pour ne pas la laisser mourir de fatigue tant elle est en colère contre elle-même et ses foutus capacités limitées. Gentille malgré tout, la jeune fille est assez extravertie et aime donner ou recevoir des conseils. Elle adore partager ses connaissances ou en acquérir d'autres, même s'il faut parfois lui forcer un peu la main pour lui faire admettre qu'elle en a besoin. Ses amis doivent supporter ses éclats de voix et ses remarques souvent un peu bêtes, mais gagnent en retour une amie dévouée et loyale qui n'hésite pas à retrousser ses manches et mettre la main à la pâte pour aider. Elle adore l'exercice physique et a rarement besoin d'être remotivée – hormis quand il s'agit de prendre des initiatives puisque, par peur de mal faire, elle s'abstient d'en prendre.
Du reste, la cavalière ne brille pas par son intelligence et aura le plus grand mal à retenir des concept trop compliqués ou simplement voir plus loin que le bout de son nez. C'est un complexe qui va et vient chez elle, refaisant généralement surface lorsqu'on essaie de lui expliquer quelque chose et que soit on abandonne en riant, soit on se moque d'elle sans qu'elle comprenne pourquoi. Cela dit, pour manier une arme, on ne lui demande pas d'être un génie non plus. Tant mieux, en fait.
Ah, et pour ce qui est de l'amour... Elle se contenterait d'en rire. Parce que même si, au fond, elle aimerait toujours rencontrer quelqu'un et vivre une relation comme toutes les femmes peuvent en vivre, elle n'a que peu d'espoirs. Il faut être réaliste. Une fille comme elle, en robe ou en pantalon... On la considère comme un pote, comme une fille courageuse et différente – mais comme une épouse potentielle ? Évidemment que non. Alors tant pis. Heureusement que, avec son caractère impulsif et son manque de mémoire, ce genre de tristesses vagabondes n'ont pas le temps de s'installer qu'elles sont déjà loin.

• Histoire •

Spoiler:
 


► Quelques formalités :


♦ Code du règlement ? Chiffre Chiffre Chiffre.
♦ Comment avez-vous trouvé ce forum ? Jalynn sait tout.
♦ Expérience en RP ? Et elle a fait la guerre, bitch plz. Enfin pas encore MAAAAIS.
♦ Autre chose à ajouter ? Comment c'est une sale gosse, celle-là.



Dernière édition par Jalynn Kaliyah le Dim 5 Fév - 0:38, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est

Féminin Nombre de messages  : 56

Localisation  : Dans sa chambre.
Emploi/loisirs  : S'entraîner.
Humeur  : Reflexive.

Inscrit depuis le   : 28/03/2009
avatar
Strip-teaseuse à ses heures perdues et objet des fantasmes du Général des armées de l'Est


Feuille de personnage
Age: 17 ans.
Race: Humaine.
Arme / Pouvoir  : Une épée.

MessageSujet: Re: KALIYAH Jalynn. {V.2}   Dim 11 Aoû - 2:51

n°02 • Les robes c'est démodé


Ressembler à rien c'est plus stylé.

_________________

« I am afraid ; afraid of losing time.
You are the race, and I'll be racing your mind.
But if we don't stop now, instead of living in this old horse town -
I want you back in again, let you devour my skin,
But we won't start now.
If we could only be quicker, and be quick to be kind -
If we could only be faster, then we could outsmart time.

So hold me as I hold you. »

I'm not giving up :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

KALIYAH Jalynn. {V.2}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kaliyah Tyler(finie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Règlement: Avant le RPG. :: État civil :: Archives-