AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est plus facile de mourir que d'aimer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Algue suceuse, dominatrice de plumeaux et dirigeante du mouvement d'éradication des fraises.

Féminin Nombre de messages  : 57

Localisation  : Pourquoi?
Emploi/loisirs  : Stratège de l'Ouest
Humeur  : Aucune

Inscrit depuis le   : 20/07/2009
Alice Maurisawa
Algue suceuse, dominatrice de plumeaux et dirigeante du mouvement d'éradication des fraises.


Feuille de personnage
Age: 20 ans [prochainement]
Race: Esprit
Arme / Pouvoir  : Le pouvoir des plantes vertes

MessageSujet: Re: Il est plus facile de mourir que d'aimer.   Mer 23 Déc 2015 - 23:41


Elle s’était toujours contentée de peu. Peu capricieuse étant enfant, elle n’avait pas eu grande occasion de se montrer plus demandante au court de son adolescence ; et à présent, elle était juste le fruit de tout cela. Elle n’avait pas besoin de grand chose pour vivre aisément, alors toutes les frivolités et extravagances d’autres personnes aisées lui semblait absolument inutiles - toute une éducation les sépare et ça n’est pas négligeable, elle en est consciente. Comprendre cette attitude avait été un véritable casse tête, et même à présent elle avait ses doutes. Est-ce que les nobles dépensaient parce qu’il le pouvait, pour garder une certaine prestance, pour se montrer, pour appartenir à une classe? Etait-ce nécessaire pour eux? Etait-ce juste un plaisir? Elle avait du mal avec ces notions. Dépenser le stricte minimum ne lui avait jamais semblé comme une erreur, une faute de goût, pourtant certains sourcillent à cette idée de quasi-pauvreté. On lui a bien souvent dit qu’elle vivait comme une religieuse, avec peu de plaisirs et beaucoup d’ennui, toutefois elle n’en avait jamais vu la couleur, de cette vie de religieuse. Mais peut-être bien qu’elle l’avait été, religieuse; dans ce cas, elle avait l’impression de s’en être faite tirée bien violemment, l’autre jour dans la bibliothèque, et ça n’était pas les bras d’Andreas, autour d’elle, qui lui avait indiqué le contraire.

« Vous devriez vouloir plus ! Exiger qu'elle soit merveilleuse, demander à être traitée comme une princesse, faire des caprices – » 

Exiger plus, faire des caprices, être une princesse? Elle n’avait pas la moindre idée de comment faire cela. Enfin, si, bien sûr, elle avait l’idée, l’image, mais cela lui semblait si absurde, si lointain qu’elle n’arrivait qu’à peine à considérer l’option.
Bien contre son gré, Alice poussa un petit cri de surprise lorsque le garçon la souleva, sans le moindre effort - . Perdre pied n’était pas exactement quelque chose qu’elle appréciait, et son coeur le lui faisait bien comprendre en battant plus fort, plus vite. Au moins, il battait. Surprise, elle ne saisit pas exactement sa phrase, préférant l’abandonner alors qu’elle s’accrochait pas réflexe à la veste du servant. On n’avait pas idée de soulever une demoiselle d’une telle manière, sans prévenir! Elle aurait considéré lui rendre la pareil si la situation n’avait pas été telle et si elle n’affectionnait pas un tant soit peu la surprise.

« C'est dommage, que je n'ai pas de graaand manoir quelque part. Je vous y aurais emmené prendre l'air. »


Dommage n’était pas tout à fait le mot qui lui venait à l’esprit; aussi idiot que c’était, sortir du château l’angoissait quelque peu, bien qu’elle ne l’admettrait pas, par esprit. Ici, elle se sentait en sécurité, et c’était beaucoup pour quelqu’un comme elle, beaucoup plus qu’elle ne pourrait l’espérer ailleurs. L’idée d’être seule avec Andreas ne lui déplaisait pas, toutefois elle ne lui plaisait pas plus que cela non plus. Il y avait beaucoup de choses à prendre en considération, de nombreux calculs et des nombreux algorithmes, mais elle n’avait pas besoin d’eux pour savoir que ça n’était pas la plus brillante des idées. 

Au fond, elle avait toujours peur.

« Nous pourrions aussi nous enfuir par la fenêtre et vivre d'amour et d'eau fraîche, mais je crains que ce ne soit pas très correct envers vos proches et vos devoirs de vous enlever. »


Alice aurait rouler des yeux si elle l’aurait pu - malheureusement le mouvement ne lui était pas familier. Elle se laissa déposer sagement au sol, bien trop heureuse de remettre les pieds par terre pour se plaindre. Elle se retint de lui dire qu’on ne pouvait vivre d’amour et d’eau fraîche, bien que la pensée était charmante, elle imaginait. Ses proches, eux, se passeraient bien d’elle, si rares qu’ils sont.

Elle le fixa en haussant un sourcil alors qu’il se laissait tomber dans les draps comme s’il l’avait fait des milliers de fois et son aisance la déconcerta encore un peu plus. Parfois, elle l’enviait; bien trop souvent, même. Il avait l’intelligence, la beauté, les bons concepts et l’aisance, c’était bien plus qu’elle n’en avait. Le concept même d’envier quelqu’un lui était nouveau, et pourtant il était bien là, elle savait le reconnaître. 
Elle lissa sa robe, mécaniquement, le regard toujours rivé sur le corps étendu sur son lit, calme et d’apparence peu concernée.

« Je ne vous croyais pas si attaché à ce qui est correct, cependant je dois vous avouer que passer par la fenêtre ne m’enchanterai guère. »

Rigide, droite comme un piquet, elle amorça un mouvement vers le lit avant de s’arrêter net au bord de celui-ci, hésitante. Elle aurait pu s’assoir, sans doute - il s’agissait de son lit, après tout - pourtant elle n’avait pas l’impression que ce serait approprié.

« Je vous trouve bien habitué à mon lit; dois-je m’inquiéter? »

Alice s’assit sur le bord du lit; elle n’avait pas l’impression qu’ils étaient appropriés de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Plumeau humain

Masculin Nombre de messages  : 51

Localisation  : Dans la chambre d'Alice fuhoho ♥
Emploi/loisirs  : Répandre des rumeurs.
Humeur  : Taquine.

Inscrit depuis le   : 07/05/2009
Andreas Nerull
Plumeau humain


Feuille de personnage
Age: 17 ans.
Race: Humain déchu.
Arme / Pouvoir  : Sexy as hell. Get all the bitches good.

MessageSujet: Re: Il est plus facile de mourir que d'aimer.   Mer 6 Avr 2016 - 18:39

Le lit était très, très confortable. Et s'y allonger complètement aurait sans doute été plus agréable encore, surtout à l'égard de ses pauvres jambes sans cesse sollicitées, mais une once de logique perdue lui soufflait que mieux valait éviter. Il n'était pas là pour faire la sieste – à priori – et aussi tentante soit la possibilité de s'asseoir dans tous les fauteuils et de rouler sur toutes les couvertures, ç'aurait été horriblement immature de sa part. Terrible. Pas du tout à son image, lui, l'homme de la situation oh combien intelligent et maître de lui-même. N'est-ce pas. Il était au-dessus de ça.
L'excitation le faisait se sentir comme un enfant et, parallèlement, très adulte à la fois. Un peu stupide aussi. Pas que cette partie-là soit nouvelle, ha.
La confiance et le naturel, c'était autre chose. Il risquait de se figer s'il avait le malheur de trop y penser.

Arrête de penser.

Ses yeux bleus passèrent du plafond au mur à ce qu'il voyait d'Alice, le tout sans daigner bouger le reste de sa personne du moindre centimètre. Ce matelas lui plaisait. Il y était bien et puis elle n'avait pas l'air décidée à l'en expulser, pour peu que son masque d'indifférence soit un indice fiable ; les limites de la jeune femme concernant l'espace privé et le respect de ses affaires étaient encore assez floues, mais il se sentait suffisamment à son aise pour pousser un peu sans trop craindre qu'un geste irréfléchi ne vienne briser quelque chose entre eux. Sûrement, elle aurait eu l'air plus fâchée en ouvrant la porte si le fait de le trouver dans sa chambre l'avait ennuyée à ce point.
Sa colère aurait été injustifié, bien sûr. En bon gentleman, il pouvait lui assurer que lui accorder sa pleine et entière confiance était la meilleure chose à faire. Il ne fouillait jamais dans les affaires des autres, ne froissait rien, se contentait de balayer et de dépoussiérer et de changer les draps – apporter quelque chose ici ou là, pourquoi pas. Sa chambre était en totale sécurité entre ses mains. Sa personne aussi.

A priori.

Aux paroles d'Alice, un « hmm » chantant s'échappa d'entre ses lèvres. Il ne voulait pas passer par la fenêtre non plus, qu'elle se rassure. Trop dangereux à son goût.
Cela dit, songea-t-il en redressant le dos pour imiter la position de l'Esprit, elle n'avait pas tort de remettre ses raisons en question. Il ne se préoccupait d'être correct que quand ça l'arrangeait. La politesse et les règles, il ne s'y pliait que par obligation ; par facilité. Inutile de lui parler de respect. Tout ça ne l'intéressait pas. La société en elle-même le dégoûtait plus qu'autre chose et devoir courber l'échine face à qui que ce soit ne lui plaisait pas, non, vraiment pas, mais il n'avait pas le choix.
Alors chaque fois qu'il pouvait envoyer valser les convenances, bien sûr, il ne demandait pas mieux. Mais ça, elle avait dû s'en rendre compte.
Malgré tout, il voulait croire que les intérêts d'Alice lui tenaient à cœur. Qu'il ne l'aurait pas enlevée à des choses qu'elle aimait juste parce que lui en avait envie. Que son avis comptait, avant tout le reste. Qu'il ne lui en aurait pas voulu de considérer d'autres choses plus importantes que lui. Son travail. Ses amis.
Les mensonges qu'il se récitait en silence avaient bon fond, parfois.

« Noooon, répondit-il avec un sourire amusé, on commence à peine à faire connaissance. Vous pourriez vous inquiéter si je dormais dessus. Ou pire, dedans. »

Ce qui n'aurait pas été acceptable du tout. Il n'aurait jamais osé. Le lit d'une demoiselle était sacré, tout autant que la demoiselle à laquelle il appartenait.
Pas que ça l'ait beaucoup gêné jusque là, mais ce n'était clairement pas le moment de s'en vanter.

« Mais je pourrais vous dire la même chose. Vous n'avez pas l'air très habituée à votre lit, vous, ajouta-t-il d'un air faussement dramatique. Si vous passez tout votre temps dans la bibliothèque, j'imagine qu'il doit être jaloux. »

Il ne déporta pas son regard vers le livre posé sur le bureau, il l'avait déjà aperçu et ça lui suffisait largement. Elle ne l'avait sans doute pas emprunté dans les cuisines.

« Je le serais, à sa place. » Il se tut un bref instant. « Est-ce que nous sommes ensemble ? »

D'une façon ou d'une autre, parce qu'il ne pensait pas pouvoir parler d'amour – quoi qu'ils n'aient rien fait comme il faut, c'était un peu tôt. Elle n'était pas son amante ; ce n'était probablement pas son genre, et il lui semblait clair que l'affectif était impliqué. Ils ne pourraient jamais se marier et il l'intéressait, d'accord, il la perturbait, mais il était très bien placé pour savoir à quel point ces choses-là pouvaient vite passer.
Il savait aussi que ça ne passerait pas, chez lui. Elle lui avait demandé de prendre ses responsabilités.

Il avait raison d'être terrifié, honnêtement. Il n'en avait jamais été capable jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Algue suceuse, dominatrice de plumeaux et dirigeante du mouvement d'éradication des fraises.

Féminin Nombre de messages  : 57

Localisation  : Pourquoi?
Emploi/loisirs  : Stratège de l'Ouest
Humeur  : Aucune

Inscrit depuis le   : 20/07/2009
Alice Maurisawa
Algue suceuse, dominatrice de plumeaux et dirigeante du mouvement d'éradication des fraises.


Feuille de personnage
Age: 20 ans [prochainement]
Race: Esprit
Arme / Pouvoir  : Le pouvoir des plantes vertes

MessageSujet: Re: Il est plus facile de mourir que d'aimer.   Mar 15 Jan 2019 - 21:25

Leurs épaules sont proches; trop éloignées pour se toucher, mais assez proches pour qu'elle ressente sa chaleur. Alice ne sait pas si c'est trop, ou pas assez. A-t-elle envie de le toucher, ou a-t-elle envie de garder une distance entre eux? Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse (pas en apparence, du moins), mais elle n'en a pas, de réponse. C'est une sorte de stratégie, bien qu'elle soit incertaine du résultat souhaité et obtenu par l'une ou l'autre des possibilités, et elle est censée être très doué pour ça, les stratégies, mais là, en ce moment même, son cerveau est incapable de prendre la moindre décision. C'est bien embêtant, n'est-ce pas? Heureusement qu'elle n'est pas aussi incapable avec les affaires du royaume qu'elle l'est avec celles de sa propre vie sinon elle aurait vite fait d'être renvoyée sans une once de pitié.

Un stratège qui ne sait pas prendre de décisions n'est pas une stratège utile.

Mais puisque seule sa vie dépend de ce genre de décisions, elle suppose que ça n'est pas bien important. L'inaction peut parfois être considérée comme une décision stratégique, elle aussi. Elle se plaît à penser que s'en est une, en tout cas, dans sa situation. Elle n'a pas encore assez étudier les choses, elle n'a pas encore assez d'expérience sur le sujet pour se permettre de prendre une décision importante, alors elle préfère attendre et voir comment les choses vont se dérouler.

Sûrement, bientôt, elle devra agir, mais pour l'instant elle se mord les joues et reste complètement rigide et immobile, à quelques centimètres de l'homme qui la trouble tant.

Alice l'écoute d'une oreille, préoccupée par ses propres pensées parasites, mais elle est plutôt talentueuse pour écouter et penser en même temps, alors ça n'est pas vraiment un problème. S'il s'était mis à dormir sous ses draps sans qu'elle lui en ait donné le droit, elle aurait fait plus que s'inquiéter, c'est certain.

Elle ne le regarde pas, yeux rivés sur les fenêtres sans vraiment les voir, mais elle n'en a pas besoin pour savoir qu'il la regarde, lui, tout en énonçant ses inquiétudes. Alice estime qu'elle passe un nombre d'heures appropriées dans son lit, peut-être même plus que le jeune humain, à y réfléchir. Y passez plus de temps qu'elle n'en a besoin est inutile et une perte de temps folle; si elle a le temps de lézarder au lit, elle a le temps d'apprendre d'autres concepts plus intéressants que ses draps.

Et, bien sûr, nul besoin de spécifier que son lit est un objet et ne possède aucun sentiment humain.

Les mots qui suivent la déstabilise un peu plus, mais c'est sa question qui lui fait tourner la tête de surprise, ses grands yeux vides rencontrant à nouveau ceux expressifs d'Andreas.

« Est-ce que nous sommes ensemble ? »

Eh bien, au moins, il ne tourne pas autour du pot, elle peut admirer cela, ce qui n'enlève rien à sa stupéfaction. Elle n'aurait pas pu prédire cette tournure, pas après cette conversation aux allures si innocentes. Andreas est imprévisible, ça, au moins, elle l'avait bien compris de leur première rencontre. Il passe du coq à l'âne sans autre forme de procès et lui torture l'esprit avec ses mots et actions. Alice aime la régularité, elle aime les choses qu'elle peut prévoir, contrôler, et Andreas n'est rien de tout cela.

Curieux comme le cœur n'écoute rien de ce que hurle le cerveau.

Est-ce qu'ils sont ensemble? Alice n'en sait rien. Qu'est-ce qu'être ensemble? Quelle est sa définition à lui d'être ensemble? Avec un concept aussi vague, tout le monde à sa propre vision, et pas deux qui se ressemblent. Alice aime l'exactitude, les termes précis et techniques.

Etre ensemble, c'est vague, très vague.

Ils se tiennent dans la même pièce, l'un à côté de l'autre, alors, techniquement, ils sont bien ensemble, mais Alice sait très bien que ça n'est pas le sens qu'Andreas veut donner à ses mots.

Elle déglutit et s'efforce de ne pas détourner le regard. Elle n'a pas peur, elle n'est pas intimidée, il n'y a rien d'autre à voir, alors elle n'a pas de raison de regarder ailleurs même si elle en meurt d'envie.

« Je ne suis pas certaine de saisir ce que vous entendez par 'ensemble',
finit-elle par dire, lentement, voix aussi plate qu'il lui est possible. Cela veut tout dire et rien dire en même temps, je suis sûre que vous en êtes conscient. »

Peut-être qu'elle n'a juste pas envie de répondre, peut-être qu'elle essaie de se gagner du temps en évoquant la carte du sens, mais ça, personne ne pourrait le dire - même pas elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il est plus facile de mourir que d'aimer.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est plus facile de mourir que d'aimer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» cake super facile
» 2x07 : "Servir ou mourir"
» feuilleté aux pommes facile
» Renaud va t-il mourir?
» Des sous facile!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Ouest :: Château Royal :: Les Appartements :: Appartements d'Alice Maurisawa-