AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   Jeu 1 Mar - 17:51



Bone
Francesca

"Il a posé tous les livres d’un seul coup sur la table et m’a envoyé un sourire flatteur qui criait qu’il m’aimait. "


Nom : Bone

Prénom : Francesca Dara Noy. ♠ Que des noms de fille~. Quels parents adorables... 8D

Âge : 21 ans. {13/12/1540} Promis, il n'a pas triché sur sa date de naissance...XD

Race : Esprit. Les yeux sont le reflet de l’âme…

Camp : Annahita, Illea Ouest. A l'ouest ouais, complètement... XD

Arme : Pouvoir, please. Fran a choisit de se spécialiser dans une domaine assez particulier et plutôt dangereux pour les autres parce qu’il peut créer des illusions complètent qui affectent tout les sens tant que l’on y croit, et on tombe assez facilement dedans lorsqu’on ne le connait pas ou ne le voit pas. Honnêtement, c’est un professionnel en la matière et il est plutôt compliqué de savoir le vrai du faux et il a la fâcheuse manie de les utilisées à tort. Oh, il est bon de préciser que c’est un surdoué et c’est pour cela qu’il en est aussi loin à présent et qu’il est accepté dans son groupe, autrement… Il serait mort ! Bon, son pouvoir n’est pas illimité non plus, hein… Il ne s’appelle pas Aizen 8D.

Fonction : Assassin / Tueur à gage /Gigolo selon certaines XD

Lieu de résidence : Un peu partout, mais principalement Jiang-Zemin Si vous voulez tout savoir, il habitait à Herrera quand il était jeune, puis est parti vivre à Naukowe avec son maître et vit maintenant à Jiang-Zemin avec son groupe ! Voilà, vous savez tout ! XD




Aime :
Dire ce que Fran aime est en réalité très compliqué, mais on ne peut pas dire impossible. Il aime donner des surnoms stupides, quand les choses vont comme il le veut, ennuyer et irriter les gens, dire des choses sans aucun intérêt dans le seul but de déstabiliser, faire pleurer les gens, voler les sucettes des enfants, tuer les gens qu’il déteste le plus en créant une illusion d’eux – c’est très amusant, et c’est son activité principale pour s’entraîner, et en plus, qu’est-ce que ça détend !-, les ananas, les poupées, le violet, les fruits, rendre les autre confus, certains sports, toucher les cheveux, balancer des secrets, espionner –pas vraiment discrètement-, dormir, prolonger le suspens, jouer avec les nerfs et sentiments… Et pleins d’autres choses très intéressantes.


N'aime pas :
Il est également compliqué de savoir si il déteste vraiment quelque chose, s’il est ironique, ou s’il se fout totalement de votre poire. Cependant, on peut dire qu’il n’aime pas vraiment qu’on se moque de lui, ou qu’on l’ennuie d’une quelconque façon – il se venge alors. Il n’aime pas non plus les personnes qui pleurent pour rien, ce genre de personnes ultra-fragiles, là… Et aussi qu’on le presse un peu trop, qu’on lui demande de faire trop de choses… D’ailleurs, en général, il n’aime pas vraiment qu’on lui donne des ordres. Il est assez frileux, donc il n’aime pas le froid également, et les gros animaux, non, ça, il ne les aime pas. Petits, encore… Sinon, il n’aime pas la couleur argent ou le gris, qu’on lui tire les cheveux, qu’on lui cri dans les oreilles, qu’on lui fasse un gros câlin, les grands rassemblements – bien que c’est aussi amusant-, les carottes… Et tout un tas de truc, mais c’est trop long à dire.


Famille :
Il s’en fiche totalement, et honnêtement, ils pourraient bien être en train d’agoniser, il ne leur payerai même pas leur enterrement. Oh, sans haine ou ambiguïté, hein… Juste que ce sont des parfait inconnus pour lui, alors… S’il pouvait appeler quelque chose « famille », ce serait plutôt son groupe de tueurs, vu que ce cher Lucien –qu’il appelle constamment Luce- continue de dire qu’ils sont sa famille. Mouais, on pouvait rêver mieux, parce qu’entre le chef tyrannique alcoolique et ayant des sérieux problèmes pour contrôler sa colère, un sous-chef gueulard et hystérique comme pas possible tout droit sortis d’une publicité pour du shampoing, un espèce de fanatique de son boss qui ressemble à un pédophile, un punk gay qui s’extasie face à un peu n’importe quoi et surtout, surtout, un coéquipier se prenant pour un Prince qui passe la moitié de son précieux temps à lui jeter des couteaux dans le dos en l’insultant et en le forçant à porter un étrange et énorme chapeau de grenouille… Umh.
Oh, et son maître, Mr.Ananas comme il l’appelle, une sorte de sadique né pour lui écorcher les oreilles avec ses rires à en pleurer qui le tortura à coup de trident pendant plus de 6 ans.
Ses parents sont encore en vie et… Voilà.


►Description Physique.


Lorsque l’on est un garçon et que l’on s’appelle Francesca, il vaut mieux avoir l’air viril et imposant, ou sinon, il est certain qu’il y aura de nombreuses controverses autour de son sexe véritable.
Oh, combien Fran avait espérer un jour avoir l’air viril. Quand il était plus jeune, en tout cas. Et bien qu’il l’ait espéré, personne ne l’avait remarqué. Quoi qu’il en soit, Fran, toujours irrité par les questions que soulevait son nom, souhaitait avoir au moins un physique qui répondrait aux questions sans qu’elles ne soient formulées. Cependant, à son grand malheur, mère nature ne semble pas avoir d’affection particulière pour lui, et semblait même s’acharner sur lui en lui donnant un physique frêle et – n’ayons pas peur des mots- féminin.
Ce qui est sûr avec Fran, c’est qu’il ne ferait pas peur à une mouche avec son physique. Il ne ferait même pas peur à un gamin ou une fillette de 8 ans. Fran a 21 ans à présent, mais son physique semble juste être resté celui de ses 15 ans, de haut en bas, en longueur et largeur. Effectivement, du haut de son très imposant – et approximatif- mètre 64 et de ses 45 kilogrammes, on ne peut pas dire qu’il soit un exemple convenable de jeune adulte masculin, sachant qu’il n’a pas de sang Neko, que son père mesurait 1m85 et sa mère 1m70, et surtout qu’il ne grandirait plus. Et encore, s’il avait été poilu, qu’il avait une seule marque de vieillesse sur son visage, on n’aurait seulement cillé à son âge, mais Fran est imberbe et son visage… Et bien il est exactement le même que 5 ans auparavant. Même 10 ans auparavant, mais ce serait exagérer un peu la chose. Quoi qu’il en soit, au lieu de ciller, les gens en perdent le contrôle de leur mâchoire ou rient bêtement en demandant si c’est une blague.
A part le fait qu’il ressemble à un adolescent, Fran possède aussi des cheveux courts coupés en une sorte de carré verts pâles, qui donnait à son teint déjà pâle un aspect de poupée en porcelaine. Ses yeux verts avaient beau être naturellement grands, son expression principale faisait qu’ils prenaient une forme plus rectangulaire qu’arrondie. En somme ses traits sont fins, nets et élégants. Cependant, il n’a absolument aucun trait virile, si ce n’est un visage plus triangulaire que certaines femmes, et quelques traits qui lui donnait un air masculin, mais il aurait pu aussi être une femme se déguisant en homme, on n’y aurait vu que du feu.
Et Fran est une belle femme, d’ailleurs. Etrange de dire cela d’un homme, mais on ne peut ignorer le fait qu’il soit plus joli que certaines femmes que l’on peut trouver un peu partout. Devant lui, une adolescente normale en baverait de jalousie. En gros, Francesca Bone est un androgyne. La seule qui lui manquait pour ressembler à une femme, ce serait de la poitrine – et autre chose que l’on ne voit pas en dessous de vêtements-, et encore, il y avait de nombreux filles plates dans ce monde-ainsi que de nombreuses filles beaucoup plus développées.
Tout cela constituait le charme de Fran. D’ailleurs, il faut bien le dire, il serait plutôt le genre à passer inaperçu, de par son caractère et sa petite structure. Pourtant, il a quelque chose qui dérange et attire en même temps, quelque chose émane de lui. Il a du charme, et cela ne manque pas de faire tourner certaines têtes. Et puis, on est curieux, on ne peut qu’être curieux lorsqu’on le voit, honnêtement. On se demande d’abord s’il est un homme ou une femme. Puis si son visage reste toujours aussi figé et inexpressif ou si ce n’est qu’un passage. Mais non, cela n’est pas juste un petit moment où il reste inexpressif : il est ainsi tout le temps. On dirait presque de son visage est figé, ou qu’il est dans l’incapacité total de montrer une quelconque expression sur son fin visage androgyne. Fran, du plus loin qu’il s’en souvienne, n’a jamais été quelqu’un de très expressif. A vrai dire, il n’avait jamais appris à proprement parler à exprimer une quelconque expression. Il ne parlait pas beaucoup depuis toujours, et tout à l’image de sa voix, son visage restait de marbre, peu importe la situation. Nous verrons que cette caractéristique étrange se répercute aussi sur son caractère, si ce n’est pas son caractère qui déteint sur son visage et sa voix.
Fran possède donc une palette d’expression très limitée. Voire non-existante, en fait. C’est très déconcertant d’essayer de tenir une discussion sérieuse avec lui, et son entourage a d’ailleurs abandonné tout espoir, trop exaspéré par le fait que même un couteau planté dans le dos ne semblait pas changer grand-chose à son expression. Perturbant, dérangeant, étrange, ce seraient là des mots qui pourrait décrire son physique et ses expressions. Il n’a aucune mimique particulière d’ailleurs, si ce n’est de regarder droit devant lui, le visage comme dépourvu de muscles. Même lorsqu’il parle, sa bouche bouge le minimum possible. On dirait juste qu’il a la flemme absolue, et sa manière de parler en butant et trainant sur les mots semble confirmer cette hypothèse. ‘Poker face’, c’est le surnom qui lui a été attribué par son co-équipier, ainsi que ‘froggie’, ce qui va de soi, si je ne m’abuse.
Oh, et le fait qu’il regarde devant lui reste à confirmer, sachant que Fran et un esprit, et que donc, en conclusion, on ne peut absolument pas savoir où il regarde, et je vous assure qu’un visage sans expression comme le sien allié a des yeux aussi vides, c’est très, très déconcertant et horripilant. C’est aussi effrayant, et Fran est une personne effrayante, d’une manière ou d’une autre.


►Description Mentale.


Eh bien, le moins qu’on puisse dire, c’est que Fran n’est pas une personne exubérante. Et c’est un euphémisme, honnêtement, que de dire cela. Pour faire simple, il y a étonnement peu de différences entre Fran et un objet, tel une épée. La différence est qu’il parle et bouge de lui-même. Sinon, il est tout comme une épée : il est tranchant, dangereux, élégant, effrayant et brillant. Et surtout, il n’éprouve aucune émotion, ou ne semble pas, du moins.
Comme sa description le suggérait, il ne laisse aucune émotion se peindre sur son visage, sur sa voix, et encore moins dans ses yeux vides. Oui, Fran est plus ou moins comme un objet. Un robot qui parle. Cependant, dire que c’est une coquille vide est un mensonge. S’il semble dénué de sentiment, il n’est pas pour autant dénuer de caractère et d’intelligence, et c’est en ça qu’est la grande différence entre lui et une épée, ou un robot. Ce garçon est une petite chose bien compliqué et une vraie torture pour la tête. Il faut être vraiment tordu pour le comprendre, et encore, même les plus fous y ont laissé leur tête.
Le casse-tête officiel du pays, c’est bien Fran. Il a l’air tout simple comme cela, mais rien qu’une discussion avec lui est une arme. On a tout simplement envie de s’encastrer la tête dans un mur, ou la sienne, mais ce serait bien inutile, et on viendra à ce point un peu plus tard. Fran a la particularité d’être énervant rien qu’en ouvrant la bouche, ce qui lui valut pas mal de problèmes, et beaucoup d’amusement aussi, surtout pour lui. Son principal jeu est de… Honnêtement, personne n’a aucune idée d’en quoi consiste ce jeu, on sait juste que son but est de vous rendre fou-à-lier. C’est plutôt amusant à voir, lorsque l’on n’est pas la victime. Sa voix, sa façon trainante et monotone de parler, son regard blanc, ses paroles simples, concises, mais tellement énervantes… C’est exactement ce qui le rende insupportable. Fran parle peu…
Et heureusement.
Voyons un peu plus profondément son caractère. On sait déjà pas mal de choses importantes sur lui, mais il y a tellement plus que sa façade sans-cœur ! En réalité, c’est une personne très sensible et incomprise. Il essaie de se sociabiliser, mais il n’a pas compris comment faire, et lorsqu’il essaie d’être gentil, cela tourne à la catastrophe. Il est en réalité très triste et pleure tous les soirs. Fran est quelqu’un de très gentil, et maladroit, alors lorsqu’il essai d’aider les autres, il fait cela d’une manière un peu bancal. Quoi qu’il en soit, sa façade cherche à cacher son petit cœur, et peut-être qu’un jour quelqu’un lui ouvrira les yeux sur la vie…
Ahah. J’ai menti, et j’espère que vous n’y aurais pas cru.
Malheureusement – ou plutôt heureusement- Fran n’est absolument pas comme cela. Il est juste tordu. Certes, il éprouve des émotions, mais… Bon dieu, il ne pleurerait jamais le soir, et il n’essaie pas non plus de se sociabiliser. Il n’est pas gentil et n’essaie absolument pas d’aider les autres, au contraire, s’il pouvait les enfoncer, ce serait mieux ! Il prend un malin plaisir à voir les autres souffrir et galérer comme pas possible. Il adore les voir s’énerver, pleurer, s’enfuir la queue entre les jambes… Pour lui, tout cela n’a rien d’étrange et de sadique, il est même plutôt soft (essayez de passer une seule journée avec son entourage, et vous verrez que Fran, c’est un part de gâteau à la crème avec beaucoup de chantilly- du coup, la notion de sadisme et de violence prend un tout autre tournant). Fran est étrange, perturbant et quelque peu sadique, mais honnêtement, peut-on l’en blâmer quand on connait son histoire et ses fréquentations jusqu’à maintenant ?
Il a été entrainé dans l’esprit d’être un tueur, il a subit des choses parfois horribles, effrayantes, étranges ou de goût très douteux, alors forcément, déjà qu’il était étrange dès la naissance, cela ne l’a pas aidé à se développer sainement. L’esprit de Fran est un vrai bordel, et c’est pour cela qu’il est impossible de savoir ce qu’il pense, ce qu’il va faire ou dire : il est imprévisible au possible, et c’est un plutôt gros atout pour un tueur, mais qu’est-ce que c’est ennuyant pour les autres dans la vie de tous les jours. Il semble réagir toujours de la même manière, sans émotion, et pourtant, c’est toujours différent. Des fois, on ne sait pas si même lui, il ne comprendrait pas ce qu’il fait. Non, franchement, lorsque que quelqu’un dit en plein milieu d’un combat sérieux qu’il a oublié d’amener son mouchoir porte-bonheur, et que donc, il ne peut plus combattre, ou ce serait une catastrophe. Le pire, c’est qu’il ne bouge vraiment plus.
D’ailleurs, parlons-en, des combats. Son esprit tordu influence fortement son style de combat, sachant qu’il s’agisse d’illusion, et qu’il a une manière de régler un soucis étonnante – si il sent qu’il ne va pas y arriver ou que ça l’ennuie, il se fait passer pour mort, et son co-équipier en prime, la plupart du temps. Imaginez la frustration de l’ennemi quand il réalise qu’il est toujours bien en vie et toujours aussi antipathique ? Ça donne des envies de meurtres, et/ou de suicide aussi. Il y a autre chose qui est très frustrant et curieux à propos de Fran. Honnêtement, c’est l’un des points les plus mystérieux du jeune homme, à côté de ce qu’il peut bien se passer dans sa tête. Fran ne semble pas ressentir la douleur, ou du moins, la sentir d’une manière très attribué, a un tel point que se faire poignarder semble lui faire autant d’effet que de se faire pincer. Pourtant, Fran n’a aucune anomalie physique qui ferait qu’il soit naturellement insensible à la douleur, et il n’y a aucune explication scientifique, le fait est que depuis tout petit, la douleur est faible chez lui. Peut-être est-ce par le fait qu’il y a été habitué ? Ah, mais bien entendu, il y a aussi le fait qu’il garde une attitude impassible peu importe ce qu’il arrive. Donc, Fran ressent la douleur, mais par un phénomène étrange qui dépasse tout le monde, arrive à ne pas montrer du tout s’il a mal ou non. Frustrant, étrange, tordu, maso…
On ne sait plus où donner de la tête avec lui ! Et lui non plus, visiblement. Il est clair que mentalement, Fran n’est pas très sain, et qu’il ferait se défenestrer un psy, mais lui ne semble ne s’apercevoir de rien.
Semble, semble, semble… J’ai dit beaucoup de « semble » depuis le début de sa présentation morale, n’est-ce pas ? Ce n’est pas un hasard, puisque le vert est une personne qui mise tout sur les apparences. C’est un garçon très intelligent, sous ses airs de simplet, et il sait bien mener son monde. Comment ferait-il pour avoir des mots si tranchants sinon ? Bien qu’il n’a jamais eu aucun but dans sa vie que de tester parce que c’est fun, ou de suivre parce qu’on le lui disait, Fran, lorsqu’il veut quelque chose, trouvera un moyen de l’obtenir sans pour autant se montrer particulièrement différent. Il a une manière très ambiguë et intelligente de jouer avec ses mots et son langage corporel très subtilement. Rien n’est déclarer, tout est suggérer. Il ne faut pas faire l’erreur de le sous-estimer, car c’est un personnage très surprenant, comme j’ai pu le décrire. Il est complexe, tordu, et essayer de faire une description très complète nous prendrais des nuits, sans pour autant être tout à fait juste. On ne peut juste pas prétendre connaître Fran, c’est impossible. Il est interdit, renfermer, il ne parle jamais de lui et si on lui pose une question, gênante ou non, il réussira bien à la tordre pour la rendre à son avantage, jouant habilement sur les mots.
Parfois, il peut sembler totalement hors de sujet, stupide et ennuyant, pourtant, il aurait fait tout cela consciemment. Fran a totalement conscience de tout ce qu’il fait, bien que son jugement soit un peu corrompu, il sait que certaines paroles lui vaudront une bouteille lancée à la tête, un coup de couteau, ou un cri assourdissant dans les oreilles. Mais il sait aussi que d’autres vont lui valoir un sourire – plus ou moins sadique et étrange selon la personne-, une situation ambiguë ou un commentaire encore plus déplacé. Bien qu’il ne les exprime pas et ne semble pas intéressé en eux, il sait comment manipuler les sentiments afin d’obtenir la réaction qu’il veut. Ses qualités d’analyses sont remarquables, bien qu’il ne cache pas avoir rencontré des personnes aussi tordues que lui, et donc difficiles – son maître, par exemple. Après, pourquoi il essaierait de provoquer telle ou telle réaction, le mystère reste entier. Curiosité, ennuie, envie, test…
Qui sait réellement, avec Fran ?


►Histoire.


[size=12][justify]
L’histoire de Fran est assez unique et honnêtement, comment il est devenu le lui de maintenant, est un mystère absolu. Cependant, c’est bien connu, lire une histoire est long et bien souvent ennuyant, alors pour remédier à cela, je vais essayer vous projeter au plus près de la vie de Fran avec un format spécial d’histoire, en alternance d’interviews et de petits points d’histoires.
Je commencerais par introduire la situation principale.

--

Francesca Bone est né de l’union de deux jeunes esprits, Bianca Trendor et Samuel Bone, qui se sont mariés sous le regard enthousiaste de la famille des deux personnes un froid jour d’hiver. Aucune de ces deux personnes ne faisait parti de la noblesse et ne possédait de larges richesses. Ils étaient tous deux des personnes normales, issus d’un mariage d’amour. Une amie du couple, présente au mariage et les ayant suivis un peu après le mariage nous affirme que c’était « un couple parfait où l’amour était maitre ».
Le couple âgé de 20 –pour Bianca- et 21 –pour Samuel-, emménagea à Herrera à la suite de ce mariage, quittant leurs parents à Jiang-Zemin. Mais jusqu’ici, rien ne nous intéresse. Ce n’est qu’un an plus tard, lorsque naquit leur premier enfant, que cela commence à nous intéresser.
Francesca Dara Noy Bone est né le 13 Décembre 1541. Cependant, comme vous avez déjà pu le noté, ses parents avaient crus pendant toute la grossesse que l’enfant serait une fille, et désiraient réellement une fille. Ils ont été tellement déçus à la naissance du bambin, tellement déçus qu’il soit un garçon, qu’ils n’ont même pas voulu changer le prénom qu’ils avaient prévu, ni même le deuxième et le troisième. De ce fait, le pauvre garçon se retrouva affublé, en plus d’un corps faible, de noms féminins et d’attitudes féminines dès sa naissance.

--

« Ah, vous venez me parler des Bone ? C’était une bien jolie famille, ma foi… , nous dit nostalgiquement une ancienne voisine de la famille, Madame Riacco. Vous savez, quand ils sont arrivés, j’ai tout de suite eu des préjugés, parce que ces personnes étaient très jeunes, mais j’ai rarement rencontré d’aussi amoureuses et douces personnes. Ils étaient très agréables, et je trouve très triste qu’ils ont finis ainsi.
Ils étaient heureux, et même pendant sa grossesse, Bianca était un ange. Et puis le petit est arrivé. Ils avaient priés tellement fort pour que ce soit une fille qu’ils n’ont pas réalisés que c’était un garçon sur le coup ! Stupide erreur, et il était déjà nommé. Le pauvre, ça ne devait pas être simple tous les jours, et partir dans la vie avec un tel handicap, cela ne m’étonne qu’à moitié qu’il ait mal finit. Quoi qu’il en soit, à l’époque, il était adorable. Lorsque j’ai été le visité la première fois, je me suis dit que je n’avais jamais vu si bel enfant, avec ses adorables yeux et bouille d’ange. Il ressemblait plus à sa mère qu’à son père cependant, et c’est sans doute qui était le plus dérangeant, puisqu’ainsi, son nom semblait juste. Pauvre petit.
Quoi qu’il en soit, je n’ai jamais eu à me plaindre du petit. Certes, il a toujours été un peu étrange, mais il ne causait jamais de soucis. Je n’ai pas grand-chose à vous raconter, je ne savais pas grand-chose, seulement qu’il était étrange, et on le voyait de loin. Il était très différent des autres enfants, et il ne s’adaptait pas avec eux. Je ne l’ai jamais vu avec un autre enfant, il jouait toujours seul. J’avais de temps à autres vents de certaines rumeurs à son propos, et de nombreuses moqueries de ces autres camarades du village, mais je ne comprenais pas comment on pouvait haïr une aussi gentille et jolie personne.
Je ne suis vraiment pas la bonne personne, essayez quelqu’un de son âge, peut-être ? »

--

Fran grandit à Herrera. Ses parents l’aimaient énormément, mais peut-être trop. Il était l’enfant chéri, dès le début, gâté et toujours surveillé. Mais aussi, il était pouponné comme une petite fille. A part cela, il avait tout pour être heureux, et ses parents acceptaient même de lui payer l’école lorsqu’il serait en âge. Mais Fran a toujours été un étrange enfant, et tous les enfants le moquaient. Ils le moquaient pour diverses raisons d’ailleurs…

--

« Fran ? Cette grenouille ? Ca, si je me souviens de lui !, nous dit un enfant du village maintenant grand, Peni Spazer. Francesca Bone, hein ? Ce crétin ne nous a pas ratés, je le lui ferais payer maintenant.
Ce gosse, il était flippant, et totalement étrange, personne ne voulait l’approcher. Et déjà, Francesca ! Non, mais sans rire, avec un prénom de fille pareil, c’était la grosse honte ! Et puis, on était jeune, on ne comprenait pas tout. Pour nous, il ressemblait juste à une tapette miniature, parce qu’en plus de son nom, il ressemblait juste à une fille. Il était plus petit que nous, même que certaines filles, et bien moins gros. Ce n’était pas tout, il avait des cheveux verts et des yeux de la même couleur, si ce n’était pas laid ça… Il n’avait pas de chance, je suppose. Et donc, il s’est retrouvé au centre de nos moqueries d’enfant. Je regrette un peu maintenant, mais on ne peut pas retourner en arrière.
Le petit était déjà étrange de nature, mais je pense qu’on l’a rendu pire. Vers 4-5 ans, il n’était pas très souriant déjà, et il parlait de choses étranges, c’est là qu’on a commencé à le prendre en cible, si je m’en souviens bien. Nous, on voulait juste s’amuser innocemment. On se moquait de lui de diverses manières, genre en faisant des bruits de grenouilles, le poussant parfois, riant sur son compte… Et il ne disait rien. Un peu plus tard, certains ont commencé à le frapper, et là, il devait avoir 7-8 ans le gamin. Il était encore plus zarb qu’avant, si c’était possible. Moi, je ne faisais que regarder de loin, et participer à deux ou trois trucs. Ah, il aurait fallu s’en douter que c’était étrange… Au début, j’ai juste cru qu’il allait se mettre à chialer si on continuait, et peut-être qu’on lui fouetterait la paix, mais il ne disait rien, il en se défendait pas, il nous regardait toujours sans ciller, peu importe ce qui arrivait. Moi, je trouvais ça ultra flippant et révoltant. Je me souviens qu’un garçon bien plus gros que le lui avait envoyé valser un jour avec un coup de poings, et même si il saignait, il n’avait pas pleuré et l’avait juste fixé, comme cela. Et c’est là que ça a commencé à merdé. C’est là qu’il a commencé à se défendre verbalement. Il nous regardait, stoïquement, et il nous insultait. J’ai retenu ça parce que ça me choquait toujours que quelqu’un puisse se faire battre au sang, puis insulter avec un air aussi calme et paisible sans ciller, et puis c’était comme si les insultes sortaient sans qu’ils n’arrivent à les retenir. C’était terrible à voir.
Honnêtement, j’ai arrêté de l’embêter à partir de là, quand il devait avoir 9 ans, mais pas tout le monde. Et c’est là que ça a vraiment commencé. Vous savez, je pensais que les insultes, c’était tout ce qu’il pouvait faire, mais il pouvait définitivement faire bien pire. Et ça, on l’a appris à nos dépends.
Personne n’y a cru au début, à ce qui arrivait. Et même maintenant, certains doutes. Mais moi je suis sûr que c’était lui qui tirait les ficelles, et je m’estime heureux de pouvoir être encore là. Rien que d’en parler, j’ai des frissons… »

--

Fran était donc un enfant maltraité par ses camarades, et cela aida son étrange caractère à se développer. Ses parents voyaient bien que quelque chose n’allait pas, mais peu importe comment il lui demandait si quelque chose n’allait pas, il ne répondait pas. Il avait arrêté de sourire et passait son temps enfermé à la maison, ou dehors, loin de ses camarades. Ses parents comprirent assez vite que le malaise venait des autres enfants, mais Fran ne leur dit rien du tout, et s’éloigna d’eux au fil du temps. Ses parents étaient désemparés et malheureux de ne rien pouvoir faire, alors ils le laissaient couler, impuissants. Il ne parlait même plus, gardait en permanence la même expression et portait des chapeaux étranges dont les parents ignoraient la provenance.
Et puis, des choses étranges commencèrent à arriver autour de lui, et surtout sur des enfants.
Beaucoup se plaignaient de voir des choses étranges autour d’eux, de sentir des regards, de voir des choses apparaître et puis disparaitre lorsqu’ils voulaient les saisir, mais plus inquiétant aussi, certaines personnes que disaient voir un sol continu et tombait finalement dans les escaliers. Et les choses empirèrent au fur et à mesure, et toutes ces personnes avait un rapport quelconque avec Fran, généralement, ils étaient des personnes qui lui avaient fait du mal.
Et puis ce jour arriva, alors qu’il avait 10 ans, ce jour ou son pouvoir fut dévoilé au monde.

--

Cela arrivait encore, ils allaient s’en prendre à Francesca. Ça se voyait à trois kilomètres, et puis, de toute façon, dès qu’ils étaient de mauvaise humeur, c’était sur lui qu’ils allaient taper. C’était ridicule et lâche selon-moi, mais je suivais pour ne pas être exclu. Moi, il me faisait pitié, et un peu peur aussi, mais il était quand même adorable, et je ne comprenais pas pourquoi tout le monde lui tapait dessus. J’imagine que c’était devenu un genre de sport national.
Fran ne faisait même pas 1m30 à son âge, et il pesait peut-être 15 kg ? Il était plus petit et maigre que la plupart des filles de son âge, et je me demandais quand il grandirait pour se défendre.
Je les ai suivis de loin, l’air de rien. J’ai regardé lorsqu’ils l’ont tiré vers un coin, le coin habituel. Lui, il gardait le même visage sans émotion. Je ne sais pas si c’est parce qu’il était habitué et donc n’avait plus peur, mais il n’avait jamais d’émotions, vraiment. C’est inquiétant, si vous voulez mon avis. Je soupire te ma cale contre un mur un peu plus loin.
J’écoute les sons habituels, et je ne peux m’empêcher d’être dégouté moi-même. Et puis, il y a un moment de silence. Ce serait surprenant qu’ils en aient finit si tôt. J’ouvre les yeux, et les bruits reprennent. Mais ils étaient différents. Les cris étaient ceux de douleurs, et Fran ne hurlait pas. Pas aussi faire. Et il n’avait pas autant de voix. Ça, c’était flippant.
J’ai voulu jeté un coup d’œil. Je n’aurais pas dû.
C’était horrible. Ils se battaient contre eux-mêmes. Ils se roulaient au sol, et frappaient les autres en hurlant de douleur. C’était insupportable, et inexplicable. Nous sommes tous des esprits, nous n’avions pas le droit d’utiliser d’armes, mais certains se poignardaient. Je ne pouvais plus en supporter d’avantage, et j’ai levé les yeux un peu plus haut en déglutissant. Fran était là, dans son coin, et il se tenait la tête, se couvrant les oreilles, le visage ensanglanté. Il semblait encore plus frêle et pitoyable maintenant. Cependant, même devant cette scène, son visage était impassible. Il regardait calmement le massacre, sans bouger.

Je voulais fuir, mais j’étais pétrifié d’horreur devant la scène. Certains avaient cessé de bouger et les cris se firent étouffés. Et puis plus rien. Plus personne ne bougeait.
J’ai bégayé le nom de Fran, et il a levé son regard du massacre. Il a fixé ses yeux verts sur moi, et je n’osais plus respirer. Comment pouvait-il être si calme ? Pourquoi étaient-ils comme cela ? Que c’était-il passé ?

Toutes les questions se bousculaient dans ma tête. Mais Fran s’est levé et à secouer la tête doucement de droite à gauche lorsque j’ai ouvert de nouveau ma bouche. Son regard ne me quitta pas autant que le mien ne le quitta pas. Et puis son visage s’est tordu. Son visage ne se tordait jamais, il restait toujours le même.
Et puis il lui sourit. C’était un joli sourire honnêtement. Jusqu’à ce qu’il devienne lui aussi étrange. Les yeux de Fran me quittèrent pour fixer quelque chose derrière moi et j’ai perdu pied soudainement. Je suis tombé, et la dernière chose que j’ai entendue était un drôle de rire et des pieds.
Lorsque je me suis réveillé, rien n’avait bougé, mais Fran n’était plus là.


--

Dans cette journée, 5 jeunes trouvèrent la mort et plusieurs qui n’étaient même pas au même endroit souffrirent de multiples contusions dont les raisons furent aussi multiples qu’étranges. Quant à Fran, il resta introuvable, et ses parents inconsolables.
Fran partit d’Herrera le jour même accompagné d’un mystérieux garçon aux cheveux bleus. Il serait étrange de rester plus large sur cette histoire puisque ce fut le début d’une toute autre vie pour Fran, et ce garçon ne resta pas étranger longtemps.

Il n’était pas exagéré de dire que ce que Fran subissait était purement atroce, et de plus, il ne pouvait se défendre. Cependant, Fran avait beau être faible physiquement, il était mentalement très fort, malgré son jeune âge. Fran était un garçon perturbé depuis toujours car il était très intelligent mais avait aussi beaucoup trop d’imagination, et de ce fait, il imaginait beaucoup de choses qui n’existaient pas, il s’était totalement créé son propre monde. C’est pour cela que rien ne l’affectait en dehors de son monde. Cependant, quand il a vieilli, il s’est aperçu que le monde réel ne devait pas être négligé, et donc à commencer à se réveiller. Il a observé et est passé à l’attaque juste pas de simples insultes qu’il ne pouvait retenir. Il observait, simplement. Et puis, très vite, il s’est aussi aperçu qu’il était différent, parce que ce qu’il imaginait, il pouvait le réaliser. Il n’avait pas de chapeau, et pourtant, dès qu’il en voulait un, celui-ci apparaissait sur sa tête. Il fit alors le lien entre cela et le pouvoir potentiel d’esprit qu’il aurait. Il créait des choses, mais rien n’était réel. Si il imaginait une pomme, et qu’il la mangeait –de un, elle n’aurait pas vraiment le goût de pomme parce qu’il n’avait que 9 ans et il ne savait absolument pas comment son pouvoir pouvait bien fonctionner et de deux, la forme laissait souvent à désirer !-, il serait rassasier avant que les effets ne disparaissent très rapidement. Il créait des illusions qui affectaient ses sens, mais aussi ceux des autres.
Trouvant cela efficace, il commença à le tester sur les autres, d’où les étranges accidents, et commença à maitriser ce pouvoir.
Quelques jours avant le ‘massacre’, Fran rencontra un homme, celui qui changea tout.

--

Il fait noir aujourd’hui, le ciel est gris. Il va neiger. Quel ennui.

Je sors de la maison sous le regard fatigué de ma mère, sans m’en soucier. C’est devenu ennuyant et habituel maintenant. S’en est même fatiguant.
Je vais éviter les autres aujourd’hui, je ne suis pas d’humeur à me faire tabasser par une bande stupide écoliers. Je me dirige donc directement vers mon endroit, ce petit coin tranquille près d’un point d’eau où personne ne vient. Personne ne sait même où c’est.

Mais aujourd’hui est différent, je le sens de suite dès que j’arrive près de l’eau. Il y a quelqu’un ici. Je marmonne quelque chose de peu aimable et regarde autour de moi, mais il n’y a personne. Je ne suis pourtant pas fou, je l’ai senti.
Et le rire étrange qui vient après me le confirme.


« Kufufufu. Tu as l’air intelligent, comme on le dit…. »

Kufufufu ? Est-ce même un rire ? C’est plutôt un signe que les malades mentaux doivent utiliser pour se reconnaître. Cette personne devait être super dérangée pour rire comme cela en tout cas. Et puis, jouer à cache-cache, c’est franchement enfantin et dépassé.
Conclusion : cet homme est un crétin.


« Ce n’est pas très gentil, Francesca Bone. »

Ugh. Mon prénom entier. Qui était ce batard ? Et comment sait-il ce que je pense? Une suggestion hasardeuse ? J’en doute. Peut-être est-ce une fée ? Cela expliquerait le fait que je ne vois personne. En revanche, je doute aussi qu’une fée ait une voix aussi horriblement grave et aussi qu’elles sont aussi retardées.
Conclusion : il s’agit d’un retardé, et comme il connait mon prénom, c’est aussi un stalker. Gulp.
Il dû en avoir marre d’être pris pour une fée cinglée puisque cet homme apparut devant mes yeux. Si, si apparaitre, je n’avais pas de problème d’yeux. C’était un homme, d’environ 16 ans, les yeux étranges –l’un étant bleu, l’autre étant rouge- un corps normal – ce n’était pas une fée et il avait tous ses membres, c’était nul- mais surtout, des cheveux bleus coiffés en…


« Ananas.
- Uh ? »

J’ai donc devant moi mister Ananas. Wouhou. Applaudissez.
D’une manière ou d’une autre – je n’ai toujours aucune idée de comment il fait pour savoir ce que je pense- il comprit ce que je pensais et me lança un regard peu avenant. Il fronçait les sourcils quoi. Il fait un peu peur quand même. Juste un peu.


« Tsss. Sale gamin. »

Non, je suis parfaitement propre, je me suis lavé ce matin. Merci beaucoup.
Oh, il a roulé des yeux. Mister Ananas a roulé des yeux. Il ne peut pas supporter mon sens hors du commun. Sinon, qu’est-ce qu’il me voulait ? Apparemment, il avait entendu parler de moi et de mon intelligence hors du commun. Finalement quelqu’un qui avait les yeux en face des trous. Quand il ne les roulait pas. Ahahah. Je suis hilarant, avouez.


« Non, tu manques totalement d’humour, dit-il en s’avançant vers moi avec un sourire tordu. En revanche, il est évident que tu es intelligent. »

Merci, merci.

« Tu connais ton pouvoir, n’est-ce pas ? »

J’hoche juste la tête, distrait par l’ananas sur sa tête.

« Je pourrais t’aider à en faire quelque chose, si tu l’acceptes. Ainsi, tu pourras finalement t’imposer et faire cesser les railleries sur toi définitivement. »

Pas vraiment que j’en ai besoin, mais cela m’intéresse tout de même…

--

Mister Ananas, qui se nommait en réalité Mark Dokino, était tout comme Fran, un illusionniste, c’était son pouvoir, et un particulièrement doué, malgré son jeune âge. C’est lui qui emmena Fran loin sa ville, jusqu’à Naukowe, pour l’entrainer, ou comme Fran le disait, le torturer pour son propre plaisir de sadique.
Ils restèrent ensemble pendant près de 6 ans. 6 longues années. Autant que le maître et l’élève se connaissaient pratiquement par cœur à la fin de ce long entrainement. Et aussi que Fran en appris beaucoup, beaucoup sur son pouvoir et la façon de s’en servir. Il rencontra aussi pas mal de personnes que son maître connaissaient, et pour une fois, il avait une vie qui lui semblait à peu près correcte.

--

« Fran ? Un bien utile garnement, c’est certain. Kufufu… Un gamin intelligent, mais une vraie peste, malheureusement, nous dit son maître avec un sourire peu avenant. Disons que c’est un garçon intéressant, et je ne regrette pas de l’avoir pris sous mon aile, pas le moins du monde, il a su se montrer très… Divertissant. Il eut un nouveau rire étrange tout en levant les yeux au ciel, un étrange sourire sur le visage.
Très divertissant~. »
Ahem. Nous n’avons pu finir cette interview dû à d’étrange circonstance – les interviewer ont flippé leur races en l’occurrence et ont refusé de parler de ce qui s’était passé. Pour l’info, nous avons une histoire étrange d’embrochement et de rire plus qu’effrayant, et jeux… Umh.

--

Rester avec Fran plus d’une heure était devenu le nouveau supplice de la base. Curieusement, personne du groupe ne voulait rester trop longtemps en compagnie du jeune apprenti. Mark s’était posé la question de nombreuses fois et avait mis cela sur le compte de l’incapacité des autres à vivre en communauté sans se frapper. Cependant, il trouva vite son raisonnement insensé, sachant qu’ils vivaient tout de même tous ensembles et que tout le monde supportait Francesca tant qu’ils étaient tous ensemble. Bien que tout le monde se plaignait de lui, personne ne s’enfuyait en courant comme certains le faisait après être resté seul avec lui.
Pourtant, pour être souvent seul avec son apprenti, Mark ne l’avait trouvé si terrible… Enervant, certes, mais il y avait bien pire… Non, franchement, il ne comprenait pas leur attitude face à lui.
Et aujourd’hui, il était bien déterminé à en connaître l’étrange raison.

La journée avait commencée normalement et il laissa Fran en compagnie de Tiddy pour qu’il lui enseigne quelques techniques de combat, essayant tant bien que de mal d’ignorer la grimace et le grognement de ce dernier à cette annonce. Il décida de rester dans la salle d’à côté, et rien ne l’alerta, au début. Et puis il entendit des bruits plus ou moins étranges, et un hurlement. Lorsqu’il entra dans la salle, Tiddy était dans son coin en train de pleurer et de marmonner en broyant du noir alors que Francesca était assis sur un table, un livre en main, une sucette en bouche, balançant ses jambes avec un air suspicieusement innocent. Il lui lança un regard sans expression de ses grands yeux verts et mâchouilla soudainement le bâton de sa sucette.
Mark pointa Tiddy sans quitter son élève du regard. Ce dernier haussa les épaules, le visage toujours aussi inanimé. Ce gamin… N’attirait que des ennuis.
Il n’eut pas d’autre réponse plus claire de Tiddy qui s’enfuit en courant dès qu’il le pu.
Tout cela intriguait à présent Mark au plus haut point. Comment un gamin d’à peine 13 ans pouvait faire fuir en courant quelqu’un d’aussi mature de Tiddy, qui avait 25 ans ?
C’était une situation très risible. Et il aurait ri si cela ne l’avait pas en réalité inquiété. C’était dégradant ! Lui-même n’arrivait pas à entretenir une telle peur alors que le petit garçon d’1m40 y arrivait les doigts dans le nez !
Pour être tout à fait honnête, Mark ne trouva jamais réellement ce que Fran faisait subir à ses alliés. Il entendit vaguement parler de paroles troublantes, de malédictions, d’enfant de Satan et même de faire de leurs plus grandes peur une réalité. Jamais son élève ne lui montra quoi que ce soit de similaire, se contentant de répondre innocemment qu’il s’entrainait durement.
En revanche, le soir même, en rentrant dans sa chambre, il eut une vision d’horreur et alla dormir dans la chambre de son élève toute la semaine durant, de peur qu’il voie exactement la même chose. Ce qu’il ne vit pas, ce fut le petit sourire plein de sarcasme que son élève afficha, couché sur le sol froid de sa chambre.


--

Les années passèrent sans réellement se ressemblées. Mark et Fran passait pas mal de temps ensembles, mais cela ne domptait pas le caractère très revêche du jeune élève. Peu importe combien l’entrainement était dur et sans pitié, Fran ne montra jamais une seule fois une expression de souffrance, ni même d’émotions intenses. Il le vit à peine sourire. Il restait antipathique, mais devenait de plus en plus puissant, et même pour Mark, c’était limite effrayant d’avoir quelqu’un comme ça à ses côtés. Pas vraiment que Fran fasse peur par sa carrure ou ses aptitudes magiques, juste par son attitude, il était capable de vous torturer un bon moment. Il était impossible de savoir ce qu’il pensait, et rien n’y faisait, jusqu’à ce que Mark ne découvre quelque chose qui pouvait l’agiter, ne serait-ce qu’un peu. Cette trouvaille se fit lorsque le jeune garçon avait 14 ans, et resta une grande victoire pour son maître.
Fran n’en parla et n’en parlera jamais, il en fera seulement quelques allusions et en créa une sorte de jeu verbal avec son maître. Ceci dit, ce jeu ne passa pas inaperçu, et très vite, quelques équipiers eurent des soupçons quant à la nature de ce jeu. [PEDOBEAR POWA- excusez-moi. Aucun rapport avec l’histoire, bien entendu~.]
L’année d’après fut l’apparition d’un autre personnage récurrent et troublant de la vie du jeune garçon-grenouille. Honnêtement, il s’en serait bien passer.

--


Mark entra dans la pièce sans frapper, dégageant une aura supérieure de garçon en fleur dominant, captivant tout le monde à l’instant même où il était entré. Non, sans rire. Maître donne vraiment ce genre d’impression. Enfin, si vous voulez tout savoir, je pense qu’un ananas est une fleur. Il s’est approché de moi avec sa sublime démarche aussi gauche qu’un aristocrate avec un pot de fleur sur la tête, et j’ai subtilement remarqué qu’il portait des livres avec lui. Un simple détail, sachant que ce n’était qu’une pile lui allant jusqu’au menton.

« Un problème, maître ? » ais-je demander, distraitement.

Il a posé tous les livres d’un seul coup sur la table et m’a envoyé un sourire flatteur qui criait qu’il m’aimait.


« Apprends ça pour la semaine prochaine, petite chose. » a-t-il répondu sans perdre son sourire, d’une voix délicieuse.

J’ai jeté un œil rapide aux livres avant de retourner mon regard sur mon maître. Ses cheveux, plutôt. Quelque chose avait changé avec eux.


« Rien ne sert de cacher votre amour, maître. Vous cherchez juste une raison de me voir, n’est-ce pas ? »

Il eut une sorte de spasme qui ressemblait à son rire si particulier et je me suis écarté juste à temps pour éviter le bouquin qu’il essayait d’écraser sur ma tête.

« Allons, essayez de laisser vos mains ailleurs que sur mon corps une minute, contenez-vous ! » ais-je dis d’un ton toujours aussi pâle.

Cette fois, il m’écrasa le pied avec un rire et un sourire magnifique en prime. Je n’ai pas manqué d’attraper son regard pleins de menaces au passage. Il allait être énervé ce soir. Je ferais mieux de préparer un moyen de m’échapper cette après-midi.


« Contente-toi d’apprendre, élève inutile. »
Il a tourné les talons d’un air satisfait et j’ai pris le premier livre de la pile, l’ai ouvert à une page quelconque, et j’ai commencé à lire une phrase à haute voix.

« Faster honey, faster ! Wow, maître… »

Non, ce n’était pas exactement ce qui était marqué, mais “Let me help you ” et ça, c’était la même chose, franchement. Maître a fait volte-face et a planté une lance venue de nulle part dans mon chapeau.

« Aie.
-Cesse ce non-sens et travaille ! »

Awh, il semblait un peu énervé maintenant, son sourire doucereux me le disait. J’ai haussé les épaules et regarder les autres livres pendant qu’il se dirigeait vers la porte.

« Pourquoi dois-je apprendre cette langue, maître ? » Je demandais sans vraiment attendre de réponses, mais j’en eu une.

Une semaine après, une énergumène à fait son apparition au QG. Il ne parlait pas un mot de notre beau langage à part « putain ». Et j’étais chargé de m’occuper de lui.

« Ça te fera un bon entrainement. » C’est ce que mon maître avait dit alors que je recevais une salve de couteaux dans mon chapeau de pomme.

J’ai répondu en faisant apparaître une cagoule ananas sur sa tête et un chat sur la tête de l’autre énergumène. Je pense qu'ils ont compris le message, mais j’ai quand même finis accrocher au mur la tête en bas par plusieurs objets tranchants entre deux rires étranges.
Fuck my life, comme on dit chez lui.


--

Belphegor – car tel était le nom de l’étranger- n’est resté que 3 mois en compagnie de Fran, avant de partir dans un groupe dérangé dont Mark lui avait parlé, quelques temps auparavant. Bon débarras, avait pensé Fran, sans savoir qu’il le retrouverait bien assez tôt, et non, ce ne seront pas des retrouvailles larmoyantes. Le quotidien de Fran pendant ses trois mois avait ressemblé à un entrainement très intense à la torture et aux langues étrangères. Dans le sens que vous le souhaitez.
Mark dû penser que passer autant de temps avec le psychopathe l’aurait calmé, mais c’était exactement le contraire, cette aventure l’avait totalement renforcé, et il était encore plus arrogant et ennuyant qu’avant.
Les 17 ans de Fran marquèrent aussi le terme de son entrainement spécial. Ce ne fut larmoyant pour personne dans le groupe de Mark. Même lorsqu’ils ont appris où il allait, ce qui se résumait au suicide. Même pour quelqu’un comme lui, intégrer un tel groupe semblait s’apparenter au suicide.
La seule personne qui avait semblé un peu ému était Mark lui-même. Ca, ou le fait que le jour d’avant son départ, Fran avait été aussi adorable qu’un agneau et qu’il en était encore tout retourné. Il avait failli faire une crise cardiaque lorsque le garçon lui avait souri sincèrement et lui avait dit qu’il l’aimait beaucoup. Le contexte était aussi un peu étrange, mais on ne creusera pas plus loin, de peur de… Heurter la sensibilité.
Bien entendu, l’élève s’était tout simplement bien amusé, mais venant d’une personne aussi peu expressive que Fran, il y avait de quoi choquer.

--

« Fran et Mark ? Je ne sais pas exactement ce qu’il se passait entre eux, mais il y avait du favoritisme, nous dit Claude, un ‘ami’ de Mark.
Non, franchement, ça crevait les yeux que Fran était son favoris. De nous tous, c’est le seul à qui il permettait de toucher ses affaires sans trop rechigner. Bon, il rechignait, mais c’était étrange. Il y avait des sous-entendus un peu partout et parfois, ils disparaissaient un moment sans rien dire. Une fois, personne ne les a vus pendant une semaine et ils sont réapparus comme des fleurs. Jamais il ne nous avait laissé tous seuls sans rien nous dire. Et puis, il lui cédait beaucoup de choses. Bon, en même temps, Fran est Fran, et il très dur de lui refuser quelque chose, il trouvait toujours une combine pour obtenir ce qu’il voulait. C’est un garçon flippant, sérieusement.
Il a beau être joli, il a une aura malsaine. Tout ce qu’il fait est étrange, et peu importe ce qui arrive, il reste impassible. J’ai bien essayé de lui parler plusieurs fois, mais c’était comme m’adresser à un mur. Un mur intelligent, certes, mais glacial. Je me demande toujours comment Mark faisait pour lui adresser la parole plus d’une minute et mener des conversations avec lui. C’était impossible, il était toujours distrait.
Je ne suis pas mécontent qu’il soit parti. Apparemment, là où il est, personne ne va s’enfuir en pleurant en restant quelques minutes avec lui. J’imagine que ce sont des gens aussi flippants que lui. Je l’ai vu une fois depuis, il rendait visite à Mark. Il n’a pas changé, et il était pourtant différent. Il était encore plus… Attirant. Il avait ce genre de charme, les gens le regardait parce qu’au milieu de tous ces beaux garçons aux corps musclé, il se distinguait très clairement. Il avait un charme féminin… Et il me fait dire un tas d’ânerie encore une fois. Il m’énerve, et il énerve tout le monde… Quand il est arrivé, c’était pareil : tout le monde avait une attirance pour lui, et même après qu’il soit devenu une sorte de terreur, la plupart des personnes ne pouvait s’empêcher de le regarder, garçons ou filles.
Quoi qu’il en soit, quand je l’ai vu, j’ai eu l’impression de retomber à la case départ. Et il était pas seul, il y avait ce grand blond avec lui. Je me souviens de lui, c’était le psychopathe qui était venu pendant trois mois, toujours collé à Fran. A ce que je vois, il l’est toujours. J’imagine que lui jeter de l’argenterie consistait à lui montrer son affection…
Mark n’avait pas l’air très joyeux après qu’ils soient partis. J’ai entendu dire que c’était parce le nouveau patron de Fran avait décidé qu’il était mieux qu’ils ne se voient pas du tout car cela influencerait la manière de travailler de Fran. Ca ou le fait que Fran avait transformé toutes les affaires dans le bureau de Mark en ananas et qu’il avait eu un mal de chien à s’en débarrasser. »

--

Fran partit donc quand il avait un peu plus de 17 ans, laissant une relation ambiguë avec son maître derrière. Sa destination fut un groupe d’assassin sans pitié dont son précédent cher ami faisait partit.
L’intégration fut plutôt facile, considérant le fait qu’ils étaient tous aussi barrés que lui. Et encore, il fait toujours pâle figure comparés à eux.

--

La seule chose qu’on avait réussi à comprendre du discours du boss avant qu’il ne se mette à hurler et jeter ses bouteilles vides d’alcool était qu’on allait avoir une nouvelle recrue.
Francesca qu’il avait dit. On recevait une fille ? C’était curieux, le boss avait toujours détesté avoir des filles dans les rangs. Surtout après la mort de Malon, il avait juré qu’on ne ‘reprendrait jamais de filles’. Comme un animal, oui. Ca, c’était le boss.
Elle venait de Mark, c’est tout ce qu’on savait. Apparemment, l’autre taré à la tiare savait quelque chose, mais il n’a jamais voulu dire quoi que ce soit. Même après que je lui ai bien crié dessus et tenter de perforer sa tête à coup d’épée. Lucien était ravi et Léo ronchonnait par ci par là.
Avant de l’avoir vue, je ne pouvais pas me faire de fausse idée. Elle devait arriver d’un moment à l’autre, alors tout le monde s’était rassemblé dans le salon parce que Lucien avait insisté que c’était très important qu’on l’accueille tous ensemble, et quand il a commencé à nous menacer de ne plus cuisiner, on a tous obtempéré. Curieusement, le sadique blond semblait plutôt joyeux et avait préparé un set de couteaux bien polis à côté de lui.
Elle est entrée dans le salon accompagnée d’une servante qui lui a actuellement juste ouvert la porte et poussée à l’intérieur.
Elle était… attirante, j’imagine. Fine, petite, cheveux verts, yeux verts, visage fin… Elle avait un air très paisible sur le visage alors qu’elle nous scrutait sans ciller. En tout cas, elle avait l’air spécial. Il avait quelque chose qui clochait avec elle…
Lucien s’est précipité sur elle et lui a offert le câlin du siècle. Elle n’a pas vraiment protesté et s’est laissé entrainer alors que Lucien faisait les présentations rapidement. Bel était en train de s’étouffer de rire en faisant tourner un couteau entre ses doigts fins. Quelque chose clochait vraiment.


« Voi, laisse-la respirer un instant, Lucien. »

Le blond a ris de plus belle. J’avais envie de lui enfoncer mon épée dans le crâne. A cet instant même, il se retrouva affublé d’un chapeau ridicule en forme de fouine et les couteaux fusèrent sur la nouvelle arrivante qui ne chercha même pas à éviter, sous le regard mortifié de Lucien. Et le mien d’ailleurs. Léo ruminait toujours dans son coin.
Les couteaux s’enfoncèrent dans le chapeau de pomme de la demoiselle et sa voix fluette s’éleva.


« Aie. Ça fait mal, crétin. »

Sa voix était étrange. Bel a juste ris et est descendu avec une certaine grâce de son fauteuil pour récupérer ses couteaux. Certaine grâce, parce que franchement, il a juste l’air c*n avec sa démarche.

« Vous êtes tous stupides ici. Et toi, quand vas-tu arrêter de te faire passer pour une fille ? Froggie. »

Il a ouvert la veste de Francesca d’un seul coup et j’ai compris ce qui clochait.
Elle était un il.
On a appris plus tard que même si son prénom était Francesca et qu’il ressemblait à une fille, c’était seulement un hasard, mais que Fran s’en servait souvent pour se jouer des autres. Bien qu’il détestait cela, d’une certaine manière.
On a ensuite spéculé qu’il ne devait pas avoir plus de 13 ans, pendant un moment, jusqu’à ce que le boss lui demande, un mois après, ennuyé par l’air fébrile de ce truc. Si vous voulez savoir, 17 ans, on en s’y attendait pas du tout. Vous pensez qu’il utilise des illusions ?


--

La vie de Fran après cela s’est résumée a essayer de ne pas se faire assassiner dans son propre groupe, une très difficile activité lorsqu’on s’appelle Fran et qu’on est aussi social qu’une pomme au milieu d’un pré vide.
En gros, toute la vie de Fran jusqu’à maintenant fut une suite de mésaventures saupoudrées de missions et de la guerre d’Illea, au milieu d’une étrange phase de socialisation et d’apparition d’étranges relations à ses co-équipiers.

--

« Ecoute Fran, je ne veux pas me faire tuer aujourd’hui, alors tu as intérêt à bien te tenir devant le boss. Et surtout, ne prononce jamais le mot ‘échec’. Entendu ? » lui avait dit Léo un jour alors que lui, Fran et Bel venait de rentrer d’une éprouvante mission sans pouvoir assassiner leurs cibles. Pas toutes, du moins.

Le garçon avait hoché distraitement la tête alors que Bel riait de nouveau, pas le moins du monde inquiet de l’issus de la discussion.
Ce n’était pas comme s’il ne savait pas que Fran ne tiendrait jamais parole.
La suite se passa très vite, et en un rien de temps, Léo se retrouva bloqué dans une salle seul avec son boss adoré très remonté par cet échec, alors que le blond et le vert tenait les portes étroitement celées.
Ils se regardèrent un instant et se serrèrent la main, cordialement.

--

Fran avait une manie qui avait le don d’ennuyer tout le monde dans le groupe, sauf Lucien, bien entendu : il tenait la main des autres. Ce n’était pas vraiment comme si il serait très fort et ne laissait jamais partir, non, il prenait simplement la main de la personne et marchait à côté de lui pendant un moment, aussi simplement que cela.
Il avait commencé par Lucien, qui n’y avait vu aucun inconvénient, et trouvait même cela adorable de la part de la petite chose qui restait aussi peu émotive qu’un balai.
Puis ce fut le tour de Simon, qui lui hurla dans les oreilles et tenta de le trancher les premières fois, et finit pas le laisser faire à sa guise en grognant lorsqu’il le faisait.
Ce fut plus compliqué avec Léo, puisque ce dernier essayait de l’électrocuter à chaque fois qu’il s’approchait. Il abandonna lui aussi toute défense lorsque Fran créa l’illusion que c’était son boss qui lui tenait la main. Zant n’apprécia pas forcément le fait de se voir main dans la main avec le colosse électrique, cependant.
Belphegor… Fran l’avait toujours fait sans aucun problème. Même après avoir reçu de nombreuses coupures à la main et des remarques sarcastiques, ainsi que plusieurs rencontres avec le mur. Diantre, il y eu même quelques rencontres avec canapés, lits, fauteuils et sols. Mais le prince blond se montra beaucoup moins réticent que tous les autres et affichait même un étrange sourire ressemblant à une espèce de mimique de victoire.
Bien entendu, il essaya avec Zant. Plusieurs fois. Mais le boss ne semblait pas très habitués à ce genre d’excès de douceurs, et à moins d’être vraiment ivre et de le prendre pour une jolie demoiselle, Fran visitait souvent le jardin en passant par la fenêtre.
Il le fit également à chaque fois qu’il croisait Mark, qui prenait un malin plaisir à lui écraser la main avec toute la délicatesse dont il pouvait faire preuve. Qu’est-ce que son maître pouvait l’aimer…


Dernière édition par Francesca Bone le Ven 27 Avr - 3:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   Sam 7 Avr - 12:33

    ►Histoire.[Suite et Fin]



    Durant la guerre, le groupe fut très sollicité, et ils prirent un malin plaisir à jouer de leurs forces sur l’armée d’Ankou. Pour eux, ce furent des années de pure détente et de fun. Ils étaient tous à derrière Annahita, bien entendu, et ce depuis le début. Elle et ses idéaux leur convenait parfaitement. Ils firent un travail admirable lors de cette guerre, et même bien après. Fran leur fut très utile, et sa force magique n’en devînt que plus puissante. Le potentiel que son maître avait su déceler est à présent très apparent, et malgré son physique, il est certain qu’il est l’un des meilleurs tueurs à gage du pays, surtout accompagné de son co-équipier blond.

    --

    « Ushishishi… Vous voulez que je vous dise quelques mots sur Francesca ? Froggie~. Il est encore plus ennuyeux qu’une épine bien enfoncée dans le pied. Il est stupide, collant et aussi menu qu’une fillette de 10 ans. Mais c’est un très bon souffre-douleur, même si il répond, l’ingrat. C’est un sujet intéressant, mais vraiment vulgaire pour un prince comme moi. Shishishi.
    Qu’est-ce que c’est laid, comme couleur, le vert. Il n’a aucune grâce, aucune. C’est un vulnérable petit paysan arrogant. Il ne devrait pas se comporter comme tel en face d’un prince aussi magnifique que moi. Il ne le devrait pas~. Il devrait obéir sans poser de question et se plier à mes volontés, mais non, il trouve toujours quelque chose à redire. Quel ennui. Je le ferais décapiter s’il n’était pas aussi… utile. Ushishi.
    Et puis, le boss a l’air de bien l’aimer. Je suppose que c’est parce qu’il ressemble à une fille et qu’il a l’air facile à briser, alors il fait plus attention. Et puis, Fran a des jolies mains douces et longues. Zant à une sorte de faiblesse sur les mains douces et fines, allez savoir pourquoi. Sinon, vu tout ce que l’asshole a dit déjà, il sera mort. Mort et en cendre. C’est de la mauvaise herbe, mais c’est beau.
    C’est la plus belle et utile grenouille que l’on a. Ushishishi »

    [Nous vous épargnerons les interviews des autres membres pour trop de violence, de cris, de plaintes et de splendeur. Ahem.]

    --

    C’est ainsi que fut la vie de Fran, avec des hauts et des bas. Il est maintenant bien installé dans son coin avec son groupe et fait son travail comme on le lui demande. Il n’a jamais vraiment changé, son caractère resta le même du début jusqu’à la fin, quoiqu’il prit plus de confidence et d’arrogance avec le temps…


    Quelques extraits en bonus...
    --

    « Je me demandais… Comment est-ce qu’on peut devenir comme, toi, Leo ? » Questionna un jour Fran, se postant devant l’imposant homme en plein milieu d’un couloir.
    Le garçon le scruta de haut, presque flaté. D’habitude, Fran n’était pas du genre… Flatteur.

    « Comme moi ? On ne le peut pas ! Je suis unique ! » Et il rit.
    « Je me disais bien aussi. Impossible d’être aussi c*n. »

    --

    « Qu’est-ce que tu fais, froggie ?
    -Je cherche ta dignité. »

    --

    « Maître ! Maître !
    -Quoi encore ?
    -Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais vous êtes espionné. Chuuut…
    -… Qu’est-ce que tu racontes ? Par qui ?
    -Ah. Mince. Elle est partie en fait. Depuis un moment.
    -De qui est-ce que tu parles ?
    -Votre intelligence. »



►Quelques formalités :


    ♦~Code du règlement?
    Il a baver dessus.

    ♦~Autre chose à ajouter?
    Fran vous aura. TOUS.
Revenir en haut Aller en bas


Dirigeant outrageusement beau qui vous éblouit par sa beauté~♥

Masculin Nombre de messages  : 178

Localisation  : Dans mes appartements. Je vais... Dormir.
Emploi/loisirs  : Pas mes cours, en tout cas, je suis trop fatigué pour ça...=___x'
Humeur  : ... *Pousse un long soupir*

Inscrit depuis le   : 13/12/2008
avatar
Dirigeant outrageusement beau qui vous éblouit par sa beauté~♥


Feuille de personnage
Age: 17 ans, j'en aurais 18 cette année.^^
Race: Humain, qui ne désirerait pas être autre chose qu'un humain.^^
Arme / Pouvoir  : Je me bats avec une épée. Mais je sais manier d'autres armes, bien entendu.u__u

MessageSujet: Re: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   Dim 15 Avr - 1:25

Comme je l'avais déjà dit, je ne compte plus valider aveuglément et à tour de bras. Je me suis donc concentrée sur ses descriptions et son histoire, et j'ai trouvé plusieurs points qu'il faudrait corriger, ou bien éclaircir.

-Premièrement, les fautes d’inattention. Ziang Zemin devrait devenir Jiang Zemin, et tu as mit plusieurs fois Francesca Belt au lieu de Francesca Bone. Ce n'est pas très grave, mais c'est à corriger.~

-Concernant son histoire, je dois avouer que je suis dans le flou. Je n'ai pas bien compris où Fran était, avec qui il était, qu'est-ce que c'était comme organisation... Sachant qu'on risque d'avoir un petit débat là-dessus, j'en ai peur, il faudrait que je sache exactement à quoi m'en tenir. Puis quelque chose m'intrigue aussi: Pourquoi ses parents ne l'ont pas recherché? Enfin, un enfant qui disparaît, comme ça, ce n'est pas rien. La garde aurait pu le rechercher, contacter les différentes villes, faire quelque chose... Tu me suis, non? En plus, d'après ce que j'ai compris, il n'a pas un physique de Monsieur tout le monde. Ça aurait du faciliter un quelconque 'repérage'.

-Le pouvoir, ensuite, car c'est là le problème principal. Aurora ayant un pouvoir similaire, j'y ai beaucoup réfléchis. Je ne te demanderais qu'une chose pour l'instant, et je verrais ce que j'ai à redire à partir de ta réponse; Est-ce que Fran fait apparaître des choses que les autres voient, ou est-ce qu'il brouille leur sens et leur vision pour leur faire voir des choses qui n'existent pas?

Je vais m'arrêter là pour l'instant, histoire de te laisser répondre. Je n'ai qu'une seule chose à rajouter: Les Esprits pratiquent la magie de manière générale, ils n'ont pas de pouvoir particulier qui se révèle. Ils se spécialisent en quelque chose parce que c'est plus simple de se concentrer sur un seul domaine, la réussite dépendant bien évidemment de leur potentiel de base (qui est le même pour tout, c'est un potentiel général). Par exemple, Rhys s'est spécialisé dans la glace, mais rien ne l'empêche de faire du feux, ou de faire éclore des fleurs, de faire léviter des objets... Bon après c'est sûr que s'il n'a jamais essayé de faire léviter un objet, le résultat va être désastreux. Tout est une question de maîtrise, même pour les forts potentiels. Un potentiel puissant non exploité aura tendance à être incontrôlable (Regarde Maëlle qui fait tout sauter).

Mais j'arrête là pour l'instant. Allez, éclaire ma lanterne, que tu puisses enfin pouvoir jouer Fran dans les meilleurs conditions.X)

_________________

JENKOU 4EVER:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://illeaworld.forumactif.com
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   Ven 27 Avr - 3:18

Alors, alors~.
Désolé pour le temps déjà... Je te réponds, puis je corrige les fautes d’inattention. Saletés de noms. XD

Fran est à Jiang Zemin, pour l'instant,mais bouge. Il vit avec son groupe dans une grande maison. Son organisation est plutôt un regroupement de tueurs à gage, une genre de mini-mafia sans en être vraiment une. Je sais pas si c'est vraiment clair... XD
Effectivement, c'est un peu flou pour les parents. Comment dire? C'est vrai qu'ils l'ont cherché, mais il arrivait que Fran ne revienne pas pendant quelques jours à la maison - maximum 3 jours-, et ayant déjà de nombreuses fois alerté les autorités, au bout d'un moment... Donc ils ont attendu un peu avant d'en alerter la garde, et j'imagine qu'il a réussi à passer à travers les filets en se cachant un moment. Ce genre de choses? Et il a été déclaré mort après peut-être un mois, j'imagine...
Même moi, je me sens flou. XDDD

C'est compliqué pour le pouvoir, je ne te le cache pas. Je doutais pas avant, mais tu m'as mis sérieusement le doute. XD
Je suppose qu'il peut faire un peu des deux, mais comme tu l'as dit en bas, certains esprits se spécialisent dans des choses, et donc je pense qu'il fait beaucoup plus occasionnellement apparaître des objets qu'il ne brouille l'esprit des gens. Umh... Donc il se spécialise dans le brouillage d'esprit, je suppose?

Pour la magie, j'avoue que j'ai bien galérer à comprendre le fonctionnement, mais maintenant, c'est acquis, yahou!

Bon, bon, je vais te laisser me gronder de nouveau, parce que je sais que tu aimes ça, faire l'admin sévère. 8D
Revenir en haut Aller en bas


Dirigeant outrageusement beau qui vous éblouit par sa beauté~♥

Masculin Nombre de messages  : 178

Localisation  : Dans mes appartements. Je vais... Dormir.
Emploi/loisirs  : Pas mes cours, en tout cas, je suis trop fatigué pour ça...=___x'
Humeur  : ... *Pousse un long soupir*

Inscrit depuis le   : 13/12/2008
avatar
Dirigeant outrageusement beau qui vous éblouit par sa beauté~♥


Feuille de personnage
Age: 17 ans, j'en aurais 18 cette année.^^
Race: Humain, qui ne désirerait pas être autre chose qu'un humain.^^
Arme / Pouvoir  : Je me bats avec une épée. Mais je sais manier d'autres armes, bien entendu.u__u

MessageSujet: Re: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   Mar 8 Mai - 3:02

Alors! Désolée pour le retard, tu sais ce que c'est, la machine à café qui marche plus, et... Hum, parlons bien et sérieusement et arrêtons de se chercher des excuses. C'est parti !>8D

-Il vit à Jiang Zemin, d'accord. Mais il bouge. Il a d'autres résidences ailleurs ? Alors, pour l'endroit où il habite, j'espère que tu sais qu'une grande maison avec plein de types bizarres qui vivent dedans, c'est... Louche. Enfin, on doit les regarder bizarrement, quoi. Le genre de personnes sur le dos de qui on met instantanément tous les évènements étranges ou criminels qui arrivent. Ceux que la garde suspecte automatiquement. Juste pour préciser, car peut-être que tu t'en doutes déjà.

-Son organisation... Je pense qu'on va devoir en discuter. Un regroupement de tueurs à gages, inutile de te dire que ce serait illégal, et donc qu'ils devraient se cacher et se faire très discrets (Never state the obvious, waw!) s'ils ne veulent pas atterrir en prison. Ensuite, j'ai peur qu'une telle organisation empiète sur mon intrigue, pour diverses raisons. Peut-être que je me fais du soucis pour rien, mais il faut qu'on en parle pour éviter que ça pose problème.

-Pour les parents, d'accord. C'est plausible. Mais ça m'étonnerait qu'il puisse être déclaré mort au bout de si peu de temps. Moralité: Il doit toujours plus ou moins se cacher de la garde ou de n'importe quelle personne qui pourrait le reconnaître. Enfin, vu qu'il est majeur, il a le droit d'aller où il veut, mais tout le monde saurait qu'il est en vie quoi, ça soulèverait des questions. Ce n'est qu'un détail, mais c'est bon à savoir. Il faudrait un corps pour qu'il soit déclaré mort. Car quand on est mort, on est rayé des listes du royaume, ce qui n'est pas rien. Donc même maintenant, il doit toujours être classé comme 'personne disparue'. Regarde Maëlle, ils ont mit 7 ans à la retrouver, ah ah.8D

-Je tiens à préciser que je suis claire avec ça dans ma tête, mais qu'à l'écrit ça risque d'être confus. Tu es accrochée ? Okay, c'est parti !

Il peut faire 'apparaître' des choses, mais pas des choses matérielles. Je veux dire, il peut créer des illusions, comme un chapeau par exemple, mais il n'aura pas de consistance. Les autres le verront, mais s'ils essaient de toucher, ils ne le pourront pas. Ce sera plus comme un... Hologramme, tu vois ? Pour créer un objet, il faudrait avoir tous les matériaux disponibles sous la main et une sacrée connaissance de l'objet en question. Ce qui est donc trèèès difficile. Mais créer des illusions sans consistance, il peut. Même si à priori les Esprits arriveront à distinguer une illusion d'un véritable objet. Cependant, les humains n'y verront que du feux. Très efficace.

Et pour le brouillage d'esprit... C'est en effet ce qu'il faut faire pour tromper un Esprit. Comme ils ne voient pas avec les yeux, il ne suffit pas de toucher leur vision comme avec les Humains. Ça demande donc plus d'efforts et de patience. C'est pour cela que toucher de la sorte involontairement quelqu'un me paraît impossible. Pour brouiller l'esprit de quelqu'un, il faut le vouloir, et l'avoir à priori dans son champ de vision, ou près de soi en tout cas. Bref, c'est une action volontaire qui demande de l'énergie. C'est assez complexe. Si tu veux plus de précisions, demande moi. Et si tu n'as rien compris, demande moi aussi, j'ai beaucoup de mal à expliquer ça à l'écrit.~

Donc voilà, encore désolée du retard... Allez, petit Fran. Déchire tout.Cool

_________________

JENKOU 4EVER:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://illeaworld.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪   

Revenir en haut Aller en bas
 

Francesca Bone - My cellmate's a killer, they make me do push-ups (in drag) ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Hors-jeu :: Fonds de tiroirs :: Actes de décès-