AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Dim 31 Juil - 15:28

{INTERNET RAAAAAME. Sinon ça va.Cool

Oh oui.♥}


Pour sûr, sa mère avait un avis tranché sur les choses. Il ne pensait pas que c'était mal, juste que c'était..., maladroit. Parce que si Coleen était un adepte des conclusions faciles et des préjugés, il avait eu l'occasion, depuis qu'il était à Illea, d'en effacer certains. Il restait d'accord, par exemple, pour dire qu'il trouvait les Elfes plus beaux. Sans savoir pourquoi. Mais les humains n'étaient pas laids pour autant : il leur trouvait un certain charme, exotique peut-être, et il avait vu des jeunes filles splendides sans pour autant avoir de longues oreilles. En revanche, rien n'avait jusque là pu lui prouver que les Neko n'étaient pas des bêtes sanguinaires. Donc, de fait, il avait une vision d'eux exagérément caricaturale. Des monstres cruels, aux dents pointus et aux yeux injectés de sang. Enfin, peut-être pas exactement, mais il exagérait à peine son image mentale. Maintenant qu'il voyait Dietrich, il se sentait un peu bête. Il n'avait pas l'air vraiment dangereux, d'accord. Il avait même l'air plutôt sympathique. Mais ça n'empêchait rien : c'était peut-être l'exception qui confirmait la règle. Et puis pour qu'il soit venu à l'Est et pas à l'Ouest, ça prouvait bien que contrairement aux autres membres de sa race, il était gentil. Oui, il n'y avait pas à dire, les préjugés collaient à la peau. Et puis il devait pardonner plus facilement que sa mère. Ce n'était pas de sa faute, ces dernières années avaient été très difficiles pour elle. Perdre son île, sa maison, son mari, deux de ses filles, rechercher un endroit où pouvoir s'installer, être rejeté, devoir s'adapter, apprendre une nouvelle langue... Ça avait été très compliqué. Parce que c'était une adulte, peut-être? Lui était encore jeune, il arrivait plus facilement à passer d'une chose à une autre. Ça devait être la même chose pour Dietrich. Et puis pour Armand aussi. Ces dernières années n'avaient dû être faciles pour personne, de toute façon. Raison pour laquelle il fallait relativiser! Et quoi de mieux pour se changer les idées que faire l'imbécile? Il ne voyait pas. Ceux qui s'enfermaient sur eux-même et ressassaient leur problèmes ne devaient pas se sentir mieux à faire ça, il l'aurait parié. Lui, il préférait de loin sourire et aller de l'avant. C'était plus agréable pour lui, et ça l'était aussi pour toutes les personnes qu'il côtoyait, il en était absolument convaincu. Ce n'était pas bien difficile à comprendre, après tout, comme point de vue.

Le jeune homme ferma les yeux un instant, et chercha à écouter le bruit de l'eau. C'était agréable, comme bruit. Ça lui manquait, tout simplement. Il les rouvrit par réflexe en entendant un petit bruit dans l'eau, et aperçut en détournant sa tête sur le côté qu'Armand avait décidé de jouer à lancer des cailloux dans la rivière.

« Personnellement, je ne trouve pas que Dietrich ait l'air d'un monstre cruel. »

Hm! Exactement ce qu'il s'était dit quelques secondes à peine auparavant. Cela dit, ça ne voulait pas dire grand chose. Il pouvait avoir l'air gentil sans l'être, ça devait pouvoir se faire! Pour mieux appâter ses proies, peut-être. Les Neko restaient dans son esprit des bêtes bizarres et hautement dangereuses, et ce n'était pas en avoir croisé un qui 'avait l'air' gentil qui allait changer son opinion des choses. Il n'avait rien contre eux, et il ne demandait pas mieux que de pouvoir changer d'avis à leur sujet : mais à moins d'aller faire un voyage à l'Ouest pour vivre un mois parmi les Neko, ça n'allait pas être simple. Au mieux, il se dirait que Dietrich était sympathique et pas trop cruel. Mais que les autres, si. Cela dit, vu le nombre d'êtres aux oreilles de chats qui se promenaient dans le château et dans les rues d'Esidir, ça ne causerait guère de tort à personne.

En tout cas, il était d'accord pour dire qu'il n'avait pas l'air d'un monstre cruel. Ce qui était plutôt une bonne chose, d'ailleurs.

« C’est que tu m’as pas bien regardé, pour dire ça ! Je suis votre pire cauchemar à tous. Mais si ça te console, ‘Armand’, malgré ce que dit la mère de Coleen, tu n’as pas l’air d’un profond arriéré inintéressant ! »

L'Elfe aux cheveux blonds laissa s'échapper un bref rire en entendant cela. D'accord, il était leur pire cauchemar à tous, aucun doute là-dessus. Tant qu'il n'aurait pas menacé de les manger avec un air effrayant, il ne le prendrait pas au sérieux – cela dit, il préférait largement penser qu'il plaisantait. Mieux valait se dire qu'il était avec deux personnes sympathiques au lavoir, plutôt que se dire qu'il était coincé avec de potentiels psychopathes, dont un armé de griffes et de dents pointues. Oui, il préférait de très loin la première option.

Et, là encore, il était d'accord pour dire qu'Armand n'avait pas l'air d'un profond arriéré inintéressant. Quoi qu'il ne savait pas à quoi c'était ressemblé, un arriéré. Ou quelqu'un d'inintéressant, d'ailleurs. Ça avait une tête en particulier, ce genre de personnes? Non parce que quelqu'un de stupide, déjà, c'était pas facile à repérer. Remarque, un profond arriéré devait avoir l'air vraiment très stupide, et donc ne passait sûrement pas inaperçu. C'était déjà ça de pris. Il jeta un coup d'œil à Armand, et jugea qu'il n'avait pas l'air spécialement bête. Pas du tout, même. Il avait une tête..., une tête normale.

Il cligna des yeux en voyant le 'potentiel tueur dangereux aux instincts primaires' se pencher au-dessus de lui, intrigué.

« Et toi, tu vas pas avoir des ennuis si elle se rend compte que t’es parti n’importe où ? »


Quelle bonne question! Dont il connaissait malheureusement déjà la réponse par cœur, pour en avoir déjà fait les frais. En général, elle n'appréciait pas tellement qu'il parte n'importe où. Surtout si c'était en ville, et qu'il revenait avec des vêtements en plus ou moins bon état. Mais, bon. Elle faisait une crise de n'importe quoi. Le mode de vie humain, ça ne lui réussissait pas du tout. Lui il avait envie de continuer à s'amuser sans se préoccuper du regard des autres : mais apparemment, ce n'était pas possible. Quel dommage. Lui, il se fichait qu'on fasse des commentaires sur ses manières ou sa façon de faire ; mais sa mère, non. Et il ne voulait pas la mettre hors d'elle ou lui attirer des ennuis, il ne la détestait pas assez pour ça. D'ailleurs, il ne la détestait pas tout court. Elle était juste un peu brusque, parfois. Ou un peu maladroite. Ce qui n'étaient définitivement pas des raisons suffisantes pour la haïr.

Quoi que, parfois, quand elle l'obligeait à ne pas quitter sa chambre, il avait envie de crier à l'injustice. Il sourit malgré tout, et tenta de hausser les épaules. Ce qui, allongé, ne donna pas grand chose.

«Avec un peu de chance, elle ne s'en rendra pas compte! répondit Coleen sans vraiment y croire pour autant. J'ai l'habitude, de toute façon, c'est pas grave.»

Il sembla réfléchir un instant, puis reporta ses yeux clairs sur Armand.

«Dis, tu crois qu'on peut se baigner dans la rivière?»

Sait-on jamais, ça pouvait toujours être utile. Parce qu'il doutait recevoir un bon accueil s'il allait plonger dans le Lac aux vœux. On aurait pu penser qu'il allait voler les pièces, en plus. Mauvaise idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lanceur de pavés et Nekophile avéré

Féminin Nombre de messages  : 22

Localisation  : Et c'est à quel sujet?u__u
Emploi/loisirs  : Je mets des coups de poings à une peluche. Sans raison, vraiment, ah ah...
Humeur  : Je suis de bonne humeur, TRES bonne humeur. Hmm?^^*

Inscrit depuis le   : 30/06/2010
avatar
Lanceur de pavés et Nekophile avéré


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain.
Arme / Pouvoir  : Ses petits poings (eh oui).

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Sam 17 Sep - 3:29

« C’est que tu m’as pas bien regardé, pour dire ça ! Je suis votre pire cauchemar à tous. Mais si ça te console, ‘Armand’, malgré ce que dit la mère de Coleen, tu n’as pas l’air d’un profond arriéré inintéressant ! »

Armand tourna vaguement sa tête dans la direction du Neko, lui adressant un sourire quelque peu crispé. Il ne comprenait pas cette manie qu'avaient certaines personnes de faire des commentaires sur tout et n'importe quoi, comme si exposer leur avis était primordial. Visiblement, le Neko e,n avait, des choses à raconter! Bien, en tous les cas, il était heureux de ne pas avoir l'air d'un arriéré inintéressant, alors. Quoi que l'avis de Dietrich ne lui importait pas beaucoup, il savait déjà qu'il n'était pas un arriéré. Inintéressant...Ça dépendait des gens. Quelqu'un aurait pu le trouver barbant et une autre personne passionnant au possible, ce genre de jugement n'avait pas de règles. Réprimant un petit soupir, Armand jeta un nouveau caillou dans l'eau, regardant la surface se déformer lentement. Derrière lui, Dietrich posa une question à Coleen, et le rouquin se redressa sur ses jambes, posant sur ses deux compagnons son regard vert. Il ne voulait pas avoir l'air de les fixer, car c'eut été malpoli et qu'il n'avait aucune envie que Dietrich se mette à le taquiner, mais ils l'intriguaient tout de même un peu. Pas en tant que personnes -Il pensait avoir assez bien cerné leur caractère...Mais il pouvait toujours se tromper-, mais à cause de la race à laquelle ils appartenaient. Les Esprits avaient les yeux vides, mais c'était là, hormis leurs ailes noires, tout ce qui les différenciaient des Humains. Pour les Neko et les Elfes, la différence était plus marquée. C'était effrayant, dans un sens...Armand savait bien que Dietrich aurait pu le tuer, même sans arme. Les Neko avaient des griffes, et de ce fait, étaient armés en permanence. Naturellement. On voyait bien à ceci qu'ils étaient une race taillée pour la survie et non pour la fuite comme les Humains.

«Avec un peu de chance, elle ne s'en rendra pas compte! J'ai l'habitude, de toute façon, c'est pas grave.»

Armand, qui jusque là fixait les mains de Dietrich, s'attendant à en voir sortir des griffes aussi tranchantes qu'une épée, reporta son attention sur Coleen. Avec un peu de chance? Il n'avait pas vraiment l'air d'y croire lui même. Il songea soudainement que le jeune Elfe aux cheveux blonds devait en faire voir de toutes les couleurs à sa mère, et ce n'était pas une simple intuition. S'il avait l'habitude de se faire disputer, ce n'était pas pour du beurre, il imaginait. Le simple fait qu'il soit là étayait ses dires. Lui n'aurait jamais osé désobéir à sa mère, il aurait eu trop peur de sa colère par la suite. Mais, se reprit-il, toutes les mères n'étaient pas aussi sévères que la sienne. Quoique que celle de Coleen semblait avoir un point de vue bien tranché sur les choses...Elle n'avait pas l'air particulièrement tendre dans ses reproches. Mais là encore, qu'en savait-il? Elle pouvait être cassante mais aimante, l'un n'empêchant pas l'autre.

«Dis, tu crois qu'on peut se baigner dans la rivière?»

Armand croisa le regard de Coleen, et détourna aussitôt le sien, le posant sur l'onde claire qui continuait son tranquille périple sans se soucier d'eux. Il attendit un moment, sans rien dire, puis finit par hausser les épaules. Se baigner dans la rivière n'était pas interdit, de ce qu'il en savait, mais il n'y avait guère que les enfants pour retrousser leurs robes et pantalons et aller patauger dans l'eau froide. S'il faisait ça, Coleen allait se faire remarquer, pour sûr. Et malgré le fait que c'étaient là les affaires de Coleen, Armand n'avait pas immensément envie qu'on le mette dans le même panier, juste parce qu'il était au mauvais endroit au mauvais moment.

« On peut, j'imagine, répondit-il finalement, les sourcils légèrement froncés, mais à cette époque de l'année, ce n'est pas très conseillé. »

L'hiver était là et s'il faisait encore doux, bientôt les vents se feraient plus froids et peut-être la neige tomberait-elle. Armand se réjouissait de la venue du froid, car au moins il aurait une raison de garder son chapeau sur sa tête. Ses amis ne lui enlèveraient pas sans cesse, et son père arrêterait de le harceler avec ça lui aussi. Et puis il n'aurait plus si chaud. Il se demanda tout de même s'il y aurait de la neige, car l'année dernière il n'y en avait pas eu, et l'hiver n'avait pas été rude. Pour les Neko, il s'en fit la remarque, ce serait peut-être plus agréable. N'avaient-ils pas vécus jusque là dans des plaines glacées? Il devait avoir chaud en permanence! Armand ne connaissait pas plus incommodant que la chaleur, à long terme. Le froid, il était plus aisé de le contrer, aussi s'en inquiétait-il moins. La chaleur..A moins de se déshabiller entièrement ou se plonger dans l'eau, il ne voyait pas de moyen de la chasser!

Il osait à peine imaginer toutes les personnes qu'il côtoyait au quotidien se promener dans les rues dans leur plus simple appareil. C'était vraiment...Choquant. Les Neko ne faisaient pas ça, eux, au moins? Armand se serait bien mit une claque pour avoir eu une pensée si stupide. C'était clair que se promener nu favorisait l'insertion sociale, c'était bien connu.




[Je l'ai fait!TT__TT]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko déchu, Jardinier

Masculin Nombre de messages  : 12

Localisation  : Dans les jardins!^^
Emploi/loisirs  : Ca dépend. Je travaille, enfin... Un papillon!^^~
Humeur  : Ca va, ça va!^^

Inscrit depuis le   : 27/06/2010
avatar
Neko déchu, Jardinier


Feuille de personnage
Age: 17 ans
Race: Neko
Arme / Pouvoir  : Couteaux

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Dim 16 Oct - 13:53

[Oulah, chaud chaud cacao... J'avais pas vu que c'était si vieux, on est pas passé loin...XD~
Mais bon, je suis dans les temps, et j'ai... Posté.]



C’était triste, tout de même, songea Dietrich, d’être habitué aux réprimandes et punitions en tout genre. Pauvre Coleen ! Se faire disputer pour s’être allongé dans un lavoir, il y avait un moment où il ne fallait pas exagérer ! Ce n’était pas comme si elle était pauvre, cette marâtre, laver ou acheter d’autres tenues ne lui coûterait pas les yeux de la tête, comme on disait. Le Neko interrompit brusquement le flot de ses pensées, comme se rendant compte de la profonde maladresse de sa formulation : s’allonger dans un lavoir, un endroit donc principalement –et s’il disait « principalement », c’était uniquement parce qu’ils étaient là, tous les trois, et qu’à vue de nez il n’y avait pas de jeune fille dans le lot– fréquenté par des femmes, ça restait drôlement suggestif. Là, une petite discussion un peu animée n’aurait peut-être pas été de trop, finalement. Mais, oh, ils n’étaient que tous les trois, pas de quoi en faire un plat. Enfin, se corrigea-t-il, ça, elle n’était pas censée le savoir, à moins que son fils le lui dise et pour ça, elle devrait lui en laisser le temps, parce que certaines cloîtraient leurs enfants dans leur chambre avant même qu’ils puissent s’expliquer. Ce qui était injuste, on n’allait pas se mentir… Comment disaient les humains, déjà ? Ah, se voiler la face. Ils n’allaient pas se voiler la face. Donc, si son tout nouvel ami aux longues oreilles espérait s’en sortir, il n’avait pas le choix : dès qu’il passait le seuil –très grand comme seuil, d’ailleurs– du palais Della’Morte, il devait sauter sur sa chère maman et lui débiter aussi vite que possible la situation.

Oui, enfin, ça ou rentrer, se changer et faire comme si de rien n’était. Il se demandait bien ce qui était le plus risqué… Dans tous les cas, les résultats n’étaient pas garantis et les procédés plus que discutables. Il devait y avoir d’autres solutions à cet épineux problème, que disait-il, cette affaire d’Etat à résoudre à tout prix, mais le temps n’était pas à ça. Après tout, ce n’était pas l’heure de rentrer, quoiqu’il était vrai qu’il eût mieux fait de ne pas trop tarder non plus s’il ne tenait pas à se faire tout à fait arbitrairement enfermer dehors sans argent et avec nulle part pour passer la nuit. Si « à chaque jour suffisait sa peine », alors ce devait pourtant bien être véridique aussi pour les heures et les minutes, ce qui prohibait toute inquiétude et allait dans son sens : pas de réflexion très profonde, juste profiter du moment comme on pouvait sans se taper tout cet horrible stress dont certains faisaient étalage. La belle vie, en somme. Il espéra qu’Armand et Coleen seraient de cet avis, eux aussi. C’était plus simple de discuter avec des gens partageant vos opinions…, cela dit, le contraire pouvait être tout aussi amusant. Affreusement plus compliqué, il n’en disconvenait pas, mais amusant quand même. Nikolaus se redressa, un sourire toujours accroché aux lèvres en dépit de la situation « gravissime » qu’impliquait la punition en devenir de Coleen. Haut les cœurs ! Tant que le ciel était bleu et que le soleil brillait, lui…


«Dis, tu crois qu'on peut se baigner dans la rivière?»

Si Dietrich ne s’attendait pas à une question pareille, il n’en parut strictement rien. Il fut cependant heureux de ne pas avoir à y répondre. Les us et coutumes de la capitale étaient parfois un peu tordus, commenta-t-il, avec ces gens-là, il fallait toujours faire compliqué quand on pouvait faire simple. Une rivière, c’était fait pour se baigner, pour laver et boire. Enfin, il y avait bien quelque règle logique qui déterminait où vous deviez le faire, mais c’était bien tout ce qui était nécessaire. Laver des vêtements dans de l’eau où des individus avaient fait trempette puis la boire, c’était pas le top du top question hygiène, mais tant qu’on se débrouillait pour aller dans le sens du courant, il ne devait pas y avoir de souci.
Ca, c’était la logique. Pour les convenances, il préférait s’en remettre à leur ami aux yeux verts –pas à lui-même, à l’autre, Armand. Quoique, ce n’était pas très utile de le préciser, étant donné qu’il n’était pas son propre ami. La solitude ne lui pesait pas à ce point-là…


« On peut, j'imagine, mais à cette époque de l'année, ce n'est pas très conseillé. »

A son tour, le Neko aux cheveux clairs fronça les sourcils. Et pourquoi ? Il ne faisait pas très chaud, d’accord, mais pas au point de geler sur place. Ce qu’ils pouvaient être douillets, tous ! Leurs hivers étaient doux, et ils s’exclamaient, s’indignaient des gelées, de la moindre petite chute de neige. Se rendaient-ils compte, les bougres, que l’on survivait encore dix voire vingt degrés plus bas, dans des tempêtes durant plus qu’une nuit ? Il prit néanmoins le fait avec philosophie et désinvolture, se contentant d’un simple haussement d’épaule évasif. Ce devait être une habitude à prendre, voilà tout. Lui avait ce pli, les autres pas. Tiens, se questionna-t-il, neigeait-il souvent avant, chez les elfes ? Neigeait-il tout court sur une île si lointaine ? Un monde sans cette fine poudre blanche ne lui paraissait pas…, tangible, réel. Ce devait être possible. Mais pas imaginable pour qui a passé sa vie là où lui l’avait passée ! Une fois de plus, la réalité dépassait la fiction.

« Bah, lâcha-t-il, il fait pas si froid que ça non plus ! Hm, j’irais pas me baigner, parce que je veux pas rentrer trempé, et devoir me changer, et tout. Tu veux y aller, Coleen, peut-être ? Moi, je veux juste jeter Armand dedans. »

Il avait, en prononçant ces quelques mots, coulé un regard au rouquin. Taquiner les autres, ça ne faisait pas mort d’homme.

« Je préfère manger les humains dans un bain-marie, vous voyez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Jeu 10 Nov - 19:21

{Oh oh oh! Me voilà à jour avec ce poste, lalalala~♫

C'est fou comme vous avez l'air fières d'avoir posté, des fois... A croire que c'était trop une épreuve, quoi!XDD}



Pour sûr, sa question était existentielle. Parce que si ça n'avait tenu qu'à lui et qu'il ne lui était pas resté, enfoui au fond de lui, un minimum de savoir-vivre, il aurait été patauger sur le champ. Il aimait l'eau, adorait l'eau, aimait nager et tout ce qui s'y rapportait. Ce que ça pouvait lui manquer! D'accord, la rivière n'avait rien à voir avec la mer. Mais c'était déjà un bon début, et puis il n'avait pas besoin de grand chose pour se mettre de bonne humeur. Ne serait-ce que regarder l'eau onduler l'emplissait d'une douce mélancolie qu'il n'aurait su expliquer avec des mots. Comment les humains faisaient-ils pour vivre entourés de terre, de terre et encore de terre? S'ils avaient vécu près de l'océan, ils se seraient bien rendus compte de ce qu'ils avaient ratés jusque là! Les embruns, les vagues, l'odeur salée... Il lui suffisait de fermer les yeux pour être à nouveau chez lui. Il pouvait observer le ciel bleu au-dessus de son île. Entendre, au loin, le bruit des vagues qui s'écrasent sur la côte. Avec le temps, il craignait que ces souvenirs ne deviennent plus flous, qu'ils s'effacent petit à petit au profit de ceux qu'il se serait fait ici. Coleen n'était pas du genre à ressasser sans cesse le passé, mais il ne tenait pas à l'oublier non plus. A quoi ça servait de s'amuser s'il ne pouvait pas s'en souvenir après? Uh! Il n'avait pas envie d'oublier qu'un beau jour d'hiver il était allé se promener au lavoir, ni qu'il y avait rencontré un humain et un Neko! Pour empêcher sa mémoire de défaillir, le jeune Elfe n'avait pas recours à un journal intime. Non non. Trop commun et... 'féminin' pour lui, hors de question. Surtout qu'il avait une bien meilleure méthode, qui jusque là avait marché à tous les coups : il rendait chaque jour inoubliable. Ce qui voulait généralement dire qu'il se faisait tuer par sa mère à la fin de la journée, mais peu importe. Preuve en était qu'il aurait pu faire une liste exhaustive de toutes les âneries qu'il avait fait depuis son arrivée à Illea. Et ça en faisait un sacré nombre, autant le dire tout de suite.


S'il devait finir dans l'eau et se détruire les poumons pour avoir un bon souvenir de cette journée, il le ferait. Ça ne faisait absolument aucun doute. Et quand on connaissait Coleen on savait que, chez lui, mentionner quelque chose entrainait invariablement sa réalisation, d'une manière ou d'une autre.

« On peut, j'imagine, mais à cette époque de l'année, ce n'est pas très conseillé. »

Coleen jeta à Armand un regard brillant dès qu'il eut répondu à sa question, visiblement satisfait. Il avait exactement la même expression qu'un enfant à qui on vient de dire 'vas-y, tu peux te servir dans la boite de bonbons'. Et, comme ces mêmes enfants, il ignora presque complètement l'avertissement qui suivit. Pas très conseillé? Ooooh, il n'allait pas geler, non plus! Quoi qu'à la réflexion... Il risquait de geler, si. Avec sa chance, il risquait même d'attraper une maladie grave. Mais avec cette même chance, il s'en sortirait sans la moindre séquelle! Donc pas de soucis. Quand son corps en aurait assez de devoir se défendre, il serait dans les ennuis, et pas qu'un peu. Mais pour l'instant il s'en était toujours remis, et ne pouvait pas imaginer ne serait-ce qu'une seconde que son manque de sérieux pourrait un jour lui coûter plus qu'une courte convalescence. Pourtant et depuis sa naissance, il avait eu maintes et maintes fois la preuve que s'il y avait 'un risque sur mille de' il tomberait sur le risque en question ; c'était à se demander ce qu'il avait dans le crâne.
En tout cas, pour l'instant, il avait bien envie d'aller faire trempette. Ce n'était pas comme s'il comptait nager, non plus... Au pire, son pantalon serait un peu mouillé? Après tout, vu la façon dont il était allongé, il devait déjà être sali. Un peu plus ou un peu moins, aucune importance. Parce que quoi qu'il en soit sa mère semblait avoir le don de seconde vue, et devait déjà se douter de quelque chose. Heureusement, elle avait trop à faire (même s'il ne voyait pas bien quoi) pour se donner la peine d'aller le chercher. Elle chargerait simplement Emelyne de s'accrocher à lui telle une moule à son retour pour éviter qu'il n'aille se changer discrètement. S'il payait sa sœur, peut-être que...

« Bah, il fait pas si froid que ça non plus ! Hm, j’irais pas me baigner, parce que je veux pas rentrer trempé, et devoir me changer, et tout. Tu veux y aller, Coleen, peut-être ? Moi, je veux juste jeter Armand dedans. »

Coleen sourit à pleines dents en entendant Dietrich mentionner l'idée de jeter Armand dans l'eau, peu convaincu. Non, il y avait peu de risques que ça plaise au rouquin, ça. En fait c'était même tout à fait improbable. Il ne connaissait personne, de mémoire, qui aurait accepté d'être jeté dans l'eau. Aller dans l'eau soi-même, peut-être ; s'y faire jeter, sûrement pas. Il se redressa souplement, et passa distraitement ses mains dans son dos pour chasser d'éventuelles poussières – mais comme il n'avait pas de bras extensibles, ce fut plus inutile qu'autre chose. Bien sûr, qu'il avait envie d'aller dans l'eau. Mais lui aussi craignait que devoir se changer et rentrer tremper ne lui attire de sérieux ennuis. Hormis les regards amusés ou apitoyés des gardes, évidemment. Parce que si un jour il rentrait trempé de la tête au pied et qu'ils s'avisaient de rire ou de le regarder trop longuement, il jurait qu'il les serrerait contre lui. A part s'ils faisaient vingt centimètres de plus que lui et avaient l'air relativement plus vieux. Là, il verrait.

« Je préfère manger les humains dans un bain-marie, vous voyez. »

Sur le coup, le blond – qui étirait ses jambes devant lui pour les détendre – s'arrêta net et lança un regard mitigé en direction du Neko. Parce que même s'il avait l'air gentil et inoffensif, il restait un Neko, justement. Et que jusqu'à il y a peu, il pensait encore que c'étaient des bêtes sanguinaires, sans foi ni loi, qui faisaient des humains leur petit-déjeuner, justement. Or pour quelqu'un qui ne réfléchissait que quand on l'y forçait, ce genre de remarques pouvaient vite passer d'ironie à confession.

« Ah? Mais l'eau est froid, répondit-il en fronçant un sourcil, hésitant visiblement entre rire ou s'inquiéter. En plus il n'y a pas assez d'eau, non non non. »

Il se tut une seconde, puis fit un grand sourire en direction d'Armand.

« Et puis je suis sûr qu'Armand n'est pas comestible. Il faudrait qu'il prenne du poids, pour ça! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lanceur de pavés et Nekophile avéré

Féminin Nombre de messages  : 22

Localisation  : Et c'est à quel sujet?u__u
Emploi/loisirs  : Je mets des coups de poings à une peluche. Sans raison, vraiment, ah ah...
Humeur  : Je suis de bonne humeur, TRES bonne humeur. Hmm?^^*

Inscrit depuis le   : 30/06/2010
avatar
Lanceur de pavés et Nekophile avéré


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain.
Arme / Pouvoir  : Ses petits poings (eh oui).

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Ven 2 Déc - 3:17

Armand se demandait tout de même pourquoi Coleen tenait à aller mettre les pieds dans la rivière qui laissait son eau claire refléter les rares rayons du soleil qui parvenaient jusqu'à eux. Il ne faisait pas chaud, et s'il avait le malheur de glisser, il attraperait à coup sûr un bon rhume, ou peut-être même pire. En plus, sa mère ne serait certainement pas contente de voir son fils rentrer dégoulinant et éternuant à n'en plus finir. Armand observa un moment de petits cailloux emportés pat le courant au fond de la rivière, pensif. S'il rentrait trempé, son père s'inquiéterait autant que s'il rentrait coupé de partout, et s'agiterait inutilement en ordonnant à la domestique d'amener sur le champ des serviettes propres. Tout ce remue ménage ferait sans doute rire Axel, qui trouvait tout amusant depuis qu'il savait se lever et marcher sans immédiatement se casser la figure. Raya, la mère de cette dernière et son propre père trouvaient ses pas hésitants adorables, mais lui n'en faisait pas grand cas. Il marchait, oui, et après ? Ça ne changeait la vie de personne, à part celle de la domestique, qui avait encore plus de travail, avec tous les bibelots que ce sale gamin s'amusait à faire tomber en poussant des exclamations ravies. Impossible de faire rentrer un peu de plomb dans la cervelle d'Axel, ça entrait par une oreille et ça ressortait par l'autre. Parfois, Armand était si exaspéré qu'il pensait à vendre son frère à une mère sans enfant qui aurait été heureuse de l'élever. Il aimait son frère, il ne fallait pas croire. Mais l'aîné des fils Delliey était doté d'une patience étonnamment courte, qu'il pensait tenir de sa mère. Quand ça ne filait pas droit immédiatement, il s'énervait.

En général, en compagnie de personnes matures, tout allait pour le mieux. Mais quand ses interlocuteurs étaient des imbéciles possédant une capacité de réflexion aussi profonde que celle de son petit frère, il se trouvait une patience extrêmement diminuée, voir inexistante. Il ne savait pas même combien de temps il allait pouvoir sourire sans que son agacement n'y transparaisse clairement. Ce Neko, en particulier, l'agaçait plus qu'il ne l'aurait cru possible. Rien que son sourire d'idiot l'énervait.

« Bah, il fait pas si froid que ça non plus ! Hm, j’irais pas me baigner, parce que je veux pas rentrer trempé, et devoir me changer, et tout. Tu veux y aller, Coleen, peut-être ? Moi, je veux juste jeter Armand dedans. »

Quand on parle du loup... Se tournant à demi vers Dietrich, Armand lui adressa en retour un regard courroucé, accentué par un joli froncement de sourcils. Le jeter dans l'eau ? Merci bien, pensa le rouquin, fâché, mais il ne comptait pas attraper la pneumonie ou autre maladie peu sympathique de ce genre. Il n'était pas fragile, mais il n'était pas très résistant non plus. Quitte à vivre, autant vivre longtemps, et pas mourir avant d'avoir pu connaitre un maximum de choses. En l'occurrence, Armand ne comptait pas mourir avant d'avoir vu un fantôme de ses propres yeux; C'était une expérience terrifiante qu'il aurait voulu vivre cent fois avant de devoir lui-même rendre l'âme. Coleen se releva, passant ses mains derrière son dos pour en chasser vainement la poussière, et l'Humain aux yeux verts se demanda s'il comptait vraiment mettre ses pieds dans l'eau froide.

« Je préfère manger les humains dans un bain-marie, vous voyez. »

Bien sûr. Armand leva les yeux au ciel, l'espace d'un instant, avant de déporter de nouveau son regard vers l'Elfe aux cheveux dorés, toujours intrigué par la suite de ses actions. Si Dietrich comptait prendre pour dîner un Humain, il avait tout intérêt à le faire discrètement et sans témoins. La cannibalisme n'était, de ce qu'il en savait, pas autorisé dans le beau pays d'Illea, et si techniquement il n'était pas de la même espèce que le Neko, le Prince ne s'embêterait certainement pas à saisir la nuance. Manger ses semblables était interdit, voilà. Il n'empêche, ça restait une plaisanterie de mauvais goût. Décidément...

« Ah? Mais l'eau est froid. En plus il n'y a pas assez d'eau, non non non. »

Ce à quoi Coleen ajouta, avec tout l'humour dont il devait être capable, qu'il n'était pas comestible, car il faudrait qu'il prenne du poids pour ça. Armand lui renvoya un sourire emplit d'ironie, avant de hausser ses épaules. Il ne se jugeait pas trop mince, mais d'un poids parfaitement idéal pour sa taille. On lui avait souvent fait remarquer qu'il était bien mince, pour un garçon, mais il n'en avait cure. S'il se trouvait bien, et tant que ça ne mettait pas sa santé en danger, les autres n'avaient rien à y redire.

« Prendre du poids? Je ne pense pas. Je suis très bien comme je suis. De toute façon, manger les autres est interdit, vous savez ? »

Il laissa s'écouler un instant, avant de reprendre, décidé à ne pas se laisser faire sans répliquer:

« Je pense, par contre, que toi et Dietrich devriez en perdre. Mais si ça vous convient, personne n'y peur rien. »

Ses deux interlocuteurs n'étaient pas gros, loin de là, Armand le savait. Mais il avait le besoin pressant d'être acide, tant les piques des jeunes gens à ses côtés l'agaçaient. Armand n'était pas sans humour, c'était faux, il appréciait même beaucoup les bonnes plaisanteries. Mais sa susceptibilité était telle que dès que les plaisanteries le touchaient, il ne les trouvaient plus drôles du tout.

[C'est toute une épreuve de RP avec Armand, ne te moque pas de moi! Mais je l'ai fait, comme toujours.|D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko déchu, Jardinier

Masculin Nombre de messages  : 12

Localisation  : Dans les jardins!^^
Emploi/loisirs  : Ca dépend. Je travaille, enfin... Un papillon!^^~
Humeur  : Ca va, ça va!^^

Inscrit depuis le   : 27/06/2010
avatar
Neko déchu, Jardinier


Feuille de personnage
Age: 17 ans
Race: Neko
Arme / Pouvoir  : Couteaux

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Sam 24 Déc - 16:45

[Et moi j'ai RP avec Diet'.8D
J'en suis fière, ouuaip. C'est qu'c'pas toujours facile, tu vois... Cool
Posté ! ]



Manger les Humains, c’était une chose qui, tout de même, ne lui était jamais sérieusement passée par la tête. Eh bien quoi ! Ça aurait été vraiment stupide de faire un truc pareil et, étonnamment, il restait au jeune homme assez de sens commun pour qu’il s’en rendît compte –quoiqu’il fût vrai qu’une telle constatation ne requérait pas non plus des trésors de lucidité, rien en tout cas qui ne fut à la portée du premier quidam venu et, par extension, de Dietrich. N’aurait-il pas eu de sérieux ennuis avec la justice, s’il avait agi ainsi ? Sûrement, se dit-il, même s’il ne s’était jamais penché sur la question. Pertinente pourtant, à se demander pourquoi elle ne lui avait pas effleuré l’esprit avant ce jour. Le tout était de ne pas se faire prendre pour ne pas être embêté ; comme on le dit si bien, « pas vu pas pris ». Cela dit, il eût encore fallu qu’il trouvât quelque bonne raison de manger un Humain, ce qui à ses yeux devait être tout de même un peu compliqué. Pas qu’une raison ai jamais été quelque chose d’indispensable à Nikolaus, qui s’en passait allègrement plus qu’à son tour. Mais pour les mauvaises actions, c’était une autre paire de manche. Il y avait une différence entre suivre un papillon pour rien du tout et dévorer quelqu’un d’autre juste « comme ça », il ne le savait que trop bien ! Il y en avait un qui poserait à priori plus de cas de conscience que l’autre –à priori seulement parce que, n’ayant jamais essayé, impossible de l’affirmer avec certitude. Enfin, n’ayant jamais mangé personne, parce que suivre des oiseaux, regarder une chenille ou poursuivre un papillon, il l’avait déjà fait un millier de fois et très honnêtement, le seul léger problème qu’il avait était de finir après ça son travail en temps et en heure. Mais, quoi, il se débrouillait, alors tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ou presque, mais il fallait reconnaitre qu’à sa décharge, ces petites bêtes venaient toujours voleter près des fleurs dont il s’occupait, comme si elles l’avaient fait exprès. Alors que lui tentait de leur aménager un bel endroit pour vivre, elles venaient l’embêter et le distraire de sa tâche ! C’était pas le top du top de la sympathie. Même si objectivement, un papillon ou une coccinelle n’avaient peut-être pas pour principe de l’être, gentils il entendait. Ou sans doute qu’à l’instar des Hommes, ils étaient un peu bêtes et ne comprenaient pas tout, ces insectes : ils devaient œuvrer en secret pour la destruction des jardins. A moins qu’ils n’eurent fait que le remercier avec un joli balai –ou ballet ? Un des deux à coup sûr, mais de là à savoir lequel…, Quelle idée de les faire sonner pareil ! Ils n’avaient même pas un sens proche, alors la faute n’en devenait que plus grave ! Ou pas vraiment « grave », se corrigea-t-il, ni même « ennuyeuse » dans la mesure où, premièrement, il ne l’avait jamais écrit, mais qu’en plus de ça, et cela constituait donc son tant attendu deuxième point, il ne l’avait jamais écrit à quelqu’un sur qui il aurait voulu faire impression et si ç’avait été le cas, le Neko aurait vérifié l’orthographe au préalable.

Et puis de toute façon, il arrivait que ses lettres aient de drôles de formes sans qu’il puisse se l’expliquer et que le relire devienne une torture –plus le temps passait et plus il s’améliorait, mais il fallait bien lui céder ça : s’il parlait beaucoup, il n’écrivait que peu, faute d’occasions de le faire. Et qui serait allé parler de balai, ou de ballet d’ailleurs, pour impressionner un tierce ? Non, c’était vraiment trop stupide ! Pour ce à quoi ça aurait servi…, quoiqu’il devait falloir une certaine habileté dans le discours pour ramener sans en avoir l’air un sujet pareil.

… Et dans tout ça, les Humains…, les Humains quoi, déjà ? Le blond tenta un rare et vain effort de mémoire qui se solda par un long silence de la part de sa pensée. Zut, lâcha-t-il à mi-voix pour lui-même sans trop s’en préoccuper, il allait devoir composer. Ils parlaient de papillons, non… ?


« Ah? Mais l'eau est froid. En plus il n'y a pas assez d'eau, non non non. »

Dietrich opina du chef, de toute évidence un peu perdu. Ce qu’il avait dû en faire, du chemin, pour en arriver là ! L’eau était froide, d’accord. Quant à ce qu’il n’y en ai pas assez…, il se demandait bien pour quoi faire. Pour laver les vêtements, si. Pour aller un peu dedans aussi. Pour arroser quelqu’un, il y en avait toujours suffisamment pourvu qu’on dispose d’un peu de volonté et d’imagination. Alors, pour quoi faire n’y aurait-il diable pas eu assez d’eau ? Pris par ces quelques questionnements capitaux plus que par peur de répondre à côté –ça, on finissait par s’y faire, pas vrai ? C’était pas non plus la mort– il n’ajouta rien, se contentant d’un bref froncement de sourcils lorsque Coleen décréta de but en blanc que « Her, toi » ne devait pas être comestible.

« Prendre du poids? Je ne pense pas. Je suis très bien comme je suis. De toute façon, manger les autres est interdit, vous savez ? »

Bien sûr, manger les Humains ! Voilà ce dont ils parlaient ! Pauvre imbécile, songea Nikolaus, tu ferais mieux de faire un peu attention parce que, entre des insectes et le cannibalisme, y a quand même de la marge. Sauf évidemment s’il parlait d’un insecte cannibale mais ce qui se rappelait à son souvenir de ses précédentes errances spirituelles relevait plutôt de la coccinelle danseuse de balai destructrice de capacité de concentration, travaillant pour un organisme secret qui devait inclure de belles fautes d’orthographe qui ne s’entendaient pas mais se voyaient.

Eh bien. Au moins, il savait que manger les autres était interdit, maintenant –il le savait déjà avant mais avoir confirmation de ci ou ça n’était jamais une mauvaise chose.

« Je pense, par contre, que toi et Dietrich devriez en perdre. Mais si ça vous convient, personne n'y peut rien. »

Dietrich haussa les sourcils et se fit l’étonnement même l’espace d’une seconde, jetant des regards scandalisés tantôt à Coleen, tantôt à Armand. Mais il n’était pas gros ! Tout juste avait-il pris un peu de poids depuis son arrivée à Illea, mais il fallait le comprendre : on mangeait bien, ici. Un des nombreux bons côtés de l’endroit à la vérité…, et l’autre blond n’avait pas plus à se plaindre que lui à ce niveau-là : il était mince et élancé, voilà. Le Neko était toutefois habitué aux remarques sur son apparence : chez lui on le trouvait beaucoup trop grand, ici on avait décrété que ses yeux, ses oreilles et sa queue étaient dignes de remontrances et apparemment, il était trop gros. Il ne s’en formalisa pas et mit de suite ces paroles sur le compte d’une ironie piquante qu’il aimait bien et dont le rouquin ne semblait pas dépourvu. Parfait !

Oh, quel idiot, se sermonna-t-il soudainement. C’était au château, « chez lui ».


« Justement, je vais faire un régime et les petits garçons comme toi, lâcha-t-il avec un sourire d’imbécile heureux, ça doit pas être trop calorique ! »

Puis il se tourna vers Coleen, résistant difficilement à l’envie de le pousser dans l’eau puisque ce dernier s’était relevé.

« A l’abordage ! »

N’y résistant pas du tout, même. Il poussa l’Elfe dans le dos. Le meilleur moyen de se débarrasser de la tentation n’était-il pas d’y céder, dans le fond ? tenta-t-il de se justifier. Le vérité était qu’il voulait juste s’amuser et ne prenait pas en compte ce qu’en pouvaient dire les autres. Advienne que pourra, après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Lun 23 Jan - 18:07

{Moi j'ai aucun problème avec Coleen, ahahaha. C'est plus une formalité qu'autre chose, comparé à d'autres dont je ne citerais pas le nom...|D

Et donc j'ai RP avec Colchique! Et voilà. C'est merveilleux, on gère.8D}




« Prendre du poids? Je ne pense pas. Je suis très bien comme je suis. De toute façon, manger les autres est interdit, vous savez ? »

Non, vraiment ? En entendant cela, Coleen acquiesça un peu bêtement. Il ne comptait pas insister pour ce qui était de son poids – s'il se trouvait bien, alors tout allait pour le mieux – et jugea qu'il était inutile de préciser à voix haute que oui, il le savait. Armand n'avait pas l'air fâché, mais il n'avait pas envie de pousser la plaisanterie au point où il ne supporterait plus d'entendre sa voix. Se faire détester des autres n'était pas une expérience amusante, loin de là ; de fait, il faisait de son mieux pour éviter de se faire haïr. Ça ne marchait pas toujours, d'accord, mais au moins il essayait ! Ce n'était tout de même pas de sa faute si sa bonne humeur et son excès d'énergie avaient tendance à taper sur les nerfs de certains. Ils n'avaient pas qu'à être à ce point rabat-joie et susceptible, aussi... Parfois, c'était tout juste s'ils savaient rire. Le jeune Elfe avait attribué ce manque d'entrain aux adultes et de fait, chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un de son âge silencieux ou grognon, ses yeux s'écarquillaient de surprise. Pour lui la norme était de sauter partout et de faire des blagues stupides, pas de s’asseoir dans un coin et de boire une boisson à priori immonde. Selon ses critères, Dietrich était donc quelqu'un de tout à fait normal ; Armand, un peu moins. Il était un peu trop pragmatique à son goût – et c'était une raison suffisante pour vouloir le jeter dans l'eau ou le taquiner. Il fallait absolument qu'il sourit ou qu'il rit, il s'en faisait une mission. Et en bon jeune homme bien élevé, il respectait toujours ses engagements. Quoi qu'il y en avait quelque-uns qui avaient dû passer à la trappe à bien y réfléchir... Mais tant qu'ils ne constituaient pas la majorité, ça n'avait aucune sorte d'importance. L'important était qu'il n'avait pas le droit de manger d'autres personnes (même s'il n'avait jamais sérieusement penser à le faire, en fait) et qu'Armand n'était ni gros ni maigre mais 'très bien comme ça.'
Mmmmh. Il maintenait que le rouquin n'était quand même pas bien gros. Enfin, aucun d'eux ne l'était, en même temps. Gros. Peut-être que s'il mangeait un peu plus il aurait pris du poids, mais ça ne l'intéressait pas franchement. Parce que bon, en toute honnêteté …

« Je pense, par contre, que toi et Dietrich devriez en perdre. Mais si ça vous convient, personne n'y peur rien. »

Her ? Non ! Coleen jeta un regard scandalisé à l'humain qui venait de le contredire sans même le savoir – à moins qu'il ne lise dans les pensées mais ça, il en doutait. Il regarda brièvement Dietrich, comme pour vérifier qu'il ne s'était pas trompé et que personne n'était gros ici, et tira très gracieusement la langue à Armand. Rien de méchant dans son geste, cela dit. Ça l'aurait touché s'il avait été susceptible ou qu'il avait eu des doutes au sujet de sa corpulence, sûrement ; mais il avait toujours su faire preuve d'auto-dérision et, de mémoire, s'était toujours senti bien dans sa peau. Et puis il ne se serait jamais laissé devenir ne serait-ce qu'un peu rond, il ne trouvait vraiment pas ça esthétique. Sur une fille, il admettait que de jolies formes pouvaient être jolies, justement. Mais pas sur un garçon. Sans compter que ça ne devait pas être pratique, dans la vie de tout les jours. Lui qui aimait tellement courir et se dépenser, ça aurait bien été le comble qu'il devienne trop lourd pour ça. Manier une arme aussi, serait devenu compliqué … En bref, il se serait retrouvé dans de sacrés ennuis, privé de toutes les activités qu'il préférait. Inimaginable. Le jeune homme songea à expliquer tout ça à ses camarades de discussion, mais son attention fut heureusement détourné par le Neko aux yeux verts. Qui se priva donc sans s'en rendre compte de remarques aussi profonde qu'inintéressantes, puisque Coleen était trop occupé à l'écouter et à comprendre ce qu'il disait pour discourir. Une chose à la fois, toujours. Faire plusieurs choses en même temps était un privilège typiquement féminin qu'il n'avait jamais su adopter, à son grand dam.

« Justement, je vais faire un régime et les petits garçons comme toi, ça doit pas être trop calorique ! »

Ou le retour du cannibalisme. Heureusement que personne n'était dans les parages : ils auraient pu mal interpréter et penser qu'ils faisaient une sorte de réunion de cannibales, ou quelque chose dans ce goût-là. C’était bien le moment de parler de goût, tiens. La remarque arracha tout de même un rire amusé à Coleen, de trop bonne humeur pour penser à des choses aussi négatives que son avenir proche dans un cachot froid et humide sur des accusations erronées.
Et il aurait sûrement répliqué quelque chose si le dangereux mangeur d'homme n'avait pas choisi ce moment pour le pousser, lui arrachant un glapissement surpris. Ce qui, malgré son équilibre légendaire, le fit basculer sans plus de cérémonie pour saluer l'eau de la rivière de plus près. Ah ça, aucun problème : il la voyait parfaitement, maintenant. Il la sentait, aussi. Connaissant sa malchance chronique en la matière il craignit un instant de s'être fait mal quelque part lors de sa brève chute, mais apparemment tout allait bien. L'Elfe se redressa sur ses pieds et, les yeux agrandis par l'incrédulité, secoua vaguement ses manches trempées. Sa chemise collait désagréablement à sa peau et sa veste semblait peser plus lourd sur ses épaules, sans parler de son pantalon ou de ses bottes. Bon. Il allait se faire tuer. Et vu le vent frais qui soufflait dans ses cheveux mouillées, il allait sûrement attraper un rhume. Tant pis !

« Je suis trempéééé, geignit-il en continuant d'agiter vainement ses manches dans le vide. T'es vraiment cruel, Dietrich ! »

Un sourire étira ses lèvres et, après s'être convenablement approché des deux garçons toujours debout sur l'édifice en bois, il leur tendit sa main droite.

« Allez, aidez moiii. Je vais jamais réussir à remonter, sinon !»


Bien sûr, que si quelqu'un attrapait sa main il allait le tirer dans l'eau. Son ton de voix, sa façon agaçante d'allonger les voyelles ou même son sourire innocent le trahissaient aussi sûrement qu'un aveu. Comme s'ils pouvaient s'en sortir comme ça ! Quoi qu'ils fassent, ils finiraient trempés. Qu'il les tire dedans, remonte pour les pousser ou attende qu'ils se poussent entre eux, ils finiraient dans l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lanceur de pavés et Nekophile avéré

Féminin Nombre de messages  : 22

Localisation  : Et c'est à quel sujet?u__u
Emploi/loisirs  : Je mets des coups de poings à une peluche. Sans raison, vraiment, ah ah...
Humeur  : Je suis de bonne humeur, TRES bonne humeur. Hmm?^^*

Inscrit depuis le   : 30/06/2010
avatar
Lanceur de pavés et Nekophile avéré


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain.
Arme / Pouvoir  : Ses petits poings (eh oui).

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Sam 25 Fév - 20:16

Ça y était, s'exclama mentalement Armand, il venait de mettre le doigt sur la raison qui le poussait à vouloir démembrer Dietrich sur le champ. Ces sourires idiots, ces remarques stupides qui sonnaient parfois mesquines, cet humour qui à ses yeux n'avait d'humour que le nom... Ça lui rappelait un peu trop ses maudits cousins. Ah. Rien que d'y penser, il avait envie de faire demi-tour et quitter cet endroit au plus vite, histoire de s'éclaircir les idées. Coleen n'était d'ailleurs pas logé à meilleure enseigne que le Neko, ses paroles lui paraissaient seulement un peu moins stupides. Et il avait l'air moins idiot. Juste un peu moins, cependant, il insistait: Le roux pensait fermement être tombé sur deux crétins pour qui patauger dans l'eau et embêter les autres était le summum de l'amusement. Qu'est-ce qu'ils pouvaient être immatures ! Pensa-t-il, excédé, alors que deux pairs d'yeux scandalisées convergeaient vers lui suite à sa dernière remarque. Il se contenta de hausser les épaules, indifférent, du moins jusqu'à ce que Coleen ne lui tire la langue. Là, il du faire preuve d'une immense maîtrise de lui-même pour ne pas violemment le jeter à l'eau. On faisait souvent la remarque à Armand qu'il était trop violent et piquait des crises de colère exagérées: Et c'était vrai. Même lui avouait que sa patience était, comment dire... Limitée. Mais là, il fallait le comprendre ! C'était n'importe quoi ! Enfin, comme Coleen et Dietrich semblaient ainsi faits, légèrement débiles, il allait devoir composer avec. Calme toi, s'intima-t-il, le frapper ou le pousser dans l'eau ne servirait à rien. Certes, ce serait une grande satisfaction, et tu te sentirais sûrement mieux après l'avoir fait. Mais à long terme, est-ce que cela t'apportera quelque chose ? Non, conclut-il. Il fallait savoir voir les choses à long terme. Ce n'était, de plus, l'histoire que de quelques minutes, le temps que la conversation s'éteigne et qu'ils repartent chacun de leur côté. Oui, tenir jusque là ne devait pas être trop compliqué.

« Justement, je vais faire un régime et les petits garçons comme toi, ça doit pas être trop calorique ! »

Petit garçon ? Qui traitait-il de petit garçon, au juste ? Le visage d'Armand se figea dans une expression vexée mais digne. Son père lui répétait qu'il était plus aisé de laisser couler sur nous les remarques sans les relever. Seulement, il ne semblait pas comprendre que le caractère de son fils ainé ne lui permettait pas un tel exploit. Dès qu'on lui lançait une pique, le jeune humain aux yeux verts la saisissait en plein vol, dans l'optique de la renvoyer à son interlocuteur avec encore plus de violence. Il n'y avait guère qu'avec sa famille et ses amis qu'il acceptait qu'on se moque gentiment de lui. Sans doute prenait-il tout trop à cœur... Il savait qu'il était gentil pourtant. Quand tout allait bien, il était discret. Mais dès qu'on le provoquait un peu, la chanson changeait. Dietrich et son sourire d'imbécile heureux l'énervait. S'il avait été calme et posé, ils auraient pu s'entendre ! Cette pensée l'attrista un peu. Il n'avait rien d'une personne qui aimait être mise à l'écart ou se faire des ennemis. Ils aimait bien la compagnie des autres, mais si c'était pur hurler des inepties toutes les deux secondes, il...

« A l’abordage ! »

Woah ! La passerelle de bois trembla sous ses pieds, et Armand fit un pas en arrière par réflexe, ses yeux verts grand ouverts fixant avec incrédulité l'Elfe qui avait atterri dans la rivière. Suite à quoi il lança un regard courroucé à Dietrich, qui devait sûrement se trouver très drôle. Il était malade, celui-là ! Il ne faisait pas chaud, Coleen, ainsi trempé, risquait d'attraper un rhume ! Ou pire encore... Le jeune homme aux cheveux dorés se redressa dans l'eau, dégoulinant de la tête aux pieds. Voir qu'il n'avait rien rassura malgré tout Armand, qui comme il l'avait dit n'était pas un sadique qui prenait son plaisir dans les larmes ou le malheur des autres.

« Je suis trempéééé. T'es vraiment cruel, Dietrich ! »

Oh ça oui. Armand acquiesça dans le vide, ses yeux toujours posés sur le seul Neko de la bande. Cela pouvait paraître hypocrite de sa part, lui qui avait du se retenir de faire de même quelques instants plus tôt, mais entre la pensée et l'acte, il y avait tout un monde. Un monde qu'Armand n'avait pas franchi, et Dietrich si. Il était donc tout à fait légitime qu'il lui en veuille, à ce malade cannibale définitivement infréquentable. S'approchant d'eux après avoir vainement secoué ses manches mouillées, Coleen leur tendit la main avec un sourire trop grand pour être honnête, et un ton de voix qui donna envie au plus jeune de faire demi-tour sur le champ. L'aider à remonter, bien entendu. Premièrement, il pouvait le faire seul et deuxièmement, Armand était persuadé que ce n'était qu'un piège pour les mettre eux aussi à l'eau. Or, comme Armand n'avait aucune envie de rentrer mouillé chez lui...

« Sûrement pas, et pour appuyer sa décision il croisa les bras, tu peux remonter tout seul. Et puis je suis sûr que tu vas mettre à l'eau celui qui t'aidera. »

Puis se tournant vers Dietrich, il le fusilla littéralement du regard. Il aurait bien aimé, sur le coup, être capable de tuer quelqu'un rien qu'en le regardant.

« Et si toi tu t'approches de moi, tu es mort. »

Menace stupide s'il en était, mais c'était toujours mieux que rien. Évidemment qu'il ne le tuerait pas s'il l'approchait... Mais il essayerait. Ça il le jurait.

[J'ai du mal à RP avec Armand car c'est une petite chose adorable mais qui a des pensées violentes. Quoi que là ça allait.8D

J'ai comme l'impression que ça va se finir dans la rivière tout ça!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko déchu, Jardinier

Masculin Nombre de messages  : 12

Localisation  : Dans les jardins!^^
Emploi/loisirs  : Ca dépend. Je travaille, enfin... Un papillon!^^~
Humeur  : Ca va, ça va!^^

Inscrit depuis le   : 27/06/2010
avatar
Neko déchu, Jardinier


Feuille de personnage
Age: 17 ans
Race: Neko
Arme / Pouvoir  : Couteaux

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Dim 6 Mai - 12:55

[Okay. OKAY, d'accord, voilà, je bats des records d'inacticité. ET ALORS ? Pour ma défense, j'étais sûre de l'avoir posté, celui-là, preuve à l'appuis, il était fait.XD
Posté.]



Le pauvre Coleen n’avait absolument rien fait pour mériter un sort pareil ; et pourtant, c’est sans le moindre état d’âme que Dietrich l’avait, cruellement, poussé à l’eau. Le sourire aux lèvres, il contemplait son œuvre avec un évident contentement qui, à n’en point douter, en aurait agacé plus d’un. Là où d’autres auraient à sa place vu un problème, lui ne voyait qu’une longue, interminable liste de solutions et d’occasions à ne manquer sous aucun prétexte. Que ce type, riche de surcroît et qu’il connaissait à peine, soit trempé par sa faute ? Eh bien ! soit. Qu’il le soit, puisque de toute évidence il ne lui en serait pas tenu rigueur, à lui. Et quand bien même ç’aurait été le cas, qu’aurait-on pu lui faire ? Le chef d’accusation n’était pas si grand que la peine encourue eût justifié qu’il ne s’amusât pas aux dépens de son interlocuteur comme il venait de le faire. Nikolaus était donc particulièrement fier de lui, et le serait sans doute longtemps encore ; jusqu’à ce que cette mésaventure lui sorte de la tête, à la vérité. Rien n’y restait jamais pour une vie, se répétait-il à loisir, on aurait bien le temps de jeter un coup d’œil sur son passé dans ses vieux jours, quand on n’aurait plus rien d’autre à faire. Jusque-là, autant reléguer toutes ces bêtises aux archives, revenir les chercher en temps et en heure. Cela dit, il suffisait de le regarder pour se rendre compte qu’il n’en conservait aucune trace, tout bonnement aucune : il ne rangeait rien, mais perdait. Et quand il ne perdait pas, il effaçait. Il n’y pensait jamais.

A l’instant à vrai dire, son esprit était tout à la satisfaction intense d’avoir concrétisé ce qui le titillait depuis un moment déjà –depuis qu’il avait mis les pieds sur cette planche de bois, précisa-t-il pour lui-même, l’avançant comme qui avancerait une sorte d’excuse minable, n’ayant guère mieux à proposer. Les traits de l’elfe étaient tirés en une tout autre expression : oh, allez ! Ils auraient bien dû s’en douter, tous, c’était tellement…, tellement évident, qu’il allait l’y pousser ! On ne reste pas près d’un arbre lorsque tombe la foudre, déclama intérieurement l’imbécile heureux avec une solennité, une emphase ridicule, on ne reste pas près de Dietrich Nikolaus lorsqu’il y a de l’eau à côté. Point final. Le chêne finissait par vous tomber dessus ou vous finissiez trempé : dans les faits, il n’y avait pas d’autre alternative envisageable. La fatalité, tout ça, lâcha-t-il. Pas ma faute, j’y peux rien si je l’ai balancé là ! C’était, comment dire, plus fort que moi. Il ne nota en revanche pas à quel point il entretenait sa faiblesse sur un tel point ; sa crédibilité en serait partie en fumée en moins de temps qu’il n’en aurait fallu pour le dire.

Son sourire ne fit que s’agrandir alors que Coleen agitait ses bras dans le vide : quelle tête épique, vraiment ! S’il avait pu le dessiner quelque part, ah ! Mais il ne savait pas dessiner –bon, on ne lui avait jamais demandé de savoir le faire non plus, pas de quoi en faire un fromage, mais sur le coup il se rendit compte que cette lacune pouvait poser problème de loin en loin. Enfin, à supposer que le blond ait accepté de prendre la pose ou que sa propre mémoire eût été infaillible –ce qu’elle n’était, rappelons-nous, absolument pas, et question fromage elle aurait été un gruyère et encore, très troué, ledit gruyère. Lui n’aurait pas payé pour un truc avec aussi peu de nourriture dessus ; Dietrich songea que de lui et des fromagers, les plus cruels et perfides étaient les seconds : non seulement ils attendaient que tout pourrisse, mais en plus ils trouvaient des astuces stupides –comme des trous percés dedans– pour faire des économies sur le dos des clients ! A moins que ce ne fut des vers ou des traces de moisi ou naturel ou bon pour l’aération ou des offrandes à un dieu ou une coutume bizarre des gens d’ici ou une croyance populaire ou rien du tout ou, ou…

Les fromages, donc ? Ils n’avaient pas tous de trous et n’étaient pas tous bons, mais sentaient invariablement mauvais. Comme aucuns d’eux trois ne refoulait sérieusement, ni n’était destiné à finir en ragoût ou n’était troué, le Neko resta pantois : le rapport entre tout ça et du gruyère, s’il vous plait ? Il jeta un instant un regard un peu perdu à ses deux interlocuteurs, vaguement largué par son propre cerveau –impensable, un organe aussi stupide !–, dont il n’aurait du reste pas déploré la perte. Sans chercher à plus raccorder les wagons, il reprit le cours de la conversation comme si de rien n’était, bon gré mal gré, jurant qu’on ne le prendrait plus à d’aussi accessoires raisonnements :



« Allez, aidez moiii. Je vais jamais réussir à remonter, déclara Coleen avec un sourire qui ne disait rien qui vaille, sinon !»

Une moue dubitative chassa soudainement toute autre expression du faciès de Nikolaus. Ill avait beau être serviable à en mourir, là, il n’était pas si sûr que l’idée fût d’or… Se retrouver à l’eau à son tour ne le tentait pas outre mesure et, quoi que ce genre de belles ironies du sort l’amusât follement d’ordinaire, il constituait une autre paire de manche quand il menaçait de s’abattre sur sa personne. Le laisserait-on seulement rentrer s’il se présentait aux portes du château dans un état pareil ? Rien n’était moins certain. Hors, passer la nuit dehors, mouillé de surcroît… Pas l’idée du siècle, là non plus. Il esquissa donc un pas en arrière.

« Sûrement pas, tu peux remonter tout seul. Et puis je suis sûr que tu vas mettre à l'eau celui qui t'aidera. »

Dietrich hocha la tête avec conviction. Oui, c’était une certitude : il les jetterait à l’eau sans pitié ! Pas que lui-même en ait éprouvé des masses et des masses, du reste. Mais tout de même, ça n’enlevait rien à la cruauté de l’acte… Et puis, zut : il n’aurait qu’à y pousser Armand et ils s’aideraient mutuellement à remonter, rien de plus simple au monde ! L’humain aux yeux verts sembla pourtant lire dans son esprit –ce qui ne manqua évidemment pas de lui glacer les sangs l’espace d’une seconde, déchiffrait-il réellement ses pensées ou était-il donc si prévisible ?– et lui prodigua quelque aimable conseil fort avisé pour rallonger sa propre espérance de vie. D’abord les yeux écarquillés, Dietrich ne tarda pas à se reprendre et répondit, une moue presque déçue placardée sur son visage :

« Mais, faut pas être aussi…, aussi sec, quoi, c’est drôle ! Désolé, hein, lâcha-t-il ensuite à Coleen, paumes en avant, j’ai pas pu faire autrement, tu sais, c’était, euh… Physique, presque ! »

Encore fier de ce qu’il pensa sur le coup être du génie en matière de jeu de mot, il se permit un sourire victorieux avant de reprendre :

« Mais les Elfes ça aime l’eau, y a pas de lézard, donc ! Tu veux rester barboter encore un peu ? Tu veux que je t’envoie Armand ? Avec ses petits bras tout frêles, regard à l’intéressé, retour à son interlocuteur du moment, ça devrait pas être un gros problème ! »

Brève hésitation avant de continuer, cette fois-ci :

« Pardon, quelqu’un aurait pas parlé de fromage tout à l’heure ? »

Juste histoire de se rassurer sur sa propre santé mentale, se répéta-t-il. Parce que bon, quand même, hein…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Mar 29 Mai - 17:25

{ MCDM oublie de poster les trucs qu'elle a déjà écrit, on aura tout vu. Tsk tsk. 8D

OH OUI ça va finir dans la rivière vous allez voir ça. Comme ça Dietrich sera obligé de dormir chez Armand et, oh oh... Cool /PIANO/ }



Être malade ou ne pas l'être ; telle est la question. Et si Coleen ne se la posait actuellement pas, c'était uniquement parce qu'il était trop insouciant pour ça. L'idée lui était passée par la tête, avait été considérée pendant peut-être dix secondes et jetée aux oubliettes sans plus de cérémonie. De toute façon, il n'y pouvait pas grand chose... S'il se mettait à éternuer et avait de la fièvre, eh bien il éternuerait et aurait de la fièvre. Ça n'allait pas le tuer, de toute façon ! Et puis il avait pris l'habitude. Tomber malade ou faire une mauvaise chute trouvait toujours une fin heureuse, pour lui. Tant et tant que, au final, il ne s'en inquiétait plus. Ça risquait de lui jouer un mauvais tour un jour ; mais ça non plus, il n'était pas en mesure de s'en rendre compte. Il avait de la chance dans son malheur, ça n'avait jamais raté et c'était bien tout ce qui comptait.
Raison pour laquelle, malgré les regards mitigés de ses nouveaux amis quant-à sa demande, il ne songea pas un seul instant à remonter par lui-même. Maintenant qu'il était dans l'eau, autant y rester ! Bon, il ne niait pas qu'attraper une main pour la tirer aurait été amusant. Mais s'ils n'étaient pas assez crédules ou stupides pour le croire sur parole – et il aurait vraiment fallu être aveugle pour ne pas comprendre ses intentions – ce n'était malheureusement pour eux pas sa seule option. Il y avait mille façon de les faire atterrir dans l'eau. Ils finiraient mouillés, ça, c'était une certitude. Ainsi ils seraient trois à être potentiellement malades et tout serait beaucoup plus juste. Parce que, franchement, il ne se souvenait pas avoir fait ou dit quoi que ce soit pour mériter un tel sort. Ses vêtements collants et ses cheveux dégoulinants appelaient à la vengeance.

Coleen abandonna et baissa son bras au moment où Dietrich fit à son tour un pas en arrière, l'abandonnant à son triste sort. Il esquissa une moue censée être attristée. N'y parvint pas. Son sourire reprenait invariablement le dessus et, pour la deuxième fois, il abandonna.

« Sûrement pas, tu peux remonter tout seul. Et puis je suis sûr que tu vas mettre à l'eau celui qui t'aidera. »

Il tenta de prendre un air indigné pour illustrer un 'mais noooon' muet, mais ne réussit qu'à étirer ses lèvres en un sourire qui ne voulait rien dire d'autre que 'oh oui, un peu que je vais faire ça'. Il aurait quand même pu le croire sur parole, non ? Ça l'aurait bien arrangé. Il se détourna de la passerelle en bois pour étudier l'eau de la rivière sur sa droite quand Armand proféra une menace de mort – rien que ça – à l'égard de Dietrich. Ce qui... le fit rire. Oh, allez, personne n'allait tuer personne de toute façon ! C'était des menaces en l'air. Il avait beau ne pas connaître Armand, il ne lui trouvait pas des airs de meurtrier. Et puis, meurtrier à son âge, il aurait vraiment fallu vouloir.
L'elfe se pencha en avant et plongea son bras dans l'eau claire, détrempant un peu plus les manches de sa veste et de sa chemise. Mouillé pour mouillé, hein...

« Mais, faut pas être aussi…, aussi sec, quoi, c’est drôle ! Désolé, hein, j’ai pas pu faire autrement, tu sais, c’était, euh… Physique, presque ! »

Coleen sortit un caillou de l'eau et tourna la tête vers Dietrich uniquement pour lui tirer la langue. Les Neko étaient si sauvages, hein, à pousser tout le monde dans l'eau ! Bon, lui-même n'aurait pas été gêné de pousser l'un ou l'autre des deux garçons dans la rivière... Mais il ne l'avait pas fait et, jugea-t-il, c'était le plus important. Il aurait très bien pu sauter partout en faisant des bruits bizarres, mais il ne le faisait pas : à priori, c'était ça qui le différenciait d'un fou dangereux. Même si, en l'occurrence, Dietrich s'était juste montré plus rapide que lui.

Jugeant la pierre sans intérêt, il la laissa retomber au fond de la rivière.

« Mais les Elfes ça aime l’eau, y a pas de lézard, donc ! Tu veux rester barboter encore un peu ? Tu veux que je t’envoie Armand ? Avec ses petits bras tout frêles, ça devrait pas être un gros problème ! »

Les Elfes aiment l'eau ? Bon, ça devait être la même chose que 'les Neko aiment la neige', aussi ne trouva-t-il pas nécessaire de corriger quoi que ce soit. Surtout que ce n'était pas faux, l'un dans l'autre . Avoir la mer à proximité devait créer une plus grande affinité avec l'eau, forcément. Ce qui ne voulait pas dire qu'ils aimaient tous l'eau sans exception pour autant. Il songea un instant à sa sœur aînée, terrifiée à l'idée de nager. Mélancolique, il passa doucement ses mains à la surface de l'eau. L'espace d'un instant il aurait pu croire que c'était l'océan, qu'il frôlait du bout des doigts.

« Pardon, quelqu’un aurait pas parlé de fromage tout à l’heure ? »

La question le réveilla et il releva la tête d'un geste brusque vers Armand et Dietrich. Les questions précédentes lui revinrent elles aussi en mémoire tandis qu'il tentait rapidement de se rappeler s'il avait effectivement parlé de fromage.

« Ah, euh, je ne crois pas, répondit-il précipitamment. Mais je veux bien que tu m'envoies Armand, oui ! »

Et sur ces aimables paroles, il replongea ses mains dans l'onde claire et envoya une gerbe d'eau éclabousser les deux garçons. S'ils ne voulaient pas descendre de leur truc en bois, alors l'eau viendrait à eux ! Songeant cela, son sourire revint tout à fait sur son visage. Il repoussa en arrière les mèches de ses cheveux qui retombaient devant ses yeux et recommença, chantonnant un air au hasard.

« Vous serez mouillés de toute façon, je m'en fiche ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Lanceur de pavés et Nekophile avéré

Féminin Nombre de messages  : 22

Localisation  : Et c'est à quel sujet?u__u
Emploi/loisirs  : Je mets des coups de poings à une peluche. Sans raison, vraiment, ah ah...
Humeur  : Je suis de bonne humeur, TRES bonne humeur. Hmm?^^*

Inscrit depuis le   : 30/06/2010
avatar
Lanceur de pavés et Nekophile avéré


Feuille de personnage
Age: 14 ans.
Race: Humain.
Arme / Pouvoir  : Ses petits poings (eh oui).

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Lun 18 Juin - 15:11

Comme Armand n'était ni d'humeur à plaisanter ni d'humeur à tomber malade, il préférait s'écarter des deux idiots avant qu'un malheureux accident n'arrive. Il avait été témoin de la terrible violence de Dietrich, et ne souhaitait pas être sa prochaine victime, pas plus qu'il ne souhaitait être la première sur la liste de Coleen. Non, vraiment. Sérieusement. S'il ne faisait pas encore assez froid pour se cloîtrer chez soi auprès du feu (ce qui n'arrivait pas toutes les années d'ailleurs), ce n'était pas une raison pour aller joyeusement patauger dans la rivière en espérant ne pas attraper de pneumonie. Soit ces deux étrangers étaient fous -ce qui aurait expliqué certaines choses, soit ils étaient tout simplement inconscients. Un observateur extérieur aurait également pu ajouter que peut-être Armand était exagérément prudent; Et il n'aurait rien rétorqué, il se trouvait lui-même trop prudent. Mais mieux valait prévenir que guérir, n'est-ce pas ? Si sembler rabat-joie pouvait lui éviter le lit et les médicaments durant deux longues semaines, alors il sautait immédiatement sur l'occasion. De plus, il se fichait complètement de décevoir Coleen et Dietrich. Ils n'étaient pas ses amis et ne se reverraient sans doute jamais. A quoi bon se préoccuper de ce qu'ils allaient penser de lui après cette première et ultime rencontre ? Hmm, malgré tout, ce n'était malheureusement pas si simple...

« Mais, faut pas être aussi…, aussi sec, quoi, c’est drôle ! Désolé, hein, j’ai pas pu faire autrement, tu sais, c’était, euh… Physique, presque ! »

Physique, presque, singea mentalement Armand le Neko, plus agacé au fur et à mesure qu'il parlait. Est-ce que c'était possible d'être aussi stupide ? De toute évidence oui, puisqu'il se tenait là près de lui et qu'il n'était pas une hallucination. Ça aurait été trop beau qu'il n'existe que dans sa tête et celle de Coleen. Quoi que, songea le rouquin, dubitatif, il se serait alors posé des questions sur son état mental. Parce que pour imaginer un truc pareil, il fallait vraiment avoir un problème.

« Mais les Elfes ça aime l’eau, y a pas de lézard, donc ! Tu veux rester barboter encore un peu ? Tu veux que je t’envoie Armand ? Avec ses petits bras tout frêles, ça devrait pas être un gros problème ! »

Pardon ? Armand 'aux petits bras tout frêles' lança un regard scandalisé à Dietrich, puis fronça de nouveau les sourcils pour lui lancer un autre regard, mais noir cette fois-ci. Ce type n'avait aucun sens de la politesse, de ça il en était certain ! Peut-être que ses plaisanteries sonnaient drôles à ses deux paires d'oreilles, mais il n'en était rien pour la cible de ses stupides railleries. S'il n'avait pas su que les Neko avaient des griffes, il lui aurait volontiers mis un coup de poing pour lui prouver que ses bras n'étaient frêles qu'en apparence. Mais comme il tenait à son intégrité, il se retint. Ah, ce qu'il le détestait... !

« Pardon, quelqu’un aurait pas parlé de fromage tout à l’heure ? »

Hein ? Alors que son visage laissait place à une expression interloquée, chassant celle indignée de la seconde d'avant, il se demanda si Dietrich essayait de faire un nouveau jeu de mots ou s'il était vraiment en train de leur demandé si quelqu'un avait parlé de fromage tout à l'heure. Bien malgré lui, il chercha dans sa mémoire si le fromage était revenu dans leur conversation auparavant, mais ne trouva rien qui puisse y ressembler de près ou de loin. Coleen éleva la voix pour appuyer ses pensées, et Armand aurait pu le remercier sans la deuxième partie de la phrase. Le jeune garçon aux yeux verts secoua vivement la tête pour signifier son profond désaccord. Il fut néanmoins coupé dans une hypothétique protestation orale quand l'Elfe aux cheveux blonds trouva bon de les éclabousser depuis la rivière. Armand recula encore par réflexe avec un petit cri, les bras devant le visage pour le protéger de l'eau froide.

Si Coleen se plaisait dans l'eau, grand bien lui fasse, pensa-t-il avec agressivité: Mais si lui voulait rentrer sec chez lui, il n'avait pas à le mouiller de la sorte ! Quel animal !

« Je refuse d'aller dans l'eau. Je ne veux pas rentrer chez moi mouillé, et encore moins attraper une maladie. Si vous avez envie de mourir de froid, ça ne regard que vous, pas moi. »Rétorqua-t-il en retrouvant un faciès où la colère était maîtresse. Sa journée était définitivement gâchée, à présent. Pourquoi avait-il fallut qu'il tombe sur deux énergumènes en se rendant au lavoir, hein ? Tout compte fait, tomber sur une ménagère énervée aurait été mille fois plus agréable.

Car elle ne l'aurait pas éclaboussé, elle. Elle l'aurait chassé d'ici à grands renforts de cris, et il s'en serait estimé heureux. Ses yeux braqués tour à tour sur Coleen et Dietrich, il se fit la remarque que s'il atterrissait dans l'eau, ça allait très mal se passer. Très mal. Et si la noyade n'avait pas été prohibée, comme toutes les autres formes de meurtre qui puissent exister au monde, alors il les aurait noyé et il n'en aurait plus entendu parler. Si seulement !

[YAY. Moi j'oublie pas. Et Armand les fout à la rue ! Ou pas. Mais ça lui plaît de se penser méchant et sans pitié.8D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Neko déchu, Jardinier

Masculin Nombre de messages  : 12

Localisation  : Dans les jardins!^^
Emploi/loisirs  : Ca dépend. Je travaille, enfin... Un papillon!^^~
Humeur  : Ca va, ça va!^^

Inscrit depuis le   : 27/06/2010
avatar
Neko déchu, Jardinier


Feuille de personnage
Age: 17 ans
Race: Neko
Arme / Pouvoir  : Couteaux

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Mar 14 Aoû - 22:25

Dubitatif, soucieux presque, Dietrich fronçait les sourcils. En proie à un problème épineux tout à fait insoluble à ses yeux, sa plus grande préoccupation était tout naturellement de le résoudre. Alors si par-dessus le marché des pensées parasites s’invitaient, il n’était pas près d’arriver à quoi que ce fut. Les fromages étaient une chose, mais passaient au second plan en comparaison du reste. Il ne les délaissait pas pour autant, et la réponse de ses deux nouveaux amis l’intéressait au plus haut point –eussent-ils palabré au sujet du monde souterrain des fourmis que ça n’aurait pas été moins le cas néanmoins. A eux se disputait dans son esprit une question de première importance : aller ou ne pas aller à l’eau ? De lui-même ou trainé par quelqu’un d’autre, le résultat ne changerait pas, il serait trempé. L'issue semblait inéluctable, aussi ne comptait-il pas perdre de temps à lui chercher une alternative. Il lui faudrait se débrouiller pour rentrer au château, tout égouttant qu’il serait, sans se faire réprimander ou pire, refouler aux portes. Si le blond ne s’en préoccupait pas un instant, c’était que ce moment était encore lointain. L’idée que sa négligence pût lui apporter une foule d’ennuis dans un avenir proche ne l’effleurait pas seulement –malheureusement.

Donc, la première option était de ne rien faire du tout. La seconde était de jeter Armand à l’eau quitte à ce qu’il y finisse en personne. La troisième d’aider Coleen à remonter et se retrouver dans la rivière à coup sûr. Il considéra un instant la question et s’empressa de remplacer la première, inenvisageable, par une autre. C’est d’ailleurs sur celle-ci qu’il manqua de jeter son dévolu, avant de se raviser et de jeter un regard au petit rouquin. Eh, ça n’aurait pas été franchement juste qu’il soit le seul à rester sec, pas vrai ? Va pour la seconde, en dernier recours. Il pouvait aussi bien les mélanger, c’était toujours le schéma qu’il suivait si l’hésitation était trop grande.

Il poussa un soupir frustré lorsque l’elfe répondit par la négative. Eh ? D’où sortaient-ils ces fromages, alors ? Il ne les avait quand même pas inventés ! A la réflexion, se reprit le blond, son cerveau était capable des bizarreries les plus incongrues, prenait tant de chemins de traverse que ça n’aurait pas été si surprenant. Dietrich, qui s’étonnait toujours de tout, se demandait parfois s’il n’allait pas bientôt lui pousser une volonté indépendante. Puis il se tourna vers Armand cependant que son ami barbotait toujours sagement dans l’onde claire et faisait, sans le savoir, écho à ses pensées. Puisqu’ils seraient mouillés, autant ne pas perdre de temps ! Les gens ici manquaient de logique : s’ils ne voulaient pas tomber malades ils n’avaient donc qu’à s’endurcir, ou s’habiller plus chaudement –même s’il ne faisait pas froid à son sens. Nikolaus protégea son visage de son coude lorsque Coleen l’éclaboussa, avec toute la cruauté dont cet être infâme et rieur était capable, et ses oreilles s’agitèrent subrepticement à ce contact un peu trop frais.


« Je refuse d'aller dans l'eau. Je ne veux pas rentrer chez moi mouillé, et encore moins attraper une maladie. Si vous avez envie de mourir de froid, ça ne regard que vous, pas moi. »

Quel rabat-joie ! Puisqu’il n’avait pas l’air décidé à y aller de son propre chef, il faudrait donc l’y aider, assurément. Le Neko lui décocha son plus impeccable sourire, sans chercher à cacher ses intentions. A quoi bon ? L’idiot du village les aurait sans difficulté devinées et le rouquin n’avait pas l’air d’être complètement stupide, et la comparaison avec les deux blonds ne rendait ça que plus flagrant. Donc il devait se douter qu’à moins de prendre la poudre d’escampette dans les plus brefs délais, il était fait comme un rat. Coincé comme une souris. Cuit comme des carottes, et aussi fini qu’un plat de haricots beurre. Il serait mouillé.

Ni une ni deux, son Imbécilité Assumée se faufila derrière Armand, noua ses bras autour de lui et tomba lourdement dans la rivière, entrainant son pauvre ami récalcitrant dans sa chute. Il ne le lâcha que lorsqu’il sentit l’eau fraiche arroser son visage. Il s’assit, repoussa ses cheveux emmêlés, secoua la tête et ses oreilles, passa ses mains sur sa face, cracha l’eau qu’il avait malencontreusement avalée. Ce n’était pas si agréable que ça, finalement… Le vent était tout de suite plus froid, plus perceptible !


« Personne ne pourra se venger de moi, maintenant ! Ça va, Armand ? Armand, s’enquit-il, t’es noyé ? Mon Dieu, j’ai noyé Armand ! »

Il essaya de se tourner ; sa main dérapa ; il atterrit une nouvelle fois la tête dans l’eau, se releva, secoua une nouvelle fois la tête. Mais quelle plaie, quelle plaie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures

Masculin Nombre de messages  : 43

Localisation  : Dans un couloir.
Emploi/loisirs  : Flirter et embêter son monde.
Humeur  : Espiègle.

Inscrit depuis le   : 14/06/2010
avatar
Violeur de propriétés privés, et crabe à ses heures


Feuille de personnage
Age: 15 ans.
Race: Elfe.
Arme / Pouvoir  : Se débrouille à l'épée.

MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   Jeu 30 Aoû - 22:32

Aussitôt qu'il vit les deux garçons protéger leurs visages de l'eau, Coleen afficha sur le sien une moue terriblement déçue. Ils préféraient que leurs vêtements soient mouillés, hein ? C'était drôlement dangereux, comme choix. Il n'était pas bien sûr de ce que sa mère aurait préféré... Mais salir ses vêtements n'était jamais une bonne idée. Sûrement que ce devait être pareil pour tout le monde, donc ; il avait du mal à imaginer qu'une vérité autre que la sienne puisse exister. Que des parents ne punissent pas leurs enfants régulièrement, que des frères et sœurs ne s'aiment pas. Qu'on puisse préférer lire à s'amuser. Ça le dépassait.
Le jeune elfe pouvait donc comprendre qu'Armand ne veuille pas être puni pour avoir sali ses vêtements, par exemple, et que pour ça il préférait rester sec ; mais s'il protégeait son visage avec sa manche, alors il n'avait plus aucune raison de rester en dehors de l'eau. Il sécherait, pas de problème ! Et Dietrich aussi, tiens. Ils sécheraient tous, aucun soucis à se faire. Au pire ils se feraient un peu gronder par leurs parents, mais rien de traumatisant.
Par acquis de conscience, il jeta tout de même un coup d’œil à ses habits. Sa chemise blanche lui collait à la peau et, par-dessus, sa veste avait à peine plus fière allure. Son pantalon était bien entendu détrempé, et le flip-flop qu'il entendait dès qu'il bougeait les pieds semblait lui indiquer que ses bottes n'allaient pas mieux. Donc... Donc sa mère le tuerait quoi qu'il arrive. Autant profiter du peu de temps qu'il lui restait à vivre, non ? Se débrouiller pour que le jeu en vaille la chandelle, en quelque sorte. S'il ne pouvait éviter la punition, il tirerait tout ce qu'il y avait à tirer de sa bêtise.

« Je refuse d'aller dans l'eau. Je ne veux pas rentrer chez moi mouillé, et encore moins attraper une maladie. Si vous avez envie de mourir de froid, ça ne regard que vous, pas moi. »

Ah ! Donc il avait bien peur de se faire réprimander. Coleen acquiesça sobrement à cette remarque, comme pour compatir au malheur de son nouvel ami – puisque oui, ils étaient dorénavant amis. Qu'ils puissent attraper froid lui avait également traversé l'esprit, mais de façon si fugace que l'entendre mentionner cette possibilité le surprit un peu. Il tombait rarement malade ; quand son corps décidait de lui jouer un mauvais tour, par contre, ce n'était jamais à moitié. Il avait déjà passé plusieurs semaines allongé uniquement à cause de ce genre d'idioties. Et malheureusement, il était incapable d'en tirer la moindre leçon. Alors si le jeune homme ne se croyait pas invincible, il ne se sentait malgré tout pas très concerné par les rhumes et autres maux de ventre ou de tête.
Puisqu'il s'en sortait toujours sans trop d'égratignures, pourquoi se prendre la tête ? Même s'il tombait malade, eh bien il guérirait ; voilà tout. Sa vie n'était pas en jeu. Jamais personne n'avait réussi – ni tenté – de lui faire intégrer le contraire. Bien sûr que si, les règles et les conseils servaient à quelque chose. Les interdictions aussi, non ?
Mais lui, il s'en fichait complètement. Alors voir Dietrich attraper Armand, les rires, les protestations et l'inévitable chute dans la rivière, tout cela n'était pour lui que le plus inoffensif des jeux. Les conséquences ? Ils verraient ça en temps voulu. Qu'Armand puisse vraiment s'énerver ? Impossible. Que quelqu'un puisse se blesser ? Improbable. Tout ce qu'il était capable de penser se résumait en ce simple rire qui, spontané, s'échappa de sa gorge quand l'eau vint l'éclabousser.

Maintenant, des trois, il était le moins proche de la rivière.

« Personne ne pourra se venger de moi, maintenant ! Ça va, Armand ? Armand, t’es noyé ? Mon Dieu, j’ai noyé Armand ! »

Coleen rit de nouveau, trop satisfait de la tournure des événements pour réellement s'inquiéter. Il jeta malgré tout un regard au rouquin, en jugea qu'il n'avait pas l'air bon à incinérer, et agita ses manches trempées. Sans succès.
La chute du Neko n'arrangea pas son début de fou rire ; tant pis. Au moins, il s'amusait.

« Ça va, quand même ? »

Et dit entre deux rires, vraiment, ça perdait beaucoup de son sens. Il avait l'air aussi préoccupé par leur santé que par celle des cailloux. Pas parce qu'il n'en avait rien à faire d'eux, d'accord, mais cela revenait au même : il n'était absolument pas inquiet. Au contraire, les voir tout aussi trempés que lui le mettait de très, très bonne humeur.
Un frisson faillit le faire changer d'avis. Mais, non. Pas encore. Il se rendrait compte que le froid enserrait son corps un peu plus tard – pour l'instant, il l'ignorait avec une insouciance remarquable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quiet place.[Le Vent et Coleen. Parceque c'est fun.~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Est :: Esidir :: Les lavoirs-