AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]   Dim 16 Mai - 23:32

Oh, la plaine aux corbeaux… Une grande plaine avec une sale réputation.

Anthony en avait conscience, totalement même, et c’était bien pour cela qu’il y venait. Maudit ? Cet endroit serait maudit ? Hey, il n’y croyait pas. Il ne croyait pas, aux malédiction et tout. Il avait déjà mis pas mal de temps à digérer que la magie et d’autres étranges créatures que les humains existaient, alors… Et de toute manière, il n’avait pas peur de tout cela, ce n’était pas important. Il trouvait cela stupide et donc, n’y faisait absolument pas attention. Alors, pourquoi pouvait-il bien être venu ? Pour le prouver, certainement : une malédiction, n’importe laquelle qu’elle soit, n’existait pas, ce n’était que des oiseaux… Et de magnifiques oiseaux. Tous les oiseaux étaient magnifiques de toute façon qu’il soit, il en était persuadé. Que ce soit un poussin ou un perroquet, les deux étaient aussi beau et noble, comme un aigle, ou une pie, ou… Enfin, bien qu’ils semblent si différents, ils étaient tous aussi beaux dans l’esprit d’Anthony. Sérieusement, il ne comprenait pas les personnes qui n’aimaient pas les oiseaux. Ce n’était pas comme si ils posaient réellement des problèmes, pas plus qu’un chien ou un lézard en tout cas… Et puis, c’était tout aussi utile ! Comme les pigeons voyageurs, ceux qui traversaient des villes et parfois même pays entiers pour amener à destination des courriers ! N’étaient-ils pas courageux et loyaux ? En plus d’être intelligent, bien entendu ! Anthony n’était pas fou d’oiseaux non plus… Pas seulement en tout cas. Malgré les airs de délinquant qu’il pouvait avoir –et il en était tout de même un- il aimait les animaux, d’une façon plutôt intensive, il faut le dire. Ce n’était pas de sa faute, il trouvait juste que les animaux étaient humains et incroyables. En plus, la plupart d’eux étaient loyaux, beaucoup plus que pas mal d’hommes, de n’importe quelle race qu’ils peuvent être, et il pesait ses mots. Bon, bien entendu, il y avait des exceptions et ses amis n’étaient que cela, il n’accepterait jamais quelqu’un qui pourrait le trahir… Et ferait soigneusement la peau à celui qui le trahirait aussi. Pour cela, il était pas mal doué, et il en connaissait une tonne pour rendre la vie de quelqu’un tout simplement invivable. Il l’avait fait de nombreuses, très nombreuses fois, tellement qu’il ne comptait plus. Mais heureusement, au lieu de renfermer son petit cœur, il l’avait laissé grand ouvert et continuait de croire gentiment aux autres… De toute manière, il faisait payer la trahison bien assez chère, il le pensait. Cela ramenait pas mal de pensés… Et illustrait aussi parfaitement son manque évident de pitié et sa gentillesse… Il se trouvait trop gentil parfois, tout de même ! Il accordait si gentiment une petite place dans sa vie et on le lui rendait plutôt mal… Il devait affiner son radar à traitre, ou on finirait bien par le détruire en trouvant son point faible. En tout cas, pour l’instant, il était assez reconnaissant aux personnes qu’il avait pu humilier de ne pas s’en être pris à sa famille… Du moins, à sa mère et sa sœur, ainsi que sa cousine… Non, parce que le reste, il s’en fichait. Cependant, si jamais ils touchaient ne serait ce qu’un cheveu de cette partie de famille, il allait très certainement oublier son indulgence, pour sûr. Il s’emporterait, et là… Rien que d’y pensait, cela ne pouvait que le faire sourire, en même temps que le dégouter. Il espérait que personne ne serait assez stupide pour aller aussi loin, sincèrement, parce que cela ne mettrait réellement en colère, et il oublierait immédiatement le mot peur et gentillesse. C’était peut-être prétentieux de le dire ainsi, mais il disait tout de même que ces traitres avaient beaucoup de chance qu’il soit aussi doux avec eux. Ahahah ! Sa gentillesse le perdrait, non ? Mais cela ne l’empêchait pas de continuer, ou il serait déjà perdu d’une façon ou d’une autre. Ah, bien entendu, Anthony rigolait, lorsqu’il disait tout cela d’une façon impériale comme si il était un beau prince prétentieux. Il n’en était pas la moitié, peut-être pas même le quart, et en était tout à fait fier, très heureux aussi. Non, sérieusement, ce devait être d’un ennui d’être Prince, voir même noble… Il y avait bien trop de choses à faire, il en aurait la flemme, très facilement. En plus, il y avait plein de contraintes et de trucs ennuyeux, et en plus de tout, la liberté était quasiment nulle… Il n’aurait certainement pas pu le supporter. Enfin, d’un autre côté, il aurait grandi bien différemment, et ne serait pas devenu comme il était aujourd’hui. Il doutait que son père aurait fuit si il avait été noble, et il n’aurait pas fini dans les rues pendant 2 ou 3 mois. Cela aurait été totalement différent, et sincèrement, il ne regrettait pas d’être né paysan ! Bon, il est vrai que parfois, il ne dirait pas non à un peu plus d’argent, mais il était heureux ainsi, totalement : il était libre, avait tout ce dont il pouvait avoir besoin, pouvait aller dehors quand il voulait, choisissait lui-même ce qu’il voulait faire… Et au moins, il n’était pas pressé par des tas d’obligations qu’il aurait jeté volontiers au dessus de sa tête brune. Sérieusement, ce que la vie d’une noble devait être ennuyante ! Bien qu’il adore la routine, il n’aimait pas pour autant s’ennuyer toute la journée, ce devait être… Et bien, ennuyeux. Anthony avait beau ne pas être la personne la plus active du monde, il y avait des choses qu’il ne supportait pas. Il ne pouvait pas rester enfermer chez lui toute une journée, d’abord- à moins qu’il aille fait la fête ou autre chose et qu’il soit rentré à 5 heures du matin, et donc qu’il soit trèèès fatigué, et qu’il dorme toute la journée, mais cela n’arrivait que rarement, bien que cela soit arriver. Quoi qu’il en soit, il avait besoin de sa liberté, ou il finissait par exploser. Pour cela, sa mère était une très bonne mère, il devait l’avouer…

Anthony ne pu s’empêcher de sursauter brusquement lorsqu’un corbeau prit son envol juste à côté de lui, en croassant à côté de son oreille. Il atteignait enfin la grande plaine noire, et plus il montait, plus les corbeaux semblaient nombreux… Impressionnant, et cela ne lui déplaisait pas. Il fit glisser ses yeux d’un violet inquiétant sur toute la surface de la plaine, balayant plusieurs de ces lugubres oiseaux du regard. Wooh… Ils semblaient vraiment effrayant, ainsi rassemblés… Mais pas assez pour lui faire peur. Il ne croyait toujours pas en ces histoires de malédictions, et n’y croirait probablement jamais. Il posa de nouveau son pied chaussé de bottes noires sur la plaine, s’immobilisant momentanément. Il avait finit son ascension à présent, et dominait toute la vallée avec un sourire moqueur satisfait. Et alors ? Rien ne lui était arrivé, absolument rien, il était en parfaite santé, rien ne lui était tombé sur la tête, il n’avait rien ressenti. Cette malédiction n’existait pas, hein… Et si les corbeaux venait ici, n’était-ce pas parce que c’était sombre ? Lui aussi aimait cette place. Personne ne venait, il était tranquille, avec des oiseaux splendides… Non, tout était parfait, il reviendrait. Il décida soudainement de poser ses fesses sur le sol, s’asseyant, le dos à moitié courbé, les coudes appuyés sur ses jambes et les mains jointes devant lui, les jambes relevés. Il avait encore plus l’air d’un délinquant maintenant, surtout ainsi vêtu. A vrai dire, il n’avait jamais eu l’air d’un enfant modèle non plus, avec ses cheveux toujours en bataille et ses yeux qui lui donnaient un air arrogant, mais il ne faisait rien pour l’arranger. Pourquoi ? Il ne devait pas renier ce qu’il était, et ce dont il était fier. Il ne volait pas, de toute manière, et ne tuait pas. Et puis, même si il l’avait fait, tuer, c’était devenu presque banal avec la guerre… mais ce n’était pas un meurtrier. D’ailleurs, il était trop lâche pour tuer, ce n’était pas un héros ou un monstre, sans pour autant dire que ceux de l’armée étaient ainsi non plus.
Un corbeau passa juste à côté de lui, sans qu’il ne s’affole, le regardant plutôt voler avec des yeux satisfaits. Il baissa ses yeux sur ses bottes noires. Ah, un corbeau était là… Il ne bougea pas et passa sa manche de sweat noir sur ses joues, pour y enlever une tache de charbon qu’il avait depuis chez lui. Il se fondait parfaitement dans l’atmosphère noire, habillé ainsi. Il avait quand même une touche de couleur, avec son T-shirt violet foncé en dessous… Mais il faisait tellement froid dans le coin qu’il n’enlèverait pas son pull, pour sûr. Il leva les yeux au ciel, où tournaient plusieurs de ces oiseaux noirs. Le ciel était gris, très gris, et pourtant, il ne lui semblait pas qu’il allait pleuvoir, lorsqu’il huma l’air. Ce devait être toujours pareil dans le coin… Anthony émit un son qui ressemblait à un grognement alors qu’il baissait de nouveau les yeux vers le corbeau à ses pieds, sans rien dire de plus. D’un coup, il entendit un craquement derrière lui, ce qui le fit sursauter et fit visiblement peur à l’animal qui s’envola. Le léger sourire qui avait pu s’afficher sur son visage s’effaça d’un seul coup pour se transformer en une expression maussade et il tourna sa tête et son regard derrière lui, pour y voir des jambes. Oh, donc, il n’était pas le seul à venir ici… Cela l’ennuyait. Il se détourna de nouveau et grogna de nouveau, ne bougeant absolument pas. Il se contenta de dire, d’une voix exprimant à merveille sa mauvaise humeur soudaine et une arrogance à l’état pur, avec un peu d’ironie.


« Qui est-là ? ~. »


Dernière édition par Anthony Krarmia le Ven 28 Mai - 21:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]   Ven 28 Mai - 20:36

[L'hermaphrodite qui bave devant Annabelle,ca ira?XDD]

Une plaine,avec des Corbeaux.Donc logiquement,la plaine aux corbeaux.C'etait assez simplement nommé,dailleurs quand on y reflechissait.Parfois,les humains faisaient preuve d'une telle simplicité d'esprit que c'en etait déconcertant pour un représentant d'une race estimée supérieure sur bien des plans,notamment sur celui des capacités intellectuelles.Après,pour ce qui était des différences entre les raçes,le jeune Esprit qui foulait a l'heure actuelle la plaine aux corbeaux n'était pas particuliérement quelqu'un de très porté sur les préjugés.Comment aurait t-il put l'être?Après tout,il était un déchu.Un déchu se doit de supporter les brimades et les moqueries des autres citoyens du pays qu'il avait choisit,mais lui,ça n'avait jamais été vraiment son cas.Il n'arrivait pas vraiment à se visualiser la vie que devait mener un véritable déchu.Car ca n'etait pas tout a fait son cas.Terrence n'était pas un déchu tout a fait comme les autres.Les déchus n'ont jamais de postes importants dans la société.Pourtant,lui était stratège des armées.Et c'etait loin d'être un poste sans aucune importance.En réalité,c'était même un poste des plus indispensables,surtout en temps de pseudo guerre,comme celui dans lequel se trouvait actuellement le pays d'Illea.On avait beau dire que,maintenant qu'il etait scindé en deux,tout le pays avait retrouvé la paix la plus durable qui soit,c'était totalement faux.Il suffisait de se tenir un peu informé de ce qui se passait "en coulisses" et on se rendait compte que la pseudo ére de paix dans laquelle Illea se trouvait actuellement ne tenait vraisemblablement plus qu'a un fil.D'un coté,Ankou Della'Morte,qui réplique aux incessantes attaques lancées discrétement par sa soeur.De l'autre,Annahita Della'Morte,qui voulait récupérer la partie Est du trône du pays Illea,et ainsi devenir la souveraine absolue sur le royaume tout entier.Et bien sur,a qui revenait la responsabilité de gérer les attaques de la princesse et la riposte adéquate?Au prince,certes.Mais il ne pouvait décemment s'occupper de tout.D'ou le rôle du stratège des armées.C'était a lui de s'occupper de la stratégie,justement.Bien heureux qu'il puisse d'ailleurs se charger de cela,le jeune Esprit n'arrivait pas a envisager sa vie d'une autre maniére que celle de laquelle il la voyait maintenant.Depuis toujours,Terrence avait été un stratége de toutes maniéres.A chaque fois qu'une situation se confrontait a lui,il la résolvait non pas avec des compétences intellectuelles de base ou avec ses capacités actives pour le combat,mais bel et bien grâce a une vision globale des choses,une prise en compte de chaque paramétre,et de chaque conséquence.Pour lui,la vie etait bien plus vue du ciel.A la maniére d'un plateau d'echec en fortement plus complexe.Fortement plus complexe parce que les règles peuvent être très souvent transgressées pour n'importe quelle raison.Combien de fois un joueur avait t-il joué deux tours d'affilés sur le plateau?Combien de fois un simple pion etait devenu un cavalier en très peu de temps,devenant un critére bien plus conséquent a prendre en compte?Combien de fois le roi,la personne la plus importante a preserver de l'echequier mais aussi la plus faible,devenait alors assez puissant pour secouer le plateau et faire tomber tout les pions face a lui?Terrence ne comptait plus le nombre de fois ou cela lui était arrivé au cours de sa jeune vie.En tant que commandant qui devait diriger les troupes,son champ de vision etait bien plus élargi que celui d'un être moyen.Et de toutes maniéres,son pouvoir n'etait pas absolu.Un Stratége dépendait de bien des facteurs.Notamment des Généraux et des Capitaines.Un Stratége donne les ordres.Les Généraux et Capitaines ne sont en général la que pour les transmettres.Parfois improviser,selon une erreur du stratége.Mais cela n'arrivait que rarement.Une erreur dans une stratégie etait soit prévue depuis le départ,soit dûe a un manque de chance énorme,soit tout simplement voulue par l'adversaire.A ce stade là,les erreurs n'etaient plus permises.Toute stratégie se devait d'être parfaite.Terrence et le stratége de l'autre camp,quel qu'il fût,ne pouvait se permettre d'envisager la moindre faille tactique.Cela aurait été le témoignage d'une incompétence flagrante.


Terrence n'etait pas un incompétent.Ca n'etait peut être pas le meilleur stratége que l'Est ai jamais connu,pas a cet âge la,mais il n'etait pas non plus un incompétent.Et il etait loin d'être le pire stratége de l'Est.Qui n'avait pourtant connu aucun stratége réellement incompétent.Etait t-il parmis les meilleurs?Peut être.Son âge etait un double témoin,en soi.Une arme a double tranchant.Il témoignait a la fois de sa compétence et de sa probable incompétence.Il témoignait a la fois du fait que Terrence etait doué,et a la fois du fait qu'il lui restait beaucoup a apprendre.Ca témoignait de son talent.De par le fait qu'il ne serait jamais arrivé a ce poste si tôt si il n'en avait pas les compétences.Cela voulait dire qu'a 17 ans,il etait capable d'élaborer des stratégies qui gagneraient a coup sûr contre des armées de vétérans de la guerre.Cela voulait dire qu'il etait clairement quelqu'un que l'on pouvait qualifier de "Prodige".Pour autant,cela voulait également signifier qu'il n'avait que 17 ans,et qu'en l'occurence,il etait encore jeune.Tué quelqu'un,il ne l'avait jamais fait,pas directement.Si d'une certaine maniére il avait du sang sur les mains,il n'avait encore jamais utilisé sa magie de contrôle des minéraux pour broyer un crâne humanoïde.Jamais il n'avait fait couler le sang de ses propres mains.C'etait toujours celles des autres qui s'en chargeaient pour lui.Et l'on dirait ce que l'on voudras,mais cela etait un défaut majeur dans le métier de stratége.Un militaire en temps de guerre qui n'avait jamais ôté la moindre vie etait un bleu.Terrence etait un bleu.Il était considéré comme tel.Parce qu'au final,il était comme tel.A seulement dix sept ans,même si il etait évident qu'il avait des prédispositions,il ne pouvait avoir encore acquis suffisamment d'experience pour réellement porter le titre de "génie de la stratégie".C'etait comme ca,et il en avait bien conscience.Soi disant "la valeur n'attends point le nombre des années" mais même si ce dicton avait du vrai,il ne disait pas totalement la vérité.Oui,on pouvait être jeune et méritant,c'etait loin d'être incompatible.Mais quoi qu'on en dise,la jeunesse etait toujours mal vue par beaucoup de monde.Et si c'etait le cas,c'est qu'il y'avait bien une raison a cela.Les jeunes personnes dans son genre etaient toujours avides de prouver leur supériorité.Qu'a leur âge,ils pouvaient faire mieux que les soi disants "vétérans".Et cela leur causait souvent bien des tracas.Mais Terrence Skingrad constituait une exception dans cette règle.Terrence etait bien plus intelligent que cela.Il n'etait pas le genre de personne a s'accrocher a ce genre de cliché que les gens semblent affectionner,mais n'etait pas tout a fait le genre non plus a s'en détourner complétement.Disons,pous simplifier les choses,que si il n'aimait pas particuliérement reçevoir des critiques sur son jeune âge,il n'était pas pour autant quelqu'un d'arrogant et de particuliérement insolent,qui allait se mettre a critiquer chaque personne sous pretexte qu'il était un génie prépubére.Non,il était intelligent,ca il le savait.Mais il lui restait a apprendre pour atteindre le niveau maximal possible pour un stratége.Et apprendre,cela ne pouvait se faire qu'auprès de maîtres,de personnes plus agées et plus exeprimentés.Qui avaient vécu des erreurs,et qui transmettaient la maniére de ne plus les reccomencer.Oui,pour apprendre,il fallait un maître.Mais quand on n'en avait aucun sous la main,c'etait nettement plus problématique.Dans ce genre de cas,il ne restait en général plus qu'une seule chose a faire: tenter d'apprendre par soi même.Autrement dit,réussir a acquérir des connaissances a l'êtat brut,sans aucun intermédiaire.Et c'etait ce que Terrence prévoyait de faire,a chaque fois qu'aucun officier suffisamment décoré ne puisse lui fournir un apprentissage correct.Apprendre par lui même.En se rendant sur des champs de batailles pour s'imprégner de l'odeur du sang après les combats.Ou en se rendant sur des sites inexpliqués,et étranges.Quand il ne pouvait pas réviser sa stratégie,il fallait au moins entraîner son cerveau.Et pour ce faire,rien de tel qu'aller dans un endroit réputé "maudit" et tenter de simplement résoudre le mystére se cachant la dessous.Oh,allait t-il le trouver?Terrence Skingrad pouvait t-il résoudre le mystére de la malédiction de la plaine aux corbeaux?Sans doute le pouvait t-il.Est ce qu'il le ferait,c'etait une autre histoire.Quand a savoir si il révélerait sa trouvaille au monde,cela relevait du coup de poker,d'établir un pronostic la dessus.Imbu de lui même,peut être.Mais pas fou au point de vouloir trop attirer l'attention.La clé de la réussite etait dans l"anonymat et dans la richesse.Stratége des armées lui convenait a merveille,en l'occurence.


« Qui est-là ? ~. »

Tient?Une voix.Etrange,si on prenait en compte le fait que Terrence etait sûr d'être seul en arrivant ici.Sûr de ne pas être dérangé par un quelconque badaud venu ici pour se faire peur en se frottant a la plaine maudite.Quelle bande de tocards,oui...Aucun d'entre eux n'avait le talent necessaire pour résoudre des mystéres comme celui ci.Si c'etait le cas,ils auraient cherché a en profiter.Alors a moins que la personne venant de parler appartenait a une organisation qui comptait des personnes intelligentes,elle n'etait qu'une voix appartenant a un imbécile.Une simple voix,ca n'etait pas comme si ca changerait quoi que ce soit,au final.Une voix,même pas une personne.Peut être etait-ce la malédiction?Ah,ah.La malédiction,bien sur.Et depuis quand la malédiction avait t-elle la voix d'un jeune garçon élevé en tant que paysan?Depuis jamais.Les malédictions ont toujours des voix que l'on pouvait attribuer au vent ou a divers phénoménes naturels.C'etait l'évidence même.Et la tout le principe d'une "malédiction".Conclusion,il y'avait bien quelqu'un par ici.Quelqu'un que Terrence n'etait pas sûr d'apprécier.C'est pourquoi il ne tourna pas encore la tête dans sa direction pour l'instant.Un "qui est là" pouvait avoir été lancé par n'importe qui,même l'idiot du village.Donc pour le moment,pas interessant,c'etait la conclusion a tirer de l'homme a coté.Il s'agissait d'un homme.Vraisemblablement dans les 18-19 ans,selon son timbre de voix.En tout cas,il etait jeune,et vut le rythme employé dans sa phrase,il ne faisait presque aucun doute qu'il s'agissait d'un Humain.Un Elfe etait en général bien plus poli et moins entraîné a la langue humaine,lorsqu'il s'agissait de parler.Un Déchu n'aurait jamais parlé ainsi,a moins d'être un bagarreur invétéré.Donc,il s'agissait peut être d'un humain,situé dans la jeunesse de l'âge,et vraisemblablement au tempérament un peu arrogant.Parfait,comme si le stratège avait besoin de ça....


Terrence porta la main a ses cheveux encore non marqués par la teinture argentée qu'il avait appliquée sur ses méches avant,puis il gratta de ses ongles quelques instants le sommet de son crâne.Après quoi,il glissa les mains dans les poches.Commencer a enquêter maintenant n'etait pas amusant.Le type a coté devait dabord soit partir,soit manifester son désir de vouloir découvrir la "malédiction" de la plaine aux corbeaux.Dans les deux cas,il ne devait pas se contenter de rester la a bailler aux corneilles.Ou plutôt aux corbeaux,en l'occurence.


"Quelqu'un". répondit simplement le jeune stratège avec un ton empreint d'une certaine lassitude. "Quelqu'un qui croyait que personne ne serait assez taré pour venir dans le coin a part lui.Il faut croire que çe quelqu'un s'est trompé,pas vrai?"

Oh,que c'etait impoli...En même temps,Terrence n'etait pas d'une humeur des plus joyeuses.Il suffisait de voir cette plaine pour automatiquement sentir toute la joie qu'on pouvait avoir s'envoler.Donc,l'homme a coté l'avait un peu agaçé sur le moment.Ou tout du moins,il avait eu un ton agaçant.C'est sans doute pour cela que Terrence avait aussi répondu sur un ton agaçant.Donnant donnant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]   Dim 17 Oct - 19:53

[Umh... J'hésite, j'hésite! XD. Sorry du retard, mais bon... Done =P.]

Anthony était une mauvaise personne, réellement.

Enfin, à ce qu’il paraissait, lui s’en fichait juste ouvertement. Ce que l’on pensait de lui, cela lui importait assez peu, et c’était un avis totalement nul pour la plupart des personnes d’ailleurs, il ne le prenait même pas en compte dans ses paramètres. Bien entendu, il y avait des avis qu’il prenait dans ses mains pour les inspectés et se faire son propre avis : c’était l’avis des personnes à qui il tenait le plus. Autant le dire directement, ce n’était qu’une infime part de ses rencontres. En réalité, ces personnes pouvaient se compter sur les doigts de la main, pour ceux qui ne savent pas compter. Regardez vos doigts et dépliez-en un pour chaque personne citée, et vous verrez le peu que représente les personnes à ses yeux. D’accord ? Bon, allez, c’est parti. Au niveau du cercle familial, il y a sa sœur et sa cousine. Limite sa mère, peut-être… Mais non, il s’en fiche, ne dépliez pas. Dans ses amis, il y en a 2 plus importants que les autres, et c’était tout. Ensuite… Et bien, cela semblait être tout. Voyez, il ne prend pas beaucoup d’avis en compte, et a autant de personnes influentes dans sa vie. Plus tard, il y aura certainement son patron, peut-être une femme… mais pour l’instant, il n’y avait que ces personnes là. Parfois, il y avait sa petite-amie, s’il la trouvait réellement intéressantes, et c’était rare. Oui, Anthony avait des petites-amies qu’il n’aimait pas, mais au fond, ce n’était pas comme si c’était lui qui demandait, il ne faisait qu’accepter, parce qu’il n’aimait pas blesser les gens sans raison ; Ou si, mais pas les jeunes filles. Ni les jeunes garçons inoffensifs. Après, quand il s’agissait de casser, généralement, c’était sans effort lorsque les filles se fâchaient en lui disant que c’était finit parce qu’elles avaient l’impression qu’il se fichait d’elle. Que l’impression. Dommage pour elles, c’était vrai. Anthony ne prenait que très rarement ce genre de décisions, voir jamais même. Il n’avait jamais demandé à quelqu’un de sortir avec lui, mais déjà accepter de nombreuses fois. Et d’ailleurs, cela le sidérait légèrement : qu’est-ce qu’elles pouvaient bien lui trouver ? Il n’était pas vraiment le plus gentil et le plus aimant des hommes, il n’était pas non plus le plus tendre et doux, très loin de là même. Peut-être était-il séduisant et charmant, et que son style plaisait… c’était même probablement cela. Et puis, il y avait des suicidaires aussi. Rien que cette énonciation le faisait doucement rire, parce qu’il en avait vu, des filles comme celles-ci, qui voulaient juste un peu d’aventure dans leurs vies… Une seule était réellement resté jusqu’à un point culminant avec lui, une seule qui ne s’était pas enfuie en courant au bout de quelques jours, mais plutôt quelques semaines. Elle n’avait même pas pleuré, et il devait dire qu’elle l’avait intrigué. Mais c’était bel et bien finit, et il avait beau l’avoir revu plusieurs fois, elle avait toujours l’air aussi heureuse et pas du tout perturbé, alors tout allait bien. Alors, pour le fait d’être qui il était, on disait que c’était une mauvaise personne. Certes, il avait une attitude plutôt mauvaise, n’était pas très souriant, ne faisait pas ce que sa petite maman lui demandait, parlait mal et blessait les autres que ce soit physiquement ou mentalement… Ah, il ne semblait même pas humain ainsi. C’était assez amusant de dire cela alors qu’il était justement un humain, un membre de cette faible race au milieu de ces autres races qui ne faisaient que les regarder de haut. Il était faible, hein ? Alors c’était sans doute pour cela qu’il se devait d’agir aussi mal, pour être supérieur aussi. N’était-ce pas une preuve de force que de blesser quelqu’un ? Ou une preuve de faiblesse d’abuser de cette force ? Le monde était étrange et rien ne tournait plus rond, déjà qu’Anthony ne se sentait jamais en phase avec les autres, maintenant, plus personne ne l’était !... Ce n’était pas génial, il n’était plus si exceptionnel, donc c’était plus ou moins ennuyant. Oh, et puis, tant pis, de toute manière, il y avait peu de gens qui devaient penser comme lui le faisait. Eliza, Katarina, Toris, Ryan… Leur mode de penser différait toujours du sien. Il était plus cru ou au contraire plus doux –pour penser comme Ryan, il fallait vraiment avoir un problème avec les gens, et Anthony ne pensait pas être à ce point. En fait, Anthony aimait les gens, mais juste pas de la même manière que les autres. Son amour n’était pas de l’amitié –pas toujours- ou de l’amour véritable, comme les filles en rêvaient. Non, c’était assez différent, c’était comme on aimait un objet précieux. Oh, il n’était pas aussi malade que cela, pas au point de considérer la vie comme un objet, comme une chose. Au contraire de ce que l’on pouvait croire, il chérissait la vie et pensait que c’était un magnifique présent, et il la respectait –bon, il ne le montrait peut-être pas très bien et ne semblait pas rayonner de joie de vivre, mais il l’aimait toujours beaucoup. Quoi qu’il en soit, l’amour qu’il portait au gens était un amour pour l’utilité qu’ils avaient. Que serait la vie si l’on était seul ? Au fond, il aimait même les gens qu’il détestait, aussi contradictoire que cela pouvait sembler. Il adorait les détester, parce que cela lui donnait une identité, cela signifiait qu’il existait. Il trouvait aussi qu’étrangement, le sentiment de haine ressemblait plus qu’il ne le devrait à celui d’amour véritable. Ne nous mettons nous pas dans un état incroyable dans les deux cas en hurlant et en se blessant ? Certes, il avait une vision plutôt tordue de l’amour, voir même torturée, mais ce n’était pas entièrement faux, l’était-ce ? Anthony avait connu l’amour et la haine, et c’était très ressemblant, il pouvait en témoigner. On souffrait tout autant des deux côtés, on se blessait tout autant, on avait autant de contacts physiques, autant de paroles qui dérapent, autant de gestes étranges, autant de pleurs et de rires… Il ne fallait pas se voiler la face, aimer et haïr étaient deux sentiments aussi proches qu’éloignés. Après l’amour, il y avait souvent la haine d’ailleurs, il n’inventait rien. Bon, bien plus rarement de l’amour après la haine, mais il en avait vu pourtant, et c’était assez étrange. Vous imaginez, vous, deux personnes qui se crêpent le chignon depuis 5 ans autour d’une histoire plutôt sombre devenir comme les bisounours du jour au lendemain ? Il l’avait vu et il l’avait même expérimenté. Et honnêtement, les vieux réflexes restent, alors c’est une relation encore plus… Enflammée. Ah… Oui, comme cela, a parlé sans cesse de ses relations, il devait avoir l’air d’un vrai sal*p, et il ne ferrait aucun effort pour le nier.

Après, comment il arrivait toujours à attirer les filles avec ce caractère si imparfait… Le danger les attirait, le défi aussi en faisait parti, et puis encore, il était tout de même plus doux avec certaines filles que d’autre, ou le semblait. Il ne disait pas qu’il était irrésistible et que c’était le plus beau gosse du coin, mais juste qu’il plaisait, et c’était prouver. Il savait qu’il ne faisait pas l’unanimité et même qu’il en était loin, mais il s’en fichait juste. Anthony n’en avait vraiment rien à faire de ce que l’on pensait de lui, et c’était bien ainsi. Franchement, il se demandait comment les gens faisait pour tenir compte de toute les imbécileries des gens, pour essayer de devenir meilleur pour que ce ‘plus’ se fasse de nouveau critiquer. C’était un cercle vicieux, non ? Alors Anthony faisait en sorte de ne pas entrer dedans, parce qu’il n’était pas aussi stupide. Certes, il allait peut-être être amené à écouter plusieurs critiques extérieures dans sa vie professionnelle plus tard, mais il doutait honnêtement que cela réussisse à le changer définitivement. Il allait devenir plus mature, c’était certains –pas qu’il disait être un vrai gamin, il ne se nommait pas Toris- mais son caractère était déjà fixé. Ah, d’ailleurs, il était intelligent, il ne fallait pas croire. Pas dans le sens de la culture, mais dans le brut, on ne pouvait pas dire qu’il était bête comme ses pieds. Certes, il n’avait jamais eu une excellente éducation, mais il se débrouillait bien mieux que la plupart des habitants, savait lire et écrire et se servir de sa tête un minimum. Il ne s’offenserait pas que l’on remette en cause son intelligence parce que ce n’était pas non plus ce qui brillait le plus chez lui, mais qu’on lui dise qu’il est l’idiot du village ou quelque chose du genre – deux ou trois phrases de ce propos avait déjà fusés que ce soit chez lui ou en dehors- il ne le supportait pas vraiment. Il ne le prendrait pas en compte, mais risquerait de s’énerver légèrement. Très légèrement, ce n’était pas une faute grave que d’être assez stupide pour parler avant de connaitre. Il connaissait des gens dont l’intelligence était vraiment moyenne, mais ce n’était pas son genre de dire a quelqu’un qu’il est stupide –sauf si c’est dans le but d’énerver. Bon, ok, c’était un peu étrange tout cela, mais justement, cela avait un sens pour lui et il savait le juste milieu. Par exemple, il pourrait dire à quelqu’un qu’il est bête à cause d’une réplique de trop ou étrange, sans vraiment le penser sur sa personne entière. En revanche, il ne le dirait pas si une personne avait des vrais problèmes pour apprendre, parce qu’il trouvait cela vraiment pas sympa et décourageant. Ah, oui, Anthony est quelqu’un de vraiment sympathique en réalité… Ou pas du tout, a voir.


"Quelqu'un. Quelqu'un qui croyait que personne ne serait assez taré pour venir dans le coin a part lui.Il faut croire que çe quelqu'un s'est trompé,pas vrai?"


Dans sa réflexion, il en aurait presque oublié où il était et surtout qu’il y avait un inconnu qui empiétait sur son espace vital. Presque, parce qu’il n’aurait jamais pu en faire omission, se connaissant. Anthony ne tourna même pas la tête pour regarder la personne qui était en effet derrière lui. Pas pour l’instant, il n’en avait pas besoin, ou il allait être de mauvaise humeur encore une fois. Ah… Trop tard, sa voix l’avait déjà énervé. Etrange comment ce ton supérieur pouvait l’ennuyer, ce ton si haut qui le faisait passer pour un moins que rien… Lui, s’il n’était pas haut placé dans la hiérarchie, il devrait arranger un coup à Angel. C’était dit maintenant. Ce n’était pas qu’il détestait ces personnes hautes, mais la plupart avaient une manière trèèèès agaçante de parler en se prenant pour les rois du monde, plus puissante et beaux que tout le monde. Un rictus inquiétant fit son apparition sur son pâle visage à la complexion fine, lui donnant un air plus ou moins sympathique, presque effrayant même, en particulier à cause de l’allure sombre de la plaine qui le faisait paraître à moitié malade. Anthony prit bien son temps et surtout pas la peine de se lever pour juste tourner son visage et son regard vers la voix, constatant qu’il ne s’était visiblement pas trompé sur l’origine de cette personne. Il ne vit qu’un éclair d’argent au niveau de ses cheveux –c e qui ne semblait pas naturel du tout- et surtout des vêtements qui semblaient plutôt couteux. Anthony eu une moue satisfaite avant de retrouver sa position première. Il souffla légèrement avant de finalement répondre au garçon, même si il ne lui en avait pas vraiment posé.

« Oh, réellement ? Curieusement, je ne pense pas qu’il faut être « taré » pour venir ici. Ce n’est qu’un endroit comme un autre, à moins que quelqu’un soit au contraire assez « taré » pour croire à une quelconque différence entre cet endroits et d’autres. Peut-être un peu plus sombre… »

Anthony fit mine de réfléchir avant de finir, de sa voix toujours aussi arrogante et dérangeante, faisant exprès de faire glisser sa phrase en douceur, presque de façon moqueuse :


« Oh, mais au final, comme un château, non ? »


Non, il ne pensait pas être une mauvaise personne parce qu’il ne voulait pas rentrer dans le moule. Mais il ne pensait pas non plus être une bonne personne pour autant, parce que ce serait vouloir rentrer dans le moule.
Le monde était pleins de philosophies plus diverses les unes que les autres.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



avatar
Invité


MessageSujet: Re: Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]   Mar 19 Oct - 14:22

[Désolé si je réponds un peu trop vite, mais... Déja deux jours, c'est beaucoup pour moi...>__<']


Terrence n'était pas quelqu'un qu'il fallait agacer dans la plupart des cas. Le jeune Esprit avait pleinement conscience de ce qu'il était, et savait que dans tout les cas, il resterait supérieur à la quasi totalité des personnes auxquels il pouvait parler. Il n'avait que très peu de gens supérieurs à lui hiérarchiquement, et il n'en trouvait jamais aucun aux endroits ou il se rendait habituellement. C'était pour cela qu'il adoptait toujours son attitude hautaine, son air supérieur. Parce qu'il l'était dans un sens, non? Il était stratége des armées après tout. Et de surcroît, il était particuliérement jeune avant d'avoir réussi à obtenir ce statut. Il était quelqu'un de supérieur, voilà tout. Il n'aurait pas put devenir ce qu'il était sans l'être. Intelligent, fort et avec du charisme. C'était là les qualités necessaires pour devenir un stratége des armées. Celle de l'Ouest devait avoir le même genre d'attributs. En tant que stratége, Terrence avait accés à toutes les informations dont disposait l'Est sur son enemi naturel, le pays de l'Ouest. Et parmis ces informations, il y'en avait bien entendu certaines concernant sa rivale, son homologue de l'autre pays. Elle s'apellait Maurisawa. Terrence ne se souvenait pas de son prenom, mais à vrai dire il s'en fichait un peu. Un prenom n'était rien, seul son nom de famille importait. Il n'avait pas l'intention de devenir ami avec elle, de toutes maniéres... Peu importait, en tout cas. Elle s'apellait donc Maurisawa, était à peu près aussi jeune que lui, et disposait de puissantes facultés cérébrales. Comparables aux siennes. Fort bien. Et il s'agissait d'une Esprit, tout comme lui. Terrence n'aimait pas particuliérement la race à laquelle il appartenait, tient. Les Esprits n'étaient pas le peuple le plus puissant, quoi qu'on en dise. Bien que Terrence soit un adpete de la religion communément admise parmis sa race ailée, il ne cessait de se poser des questions à ce sujet. Pourquoi avoir interdis le port des armes? En quoi était-ce si grave? Il ne le ferait jamais, la question n'était pas là. Simplement, il était curieux de nature, et aurait voulut avoir une réponse. Si son peuple avait manié les armes, nul doute qu'il serait à l'heure actuelle la race la plus puissante de tout Illea. La magie était devastatrice seule, si ils parvenaient à la combiner avec les talents martiaux et le fer des armes de militaires, alors l'element parfait serait né. En tant que stratége militaire, Terrence avait plusieures fois envisagé cette possibilité. Il la repoussait sans arrêt, puisqu'elle reposait sur une impossibilité notoire: le fait qu'un Esprit manie une arme. Les Esprits étaient les seuls à pouvoir se servir de la magie, si ils pouvaient manier une arme, toutes leurs faiblesses diminueraient exponentiellement. Mais jamais aucun ne le ferait, et sûrement pas Terrence. Il n'était pas particuliérement croyant, et n'appréciait pas réellement non plus le fait d'appartenir à la race ailée, mais il avait tout de même des principes, et une éducation. Et surtout, il n'était pas idiot. Utiliser des armes lorsqu'on était un Esprit revenait à se condamner soi même. Les autres membres de la race aux ailes noires seraient tous dotés d'une envie profonde de vengeance. Terrence n'avait pas la moindre envie de finir lapidé par des pierres ou brûlé vif sur un bûcher mit en place par les divers fanatiques de la religion à la race à laquelle il appartenait. Non, décidément, jamais Terrence Skingrad ne trahirait sa religion. Même si dans un sens, il avait déja trahit sa race. Etant un Esprit, et habitant dans le royaume de l'Est, il ne faisait nul doute qu'il serait mal vut de bien des personnes. Néanmoins, de part sa position à son jeune âge, il avait tout de même un certain respect de la part des autres gens. En tant que stratége des armées, son rôle dans la défaite du pays de l'Ouest était plus qu'évident, et le critiquer parce qu'il avait les yeux vides d'expression, et des ailes noires dans son dos serait non seulement une preuve de puérilité extrême, mais en plus un acte complétement illogique et déraisonné. Il savait qu'il était du coté du Prince Ankou, tout le monde le savait. Jamais il ne trahirait son pays. De plus, il avait grandit aux cotés d'un humain. Il avait le nom d'un humain, et avait été adopté par un humain. Amaury Skingrad le soutenait dailleurs toujours dans son avenir. Son pére adoptif était particuliérement fier de ce qu'il était devenu. Et à vrai dire, Terrence pensait qu'il y'avait de quoi... Il ne voulait surtout pas paraître prétentieux, mais parvenir là ou il était, en tenant compte de sa position n'était pas chose facile. Ca n'était pas de la mégalomanie ou de la prétention, mais un simple rappel des faits. Terrence n'aimait vraiment pas qu'on le qualifie de prétentieux, juste parce qu'il disait qu'il était intelligent. C'était faux, il n'était pas prétentieux, juste réaliste. Il n'aurait pas put être ce qu'il était aujourdhui sans être intelligent. Il n'était pas prétentieux du tout. Simplement, il aimait bien rapeller la réalité à ceux qui pouvaient en douter de temps en temps. Et autant dire que cela lui faisait toujours plaisir de rabattre le caquet des personnes a l'intelligence inférieure. En même temps, qui ne prenait pas son pied, lorsqu'il démontrait par A B qu'on était plus intelligent que l'autre? C'était toujours un vrai plaisir de prouver qu'on était plus futé que l'être en face de nous. Et même si Terrence avait parfaitement conscience qu'il existait en ce monde des êtres tout aussi intelligent que lui, voire plus, il savait aussi que plus de la moitié était moins futée que lui. Et mathématiquement parlant, avoir cette attitude hautaine, donc, était tout à fait logique. Selon lui, tout du moins.


Terrence soupira légérement, en écartant une méche de cheveux argentée qui était venue se placer sur son visage. Cette méche faisait toujours ce genre de manége lorsqu'il se trouvait en zone venteuse. Il s'y attendait aussi. Mais il ne la couperait pas pour autant, non. Il aimait beaucoup sa méche et ses cheveux, et n'avait aucune envie de ressembler à un homme proche de la calvitie. Il conserverait sa coupe de cheveux telle qu'elle était. Sa teinture grise-argent tenait toujours à la perfection. Cela enervait un peu Terrence dailleurs, que l'on pense sans cesse qu'il s'agissait de sa véritable couleur naturelle. Comme si la couleur grise pouvait être naturelle dans la majorité des cas... Il est vrai que le jeune Esprit avait toutefois rencontré de très nombreuses personnes avec des attributs capillaires particuliérements étranges. De la coupe de cheveux rouges, à celle qui portait la couleur du ciel d'été, en passant par des cheveux aussi verts que la forêt d'Esüla et aussi dorés que le desert du Srila, Terrence avait vut defiler bon nombre de coupes de cheveux, et très peu n'étaient pas naturelles. Lui, n'avait que des cheveux noirs tout ce qu'il y'a de plus classique. Il n'aimait pas être classique. Terrence n'était pas ce genre de personne, qui rentrait dans le troupeau de moutons, qui courbait l'échine à tout les ordres qu'on lui donnait... Non, Terrence detestait ce genre de choses. Même si il était au service du roi de l'Est, il n'était pas non plus quelqu'un qu'on pouvait tenir en museliére si il n'était pas daccord au préalable. On ne bridait pas Terrence Skingrad, pas plus qu'on cherchait à le faire rentrer dans un quelconque groupe. Il n'avait pas beaucoup de semblables autour de lui. Mis à part sa famille biologique, Terrence n'avait encore rencontré aucun Esprit déchu, tout comme lui. Il faut dire qu'il passait tout de même pas mal de temps au château, et que jamais un déchu ne pourrait se trouver dans un tel environnement, sauf en qualité de serviteur. Mais Terrence ne faisait que rarement attention à ces derniers. Les serviteurs n'étaient que des meubles, selon lui. Il ne faisait pas preuve de prétention ou de malveillance en disant cela, après tout. Un serviteur servait, c'était évident, non? Pourquoi perdre son temps à parler avec lui? De plus, cela ne pourrait apporter que des problémes. Terrence avait souvent pesé le pour et le contre de la discussion avec quelqu'un d'un rang social nettement inféirieur au sien, et avait finalement conclu que parler avec un serviteur de maniére personelle n'aménerait aucune chose positive. Dans le meilleur des cas, on pouvait devenir ami avec cette personne, et donc par conséquent se placer en danger. Il était très mal vut qu'un membre haut placé fréquente amicalement quelqu'un d'un rang nettement inférieur. C'était peut être pour ça que la réputation de certaines personnes d'un rang social important pouvait faillit de temps en temps. Par exemple, le général des armées de l'Est... Sasha Valérian, si Terrence se souvenait bien, et bien cet humain avait la fâcheuse tendance d'offrir son coeur à la premiére fille qui passait par là. Qu'elle soit bourgeoise, Noble, Reine ou paysanne n'y changeait rien, visiblement. Bien sûr, cela ne poserait pas beaucoup de problémes en temps normal, mais si le général des armées se mettait à fréquenter... allez, au hasard une de ses subordonnées, la situation ne pouvait pas réellement être heureuse d'un point de vue objectif. Terrence voyait cela d'ici: et la conquête de Valerian favorisée par sa relation avec le général, et ce même général faisant des erreurs de jugements à cause de son êtat amoureux... Cela serait sans doute aussi mal vut qu'une Noble tombant amoureuse d'un Serviteur. Bref, cela ne serait pas positif du tout d'adresser amicalement la parole à un être de rang inférieur. Dans un autre cas, cela pouvait entraîner une différence fondamentale d'opinion, et par conséquent les deux partis seraient dès lors enemis. Et plus on avait d'enemis, moins bien on se portait, Terrence savait très bien cette règle de vie. Voilà pourquoi, selon le stratége, adresser la parole à un serviteur de maniére personelle n'apporterait que des ennuis. Mais à présent qu'il était hors du château, rien ne le lui interdisait. Si il croisait quelqu'un, il doutait fortement de retrouver cette personne dans son habitat naturel qu'était le château, n'est ce pas? Et de plus, rien ne lui interdisait de profiter un peu de sa notoriété. Oui, parler avec quelqu'un d'inférieur socialement hors du château ne serait peut être pas une si mauvaise chose. Maintenant qu'il y était, hors du château, il verrait bien de toutes maniéres. Enfin, il se trouvait tout de même sur une plaine réputée 'maudite'. Sincérement, il n'aimait pas cet endroit. Mais ca aurait fait un bon champ de bataille pour une ou deux armées, oui.


« Oh, réellement ? Curieusement, je ne pense pas qu’il faut être « taré » pour venir ici. Ce n’est qu’un endroit comme un autre, à moins que quelqu’un soit au contraire assez « taré » pour croire à une quelconque différence entre cet endroits et d’autres. Peut-être un peu plus sombre… »

Le stratége tourna sa tête vers l'humain qui venait de prendre la parole, pour le jauger du regard. Un humain basique, normal. Avec des cheveux noirs et naturels, une stature assez muclée sans pour autant être vraiment imposant, un regard... humain. Pas d'Esprit, ou il n'y avait aucune émotion qui filtrait. Juste un regard d'humain, en quelques sortes. Bien qu'il ne fasse pas directement face à Terrence, ce fameux regard humain. En effet, le type tournait la tête dans une autre direction, ne daignant pas accorder un regard au stratége du pays. Terrence haussa les épaules, avant de regarder dans la même direction que lui. Un endroit comme un autre, hein? Franchement, si cet endroit était comme les autres, Terrence changerait immédiatement de royaume. Si tout les endroits d'Illea ressemblaient à cette plaine sinistre, autant partir à Elmegard.


« Oh, mais au final, comme un château, non ? »

Terrence haussa les épaules, pas réellement surpris que son interlocuteur ai deviné qu'il n'était pas pauvre. Terrence portait des vêtement que l'on ne peut pas se payer quand on était un simple villageois, et n'avait pas non plus l'attitude et les maniéres de quelqu'un issu du petit peuple. Il était evident qu'il provenait du château, ce gars là n'avait fait que souligner le fait qu'il avait un sens de l'observation assez aiguë pour remarquer des évidences. Bon, c'était déja un bon début. Au moins cet humain n'était pas totalement idiot. Pas totalement au moins. Restait à voir si c'était là toute sa limite intellectuelle. Même si au final, ça n'était guére interessant....


"Vous trouvez? dit le stratége en penchant sa tête sur le coté. Un endroit comme un autre? Personellement, je ne vois pas très bien les points communs avec notre belle capitale, ou une maison quelconque... Pas de rues, pas de magasins... Juste une plaine vide et sombre. Rien à voir avec un château, sincérement..."

Terrence soupira légérement, croisant les bras sur sa poitrine pour effectuer une moue désaprobattrice de l'êtat des lieux. Quel endroit pourri, vraiment....


"Mais peut être que cela ressemble aux endroits que vous avez l'habitude de voir. En tout cas, je continue de penser qu'il faut être taré pour venir ici. Regardez: il n'y a personne ici à part nous. Et nous ne sommes pas les seuls saints d'esprit dans le pays, non?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Malédiction mon c... Oeil! [Maintenant avec l'hermaphrodite et qui veut! XD]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drame haïtien: résultat de la malédiction ou de l'irresponsabilité
» Malédiction hollandaise ?!
» [S16] La Malédiction du Monastère de la Mort...
» Malédiction / Curse
» Malédiction ! (DC Lagon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Hors-jeu :: Fonds de tiroirs :: Anciens discours-