AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Daydreaming.{Libre.XD}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage


Semeuse de troubles sur la voie publique, et jouet personnel d'Aleksei Astrehn

Féminin Nombre de messages  : 51

Localisation  : Chez elle.
Emploi/loisirs  : Stalker Aleksei, stalker Aurora, stalker son cousin...
Humeur  : Heureuse.

Inscrit depuis le   : 06/09/2009
avatar
Semeuse de troubles sur la voie publique, et jouet personnel d'Aleksei Astrehn


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Esprit.
Arme / Pouvoir  : Magie complètement inutile.

MessageSujet: Re: Daydreaming.{Libre.XD}   Ven 4 Mai - 19:06

{ I'm late, I'm late for a very important date. No time to say hello, good-bye. I'm late, I'm late, I'm late. I run and then I hop, hop, hop, I wish that I could fly ! 8D

... Ouais. Et j'assume aussi. B)

Posté. pig }



C'était bizarre, d'ailleurs, maintenant qu'elle y pensait. Que les filles aiment le rose et que les garçons aiment se battre, c'est à dire – et vive les généralisations. C'était sûrement une question d'éducation. Quelque chose comme ça. Ayleen avait toujours plus ou moins pris pour acquis que les filles étaient mignonnes et discrètes et que le garçons, de leur côté, étaient forts et intelligents. Il y en avait des plus jolies que d'autres et les caractères et intellects n'étaient certes pas tous les mêmes, mais dans les grandes lignes ce devait être ça. Une sorte de but à atteindre, en quelque sorte. Pour elle, devenir épouse puis mère représentait sa seule et unique ambition d'avenir ; il était sûrement normal, de fait, qu'elle se plie à la loi de la majorité. Elle ne trouverait pas de mari en enfilant des pantalons et en jurant à tort et à travers, c'était chose certaine. Pourtant, il devait bien y avoir des garçons poltrons et des filles décidées et intelligentes... Eh, Aurora, par exemple ! Et pourtant, bien qu'elles n'avaient pas la même vision des choses et que leurs façons de faire soient assez différentes, jamais Ayleen n'aurait ne serait-ce qu'insinué que sa sœur n'abordait pas la vie de la bonne façon. C'était inquiétant, de se dire qu'elle ne voulait pas faire comme tout le monde. Bien sûr. Elle s'inquiétait pour elle parce qu'elle voulait que sa jumelle ait le meilleur avenir possible, et en ce sens elle n’approuvait pas toujours ses décisions et ses choix. Mais elle lui faisait aussi entièrement confiance. Alors si Aurora disait qu'elle ferait comme ça, eh bien c'était forcément un bon choix. Forcément.
Cela dit, songea-t-elle avec une petite moue ennuyée tandis que Tristan semblait considérer ses paroles, Aurora ne détestait pas le rose. Est-ce qu'une seule fille dans ce monde détestait le rose, au moins ? Elle n'en était pas sûre. C'était peut-être une de ces rares choses sur lesquelles absolument tout le monde se mettait d'accord. Les filles aiment le rose. Les garçons aiment se battre, d'accord, non. Elle en connaissaient qui n'aimaient pas ça. Mais il devait bien y avoir quelque chose qui faisait l'unanimité chez eux aussi ! Comme un trait de caractère, une habitude, un truc typiquement masculin... Rien ne lui venait pour l'instant, mais elle finirait par trouver. Un point commun à tous les garçons, hmmm. Ça existait forcément. Elle pourrait demander à Tristan, tiens.

La demoiselle haussa les sourcils quand il lui adressa un sourire empli d'une ironie dont elle ne comprenait pas encore l'origine. Intriguée et attentive, selon toute vraisemblance, à ce qu'il allait lui répondre.


« Tu pourrais. Sauf que toi, tu portes vraiment du rose alors que moi, je me bats pas. Comment tu voudrais que je réponde, hein ? »

Her, pas faux. Elle répondit à sa question par un haussement d'épaule nonchalant, un brin pensive. Il ne se battait pas, hein... Ça, elle ne pouvait pas en être sûre avant d'avoir demandé – ce qu'elle n'avait pas vraiment fait, en définitive. Il n'avait ni la carrure ni l'allure du garçon qui cherche la bagarre et répond aux provocation par des coups de poings bien placés, mais elle savait par expérience que ça n'avait rien d'une indication fiable. Elle connaissait des garçons très gentils et aimables qui, même s'ils ne payaient pas de mine, avaient tendance à avoir recours à la violence quand quelqu'un les ennuyait. Tristan aurait pu être comme ça, lui aussi.
Enfin, apparemment pas. Tant mieux, remarque ! Elle se sentait plus tranquille en présence d'une personne pacifique et nulle en magie, aussi cruel cela puisse être l'égard de la personne en question. Au moins, comme ça, elle n'avait pas à craindre pour sa vie.

Et puis, sans qu'elle comprenne bien pourquoi au juste, il s'arrêtèrent. Le jeune homme s'adossa à un mur et elle, intriguée, tourna sa tête de droite et de gauche pour tenter de remettre cet endroit sur une carte imaginaire de la ville. Rien à faire, c'était beaucoup trop grand pour qu'elle s'y retrouve. Refaire le chemin dans l'autre sens aurait sans doute été dans ses cordes, mais se situer par rapport à d'autres endroits... Non, ça non. Même pas en rêve, malheureusement. Raison pour laquelle, si elle voulait un jour pouvoir marcher à travers Jiang Zemin sans s'y perdre, elle allait devoir la traverser encore et encore et encore et encore jusqu'à reconnaître toutes les rues. Beaucoup de travail en perspective pour ses petites jambes.


« Tu sais, ça te va vraiment bien, le rose. »

Surprise par ce compliment – auquel elle ne s'attendait pas du tout – Ayleen reposa ses grands yeux sur Tristan, un sourire heureux quoi qu'un peu gêné aux lèvres. Contrairement à d'autres, elle savait prendre les compliments sans rester muette ou vouloir s'enterrer sous terre ; pour autant, quand elle ne les voyait pas venir, c'était toujours un peu gênant. Et ce qu'il vienne de sa mère, d'une amie ou d'un garçon avec qui elle marchait.
C'est à ce moment-là qu'elle remarqua qu'à défaut d'un bête mur, c'était contre une haute demeure que s'était adossé le blond. Elle leva le nez vers les lourds rideaux rouges, impressionnée, avant de ne se reconcentrer sur Tristan.


« Ah, hm, merci, répondit-elle en lissant machinalement sa jupe. Je trouve aussi, c'est plutôt joli ! »

Elle marqua une courte pause, mains croisées devant elle, puis reprit finalement :

« Je ne crois pas être déjà venue par ici », fit-elle remarquer avec un air hautement intelligent, et un ton qui l'était malheureusement tout autant.

Mais comme s'éloigner trop de son itinéraire signifiait en général se perdre, ça n'avait rien d'étonnant. Elle aurait été bien incapable de dire combien de temps ils avaient marché, s'ils étaient vers le côté est, ouest ou même nord de la ville. Tout ce qu'elle savait étaient la direction dans laquelle ils étaient arrivés, et ça se bornait à ça.
Ses parents auraient été heureux de savoir qu'elle suivait des inconnus n'importe où, tiens. Et ils le seraient, puisqu’évidemment elle allait leur en parler. Sans y voir le moindre mal. Le jour où il lui arriverait quelque chose, hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Le type qui cache des choses bizarres chez lui

Masculin Nombre de messages  : 29

Localisation  : Dans une rue, mais je pense pas que tu connaisses.
Emploi/loisirs  : Je vends des choses ; tu as besoin de n'importe quoi, je l'ai.
Humeur  : Plutôt bonne. Je ne sais franchement pas pourquoi, en fait, mais oui... Bah, bonne.

Inscrit depuis le   : 24/12/2009
avatar
Le type qui cache des choses bizarres chez lui


Feuille de personnage
Age: 17 ans,
Race: Esprit
Arme / Pouvoir  : ///

MessageSujet: Re: Daydreaming.{Libre.XD}   Dim 24 Juin - 19:07

[C'est pas une obsession de les faire entrer dans des maisons, d'accord ?.____.
Et là, il la viole. AHAHAHA.XD
Posté.]



Le rose lui allait bien. C’était un fait avéré aux yeux de Tristan qui, de son côté, ne vit pas de mal à le lui faire savoir. Partiellement pour s’excuser à lui-même de l’avoir traitée de gros bonbon rose, quoiqu’aucune mauvaise intention ne se fût cachée derrière cette innocente mais peu flatteuse expression. Et peut-être encore un peu aussi parce qu’il le pensait et que le blond, rodé à ce genre d’attitude, saisissait sans plus s’en rendre compte toutes les occasions qui se présentaient d’être très –trop– attention à l’égard des jolies et jeunes inconnues de Jiang Zemin. Plus encore à l’endroit des jolies et jeunes et vraisemblablement aisées inconnues de Jiang Zemin. Enfin il y avait sous ce compliment une volonté sous-jacente très nette de changer de sujet : non, il ne savait pas se battre, non, il ne savait pas faire de magie, non ceci, non cela. Il n’était pas très utile dans le fond, à qui que ce fut : à l’instar des nombreux autres parasites de cette ville, il vivait sur le dos de ceux qui ne le courbaient pas trop pour travailler sans vergogne et tout le monde s’en fichait pas mal. Sauf que, voilà, si Erial assumait pleinement son statut d’incapable aux yeux de tous, il n’aimait pas non plus en faire étalage. Pas très grand, menu, flanqué de bras fluets, maigrichon, il incarnait l’idée que l’imaginaire public se faisait du parfait gringalet. Eh bien soit ! Mais, tout de même.

Tout de même, oui. Il ne chercha pas réellement à exprimer le fond de sa pensée, pas plus qu’à le deviner lui-même : quel intérêt y avait-il à savoir ce que l’on ne comptait dire ni maintenant ni plus tard ? Il jeta un nouveau coup d’œil à la rouquine : de toute façon, il avait raison. Cette couleur lui allait bien, sans qu’il sût pourquoi. Ça allait avec ses cheveux, peut-être ? Avec ses yeux ? Il devait y avoir de ça. Sans doute. Aucune considération qui revêtît la moindre espèce d’importance au final. Du moment que quelque chose fonctionnait, nul besoin d’aller fouiller dans ses mécanismes ! La machine ne risquait pas de se gripper si on la laissait tranquille. Et donc, Ayleen ne risquait pas de devenir subitement très laide s’il ne comprenait pas dans quelle mesure elle était jolie. Point final.


« Ah, hm, merci. Je trouve aussi, c'est plutôt joli ! »

Toujours adossé à la grande bâtisse, Tristan lui répondit par un sourire. C’était agréable, pour une fois, de ne pas tomber sur quelqu’un qui se confonde en balbutiements, le regard rivé au sol ! Les pestes narquoises ne valaient pas mieux, enveloppées de leur suffisance absolument abjecte qui les rendait plus intouchables que du vent. Et aussi peu consistantes, s’il pouvait se permettre. Bref, une spontanéité qui ne se perdait pas dans un tourbillon de manières ou de fausse-modestie avait le charme du naturel. Irremplaçable et inégalable, celui-là ; sauf pour de très bons acteurs. Une telle performance n’était pas à la portée du premier venu.

« Je ne crois pas être déjà venue par ici »

Nouveau regard alentours. Ce n’était pas très étonnant ; principalement résidentielle, cette rue n’était passante que pour mener au centre-ville. Erial connaissait la ville comme sa poche et pas une ruelle n’échappait à sa vigilance. La guerre avait amené Ayleen Meadlow entre ces murs quand lui y jouait déjà, petit, en guise d’école.

« Vraiment ? répondit-il pourtant. C’est grand, Jiang Zemin, alors c’est pas très étonnant. Y a pas grand-chose à faire par ici. »

Il se pencha vers la porte et fit tourner la poignée ; le battant s’ouvrit sans le moindre effort et Tristan s’engouffra, entrainant sans brusquerie sa compagne à sa suite, dans la haute maison aux lourds rideaux. L’intérieur était dépouillé, le plancher nu de tapis, les tapisseries usées sur les murs. Il n’y avait personne depuis un moment, Tristan était bien placé pour le savoir. Il posa près du mur son sac, étira un instant ses bras devant lui et se tourna vers Ayleen. Il n’entrait pas par effraction. Cette fois.

« C’est pas chez moi, mais c’est vide depuis un moment, se sentit-il obligé de la rassurer. Je reste pas, c’est pas hyper intéressant ici. C’est à l’étage que ça le devient. »

Il jeta un coup d’œil alentour et déclara, catégorique :

« C’est à personne, on n’est pas en fraude. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Semeuse de troubles sur la voie publique, et jouet personnel d'Aleksei Astrehn

Féminin Nombre de messages  : 51

Localisation  : Chez elle.
Emploi/loisirs  : Stalker Aleksei, stalker Aurora, stalker son cousin...
Humeur  : Heureuse.

Inscrit depuis le   : 06/09/2009
avatar
Semeuse de troubles sur la voie publique, et jouet personnel d'Aleksei Astrehn


Feuille de personnage
Age: 16 ans.
Race: Esprit.
Arme / Pouvoir  : Magie complètement inutile.

MessageSujet: Re: Daydreaming.{Libre.XD}   Mer 25 Juil - 16:56

{ D'accord. Mais c'est Ayleen la plus ouf des deux, donc c'est elle qui viole. Elle viole les blonds. Cool

AHAHAHAHA. Postéééééé ! J'ai marqué n'importe quoi mais tu aimes ça. Avoue. 8D }



Au 'vraiment ?' de Tristan, Ayleen répondit par un hochement de tête catégorique. Elle n'avait sûrement pas une très bonne mémoire, mais elle était sûre que cette rue ne lui disait rien du tout. Elle allait souvent marcher en ville, pourtant... Mais là encore, sa connaissance de Jiang Zemin restait assez superficielle. Le centre-ville oui ; elle aurait pu l'arpenter les yeux fermés. Le chemin qui partait de chez elle pour y arriver, même chose. Mais dès qu'elle s'éloignait un peu trop, les catastrophes se rapprochaient à grand pas pressés. C'était sans doute pour ça que cette rue ne lui disait trop rien. Ça ne devait pas être sur son chemin habituel. Et comme elle ne voyait aucune boutique dans les parages qui aurait pu la pousser à marcher jusqu'ici...

« C’est grand, Jiang Zemin, alors c’est pas très étonnant. Y a pas grand-chose à faire par ici. »

Un sourire étira les lèvres de la jeune fille en l'entendant faire écho à ses pensées. Grand n'était même pas le mot ; c'était immense ! Elle était persuadée qu'une vie ne suffirait pas pour tout voir – encore moins pour tout apprendre. Ce n'était pas si grave mais, malgré tout, ça l'ennuyait un peu de ne pas savoir se repérer correctement dans sa propre ville. Ça lui donnait l'impression d'être une étrangère ou une idiote, deux adjectif qu'elle n'appréciait que très moyennement.
Heureusement pour elle et son estime de soi, le bruit que fit la porte en s'ouvrant la tira de ses réflexions. Tristan l’entraîna à l'intérieur sans brusquerie ni violence, si bien qu'elle ne songea pas à opposer de résistance. Elle suivit, tout simplement, les yeux grands ouverts et la tête emplie de questions sans réponses. Où entraient-ils au juste ? Pourquoi ? Est-ce qu'il habitait là ? C'était permis, au moins ?
Pendant une brève seconde, une pointe d'inquiétude brûla sa gorge. Elle suivait un inconnu dans une maison apparemment abandonnée. Rien de bizarre à ça. Absolument rien. Son regard se fit inquiet quand elle détailla les lieux, coordinant par habitude le mouvement de ses yeux avec ce qu'elle observait. Cet endroit n'était définitivement pas habité. C'était vide, dépouillé. Froid et impersonnel. Abandonné. Elle se tourna un bref instant vers la porte, hésitante, avant de ne se tourner vers Tristan. Il s'étira avant de ne reporter son attention sur elle, clairement plus à l'aise et détendu qu'elle. Il fallait bien qu'elle se rende compte de son imprudence ; maintenant était un moment comme un autre. Peut-être éviterait-elle de citer ce passage à ses parents. Assez naïve pour penser que marcher aux côtés d'un inconnu n'est pas répréhensible, oui, mais pas assez pour croire qu'entrer dans une bâtisse abandonnée ne l'est pas.


« C’est pas chez moi, mais c’est vide depuis un moment. Je reste pas, c’est pas hyper intéressant ici. C’est à l’étage que ça le devient. »

A l'étage ? A l'évocation d'un étage, le regard d'Ayleen se remit à errer sur les murs et le plafond. Que pouvait-il bien y avoir d'intéressant au premier ? Son imagination démarra au quart de tour et, en quelques secondes, elle eut le temps de dresser une bonne dizaine de scénarios tous plus étranges les uns que les autres. Aussi inventive soit-elle, deviner ce qui pouvait bien les attendre en haut des escaliers était hors de sa portée. Dans une maison abandonnée ? Il n'y avait jamais rien d'intéressant. Des objets oublié là, au mieux. Des choses plus tristes et de la poussière, au pire. Mais rien d'intéressant. Pas étonnant que les paroles du jeune homme aient anormalement piqué sa curiosité ; plus ça tenait de l'improbable, plus ça l'intéressait. S'il avait dit avoir vu un chat ailé dans les parages, c'aurait été le même regard étonné et empli de questions auquel il aurait eu droit.
Et aussi rapidement qu'elle était arrivée, son inquiétude repartit à tire d'aile. Elle n'était pas suffisamment méfiante pour imaginer qu'il puisse y avoir quoi que ce soit de dangereux pour elle là-haut.


« C’est à personne, on n’est pas en fraude. »

La rouquine salua cette précision bienvenue par un sourire plus détendu. Après tout, si ce n'était à personne... En même temps, ça ne les autorisait pas à entrer comme ça pour autant. Enfin, il n'y avait pas de serrure et personne ne viendrait vérifier, donc... Ce n'était pas comme s'ils allaient tout casser. Juste... Juste quoi, d'ailleurs ?
Elle n'avait toujours pas la plus petite idée de ce qu'ils faisaient là au juste.


« Hmmm. » Quel dilemme ; la partie d'elle qui voulait partir et celle qui voulait rester peinaient à trouver un terrain d'entente. « Tu es sûr ? Parce que j'ai pas envie d'avoir des ennuis... »

La demoiselle passa un peu nerveusement le poids de son corps d'une jambe à l'autre. Puis, sans même tenter de cacher la curiosité dans sa voix, elle posa la question qui lui brûlait les lèvres :

« Il y a quoi, à l'étage ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Daydreaming.{Libre.XD}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Daydreaming.{Libre.XD}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Illea's world :: Royaume de L'Ouest :: Jiang Zemin :: Le centre ville-